Skip to main content

Full text of "Oeuvres complètes de Christiaan Huygens"

See other formats


'''^^^'flÊk.-: 



i t''. 





L^-: 


r-^ 




^^^ 


BÉi^"^ 


^ 






^„ '<><r,».. .^ 


s ; 










^^s 


f<3S^ 


' T^ 




,^', 




^:r^ ■'<«*- 



y^v '^ 



Pin ■' / ' 



,fl^ 







^'^'A^'v~ ^ 



V 



y ^ 






'v\\A 



J .r^:% 







i 



^tt^. 






l^t 



r:--^. 



ss 



"^^^/^^•^ '^ ; 



Digitized by the Internet Archive 

in 2010 with funding from 

Boston Library Consortium IVIember Libraries 



http://www.archive.org/details/oeuvrescomplte03huyg 



ŒUVRES COMPLETES 



CHRISTIAAN HUYGENS. 



EXEMPLAIRE 

offert par les Directeurs de la 
SOCIÉTÉ HOLLANDAISE DES SCIENCES 




Imprimerie de Joii. ENSCHEDÉ & Fils, Harlem. 



ŒUVRES COMPLETES 



CHRISTIAAN HUYGENS 



PUBLIEES PAR LA 



SOCIETE HOLLANDAISE DES SCIENCES 

TOME TROISIÈME 

CORRESPONDANCE 

1 660 — 1(5(5 1 




LA HAYE 

MARTINUS NIJHOFF 

1890 



Ml 



BOSTON ce ' ''QE LIBRARY 
CHESTNUT HiLL, MA 02167 



CORRESPONDANCE 

• 1660 — 1661. 



N= 703. 

Cl-IRISTIAAN HUYGENS à A. TaCQUET. 
I JANVIER 1660. 

La minute et la copie se trouvent à Leiden , coll. Huygens. 
La lettre est la réponse au No. 688. 

Sommaire : Valetudo. Gratirs de libro, qiiod me laudas. Quid egregium in libro. Reifle quod propofitionem Gul- 
dini demonrtravit. me etiam coepilTe olim. lineam per cciitrum gravitatis femiliyperbolae duxifle. De 
Helio, gratior co liber qui cum epiftola quod illius comitatum literis vciiit. Egregium de hypcrbolici 
prifmatis pordone cubo aequali. De demonftratione propofitionis 4 libri 5 idem fcntio quod anteliac 
efle adjiciendum quod cft abfurdum , ut fecît Euclides. 12.9. Theoremata mca de fuperliciebus opinor 
Patrera Gregorium ei communicalTe, ex que alioqui pctere eapoteft. Dioptrica nuncad editiouem 
porro, dcinde mecliaiiica quaedam in quibus penduli inaequalitatem corrigo perfeflè. 

Tacquetio. 

Librum tuum ') et epiflolam eo gratiorem quod Clariflîmi Hefij literis -) comi- 
tata advenit accepi tune cum nondum ab adverfa valetudine mihi reftitutus efTem , 
unde faftum ut non continuo illum perlegere potuerim cum ea attentionc quam 
hujufmodi fcripta defiderant. nam quin leviter continuo totum pcriuftrarem vix 
ulla morbi vis prohibere potuiflet. Nomen meum femel iterumque nec fine elogio 
ibi pofitura reperi , de quo et gratiam habeo et ubicunque occafio tulerit referre 
conabor. 

De caetero optimè te fecifTc arbitror demonftrationem adferendo Theorematis 
Guldini. eft enim eximiae in Geometria utilitatis et compendij. Unde et mihi 
ante annos aliquot idem tentatum fuit methodo non plané eâdem qua te ufum 
video. In eandem quoque cogitationem tecum incidi, cum lineam duxi per cen- 
trum gravitatis femihyperbolae , nec tantum datam efTe oftendi rationem AO ad 
QO in figura tua 50, fed et quae eiïèt calculo fubduxi, quod nequaquam difficile efl:. 



') Cylindriconim Anniilarium Liber Quintus. Voir la Lettre N° 
=) La Lettre N°. 689. 

Œuvres. T. III. 



102, note 5. 



-(i^ 



CORRESPONDANCE. 1660. 




Cafus duos eccc tibi. nempe cum dimidium latus rranfverfum AM eft aequale 

axi MB , erit AO ad OQ , m AB ad ^ BD. hoc eft erit BI ^ BD. cum autem 
"9 9 

AM erit aequalis dimidiae MB, erit BI --^ BD. 

Videri poffit ad hyperbolae quadraturam hoc aliqua- 
tenus conducere, fed profefto nihil minus inde effici- 
tur , ut nec ex omnibus reliquis quae in tuo libro ad- 
fers , etfi illa nihilominus per fe pulchra funt et con- 
templatione digna. Et egregium quidem inter caetera 
ilhid vifum eft de prifmatis hyperbolici portione ad cu- 
bum reduéta quod multis valde mirum videbitur. porro 
ubique perfpicuam et accuratam tuam dcmonftrandi ra- 
tionem comperio ac laudo, nifi quod in demonftracione 
propofitionis 4 libri 5 idem iUud dcfidero, quod ante- 
hac ni fallor in alijs tuis hujus generis demonftratio- 
nibus dccdè dixi. Vellem nempe ut poftquam contra- 
rium ejus quod pofltum eft ex illo ipfo confequi oilen- 
diftës, adjiceres qiwd efî abfurâum^ atque inde con- 
ckideres verum eïïe thcorema, ficut in propofitione 
1 1 libri 9 fecit Euch'dess). Ncque enim fruilra id ab co 
faftum credas. Scio difficile eiïe dimovere te à fen- 
tentia jam olim fufcepta defenfaque , praefertim quia 
de principijs ipfis nobis non convenit. Dicis enim lu- 
mine naturali evidentiflimum eiïè illud efte verum 
cujus contrarium ftippofitum feipfum diftruit. Hoc 
autem mihi non aliter liquere videtur quam fi ad 
dedu6tionem ad impoftibile mentem advertam cujus 
ope facile evinci poteft veritas illius quod a te ccu 
axioma proponitur. Ad ipfam quoque demonftratio- 
nem hanc tuam propofitionis 4. quod attinet uti et ad il- 
lam propofitionem 35. I^ibri 5. Elementorum Geome- 
tricorum videtur mihi longé alla ratio efte harum quam 
Euclideae in propofitione la. libri p.Quoniam in ea 
falfa feu contraria pofitio demonftrationem ingreditur 
ita ut ex ea ipfa procédât argumentatio quod in tuis fe- 
cus eft. Nufquam enim in tua hac noviffima demonftra- 




3) Tacquet donna lui-même une édition d'Euclide sons le titre : 

Elemen ta Geometriae Planae ac Solidae. Qvihvs accedvnt felefta ex Archimede Tlieoreniata. 
Avftore Andréa Tacquet Socictatis Jefv, Sacerdote & Mathefeos Profeflbre. Quid noui in 



CORRESPONDANCE. 1660. 



tione coniîderas altitudinem M majorem aut minorcm efTe via ccntri O. atque adeo 
nihil facilius eiïet opinor quam in vulgarem directam demonitrationem illam 
tranfmutare. Vel cerce poftquam circa linem dixeras, Ergo^altitudo M et via centri 
O aeqnaks fiint poteras llatim lie concludere; Atqui hoc efl: abfurdum cum inae- 
quales fint pofitae. Ergo &c. Sed Iiis jam nimium immoror, ita autem accipias 
velira Vir ClarilTime, tanquam exercitij gracia diéta atque ut videas non raptim fed 
penficulatè tua fcripta me evolvere. quod et in meis a te fieri magnopere exopto. 
Mifi non ita pridem ad Reverendum Patrem Gregorium tlieoremata quaedam *) 
fed fine demonftratione de fi^iperficiebus conoidum et fpliaeroiduni, quorum tibi 
fortafie copia fafta fit, fin minus velim ut ab illo pofl:ules, quoniam non dubito quin 
tibi placitura fint. Nefcio quando ad haec edenda otium futurum fit; quum identi- 
dem alia atque alia liiboriantur quae a prioribus abfolvendis retrahunt. NovifFimum 
inventum nunc habeo quo perpendiculi olcillatipnes exaélè interfe exaequo. Inveni 
enim certam curvam lincam fecundum quam fi fleftantur cornua feu lamellae AB, 
AC, inter quas perpendiculum agitatur, quaelibet ofcillationes efiiciantur ifochro- 
nae ,* cum alioqui lenfibilis inter cas fit différencia. Vale Vir Clarifllme et vicifllm 
de itudijs tuis et quid novi prae manibus liabeas me certiorem fac. Dabam Calen- 
dis Januariis. Anni 1 660. qui tibi felix fit. 



N= 704. 

Christiaan Huygens à Ism. Boulliau. 

I JANVIER 1660. 

La lettre, la minute et la copie se trouvent à Leiden, coll. Huygens. 
Elle est In réponse au No. 694. Ism. Boulliau y répondit par le No. 707. 

Sommaire: Nondiim rcrpoiifi.im ab Hevclio nec nb Lcopolde Principe, quod non conveni: cum 

A la Haye le premier de l'an 1 660. au quel je vous fouhaite toute forte de prof- 
peritè. 

Monsieur 
J'ay eftè très aife d'apprendre par la voftre du i 2 décembre qu'en fin les exem- 
plaires vous efl:oyent arrivez les quels je tenois prcfque pour perdus, et je vous 
demeure oblige du foin que vous avez eu à les dillribuer. Je n'eufl^e pas manqué 

vtricq; praeftitnm fit praefeftio ad Leftorem indicabit. Antverpiae. Apud lacobvm Mevr- 
fivm. Anno m.dc.liv. in-8°. 

De cette édit'on il existe plusieurs réimpressions, surtout en Angleterre, où longtemps elle 
a servi de manuel dans les collèges. 
■*) Voir la pièce N°. 678. 



CORRESPONDANCE. 1660. 



de donner ordre afin que vous rcceuflîez voftre horologe des mains du Libraire '), 
n'eufl: eftè que le Sieur Ilanec eltoit tout preil pour s'en retourner à Paris d'icy, lors 
que je receus la voftre. tellement que je ne doute pas que défia il ne vous l'ait ap- 
porté. Il vous aura aufll dit comment noftre bon ouurier Cofter eft deccdè°) dont je 
n'ay pas peu de regret. Je vous remercie de ce que vous voulez prendre la peine 
de faire l'horolcope que je vous ay demandé^). Pour fuppleer ce que j'avois oublié 
de vous dire du lieu de la naifl"ance , fcachez que c'eft icy a la Haye qu'elle eft née, 
d'où il vous eft aifé de fcavoir la hauteur du pôle (qui eft a mon conte de 52.5') 
et la diftance du méridien de celuy de Uraniburgum. Mais je vous diray une chofe 
qui aflTurement vous aidera plus que tout cela en la prediftion : c'eft que c'eft l'une 
des Princeftes d'Orange et qu'elle eft défia mariée, quoy qu'elle ait voulu que je 
le tinflfe fecret. Mais ayant peur que peuteftre vous ne luy pronoftiquafllez le 
temps qu'elle lé devroit marier qui auroit eftè fort abfurd,j'ay mieux aymé luy 
désobéir en ce point , que d'expofer voftre prediftion à un tel hazard. au refte je 
vous prie de l'achever, et d'autant que ce fera plus promptement, d'autant plus 
je vous en auray d'obligation. 

Pour ce qui eft de voftre mefure du diamètre de Mars je vous afl"eure qu'elle 
n'approche pas feulement de la vérité , et vous prie de ne vous fier aucunement a 
la méthode de Hevelius , parce qu'elle eft tout à fait incertaine et trompeufe. La 
miene auflî que j'avois efperé d'y employer, à fcavoir celle que j'ay explique en 
mon fyfteme, ne m'a de rien fervi à caufe de la pctitefi^e de d" tellement que je 
defefperois défia d'en pouvoir avoir cette fois aucune exaéte mefure , mais en fin 
je me fuis advifé d'une manière trelaftlu-ce , trop longue pour eftre raportee icy, 
dont je me fuis fervi le 25 Décembre ec j'ay trouuè que le diamètre apparent eftoit 
de 1 7". 40'" +) ou pluftoft un peu moins, d'où j'ay calculé en fuite que quand il nous 
approche le plus il fera environ de 30", 30'". ce qui s'accorde tout à fait, et mieux 
que je n'eufi^e ofé eljserer avec ce que j'en ay efcrit fur la fin de mon dit fyfteme. 

Vos Meilleurs en ayant maintenant receu les exemplaires j'ay grande envie de 
veoir ce qu'ils en jugeront fans pourtant beaucoup craindre Iciu- objeftions fi je 
puis iatiffaire au voftres. Je fuis très fincerement 
Monsieur 

Voftre trefhumble & trefobeiflant feruiteur 
Chr. Hugens de Zulichem. 

') Charles Angot était, en 1657, le correspondant de Jean Elsevier à Paris. En 1659 '' demeurait 

dans la rne Saint Jacques, à l'enseigne de „La Ville de Leyden", en 1667 dans la même rue 

à l'enseigne du „Lion d'Or". 

Sur le titre de l'ouvrage cité dans la Lettre N°. 574, note 12, on trouve une très jolie 

vignette représentant la ville de Leiden , avec la devise: „Svperat atqve Docet". 
-) Il s'ensuit que Coster est mort à la fin de 1659; sa veuve Jannetje Harmans Hartloop continua 

la manufacture des horloges , au moins jusqu'au 20 septembre i d-jd. 
3) Voir la Lettre N°. 6^6. 
'*) D'après les mesures les plus exactes, le diamètre devait, à cette date, être de 1 5". 



CORRESPONDANCE. 1660. 



Je n'ay pas encore receu refponfe de Monfieur Hevelius 5) dont je fuis un peu 
eftonnè. Mais bien plus de ce que le Prince Lcopold '') ne me fait rien mander. 
Il me femble que du moins par ion Secrétaire il me devroit faire dire quelque mot 
de civilité, la fiene eilant fi grande comme autrefois vous m'avez afTurc '). 

A Monfieur Monfieur Bouillaut 

A Paris. 



N° 705. 

G. A. KlNNER A LÔWENTHURN à ChRISTIAAN HuYGENS. 
I JANVIER 1660. 

La Ictlre se trouve à Le'ulen , coll. Iliiygens. 
Elle est la ■.■épouse au No. 6S6. 

Pei-illultri , Generofiffimo, Clariffimoquc Viro Domino Ciiristiano 

HUGENIO DE ZULICHEM. 

GoDEFR. Aloys. Kinner S. p. D. 

Et felicilTmium ineuntis noui anni exordium apprecatur. 

Tarditatem literarum tuarum praeftantiâ doni tui '), quod proximis adiunxilH li- 
bcralifllmè compenfàili, Nobiliifime Hugeni; parcior uidelicet efie foies, ut libera- 
lior efie poiTis, et in Aulicorum confpeélum iine raunere uenire praeter morem elTe 
tu quoque exiilimas. Ampleftor ego tuum crga me aifeftum profeéto fingularem, 
qui ad amici tanto licet terrarum interuallo fejunfti memoriam te compellit. Sum- 
moperè me deleftauerunt fpeculationes tuae circa Syftema Saturnium, clarifllmè- 
qiie mihi perfuadere uideris horizontem illum lucidum vSaturno circumdatum cau- 
fare diuerfifllmas brachiorum eidem annexorumuices,praeterquam quod terra motâ 
in fyftemate tuo uteris, quam ego ftare malim. Phaenomenon illud fixae mediae -} 



5) Hevelius ne reçut la lettre de Iluygeusdu 17 octobre 1659 (voir la Lettre N°. 676), qu'a 

commencement de juillet 1660 et donna sa réponse le 1 3 du même mois. 
*) Voir à ce sujet la Lettre de Huygens à Chapelain du 1 septembre 1660. 
') Consultez la Lettre N°. 623. 



^) Le Systema Saturnium. Voir la Lettre N°. 640, note 2. 

-) Il s'agit ici de la nébuleuse d'Orion. Voir le Systema Saturnium, où se trouve l'observation 
de Chr. Huygens. 



CORRESPONDANCE. ï66o. 



in enfe Orionis mihi fané mirabile uidetur, ut et omnibus illis quibus id uiden- 
dum exhibui; nihilque niagis in uotis habeo, quàm ut oculis liceat mihi id iplum 
confpicere, quod utique propediem futurum exiftimo : nam in opère iam funt ifthic 
tubi 1 8 pedum fi uitrum remotius ab oculo utrinque lecundum eandem fphaeram 
claboretur, quos pro illo phaenomeno repraefentando fufïefturos exiilimo, quia 
artifex ille tuborum macliinator haftenus in tuborum perfeftione excelluit, licet 
circa maiores efFormandos hucufque nunquam fuerit occupatus; donec demum 
magno meo hortatu ac poene impulfu negotium utcunque arduum fit aggrelTus : 
quo l'pero id nos eiïefturos, ut deinceps tibi pofterifque obferuationes Saturnias 
liceat communicare , quae futuris faeculis pro exafta Saturni notitia poterunt de- 
feruire. Caefari ^') ipfi non omittam rem fcitu adeo dignam repraefentare et tum 
quoque occafio erit primum illius nouitatis inuentorem, te fcilicct, Praefiiantiffime 
Hugeni, mérita laude atque encomio cclebrandi. Non minus illa placuerunt inge- 
niofifiima tlieoremata, quae de Sphaeroidum Conoidumque fuperficiebus féliciter 
inuenifti, quorum demonfiirationes luci quàm primum datas avidiflimè cupio. Ego 
uero (ut alihs etiam tibi fcripfifle memini) uix uiuo, dum in Aula uiuo: ocior 
enira, quia fine iludiorum folatio uiuo; neque mirum id eo in loco, ubi ociuni 
fimile negotio, et ipfa negotia vix aliud praeter ocij nomen merentur. Paucis antè 
diebus Auguftiflimus Caefar me ftudijs et inftitutioni Fratris fi.ii Sereniffimi Caroli 
Archiducis "*} praefecit. Fortaflîs haec occafio llimulos dabit, de uero et literario 
ocio nonnulla cogitandi. Tu intérim uale, Vir doftiflîme, utere tempore felicita- 
teque ingenij tibi concefl"â in publicum mundi bonum, et gratias habe quàm 
maximas pro munere tranfinifix), meque ama. 

Viennae i Januarij 1660. 

P. S.D. Dominus Marcus^) iam pridem in fuam Boëmiam remigrauit: quantum 
fcio nullas obieruationes Jridum aut halonum liabec; icifcitabor nihilominus, ut 
tuae intentioni latisfiat. 



3) Leopold 1er. Voir 1;t Lettre N°. 673, note 4. 

+) Karl Joseph, fils de Ferdinand IIl , Empereur d'Allemagne, et de Maria Leopoldina de Tyrol, 

naquit le 7 août 1649 et mourut le 27 janvier 1664. II a été évéque de Passau, et en 1662, 

à l'âge de treize ans, grand-maître de l'ordre teutonique. 
5) Johannes Marcus Marci de Kroniand. Voir la Lettre N°. 167 , note 5. 



CORRESPONDANCE. 1660. 



N= 70(). 

IsM. BOULLIAU à CllRISTIAAN HuYGENS. 
2 JANVIER 1660. 

Ln lettre se trouve h Leideii , coil. Iliiygens. 
Elle est la réponse an No. 692. 

A Paris le 2. Jmniier 1660. 
Monsieur 

J'ay eu des affaires qui m'on: ofté le moyen de l'efpondre a la vollre de 1' Xle 
Décembre dernier; & je n'ay pas eu le temps de faciffaire au dernier article par 
lequel vous me demandez que je drefTe la figure celefte d'vne perfonne de vos 
quartiers : Il faut que vous me faciez fcauoir la hauteur du Pôle du lieu ou elle 
eft née, & la diftance du Méridien de celluy d'Vranibourg, afin que je puiflc; faire 
quelque chofe d'exaft. 

J'ay diftribué vne partie de vos liures, & j'ay fait aducrtir ceux qui font def- 
nommez dans la voftre afin qu'ils priffent la peine de me venir trouucr. Monfieur 
de Belair eil mort, et ainfi l'exemplaire, qui elloit pour luy fera pour Monfieur 
Auzout. J'ay porté moy niefmc chez Monfieur Chanut l'exemplaire que vous luy 
auiez deiliné, & jay laifll" vn billet par lequel je le prie de vous efcrire, & de vous 
tcfmoigner quil a rcceu le liure. Il efioit allé a la campagne afin de rencontrer 
Monfieur le Surintendant des finances '). 

J'apprens qu'en Angleterre il y a vn homme qui a fait des lunettes dont le tuyau 
cfl:ant rempli d'eau claire jette vne grande lumière la nuiét par celle d'vne chan- 
delle feule. L'on parle aufll d'vne autre longue d'vn palme auec laquelle on peut 
defcouurir vne armée de 6. lieues loing. Je voudrois auoir veu tout cela; je croy la 
première véritable, mais la féconde non. Je vous envoyaj l'ordinaire pafl^é vne 
lettre ") de Monfieur de Carcaui qui contient plufieurs belles chofes. 

Je vous prie de voir Jupiter qui proche de l'eftoile") qui eft au genouil poflerieur 
du Çi'^. & vous verrez fi vous voulez calculer fur mes tables combien elles font juf- 
tes. Je vous fouhaitte toute profperité et fanté a ce commencement d'année ; Je iliis 
Monsieur 

Vollre trefhumble et trefobeilTant feruiteur 

BoULLIAU. 

A Monfieur Monfieur Christian Hugens de Zulichem. 

A la Haye. 



") Enmargeon lit: I3°.8' m;. [Chr. Huygens.] 



') Nicolas Foiicqiiet. Voir la Lettre N°. 605, note 7. 

-) Voir la Lettre N°. 698 et les Appendices Nos. (^ç)^ et 700. 

3) L'étoile rr Leonis. 



CORRESPONDANCE. l66o. 



N" 707. 

IsM. BOULLIAU h CllRlSTIAAN lIuVGEN.S. 
9 JANVIF.R 1660. 

Ui /c-//yc se iriiitvc à Leideii , cuil. /Ii/yif'-ns. 
Elle est hi réponse au Nu. 704. Clir. Ilnygens y répunJit par le Nn. 711. 

A Paris le pe Januier 1660. 
Monsieur 

Je trauailleraj demain matin au Genethliaque de cette perfonne qui ne veut 
pas élire cognïie; ce que je feray meriteroit bien quelque marque d'eilime, comme 
feroit quelque bijoux des jndes , je ne fuis en façon du monde touché d'auarice, 
& je ne fuis pas mercenaire; mais je feray bien aife d'auoir quelque gentillefTe que 
je garderai comme vne faueur receùe. 

Le Sieur Hanet s'en eil: allé d'icy fans m'aduertir de fon départ, ce qui m'a mis 
en peine, il faut donc attendre fon retour afin d'auoir l'horologe , je ne fcay pas 
encores s'il eft en cette ville. 

J'ay faiâ: dire a ceux a qui vous auez delliné vos liures & qui font loing de cette 
mailon qu'ils me vinffent trouuer, & que je leur donnerois chacun leur exem- 
plaire. Meiïieurs Chanut & de Roberual ont eu les leur; J'eilime grandement 
ces Meffieurs mais comme ils n'ont pas cultiué l'Aftronomic je doubte fort quils 
puiffent vous faire d'objeétion; & fans me vanter je croy que j'ay faift la feule qui 
fe peut faire. Je fufpens mon jugement touchant le véritable diamètre de J*. mais 
il paffe 30." lors qu'il ell périgée. J'ay aujourdhuy efcrit en Pologne a Moniieurdes 
Noyers ') Secrétaire de la Reine qui eil a Dantzigt, ou toute la Court de Pologne 
fe trouue, & je le prie d'aduertir Moniieur Ileuelius que vous attendez refponfe 
de luy , & que vous vous ellonnez de n'en auoir point receu. Il cil treflent a faire 
refponfe , j'en attends de luy il y a près d'un an. 

Je vous cnuoye la figure -) de l'horologe a pendule commencée par Galilei , 
tel qu'on me l'a enuoyé de Florence. Je vous enuoyeray cy après ^) la figure de 
l'horologe que Monfieur le Grand Duc a dans fon vieil palais de Medici dans la 



') Voir la Lettre N°. 448, note 4. 

-) Voir la planche insérée ci-contre. Le revers de la feuille originale porte l'adresse: 
A Monfieur Monfieur Chriftian Hugens de Zulichem 

A la Haye. 

écrite de la main de Boiilliau , de même qne l'inscription : 

Morologc commencé par Galileo Galilei avec vn pendule. 

Iluygens ajouta cette note: 

MifiTum a Sereniflimo Principe Leopoldo ad Bullialdum, ab illo ad me. 1^. 

15 janvier 1660. 

Cum defcriptio horologii mei édita fuiffet 1658. 
3) Voir la Lettre N°. 712. 




;J. /- A», «r^o . rlorolopf_ CoTnm&ncé. fiât Ca-ulea Qudej 'Msj: -vn penduh 



CORRESPONDANCE. 1660. 



ville de Florence, qui eft vn horologe public, par la première lettre que j'efcri- 
ray a Monfieur le Prince Leopold je luy infinueray quelque chofe de la refponfe 
que vous attendez de luy. Je fuis de tout mon coeur 

Monsieur 

Voftre trefhumble & trefobeiffant feruiteur 

BOULLIAU. 

A Monfieur Monfieur Christian Hugens de Zulichem 

A la Haye. 



N° 708. 

IsM. BouLLiAU à Christiaan Huygens. 

( 16 JANVIER 1660. 

La lettre se trouve à Leiden, coll. Huygens. 
Chr. Huygens y répondit par le No. 714. ^ 

A Paris le i6. Januier 1660. 
M. Chris. Hugens de Zulichem. 
Monsieur 

Je vous enuoye le jugement ') que j'ay fait sur le thème celefle que j'ay dreffé 
fur la datte que vous m'auez enuoyee. Je n'ay pas parcourru tous les points que les 
Artrologues ont accouflumé de traitter pource que mon opinion n'eft pas que l'on 
puifîè juger ny des frères, parens, feruiteurs &c dont ils ont faidl des reigles & des 
aphorifmes. Je regarde le tempérament & les chofes qui s'enfuiuent. Je vous prie 
de me dire fon nom & fa qualité. 

J'ay receu vne lettre de Monfieur Heuelius par cet ordinaire qui -) efcrite le 
9e Décembre, il ne fait point d'autres objedlions a voftre Syfi:eme que celles que je 
vous ay faiftes 3), auffi font elles les feules. Il fe plaint vn peu de vous de ce que vous 
n'auez pas rapporté de luy dans voftre Hure tout ce qu'il croid que vous deuiez allé- 
guer. Je le prieray dans la refponfe que je luy feray bien toft de vous eicrire et de 
vous dire franchement fes fentimens. Je vous enuoyeray par le prochain ordinaire 



') L'horoscope de la Princesse d'Orange. Voir 1" Lettre ]N!°. 704. 

^) Ajoutez: eft. 

3) Consultez la Lettre N°. 684. 

Œuvres. T. III. 



CORRESPONDANCE. 1 66o. 



le modèle en crayon de l'horologe a pendule que Monfieur le Grand Duc a faift 
accommoder dans le vieux palais de Medici. Je fuis 
Monsieur 

Voflre trefhumble et trefobeiffant ferviteur 

BOULLIAU. 
Le Sieur Hanet ne comparoifl: point & je ne peux recirer l'horologe. 



N= 709. 

Fr. van Schooten à Christiaan Huygens. 

17 JANVIER 1660. 

Lu lettre se trouve h Leideii^ coll. Huygens. 
Elle est la réponse au No. 691. 

Nobiliffimo ClarilTimoque Viro Domino Christiano Hugenio 
Fr. à Schooten S. 
Clariffime Vir 

Ecce offert ^&k tibi Vir Clariffimus Dominus Johannes Joachimus Becherus '), 
Spirenfis Mathematicus , et in aula Eleftoris Moguntinenfis ") Medicus, qui, ut 
mihi retulit per continuos 8 annos in Mechanicis fe exercuit, et in quibus egregia 
etiam praeftitit. InvenifTe enim perhibetur Perpetuum Mobile s) quod jam per 
femi annum duravit, atque etiamnum Moguntiae fe movere infpici poteft, impenfis 
Eleftoris concinnatum. Sed quia Theoriam minus pertraétaflè videcur, ideo Hypo- 
thefes quafdam in chartam conjecit, quibus inventum fuum inniti afferit, confidens 
fore ut (i inter doftos vel in hac arte peritos, quorum nomine et ego et alij Te illi 
prae caeteris commendavimus, aliqui inveniantur, qui ipfius Hypothefibus aftipu- 
lentur, minime de ipfius inventi perfeélione tune fit dubitandum. Is igitur per 
Dominum Sylvium '*), Medicinae hîc Profeflbrem Clarifllmum, ad me deduftus 



') Johann Joacliim Bêcher, fils d'un pasteur luthérien, naquit en 1635 à Speyer, et mourut à 
MecklenbOurgen 1682. Il tut professeur de médecine à Mayence et médecin du comte Palatin, 
conseiller impérial de la chambre de commerce , puis se mit à voyager en Suède, en Hollande 
et en Italie. Il a beaucoup écrit, tant sur Talchyraie que sur toutes sortes de projets de fa- 
briques, sur la colonisation aux Indes, l'agriculture, le Commerce, l'exploitation des mines. 
11 fut le précurseur de Stahl dans la théorie phlogistique. En 1680 il se rendit en Angleterre 
et en 1681 au Mecklenbourg. 

°) Johann Philip von Schônborn, naquit en 1605 à Eschbach et mourut en 1673. En 1(343 il 
devint Prince-évêque de Wurzbourg et en 1647 Archevêque et Electeur de Mayence. 

3) Consultez l'ouvrage de G. Schott, Technica Curiosa, page 712. ("Voir la Lettre N°. 498, 
note 4). 

■•) François de la Boe Sylvius, fils de Isaac de la Boe et de Anna de Vignette, naquit en 1614Î1 
Hanau et mourut à Leiden le 10 novembre 1672. Il étiidia la médecine à Leiden et fut créé 



CORRESPONDANCE. 1660. 



fuit, cui ab alijs erat commendatus; non icaque (ii placer) grave duces mentem 
ejus exaftè fcifcitari, ut etiam fencentiam tuam adjungere fuper ijfdem Hypothefi- 
bus poffis, fiquidem Clariffimorum in Batavia Mathematicorum judicium prac 
caeteris magni facit, ac praefertim etiam tuum, utpote quem in Mechanicis ob 
Horologium à te inventum ^) celebrari intellexit "). Caeterum pro libro Domini 
Tacquet ") nobis miiïb gratias tibi habeo quem juxta et traétatum Domini de Det- 
tonville ^) nuper Domino Heuraet commodavi ut eos infpicere dignaretur , in qui- 
bus multa egregia fe invenire mihi retulit , ob quam caufam etiam illos mihi non- 
dum retulit. Subtile tuum inventum circa Horologium depraedicat, quod Icilicet 
haud ita pridem invenill:i. Doleo mortem Artiiicis infignis Samuelis Cofteri »), piae 
memoriae, praefertim cum is ad perfcftionem Horologij tui alTequendam prae cae- 
teris effet commendandus et jam in eo fabricando iecundum mentem tuam valde 
effet peritus. Alium fi defideras artificem, qui ulterius eximia tua inventa ad opus 
redigat, poteris adfcifcerc in locum defunfti nortrum Jacobum de Steur '°), qui non 
folum in Horologij s, ut nofli, fabricandis, fed et Mathematicorum inftrumentorum 
flruftura hodie eft perfeétiffimus, ac fe nuper meo nomine etiam tibi deditum obtulit. 
Hune igitur fi adoptaveris, crediderim tum tuis meditationibus tum ipfius manûs 
dexteritate multa egregia adhuc liperari poffe, quae humano generi proficua fint 
futura. Quae ut eveniant praecor Deum Optimum Maximum ut cum ineunte hoc 
anno tibi omnia ex voto atque in animae falutem fuccedant. Vale. 

17 Januarij 1660. 

Aen Mijn Heer, Mijn Heer, Christian us Hugenius, 
ten hiiijfe van de Heer van Zuijlichem , Raedt ende Rente- 
meefter van fijn Hoocheyt den Prince van Oranjen 

in S'graven-hage 
met vrundt. Op het pleijn. 



docteur à Bàle en 1637; après avoir exercé son art pendant une année à Hanau, il retourna 
à Leiden, puis alla à Amsterdam; en 1658 il l'ut nommé professeur à Leiden. En 1665 il 
épousa Magdalena Lucretia Schletzer, qui mourut en 1667. 

5) Voir la Lettre W°. 511, note 2. 

*) Plus tard Bêcher devint opposant de Huygens, voir son ouvrage: 

J.j. Bêcher. De nova dimetiendi temporis ratione. Londini. 1680. 

7) Cylindricorum et Annularium Liber Quintus. Voir la Lettre N°. 102, note 5. 

8) Lettres de A. Dettonville. Voir la Lettre N°. 560, note 32. 

5*) Van Schooten se trompe ici sur le prénom: c'est Saloraon Coster. 

'°) Nous ne savons pas si Chr. Huygens a jamais employé ce Jacob de Steur. Il était né a Lei- 
den, et épousa en juin 1655 Marya van Deyl, veuve de Cornelis van Duyn. De Steur demeu- 
rait à Leiden prés de l'Eglise St-Pierre, et en 1674 au Rapenburg près de l'Université. 



CORRESPONDANCE. 1660. 



N= 710. 

Christiaan Huygens à [J. Chapelain], 
[janvier 1660.] 

Le sommaire et la copie se trouvent h Leiden , coll. Huygens. 
La lettre est la réponse au No. 695. J. Chapelain y répondit par le No. 725. 

Que je n'eftime pas moins fon jugement que d'aucun aftronome. Quid alij fendant, 
VVendelinus ') Langrenus, Hefius reftor ") Hevelius ") ne fait autre que Bullialdus ♦) 
la quelle j'ay refolue. Angleterre. Patriai [?] Monfieur Heinlius en aura raifon. Prince 
Leopold envieux femble qu'il veuille que j'eufle pu deviner que Galilée y euft penfè 
pofe qu'il ell vray. deffein. ne me déroge point, mais bien fi jamais on monftre que j'en 
ay eu le moindre indice. Nouuelle invention. Je demeure extrêmement... Je fuis marry 
de ne pouvoir avoir l'obfervation de Sclieiner, et tafcheray pourtant de l'obtenir par 
d'autres voyes. Perpetuum mobile-') Joannes Joachimus Bêcher, je ne Icay fi vous ou 
quelqu'autrc avez demandé que je m'en enquiere. 



N= 711. 

Christiaan Huygens à [Ism. Boulliau]. 
22 janvier 1660. 

La lettre se trouve à Paris, Bibliothèque Nationale. 

Elle est la réponse au No. 707. 'Ism. Boulliau y répondit par le No. 716. 

Elle a été publiée par Ch. Henry dans son ^Huygens et Roberval". 

A la Haye le 22 Jan. 1660. 
Monsieur 
Vous m'avez fait un très grand plaifir en m'envoyant le deiïein ') de l'horologe 
que Galilée avoit commencé. Je voy que le pendule y eft auiïi bien qu'au mien; 
mais non pas applique de mefme façon ; car premièrement il a fubfticuè une in- 
vention beaucoup plus embarafée au lieu de fe fervir de la roiie , qu'on appelle de 
rencontre. Secondement il n'a pas fufpendu le pendule d'un filet ou petit ruban , 
mais de forte que toute fa pefanteur repofe fur l'axe fur lequel il fe meut, ce qui 
fans doute efl: la principale caufe pourquoy fa manière n'a pas bien fuccedè ; car je 
fcay par expérience que le mouuement en devient beaucoup plus difficile, et l'ho- 
rologe fubjeét à s'arrefter. Quoyque donc Galilée ait eu la mefme penfée que moy 
touchant l'ufage du pendule cela eil: plullofi: à mon avantage qu'autrement , parce 



') Voir la Lettre N°. 680. 

=) Voir la Lettre N°. 689. 

3) Voir la Lettre N°. 708. 

■t) Voir la Lettre N°. 684. 

•'^) Voir la Lettre N°. 709, note 3. 



') Voir la planche vis-à-vis de la page 8. 



CORRESPONDANCE. 1660. I3 

que j'ay efFeftuè ce dont il n'a pas fçeu venir a bout, et que je n'aye pourtant eu 
ny de luy ny de perfonne au monde aucun indice ny acheminement a cette inven- 
tion. Si jamais on trouve le contraire que l'on me tiene pour plagiaire larron et 
tout ce qu'on voudra. Vous verrez dans une féconde édition du dit horologe -), 
plus ample que la première, une belle invention que depuis peu j'y ay adjoultè 
pour la dernière perfeftion 3). C'eft le fruit principal que l'on pouuoit efperer de la 
fcience de motu accelerato , que Galilée a l'honneur d'avoir traiftée le premier : 
et je m'afliire que les Géomètres eflimeront infiniment plus cette addition que tout 
le refte de cet automate. Je fouhaite fort de veoir l'autre dellein •*) que vous me 
promettez, au quel je croy que le pendule fera attaché comme au mien, puis qu'il 
eft d'un horologe qui va en effeft. 

Je vous en auray de l'obligation fi vous faites mention de moy dans vos lettres 
au Prince Leopold et a Monfieur Hevelius. Pour le premier je m'imagine toufjours 
qu'il voit à regret que j'aye produit le premier l'invention dont je viens de parler, 
et que ce que j'aij efcrit dans la préface s) il le prend comme s'il avoit elle dit pour 
luy. En quoy certes il auroit grand tort, puis que j'ay parlé en gênerai. Monfieur 
Heinfius, qui a envoyé mon fyfteme au Seigneur Carlo Dati "), me fouftient par 
quelques raifons que le pacquet ou il y avoit des lettres pour luy et pour moy doit 
avoir efi:è efgarè, et il a auflî efcrit pour fçavoir ce qui en efl:. de forte que j'efpere 
d'en efl:re efclairé bientoft, qui eft tout ce que je pretens, car fi l'on me repond ou 
non je ne m'en foucie pas beaucoup, et je fcay que c'eft des chofes rêv ovy. sCp" viftiv. 

Ce que vous prétendez touchant le Genethliaque n'eft pas bien jufte, et j'en ay 
défia fait informer la dame, qui n'eft pas en cette ville. J'avois efperé de le rece- 
voir par ce dernier ordinaire, et je vous prie derechef de l'achever s'il ne l'eft pas 
encore. 

Vous m'efcriviez dans votre pénultième Q des nouuelles inventions en dioptri- 
que qui feroient en Angleterre. Pour ce qui eft de la multiplication dé la lumière 
par le moyen du tuyau rempli d'eau, je ne croy pas qu'elle furpafTe celle que pro- 
duit un verre convexe gros et large comme j'en ay dans une lanterne. l'efFeâ: du te- 
lefcope d'un palme n'eft pas allez déterminé, de ce qu'il eft dit découvrir une armée 
de 6 lieues loin, car il faudroit fçavoir avec quelle diftinélion. mais pour moy je 
fcay demonftrativement qu'une lunette d'un palme ou d'un pied ne peut faire guère 
plus d'eifeft qu'elles n'ont fait jufqu'icy. 

En beaucoup de jours je n'ay pu veoir Jupiter a caufe des nuées ou brouillars. 



^) Ce n'est qu'en 1673 que Christiaan Huygens publia eette invention dans son ouvrage: Horo- 

logiuni Ofcillatorium. 

3) Il s'agit des arcs cycloïdaux. Voir la Lettre N°. 703. 

"*) Voir la planche vis-à-vis de la page 14. 

5) Voir la Lettre N°. 510". 

^) Voir la Lettre N°. 652. 

"") Voir la Lettre N°. 706. 



14 CORRESPONDANCE. 1 66o. 



finon avant hier au foir, à 1 1 heures, mais la clarté de la lune m'erapefchoit de veoir 
aucune eftoile proche de luy, tant que je regarday fans telefcope, lequel ayant pris 
je vis une eftoile afiez grande éloignée de 48' environ du cofté d'orient. Je croy que 
c'eft celle du genouil pofterieur dont vous parles ^), dont la longitude dans votre 
catalogue eft 13.8'. ni; quand j'auray un peu de loifir je feray le calcul félon vos 
tables pour veoir leur exaétitude de la quelle je fuis defia fort perfuadè. 

Je vous rens grâces derechef de la peine que vous prenez a faire la diftribution 
de mes exemplaires. C'eft aflez que Monfieur Chanut ait receu le fien et je ne 
voudrois pas qu'il prit la peine de ra'efcrire pour cela. II y en avoit un pour Mon- 
fieur Huet 9) lequel je vous recommande encore, a fcavoir de l'en voijer a Mon- 
fieur Chapelain. Je fuis parfaitement 

Monsieur 

Voflre très humble et très obeiffant ferviteur. 

Avant hier il me vint veoir un Allemand nommé Joannes Joachimus Becherus ") 
qui fe vante d'avoir conftruit un perpétuura mobile ") a Mayence au dépens de 
l'électeur, qui auroit defia allé 6 mois durant folis principiis mechanicis. Je n'en 
croy rien. 



■ N= 712. 

IsM. BouLLiAU à Chrisïiaan Huygens. 

[23 JANVIER 1660.] 

La plauclie se trouve à Leiden, coll. Huygens. 
C/ir. Huygens y répondit par te No. 718. 

La planche ci-contre esc la reproduction du dessin envoyé par BouUiau à Christiaan Huygens. 
Le revers de l'original porte l'adresse écrite par Boulliau : 

A Monfieur Monfieur Christian Hugens de Zulichem 

A la Haye. 

L'inscription: 

Figure de l'horologe a pendule qui eft a Florence dans le vieil palais 
de Medici. 

est également de la main de Boulliau. Huygens ajouta cette note : 

MifTum a Sereniflimo Principe Leopoldo ad Ifm.BuUialdum. Anno 1660. 
Cum defcriptio mei horologii édita fuiffet Anno i<558. 

Le dessin paraît avoir été envoyé sans lettre conductrice; du moins, celle-ci ne se trouve pas 
dans nos collections. 



8) Voir la Lettre N°. 706. 

**) Pierre Daniel Hiiet. Voir la Lettre N°. 648, note 3. 

'°) Voir la Lettre N°. 709, note i. 

") Voir la Lettre N°. 709, note 3. 






'ojitii eit. .ÀieJACd 










i 



CORRESPONDANCE. 1 66o. 15 



N° 713. 

A. BoDDENS h [Christiaan Huygens]. 

27 JANVIER 1660. 

La lettre se trouve à Lehlen, coll. Huygens. 

Nobiliffime Domine 

Egregii veftri Syftem-atis Saciirnii Exemplar, fefe accepiiïe hac inclufa ') Clarif- 
fimus Hevelius mihi fignificavir, quam ut quid in ea contineatiir fcires, & lu can- 
dide meum officium praeftarem Tibi mittere decrevi. Id quod vides Calenda- 
rium Amici noiliri Diderici Remberti filii -) doniim eft. Syllogen illam Tycho- 
nis 3) de qua Dominus Hevelius, omnino mihi comparavi, quam cefTante frigorc 
Dantifcum mitcere cogito, fi quid autem una illic volueris mittere, vel cuvari, rogo 
demandes 

Nobilitatis Tuae Promptiffimo 

A. BoDDENS. 

Dabam Lugduni Batavorum 
27 Januarii \66o. 

Literas fi quas digneris refcribere curabis deferri ten huijfe van Elias Paulufz 
over de Leege werf in de kalander moolen. 



') Cette lettre de Hevelius ne se; trouve pas dans notre collection. 

=) Dirk Rembrandtsz van Nierop. (Voir la Lettre N°. 201, note 5.) Il s'agit ici de son 
ouvrage : 

Nier-per Graed-Boeck, inlioudende de Tafelen vande Declinatie der Sonne, mitfgaders ver- 
fclieyden ghebruyck der Noort-fterren, ende eenige andere voornaemfte Vafte-fterren. Nu 
eerft van nieuws ghecalculeert, uyt de alderbefte Obfervatien van Tyclio Brahae, en andere 
vermaerde Authviren, aile Zeevaerders ten dienfte, gherekent op den Meridiaen deferLanden. 
Als mede Kort in-houdt van de Streckinge van Courflen, getrocken uyt den Nieuwen Groote 
Zee-Spiegel, ghenaemt de Liclitende Coloumne. Al t'famen van nieuws overgefien, ende 
Declinatie nieuws uyt-gerekent, als oock met verfcheyden Tafelen verbetert door Dierck 
Rembrantfz. van Nirop, Lief-hebber der Matematifche Konften. 't Amfterdam. By Gerrit 
van Goedefberg, Boeck-verkooper op het Water, tegen over de Nieuwe-Brugh. 1659. in-8°. 

3) Sylloge Ferdinandea five obfervationes Tychonis Brahe Anno 1652. Viennae. 1657. 



\6 .CORRESPONDANCE. 1 66o. 



N= 714- 

Christiaan Huygens à [Ism. Boulliau]. 
29 janvier 1660. 

La lettre se trouve à Paris, Bibliothèque Nationale. 
Elle est la réponse au No. 708. Isa/. Boulliau y répondit par le No. 719. 

Sommaire : HoroCcope receii. qvii c'oft damoifelle. Hanet. Hevelius. Talile d'eqimtioii. horologij. DeiTein pas receu. 

A la Haye le 29 Jan. 1 660. 
Monsieur 

Apres que ma lettre fufl: partie, que je vous fis ') il y a 8 jours, je receus la 
voftre avec l'horofcope, dont je vous remercie trefhumblement. La dame eft la fille 
féconde du Prince Frédéric Henry d'Orange, s'appelle Albertine"), et a efpoufè 
le Prince Guillaume de Nafiau, gouverneur de Frife. Pour le luy faire tenir je l'ay 
donné à la foeur d'une de fes damoifelles, qui efl: icy à la cour de la Princefle doua- 
riere, parce que cette foeur avoit la commiffion de folliciter le dit thème. J'ay auffi 
communiqué à la mefme ce que vous efcriviez du bijou 3), afin qu'elle en advertit 
la Princefle, ce qu'elle accepta volontiers. 

J'ay vu la refponfe que Monfieur Hevelius a fait à celuy *} qui luy a envoyé mon 
fyfleme, dans la quelle il fe plaint de ce que je n'ay pas refpondu a fa dernière let- 
tre ^y. d'où j'apprens qu'il n'aura pas receu les exemplaires que je luy ay envoyé 
moy méfme pour luy et pour Monfieur le Secrétaire *) de la Reine, avec une longue 
lettre 7). Pour plus grande feuretè j'en avois envoyé par deux voyes, mais avec ceux 
que Monfieur Boddens luy a adrelTé il n'y avoit point de lettre, ceux ou il en avoit 
feront fans doute perdu avec le navire, car nous avons fçeu que devant le Pillau il 
en efl: péri plufieurs. J'en fuis bien fafchè, et luy en efcriray. 

Si Hanet dit vray vous n'avez qu'a prendre vollre horologe chez le Sieur Petit ^) 
au quel il a envoyé ordre pour cela il y a plus de 3 femaines, car ne partant pas 
pour Paris comm' il m'avoit afîuré, il n'a pas laifl^è de mander au dit Sieur Petit ce 
qu'il auroit a faire des horologes. Je vous prie derechef que je puifl^e veoir l'autre 
defl"ein de l'horologe du Grand duc. Pour juger exaftement de la jufi:efl"e du mien, 
au quel j'ay adjoufl:è la dernière invention mentionnée dans ma précédente ^}, je fuis 



') Voir la Lettre N°. 711. 

-) Albertina Agnes. Voir la Lettre N°. 1 26 , note 2. 

3) Consultez la Lettre N°. 707. 

'*) Abraham Boddens. Voir la Lettre N°. 713. 

5) Voir la Lettre N°. 540, du 26 octobre 1658. 

") Des Noyers. Voir la Lettre N°. 448 , note 4. 

7) Voir la Lettre N°. 676. 

8) Le libraire Le Petit. 

») Consultez la Lettre N°. 7n. 



CORRESPONDANCE. 1660. 17 



après à conftniire une table pour l'aequation du temps, ex duabus caufis quas Pto- 
lemeus agnofcit, car pour ce qui eft de l'inégalité des converfions journelles de la 
terre que vous voulez introduire avec Kepler, je vous avoiie librement, que n'en 
voyant pas d'autre fondament, je ne la puis croire. Je trouue, quen accomodant mon 
horologe à la longueur moyenne des jours, et pofant l'indice fur l'heure apparente 
lors que le foleil eil in pr. V, il faudra, lors qu'il ell: parvenu environ au 10 degré 
de ni , adjoufter 24. 28" a l'heure que monllre l'horologe, pour avoir l'heure appa- 
rente, et lors que le foleil eil vers le 24 degré de u^;, orter 7'. 20" de la dite heure de 
l'horologe. Je voudrois bien fçavoir ce qui vous femble de la table de Mulerus '°) 
pagina r3o Tabularum Frificarum "), et de la manière qu'il prefcrit pour s'en fer- 
vir. Je croy qu'il n'a pas bien entendu cette matière, qui eft aftez obfcure. Je fuis 
parfaitement 

Monsieur 

Vofhre très humble & très obeiffant ferviteur, 
Chr. Hugens de Zulichem. 



N" 715. 

Cl. Mylon à Christiaan Huvgens. 
30 janvier 1660. 

La lettre se trouve à Leiden , coll. lluygetis. 

A paris ce 30e Januier 1660. 
Monsieur 

Eftant allé voir Monfieur Bulliaut jl y a 3 Jours, Jl me donna vn Exemplaire de 
voftre fyftenie de Saturne ') que vous Luy auiez Eiuioyé pour moy depuis vn mois, 



'°) Nicolaus des Muliers (Mulerius), fils de Pierre Mulier et de Claudia le Pettre, naquit le 
25 décembre 1564 à Bruges et mourut à Groningue le 5 septembre 1630. Créé docteur en 
médecine à Leiden en 1589, il s'établit à Harlingen, passa en 1602 à Amsterdam, en i(5o3 à 
Groningue, devint recteur de l'Ecole Latine à Leeuwarden en 1608 et en 161 4 professeur 
de mathématiques et de médecine à Groningue; il publia plusieurs calendriers. Il épousa 
Christina Six, qui mourut le 16 novembre 1645. 

"} Tabvlae Frificae Lunae-Solares qiiadruplices; è fontibus Cl. Ptolemaei, Régis Alfonfi, Nie. 
Copernici, & Tychonis Brahe, recens conftruftae operà et ftudio Nicolai IWvlerl. Doft. 
Medici et Gymnaliarchae Leowardiani. Quibus acceffêre Solis tabulae totidem; liypothefes 
Tychonis illuftratae: Kalendarium Rom. Vêtus, cum methodo Pafchali emendatà. Alcmariae. 
Excudebat lacobus Meefterus Typographus ordinarius. Veneunt Amftelrodami apud Wil- 
helmum lanflbnium. anno 161 1. Cum privilegio ad decennium. in-4°. 



') Voir la Lettre N°. 640, note 2. 
Œuvres. T. III. 



CORRESPONDANCE. 1 66o. 



cela me fait craindre que vous ne me croyez trop parciTeux a vous en remercier. 
Je n'aurois pas manqué a vous en témoigner mes rcmerciments fi je reufîe receu 
plurtoil, J'eiHme trop ce prefent et la perfonne dont Je le tiens, J'auois bien fceu 
qu'il en clloit venu quelques Exemplaires en cette ville des Libraires a qu'ils 
auoient cM enlcues incontinent; de forte que n'en trouuant point d'autre J'em- 
prunte ccluy de Monfieur Chapelain par le moyen d'un de fes amis. Je le leus fans 
le quitter , car vous efcriuez fi bien que quand on ne cherchcroit rien autre choie 
que la pureté et l'elegance jl ne faut que lire vos ouurages, ce qui me charma encor 
d'auantage, c'eil l'hiftoire de vos obferuations , elles font fi bien faites et fi bien 
fuiuies qu'il me femble qu'on ne peut rien dire contre l'hypothefe de l'Anneau que 
vous en tirez. L'orbite Elliptique de la petite Lune qui Elargit et Ellrecit ion 
Ellipfe dans les meimes temps que celle de l'Anneau, me femble vn argument 
affeurè pour le Conclure, J'efpere que vous continuerez d'obferuer et que dans la 
fuitte des temps tous les phénomènes fe trouueront conformes a voftre hypothefe , 
J'ay penfé que l'vmbre de l'Anneau pouuoit contribuer quelque chofe a faire 
paroiilre la petite bande noire iur le Corps de Saturne, pour refpondre a ceux qui 
ont difficulté d'admettre que la fuperficie connexe de L'Anneau foit polie et d'vne 
manière a ne point réfléchir de Lumière auflî que fes bras ne feroient pas vifibles 
hors la planette quand nortre oeil ell: dans le plan de l'Anneau a caufe de fon peu 
d'efpaifleur ; Ne Ceffez point Monfieur a donner au public ces belles Lumières, 
Defcouurez tous les Jours de nouuelles beautés dans le Ciel, Conferuez moy 
Aufly l'honneur de vos bonnes grâces puifque Je feray toute ma vie et de tout 
mon Coeur 

Monsieur 

Voftre trefhumble et trefobeiflant feruiteur, 

Mylon. 

A Monfieur Monfieur Hugens de Zulichem 
12 A la Haye en hollande. 




CORRESPONDANCE. 1660. I9 



N= 716. 

IsM. BouLLiAU à Christiaan Huygens. 

30 JANVIER 1660. 

1.(1 lettre se trouve à Leideu., coll. Iliiygcns. 
Elle est la réponse au Nu. 711. Clir. Huygens y répondit par le Nu. 718. 

A Paris le 30e Januier 1660. 
Monsieur 

Je fuis fi prefîe que je ne puis rerpondre qu'a vne partie de la vollre du 22e. du 
courrant, qui ell: touchant le genethliaque de la perfonne que vous fcauez, le- 
quel je vous ay enuoyé '), et duquel vous me parlez comme ne l'ayant pas receu. 
ce qui me met en peine; & je ne fcay pourquoy on auroit retenu le pacquet chez 
Monfeigneur l'AmbalTiadeur. je vous remercie de ce que vous auez efcrit a cette 
perfonne en ma faneur. Je vous enuoyay il y a 8. jours la figure -) de l'horologe a 
pendule que Monfieur le Grand Duc de Florence a faift adjuiler dans le vieil 
palais de Medici. 

Je verray auec bien du plaifir voftre nouucllejnvention dans l'horologe a pen- 
dule. Au refte le Sieur Hanet ^^ ne paroift point encores & je ne fcay quand je 
pourray retirer l'horologe que vous m'auez fait faire. Je fuis 

Monsieur 

Voftre trefhumble & trefobeifiant feruiteur 

BoULLIAU. 

A Monfieur Monfieur Christian Hugens de Zulichem 

A la Haye. 



') Voir la Lettre N°. 708. 

^) On trouve cette figure vis-à-vis de la page 1 4. 

3) L'horloger Hanet demeurait à Paris , mais était souvent en voyage. 



CORRESPONDANCE. 1660. 



N= 717. 

Du Gast à Christiaan Huygens. 

6 FÉVRIER 1660. 

La lettre se trouve à Leiden , coll. Huyirens. 

De la campagne ') ce 6 Feurier 1660. 

Monsieur 
J'ay différé quelque temps h vous faire reponfe fur le Pafcalin -), parce que pour 
le faire exaftement je voulois auoir celle de Monfieur Petit =") à la lettre que je luy 
en auois écrite du lieu ou je fuis à la campagne. Il m'a mandé qu'il y a plus de 
deux mois qu'il l'auoit mis entre les mains de l'homme *) de Monfieur Elzeuier, 
pour le luy enuoyer. Ainfy Monfieur Elzeuier en doit maintenant fcauoir des nou- 
uelles , et apparament l'aura t'il maintenant receu , ou efl fur le point de le rece- 
uoir. Pour la perfonne à qui Monfieur Pafcal a fait autrefois ce beau prefent, et qui 
eft une des premières en mérite que nous ayons en France , je fcay , Monfieur , 
qu'elle vous honnore parfaitement, et qu'elle a pour vous une ertime toute parti- 
culière. Elle m'a chargé de vous dire , que vous pouuez retenir cet inflrument au- 
tant de temps qu'il vous plaira, foit pour le faire voir à vos amis, foit pour en faire 
faire de femblables ; et que quand vous en aurez difpofé ainfy en toute liberté , il 
n'y aura qu'a le renuoyer par la mefme voye de Monfieur le Petit. Il y a quelques 
mois que je n'ay veu Monfieur d'Etonuille '), parce que je n'ay pas efté à Paris: 
mais j'en ay fceu fouuent, et encore aujourd'huy des nouuelles, qui portent que 
fa fanté le fortifie de jour en jour. Je vas demain à Paris pour un voyage d'un ou 
de deux mois afl'ez loin d'icy. Je luy montreray ce qui le regarde de voftre lettre ''}, 
et je puis vous dire, principalement a caufe de mon abfence, que vous pouuez luy 
efcrire, en addrelFant vos lettres, fi vous n'auez point d'autre addreïïe, à Monfieur 
Pafcal pour les luy faire tenir, et fur une autre enueloppe mettre à Monfieur le Peut 
Marchand libraire rue St. Jacques à la Croix d^or à Paris. Je fuis auec tout le 
refpefl: et la pafllon que je doibs 

Monsieur 

Voftre très humble et très obeiffant feruiteur 
Du Gast. 

12 A Monfieur Monfieur Hugens de Zulichem 

pofte d'Hollande. A la Haye. 



') La maison de campagne de Ch. d'Albert à Vaumurier. Voir la Lettre N°. 670, note 5. 

=) Voir la Lettre N°. 632. 

3) Le libraire Le Petit. Voir la Lettre N° 631 , note 5. 

+) Charles Angot. Voir laLettre N°. 704, note i. 

5) Biaise Pascal. 

■î) Nous n'avons pas trouvé cette lettre dans nos collections. 



CORRESPONDANCE. l66o. 



N= 718. 

Christiaan Huygens à [Ism. Boulliau.] 
12 février 1660. 

La lettre se trouve à Leiden, coll. Huygens. 
Elle est la réponse aux Nos. 71a et 716. Ism. Boulliau y rifpauilH par h No. 723. 

le 12 Febr. 1660. 

Monsieur 

J'ay encore a vous remercier du deïïein ') de l'horologe de Monfieur le Grand 
duc, lequel comme auffi le premier =) je ne fcay fi vous voulez que je vous ren- 
voyé, ou fi vous en avez garde des copies. Cettuila du Palais de Medicis eflant 
confi:ruit depuis la publication du mien je m''efi:onne que l'on n'a pas voulu l'imi- 
ter, puis que le changement que l'on y a apporté produira neceflliirement un mau- 
uais effeft. La pefanteur du pendule efiant appuyée fin- l'axe de Ton mouuement . 
il faudra la moitié d'avantage de poids pour faire aller l'horologe, qu'il n'y a à 
ceux de ma façon, ou le pendule efi: fufpendu à part. Pour y remédier je voy qu'ils 
ont pris le pendule extrêmement léger, mais il fe relTentira d'avantage des fautes 
de l'horologe , tellement que la juftefTe qui eft la feule chofe que l'on y cherche ne 
fera pas telle qu'avec nos pendules pelants, mefme fans ma dernière addition. Je 
vous alTure Monfieur que je m'appercois défia clairement de l'inégalité des jours, 
et je croy mefme qu'à l'avenir je la pourray mefurer , et demonfirer par expérience 
qu'il faut joindre les deux caufes entières, des quelles vous rejettez la moitié de 
l'une. Je voy que vofi:re féconde table page 8 s) eil faite des demies profiaphacrefes 
du foleil converties en temps , et que fi vous aviez pris les entières , voltre table 
univerfclle de la page faivante auroit elle la mefme que celle de Mullerus page 
280 0; au moins en mefmes intervalles de temps elle auroit donné meime aequation. 
Sed de his alias latins, car je fuis encore a eiplucher cette matière; cependant je 
vous prie d'une chofe , c'efl: de me dire ce que Ptolemee et Copernicus après luy 
ont voulu fignifier quand ils eicrivent que dies apparentes longiores excedunt bre- 
viores duplo ejus quo ijdem apparentes fuperant vel deficiunt a medijs : Vous l'ex- 
pliquez ad literam P s^, quod apparentes colleéli à medietate tïs ad principiura x\\ 
excedunt colleélos à principio \\\ ad medietatem nt; horâ i. 6' 40". comment compa- 
rez vous les jours qui font à principio 111 ad médium nt;, a ces autres qui font pref- 
que trois fois autant en nombre? Je ne croy pas auffi que pour avoir le vray lieu 



') Voir la planche vis-à-vis de la page 14. 

°) Voir la planche vis-à-vis de la page 8. 

3) Consultez l'Adronomia Philolaica, Tahulae, page 8. Voir la Lettre W. 156, note 7. 

"*) Consultez les Tabulae Frificae, page 280. Voir la Lettre N°. 714, note 8. 

5) Voir r Astronomia Philolaica, page 86. 



CORRESPONDANCE. 1 66o. 



de la lune il ne faudroit jamais le iervir que de la moitié de | d'un degré pour 
aequation au temps de Ptolemée. Et partant je m'eftonne de ce qu'il dit qu'en 
négligeant Tcquation du temps cela imporceroit quelques fois jufques a ^ d'un 
degré. 

Je vous ay mandé par ma précédente ") ce que j'avois fait du Genethliaque. de- 
puis je n'ay pas eu occafion de parler a la damoifelle que içavez, mais je ne man- 
queray pas de le faire pour (cavoir comment il a eilé receu , et vous en rendray 
conte, eftant en toute chofe 

Monsieur 

Voftre trefhumble et trefobeiniint feruiteur 
Chr. Hugens de Zulichem. 



N= 719. 

IsM. BouLLiAU à Christiaan Huygens. 

13 FÉVRIER 1660. 

La lettre se trouve à Leïdcn^ coll. Huygens. 
Elle est la répo'nse au No. 714. Chr. Huygens y répondit par le No. 711. 

A Paris le 13. Feurier 1660. 
Monsieur 

J'ay receu par cet ordinaire celle que vous m'auez faift l'honneur de m'efcrire 
le 29e du pafTé, par laquelle j'ay cfié bien aife d'apprendre que vous auiez receu 
mon pacquet, dans lequel eftoit l'horofcope que je vous ay enuoyé. Je vous remer- 
cie de ce que vous m'auez dit le nom de la peribnne & fon origine. Je vous rends 
grâces aufTi des bons offices que vous m'auez rendus , il faut attendre ce que fera 
cette perfonne la. 

Je croy que Monfieur Heuelius aura faift les mefmes plaintes a celluy qui luy 
a enuoyé voflre iylteme de 'l^, quil m'a faiftes dans celle que je receus de luy le 
mois paiïe. Je fuis très fafchc que la lettre que vous luy auez efcrite & les exem- 
plaires que vous luy enuoijez & a Monfieur Des Noyers foient perdus. 

J'ay retire de Monfieur Angot ') Libraire correl'pondant de Monfieur Elzeuir 



«) Voir la Lettre N°. 7 1 4. 

') Voir la Lettre N°, 704, note i , 



CORRESPONDANCE. 1660. 23 



rhorologe que je vous prié de me faire faire, elle a le quadran des heures blanc , 
mais elle a vn défaut c'ell depuis que je Tay elle s'arrefte & ne fe meut pas, j'ay 
peur qu'il n'y ayt eu quelque chofe de galle , & je voudrois que le Sieur Hanet fuil 
icy de retour, afin qu'il la miil en ellat. Je vous prie de m'en mander le prix. Elle 
ne chemine que 28. heures ou 30. au plus, que vous m'auez autreffois ellimee 
120. Livres de voftre monnoie, qui font 144. Livres de la noilre. Le chalTis a vn 
peu fouiferc & il fe trouue cfclatté, mais c'eft peu de chofe pourueu que les roues 
n'ayent point pati. 

Vous aurez a prefent receu le modèle-) de l'horologe de Florence que Monfieur 
le Grand Duc a dans le vieil Palais de Medicis. Je fouhaitte de fcauoir au pluftoft 
ce que vous auez trouué de nouveau pour l'horologe. 

Pour ce qui eft de l'équation des jours je ne croy pas que celle de Ptolemee 
puiïïè fubfifter, & je croy que je l'ay monilré dans mon Allronomie. La mienne 
efi: fondée fur la demonftration, & vous difant cela je confens que vous nayez point 
efgard a l'inégalité des reuolutions journalières de la terre, & je veux que vous les 
pofiez égales; ce que peut eflre font elles, & peut eftre non. 

La Table qui eft dans Mullerus page 1 30. Tabularum Frificarum eft félon l'Epo- 
che & la Méthode de Ptolemee; vous fcauez que le félon luy au premier de 
Thoth de l'an i. de Nabonaïïîir eft au commencement des X- & de ce midi du i. de 
Thoth commence le temps moyen & l'apparent enfemble, & la différence des Afcen- 
iions droites des mouuemens moyen & apparent faift l'équation des jours ciuils. 
Les Alphonfines 3) prenent vn autre terme, que le commencement des X,& Coper- 
nic auffi. ceft pourquoi les aequations font difterentes de celles de Ptolemee; mais 
qui pourtant font fondées fur mefme principe & mefme en eft l'vfage. l'ay quelque 
chofe a méditer la defTus, je ne fcay pas encores fi je reuffiray. Je fuis très vérita- 
blement 

Monsieur 

Voftre trefhumble et trefobeiflant feruiteur 

BOULLIAU. 

A Monfieur Monfieur Christian Hugens de Zulichem. 

A la Haye. 



^) Voir la planche vis-à-vis de la page 14. 

3) Tabule Tabular. Celeftimn Motunra Diui Alfonfi Régis Roinanonrm et Caflelle Illndrinîmi. 

Nec non Stellarû fixanmi longitudines ne latitudines ipfiiis tempore ad motus veritatë mira 

diligentia rednfte: ac in ipfas primo tabulas Alfonfi canones fine propofitiones ordinatiflîme. 

A la fin on lit„Anno Salntis 1492, cnrrente: Pridie Calen. Nonembris. Venetiis". 

Ces tables ont été souvent réimprimées : à Venise en t 503,, par Lucas Ganricns; à Bâle en 

15:24, par Paschasius Hamelius; à Paris en 1545 et 1553, par Don Manuele Rico; à Madrid 



24 CORRESPONDANCE. 1660. 



N= 720. 

Christiaan Huvgens à J. Hevelius. 

16 FÉVRIER 1660. 

La lettre se trouve à Jmsterdamf Acad. Royale des Sciences. 

La minute e: la copie se trouvent à Leiden, coll. Huvficns. 

Hevelius y répondit par le No. 759. 

Ampliffirao Chiriffimoque Viro Domino Johanni Hevelio 
Chr. Hugenius s. 

Legiffe te librura meum de Saturni Syftemate, Heveli Ckriflinie, è BuUialdi 
noftri literis ') primura refcivi, deinde etiam ex ijs quas ad Juvenem Ornatiffimum 
Abrahamum Boddenium ") dedifti. Ex quibus fimul non fine dolore didici, unum 
illud duntaxat exemplum te accepiffe quod ipfe curandum fufceperat; unde magno- 
pere vereor ne tria alia, quae menfe Oftobri mifi, unà cura epiftola s) fatis prolixa, 
in itinere interciderint. Naves aliquot ad Pillaviara tempeftate perijiïe accepi, in 
quibus forfitan illa fuerit cui exemplaria ifta comraiiTa erant. Sed jafturam parvi 
facio, illud vero moleftiffimè fero, fi quicquam propterea détriment! amicitiae 
noftrae accidit , dum falf5 exiftimas percinaciter haftenus me filuifl^e neque refpon- 
difl"e ad illas tuas *) quibufcum unà pareliorum obfervationem mififti. Serius equi- 
dem quam oportuit , fed tamen gratias egi pro munere ; de quo ne quid dubites , 
ecce apographum adjungo literarum illarum s) quas deperditas opinor. Non ta- 
men ob hoc folum ut diftis fidem habeas , fed et quod quae tune ad te fcribebam 
eadem nunc quoque te fcirc cupiam. Literas autem illas de verbo ad verbum de- 
icripfi , quod cognofces , fi quis cafus forfitan priores cum libris ad te detulerit. 
Quod utinam contingat , neque enim adhuc plane defpero. Intérim vero ne gra- 
vius mihi quam promeritus fuccenfe , fed in prifliinam potius gratiara benevolenti- 
amque recipe. Vale vir Eximie. 

Dabam Hagae Comitis i6 Februarii 1660. 

Ampliffimo Clariffimo atque Eruditiffimo Viro Domino 
' Johanni Hevelio,, Rei publicae Gedanenfis Confuli digniffimo. 

Danzic. 



'■^ Consultez la Lettre N°. 708. 

=^) Voir la Lettre N°. 713. 

3) Voir la Lettre N°. 676. 

+) La Lettre N°. 540. 

5) La Lettre N°. 6y6. 



CORRESPONDANCE. 1660. 25 



N= 721. 

Christiaan Huygens à Ism. Boulliau. 

16 FÉVRIER 1660. 

La lettre se trouve à Paris, Bibliothèque Nationale. 
Elle est la réponse au No. 719. Ism. Boulliau y répondit par le No. 733. 
Elle a été publiée par Ch. Henry dans son ouvrage ,,Huygens et Roherval". 

A la Haye le 16 Feb. 1660. 
Monsieur 

L'agente ') de la dame pour qui vous avez fait le genetliaque ^) m'a dit de la 
part d'elle que j'euiïè a vous faire fes remerciemens de la peine que vous aviez 
prife , et qu'elle ne manqueroit pas a vous en tefmoigner fa gratitude. J'efpere que 
ce fera quelque chofe de plus que des promeflès. 

Je fuis marrij que voflre horologe a eftè endommagé par le chemin, mais je 
croy que Monfieur Ilanet le reparera aifement lors qu'il fera arrivé. S'il n'efl pas 
encore parti ce n'eft que le vent contraire qui le retient, car il y a longtemps qu'il 
attend a Rotterdam pour s'embarquer, le pris eft comme vous dites de 1 20 Livres, 
je ne fcay pour quoy l'on n'a pas oftè le verre en l'envoyant. J'ay jugé depuis que 
le chaflîs n'eiloit pas necefTaire a ces horologes , et dorefnavant l'on n'en met plus 
a ceux que j'ordonne. Ce que j'ay adjoullè de nouueau eft un fecret que je n'ay 
encore dit a perfonne; mais vous le verrez dans une féconde édition de mon horo- 
loge 3) ou je mettray auffi la manière de la réduction du temps en tant qu'elle eft 
neceftaire pour les horologes quand elles vont de moyene vitefTe. J'ay inventé une 
conftruftion mechanique par la quelle je puis fcavoir incontinent combien il faut 
adjoufter ou ofter de l'heure de l'horologe a chafque jour de l'an , eftant donné 
celuy au quel j'ay adjuftè l'horologe avec le foleil ou avec un iciaterique. Ce que 
l'on ne peut pas faire par le moyen d'une table fans un peu de calcul ou bien elle 
ne fervira qu'a une feule Epoche. Je vous ay propofé quelques difficultez touchant 
cette matière dans ma précédente, aux quelles j'attens voftre refponfe. Je croy 
cependant que vous accufez fans fujeét la méthode de Ptolemee, car pour con- 
vertir quelque efpace de temps apparent en temps égal ou au contraire , elle eft 
très feure. Et je ne fcay comment il vous eft tombé dans l'efprit de chercher 
cette autre aequation par la quelle vous prétendez de réduire pundum tem- 



") Consultez la Lettre N°. 714. 

-) Voir la Lettre N°. 708. 

3) Huygens désigne ici son Horologium Oscillatoriiim, ouvrage qui ne parut qu'en 1673. 

Œuvres. T. III. 4 



26 CORRESPONDANCE. 1660. 



poris apptirentis ad médium, ny de quoy cela pourroit fervir. Je fuis de tout 
mon coeur 

Monsieur 

Voflre très humble et très obeiflant ferviteur 



N= 722. 

Christiaan Huygens à P. de Carcavv. 

26 FÉVRIER 1660. 

La minute et la copie se trouvent à Leiden, coll. Huygens. 
La lettre est la réponse au No. 698. De Carcavy y répondit par le No. ti6. 

Sommaire : Perpetuuni mobile. Pafcalin. Horologe de Monfieur de Boifraorand. 

16 feb. 1660. 
Carcavy. 
Monsieur 

Depuis que j'ay receu voftre dernière ') qui a eftè au mois de Décembre, j'ay 
efcrit a Monfieur Wallis ") mon correfpondant en Angleterre, iur le fujeft des 
Livres de Monfieur d'Etonville ^j, et en attendant toufjours la rerponfe pour vous 
pouuoir fatiffairc, je fi.iis demeuré plus long temps qu'il ne faloit a vous en faire 
moymefme, de quoy je vous demande pardon. Je ne puis deviner la raifon pour- 
quoy il ne m'efcrit point depuis tant de mois, fcachant bien pourtant que les dits 
livres avec ceux 'f) de Monfieur Slufe et depuis encore ceux de mon Syfteme s) 
ont eftè délivrez au libraire a Londres '^) a qui j'addrefiie tous mes pacquets. Peut 
eftre que les fiens le font efgarez. Je luy efcriray encore une fois -') et lorfqu'il me 
viendra refponfe *) je ne manqueray pas de vous en faire part. 

Je vous remercie beaucoup des extraits qu'il vous a pieu m'envoyer des lettres 



') C'est la lettre datée du 1 3 septembre, qui n'a été délivrée à BouUiau qu'eu déceuibre. 

-) Dans nos collections cette lettre manque. 

3) Lettres de A. Dettonville. Voir la Lettre N°. 560, note 32. 

1) Le Mesolabum. Voir la Lettre N°. 563 , note 3. 

5) Le Systema Saturnium. Voir la Lettre N°. 640 , note 2. 

•5) Samuel Thompson. Voir la Lettre N°. 690, note 8. 

'') En effet, Huygens a écrit à J. Wallis le 3 1 mars (Voir la Lettre N°. 736), puis le 15 juillet. 

8} Wallis ne répondit à Huygens que le 10 septembre 1 660. 



CORRESPONDANCE. 1660. IJ 



de Monfieur de Fermât 9). Pource qui eft de la demonftration de la fpirale et pa- 
rabole, je vous ay efcrit que j'y trouuois de la difficulté '°) , et que Monfieur Slufe 
non plus que moy ne la pouuoit refoudre, c'eit a dire que félon noilre jugement 
il y avoit de la faute en cette demonftration, comme il y en a en effeft. Mais 
j'ay bien veu d'abbord qu'en la changeant , l'on y pouuoit remédier. Et voicy 
comme je Tavois conciie, en gardant de plus près ce me femble l'intention de 
Monfieur Dettonville que n'a fait Monfieur de Fermât "). Si elles ne font pas 
égales, foit X la différence et foit Z la cinquiefme partie de X , et foient infcrites 
et circonfcrites les figures ainfi que dit l'autheur. 

Maintenant puis que la différence entre l'infcrite en la fpirale et l'infcrite en 
la parabole efi: moindre que Z : et que aufil la différence entre l'infcrite en la para- 
bole et la circonfcrite a la raefme parabole eif moindre que Z ; donc la différence 
entre l'infcrite en la ij^irale et la circonfcrite a la parabole eft moindre que deux Z. 
mais la différence entre la circonfcrite a la parabole et la circonfcrite a la fpirale 
efl auflî moindre que Z; donc la différence entre l'infcrite a la fpirale et la cir- 
confcrite a la mefmc fpirale eft moindre que 3 Z. Et a plus forte raifon la diffé- 
rence entre la fpirale mefme et le tour de fa figure infcrite fera moindre que 3 Z. 
Mais la différence entre l'infcrite en la fpirale, et l'infcrite en la parabole .efi; 
moindre que Z , donc la différence entre la fpirale et l'infcrite en la parabole fera 
moindre que 4 Z. Enfin la différence entre l'infcrite en la parabole et la parabole 
mefme efi auflî moindre que Z. donc la différence de la fpirale et de la parabole 
fera moindre que 5 Z, c'efl a dire que X, contre la fuppoficion &c. 

La comparaifon des autres fortes de fpirales avec les lignes paraboloides que 
donne Monfieur de Fermât eil véritable"), mais non pas fort difficile a trouuer 
après que la première eft connue. Et je m'eftonne qu'il prend plaifir a inventer des 
lignes nouuelles , qui n'ont pas autrement des proprietez dignes de confideration. 

Les propofitions touchant les furfaces des Conoides et Sphaeroides comme 
auffi de la ligne parabolique font les mefraes que je vous ay cydevant communi- 
quées '3), et à plufieurs autres de mes amis. Je croy bien pourtant que Monfieur de 
Fermât n'en avoit veu aucune puis qu'il l'affure , mais d'autres peut eftre feront 
plus incrédules , fi en les donnant au public il n'allègue celuy a qui il les aie fait 
veoir auparavant. La mefure de la fuperficie du conoide que fait la parabole au- 
tour de l'appliquée la quelle il promet en fuppofant la quadrature de l'hyperbole 
fera quelque chofe de nouueau fi elle eft vraye. 



9) Voir les pièces Nos. di^') et 700. 

'°) Voir, dans la Lettre N°. 660 que nous ne possédons qu'en sommaire , les mots „Ia difficulté 

est celle cy". Dans la Lettre N°. 621, Huygens rapporte qu'il a proposé cette difficulté à 

Monsieur Dettonville (Pascal). 
'') Voir la pièce N°. 699. 
") Voir la pièce N°. 700. 
'3) Voir la Lettre N°. 566, 



CORRESl^ONDANCE. 1660. 



Vous m'auriez fait grand plaifir fi lors que Monfieur de Boifmorand vous parla 
de fon horologe à pendule, vous l'eufliez demandé plus particulièrement de 
quelle façon ce pendule eft appliqué, et s'il fait un bon effeft. Il y a de l'ap- 
parence que non , parce qu'il n'auroit pas ainfi kilTè fe perdre une invention qu'il 
euft juge utile. C'eft une chofe eftrange que perfonne devant moy n'ait parlé de 
ces horologes, et qu'a cette heure il s'en découvre tant d'autres autheurs. J'efpere 
de vous faire voir bien tofl ce que j'y ay adjoullè de nonueau qu' eft une inven- 
tion que les Géomètres eftimeront infiniment plus que tout le refte de la fabrique. 

Celle de la machine de Monfieur Pafcal pour lupputer , que l'on m'a envoyée 
de Paris, eft certainement digne d'admiration, et contient plufieiu-s belles pen- 
lées. Je luy en efcriray bicntoft puis que j'apprens qu'il commence a le porter 
mieux. Mais toutes nos inventions Monfieur vont eftre peu confiderables fi celle 
de l'Allemand Johannes Joachimus Becherus s'efFeftue, ou s'il ne nous trompe 
pas, car il m'a afilirè , m'ayant efté vcoir icy , qu'il a conftruit un mouuement per- 
pétuel '4^ a Mayence, qui continue d'aller depuis fix mois. Et hier il m'en envoya les 
figures qu'il a fait graver en deux grandes planches à Amfterdam. L'on ne peut pas 
pourtant comprendre le lécret de l'invention par ces figures , devant que de voir 
la defcription qu'il en promet, ayant par tout adjoufté de lettres et des nombres. 
Seulement l'infcription tient, et l'on le voit a peu près, que l'une des machines (car 
il a deux inventions diverfes du perpetuum mobile) eft purement mechanique 
et l'autre phyfico-mcchanique. Pour celle cy la chofe ne me paroit pas tout a fait 
impoffible. mais de l'autre j'advoue qu'elle pafîe ma croyance. 

Je fuis 

Monsieur 

Voflre très humble &c. 

Le livre de Monfieur de Wit 's) n'eft pas encore achevé d'imprimer. Celuy de 
Wallis '''} que vous defiréz de veoir ne fe trouue pas icy chez les libraires , mais 
à la première occafion qui s'offre je vous envoyeray mon Exemplaire, et feray 
toujours. 



'-*) Voir la Lettre N°. 709. 

'5) Elementa Curvarum Lineariim. Voir la Lettre ]M°. 597 , note i. 

'i') Commercium Epillolicum. Voir la Lettre N°. 497 , note 3. 



CORRESPONDANCE. 1 66o. 



N= 723. 

IsM. BouLLiAU à Christiaan Huygens. 
ij février 1660. 

La lettre se trouve à Lcidcn, coll. Huygens. 
Elle est In réponse au No. 718. Chr. Huygens y répondit par le No. 724. 

Monsieur Hugens. 

A Paris le 27. Feurier 1660. 
Monsieur 

Je ne pus refpondre l'ordinaire parte a celle que vous m'auiez faidl la faueur de 
ra'efcrire le 12 du courrant, ce que je feray par la prefence. Vous retiendrez s'il 
vous plaift les deux defleins que je vous ay envoyez de l'horologe commencée par 
Galilei '), & de celle -} que Monfieur le Grand Duc a fait raccommoder auec la 
pendule dans le vieil palais de Medicis a Florence; j'en ay retenu les copies que l'on 
m'a enuoyees de Florence, &j'ay faiét faire celles que vous auez. Vous pourrez 
efcrire s) a Monfieur le Prince Leopold les jnconueniens que vous trouuez en la 
compofition de leur horologe. Je m'eftonne que vous ne m'auez faiét l'honneur de 
m'aduertir, que vous auez reccu refponfe 4) de Monfieur le Prince Leopold "), 
dont Monfieur de Thou m'a faiél l'honneur de m'efcrire. Vous ne déniez pas douter 
que vous l'auriez, ces Princes font trop ciuils & trop généreux, & ils font trop 
d'eftat des perfonnes de volT:re mérite, & capacité extraordinaire. Je luy ay enuoyé 
depuis 2. mois vn difcours fur les expériences du vuide, refpondant a la lettre de 
Monfieur Rinaldini s) Profefl^eur a Pife. 

Je fuis tref-aife que par vos expériences vous ayez recognu l'inégalité des jours 
apparens. Il efl: vray que fi je n'auois point rejette la moitié de l'équation du mou- 
uement du Soleil de la mefure des aequations du temps, la Table page 9. ne differe- 
roit en rien de celle de Mullerus page 280. finon que cette table auffi bien que celle 
des Pruteniques ''} fuppofe l'Epoche des mouuemens tempore apparenti., & moy 
je la pofe Tempore medio; & ainfi au regard des mouuemens de la Lune ils commet- 
tent vn erreur afl"ez notable comme je l'ay expliqué libro 2. capite 7 pour ce qu'ils 
font & prenent pour aequation du temps a vn point donné, la diference qui efl: 

') Voir la planche vis-à-vis de la page 8. 

-) Voir la planche vis-à-vis de la page 14. 

3) Huygens écrivic sur ce sujet an Prince Leopoldo de Medicis le 28 novembre 1660. 

+ ) Consultez sur ce malentendu la Lettre N°. 724. 

5) Carlo Renaldini, de la famille des Comtes Montagnoli, naquit le 30 décembre 161 5 à Ancone, 
où il mourut le 18 juillet 1698. D'abord ingénieur du Pape, il devint professeur de philoso- 
phie en (648 à Pise, et en 1666 à Padoue: il partit de là en 1698 pour sa ville natale. 

") Prutenicae Tabiilae Coeleftium Motuuni. Auft. EraCmo Reinholdo. Tubingae. 1556. in-4°. 
Ces Tables furent réimprimées par Maeslinus en 1571 à Tublngen et par C. Strubius en 
1585 a Wittenberg. Elles servirent de fondement au Calendrier Grégorien. 



30 CORRESPONDANCE. ï66o. 



entre deux points donnez apparens; ce que vous verrez clairement, fi vous voulez 
bien examiner le lieu que je vous defigne *). 

Touchant la queftion que vous me faites touchant la différence des jours ap- 
parens entr'eux, dans les deux jnterualles que vous marquez, & le fens auquel 
l'ont pris Ptolemee & Copernic, je vous renuoyrois a ce que j'en ay dit au lieu 
que vous me marquez, mais je veux pour vous complaire adjouiter ce qui s'en- 
fuit"). Ces deux autheurs ont pris les deux jnterualles dans lefquels les jours ap- 
parens différent le plus l'vn de l'autre. Or depuis le 12 ni jufques au 18 nt; les 
jours apparens font plus petits que les moyens de '2^." 4.2. & fi vous prenez l'autre 
jnterualle depuis le 18. x-^ jufques au i a. ni, les jours apparens font plus grands 
que les moyens, de 25.' 42." ") & cela félon ma table; & ainfi vous voyez en prenant 
cet exemple ; 

Datum tempus Apparens Nouembris 4. Meridie. Aequationem fubtrahas 13. '8." 
tempus Médium Novembris 3. Hor. 23.'46."52. 

Datum tempus apparens Februarii die 6. Meridie. Aequationem temporis addas 
12. '34." 7) ergo tempus médium Februarii die 6. Hor. o.'i2."34. 

Interuallum temporis apparentis efl: Dierum 94., medii Dierum 94. Hor. 
o.'25."42., ergo dies medii excedunt apparentes '25. "42. 

Sit datum tempus apparens Februarii clie 6 meridie vt fupra, & Nouembris 4. vt 
iupra, data funt punfta média & apparcntia, fubtrahur ^) numerns dierum a i. Ja- 
nuarij ad Februarii 6. nempe 37. à dierum numéro a i. januarij ad 4 Nouembris 
nempe a 308 erit interuallum dierum apparens tempus 271. auferatur vero ter- 
minus medii temporis Februarii 6. Hor. o.'i2."34. a Nouembris die 3. Hor. 
23.'46."52, feu dies 37. Hor. o.'i2."34. a diebus 307. Hor. 23.'46."52. refiduum 
crit medii temporis jnteruallum dierum 270 Hor. 23.'34."i8. ergo dies medii 
deficiunt ab apparentibus '2.^." ^2. 

Donc puifque dans le premier jnterualle les apparens ibnt plus petits que les 
moyens de '2^."i\.2 & que dans le fécond les apparens font plus grands que les 
moyens de 25.'42." les apparens du fécond jnterualle '^} furpafl^eront ceux du premier 
du double de ce que les apparens différent des moyens, c'efl a dire de '51. "24. ou 
pour mieux dire la différence de l'inégalité des jours apparens du fécond & premier 
jnterualles eft double de la différence de l'jnegalité de ceux du fécond ou premier. 
comparez l'vn ou l'autre au moyen, car d'vn collé les apparens défaillent de '25."42. 
& de lautre ils excédent d'autant "), Il ne faut pas que vous vous ellonniez de la 
différence des jnterualles . pource que c'efl: en ces termes que le trouuent les plus 
grandes différences des aequations des jours par le concours des deux caufes , c'efl 
pourquoy Ptolemee & Copernic les ont marquez pluftoil que les autres, pour ce 
quils font plus euidens & manifeiles que les autres. 



'') Ici, contre sa coutume, Boulliau met les signes ' et " derrière les nombres. 
^S Lisez: fubtrahatur. 



CORRESPONDANCE. 1660. 3I 



Vous adjourtez , Je ne croy pas aulll que pour auoir le vray lieu de la Lune il ne 
faudroic jamais le feruir que de la moitié de f d'vn degré pour aequation au temps 
de Ptolemee, et partant je m'eftonne de ce qu'il dit qu'en négligeant l'équation 
du temps cela importeroit quelques fois jufques a f d'vn degré. Je n'entens pas 
Monfieur ce que vous dites, pour ce qui el\ de Ptolemee, il dit que fi l'on ne fe 
feruoit point de l'aequation du temps , cela cauferoit erreur dans le mouuement de. 
la Lune de | d'vn degré , qui eit de 36'. c'eft a dire en comparant le mouuement 
moyen de la Lune du premier jnterualle a celluy du fécond. 

Dans le premier jnterualle il y a 94. jours apparens. fi vous comptez le mou- 
uement moyen de la Lune fur cet jnterualle vous en aurez près de 14.' moins qu'en 
comptant fur l'jnterualle de jours égaux. & dans le fécond vous en aurez 14' de 
plus en prenant feulement mes nombres , & ce plus & ce moins adjoullez enfemble 
font 28.' qui dans lequation de Ptolemee feftendent a 36.' Voyla Monfieur ce que 
je peux vous dire fur ce fubjet. 

Je vous rends grâces de ce que vous voulez fcauoir ce que fera la perfonne pour 
la prophétie que j'ay enuoyee. Mais je vous prie aufli de m'informer fi j'ay bien 
rencontré. Je fuis de tout mon coeur. 

Monsieur 

Voftre très humble et très obeiffant feruiteur 

BOULLIAU. 



J'ay faift rendre vodre lettre a M. Chapelain "). 



") C'efl: un abus et j'en ai parlé à Monfieur de Thou. S'il croit que j'eufie du 
efcrire au Prince Leopold outre la préface. Heinfius croyoit que non. et que 
pourrois je y adjoufi:er, il fembleroit que je demandafie autre chofe que fon 
approbation [Chr. Iluygens]. *>) 

'') Je l'ay leu et confiderè treflbuuent. Je defefpere de vuider cette queilion par 
lettres, mais je me fais fort de faire voir a tous les plus dodles Géomètres que 
la méthode de Ptolemee eft légitime et bonne [Chr. Huygens]. 

'■) Je fuis marry qu'il prend tant de peine [Chr. Huygens]. 

''; Cela ell dit abfurdement autant qu'il peut eflrre, a fcauoir cette illation 
[Chr. Huygens]. 

') Je vous diray ce qui a donné occafion à ce paralogifme de Ptolemee. Prenons 
que fans auoir rien appris de l'équation du temps, nous commencions de nou- 
veau cette contemplation, quelle necefiitè l'a introduite et a quelle fin. Horo- 
loge monftre le temps égal [Chr. Huygens]. 



8) C'est la Lettre N°. 710. 

*) Ces annotations a — fo\n servi de matières pour la Lettre N°. 724. 



32 CORRESPONDANCE. 1 66o. 



f) Je penfe avoir avoir '°) oublié l'autre fois de luy donner avis du Perpecuum 
Mobile, s'il a vu le livre de Wallis de Cycloide , ou il y a beaucoup de bel- 
les chofes. mais il eft mal fatiiïait de Meffieurs Pafchal et Roberval [Chr. 
Huygens]. 



N= 724. 

Christiaan Huygens à [Ism. Boulliau]. 
4 MARS 1660. 



La lettre se trouve à Paris, Bibliothèque Nationale, 
Elle est la réponse au No. 723. Ism. Boulliau y répondit par le No. 733. 

A la Haye ce 4 mars 1660. 
Monsieur 

J'ay eftè eftonnè de ce que vous me mandez touchant la refponfe du Prince 
Leopold, n'ayant rien receu de fa part. Mais ayant eflè veoir Monfieur l'Ambaïïa- 
deur ') j'ay bientoil cognu d'où eft venu cet abus. Je luy avois parlé il y a quelque 
temps des 1 defTeins des horologes que vous m'avez fait la faveur de m'envoyer et 
qui eltoyent venus dudit Prince, ce que (on Excellence a retenu comme fi j'avois dit 
qu'ils avoyent efl:è envoyez direftement a moy. Ne m'accufez donc pas Monfieur , 
et croyez que je ne manqueray pas de vous en donner avis fi je reçois refponfe, 
auffi bien que je vous ay fait ma plainte de ce qu'elle tarde fi longtemps. Je vou- 
drois bien fçavoir ce qui a fait changer de refolution a Son Alteïïe qui des aufll tofi: 
que le Sieur Carlo Dati luy avoit rendu mon livre, fit efcrire par celluicy mefme 
a Monfieur Heinfius -) que Son Altefiï me feroit refponfe lors qu'elle Fauroit leu. 
ce qui a toujours fait croire a Heinfius que la lettre avec d'autres qu'il atten- 
doit de Carlo Dati s'eftoit perdue, jugeant de mefme que vous de la civilité de Son 
Altefl:e. 

Quel efi: ce difcours fur les expériences du vuide ? ell-il de vous , et y a t il quel- 
que chofe de plus dans la lettre de Monfieur Rinaldini que ce que Ton en a fçeu 
jufqu'a cet heure? vous m'obligerez de m'en informer. 

Pour ce qui efi: de l'aequation du temps je crains que nous n'en viendrons pas 
à bout en difputant par lettres, pourtant puis que vous n'avez pas refufè de m'inter- 
preter au long le pafi"age de Ptolemee je tafcheray aufli de vous faire veoir que 



■^°) Rayez ce second , , avoir" 



') DeThou. 

-) Nous n'avons pas trouvé cette lettre de C. Dati à N. Heinsius dans les fonds de la Biblio- 
thèque de Leiden. 



CORRESPONDANCE. 1660. 33 

VOUS tafchez en vain d'excufer fon erreur. Il eft vray que pendant les 94 jours ap- 
parents du premier intervalle il efl: efcoulè 94 jours heures 0.25'. 4a" de temps égal, 
(je dis félon voftre table) et que ainfi une horologe qui iroit de la vitefle du temps 
égal et moyen, et la quelle au commencement de l'intervalle auroit eftè adjuftee avec 
le foleil, c'eft a dire qui montreroit 1 2 heures, au midy apparent du 4e Novembre; 
que cette horologe au midy apparent du 6 Febrier monftrera heures la, 2^'^2". de. 
mefme fi on l'adjufte au 6 Febrier avec le foleil , on trouuera au midy apparent du 
4 Novembre qu'il s'en faudra 25' ^2" qu'elle ne foit parvenue a 12 heures. Les 94 
jours apparents donc du premier intervalle font furpaflez des jours égaux efcoulez 
en mefme temps de 2542" et au fécond intervalle les 271 jours apparents furpaf- 
fent les jours efgaux, efcoulez en mefme temps, des mefmes 2542". Qu'y a t il, 
je vous prie en cecy pour comparer entre eux les jours apparents du premier et 
fécond intervalle ? Il eft bien vray que lors qu'une quantité A excède B d'autant 
que B excède C , la différence de A et C eft double de celle qui eft entre A et B. 
Mais icy fi l'on fuppofe A pour les jours apparents du dernier intervalle, et C pour 
ceux du premier , B ne peut reprefenter chacime des deux quantitez du temps égal 
de l'un et l'autre intervalle , parce que ces quantitez font fi fort différentes ; et par- 
tant c'eft chofe très abfurde et qui ne fignifle rien que d'en tirer cette conclufion , 
que les jours apparents du dernier intervalle iurpalTent ceux du premier inter- 
valle de 51 '24'. 

A cet heure pour fçavoir quelle erreur il y auroit a craindre au mouuement de la 
lune, fi on ne fe fervoit point de l'aequation du temps pourquoy voulez vous adjoufter 
les deux différences , que l'on trouue en comptant fon mouuement fur le temps égal 
et apparent, des deux intervalles, car félon Ptolemee l'on ne trouuera jamais de plus 
grande aequation de temps que de 33'2o'. qui au mouuement de la lune ne peuuent 
importer que 18', a fçavoir la moitié des 36' que vous dites, de forte qu'il eft vray 
qu'en adjouftant les deux différences l'on trouve 36'; mais ce n'eft pas ainfi qu'il 
faut faire pour fçavoir la quantité de l'erreur que l'on commettroit en négligeant 
l'aequation. Il me femble que cela eft aifè à comprendre. Au refte Monfieur puis 
que j'eftudie cette matière, vous ne devez pas douter que je n'aye leu et confiderè 
très fouuent ce que vous en avez efcrit aulibro 2. capice 7.3). toutes fois l'aequation 
de Ptolemee non obftant voftre raifonnement me femble bien fondée, et que quand 
vous voulez que l'on face la réduction d'un punftum temporis apparentis ad tempus 
médium, c'eft aufli dire une chofe qui ne fignifie rien, car l'on peut bien àhepunc- 
tum meridiei apparentis ejj'e ctim folis locus apparens efî in meridiano circula , abjo- 
lutè , fed meridies médius non item abfolute dici potefî ., fed tantum refpe&u intervalli 
alicujus temporis , a quo tempus apparens , et médium fîmul numerare ceperint. 

Je penfe avoir oublié de vous mander par ma précédente que l'inventeur du 



3) La citation a rapport à l'Astronomia Philolaica de Boullian. 
Œuvres. T. III. 



34 CORRESPONDANCE. 1660. 



perpetuum mobile de Mayence ''■) ou qui du moins fe vante de l'avoir trouuè , 
m'en a envoyé les figures , qu'il a fait graver à Amfterdam en deux grandes plan- 
ches. Mais l'explication n'y eftant pas jointe, la quelle pourtant les lettres et chif- 
fres qu'il y a adjouftees femblent promettre, je ne puis entendre le fecret de l'in- 
vention. L'une (car il y en a deux diverfes) efl purement mechanique , et l'autre 
par quelque principe de Phyfique appliqué à une machine extrêmement emba- 
rafîee s^. 

Je croy que vous aurez défia veu le livre de Monfieur Wallis de la Cycloide '^) 
ou il y a beaucoup de belles chofes. Il tefmoigne d'efl:re mal fatiffait de Meffieurs 
Pafcal, Carcavy et Roberval. 

Vofl:re Prophétie ") pour ce qui efl: de l'humeur de la dame ne fe rencontre pas 
trop bien avec ce que l'on en tient communément, parce qu'elle a la réputation 
d'eflire fort débonnaire et non pas contentieufe. pour ce qui efl: des accidents que 
vous lui pronofl:iquez il faut attendre ce qui en arrivera. Il efi: impoflible cependant 
qu'elle ne fe fouvienne pas de vous , autant qu'a moy de n'efl:re pas 

Monsieur 



Voltre très humble et très obeilTant ferviteur 
Christiaan Hugens de Zulichem. 



N= 725. 

J. Chapelain à [Christiaan Huygens]. 
4 MARS 1660. 

La lettre se trouve à Leiden, coll. Huygens. 
Elle est la réponse au No. 710. Chr. Huygens y répundit par le No. 748. 

Monsieur 

Je puis bien defirer fouuent de vos lettres par le plaifir et l'inftruftion que j'en 
retire ; mais je n'ay aucun droit de les exiger , et toutes les fois que vous m'en hon- 
norés je les tiens a pure grâce. Regardés moy donc s'il vous plaifl: comme vn 



'!•) Voir la Lettre N°. 709. 

S) Consultez la Lettre N°. 722 , de Huygens à P. de Carcavy. 

*) Voir la Lettre N°. 690, note 3. 

') L'horoscope de la Princesse d'Orange. Voir la Lettre N°. 708. 



CORRESPONDANCE. 1660. 35 



homme équitable de ce coflé la et qui aura touljours toute la patience iiecefTaire 
pour attendre cette fatilïaftion , dans l'alTurance que pour tarder a m'efcrire vous 
ne m'en aymerés pas moins, que voftre filence neil qu'extérieur, et que vous me 
parlés fouuent de la penfée. J'ay grand defplaifir que nos diligences ayent efté 
infruftueufes pour le recouurement de cette Obferuation des Parelies ') que vous 
demandiés. Je doute qu'elle ait jamais efté en la poftèffion du Macharite ") Monfieur 
Gaflèndi. Vous fuppleeres par la force de voftre efprit a ce défaut , ce que vous 
nous en aués defja fait voir nous pcrfuadant qu'en toutes ces matières il n'y a rien 
de poffible qu'il ne foit capable de le trouuer. Du moins fuis je conuaincu que pour 
le Syfteme de Saturne il ne fe pouuoit jamais rien imaginer de plus haut ni de plus 
jufte, et je ne penfe qu'auec eftonnement que vous ayés eu vne fi rare conception 
fur des phafes fi bizarres et fi peu ordinaires dans la Nature. Je vous fuis bien 
obligé de la peine que vous vous eftes donnée de me rapporter les plus préfixantes 
objeftions qu'on a fait contre et d'y joindre les folutions. La principale difficulté 
fans doute eft cette inuifibilité de l'anneau en certains temps. Mais je n'y voy rien 
d'impoflîble de la façon que vous l'aués penfé , non pas mince du biais que la pris 
noftre excellent Amy '), mais fans reflexion de lumière , ce qui pour efpais quil 
fuft, pourroit aiTiuer fi Ion fuppofoit que ce bord conuexe euft vne matière ana- 
logue a nos mers ou à nos forefts, lefquelles abforbent la lumière fans la renuoyer. 
Pour l'autre qu'il eft befoin de nouuelles expériences pour faire croire qu'vn cercle 
tel que celuy la puft demeurer fufpendu in <5fere//^ero, je la croy de nulle force, 
n'y ayant pas plus d'inconuenient pour vn cercle en matière de fufpenfion que 
pour vn globe et ayant touljours confideré voftre cercle Saturnien comme celuy 
que defcrit la Lune autour de la Terre, et qu'elle defcriroit tout de mefme fi au 
lieu d'vn globe Lunaire il y en auoit cofte a cofte en rond vn nombre auflî grand 
quil en faudroit pour remplir le cercle d'vn terme à l'autre; et cela ne me paroift 
pas fujet a réplique. Je fuis aufll aflïs fatiffait de voftre refponfe a la troifiefme diffi- 
culté touchant cette plus grande largeur de l'ellipfe de lanneau par vne plus grande 
inclination que vous n'aués donnée a cet anneau fur le plan de l'eclyptique. Ainfi 
à mon égard vous demeurés fur vos pieds , et il n'y a que le retour de la phafe qui 
fuit la fituation de Saturne en la figure de la page 55. fi elle fe trouue différente 
de cellecy qui puifTe infirmer voftre hypothefe, comme il ny a rien qui la confirme 
dauantage fi ce retour reiifllt pareil. Monfieur Heuelius n'a pas bonne grâce de fe 
fafcher légèrement et cela neft pas d'vn aulfi grand Perfonnage qu'il eft. Noftre 
Gazette a célébré les Pièces curieufes quil a fait voir chés luy a leurs Majeftes 
Polonnoifes. J'apprens auec plaifir que Meflieurs Vendelin et Langren "*) foient 



') Ceux qui apparurent à Rome en 1630. Consultez la Lettre N°. 695, note 8. 
') Ce mot veut dire: feu. 

3) Ism. Boulliau. 

4) Voir la Lettre N°. 710. 



36 CORRESPONDANCE. 1660. 



de VOS Partilans et leur authorité m'affermit fort dans ma créance. Je fuis fcanda- 
lifé du Prince Leopold de Tofcane. C'efl: vne moquerie de ne vous auoir pas en- 
core remercié de l'honneur que vous luy aues fait et a là Nation. Il y auroit de la 
puérilité s'ils fe fafchoient que vous euffiés le premier publié Ihorloge a pendule , 
parce que feu Galilée y auoit penfé, puifqu'il eft certain que voftre penfee n'a 
point efté empruntée de la fienne , de laquelle vous n'auiés jamais ouy parler. Mais 
outre ce que vous en aués delja fait voir qui a eu tant d'approbation , ce que vous 
elles preft d'y adjoufter , eclaircira bien les Vltramontains de voftre force , et leur 
monftrera bien que vous elles plus propre a preller qu'a emprunter. Jay beaucoup 
d'impatience que cela paroiïïe pour voftre gloire et pour la plus grande perfeétion 
de cet Art. Cette inégalité des jours tcoi/ i/t/;ç;ô}}/AÊpwv que vous aues obferuée dans 
l'ajuftemènt de voftre machine eft vne merueilleufe rareté, et elle exercera bien 
agréablement l'imagination des Mechaniques. A propos dhorloge et de pendule je 
vous enuoye vn Extrait s) de l'entretien que j'eus il y a quelque temps auec Monfieur 
de Roberual fur cette horloge quil auoit eu peur que vous n'eulTiés copiée de luy en 
compofant la voftre et dont je vous ay communiqué le plan. Cet Extrait eft fidelle 
s'il neft clair, et fi vous y trouués de i'obfcurité c'eft qu'il na pas voulu s'expliquer 
dauantage. Quoy qu'il en foit j'ay creu vous en deuoir donner part a toutes lins. 
Ce n'eftoit pas moy qui vous auois demande des nouuelles de ce mouuement per- 
pétuel de Beclerus *). S'il fe rencontre véritable voila vne precieufe inuention. 
Jen ay veu vne pareille au derrière d'vne Monftre d'Allemagne en forme de tour 
quarrée afles haute, ou vne globule de métal roulant du haut en bas par diuers tours 
et retours fur vn plan de verre incliné, le long de certains fils darchal et par le 
dedans de petits portiques d'yuoire difpofés le long des deux parois intérieures de 
la Tour , s'abyfmoit dans vn trou vers le plus bas de ce plan a Ivn des coins , et 
tombant fur quelque reflbrt cache et ajufte dedans pour cet effet eftoit rejette en 
haut par ce refl^brt et fortoit en haut par vn autre trou à l'vn des coins , d'où recom- 
mençant fon cours il le pourfuyuoit de la mefme forte jufqu'k fengouffrer encore 
dans le trou d'en bas , et a remonter par le mefme artifice a la tefte de ce plan in- 
cliné fans arreft et fans auoir befoin pour cela que de fon poids et de ladifpofition 
du refi!brt interne ; ce qui peut palTer pour le mouuement perpétuel. Cela n'aura 
pas efchappe a voftre curiofité puifque mefme vn Minime François '') dans vn 
Traitte des horloges latin ^) imprimé a Rome la touché élégamment en vne période 



5) Nous n'avons pas trouvé cette pièce dans nos collections. 

*) Chapelain parle ici de Johann Joachim Bêcher. Voir la Lettre N°. 709 , note i . 

7) Emaniiel Maignan. Voir la Lettre N°. 498 , note 8. 

8) Perfpeftiva Horaria five de HorographiaGnomonica, tvm theoretica, tvm prafticaLibriqva- 
tuor. In qLiibus Gnomonices antiqui fines latins protenduntur: traditurque ratio, & delineatio 
Geometrica expeditiffima non Iblum communinm, qiiae radio direfto vel vmbra pariter 
direfta; fed etiam aliorum nouae inuentionis Solarium horarioriim, qiiae radio vel vmbra tura 
reflexis tum refraftis horas, aliaque ad coeleflium motuum notitiam pertinentia indicant. 



CORRESPONDANCE. ï66o. 37 

au commencement de fon Ouurage. Ayant veu ce Monfieur Beclerus vous aures 
pu approfondir fa pretenfion et reconnoiftre fi elle eft friuole ou folide , car juf- 
qu'icy vous n'en aués de tefmoin que luy et fldes efl pênes authorem. Quoy que 
vous en defcouuriés ie vous prie de ne me le laifler pas ignorer , la chofe dvne fa- 
çon ou d'autre méritant d'eflre connue afin de fcauoir a quoy Ion fen doit tenir. 
Que je fâche auflî à voftre commodité ce qui vous occupe a cette heure pour ma 
fatiffaétion et pour celle de nos Amis qui nattendent rien de medeocre') de vous en 
aucun genre. J'ay fait tenir a Monfieur Huët l'Exemplaire du Syfl:eme de Saturne 
félon vofl:re ordre. Jl m'a enuoyé deux petits Poèmes "} pour vous, et j'attens l'oc- 
cafion de vous en donner le plaifir , ces papiers efl:ant trop gros pour la pofte. 
Je fuis auec beaucoup de paflîon et de fmcerité 

Monsieur 

Voflre trefhumble et trefobeiffant feruiteur 

Chapelain. 

De Paris ce 4. Mars \66o. 



In his verô praecipuam admirationem habet Thaumantias Catoptrica atque Dioptrica, id efi: 
reflexus, ac refraftus à fpeculo cylindrico folaris radius, omnes, qui in Sphaera cogitari pof- 
funt, circules gnomonicè reddens Iridis modo ac fpecie: Lux quoque fecundum propriam na- 
turam fumpta fuas ibi habet partes, vbi è principijs eius phyficis ratio redditur reflexionuni, 
ac refradionum eiufdem. Confequitur verô methodiis certiflima telefcopium efficieiidi non 
modo fpliaericum fed etiam hyperbolicum atque ellipticum Autore R. P. F. Emanvele Maig- 
nan Tolofate, Ordinis Minimorum in Regio nationis Gallicanae Romano SS. Trinitatis men- 
tis PinciJ Caenobio Sacrae Theologiae Profeflbre. Romae. Typis, & Expenfis Philippi Ru- 
bei. MDC.xxxxvni. Cum Licentia Superiorum. in-folio. 

9) Lisez: médiocre. 

'°) L'un de ces poèmes est intitulé: 

Ad Ludovicum XIV. Quum foedus iceret Philippe IV. Hifpaniarum Rege,& Mariam- 
Therafiam ipfius filiam duceret. Ode. 
Il a été publié dans la collection : 

Pétri Danielis Huetii Poemata. Quarta Editie Audior & Emendatior. Ut & ejufdem Notae 
Ineditaead AnthologiamEpigrammatum Graecorum. Ultrajefli, Ex Oiiicina Guilielmi Bree- 
delet, D.M.Dcc [lie], in-i 2°, page 64. 



38 CORRESPONDANCE. 1660. 



N= 72(5. 

p. DE Carcavy à Christiaan Huygens. 

6 MARS 1660. 

La lettre se trouve à Leiden , coll. Huygens. 

Elle est la réponse an Nu. 72a. Chr. Huygens y répondit par le No. 735. 

Elle a été publiée par Cli. Henry dans le Bull, di Bibliogr. T. 1 7. 

ce 6e Mars 1660. 
Monsieur 

Ayant veu par le pafle l'exaélicude auec laquelle vous me faifiez l'honneur de 
refpondre à mes lettres, J'aprehendois que vous fuffiez jndifpofé, Monfieur Boul- 
liaud vous tefmoignera que Je luy ay demandé fouuent des nouuelles de voftre fanté 
Et que J'en eftois bien en peyne. Je vous rends très humbles grâces Monfieur, de 
la bonté que vous auez de vous fouuenir de moy. 

Si l'horloge de Monfieur de Boifiiiorand eufl efté en cette ville ie n'aurois pas 
manqué de vous en envoyer la defcription , mais il eft à Angoulefine ; et ie ne fcay 
s'il pourra le faire venir icy. Je tafcheray a l'y obliger , et ne vous en ay efcrit que 
pour preuenir ce que quelqu'autre eufl: pu vous en mander. 

Je ne vous enuoyai l'efcrit ') de Monfieur de Fermât, que pour iuftifier la vérité 
de l'énoncé de Monfieur dEftonuille, et parce que uous me mandiez y auoir trouué 
de la difficulté , pource qui efl des autres lignes dont il parloit dans le mefine ef- 
crit , cela n'efl: pas difficile pour vous , Monfieur , non plus que ce qu'il m'efcriuoit 
des furfaces des conoides et des fpheroides , et ie ne voulu pas le retrancher a caufe 
qu'il defduit tout cela d'un mefme principe , mais ie puis vous afllirer qu'il ne s'atri- 
buera rien à uofl:re preiudice, car outre qu'il n'en a jamais vfé de la forte enuers qui 
que ce foit, jl a un efl;imc toute particulière pour ce qui vous regarde, permettez 
moy de vous dire qu'il fe plaint un peu de Monfieur Schootén en ce qu'il n'en a pas 
vfé de mefme dans la publication des lieux plans d'AppolIonius "); Ne doutez pas 
s'il vous plaill, que ce qu'il propofe de la mefure de la furface du conoide que fait 
la parabole autour de fon appliquée ne foit véritable. Et fi la chofe vous agrée, ou 
que vous ne defiriez pas vous peyner à en chercher la demonftration. Je la luy de- 
mandcray très volontiers. 

Il me doit Enuoyer au premier lour touts fes Efcrits de Géométrie et des nombres 
que l'auois icy, et dont le luy ay fait tenir vne coppie, qu'il a voulu reuoir. Et 
Encore un petit traifté par lequel il donne les lignes les plus fimples qu'il fe puifl^e 
pour refoudre les problèmes de chaque degré. En quoy Monfieur Defcartes s'eft 



') Voir les pièces N°^. 699 et 700. 

-y Francifci à Schootén l>eydenfis, in Academia Lugduno Batava Marhefeos Profeflbris, 
Exercitationvm Mathematicarvm , Liber III. Continens Apollonii Pergaei'Loca Plana Refti- 
tuta. Lvgd Batav. Ex Officina Joliannis Elfevirii, Academiae Typographi. cIoIoclvi. in-4°. 



CORRESPONDANCE. 1 66o. 39 



mépris, et Monfieur Schooten ne s'en eft aperceu, l'ay aufTy receu'dans fa dernière 
lettre la propcfition fuiuante ^'). Voilà Monfieur l'extrait de la lettre de Monfieur 
de Fermât. 

Vous m'obligerez beaucoup de me faire uoir ce que vous auez adioufté à vollre 
horloge , 

le doute de la vérité du mouuement perpétuel, et il me femble que Monfieur 
Defargues m'a dit autrefois auoir une demonfl:ration du contraire. Vous m'obligez 
beaucoup. Et le vous rends très humbles grâces des exemplaires qu'il vous plaift 
me promettre des Hures de Monfieur de Wite et de Monfieur Walis, Je ne fcay 
pourquoy ce dernier ne nous dit mot du traifté de Monfieur d'Eftonuille. il mérite 
bien la peyne d'eflire leu. Nous n'auons rien de nouueau qui vaille vous eftre En- 
uoyé, l'aurois très grande joye de nous prefenter quelque chofe qui nous fut agré- 
able , et qui vous témoignât de plus en plus le defir que l'ay de me conferuer la 
qualité. 

Monsieur 

de Voftre très humble et très obeiffant feruiteur. 
De Carcavy. 

A Monfieur Monfieur Hugens Seigneur de Zulichen, 
17. a la Haye. 



N= 727. 

p. DE Fermât à P. de Carcavy. 
1660. 

^^ppendice au No. ji6. 

La copte se trouve à Le'tden, coll. Huygens ''). 

On peut confiderer les roullettes allongées ou racourcies d'une autre manière 
que n'a fait Monfieur Deftonuille. Suppofez qu'en la roulette ordinaire les feules 



3) Voir l'Appendice N°. 727. 



') La copie est de la main de P. de Carcavy. 



40 CORRESPONDANCE. 1660. 



appliquées foyent allongées ou racourcies proportionellement , c'eft a dire que 
l'axe demeurant le mefme chacune des appliquées efi: augmentée de la moitié , ou 
bien racourcie de la moitié , auquel cas il fe produit des courbes nouuelles , celles 
des appliquées allongées font au dehors de la roullette , et celles des appliquées 
racourcies font au dedans. Je dis que toutes les roullettes allongées en ce fens font 
efgalles à la fomme d'une ligne droifte et d'une circulaire , Et que toutes les roul- 
lettes acourcies au mefme fens font efgalles à des courbes paraboliques. Par 
Exemple foit une roullette allongée dont les appliquées foyent aux appliquées de 
la roullette naturelle comme le diamètre d'un quarré à fon cofté. Je dis que cette 
roullette alongee, prife toute entière, c'eft a dire des deux coftez, (Et que par la 
conftruftion vous voyez eftre plus grande que la naturelle) eft efgale à la circon- 
férence du cercle générateur de la roullette naturelle, et au double de fon diamètre, 
le pourrois adioufter le théorème gênerai pour touts ces cas, c'eft à dire pour l'in- 
uention des paraboles efgalles aux roulettes accourfies, et pour l'inuention de l'a- 
gregé des droiftes et des circulaires efgalles aux allongées, mais ce fera pour un' 
autre fois, ma méthode generalle ne dépend que du chiffre que ie vous enuoyay 
l'année paftee avant que j'euiïe veu le liure de Monfieur Deftonville &c. 



N= 728. 

? à Christiaan Huygens. 

[10] MARS 1660"). 

La lettre se trouve à Leiden , coll. Huygens. 

Mars 1660. 

Christiano Hugenio Juveni Eruditiffimo. S. P. D. 

Quae de Marte *) et ejus aiïeclis indagavifti fane vidifte juvit et gaudeo de tam 
cxcellenti animi tui induftria quae tibi ob illuftrem tuum Parentem gemina eft. Pro- 
derit hifce ftudiis tubus hic opticus quem tali modo adornabis. Tubimi in très par- 
tes aequales tribus vitris diftinguis; Vitrum autem quod oculo admovetur fit fexta 
pars vitri intermedii, quae vitro ") intermedium fcilicet et '^) oculo admouendum 
quinque tubulis vitreis quafi columellis in orbem retratâ modica diftindlâ ^) com- 
paélis proportionaliter conjungantur, ut quilibet radios fuos ad acum oculi per- 



CORRESPONDANCE. 1 66o. 4I 

ducere pofTit. Vitrum extrême f^ interniedio fit aequale. Reliqua curae Tuae 
comraitto nam plura fcriberem fed plus otii jam jam difcefTurus non habeo. Vale 
VI Id. Mart. cIo lo clx. 

Christiano Hugenio 

Hagam Comitis. 



") 1^ 1 1 Martii nefcio a quo [Chr. Huygens.]. 

'') de Saturno voluit dicere [Chr. Huygens.]. 

'') vitra [Chr. Huygens.]. 

'') et [Chr. Huygens.]. 

^) relifta modica diftantia [Chr. Huygens.]. 

/') extremum [Chr. Huygens.]. 



N= 729. 

Fr. van Schooten à Christiaan Huygens. 
14 mars 1660. 

La lettre se trouve à Leiden, coll. Huygens. 
Chr. Huygens y répondit par le No. 731. 

Nobiliffimo, Clariffimoque Domino Christiano FIugenio 

Fr. a Schooten S. D. 

En mitto Tibi, Vir Clariffime, de quo olim locutus fueram Traftatum ') de 
concinnandis demonftrationibus Geometricis ex Calcule Algebraïco, quem prope- 
diem me milTurum nuper nuntiavit Ducquius °) nofter. Rogo itaque ut eum dili- 
genter perlegere digneris, quàm primum poteris, quoniam Typographus praelo 
committere ipfum efflagitat, ut finem operi nnponeret. Quod fi quae à me commifia 



') Cet ouvrage de Fr. van Schooten fut publié plus tard par son frère et successeur, Pieter van 
Schooten : 

Francifci à Schooten, Leidenfis, dura viveret in Academia Lugduni-Batava Mathefeos 
ProfeflToris, Traftatus de Concinnandis Demonllrationibus Geometricis ex Calculo Alge- 
braïco. In Incera editus à Petro à Schooten, Francifci Fratri. Amftelaedami. Apud Ludo- 
vicum & Uanielem Elfevirior. cioiocLxi. in-4°. 

-) A. Duycl'C. Voir la Lettre N°. 165, note 2. 

Œuvres. T. III. 6 



42 CORRI',SPONDANCE. 1660. 



paflîm plumbo Hifpanico vel rubrica annotaveris, vel aliter reftius fe habitura 
judicaveris, rem hercle longé gratiffimam mihi feceris, utpote qui fum femper- 
que ero 

Tibi devinélifîimus 

Fr. à SCHOOTEN. 

Dabam Lugd. Bat. 
die 14 Martij 1660. 

A Monfieur Monfieur, Christianus Hugenius, 
ten huijfe van d' Heer van Zuijlichem, Raedt ende Rentemeefler 
van Sijn Hoocheijt, refideerende 
Cito in 

Cito 

port S'Graven-hage. 

met een packje. 



N= 730. 

C. Dati à N. Heinsius. 

16 MARS 1660 "). 

La copie ') se trouve à Leideii , coll. Huygens. 

Ex literis Caroli Dati ad Nie. Heinsium datis i(5 Mart. \66o. 

Il Sereniffimo Principe Leopoldo defidera fapere fe i telefcopi del Signore Huge- 
nio fuperino notabilmente la fquifitezza di quelli fabricati dal Fontana di Napoli, 
dal Divini di Roma e dal noftro Evangeliila Torricelli di Firenze. E fe no fi potefle 
fare la comparazione coili par mancanze di quelli fopradetti. prega Veftra Signoria 
a far videre diligentemente in quante diftanze con l'ulb di eïïb telefcopio da per- 
fona di buona vifta fi legga un carattere minute, di poi mandando moftra del mede- 
fimo carattere, e qualche mifura da potere mifurare la diftanza. verbi gratia un 



') La copie est de la main de Clir. Huygens. 



CORRESPONDANCE. 1660. 43 



braccio o altra mifura con un filo inclufo nella rifpofta. Perche havendone il Sere- 
niffimo Granduca mio Signore di tutti i fopradetti in ibmma eccellenza le ne potra 
con H auuifi di Veib'a Signoria fare efattiffimo rifcontro. 



") 3 Aprilis 1660. =) [Chr. Huygens.] 



N= 731. 

Christiaan Huygens à Fr. van Schooten. 
19 MARS 1660. 

La lettre se trouve h Leiden ^ coll. Huygens ')• 
Elle est la réponse au No. 729. 

Clariffimo viro Domino Fr. Schotenio Chr. Hugenius S. P. 

Remitto ecce volumen -) quod me perlegere voluifli doftum fane atque utile, 
de quo plurimum tibi dcbebtmt Geometriae ftudiofi. Exercitationum novam edi- 
tionem ^ tuo nomine Ducquius *) mihi attulit. Gratiam habeo pro munere, proquc 
iterata cura in commentariolo mec ') adhibita. In praefatione vellera minus invidiofo 



^) C'est probablement la date de réception de cette lettre et de l'ouvrage de Viviani „de 
Maximis et Minimis" (voir la Lettre 1N!°. 739, note 3), que Heinsius avait envoyés à 
Huygens. 



') C'est la dernière lettre que nous possédons de la correspondance de Huygens et de Fr. van 
Schooten: celui-ci mourut vers la fin de mai, ainsi que des recherches récentes l'ont établi, 
et non pas en janvier 1661, comme nous l'avions cru jusqu'ici. Il fut enterré au Hooglandsche 
kerk à Leiden , le 5 juin 1660. Consultez la Lettre ]N°. 4, note 2. 

-') Le „Traftatus de Concinnandis Demonftrationibus Georaetricis". Voir la Lettre N°. 729, 
note I. 

3) (1 s'agit ici de sa seconde édition des „Mathematifche Oefeiiiiigen", publiée en 1660. Voir 
l'ouvrage cité dans la Lettre N°. 282, note i. 

•*) A. Duyck. Voir la Lettre N°. 165, note 2. 

5) Il s'agit de son traité „Van Rekeningh in l'pelen van Geluck". Voir la Lettre N°. 282, 
note I. 



44 CORRRSPONDANCE. 1 66o,. 



titulo me ornalTes , potiufque rei veritatein quam aiFeftum erga me tuum confu- 
luifles. In propofitione 4 verba illa Om nu tôt de eerflvoorgeftelde quejîlen ^c. de- 
buiflent ipfam propolîtionem immédiate praeceffilTe, acque ita me fcripfifTe opinor. 
Librum fuum *} Dominas de Wit mihi donavit, qui eleganter excufus eft, atque 
ut decuit à tali viro deque tali argumenco confcriptum. Si quid ipfe nunc agam 
quaeris, fcito additamentum quoddam ad priorem horologij defcriptionem ") me 
parare ubi demonftrationem de linea illa penduli modératrice et alia quaedam 
expofita dabo. Vale. 

In traftatu pauca quaedam annotaffe me invenies plumbo hifpanico, atque ea 
non admodum magni momenti. Properavi evolvere quia typographos moram non 
ferre fignificabas. 

Wallifij librum ^) credo à Bibliopola Brounio ») tibi milTum. 

19 Martii 1660. 

Myn Heer Myn Heer Fr. van Schooten 
Profeiïor der Mathematycken. 
In de Heerefteegh Tôt 

Cito Leyden. 

Cito 



"j Elementa Ciirvarum Linearum. Voir la Lettre N°. 59", note i. 

'') Il s'agit de son Horologium. Voir la Lettre N^. 511, note 2. 

^} Probablement Hnygens parle ici de l'ouvrage „de Cycloide". Voir la Lettre N°. 690, 
note 3. 

S') Samuel Broun était le libraire de Rotterdam, auquel étaient envoyés les ouvrages d'An- 
gleterre. 

Voir la Lettre N°. 307, note i. 



CORRESPONDANCE. 1660. . 45 



N=' 732. 

p. GuisoNY à Christiaan Huygens. 

25 MARS 1660"). 

La lettre se trouve a Leiden^ coll. Huygens. 

Monsieur 

Je n'aurois pas tant tardé à vous témoigner le regret que i'eus à Vienne de ne 
pouuoir donner votre létre ') a Monfieur Kinner , fj ie n'eus efperé de vous randre 
céte nouuelle moins des-agreable par cèle d'auoir acompli les autres commiffions 
dont il vous pleut de m'honorer: Monfieur le Marquis de Breteiiil =) & mille au- 
tres perfones de ma conneflance quj frequentoient la cour de L'Empereur, ont 
été témoins des enquêtes & des couruées que iy ay faites pour cella, & que bien- 
que le nom n'y fut pas abfolument inconnu , il fut toujours impoflîble de le joindre 
ou d'en decouurir le logis. Apres auoir entretenu à Bologne le Père Ricciolj et de 
vôtre vertu & de votre Syfi:eme de Saturne , ie luy donné de votre part vn de vos 
Hures 3) qu'il receut aueq auidité, & ie ne crois pas que les difficultés qu'il me pro- 
pofa ladeflus , vaillent la poene de vous être écrites ; à la 2me fois que ie le uis , il 
vouloit fort me perfuader que la cheute des cors pefans fuiuant la proportion des 
quarrés des temps écoit incompatible aueq le mouuement de la terre, & qu'ainfj 
il étoit conuaincu de fon repos par raifon naturéle. Sitôt que ie fus à Rome iem'in- 
formay des commodités pour faire tenir en Sicile vôtre liure 3) à Hodierna, & il y à 
déjà quelques jours qu'il eft partj aueq vne lécre , dont ie l'ay accompagné. Eufta- 
chio Diuinj me foutint opiniâtrement que pour auoir ueu en angleterre et en hol- 
lande ce que vous écriués de Saturne, il falloit que le Ciel de ces Paijs fut autre 
que celluy d'Italie; dautant qu'après auoir imité icy la proportion de vos Lunetes, 
même en auoir trauaillé des plus longues, il n'a jamais rien pu decouurir de fem- 
blable. il ueut enfin auoir ueu des anfes terminées, fans qu'il fut pofllble aucune 
autre continuation de cercle Lumineux , & n'auoir point mis les ombres que vous 
imputés à fon Scheme; aueq vôtre permifllon nous acorderons l'un & l'autre à Sa 
Signorie, pour n'être point fulminés du Vatican, il me montra les plus beaux de 
fes Telefcopes qui pafTent au delà de 30 pies, & nous les comparâmes aueq un de 



') La Lettre N°. 686. 

") Nicolas Bretel, Seigneur de Gremonville, diplomate français, fut ambassadeur de France à 

Venise de 1643 à 1647, puis à Rome, enfin à Vienne. II était président au parlement de 

Rouen, et a laissé quelques relations diplomatiques. 
3) Syftema Saturnium. Voir la Lettre N°. 640, note 2. 



46 CORRESPONDANCE. 1660. 



Reeues'*) de la méthode du Cheualier Neal"5) qu'on à enuoiée au Cardinal Ghily ") ; 
il n'a garde de ne tirer l'auantage de fon coté, mais fans mantir il fe trompe lour- 
dement. L'on me dit à Florence que les horloges à pendule y auoient été trouués 
dés quelque temps, & même l'on me craïonna groffierement la figure de celluy '') que 
Galilej auoit tante fi.iiuant céte inuention : icy i'ay trouué un ouurier ^), qui non 
feulement en fait aueq le pendule, mais même qui ne mènent aucun bruit, aueq 
l'auantage que les vôtres ont, d'être montés fans perdre temps et mille autres gen- 
tillefTes. il me montra les trois que le Grand Duc de Tofcane luy auoit commandés, 
& céluy qu'il racommodoit pour le Roy d'Efpagne '): il à vn frère "°) qui efl: ma- 
thématicien , aueq qui nous nous fommes entretenus plufieurs fois de vous : il m'a 
prié de vous faluer de fa part quand ie vous ecrirois, & comme il doit imprimer 
vn traité des horloges ") vous n'y ferez pas fans doute oublié, il à deux inuentions 
pour les randre muets , l'une en mettant vne quantité proportionnée de vif argent 
dans le tambour qui eft creux & diuifé en petites Loges , percées en dedans par 
des petits trous, afin que céte matière ne coule pas f] uite de l'une à l'autre, & que 
confequemment la corde qui eft roulée à l'entour & à laquéle font attachés les con- 
trepois , ne ie deueloppe que lentement, (ie les appelle contrepois , les compa- 
rant aueq la pefanteur du mercure , qu'ils ont à vaincre), par là il ne fe i'ert point 
de la roiie de rencontre , ny de cet axe qui à ces 2 petites ailes , qui caufent tout 
le bruit dans céte forte de machines. Véritablement les horloges de céte manière 
ne fe montent pas fans perte de temps , mais ie trouue qu'on les pourroit perfefti- 



"*) John Reeves, horloger et fabricant d'instruments de physique, demeurait à Londres dans le 
Longacre, près de James-street. 

5) Lisez: Neile. Voir la Lettre N°. 280, note i. 

'') Fabio Chigi, plus tard le Pape Alessandro VII, naquit le 13 février 1599 ^ Sienne et mourut 
le 22 mai 1667 à Rome. Nonce à Cologne et au congrès de Munster en 1648, puis cardinal- 
ministre, il succéda le 7 avril 1655 à Innocenzio X. Il protégea les arts, embellit Rome, et 
publia des vers. 

'') Voir la planche vis-à-vis de la page S. 

i^) Matteo Campani Alimenius, né près de Spoleto. Il était curé du diocèse de St. Thoina in 
Gassione, près de Rome. Mécanicien très-habile, il a construit beaucoup de cadrans et 
d'horloges et même taillé les verres pour les télescopes de Dominico Cassini. 

^) Filippo IV, fils du roi Filippo III et de Margaretha d'Autriche, naquit le 8 avril 1605 à Ma- 
drid, où il mourut le 17 septembre 1665. Il épousa, en 1645, Elisabeth de France et en 1649 
Maria-Anna d'Autriche. 

'°) Giuseppe Campani fut mécanicien et opticien à Rome; il était fort renommé pour ses lunet- 
tes. Après sa mort, le Pape Benedetto XIV acheta sa collection de télescopes et d'instruments 
pour l'Institut de Bologne. Il publia: 

Ragguaglio di due nuove onèrvazioni, una celefte in ordine alla flella di Saturno, e ter- 
reftre Paîtra in ordine agli inrtrumenti. Roma. 1664. in-8°. 

") Iforologium folo naturae motu ac ingenio dimetiens momenta temporis accuratiffime 
aequalia. Accedit circinus fphaericus pro lentibus telefcopiorum tornandis ac poliendis. 
Auftore M. Campani. Roma. 1678. in-4°. 



CORRESPONDANCE. 1660. 47 



onner en ce point , fi l'on fe feruoit d'une corde redoublée comme vous faites , & 
d'un petit contrepois à la place d'une partie du mercure, qu'ilfaudroit oter du 
tambour. Quant à la ame inuention, qu'il à d'en empêcher le bruit fans uif argent 
& fe (eruir du pendule , ie nous la laifTe à dechifrer dans votre dongeon. 

Je trouue encore cella de beau dans fes horloges, qu'il fait tranfporter les heures 
par un cercle, fans fe feruir d'Eguille, & qu'ainfi il n'en paroit jamais qu'une qui 
eft celle qu'il faut. Vous ferés put être bien aife de lire deux mots de ce que l'en 
ay ueu ailleurs, qui eft certainement la même inuention. On fe fert d'une table 
ronde éleuée en face pour montre de l'horloge , au centre de laquéle en dedans 
eft colée une moindre de la figure par Exemple d'un pentagone , fi l'on n'auoit à 
montrer que iufqu'à fix heures : à chacun des cotés du pentagone correfpond et fe 
couche une petite pièce de bois mobile qui porte quelque heure , & toutes ces 
pièces font enfilées enfemble aueq du fil d'archal à l'entour du pentagone; de ma- 
nière que cella paroit céte forte de machines, qu'on nomme Chapelet en hy- 
droftatique. Maintenant , fi l'on fait mouuoir céte grande table , neceflliire- 
ment dans un tour vne pièce du chapelet fe fera auancée dans la place de fa 
voifine, à caufe qu'il n'y à que cinq places, & qu'il y à fix petites pièces à 
loger. Ainfi fi dans la grande table on fait un trou , qui correfpondè à vne de 
ces petites pièces qui font en dedans , toutes les heures parétront fuccefilvement 
à leur rang, même la nuit dans une chambre obfcure, fi l'on fait ueiller une 
lampe dans la boëte , qui contient toute la machine. La même perfonne trauaille 
encore une forte de fphaere merueilleufe , ou fe font les mouuemens des planè- 
tes fans tenfion : comme ie n'ay pas eu occafion de la voir, ie ne 'vous en 
diray rien. Je crois que les Colleftions de Papus reimprimées à Bologne '-) 
auront paru en hollande, auflî bien que quelques ouurages mathématiques '^^ 



'=) Voir la Lettre N°. 538 , note 3. 

'3) a) Problemata Geometrica fexaginta. Circa Conos, Sphaeras, Superficies Conicas, Spbaeri- 
casque praecipue veriantia. Auth. F. Stéphane de Angelis. Venetiis apud loannem La 
Noû, 1658. in-4°. 

^) De infinitis parabolis, de infinitifqve folidis ex variis rotationibus ipfarnm, partiumque 
earundem genitis. Vnà cum nonnnllis ad praedietarum magnitudinem, aliarumqne centra 
grauitatis attinentibus. Avtbore F. Stéphane de Angelis Veneto, Ordinis lefnatorum 
S. Hieronymi, in Veneta Provincia Definitore Proiiinciali. Venetiis, mdclix. Apud 
loannem La Noû. Svperiorvm permidv. in-4°. 

c) De cet ouvrage parut plus tard: Liber quintus. Venetiis. 1663. in-4°. 

d~) Mifcellanevm Hyperbolicvm, et parabolicvm. In qvo praecipve agitvr de centris Graui- 
tatis Hyperbolae, partium ejufdem, atque nonnuUorum folidorum, de quibus nunquam 
Geometria locuta eft. Parabola nouiter quadratur duplicitev. Ducuntur infinitarum 
parabolarum tangentes. Affignantur maxima infcriptibilia, minimaque circnmfcriptibi- 
lia Infinitis Parabolis, Conoidibus ac femifulis parabolicis. Aliaque Geometrica noua 
exponuntur fcitu digna, Avtbore F. Stéphane de Angelis Veneto, ordinis lefuatorum 
S. Hieronymi, in Veneta Prouincia Definitore Prouinciali. Ad Illuftrifîimos, et Sapien- 



CORRESPONDANCE. 1660. 



d'un Jefuate ^'^') imprimés à Venife, qui donne fur les doits '5) au Père Tacquet 
pour la defFence des Indiuifibles de Caualerj '") : il ua publier un traité '-') des cen- 
tres de granité; & le Succefleur -*) de Torricellj imprimera bientbt Apollonius '9) 
remis dans fon entier. Monfieur Scooten fera (put être) bien aife d'apprendre céte 
nouuelle. le bon homme Kirkher -°) fait toujours icy mille tours de pafTe-paffe 
aueq l'aymant dans la galerie du Collège Romain ; s'il auoit l'inuention de la Lan- 
terne , il époimanteroit bien des Cardinaux par des fpeftres. J'appris à Francfort 
qu'il y à vue fort bêle machine pour le mouuement perpétuel à Maience -'), vous en 
pouués fauoir de noimelles par le premier de vos amis qui enfilera céte route : 
quant à moy ie fus afTez mal-heureux de n'en auoir point été auertj fur les lieux ; 
et ie ferois fans faute retourné fur mes pas , fi le Main n'eut été pris , ou qu'il n'y 
eût eii de la neige jufque par defllis la tête dans le chemin. 

Au refte Monfieur de Clercelier -") eft fort de mes amis , & Monfieur Chape- 



tiflimos Senatvs Bononienfis Qvinqvaginta Viros. Venetiis, mdclix. Apud loannem La 

Noû. Svperiorvm permiirv. in-4°. 

e') MiCcellaneum geometricum in quatuor partes divifiim; in quorum prima agitur de men- 

fura et centro gravitatis quorundam folidorum. In fecunda de centris aequilibrii inbafi- 

bus et gravitatis in altitudinibus quamplnrium truncorum cylindricorum diagonaliter 

refeftorum. In tertia tanguntur quaedam circa centra gravitatis fuperficierum curvarum, 

aflignaturque centrnm gravitatis cnjnfcunqne portionis liiperficiei fphaericae. In quarta 

vero aflîgnantur maxima infcriptibilia in infinitis trilineis et in infinitis conicis ex 

ipfis revolutis tam circa axim, quara circa baiim. Auth. Steph. de Angelis. Venetiis. 1660. 

in-4°. 

''•) Stefano degli Angeli naquit à Venise en 1623 et mourut le 11 octobre 1697 à Padoue. Il 

appartenait à l'ordre de Saint-Hiéronyme, et fut professeur de mathématiques à Venise: 

après la suppression de son ordre, en 1668 , il devint professeur à Padoue. Il a beaucoup écrit 

et eut avec Riccioli, au sujet de la rotation de la terre, une polémique d'où il sortit victorieux. 

'5) Dans un ouvrage qui fut publié plus tard sous le titre: 

De fvperficie Vngvlae et de quartis Liliorvm Parabolicorvm & Cycloidalium Traflatus 
Duo Geoinetrici. Avthore F. Stephano de Angelis Veneto, Ordinis lefuatorum S. Hieronymi, 
in Veneta Provincia Definitore Prouinciali. Venetiis. mdclxi. Apud loannem La Noû. Svpe- 
riorvm permiflv. in-4°. 

L'auteur traite de cette question principalement à, la fin de la Préface „Le(51:ori Benevolo". 
''') Consultez l'ouvrage de B. Cavalleri „Geometria indivifibilibus continuorum promota". Voir 

la Lettre N°. 85, note 3. 
'") De infinitarum cochlearum raenfuris, ac centris gravitatis. Quibus acceflit cou ftruftio quo- 
rundam problematum geometricorum. Autliore F. Stephano de Angelis. Veneti. Anno mdclx 
in-4°. 
'S) Giovanni Alfonso Borelli. Voir la Lettre N°. 536, note 4. 
'S') Voir la Lettre N''. 536, note 2. 
^°) Athanasius Kircher. Voir la Lettre N". 48, note 4. 
^') Voir la Lettre N°. 709. 

-°) Claude Clerselier, né en 1614, mourut à Paris en 1686. Il fut gendre de l'ambassadeur 
Chanut, et avocat au Parlement de Paris. Il a été longtemps lié avec Descartes, surtout 
après la mort du Père Mersenne, en 1648. 



CORRESPONDANCE. 1660. 49 



lain le cognoic parfaitement ; vous aurés toujours par là occafion d'excercer votre 
charité en inftruifant un pauure ignorant par vos lettres , quand vous en aurés la 
volonté & quelque chofe de nouueau. Je mérite bien céte grâce de vous , puifque 
i'ay autant d'eftime qu'on le doit pour votre efprit, & que ie fuis plus que vous ne 
fauriés croire 

Monsieur 

Votre très humble & très obeïffant feruiteur 

GUISONY. 

à Rome le 25^ de Mars 1660. 

A Monfieur Monfieur Christian Hugens de Zulichem 
12 A la Haye. 



") 3^ le 9 Julii [Chr. Huygens] . 




N= 733. 

IsM. BouLLiAu à [Christiaan Huygens]. 
26 MARS 1660. 

La lettre se trouve à Leideii, coll. Huygens. 
Elle est Id rél)Oiue aux Nos. 721 et 724. -Clir. Huygens y répondit par le No. 743. 

A Paris le 16. mars 1660. 
Monsieur 

Je vous fupplie de m'excufer fi j'ay tant différé a faire refponfe aux deux der- 
nières que vous auez pris la peine de m'efcrire le 16 du pafTé & le 4e. du courrant. 
Je fuis trompé fi la perfonne dont j'ay fait le genethliaque ne tient beaucoup de 
l'humeur que j'ay fpecifiee, peut eltre fe tient elle couuerte & cachée, attendant 
les occafions de viure félon fon génie. Si je n'ay pas bien rencontré le bijoux ne 
viendra point.; je vous laifle la direction entière de cette affaire fans pourtant que 
Œuvres. T. III. 7 



50 CORRESPONDANCE. 1660. 



je prétende de vous des offices réitérez , ponrce que cela n'en vaut pas la peine ; 
& qu'auffi je ne le veux receuoir de cette perfonne , que comme un tefmoignage 
d'eftime , & de faueur. 

Monfieur Hanet ne paroift point encores en ce pais, & neantmoins nous auons 
eu des temps aïïez fauorables pour fon retour de Roterdam a Dieppe. L'Horologe 
ne tourne point cependant. J'ay vn grand defir de icauoir ce que vous auez ad- 
jouilé de nouueau a voftrc horologe, fâchant bien que ce fera vne belle & fingu- 
liere inuention comme font toutes les voilres. 

Si les figures de ce perpetumn mobile n'eftoient point trop lourdes, je vous 
prierois de me les enuoyer, en faifant vn pacquet que vous maddrefîeriez. 

Je n'ay point veu le Hure de Monfieur Wallis de la Cycloide, nos libraires ne 
l'ont pas encores receu; je ne fcay pour quel fubjeél il peut fe plaindre de Mon- 
fieur Pafcal , pour Monfieur de Roberual il efi fi rude & fi mal poli quil pourroit 
bien auoir dit quelque jniure contre luy. 

Le Difcours que j'ay enuoyé a Monfieur le Prince Leopold de Florence tou- 
chant le vuide, font des confiderations fur les expériences que j'ay veu faire , & 
que j'ay faiftes, & mon opinion efl: que le Mercure a quelque confifl:ence natu- 
relle, en forte que le mouuement de l'air peut le pouffer jufques a certaine hau- 
teur. Mais je vous aduoue que je ne peux comprendre comment l'air peut par 
fon poids prelTer le vif argent, & comment l'on peut s'imaginer qu'il ne contre- 
balance pas plus petite quantité d'argent vif quune grande car vous fcauez qu'il 
fe fouftient eleué également dans le tuyau, foie que celluy cy foit gros , foit qui! 
foit menu. 

Je ne vous entretiendray pas dans cette lettre de la matière de l'Equation des 
jours , vous trouuerez cy joint vn difcours ') fur cette matière duquel vous me direz 
vofi:re fentiment a vollre loifir. j'explique le fens de Ptolemee bien nettement & 
clairement. Je croy qu'aucun de les commentateurs n'a traifté la matière auec plus 
d'exaftitude. J'ay retenu copie de ce que je vous enuoye. 

Je fuis très fafché de ce que vous n'auez pas encores receu reiponfe de Mon- 
fieur le Prince Leopold. Je fuis dans voftre fentiment & celluy de Monfieur 
Heinfius , que les lettres quil vous aura efcrites feront perdues. Je ne fcay s'ils 
auancent beaucoup l'édition de l'Apollonius ^}, j'efcriray au pluftoft a Monfieur 
Viuiani 3) Mathématicien de Monfeigneur le Grand Duc. Je vous fupplie de me 
faire fcauoir, fi l'on a faifl: imprimer quelque part en Hollande vn liure qui a pour 



') Voir l'Appendice N°. 734. 

-) Consultez la Lettre N°. 536. 

2) Vincenzo Viviani naquit le 5 avril 1622 à Florence, où il mourut le 22 septembre 1703. Dis- 
ciple de Gslilei depuis 1639 et de Torricelli, il demeura auprès du premier jusqu'à la mort de 
celui-ci en 1642. En 1646 premier ingénieur et en 1660 premier mathématicien du Grand- 
Duc de Toscane, il fut porté en 1664 par Louis XIV sur la liste des „pensionnaires". Il était 



CORRESPONDANCE. 1660. 51 



titre Pétri Borelli de pluralitate Orbis Terrarum '*). Nous n'auons rien icy dé 
nouueau en matière de liures. Je falue auec voftre permiffion Meffieurs Heinfius 
& Voflîus & je fuis 

Monsieur 



Voftre trefhumble et trefobeiflant feruiteur 

BOULLIAU. 



- N° 734. 

IsM. BouLLiAU à Christiaan Huygens. 
Appendice au No. 733. 

La pièce se trouve à Leiâeii , coll. Huygens. 

Textus Ptolemaei capitis 9. libri 3. 

de Dierum naturalium Aequatione, Explicatio, 

Ad Virum Clariffiraum Christianum Hugenium Zulichemium. 

Ad clariorem explicationem verborum Ptolemaei libri 3. capitep ') Mathemati- 
cae Syntaxeos, vbi de Aequatione dierum naturalium agit, quae Latine reddita fie 
fonant; Intcr fe vero differimt [dies apparentes] duplo tetnporwn numéro XVI 
neinpe cuiii beffe., hoc efl hora vna «S? noria parte vnhis., repetenda funt quaedam ex 
Aftronomiae noll:rae Philolaïcae capite 7°. libri 2. Ptolemaeum nempe epocham 
mediorum motuum ad meridiem apparentem adaptafTe, nequaquam vero ad mé- 
dium. Methodum quoque ipfius vtilem elfe ad aequanda temporis interualla, & ab 
apparente tempore ad aequale reducenda. Dixit autem hic Ailronomus, maximam 
oriri difFerentiam dierum in fegmentis a medio xîï;, ad médium 111, & a mediohuius 



alors déjà membre des Académies del Cimento et délia Crnsca. En 1696 il devint membre 
étranger de la Société Royale de Londres et en 1699 de l'Acndémie des Sciences de Paris. Il 
a publié divers ouvrages, 
■t) Pierre Borel (Voir la Lettre N°. 330, note 3) avait publié: 

Discours prouvant la pluralité des mondes. Genève. 1657. in-8°. 

Cet ouvrage fut traduit en anglais en 1658: et puis réimprimé en 1660. in-8°. 



') Ce chapitre est maintenant nommé le 8™', parce que les tables du Livre 3 ne comptent pas 

pour un chapitre. 
-) „Bes" désigne -/j , et „tenipus" un degré: en eifet, 167g degrés font 1V9 heures. 



52 CORRESPONDANCE. 1660. 



ad médium v^. comparatis fcilicet motibus apparentibus cum mediis. Deinde fiib- 
jicic, duplo temporum numéro difFerre imer fe dies apparentes collatos, feu jnter- 
ualla vtriufque fegmenti temporis apparentis; id eft quando comparata fuerinc 
vtraque inter fe fegmenta temporis apparentis, atque etiam eadem inter fe temporis 
raedii per fubtraftionem minoris a majori: tune differentiam refiduorum duplam 
eiïè ejus, quo in alterutro fegmentorum inter fe médium & apparens difFerunt. 
Quod fie fe habere exemple allato declarabimus. 

Sint data duo Temporis apparentis interualla, primum a meridie apparente diei 
7. Nouembris 1651. ad meridiem apparentem 4. Februarii 1652. Secimdum ab 
lioc meridie 4. Februarii ad meridiem apparentem Nouembris 6. 1652. 

Anno 1651 juxta Eichftadium loca vera. 

Nouembris 7. meridie Apparente © ni grad. 14/55. Afcenfio Refta 222. '26. 
1652. 

Februarii 4. meridie Apparente © ut; grad. 1 5/32. Afcenfio Reéla 3 1 8.' i . 

Interuallum Dierum apparentium eft 89, oui, tanquam Temporis aequalis jnter- 
uallo, congruit motus © médius grad. 87.'43."2i. DifFerentia Afcenfionum refta- 
rum reperitur grad. 95.32. 3) Déficit itaque motus médius Solis minorque eft diffe- 
rentia Aicenfionum reftarum grad. 7/52. quare plures gradus Aequinoétialis 
circuli per meridianum reuolutione apparente Solis tranfierunt; quam fi arcus 
Afcenfionis Reftae interceptus inter loca Solis data major non fuifTet motu medio 
Solis. Huius ideo temporis medij feu aequalis jnteruallura longius eft apparente 
tempôribus '') 7.52 hoc eft Hor. o.'3i."28. clique dierum 89. '31. "28. 

In fecundo interuallo loca © vera. 

Februarii 4. meridie Apparente © ut; grad. 15.32. Afcenfio Refta 318°. i'. 

Novembris 6. meridie Apparente 111 ^') 14.40. Afcenfio Refta 222. 11. 

Interuallum dierum apparentium eft 276. motus intérim aequalis Solis per hune 
dierum numerum eft grad. 272.'2."i9. Differentia Afcenfionum Reélarum eft 
partium 264.' 10. Arcus igitur motus aequalis © major eft arcu Afcenfionis Reftae 
inter vtrumque punftum jntercepto partium 7. '52. citius itaque reuolutione appa- 
renti Sol eft ad meridianum reuerfus, quam fi aequales fuiftent arcus medii motus 
& Afcenfionis Reftae longiufque numeratura eft tempus apparens partium 7.52. 
feu Hor. o.'3i."28 quam médium, ab interuallo igitur dieriun 276. fi hocce tempus 
auferatur, dabitur temporis aequalis jnteruallum dierum 275. Hor. 23.'28."32. 

Segmentum igitur Temporis Apparentis a medio ni ad médium ut; compara- 
tum cum temporis aequalis eodem fegmento, deprehenditur ab hoc deficere '3 1 ."28. 
fegmentum vero a medio ut; ad médium ni temporis apparentis cum temporis ae- 
qualis eodem fegmento comparatum excedere hocce cernitur totidem '31. "28. 



3) Lisez: 35. 
■') Ajoutez: grad. 
S) Intercalez: grad. 



CORRESPONDANCE. l'66o. 53 



Poil comparatiim pênes vnum jdemque fegmentum tempus apparens cum ae- 
quali, comparât etiam Ptolemaeus fegmenta temporis apparentis incer fe;atque 
etiam eadem temporis medii comparanda inter le llrat; ficque jnter le comparatis 
temporis apparentis fegmentis, pariterque medii, collatifque deinceps jnter le feg- 
mentorum exceffibiTS, dicit apparens ab apparenti differre duplo ejiis quo apparens 
ab aequali in vtroque fegmento differt. 



Interuallmn primum Tem- 
poris apparentis dierum 
Secimdum dierum ajé. 
DifFerentia dierimi 1 87. 



Medii dierum 89. Hor. o.'3i"28. 

Medii dierum 275. Hor. 23. '28. "32. 
Differentia dierum 186. Hor. 22.'57"4. 



ExcefTus igitur fegmentorum Temporis apparentis differt ab excelTu fegmento- 
rum temporis medii Hor. ï.'2."^6. duplo fcilicet ejus, quo in vno eodemquc feg- 
mento différant ab inuicem aequàlis & apparens '31. "28. videlicet. 

Minores ergo feu breuiores dies apparentes différant a majoribus feu longiori- 
bus apparentibus in dacis fegmentis Hor. i.'2."56. Minores enim apparentes ae- 
qualibus différant ab ipfis, et ab eis deficiunt '31. "28. Majores vero apparentes 
aequalibus différant ab ipfis, eofque excedunt '31. "28. ergo fuperant hi majores 
inaequales minores illos inaequales Hor. 1/2." ^6. tantaque etiam reperta differen- 
tia eorum eft, ad differentiam fegmentorum aequalium feu mediorum inter le com- 
parata. Quod etiam fie explicari poteft, Differentia duorum fegmentorum inter 
le dierum inaeqiialiimi , major ell: differentia duorum fegmentorum dierum aequa- 
lium feu mediorum, & dupla ejus qua apparentes a medijs in vno eodemque feg- 
mento différant. 

Theon Alexandrinus haec leuiter attigit in Commentarijs '^) in [/,a,ùmj.ciTiKVjv 
a-vvTCi^iv^ lohannes Regiomontanus 7) paulo clarius explicuit ^). 



*) Clavdii Ptolemaei Magnae Coiiftrvdionis Liber primvs, Cum Theonis Ale.Nandrini Com- 
mentariis. lo, Baptilla Porta Neap. Interprète. Neapoli. Typis Foelicis Stelliolac, ad Portam 
Regalem. mdcv. Svperiorum penniflV. in-4°. 

7) Johannes Millier (Regioraontamis, de Monte Régie, Joliannes Germanus. Joliannes Francus) 
naquit le 6 juin 1436 à Unfinden près de Hassfnrt, et mourut à Rome le jour de son 40= anni- 
versaire. En 1452 il vint à Vienne chez Peurbach, où il devint le protégé du Cardinal Bes- 
sarion , qui l'emmena à Rome; en 1468 il revint en Autriche, mais en 1471 il s'établit à Nu- 
remberg, où il fonda, avec le patricien Walther, un observatoire et une imprimerie pour ses 
propres publications. Il s'était déjà occupé du Calendrier et s'était fait par ses travaux un 
ennemi acharné en George de Trapezonte, par crainte duquel il quitta Rome en 1468; le Pape 
Sixte IV l'appela en 1475 à Rome pour la réforme du Calendrier: et c'est là qu'on le ditavoir 
été empoisonné par les fils de son ennemi. Il a publié.plusieurs ouvrages et tables astrono- 
miques. 

8) loannis de Monte Regio et Georgii Pvrbachii Epitome in Cl. Ptolemaei Magnam compofi- 
tionem, continens propofitiones & annotationes, quibus totum Almagestum, quod sua diffi- 
cultatc etiam doftiorem ingeniaq; praeftantiora lectorem deterrere conCveuerat, dilucida 



54 CORRESPONDANCE. 1660. 



Cum igitur in Lunae motibus aequalibus colligendis duo temporis apparencis 
jnterualla pofita erunt & inter fe comparabuntur, atque etiam motus aequales, vt 
fciamus quanta magnitudine motus vnius jnterualli fuperet motum alterius, error 
in illis motibus mediis computandis dierum omiïïà aequatione ad '35 fere ex- 
crefcere poteft, vt refte eil a Ptolemaeo adnotatum. cujus Methodus in aequandis 
temporum jnteruallis refte procedit; in reducendis vero temporum punftis ab ap- 
parenti ad aequale a verb longe aberrat, cum Epochae Temporis apparentis addat 
jnteruallum temporis aequalis. 

Exemplum erroris qui in motu ([ admitteretur omifTa aequatione dierum. 

Volo inquirere quantum fuperet motus (J médius fecundi jnterualH motum mé- 
dium primi datis temporibus apparentibus. 

Interuallum I. Dierum 89. Motus ([ médius vSig. 3.grad. 2.'4i."56. 

II. Dierum 276. Motus (X médius Sig. i..grad. 6.'4i."5. 

Differentia inter vtrumque poft complétas reuolutiones Sig. i-o. grad. 2- 59-"9- 

Motus ergo (J aequalis accurate computatus effet, fi dies apparentes aequales 
eiïent: at cum reduétione opus habeant, vt aequalis ([ motus exaftè numeretur, 
adhibenda font jnterualla temporis medii , & per ea Lunae motus efi: colli- 
gendus. 

Interuallum I. temporis medii Dierum Sp.Mor. o.'3 1. "28. (^ motus ») 

Sig. 3. grad. 2.'59."i2. 

Interuallum IL temporis medii Dierum 275. Hor. 23. '28. "32. (£mocus médius 

Sig. I. grad. 6.'a3."48. 

Differentia inter vtrumque reperitur Sig. 10. grad. 3.'24."36. 

Motus igitur ([ per difFerentiam jnteruallorum temporis apparentis major eft 
'34."33. motu ipfius computato per jnteruallorum temporis medii difFerentiam. 
Motus vero in vno eodemque jnteruallo computatus per tempus apparens et 
aequale difFert folummodo 'i7."i6. vt ex comparatione motuum primi vel fecimdi 
interualli inter fe confiât. 

In his omnibus numéros Tabularum noftrarum Philolaïcarum vfurpauimus. 

Exemplum, quo arguitur falla Methodus Ptolemaïca in reducendo punclo dato 
Temporis apparentis ad Temporis aequalis refpoiidens punftum. 

Sit datus Meridies apparens 4. Februarij 1652 epocha pofita in meridie appa- 



& breui doetiina ita declaratiir & exponitiir, ut mediocri quoq; iiidole & eruditione praediti 
fine negotio intelligere poflint. Bafileae apvd Henrichvm Petrvm. in-folio. 
A la page 267 on lit : Menfe Avgufto. Anne m.d.xliu. 
y) Ajoutez: médius. 



CORRESPONDANCE. 1660. 55 



rente Diei 7. Nouenibris 1 65 1 . in qna Tempus Médium et Apparens concurrunt 
ex hypotliefi. Ex fuperiori calcule conftat jnceruallum dierum acqualium longius 
eiïe debuifTe quàm apparencium '31. "28. Quare cum fuit Meridies apparens Fe- 
bruarij 4., Tempore Aequali debuit elfe Februarii 4. Hor. o.'3i."28. Suppona- 
tur deinde Meridies apparens 4. Februarij 1652 pro epocha, in qua concurrant 
etiam Tempus Apparens & aequale , & rétro computetur Tempus ad Meridiem 
apparentem diei 7. Nouembris 1651. eadem aequatio temporis inuenietur addenda 
jnteruallo Temporis Apparentis, vt aequalis temporis jnteruallum habeatur Die- 
rum 89. Hor. o.'3i."28. quo ablato a 4. Februarij meridie apparente, jncidemus 
in Nouembris Diem 6. Hor. 23.'28."32. quare reuera & Ko.r'ii cpva-iv punftimi tem- 
poris aequalis Meridiefque non concurrebat cum meridie apparence Die 7. No- 
uembris quando epocha ibi conftituta eft. 

Taie porro abfurdum fequitur. cum refpeftu epochae quarto Februarij alligatae, 
tempus apparens rétro computatum fuerit ad meridiem 7. Nouembris & reperiatur 
aequatio Temporis addito jnteruallo dierum 89 apparentium vt aequales dies ha- 
beantur 89. Hor. o.'3i."28. jncidemus in Diem 6. Nouembris Hor. 23.'28."32. 
Tempore Aequali. Cumque rurfus pofitâ epocha Nouembris 7. meridiei apparen- 
tis tempus deinceps computatur ad meridiem apparentem 4. Februarij aequatio pa- 
riter addito jnteruallo dierum apparentium '3 1 ."28 vt interuallum dierum aequalium 
habeatur 89. Hor. o.'3i."28 & Meridiem apparentem 4. Februarij jncidemus tem- 
pore aequali in Februarij Diem 4. Hor. o.'3i."28. 

Habemus proinde reipeftu duorum punélorum Temporis apparentis duo pun6la 
Temporis Medii per Aeqnationem jnuenta; fubtrahatur antecedens a iequenti, 
colligemus fpatium temporis aequalis Dierum 89. Hor. i.'2."56. quod eft falfum; 
nam ex veris caufis jnteruallum datum dieriun folummodo 89. Hor. o.'3i."28 eft. 
Hoc fi vidiiïet Ptolemaeus, maxime differre ab aequali apparens circa medietatem 
111 & t5^ conclufifTec; deprehendifTetque perperam conjungi in illis locis, vt et in 
jnitio Pilcium & Epocha Nabonaftari, médium Tempus cum apparente, animad- 
uertiflet etiam quod Meridies Temporis aequalis Meridiem apparentis fequitur. 
Sole m médium tenente; contra vero quod Meridies temporis aequalis antecedat 
Meridiem apparentem. Sole medietatem ut; tenente; tandemque nocauifiet ex fua 
hypothefi, duplo fere majorem aequationem Temporis fequi,quam reuera & fecun- 
dum naturam fit. 



ISMAEL BULLIALDUS. 



56 CORRESPONDANCE. 1660. 



N° 735. 

Christiaan Huygens à P. de Carcavy. 

27 MARS 1660. 

La minute et la copie se trouvent à Leiden, coll. Huygens. 
La lettre est la réponse au No. 726. P. de Carcavy y répondit par le No. 754. 

Sommaire: Livre de Wallis. Schoten loca plana, livre de de Wit. Je ne defire aucunement que Monfîeur Fer- 
mat prefne la peine &c. mais prefles le, qu'il donne tout au public, et des Nombres. J'ay toute l'efti- 
me podible pour fa perfonne et ("on fcavoir. Je vous remercie des nouvelles propofitions touchant la 
nouvelle efpece des Roulettes. J'efpere de la que (a méthode fera autre que celle de Heuraet. Vous 
verres la miene, laquelle je fcais bien que perfonne ne s'efl imaginée. Je me hafle d'achever la def- 
cription de mon Horologe avec ce que j'y ay adjoviftè de nouveau pour vous en faire part. 

Ce qui m'empefche de vous communiquer l'un et l'autre par avant ce font les inconvénients. . . . 

27 Mart. I 660. 

■ Carcavy. 

Monsieur 

Il en efl: arrive ce que je me eftois imaginé du filence de Meffieurs les Anglois, 
car 2 ou trois jours après que je vous eus envoyé ma précédente ') je receus une 
lettre de Monfîeur Wallis ^) avec un nouueau livre qu'il a fait imprimer dont le 
titre efl Joh. Wallifij &c. Traftatus duo Prior de Cycloide et corporibus inde 
genitis: Porterior Epiftolaris in qua agitur de CifToide et corporibus inde genitis. 
Et de curvarum tuni linearum euûvvasi, tum fuperficierum TÀciTva-fjLCfi. Je m'efton- 
ne que vous ne l'ayez pas encore vu lors que vous me fites l'honneur de m'efcrire 
la dernière fois, car fans doute il en aura envoyé auffi des exemplaires a Paris pour 
Monfîeur Pafcal et pour vous Monfîeur qui y eftes nommé fi fouuent. Je ne vous 
efcriray que fommairement ce qu'il contient parce que vous le verrez vous mefme 
ou peut eilre l'aurez veu défia. Dans le premier traifté il refout par fes méthodes les 
problèmes que Monfieur Pafcal a propofez et refolus. Et il y adjoufte la demon- 
ftration de Monfieur Wren de la dimenfion de la Cycloide more veterum. qui eft 
ingenieuié. l'autre traiftè efi: la lettre que j'ay attendue fi long temps, au commence- 
ment de la quelle il dit avoir receu et difiribué les exemplaires du livre de Mon- 
fieur Dettonville que je luy avois envoyé de voilre part, il donne en fuite fes fpe- 
culations touchant la Ciflxiide à l'occafion d'un théorème que cy devantje luy avois 
communiqué pour la dimenfion de l'efpace infini qui efi: entre cette courbe et fon 
afymptote. Au refl:e il y a et dans cette lettre et dans la préface du traité de la 
Cycloide beaucoup de chofes contre Meflieurs Dettonville et de Roberval et con- 
tre leur hiftoirc de la Roulette, aux quelles peut eftre ils ne demeureront pas fans 



') Voir la Lettre N°. 722. 
°) Voir la Lettre N°. 690. 



CORRESPONDANCE. 1660. 



5? 



réplique. Ce Monfleur Wallis tefmoigne certes d'avoir l'efprit prompt et il y a 
du plaifir a veoir comme il tafche a toute force de maintenir l'honneur de fa 
nation. 

Je vous rends grâces trefhumbles de l'extrait 3) de la lettre de Monfieur de Fer- 
mat de qui je trouue cette dernière fpeculation touchant les roulettes proportion- 
nelles beaucoup plus belle que la précédente des fpirales "*). Pour ce qui efi: de la 
propofition dont j'eftois aucunement en doute, je ne voudrois pas qu'il prit la peine 
d'en efcrire la demonflration feparement, pour me la faire veoir, mais pluftofl: Mon- 
fieur ayant le traité entier et tant d'autres excellens ouurages de ce grand géomè- 
tre dont vous pourrez obliger le public lors qu'il vous aura tout envoyé, ainfi qu'il 
a promis. Il ne fe plaint pas tout a fait ians raifon de Monfieur Schooten de ce 
qu'il n'a pas fait mention de luy en publiant fes lieux plans s). Car encore qu'il 
n'ayt jamais veu ce que Monfieur de Fermât en avoit efcrit comme il m'a afTeuré 
toujours, il l'a bien fceu et partant il n'auroit pas deu le diffimuler. 

Si je n'eftois après à faire la defcription de mon horologe avec ce que j'y ay ad- 
jouftè nouuellemcnt je vous en ferois part des a cet heure, mais puis que j'efpere 
de l'achever bientoft et de la faire imprimer , je vous prie de ne l'exiger pas aupa- 
ravant. Je voy plus que jamais par ce dernier efcrit de Wallifius les inconvénients 
et difpuces qui en peuucnt naiftre lors que des inventions de quelque confequence 
vont de main en main devant que d'eflre publiées. Apres que j'auray achevé cela, 
je vous feray auffi veoir ma méthode de mefurer les lignes courbes la quelle je 
ne croy pas que perfonne encore s'efl imaginée. 

Le traité de Monfieur de Wit efl: imprimé, et je chercheray quelque occafion 
pour vous l'envoyer, comme toutes celles, par ou je pourray vous tefmoigner com- 
bien j'eiHnie l'honneur d'ellre 

Monsieur 

Voftre &c. 



3) Voir la pièce N° 727. 

+) Consultez la Lettre N°. 6<)ç,. 

5) Voir la Lettre N°. 726, note 2. 

Œuvres. T. III. 



58 CORRESPONDANCE. 1 660. 



Christiaan Huygens à J. Wallis. 
31 mars 1660. 

Le sommaire et la copie se trouvent à Leiden^ coll. Huygens. 
La lettre est la réponse au No. 690. J. Wallis y répondit le 10 septembre 1660. 

3 1 Marc. 60. 

Ad. Wallisium. 

ao Martis accepi '). 

Dat ick wel gedacht had dat hy niet gefien nioet hebben l'examen &c.-) dacdaer 
fijn fauten in ftaen. Sendc het hem. Wrens demonftratie elegans, ingeniofa, fed 
clarior potuifTet efle in propofitione. bedanck voor d'eer die hy my doec 3^. mittat in 
Galliam. Heuratius. In CilToide apparet vis methodi. Horologij mutatio quam dicit 
nova non eft. calia multa hinc in Angliam raifla. Additio mea tota conftruftione 
melior. Methodus Curvarum. Saturni Syftema me mifilTe. Balij '*) obfervatio- 
nes 5) frater ejus '') mihi communicavit ad Junii 17. 1659. Quoraodo balteum '5 
pingat. Exemplum ad Schocenium ipfe Broun mifit. Nelio de Telefcopijs. </ diame- 
ter non eo modo qui ell: in fyftemate -'). Dicat et ipfe de fuis Telefcopijs. Contigua 
vitra funt ocularia. nulla nunc diaphragmata. dicuntur optima habere. nominatim 
Balius. Guifonius retulerit. Vlack fpreecken vande exemplaeren ^). Examinare 
Wallifii de Cycloide. De Cifîbide more veterum depionftratio. 



■) Cetie date se rapporte à la réception de la Lettre N°. 690. 

-) Le „Récit de l'Examen et du jugement." Voir la Lettre N°. 560 , note 32. 

3) Nous traduisons : Que j'avais bien pensé, qu'il n'aurait pas vu l'Examen etc °), que ses fautes 
s'y trouvent. Je le lui envoie. La démonstration de Wren elegans, ingeniosa, sed clarior 
potuisset esse in propositione. Je remercie pour l'honneur qu'il me fait. 

'') 11 s'agit ici de William Bail. Voir la Lettre N°. 326, note 3. 

5) Clir. Huygens publia ces observations dans le Brevis Assertio Systematis Saturnii. 

"5) Peter Bail, qui alors étudiait à Leiden. Voir la Lettre N°. 497, note i. 

') C'est-à-dire le Systema Saturnium , où l'on trouve le diamètre de lYIars à la page ■j(). 

^) Nous traduisons: parler à Vlacq au sujet des exemplaires. 



CORRESPONDANCE. 1660. 59 



N= 737. 

Gregorius a St. Vincentio à Christiaan Huygens. 
a avril 1660. 

ia lettre se trouve à Leiden, coll. Hiiyi^ens. 
Clir. Huygens y répondit par le No. 740. 

Clariffime Domine. 
Tela praevifa minus ferire creduntnr; quare vt minus feriant, haec amico, amicè 
fcribere cogor. Verba fubiungam a mec Gottignies Roma miffa '). 

Monfieur Voila le Cartel de Voftre défie. 

Fundamentum, incredulitatem generans, conijcio verfarj in eo, quod in libro 
tuo, dicatur, alia figura a te vifimi Saturnum, tubo 12 pedum longitudinis: alia 
vero dum vtereris tubo, ad 11 pedes extenfo. aiunt enim tubos omnes, eandem 
formam obiefti vifi, debere exhibere. Sed tibi facile erit, hoc euertere. Haec ha- 
bebara, quae te, nifi aliunde jnnotuerint , potius recrearent, quam moerore affice- 
rent; vt video, res agetur: quis praeftantiore tubo, in arenam defcendet. Et Con- 
trouerfia quae maioris momenti doftrinam continet , in Confeftarij locum euadet. 
Vale intérim et viae memor 

Tui quem nofti amiciffimum 

G. A. S. Vincentio 



Gandavi 2: Aprilis \66o. 



w 738. . 

G. F. G0TTIGNIEZ à Gregorius a St. Vincentio. 
1660. 

Appendice au No. 737. 

La copie se trouve à Leidcn, coll. Huygens '). 

Ab eo tempore quo vltimas ^) dedi ad Reverentiam Veilram per variorum ma- 
nus errauit libellus 3) Domini Hugenij, erratque etiamnum, amiflb Domino, et 

') Voir l'Appendice N°, 738. 

■) Cette copie est de la main de Gregorius à St. Vincentio. 

^) En réponse à l'envoi du Systema Saturnium par Gregorius à St. Vincentio (Consultez la 

Lettre N°. 680). 
3) Le Systema Saturnium. Voir la Lettre N''. 640, note 2. 



6o CORRESPONDANCE. 1 66o. 



inter aduerfariorum turbam verfacur, omni deftitiuus patrono; qui eum ex latina 
lingua in Italicam vercere, et vt eum polTmt euertere, arma parant; tubos confici- 
unt, calamos expediunt, quid tandem? auchorem operis huius, fuorura operum 
Correftorem , diem, et locum dicere meditantur, ad quem conuocatis nonnullis 
Mathematicis excellentioribus, tubi conferantur, lefque penitius examinetur, 
deque phaenomenis Saturnj, in lucem editis, iudicium fcrant, ea conditione, vt qui 
erroris conuiftus, ex arena difceflerit, expenfas foluat. Hiice conditionibus prouo- 
care ftatuit Dominum Hugenium, Euftachius Diuinus ; iamque propemodum 
confecit tubum 36 palmorum; hoc efl: 25 circiter pedum. Eleftionem loci feu 
ciuitatis, in qua conueniant ofFeret Domino Hugenio. 



N= 739. 

Christiaan Huygens à N. Heinsius. 

7 AVRIL 1660. 

La lettre, la minute et la cnpie se trouvent à Leiden, coll. Huygens. 

NicoLAO Heinsio Viro Clariflimo Christianus Hugenius S. D. 

Cujufmodi effet telefcopium meum, quaeque in eo vitrorum forma et qui efFec- 
tus in libello de Syrtemate Saturni fatis expofuiffe me putabam. Attamen quia 
Sereniffimus Princeps alio infuper experimento illud cognofcere cupic ') en tibi tum 
charafterum fpecimen"), tum diilantiae exqualegunturmenfuram.Veriusnimirum 
hi typis exculi non difficile leguntur telefcopio meo (etiam ab eo qui prius illos non 
viderit) ex interuallô 360 pedum Rlienolandiae quorum haec linea femiffem unius 
exhibet. 



Sed fciendum eft ad nofturnas obfervationes hoc telefcopium comparatum effe, 
interdiu vero propemodum nullius effe ufus eo quod veluti nebulam quandam ré- 
bus vifis offundat. Memineris quaefo Illuflriffnno Carolo Dato meis quoque verbis 



') Consultez la Lettre N°. 730. 

-) Cette pièce manque dans nos collections. 



CORRESPONDANCE. 1660. 61 



gratias agere de Vincencii Viviani opère s) ad nos miflb. In quo, licec id raptim 
tantum adhuc, ut fcis, perlegerim, egregias mukas Conicarum Seftionum et Conoi- 
dum proprietates offendi. Ingeniofam quoque demonftrationem in appendice de 
lineis ex punfto uno ad plura data ducendis quarum fumma fit minima. In libro 
autem 2do propofitione 20 "*) animadverti ad conftruftionem problematis hypcrbo- 
lam ndhiberi, cum tantum circulo opus fit, quanquam cxiftimo hune errorem Vi- 
viano cum ipfo Apollonio communem efie. Hujus enim ni fallor fimilis quaedam in 
eodem probJemate conftruftio à Pappo reprehenditur libro 4 propofitione 30, 
his verbis ^'). 

Videtur autem quodammodo peccatura non parvum efTe apud Geometras cura 
Problema planum per conica vel linearia ab aliquo invenitur, et ut fi.Tmmatim 
dicam cum ex improprio folvitur génère, quale efi: in 5° libro Conicorum Apol- 
lonij Problema in Parabola. 

Ut videat autem Clariffimus Vir circuli folius deicriptione problema illud fiium 
componi addo hîc Ka,Ta.cry.evijv *) jam olim a me repertam Golioque noflro et 
Schotenio ^) exhibitam, una cum demonftratione. Neque vero in parabola tan- 
tum led et in hyperbola et ellipfi problema hoc planum efl"e fi opus fit oftendere 
pofliim. 

Vale 



Datum Hagae Comitis 7 Aprilis 1 660. 



3) De Maximis et Minirais Ceometrica Divinatio in Qvintvm Conicorvni Apollonii Pergaei 
adhvc defideratvm. Ad Serenillîmvm Ferdinandvm II. Magnvm dvceni Etrvriae. Liber pri- 
mvs Aviftore Vincentio Viviani. Florentiae mdclx. Apud Jofepli Cocchini, Typisnouis, 
fnb Signo Stellae. Svperiorvm permiflv. 

Le „Liber fecvndvs", qui s'y trouve joint, est dédié „ad Principem Leopoldvm ab 
Etrvria". 

+) Ce problème est le suivant: 

A dato punfljo, ad datae Parabolae peripheriam, minimam reftam lineam 
ducere. 

5) Ces mots ne se trouvent pas dans la lettre. On les trouve dans l'édition de Pappus de 1660 
(voir la Lettre N°. 538, note 1), page 95: 

„Fieri enim poteft, vt nullo vtentes iblido, problema ab ipfo defcriptum 
inueniamus." 

*) Cette pièce manque dans nos collections, à moins que ce ne soit la pièce N°. 365, avec la- 
quelle en tout cas elle aura eu beaucoup de ressemblance. 

^) Comparez la Lettre N°. 163. Dans la Geometria R. Carcesii Ed. van Schooten, 1659, 
page 322, van Schooten fait mention de cette construction et démonstration de Chr. 
Huygens. 



02 CORRESPONDANCE. 1660. 



N^ 740. 

Christiaan Huygens à Gregorius a St. Vincentio. 

8 AVRIL 1660. 

La minute et la copie se trouvent à Leiden, coll. Huygens. 
La lettre est la réponse au No. 737. Gregorius à St. V"incentio y répondit par le No. 745. 

8 April 1660. 
Gregorio à Sto. Vincentio. 

Révérende et Clariffime Vir 

Itane Romani artifices adverfus me tumultuantur, et rerum omnium ignarum 
atque incautum opprimere cogitant ! Equidem non parum Domino de Gottignies 
tibique debeo, qui machinationes tantas me latere pafli non iitis. Bella mihi video 
bella parantur, quae fane adeo non metuo, ut nihil mihi gratius poflit accidere. Quid 
tamen Euftachius ille Divinus in meis obfervationibus reprehendat nefcio, flquidem 
fuas cum illis optimè omnium convenire fcripfi '), faltem eam quae de anfato Saturno 
edidit. Si vero alijs temporibus pro duobus Saturni brachijs binos globulos vidit, illa 
quibus uius eil aut parum bona aut exigua telefcopia fuere. Non credo autem adeo 
ineptum fore, ut cujuflibet magnitudinis illa fuerint eandem formam videri debere 
contendat, cum manifeile adeo contrarium doceat experientia. Nam me quidem 
quantum ad hoc ipfum candide egiiTe alij judicarunt, cum diverfae longitudinis 
tubis diverfas fj faciès mihi apparuifTe fafTus fum. Verum objiciant quaecumque 
vifum fuerit, facile puto caufTam noftram apud aequos judices tutabimur. Si Lute- 
tiam uique Parifiorum armati procedere volent, ibi me bac aeflate reperient. Arma 
ut video fere paria erunt, tubi 25 pedum, fed fi redlè ilia adverfarius fabricaverit, 
exiftimo ijs ipfis femet confefturum, priufquam in certamen defcendat, fin maie, 
non efl: quod illa formidemus. Vale et me crede 

Tui obfervantiffimum 
Chr. Hugenium de Z. 



') Dans le Systema Satiiniium , à la page 37. 



CORRESPONDANCE. \66o. 63 



N° 741. 

IsM. BouLLiAU à Christiaan Huygens. 
16 avril 1660. 

La lettre se trouve à Leiden , coll. Huygens. 
Clir. Huygens y répondit par le No. 743. 

A Paris le i6 Auril 1660. 
Monfieur Hugens. 
Monsieur 
J'ay appris par les lettres de Monfeigneur de Thou, que Mademoizelle voftre 
foeur eftoit mariée auec Monfieur Doublet '), & que ce mariage s'eftoit faift auec 
la fatiffaftion entière des deux parties & de toute leur parenté. C'eft dont je croy 
eftre obligé de me conjouir auec vous, & de vous tefmoigner la part que prens dans 
tout ce qui vous touche. Je vous eftime & je vous honore a tel poinft, que toutes 
les profperitez et bons fuccez qui vous arriuent me donnent autant de joye que s'ils 
arriuoient a moymefme. Je ibuhaitte a vos jeunes mariez toute félicité & bonheur, 
auec tous les auantages qu'eux mefmes peuuent fouhaitter. Je vous fupplie auffi de 
me continuer l'honneur de voftre amitié & de croire que je fuis trefveritableraent 
Monsieur 

Voftre trefhumble et trefobeiftant feruiteur 

BoULLIAU. 

A Monfieur Monfieur Christian Hugens de Zulichem 

A la Haye. 



N= 742. 

H. Stevin à Christiaan Huygens. 
21 AVRIL 1660. 

La lettre se trouve à Leiden, coll. Huygens. 
Clir. Huygens y répondit par le No. 749. 

MijN Heer 
Hoew^el icli in geenderleywijfe van meijning ben deur vereren van boecken, die 
voortaen van Mijn Vader zaliger of van mij felven fouden mogen gedruclit werden. 



') Le mariage de Siifanna Huygens et de Philips Doublet, fils, eut lieu le 20 avril 1660. Voir la 
Lettre N°. 744. 



64 CORRESPONDANCE. 1660. 



te pronken, cm redenen die ick daer toc hebbe, fo en can ick evenwel niet laten dac 
opfet te overtreden, bij de gène die mij bij gelijcke geval niet voorbij en gaen. 
Ende fulx bij VEd : tôt verfcheijden malen vereert fijnde, vereer ick dit bijgaende 
boeck ') met VEd: toe te fenden, foo het nu, (naer dattet lo. a lajaerineen 
hoeck veiiloken is geweeft, om dat men mette boeckvercopers geen redelijck vaft 
verding conde makenj) inde corant veiji wort geftelt. Ende want mij noch indach- 
tich is, dat ick een vande felve inden beginne oock toegefonden hebbe, aen de 
Heere van Sulichem, dat nu, voor foo veel als dit blaetjen ") aengaet, indien het 
noch voorhanden is, defeft foude fijn; Soo gelief VEd: het felve mijnenthalven aen 
SijnEd: te prefenteren, of het hem miflchien gelucken mocht daer me te fuppleren. 
Waer op mij verlatende blijve 

MijN Heer 

VEdts. dienaer 
Hendrik Stevin. 
In Alphen den 21 en April 1660. 

Mijn Heer Mijn Heer Christiaen Huijgens van Suijlici-iem , 
vermaert mathematicus. 

inden 
met een Hage. 

boeck. 



') Materiae Politicae. Bvrgherlicke ftofFen. Vervangbende Ghedachteniii'en der oeffeninghen 
des DoorliTchtichllen Hoogftgebooren Vorfl: en Heere Mavrits by Gods Genade Prince van 
Orangien &c. Ho. Lo. Ghedachteniffe. Befchreven deur zal. Simon Stevin van Brugghe, des 
felfs Heere Princen Siiperintendent vande Finance &c. En iiyt (ijn naghelate Hantichriften 
bij een gheftelt door fijn foon Hendriclc Stevin, Ambachtfheere van Alphen. TotLeyden, 
Ter Driiclcerye van J vftvs Livivs, tegen over d'Académie. [1649] in-4°. 

Une nouvelle édition du même ouvrage, mais avec un autre titre, „Ghedruckt tôt Leyden, 
voor Adriaen Rozenboom, Schout tôt Alphen." in-4'^, sans date aussi et sans le privilège de 
l'autre édition, contient une „Waerfchouvvinge aen den Boeckbinder" (Avis au relieur) 
et la pièce de la note suivante. 

-) Lochening van een ewich roerfel, gefecht Perpetvvm Mobi'e Ende Beveftiging dat in yder 
eerfte dinck feker eenigh punt fy, 't welck allerley fiants fijn fwaerheyts midpunt is. Met een 
wonderlick Gefchil [Door H. Stevin]. [1660] 



CORRESPONDANCE. 1660. 65 



N° 743. 

Christiaan Muygens à Ism. Boulliau. 

22 AVRIL 1660. 

La lettre se trouve à Paris, Bihliothèque Nationale. 

La minute et la copie se trouvent à Leiden, colL Huygens. 

Elle est la réponse aux Nos. 733 et 741. 

Elle a été puhliie par Ch. Henry dans son „Huygens et Koherval". 

Sommaire: Redancken voor de gehickwenfcliing. Syn reys naer Danzic. Hevelius t'oiitcn in J- Cdcceiis Syrtema 
Ick naer Parys. De aequationetemporis '). 



BOUILLAUT. 

A la Haye ce 22 Avril 1660. 



Monsieur 



Hier au matin je receus la voftre par la quelle vous me faites l'homieur et a nos 
nouveaux mariez de vous conjouir avec nous fur le fubjeft de cette alliance. Je leur 
en ay fait rapport auffi tort, eftant ce jour le lendemain des nopces, et ils m'ont prié 
de joindre icy leur trefhumbles remercinients avec les miens, que je vous fais de 
tout mon coeur. 

Monfieur de Thou et Monfieur d'Hauterive -^ ont honoré la fefte de leur pre- 
fence, et ont eu afîez de complaifance pour affifter une partie de la nuiâ: aux rejouif- 
fances de nous autres jeunes gens. Je regrette un peu le temps que j'ay perdu pen- 
dant quelques jours a ces folies folennelles, et vous demande pardon de ne vous 
avoir pluftofl refpondu fur ce que vous avez pris la peine de m'efcrire touchant 
notre queftion 3}. Je puis dire que j'entens à cefl heure clairement voftre opinion 
la defTus, ce qui me fait efperer que je vous fcray bien auffi comprendre ce que j'y 
trouve a redire, mais ce fera de bouche, s'il vous plait, puis que j'auray bientoft 
l'honneur de vous veoir ou icy ou à Paris. Car j'ay deffein d'y venir cet eftè avec 
Meffieurs nos Ambaïïadeurs "*) , que l'on envoyé pour féliciter ^ le Roy et vous 



') Traduction du Sommaire: Remercier de la félicitation. Son voyage à Danzic. Les erreurs 

d'Hevelius en ^ . Cocceus Systema. Moi à Paris. De aequatione temporis. 
=) François de l'Aubespine, Marcgrave de Hauterive, (1584— 1670), a longtemps servi dans 

les Provinces-Unies; il était très considéré à Paris. Consultez la Lettre N°. 26, note 4. 
3) Ici se termine la minute. 
+) Ce furent: 

rt) Johan van Cent. Voir la Lettre N°. 527, note i. 

è) Justus de Huybert. Voir la Lettre N°. 267. 

6-) Willem Boreel. Voir la Lettre N°. 63, note 6. 

d') Koenraad van Beuningen, fils du bourgmestre Geurt Dirkfzoon van Beuningen et de 
Aaltje Eva Appelman. Il naquit en 1622 à Amsterdam, et y mourut en 1693. Il étudia 

Œuvres. T. III. 9 



66 ' CORRESPONDANCE. 1660. 



Monfieur a ce que j'apprens allez entreprendre le voyage de Pologne et vous paf- 
ferez par ce pais icy. Je croy que nous ne partirons que vers la iin de May '^); dites 
moy je vous prie fi vous irez pluftoft''). Monfieur Heveliiis ne vous aura pas peu 
d'obligation de ce que vous venez de fi loin pour le vifiter, et fans doute aufli vous 
aurez beaucoup de fatilTaftion d'entretenir une perfonne de fon mérite et fçavoir. 
Je voy que vous le comparez mefine à Tycho et à Hipparche, en quoy je ne fcay 
fi vous ne leur faites quelque tort, car au moins quant a la fcience d'afl:ronomie il 
leur cède de beaucoup. Je vous diray mes raifons aliàs. Maintenant je vous feray 
feulement remarquer ce qu'il dit avoir obfervè touchant les phafes de ^ en fa feleno- 
grapliie en la planche K ^) ou la partie illuminée de la planète decroit aux obferva- 
tions matutines et croiil: aux vefpertines^), l'un et l'autre contre l'hypothefe de Co- 
pernicus, que Hevelius admet, ou mefme contre celle de Tycho. Cecy déroge en 
mefme temps à la fidélité de fes obfervations, comme aufïï la phafe de cT, lequel il 
afiîire avoir vu un peu moins que ^i^oroixoç '°) , ce qui ne peut efl:re aucunement. 
J'advoue que je n'avois point remarqué ces erreurs, mais un certain Coccaeus ") de 
Haerlem a fait que j'y ay pris garde, lequel fur ce feul fondement des faufiles obfer- 
vations de Hevelius, les quelles il prend pour très véritables, a bafl:i toute une nou- 
velle hypothefe de fyfieme , la plus abfurde que vous ayez jamais veiie. Son livre '-) 
qu'il en a efcrit eil imprimé et il me tarde fort que vous le voyez pour en rire. 
J'ay veu le traité de Maximis et Minimis '^^ de Viviani de Florence, que l'on a 



à Leiden, où en 1643 il fut reçu docteur en droit. Nommé tout de suite secrétaire d'Am- 
sterdam , il devint en 1651 pensionnaire et pins tard bonrgmestre de cette ville. lient sou- 
vent des missions diplomatiques, et fut très apprécié par Louis XIV; il était fort attaché 
à Jolian de Wit. 

5) A l'occasion du mariage de Louis XIV avec Maria-Tlieresia d'Espagne, qui fut conclu en 
juin 1660. 

^^ Cliristiaan Huygens ne partit pour Paris que le 12 octobre. 

7) Ism. Bonlliau ne se mit en voyage que le 3 octobre 1660, et il ne partit de la Haye que le 
27 janvier 1661. 

8) Cette planclie K se trouve vis-à-vis de la page 70 de la Selenograpliia de Hevelius, 
^~) Consultez les pages 74, 75 de l'ouvrage cité. 

'^) Consultez la page 68 du même ouvrage. 

'') Jacobus Coccejns, fils du secrétaire de Bremen Symon Kock et d'Elisabeth Baker, naquit en 

1615 à Bremen et demeura à Harlem. Il étudia à Leiden en 1633 et était philosophe, médecin 

et mathématicien. 
'-) Epiftola de Mundi, quae circumferuntor, Syftematis, et novo Alio illis certiore Dialogifmum 

paradoxum complexa. Auftore JacoboCoccaeo. Amftelodami, Apud Joannem Ravefteinium, 

Civitatis & lllullris Scholae Typographum. mdclx. in-4°. 
Ouvrage dont simultanément parut la traduction: 
Brief over de t' Samenftellinghen des Werelts, welcke in fwangh gaen, ende over een 

Nieuvve Stellingh fekerder als de felve, een onghemeene bedenckinghe behelfende, Door 

Jacobus Coccaeus ende vertaelt door J. K. v. W. Tôt Haerlem. By Herman van Cranepool, 

inde korre Begijne-ftraet, int goue Kruis. Anno 1660. in-4°. 
'3) Voirie titre détaillé dans la Lettre N°. 739 , note 3. 



CORRESPONDANCE. 1660. 6j 

envoyé à Monfieur Heinfius, au quel il ne me femble pas qu'il y ait de fort grandes 
fubtilitez. Je voudrois bien en fcavoir voilre jugement et celuy de vos géomètres. 
Je fuis fans referve 

Monsieur 

Voflre trefhumble & trefobeiflant ferviteur 



w 744. 

CoNSïANTVN HuYGENs, père, à LA Duchesse de Lorraine '). 
22 AVRIL 1660. 

La lettre se trom'c à Amsterdam., Âcail. Royale des Scienees. 
Elle a été publiée par R. Fniiii en 1879°). 

A Madame la ducheffe de Lorraine. 

A la Haye, ce 22 Avril 1660. 

Madame 

Voftre Alteffe eft fi bonne, que j'eftime, qu'il n'efl poffible qu'elle prenne en 
mauvaife part la liberté dont je vay ufer, à luy faire récit du détail de nos nopces: 
hiftoire d'importance et de grande confideration au fervice de l'Eftat. Ce certain 
jour donc du 20e Avril eftant venu, et le foleil, que le jour d'auparavant une rude 
tempefte avoit eclipfè, nous faifant la faveur de paroiftre gay et luyfant, ma petite 
fiancée ^') fut chargée d'une couronne de diamants, dont les propriétaires m'eufi^ent 
fait grand plaifir de ne redemander jamais les pièces, la Cour et quantité de nos 
dames, tant parentes, qu'eftrangeres, y ayant contribué ce qu'elles pofl^edoyent de 



') Beatrix de Cusance, princesse de Cantecroix, duchesse de Lorraine, était très-liée avec Con- 
stantyn Huygens , père. Voir la Lettre N°. 231, note 3. 

=) Dans l'ouvrage suivant: 

Overblyffels van Geheugchenis der bifonderfte voorvallen, in het leeven van den Heere 
Coenraet Drofte. Terwyl liy gedient heeft in veld- en zee-flaagen , belegeringen en onderne- 
mingen. Als ook mede Syn verdere bejegeningen aan en in verfcheyde vreemde Hoven en 
Landen. Derde druk, uitgegeven van wege de Maatfchappij der Nederlandfche Letterkunde. 
Leiden. E. J. Brill. 1 879, II Dl. in-4'=. 
Consultez Dl. II. blz. 294. 

3) Susanna Huygens, âgée alors de 23 ans. Voir la Lettre N°. 197, note 9, 



68 CORRESPONDANCE. 1660. 



plus efclattant. Sur les neuf heures du matin Monfieur de St. Anneknt '*) Père du 
fiancé et mon illuftre perfonne. Père de la femelle menâmes le bonfeigneur s) dans 
un Carofle ouuert de cous coftez (de peur que les fpeftatcurs , accourus en grande 
foule autour de ma maifon, ne perdifTent la vue de fa belle tefte frifée et poudrée 
à outrance) jufques dans la nOuuelle eglife fur le Canal de Delf. ou ayant pris place 
devant la Chaire fur beaux parterres de Tapis et autres ornements de haute lilTe, 
vers la moitié du fermon entra la' belle viftime du facrifice, menée par un jeime 
Gentilhomme de qualité, paré comme un foleil à midy, et enfariné pour le moins 
de deux ou trois livres de poudre, fuivit Madame de St. Annelant *) menée par 
mon Àifné ^ ) et Madame van Dorp ^) Tante de la fiancée menée par mon fécond 
fils 9), deux vielles majeftueufes, et qui au moyen de la bonne grâce qui leur eft na- 
turelle firent tous les derniers efforts pour fuppleer au défaut de ce que l'injure d'un 
aage d'environ fix vingts ans pour les deux avoit ravi à leurs beautez, autrefois des 
plus efclattantes du fiecle. Ce trio s'efl:ant placé fur des beaux fieges de velours, 
entrèrent trois pacelles, à fcavoir deux niepces de mon coflé '"), et une confine de 
l'autre: la première menée par mon troifieme fils "), la ieconde et la troifieme, cha- 
cune par un des plus hupez de nos Galants. Ces nymphes ayant pris place fur trois 
fieges à l'oppofite du dit Trio, faifoyent la petite bouche, et les beaux yeux en 
efcharpe, autant que chafcune l'avoit eitudié à l'envi de fa compagne, et m'efl:oic 
advis que pas une des trois n'euft voulu refufer de tenir la place de la fiancée. Le 
fermon achevé, tout le peuple de l'Eglife hazarda bras et jambes pour monter ilir 
bancs et fieges, afin de contempler la formalité des benediftions du mariage, au bouc 
des quelles les fiancez firent leur prière à genoux fur deux grands CouiTms de ve- 
lour Cramoify, ou de couleur de feu, ou de nacquerat, ou de telle autre qu'il vous 
plaira. Au fortir de l'eglife, comme quand mes vaches vont aux champs les pre- 
mières vont devant, le Trio mafculin r'entra le premier en Carofl!e, le Père du marié 
tenant déformais la main droiéte, comme pour entrer de la part de fon fils en pof- 
fefllon de la fuperiorité maritale; cérémonie de haute importance, et fans laquelle 
l'on tiendroit tout le potage gaftè. Ii,fi:rangemetamorphofe,catafl:rophe déplorable! 
qu'en un moment le feruiteur, le Valet, l'Efclaue deuienne feigneur et maiflre de 
la maiftrefle; maifi:refl!c cajolée, maifl:refi"e feruie, maiftreflTe honorée, maiflirefl'e 



■*) Philips Doublet, père. Voir la Lettre N°. 230, note 5. 
5) Philips Doublet, fils, le fiancé. Voir la Lettre N°. 197, note 7. 
'5) Geertruyd Huygens. Voir la Lettre N°. T97, note 6. 
') Constantyn Huygens, fils. Voir la Lettre N°. i , note 2. 
S) Sara ou Ida van Baerle. Voir la Lettre N°. 72, note 3. 
9) Christiaan Huygens. 

'°) Constantia le Len de AVilheni (voir la Lettre N°. 196, note 10) et 
' Martha Maria Huygens, fille de Maurits Huygens et de Petronella Campen. Elle épousa 
en T664 Hendrili van Utenhove, seigneur d'Amelisweert, et mourut le 3 août 1683. 
") Lodewi^jk Huygens. Voir la Lettre N°. 7, note i. 



CORRESPONDANCE. 1660. 



adorée jufqiies à ce trifte moment. Voftre Altefle me dira, que depuis 15. ou 16. 
petits fiecles en ça le beau fexe a bien trouué l'inuention de donner ordre à celle 
corruptele et à fe remetamorphofer;' que Prellres et miniftres ont beau profner, 
beau citer loix diuines et humaines fur les devoirs de l'obeifTance féminine; que 
malgré rime et raifon femmes font femmes et maiftreïïes demeurent maiftrefTes, et 
maris marris, c'eft à dire, beaux petits fouuerains imaginaires. A tout cela, Mada- 
me, ie lupplie Voftre Alteiïe de trouuer bon que ie ne refponde qu'en hauflant les 
efpaules, la vérité par trop notoire me fermant la bouche, au moins pour ce qui 
regarde quelques médiocres parties de l'uniuers, comme vous pourriez dire l'Eu- 
rope, l'Afie, l'Afrique, et, s'il plaift a dieu, l'Amérique, car de ce cofté occidental 
ie fuis encor en attente de quelqu'aduis authentique fur ce mefme fubjeft. Pour 
reuenir à nos moutons , La mariée et fon train ayant repaffè avec peine au travers 
d'une eftrange préffè de monde, qui faillit à fouflever fon caroiïe, aufortird'iceluy 
elle fut acceuillie du Seigneur Marié avec honneur et révérence trefhumble, et 
menée au logis; hors des feneftres duquel il fut fait largeïïè de fuccre en telle abon- 
dance, que vous euiïlez dit d'un orage de grefle; ou l'on vit coups de poing donnez 
pour le butin, femmes décoiffées, filles culbutées, et autres bouleverfemens eftran- 
ges, le fexe à cotillon ne fe fouciant pas de ce qu'on luy faifoit, pourveu qu'il attrap- 
pafl quelque poignée de fucre. Ce bruit de rue eftant palTè, et la famille ayant re- 
prins fes efprits et fon haleine, ce fut à fe féliciter à la foule, à coups de baifer 
francs et bien appuyez; en fin, baifers Apofiroliques et de bonne foy, qui firent un 
bruiét dans la fale comparable à celuy que les Chartons d'Anvers et de Bruxelle 
font avec leurs foiiets, quand quelque douzaine de charrettes enfile les premières 
rues, de là les foings du chef de cette famille (perfonnage peu capable de plus grand 
employ, mais toufjours glorieux du tiltre de trefliumble feruiteur de Voftre Alteïïe) 
fe portèrent à vifiter la fale du Feftin, la table en demie potence, la propreté du 
linge, les couverts et leurs utenfiles à trencher, à piquer et à puifer potage, le buf- 
fet et fa vaiflTelle, et enfin certain Théâtre de beau bois blanc (afin que Voftre Al- 
tefte ne croye qu'il fut d'Ebene ou d'yvoire) pour une douzaine de violons à dou- 
zaine. Toutes ces belles chofes s'eftant trouuées en ordre raifonnable on euft foing 
d'envoyer advercir les Conviez, de fe vouloir trouuer au rendez-vous furies 3. heu- 
res après midy, pour difner à quatre, qui femble chofe un peu difcordante d'avec 
les bonnes horologes de la ville: mais. Madame, la raifon en eft fi fondée, qu'aïïli- 
rément Voftre Altefle en approuuera le myftere. C'eft qu'un feftin de fouper re- 
tarde trop le coucher de la mariée, et un difner à heure deue pourroit l'avancer en 
forte, qu'a moin que de durer 7 ou 8 heures à table, la panure créature ié pourroit 
veoir menée au fupplice en plain jour, qui fuft trouuée choie indécente, lors que le 
bon boiteux Vulcan print la peine de faire rire les dieux à la fefte de fon cocuage. A 
peine les 3 heures eurent fonnè, que multitude de Carofl^es parut autour de l'hoftel 
nuptial, et en veit on defcendre dix paires de perfonnes tant vefues que mariées 
(l'un portant l'autre) et onze couples de belle Canaille à marier, dans le premier 



JO CORRESPONDANCE. 1660. 



rang du premier efcadron le trouua Monfieur l'AmbafTadeur de France '-), qui 
malgré l'Excellence de l'AmbafTade, eut la bonté de fe laiiïer confiderer, comme le 
plus proche uoifin d'un coilé pour la journée. En mefme confideration y parurent 
Moniteur de Bauoij 's) et Madame fa Femme, et le toufiours vert et toufiours jeune 
Monfieur d'Hauteriue '-t), logé, comme il doibt, chez l'Amoureux. Le refte con- 
fifloit en Parens et Parentes, de ce qu'il y auoit de plus proche à la Haye: dans la 
falle vers le jardin fe fit l'afi^emblee de l'hoft. dans celle qui regarde fur la rue la 
viande eftant portée, l'Ambafllxdeur menant la mariée, et chaque galanthomme fa 
dame, on y trouua un premier leruice que la bienveillance des Conuiez voulut juger 
raifonnable, comme en fuitte le fécond et le defl"ert, ces meflîeurs de France faifant 
l'honneur à noftre lUuflre Maifire Jacques , de le déclarer aufli entendu en fon mef- 
tier, que les plus habiles tournebroches de Paris '5). Quoy qu'il en foit, cefte tablée 
de \i. perfonnes, eut la patience de s'entretenir cinq heures d'arraché pied; et quoy 
que la chanfon à boire n'y fonna point, comme j'ay fçeu de bonne part que des bel- 
les Duchefies et Princefi^es l'ont chantée auec les grands Roix, les fommetiez d'Hol- 
lande "') y ont eflié pratiquez incefl^amment, ce que les belles Duchefl^es et Princefi"es 
n'ont pas fait auec les grands Roix. durant ce glorieux repas, fale plus glorieufe 
fut mife en ordre et parfumée et efckirée d'enuiron cinq a fix mille flambeaux, 
pour feruir à la gambade des jeufnes gens, et après nos dites cinq heures paffées, 
à manger, à boire, et à baifer, tout le monde fut bien ayfe de s'y fauuer de la 
fenteur des viandes et de la chaleur d'une preïïe qui auoit tant duré. En fuitte, 
après quelque entretien pour fe dégourdir le jarret; Monfieur l'Ambafllideur et 



'=") De Thon. Voir la Lettre N°. 366, note 3. 

'3j David de Marlot, Seigneur de Bavoy (ou Beauvoye), Maréchal de la cour du Prince Maurits 
d'Orange et pkis tard gouverneur du Prince Willem II et président de la Cour IVIartiale. 

'+) Voir la Lettre N°. 26, note 5. 

'S) Dans une brochure, qui n'a pas été livrée au commerce, M. van Schinkel nous a conservé, 
au sujet de ce festin de noce, quelques détails, tirés des papiers de Constaiityn Huygens, père. 
Ils complètent le tableau de mœurs que nous trace cette lettre. La note des frais de la noce, 
montant à la somme de 3644 florins, 6 sous, 8 deniers, montre que le service de la cuisine fut 
fait, pour la somme de 103 florins et i 3 sous, sous la direction de „monsieur Jaques" par 4 cui- 
siniers français et 5 garçons. Suivant l'usage du temps, les autorités, qui tenaient a donner 
quelque marque de sympathie ou de respect envers Constantyn Huygens, avaient contribué 
au repas par l'envoi de divers comestibles. Dans la liste de ces cadeaux on remarque comme 
donateurs le prince Maurice, Son Altesse la princesse douairière, les syndics d'une douzaine 
de villes et de villages. Les envois.comprenaient un sanglier, une tête de sanglier, 7 cochons 
de lait, 1 2 lièvres, 33 perdreaux, 4 moutons, 5 dindes, 54 poulets et 10 chapons gras. 
Consultez l'ouvrage: 

Nadere Bijzonderheden betreffende Conftantijn Huijgens en zyne famille, alfmede eenige 
door hem vervaardigde doch onuitgegeven dichtflukjes, medegedeeld door A. D. Schinkel. 
Niet in den handel. Gedrukr honderdvijfentwintig exemplaren. 1851. in-8°. 

''') [>es „sommetjes" étaient des toasts que l'on portait à sa danseuse ou à sa voisine, en les accom- 
pagnant quelquefois de baisers. 



CORRESPONDANCE. 1 66o. Jï 



le refte des gens d'aage ayans pris place, la dance s'entama; et de toutes celles qui 
fuivirent après les Branfles, celle qui fe nomme la duchefTe fe trouua la plus belle; 
ce qui me fit croire que c'eftoit de celle de Lorraine qu'elle auoit emprunté le 
nom. A peine cet exercice eut duré deux heures, que certain galanthomme parent 
de l'Efpoux amufant l'Efpoufée à je ne fçay quel tour de Courante, à l'impourveue 
nous la rauit, et fuivi de toute la nopce, l'entraifna jufqu'a dans (a chambre, où non- 
obitant certaines petites gouttes de larmes virginales, foit de defpit ou de joije (aux 
lefteurs et leftrices en ibit le jugement) grande violence arriuapourladecouronner, 
pour voler rubans, jarretières, cordons de Ibuliers, et en fin poiu" la plimier comme 
fait maiftre Jacques à fes pauures oifeaux qu'on va embrocher. La parure de la 
chambre, le lift, les Toilettes et femblables ravauderies ayant pafTé par la cenfure 
des plus curieux, et la pauvre condamnée efchoïié tout ce que chacun voulut pro- 
duire ou pour la railler ou pour la confoler, tout fut adoucy par une nouvelle pluye 
d'Hypocras, et comme après force reuerences et fouhaits des ferieux, les ferieufes 
firent paroiftre quelque répugnance à partir, l'Efpoux ayant prix fon bonnet de 
nuidl, et s'eflant fait couvrir de fa robbe de chambre tout habillé, et les filles fe 
doublant qu'il ne le fut pas, cela les chafia en un moment, en forte qu'on euft dit 
que le Tonnerre et le diable s'efcrimoyent fur l'Efcalier, et cefte tempefle uenant 
à fe fondre de plus belle, dans la fale du Bal, le Baladinage y fut continué jufqu'a 4 
heures du matin: fans qu'on y vifl aucime de ces filles en peine du pitoyable eftat où 
elles auoyent laifi"é et abandonné lafchement la trifte Eipoufée. Au retour de la 
chambre nuptiale, meflîeurs de Thou, d'Hauteriue et d'Arminuilliers '"), auïïy 
mefchans danfeurs que moy, s'auiferent fagement et auec beaucoup de prudence de 
prendre congé de l'hofte, auec témoignage de trop de fatilïaftion du peu de bonne 
chère qu'on leur auoit faiét; et à leur exemple ledit Sieur hofi:e eut bien l'efprit 
de préférer fon pauvre petit lift bleu à tant de juppesclinquantées, qui peuteftre 
danceroyent encore, fi les moins folles les enfilent laifl"é faire. Le lendemain. Mada- 
me, j'obfervay foigneufement la démarche de l'Efpoufée, et ne trouvant pas qu'elle 
boiflaft d'un ou d'autre cofi:é, comme on ne trouve pas dans la Bible que fifl: dame 
Eve, nofl:re bonne Ayeule, je fentis mon ame retourner en fon repos, comme elle 
efl: encor à prefent en attente de ce qui nous pourra arriuer de nouveau dans quel- 
que demie douzaine et demie de mois lunaires. le ne m'excufe pas de la longueur de 
cefte lettre: Vofl:re Altefl^e nous a voulu faire l'honneur de fe fouhaitter prefente à 
ces entrefaites. le l'y ay menée par tous les pafl"ages que ma mefchante mémoire 
m'a pu reprefenter. Si elle fe plaint du mauvais entretien qu'elle y a receu, elle 
fera moins de violence à la vérité que ceux qui ont pris la peine de s'en louer, car 



''') Maximilien de Berringaii, Seigneur d'AnnenvilIiers était un des envoyés français à la Cour 
de Willem II, qui resta au Pays-Bas, les autres étant renvoyés en 1650 après la mort du 
Prince. Il devint Colonel dans l'armée des Provinces-Unies, qu'il quitta en 1672, à l'ap- 
proche de l'armée française. 



72 



CORRESPONDANCE. 1660. 



tout plein de défauts et de foibleïïe que je fuis, je n'ay pas celle de les ignorer, non 
plus que de mecognoiilre la grâce que j'efpere que vous me continuez de me croire 

Madame 

de Voftre Alteffe 
trefhumble et trefobeilîant lerviteur. 



N= 745- 

Gregorius a St. Vincentio à Christiaan Huygens. 

26 AVRIL 1660. 

I.a lettre se trouve à Leiden , coll. Huygens. 
Elle est la réponse au No. 740. 

Clariffime Domine 

Pergo gratificarj ; id enim jnfinuarunt pofliremae tuae et adiungo, quae Roma 
accepj a meo Gottignies '). non dubito gratam hanc tibi fore notitiam, vt quantocius 
exemplar a Pâtre Ricciolo editura, compares ex Italia; nifi iam ad manus tuas deue- 
nerit. litteras tuas praelegi Domino Nonnancoiu'tio "), qui exilijt, vbi intellexit, 
te hac aeftate Parifijs futurum; quo & ipfe fub fînem Maij pergere ftatuit. Sperat 
illic cum varijs Mathefeos peritis notitiam et amicitiam vna tecum jnire. finio 
argumenti vlterioris defeftu; rogoque vt hanc interpellationem boni confulas, eo 
folo fine fufceptam, vt pergam oflendere, eo erga te affeftu , femper manfurum , 
quo fuit. 

Tui Amantiffimum 
G. A, S. Vincentio 

Gandauj sdApr. 1660. 



') Voir l'Appendice N°. 746. 
=) Voir la Lettre N°. 149. 



CORRESPONDANCE. 1660. 73 

N= 746. 

G. F. DE GoTïiGNiEZ h Gregorius a St. Vincentio. 

[avril 1660.] 

Appendice au No. 745. 

La copie se trouve à Le'iden , coll. Huygens '). 

Pater Ricciolus aliquid in lucem edidic °) contra Syflema Saturai a Domino 
Hugenio editum, fed quod illud fit, necdum videre potiij: aliaparantur; iednec- 
dum lucem vident. 



N" 747. 

Christiaan Huygens à D. Rembrandtsz. van Nierop. 
27 AVRIL 1660. 

La lettre et la copie se trouvent à Leiâen, coll. Huygens. 

UiRCK Rembrandtz feer goede vriendt 

Het is my lief geweeft uyt VE. fchrijvens ') te verftaen dat ghij voorgeno- 
men hebt te wederleggen ^) de vreemde oj)inie van Jac. Coccaeus^), ende geloove 
dat het u licht om doen fal wefen, aengefien het weynigh fondaments dat iclc 
daer in bevinde. Want ick en twyfFele niet of de waerneminghen van Hevelius, 



■) La copie est de la main de Gregorius à St. Vincentio. 

^) Nous ne connaissons «ucun écrit du Père Riccioli contre le Système de Saturne de 
Huygens. 



') Cette lettre ne s'est pas trouvée dans notre collection. 

°) Antwoort op den Brief van Jacobus Coccaeus, over de t' SamenlTellingen des Werrelds. 
Waer in dat wederleyt wort zijn vreemde ongefondeerde Stellingh,nuonlanglisbyhera voort- 
gebracht: waer meê dat hy aile oude Fondamenten gaet verwerpen, om het zijne ftaende te 
houden. By een geftel: door Dirck Rembrantfz. van Nierop, Lief hebber der Matbemati- 
fche Konften. t'Aiiifterdam, By Gerrit van Goedefbergh, Boeck-verkooper op 't Water, aen 
de Nieuwe-brugh, in de Delffe Bybel, 1661. in-4°. 

3) Voir la Lettre N°. 743, note 10. 

Œuvres. T. III. 10 



74 



CORRESPONDANCE. 1660. 



daer hy alleen op te werck gaet, fijn gemiften valfch: hebbende defen fich inge- 

beek te fien het gheen hy niet gefien en heeft, gelyck oock wel aen anderen ge- 
beurt is. Doch voor al is het een grove mifîlagh van Hevelius dat hij fchrijft^mde 
morgenfche waernemingen te hebben fien afnemen, te weten het vcrlichte deel, 
endewederom te fien aenwafien inde avondfche: zijnde beydeonmogelijckvolgens 
de hypothefis van Copernicus, die Hevelius voor goet keurt. Aengaende mijne 
oblervatien daer van VE verfoeckt deelachtigh te werden , ick en hebber van ^ 
geene opgcfchreven, overmids ick hem noyt perfeft genoegh hebbe konnen fien , 
want de dampen fulx beletten. Oock foo felden hebbe waergenomen , hebbende 
daer toe niet feer goede gclegenheyt, was het niy maer te doen om fijn diame- 
ter te meten en daerom , alhoewel ick hem wel gefien heb ontrent half verdonc- 
kert foo en heb ick het evenwel niet aengeteyckent. Maer ick weet wel dat fich den 
omtreck geenfins foo perfeél en vertoonde als Hevelius die gelieft heeft te fchil- 
deren. Venus heb ick aengeteyckent als volght: 



Den 29 Decembris 1658. 
ten 5 uren 's avonds. 



Den 8 Januarii 1 659. 
s' avonds. 



Den 8 Martii 1659. 
's morgeiis. 






ende fcheen de form van de maen even 
defelve te fijn als die van Ç. 



CORRESPONDANCE. 1660. 75 



Den omtreck van Ç fach ick altydc heel perfeft, hebbende het glas dat naell: 
het oogh komt een weynigh lacen beroocken inde vlam van cen keers. Waer 
door ick. oock den diameter te beter konde meten. het welck mijn principaelfte 
voornemen fijnde, foo en heb ick geen waernemingen gedaen als de planeet 
veerder van d'aerde afvv^eeck. Anders foo fouden foodanighe waernemingen 
klaerlijckft konnen doen blijcken de quaelyck gegronde ilellingh van Coccaeus. 
Want dat hij daer tegens ieght dat Venus niet vande verlicht en wert macr haer 
eyghen licht heeft, ende aen d'een fijde duyfter is, mij dunckt dat het een flechte 
uijtvkicht is. 

Mars en heb ick noijt op veer nae foo veel verdonckert gefien als hem Hevelius 
af beek. Jae defe laetfte mael- dat hij in D ° © '*) was entrent den 9e Martii 
konde ick metnoch een ander perfoon , die mij quam verfoecken om defe obfer- 
vatie te doen niet lien aen w^elcke fijde ^ afgefneden was, fijnde fyn diameter 
apparens feer kleijn te weten van ontrent 9". Op andere tijden gedenckt mij noch- 
tans dat ick hem niet t' eenemael rondt gefien heb, doch en hebbe daer van 
niets aengeteijckent om dat het niet feer wel en konde oordelen. Van cT perigaeus 
heb ick wel eenige obfervatien, maer defe en konnen tôt VE voornemen niet te 
pas komen. 

Mijn Syftema van \i feght ghij gefien te hebben, maer niet watter u af dunckt, 

het welck ick wel wenfchten te weten. Gifteren avont ten 1 1 uren obferveerden 

^^^^ ick "5 met iijn omlooper aldus. doch om recht te fien foo 

"■^L^ moet men dit t' onderite boven keeren. Hier mede eyn- 

* dighende blijve 

In s' Gravenhage 
den 27. Aprilis 1660. 

VE dienftwillige vriendt 
Chr. Huygens van Zuylichem. 



"*) Ce signe désigne la quadratnra Solis. 



j6 CORRESPONDANCE. 1660. 



N= 748. 

Christiaan Huygens à J. Chapelain. 
28 AVRIL 1660. 

La minute et la copie se trouvent h Leiden, coll. Huygens. 
La lettre est la réponse au No. 725. J. Chapelain y répondit par le No. 751. 

Sommaire: Rnifonnement bon touchant 1) . Poèmes de Huët, qu'il me les envoyé. Ce que j'ay adjouftè a l'horo- 
loge. J'en diray dans l'afTemblee de Mathématiques. Figures de Becherus. Hevelius me promet de 
nouuelles obfervations des Parelies. Pourtant celuy de Rome eft fort finguher. 

28 Avril 1660. 

Chapelain. 

Monsieur 

J'abufe touijours de voftre extrême bonté en vous efcrivant fi rarement , mais je 
differeray mes excufes jufques a ce que je vous les faflTe de bouche une fois pour 
toutes. Car j'ay fait deflein de venir a Paris lors que MelTieurs nos Ambaïïadeurs ') 
s'en iront pour féliciter le Roy Trefchreftien et un de mes principaux motifs eft 
le defir que j'ay de vous donner vifite. Voftre dernière eftoit du 4e Mars, en la 
quelle vous raifonnez admirablement bien a mon avis touchant le fyrteme de |}, et 
notamment pour ce qui regarde l'anneau que vous coiocevez comme compofè d'une 
multitude de lunes, et que ainfi il luy eft auflî naturel de fe foutenir a l'entour du 
globe de "j^ qu'il eft à noftre lune de defcrire un cercle a l'entour de la terre. Je 
fuis marry de n'avoir pas eu cette penfee lors que j'efcrivis de cette matière. Parmy 
les objections que je vous ay fpecifièes il n'y avoit pas celle qu'il femble qu'en Ita- 
lie ils fe font formez, qui eft de tirer en doute mes obfervations mefmes et les figures 
de "f}, que j'ay dit avoir remarqué avec mes lunettes, comme vous verrez par cet 
extrait '') de la lettre de Monfieur Gottignies au Père Grégoire à Sto . Vincentio, 
qui me l'a communiquée. Il efcrit de Rome ce qui s'enfuit &c. 



') Sur ces ambassadeurs consultez la Lettre N°. 743 , note 3. 
=) Voir la Lettre N°. 738. 



CORRESPONDANCE. 1660. 



77 



W 749. 



Christiaan Huygens à H. Stevin. 

30 AVRIL 1660. 

La minute et la copie se trouvent à Leiden, coll. Huygens. 
La lettre est la réponse au No. 742. R. Stevin y répondit par le No. 750. 

H. Stevin heer van Alphen. 

30 April 1660. 
Myn Heer 
Het geene ick altemet aen VEd van mijn maeckfel gegeven liebbe is van feer 
kleyne waerde, ende geenfins met die gedachte gegeven geweefi: om iets dierge- 
lycke in plaets te ontfangen, veel min dat thien maelbeter en waerdiger fonde fijn, 
gelyck is het voortrefFelycke werck ') van Myn Heer VE Vader -) 't geen my 
door VE is toegefonden. indien VEd het voor becaelingh hondt, fij is ver.e buyten 
de regelen die in dit felve boeck beichreven fijn. Ick hebbe het befondere blad "') , 
volgens VE ordre aen myn Vader behandicht die daer mede fijn Exemplaer ver- 
meerdert heeft ende my belaft nevens myne hertelyclce danckfegginghe oock de 
fyne aen VE niet te vergeten. 

Het is een faecke van geen kleijn gewight het geen VE. in dit bladt s) heeft 
ondernomen te bewyfen van de onmogelycheijt des eeuwigen roerfcls. Voor my 
ick geloove mede vaflelijck dat het felve niet te vinden en is rat-ione mechanica, jae 
het ftrijt mede tegens de principia die ick in defe konft altyt gevolght heb. dochhet 
fchynt niet wel mogelyck te fijn, fooklaeren bewijs daer van 
te doen datter niet altijdt fuUen gevonden worden die nae die 
onmogelyckheyt trachten en de Natuer foecken te bedriegen. 

Aengaende het fwaerheyts middelpunt het welck naer VE 
meyninghe in aile lichaeme een en feecker is, ick bekenne 
dat ick daer anders van gevoele. Ende om te bewijfen dat de 
drij klooten als A , B , C , aen een rechte linie gefteken fijnde, 
niet aile ftandt en houden die men fe geeft. laet ons nemen 
dat D is het middelpunt der aerde, en dat de kloot A het 
felve naeder is als C : draeyende de linie ABC te famen met 
de 3 klooten op het pmiél B, des middelften center. Nu ge- 
trocken de linien DA, DB, DC, het is feecker dat den hoeck 
DAB grooter is als DCB. daer om dan, alhoewel de fwaer- 
heyt van A even is aen die van C, foo is nochtans het ge- 
welt dat de kloot A doet op de linie AC om haer eyndt A 
naer D te drucken, grooter als het gewelt van de kloot C op 

') Voir l'ouvrage cité dans la Lettre N°. 742, note i. 
^) Simon Stevin. Voir la Lettre N°. 5. 
3) Voir la Lettr.e N°. 742 , note 2. 




78 



CORRESPONDANCE. 1660. 



defelve linie AC, cm C naer D te drucken. Waer uyt volght dac A dalen fal nae 
D en C ryfen toc dat de linie ABC over een kome met DB. het welck men oock 
in 't kleyn lichtelijck beproeven kan, als men de koorden ADF, CDE, van de 
balance ABC door een ringh D laet hangen met ge- 
lycke gewichten daer aen, F, E, in plaets van de kloo- 
ten A en C. Want D fal dan des Eercloots *) middelpunt 
reprefenteren. ende de eynden A en C even fterck daer 
nae toe getrocken v\rorden. maer om de fcheeve ftellingh 
der balance fal voorfeecker A neerdalen. 

Indien ick dacht den fin wel te vatten van het geen VE 
voorftelt onder den naem van Wonderlyck gefchil, ick fon- 
de te vryelycker daer op antwoorden. Soo mij nu dunckt 
is het bynae dusdanigen vraegh als defe. Gegeven fijnde 
een vierkant (vi'iens diagonael men vv^eet incommenfu- 
rabel te fijn met des vierkants fijde) men begeert te 
weten hoeveel men fonde tôt den diagonael moeten by 
doen, op dat hij met de fijde commenfurabel wierde. Ick 
fonde antwoorden, dat het met het toedoen van een kleyn- 
der linie als eenighe voorgeftelde fonde konnen gefchie- 
den, doch evenwel niet fonder iets daer bij te doen. 
Ende van gelycken als men maer eenighe de minfte dae- 
lende gewelden tôt VE 2 uyterfte gew^ichten voeghde hoe kleijn die fouden mo- 
gen fijn foo fal het middelfte gewicht daer door ietwes moeten rijfen. Soo ick VE 
voorftel te recht verftaen, geloove datter anders geen antwoort op kan paflen. 
Waer mede eyndigende om VE niet te langh op te houden blyve 




N° 750. 

H. Stevin à Christiaan Huygens. 

4 MAI 1660. 

La lettre se trouve à Leiden, coll. Huygens. 
Elle est la réponse au No. 749. 

MijN Heer 

VEd : miffive vanden leflen April is mij gifter wel behandicht: Sijn compliment 
wegens het boeck ontfang ick, als uijt een overvloedigen fchat van beleeftheijt, 
fonder reproche. 

Ick achte hem openbaerlick niet wel bij fijn finnen, of fonder eenige diepe aan- 



'^) Lisez: Eertcloots. 



CORRESPONDANCE. 1660. 79 

dacht, die niet uijt fake mijns voorftels volcommentlick van een Ewich roerfel 
defpereerc, fonder redelick befcheijt toc lochening vande ij tr.') bij te brengen. 
Ick fie dat VEd : inde dwaling angaende der dingen fwaerheijts midpunt die mijn 
Vader ove'r 74 Jaren inde 5 begeerte vant i boeck der Weechconfl =) ter baen 
gebracht heeft, noch blijft. Hebbende ick mij, na lang dreijgen, fint left nieu Jaer, 
eenige maenden, heel en al, mec uijtfluijting van meeft aile tijdelicke omftandin- 
gen tôt refumtie van mijne 5 a 6 jarige ganfch geabandonneerde wifconilighe reli- 
quien, begeven; daer ick al vrij wat mifconft in vont, ben eijntlick, behalven die 
op het gedruckte blat llaen, tôt verfcheijden onfeijlbare waerheden gecomen, ailes 
(hoewel bij anderen dergelijcke invallen mochten bevonden werdenj meelT: uijt 
eijgen oirfpronckelicke gronden; waer van fommige tegen algemeen angenome 
wifconffigheijt ftrijen : Soo dat VEd : kleijne prouf der balance , volgens fijn 
meijning, mette waerheijt der fake niet over een en comt; Ende fijn antwoort opt 
gefchil (foo wifconftich die oock fchijnt te leggen), verre vande warachtige is : 
Sijnde die antwoort mijn vorige verftant, daerom ick het Ghefchil wonderlick hete ; 
ende om meer dergelijcke wonder, neem ick mijn fpeculatie int verkeren des 
fpreeckwoorts mijns Vaders 3). Defe ijdelheijt wilmen mij ten goede duijden, dat ick 
mij niet wijder en fal openbaren, voor ick mijn werck "t) totter perfide gereet hebbe. 
Het voorftel vant fwaerheijts midpunt met het gefchil, heb ick bij gelegentheijt 
vant uijtgeven der Lochening, goet gevonden te divulgeren, om daer deur te mer- 
ken of oock anderen tôt mijn of dergelijcke invallen gecomen fijn. 

VEd: gceftige toeeijgening des flingerwichts aent Vijr werck heeft mij oock tôt 
dat fpel getrocken, ende tôt eenige aenteijkeningen gebracht, die ick fal durven aen 
den dach geven, om dat ick vertrou datter ij et merckweerdichs in bevonden fal 
worden, en VEd: niet mifhagen en fal; en mogelick metten eerften. De oirfake 
waerom ick nu niet goet en vinde particulière communicatie van eijgen vonden , 



') Stevin désigne par tr. (trap = marche d'escalier), ce que ordinairement on nomme: para- 
graphe. Le paragraphe en question est ainsi conçu : 

En behalven die aile, mitfgaders de uyt bedongen des voorftels, en is geen gewelt; noch 
eenige beweging der dingen op der aerden voorhanden. 
^) C'est l'ouvrage de la note 12 de la Lettre K°. 5. Le Postulatum cité est le suivant: 

ende aile hanghende linien voor evenwydighe ghehouden te worden. 
3) La devise de Simon Stevin était: „Wondcr en is geen Wonder." Celle de son fils était: „Won- 

der en is geen Wonder, En geen wonder is wonder." 
'*) «) Wifconftigh Filofofifch Bedrijf, van Hendrik Stevin Heer van Alphen, van Schrevelf- 
recht, &c. Begrepen in veertien Boeken. Tôt Leyden, Gedruckt by Philips de CroY, 
in 't Jaer 1667. in-4°. 

Les planches de cet ouvrage parurent sous le titre : 
3) Plaetboec. Vervangende de Figuren of Formen , gehorig tôt het Wifcontigh [sic] Filofo- 
fifch Bedryf van Hendrick Stevin Heer van Alphen, van Schrevelfrecht &c. Begrepen 
in XIV Boeken met een Aenhang. Gedrukt int Jaer mdclxvui. in folio. 



8o CORRESPONDANCE. 1660. 



is om dat die fomcijts wel in fodanige ander handen geraken, dieder haer eijgen 
werck af maken. bovendien dunckt mij den lefers behagelicker te fijn, in een nieu 
boeck , wat ongehoorts te vinden , als dingen te voren met ftucken en brocken ge- 
divalgeert. 

Alfoo den Geleerden aen weijnich, veel gefeijt is, foo geloof ick dat VEd: fijn 
mifverftant, indien het hem luft daer nader om te dencken, noch lelver fal uijt vin- 
den. blijve midlerwijle 

MijN Heer 

VEd: dienaer 
Hendric Stevin. 
In Alphen den 4211 Maij 1 660. 

Mijn Heer Mijn Heer Christiaen ?Iugens van Sulichem 
Groot mathematicus 
met vrundt inde 

i Hage. 




N° 751. 

J. Chapelain à Christiaan Huygens. 
13 mai 1660. 

La lettre se trouve à Lehicn, coll. Huygens. 
Elle est la réponse au No. 748. Chr. Huygens y répondit par le No. 764. 

Monsieur 

Je ne reçois de lettres de perfonne fans exception qui me foient plus agréables que 
les voftres, tant voftre vertu et voftre mérite dans les connoiflances les plus curieufes 
et les moins vulgaires m'ont donné defl:ime et de paffion pour vous. Je n'exige pour- 
tant point ces fortes d'offices dvn homme aufli attache a fon cabinet que vous et qui 
a befoin de tout fon temps pour vaquer à ces fublimes eftudes, d'autant moins que 
je luis très perluadé de voftre fincere affeétion pour moy, et que je ne tirerois jamais 
voftre filence en preuue de voftre indifférence ou de voftre oubly. Efcriués moy 
donc, Monfieur, rarement ou fréquemment félon les befoins de voftre feruice ou les 
mouuemens de voftre amitié et touijours fans contrainte et lans fcrupule, dans Taf- 
furance que de quelque manière que vous en vfiés je l'interpreteray touijours fauo- 
rablement et félon vos intentions mefmes. Mais pour cette heure vous me faittes 



CORRESPONDANCE. 1660. 81 



efperer vne chofe encore plus precieufe que des lettres par le deïïein que vous aues 
pris dhonnorer l'AmbafTade Hollandoife en France de voftre accompagnement. Je 
vous laiiïe a penfer quelle joye vous m'aués donnée en me donnant vne bonne 
nouuelle, et combien je dois me propofer de iatiiïaftion dans les longs entretiens de 
viue voix que j'auray auec vous fur toutes les chofes qui vous regardent. J'attens 
cet heureux voyage auec vne extrême impatience et cependant je vous rens grâces 
de ce que vous n'aués pas defapprouué les fentimens que j'ay eus iur voftre Syfteme 
de Saturne et quelque petite lumière qui m'eft venue propre a fortifier les voftres 
bien que ce fecours ne leur fuft point necefTaire. Pour les Italiens qui fe ibuléuent 
contre voftre beau Trauail, et en vérité auec beaucoup de baftefte, je n'en fuis en 
aucune peine. Par l'Extrait ') de la lettre de Rome que vous m'aués enuoye je voy 
qu'ils n'ont encore rien trouué contre voftre Pofition, mais feulement quils veulent 
eftayer d'y irouuer a redire, qu'ils fabriquent des Telefcopes pour ce deftein là et 
qu'ils s'en promettent des merueilles. Tout cela, Monfieur, n'est que fanfare aufii 
bien que ce deffy prétendu pour vous obliger a la juftification de vos Obferuacions, 
lefquelles eftant pofitiues et non conteftées par Heuelius mefme quoy qu'en mau- 
uaife humeur dailleurs contre vous ne peuuent manquer de confondre tous ces 
Malueillans a qui il fafche d'auoir moins bien rencontré que vous. Naccendes donc 
point de vray Cartel de ce cofté là, et fi contre mon opinion il en venoit vn, ne vous 
en troubles point, tant que vous aurés en voftre puiffance d'aufli juftes Inftru- 
mens que ceux dont vous vous ferués et vne logique aufll exquife et d'aulfi 
bonne foy que la voftre. Vous m'aués fait rougir lorfque j'ay veu que vous me 
defignes pour voftre Second en cas de Duel. Vous eftes trop fort tout fcul,et 
s'il vous falloit de l'afliftance ce ne feroit pas d'vne foiblefl^e comme la mienne que 
vous la deuriés defirer. Je n'ay que de l'admiration pour vos belle^î Idées, et loin 
de les pouuoir appuyer, ceft tout ce que je puis faire que de les coniprendre. Je 
vous en fuis pourtant treflénfiblement obligé, et je mets cettexinilite que vous 
m'aués faitte entre mes plus grands auantages. Il faudra voir ce que publira ce pré- 
tendu Inuenteur ^) du Mobile perpetuiim pour l'explication de ces deux figures en 
cuiure quil vous a enuoyées et fufpendre fon jugement jufques a ce qu'on ait veu fon 
Efcrit. Il feroit a fouhaiter qu'il fuft folide et cela feroit dautant plus agréable quil 
y a moins dapparence de l'ofer efperer. Monfieur Petit^^ qui a veu les mcimes figu- 
res auec rinfcription croit que lagent naturel que lAutheur joint a fa machine eft 
le vent, celuy qui fert a celles des Moulins. 

Par ce que Heuelius vous promet '*) touchant ces Parelies ie conjefture que le cha- 
grin quil vous auoit tefmoigne feft diffipé et je m'en reljouis auec vous. Je fuis bien 



') Voir la Lettre N°. 738. 

-) Jobaiiu Joachim Beclier. Voir la Lettre N°. 709, note i. 

^0 P- Petit. Voir la Lettre N°. 536, note 6. 

■t) Consultez la Lettre N°. 759. 

Œuvres. T. III 



82 CORRESPONDANCE. 1660. 



marry de ne vous pouuoir rien dire dauantage de l'Obferuation des fept Soleils 
de Rome dont a fait mention Monfiem* Gaïïendi, lequel neantmoins je vous af- 
fure qui nen a pas fait mention eilourdiment. Je ne verray aucun de mes Amis de 
ceux qui feront ce voyage la fans leur donner in mandatis den faire la perquifition 
fur les lieux pour vous. Voftre nouueau trauail fur Ihorloge a pendule m'a fort plu 
par le feul auis que vous m'en aués donné. Il eil trefexpedient d'affermir vne fi 
noble Inuention par les fécondes penfées qui vous font venues fur cette matière , 
et le Monde fcauant les receura auec joye et applaudiiTement. Ce fera vne bien 
agréable paftiire pour lAfTemblee de ches Monfieur de Monmor, fur tout lorfque 
vous la debiterés par voufmefme et que vous ferés prefent pour reipondre aux 
inftances et aux difficultés. Car vous ftaues que tout eft difpntable et qu'il y a peu 
de gens partout qui philofophent de bonne foy et qui ne cherchent point a s'eleuer 
fur les ruines d'autruy , tant l'homme ayme peu la vérité et tant il s'ayme ibymefme 
preferablement a toutes chofes. Vous l'aués defja efprouuc en plus dvne rencontre 
et je mafTure que vous efles refolu a l'efprouuer encore à l'auenir. L'importance 
eilrde ne fe pas rebuter pour ces fortes d'injuilices, et de perfeuercr dans l'amour 
de la fincére Philofophie , nonoblknt toutes les trauerfes qu'on y peut receuoir. 
Vous le ferés fans doute de Ihumeur que je vous connois et je vous en félicite 
d'auance. Je ne vous ay point encore enuoye les deux Poèmes 5) de Monfieur 
Huet pour ne vous accabler pas dvn trop grand port de lettres, ayant reconnu com- 
bien les Courriers quon en charge vendent chèrement leurs pas. Si Monfieur 
Boulliau ne part point bientofl: auec Madame l'AmbafTadrice '') je vous les garderay 
jufqu'a voih-e arriuée a Paris. Lvn de ces Ouurages efl: vne Ode pour le Mariage 
du Roy , lautre ei\ vne Epiftre a la manière d'Horace où il defcrit treflenfement 
la peine ou fe met vn homme qui veut plaire a tout le monde dans la conduittc de 
fa vie. Nous les lirons enfemble et je fuis trompe fi vous n'y trouues de quoy vous 
contenter. Je fuis fans referue 

Monsieur 

Voltre trefhumble & trefobeiflant leriiiteur 

Chapelain. 

De Paris ce 13. May 1660. 

A Monfieur Monfieur Ciiristianus Huggens de Zulichem 

A la Haye. 



5) Consultez la Lettre N°. 725. 

") Madame de Thon. Voir la Lettre N°. 568, note 4. 



CORRESPONDANCE. 1 66o. 83 

N= 752. 

C. Dati a N. Heinsius. 
25 MAI 1660. 

La copie se trouve à Lchlen, coll. H^tygnis ^). 

Mio Signor P-adroue Singolariffimo. 

Non ho prima rimandaco a Voftra Signoria le dimoftrationi del SigMior Hugenio 
etc. , per eflere ilato in campagna, ec anco perche voleva mandar eqnalche nocizia del 
rifconcro facto dell'occhiale. non e feguito perche una canna lunga braccia lo — è 
guafta, e fi fa rafîettare, e ne ho parlato quefta mattina al Sereniffimo Principe 
Leopoldo. Che Euftachio Divini fcriva contro , o per meglio dire fopra Topera del 
Signor Eugenio =) deve efler vero, ma perche egli è uorao idioca la fa con l'aiuto 
del Padre Onorato fabbri s) Giefuica Franzefe che la mette in latino, e fento che 
fara quefto opufcolo dedicato al medefimo Signor Principe Leopoldo, al quale 
auendone io dato auuifo fene fatto nuovo perche non fapeva niente di quello pen- 
fiero del Divini, anzi reila molto marauigliato corne egli iioglia oppugnare il Signor 
Eugenio non avendo veduto l'occhiale del medefimo il quale finalmente fenza altre 
difpute puo decidere il tutto con l'efperienza oculare quando ne venifiero mai in 
Italia. I rifcontri che procura Sua Altezza non fervono a quefto, ma folamente a 
uedere la comparazione con gli occhiali del Sereniflîmo Granduca , il quale ne ha 
molti di tutta bonta del Fontana Toricelli e Diuini. 



'') La copie est de la main de Chr= Huygcr.s. Il y apposa cette note: 
Ex literis Caroli Dati ad Nie. Heinfium. 
Di Firenze li 25 Maji 1660. 

-) Dati désigne ici Christiaan Huygens. 

3) Honoré F,abri naquit en 1607 .à la Bngey (Belley) et mourut à Rome le 9 mars 1688. Il en- 
tra chez les Jésuites 2n 1626, professa la philosophie et les mathématiques au collège de 
Lyon et devint plus tard grand-pénitencier de l'inquisition à Rome. Il se livra avec beau- 
coup d'ardeur à tous les genres d'étude et publia quantité d'ouvrages, quelquefois sous des 
pseudonymes, quelquefois, comme pour les écrits dirigés contre Huygens, sous le nom d'un 
autre-, cette fois, sous celui de Divinis. 



84 CORRESPONDANCE. 1 660. 



N° 753. 

Du Gast à Christiaan Huygens. 
23 juin 1660. 

La kl Ire xe trouve à Lcidcn, cnll. lliiygciis. 
C.'ir. Huygens y répondit par le Nn. 761. 

De dix lieues de Paris ce 23 Juin 1660. 

Monsieur 

J'ay elle prié par une perfonue de condition de mes amis de luy faire auoir une 
horloge a pendule qui fonne les heures. Comme au retour d'un voyage de 4. mois 
que je viens de faire j'ay appris que le Maiftre '} que vous auiez choify pour ce 
trauail et qui y reuffiflbit fort bien, eftoit mort, j'ay jugé, Monfieur, par vollrc ma- 
nière d'agir précédente fi pleine de generoficé et de courtoifie , que vous n'auriez 
pas désagréable, la très humble prière que je prens la liberté de vous faire en 
cette rencontre, qui eft de vouloir bien commander une horloge de cette forte au 
maiftre qui aura fuccedé au défunt. L'on ne fe foucie pas que ce foit a poids ou a 
refTort, vous en jugerez s'il vous plaill pour le mieux; et il fuffira aufTy que les 
minutes foient marquées , fans qu'il y ait de fécondes. Si vous me faites cette grâce, 
vous me ferez fcauoir dans le temps par la voye de Monfieur Elzeuier par laquelle 
je vous efcris quelle fomme il faudra pour cette horloge, afin que la fafle toucher 
quand vous l'ordonnerez. Ce fera, Monfieur, une obligation très particulière que 
vous vous acquierrerez fur une perfonne qui en vaut la peine, et furmoy,qui 
tafcheray toute ma vie de la reconnoifire comme eftant parfaitement et auec toute 
forte de refpedt 

Monsieur 

Vollre très humble et très obeillant feruiteur 

Du Gast. 

Si vous m'honnorez d'une reponfe vous prendrez la peine ou de la donner à 
Monfieur Elzeuier, ou de l'addreiïcr a Monfieur Petit ") marchanàUbraire a la 
croix d'or rue St. Jacques a Paris pour me la faire tenir. 

Sur ce que l'on m'a dit que vous faifiez efl:at de venir bientofl: a Paris , je croy 
vous deuoir dire que j'aurois quelque douleur que ce fufi: dans le temps de l'ab- 



') Salomon Coster, mort vers la fin de 1659. 

-) Sur Pierre le Petit voir la Lettre N°. 631 , note 5. 



CORRËSPONDAl^CE. 1660. 85 



fence de Monfiear Pafcal, qui ell depuis i. ou 3. mois en fa prouince d'Auuergnc. 
Je ne fcay pas bien le temps de Ion retour. 

A Monfieur Monfieur Hugens de Zulicmem 

A la Haye. 



N° 754. 

p. DE Carcavy à Christiaan Huygens. 

25 JUIN 1660. 

Lu lettre se trouve à Leiden^ coll. Huygens. 

Elle est lu réponse au No. 735. Chr. Huygens y répondit par le No. 760. 

Elle a été publiée par Ch. Henry dans le Bull, di Bibliogr. T. 1 7, 



de Paris ce 25e Juin 1660. 



Monsieur 



a mon retour de la campagne ou J'ay eilé obligé de demeurer Enuiron trois 
moys pour des affaires qui ne m'ont laiïïe aucun loifir de me donner l'honneur de 
vous efcrire J'ay trouué un petit liure ') de Monfieur Fermât qu'il vous enuoye, 
il m'a auiïy fait tenir pendant ce tems un autre petit traiété ") de folutione proble- 
matum geometricorum per curvas frmplicljjtmas et nnkuique probkmatum generi 
proprié conuenientes. que Je nous feray coppier fi vous le defirez. Il y fait uoir plu- 
fieurs fautes de Monfieur Defcartes dans fa géométrie dont Monfieur Schootea n'a 
dit mot, 

Voicy Encore trois de fes propofitions 3^. . 

Voicy l'extrait d'une fienne lettre "i). 

Voila Monfieur ce que J'ay receu de Monfieur de Fermât depuis que Je n'ay 



') De Linearum Ciirvarum cum lineis reftis comparatione DifTertatio Geonletrica. Ace. Appeii- 

dix, vt iiltimae quam in Difîertatione praepoiiimus qiiaeftioni fatiffiat, praemittendae viden- 

tiir propofîtiones fequentes. [Auft. P. Fermatio.] 1660. 
Cet ouvrage parut sans nom d'auteur en 1660. 
°} De Solutione Problematum Geometricorum per curvas (Impliciffimas & unicuique proble- 

matum generi propriè convenientes. Diirertatio tripartita. [Auft. P. Fermatio. 1 660.] 

On trouve les deux ouvrages des notes i et 1 dans les „Varia Opéra Mathematica D. Pétri 

de Fermât" (voir la Lettre N°. 221, note 1), aux pages 89 et iio. 
^) Voir l'Appendice I, N°. 755. 
■t) Voir l'Appendice II, N°. -56. 



CORRESPONDANCE. 1 66o. 



eu l'honneur de nous efcrire '), Aprez quoy ie vous fupplie très humblement agréer 
que ie vous dife quelque chofe de Monfieur Walis , et vous en vferez auec luy de 
la forte qu'il vous plaira , n'ayant pas cru que ie deufle refpondre autre choie ny 
à fon liure *) ni a une lettre qu'il ni'efcriuit au mefme tems qu'il m'a efté rendu , 
qui fut le Jour auant mon départ de cette ville , que ce qu'il vous plaira de uoir par 
la lettre ^) que ie luy efcris , Il efi: uray que J'ay eftc furpris de fon procède , et que 
Je n'euffe pas attandu qu'il en dût ufer de la forte Enuers Monfieur DEftonuille et 
par confequent en mon endroit ne luy en ayant jamais donné aucun fuiet, que 
feroit ce fi nous auions fait imprimer non feulement les lettres qu'il m'a efcrit, 
mais encore celles qui font entre les mains de Monfieur de Roberual qui juitifient 
et fes paralogifmes , et fon aucugiement , pour ne pas dire dauantage , à ne s'en 
point corriger. Il ne faudroit point d'autre refponce a toutes fes inpertinences , 
Et vous uerriez Monfieur qu'en ce qui concerne les problèmes dudit Seigneur DEf- 
tonuille il n'a pas feulement failly mais encore a aduoué qu'il ne pouuoit pas y don- 
ner dauantage de fatiffaftion ; aprez cela le liure efl:ant imprimé il veut qu'on croye 
qu'il ne luy a ferui de rien pour fe corriger, et ce qui eil: le plus outrageux qu'on 
a pris de luy ou d'autruy ce qu'il n'a jamais fceu; il faut auoir bien peu de fince- 
ricé , pour faire paroifl:re aux yeux de tout le monde des bagatelles et des bafl^efles 
de cette nature, pour moy Je ne fcaurois conceuoir les raifons qui l'ont porté a 
cela; Monfieur de Roberual m'a bien dit auoir efcrit à un de fes amis quelque chofe 
fur les fautes qui font tant dans fon liure jntitulé Elenchus geometriae hobbianae °) 
que dans fon arithmétique des infinis 5), mais il n'a rien dit finon qu'il y auoit 
telle et telle faute, et Jl ne l'a point fait imprimer , Et quand cela feroit qu'eft ce 
qu'il y auroit de commun auec le liure de Monfieur Deflonuille et la manière 
toute genereufe dont il en a ufé , car il ne s'eft pas contenté de donner feulement 
le tems porté dans fon deffi , mais encore trois moys dauantage , durant lefquels 
Monfieur Vallis ny perfonne autre n'ont fait rien paroifire de ce qui auoit efté 
demandé, aprez quoy il a donné jufques à fes principes et à fes méthodes. Et pour 
tout cela ce Braue profefl"eur ti'aitte en pédant des peribnnes de condition , et cher- 
che a leur dire des jniures fur chaque mot qu'il tourne à fa fantafie. 

Jl impute a crime d' auoir propofé un prix, ad pompam facere uifum efi. 

Jl chicane fur des claufes que nous auons mis, qui ne dépendent néanmoins que 
de noftre volonté , et veut que nous y ayons mis de l'equiuoque , ajfi.gat (dit il) 
quam iielït mentem uerbîs fuis , qu'il nous connoit mal ! 

Pour quoy cette longue et inutile apologie de Toricelly répétée en tant d'en- 



5) Voir la Lettre N°. 726. 

S) Traftatiis II de Cycloide. Voir la lettre N°. 690, note 3. 

7) Nous n'avons pas trouvé dans nos collections nne copie de cette lettre. 

^) Cet ouvrage se trouve cité dans la Lettre N°. 260, note 5. 

9) L'Arithmetica infinitorum de J. Wallis. Voir la Lettre N'^. 228 , note ' 




CORRESPONDANCE. 1 66o. 87 



droits , que nous poiuions facilement conuaincre de faux et de ridicule par les let- 
tres mefme originales de Toricelly que nous auons Entre les mains, Et pouuoit on 
dire ce qui s'eft paffé dans la recherche de la ligne dont il eftoit queilion qu'en 
rapportant fidellement ce qui efl: icy connu de touts les géomètres, Monfieur 
Walis uouloit il qu'on mentit comm'il a fait en tant d'endroits de fon Hure. 

Quand Jl trouuera quelque chofe nous ne dirons pas qu'il ne l'a pas trouué, 
mais quand nous en aurons veu les demonflrations données par un autre , nous 
dirons librement et en vérité qu'il n'en eft pas l'inuenteur, 

Je vous ferois trop inportun fi Je vous difois tout ce qui ne deuroit point eftre 
dans ce liure, Je n'ay fait que le parcourir, et ce que J'y trouue encore de plus 
beau en acheuant de le lire c'efi: qu'il veut que Monfieur DEfi:onuille ayt pris de 
luy ce qu'il a de meilleur , auec quel front me peut il dire cela ayant eu toutes ces 
demonitrations auoir ") que d'auoir receu aucune nouuelle dangleterre , 

En voyla afiez s'il vous plaift et mefme trop , dont vous me permettrez de vous 
dire encore une fois que vous uferez comm'il vous plaira, mais ie crois que la 
choie ne vaut la peyne d'en parler dauantage, la vérité n'ayant point bclbin d'autre 
deftence que d'elle mefme , Je luis de tout mon coeur. 

Monsieur 

Voftre très humble et très obeiflant femiteur 

DE Carcauy. 

Monfieur Boulliaud qui ma promis de vous faire tenir cette lettre me prefTe 
fi fort que ie n'ay eu loifir de la relire. 

après auoir Efcrit cette lettre J'ay trouué im imprimé de l'année 1640. qui juf- 
tifie que Monfieur de Roberual a penfé le premier à la cycloide. 



'°) Lisez: avant. 



CORRESPONDANCE. 



i66c 




N° 755- 

p. DE Fermât à P. de Carcavy. 
Appendice I au No. 754. 

La copie se trouve à Le'iiUn , coll. Huygi-ns ')• 
Elle a été publiée par Cli. Henry tUnis le Bull, di Biblioi^r. T. 17. 

I. Data quadraturâ hyperboles, datur circulns aequalis fuperficiei curuae pa- 
raboles circa applicatam rotatae. 

Sic data parabola AD , cuius axis AE , applicata feu femi- 
balis DE, reftum latus ABC, quaeritur circulas aequalis fu- 
perficiei curuae folidi quod ex rotatione figurae ADE, circa 
applicatam DE tanquam immobile circumduftae conficitur. 
Bifecetur latus reftimi AC, in B , et axi AE , ponatur in di- 
redlum refta EF aequalis reftae AB, feu dimidio reéti lateris , 
et jungatur DF , Exponatur feparatim refta IQ aequalis axi 
AE, cuius dupla fit refta IR, fiât ut FE, fuie AB, ad DF 
ita refta QI, ad reétam QH, et à punfto H, ducatur HG, per- 
pendicularis ad HIR, et fiât HG, aequalis reftae DE,per 
punftum I , tanquam uerticem deicribatur Hyperbole cuius tranf- 
uerfum latus fit refta IR, centrum Q et tranfeat hyperbole per 
punétum G , et fit IG. Defcribatur item alia hyperbole fepara- 
tim cuius tranfuerfum latus MN, fit aequale quartae parti recti 
paraboles lateris, hoc eil quartae parti rectae AC, centrum 
uero fit V, reftum latus OVP, aequale tranfuerfo lateri , fit au- 
tem hyperbole ita defcripta MK , cuius uertex M , axis ML , 
qui continuetur donec refta ML, fit aequalis 
axi paraboles AE et ducatur perpendicula- 
ris feu applicata LK, h reétangulo fub QH , 
in HG, deducantur duo fpatia hyperbo- 
lica IGH , MKL quorum quadraturae fup- 
ponuntur, et quod fupererit aequetur qua- 
draco, Diagonia ifliius quadrati erit radius 
circuli fuperficiei curuae, cuius dimenfionem 
quaerimus, aequalis. 

2. Eilo cyclois primaria AN IF, cuius 
axis AD , femibafis DF, Et ab eà formentur aliae curuae uel extra ipfam uel 



^ 




') Cette copie est de la main de P. de Carcavy. 



CORRESPONDANCE. 1660. 



intra, qimriim îipplicatae fmt femper in eadem ratione data, ad applicatas prima- 

riae cycloidis. 

Exempli gracia in ciirua exteriori AMHG, ducantur applicatae GFD , HIC, 
MNB, ratio autem GD, ad DF, fit data et fit 
femper eadem quae HC, ad CI, et MB, ad 
BN. In curvâ autem interiori AROE, ratio FD, 
ad DE, fit data, et fit femper eadem quac IC, 
ad CO , et NB, ad RB. Dico contingere ut cur- 
uae Exteriores qualis eft AMHG, fint femper 
aequales aggregato lineae circularis et lineae rec- 
tae. Curuae autem Interiores, qualis eft AROE, 
fint femper aequales parabolis primariis fiue ar- 
chimedeis. 

Theorematis generalis enuntiationem, quando 
uolueris exhibebo, immo et demonllrationem. 




p. DE Fermât à P. de Carcavy. 
Appendice II au No. 754. 

La copie se trouve à Leiden, coll. Huygens '). 

Pour me fauuer un peu de l'accufation de 
monfieur de Zulychem, qui dit ^) que mes ipira- 
Ics n'ont pas des proprietez qui foyent autrement 
confiderables vous pourrez li vous voulez luy 
propofer celle qui fuit. 

Soit le cercle BCDM, duquel le centre A, et 
le Rayon AB, et foit la fpirale BOZ A, de la- 
quelle la propriété foit telle, BA, efl à AO, com- 
me le quarré de toute la circonferance BCDMB, 
au quarré de la portion de la mefme circonfe- 
rance CDMB, cette vSpirale par mon Théorème 
gênerai eft efgale à une parabole en laquelle les cubes des appliquées font en mei- 




') Cette copie est de la main de P. de Carcavy. 
°) Consultez la Lettre N°. 722. 

Œuvres T. III. 



90 CORRESPONDANCE. 1 66o. 



me raifon que les quarres des portions de l'axe, la quelle parabole efl: efgalle à une 
ligne droitce, J'efpere que cette propriété fuffira pour me reconcilier auec mon- 
fieur de Zulychem. Et puifque ie luy code touts mes droits fur les furfaces cour- 
bes des fpheroides et conoides, Je fouheterois qu'en reuenche il m'indiquât s'il 
fcait aucune furface courbe efgale à un quarré par uoye purement géométrique et 
pareille a celle dont ie me fuis ferui en donnant des droittes efgalcs à des courbes. 



N» 757. 

C. Brunetti à Christiaan Huygens. 

26 JUIN 1660. 

La lettre se trouve à Leiden, coll. Huygens. 
Elle a été publiée par Ch. Henry dans le Bull, di Bihliogr. T. 1 7. 

a Paris le 26. Juin 1660. 
Monsieur 

J'ay efté contreint de rendre tant de uifites en mon retour a Paris , que ie n'ay 
pu choifir le temps de nous efcrire plus toft qu'a cette heure, c'ertpourquoy ie nous 
en demande mille- excufes nous afTeiu-ant qu'une autre fois ie feray plus punftuel 
a m'acquiter de mon deuoir. J'ay dit a Monfeigneur le Duc ') que uous ferez un 
uoyage en France; il en a eftè raui fouhaittant fort de uous tefmoigner de prez 
l'eftime qu'il fait de uoftre mérite, c'eft pourquoy ie uous prie de m'aduertir quand 
uous irez a Paris a fin que ie me donne l'honneur de uous aller trouuer pour uous 
accompagner aux champs ou Monfeigneur demeure ordinairement. Pour ce qui efl 
de Monfieur Pafcal ie doute fort que uous le puiffiez uoûer °) eftant loing de Paris 
et fort incommodé de fa fantè, touteffois s'il fera en eftat de faire un uoyage 
iufques icy, on trouuera le moyen qu'il y uienne. Je me fuis donné l'honneur d'ef- 
crire a Son AltelTe le Prince Leopold a Florence : i'ay parlé fort de uous et ie luy 
ay efcrit quelque chofe touchant le Syftema que uous luy auez enuoyé et dont uous 
n'auez eu point de refponce. Je croyois d'auoir beaucoup de chofes a uous man- 
der, mais ie uois que la matière me manque aulTy bien que le temps, c'eft pour s) 
ie finiray en uous fuppliant de faire mes trefhumbles baifemains a Monfieur uoftre 
Père et a Meffieur uos frères, et ie uous prie d'auoir la bonté de faire fouuenir a 
monfieur Voflîus de faire acheuer le plus toft qu'il pourra la copie de toutes les 



') Louis Charles d'Albert, Duc de Luy nés. Voir la Lettre N°. 470, note 3. 
-) Lisez: voir. 
3) Ajoutez: quoi. 



CORRESPONDANCE. 1 66o. pi 



figures de la Chine, a fin de nous les donner auant que nous partiez d'Ollande , et 
de uous dire ce qu'il a couftè a les faire copier et a qui il faudra donner l'argent; 
Cependant ie fuis fans referue 

Monsieur 

Vollre trefhumble et très obeiffant feruiteiir 
l'abbè Brunetti. 

J'efcris a Monfieur Vofllus par ce mefme Ordinaire '^). 

A Monfieur Monfieur Christianus Ugens de Zulichem 

A la Haye 



N= 758. 

J. Hevelius à Christiaan Huygens. 
13 juillet 1660. 

La lettre se trouve à Leiden, coll. Huygens. 

La copie se trouve à Paris, Bibliothèque Nationale. 

Elle est la réponse au.x Nos. 676 et 710. Chr. Huygens y répondit par le No. 784. 

Clariffime atque Doéliffime Vir amice honorande. 

Tandem poft menfes aliquot, literae tuae 17 Oftobris ftylo novo anni praeteriti 
datae, cum tribus iftis exeniplaribus de \) Syllcmate, die fcilicet 5 Februarij anni 
currentis, per nauclerum qucndam optimè mihi redditae font; ex quibus prifti- 
nuni Tuum erga me fincerum affeftum fatis fuperque iterum cognovi ; de meo , 
etiam non efl: quod dubites, fiquidem amicitia noflra tam altas iam egit radiées, 
ut vix credam literarum infrequentiam ex animis noftris eam exftirparc pofTe. 
Probe enim fcio te varijs ftudijs et occupationibus efl"e detentum , fie pariter et ego 
multifarijs ncgotijs, tinn publicis tum privatis, nec non gravioribus fpeculationi- 
bus ftudijfque diftineor , adeo ut toties fcribere, quoties libet, profefto non licet '). 



+) On trouve une copie de la lettre à Vossius dans le fonds „Biirman" de la Bibliothèque de 
l'Université de Leiden. Dans cette lettre il est question „d'iine copie de toutes les figures 
rares, que vous avez des battiraens et autres curiositez de la Chine." 

') Lisez: liceat. 



pa CORRESPONDANCE. 1660. 



lam ver5 iifceffis Regijs Maieftatibus , alijfque Legacis plerifque plufculum oci] 
naftus fum ; idcirco eciam procinus binis tuis ^} mihi mulcùm iucundifTimis liccris 
refpondere volui. Ex tribus iftis exeraplaribiis de Saturni ]) ^') ad me miffis, unicum 
Domino De Noyers, Sereniffiraae Reginae noftrae à Secrecis, akeriim Doftiflimo 
Domino noftro Eichftadio +) fuo tempore , cum adhuc in vivis eiïet (nuper enim 
die 8 Junij Optimus Senex, magno Rei literariae damno, proh dolor! mortuus 
eft) tuo nomine , uni pecijfti , obtuli ; qui maximas gratias , praeviâ ialutatione , pro 
gratiflimo munere tibi egerunt; tertium vero exemplar mihi refervavi, pro quo 
non minus débitas Tibi habeo grates, qu6d et mecum quantocyus tuas cogitatio- 
nes et inventiones communicare haud fueris dedignatus. In principali quidem ne- 
gotio, quod praecipuum ell, nempe de période phafium, milii, uti percipio, plané 
adftipularis; de quo habeo, fané, cur mihi maximoperè gratuler; fed aliam plané 
hypothefin , phaenomenon iftud demonftrandi , excogitafti , fie ut in hypothefi à me 
omninb diflentias. Verùm propterea haud Tibi fuccenfeo , fed multb magis laudo 
conatus tuos, quod pariter , ut omnes veritatis fcientiarumque cukores decet,veri- 
tatis gratiâ , tuum iudicium , quod profeftb magni femper facio , mundo detegere 
haud nolueris. Intérim tamen minime piget, etiam meam edidifle hypothefin: Cuius 
raelior vel verior fit , nolo equidem ipfemec diiudicare , fed alijs , temporique inpri- 
mis relinquo. Fundamentum totius hypothefis meae in eo confiait, quod non folùm 
praefupponam , fed etiara ex multis obfervationibus plurimorum annorum edoftus 
fuerim in n et jj^ , Saturnum exiftere ellipticum, quoad corpus médium; Tua vero 
hypothefis, quod Saturnum habeas pro corpore omnino rotundo, atque id etiam ex 
oblervationibus Tuis id demonllrare conaris , provocafque ad tua exquifita Telef- 
copia. Ad utrumque nihil, crede, inferendum habeo; fiquidem reélè omnino obfer- 
vafti , et ego pariter idem, Saturnum ab anno fcilicet 1655 ^l^'o primùm obfervatio- 
nes !nfi:itiiil'i:i ufque 1659, ^^^ fphaericum, vel fphaerico-anfatum extitifl"e; ficuti ex 
tabula Phafium Saturni Speciali, quàm s) Ephemeride noflirâ pagina 1 7 difl^ertationis 
nofl:rae '') infertâ, clarè peripicitur, imb in himc ufque dicm eadem forma iftum 
fie deprehendo, etiam meis Telefcopijs, quorum beneficio omnia phaenomena 
(abfit tamen gloria) quaecunque ab alio quopiam unquam funt obfervata, pariter 
animadverto. Quicquid tamen fit , ut iam iaepius innui , et Ellipticum [5 luculenter 
alio tempore fum contemplatus , anno fcilicet 1648 et 1649 , cura in n verlaretur, 
quali facie anno 1663 et 1664, Deo fie volente, me iftum etiam obfervaturum 



^) Huygens lui avait écrit le 1 7 octobre 1 659 , puis le 1 6 février 1 660. 

3) Hevelius veut indiquer sans doute le „Syf1:ema Saturnium", car déjà dans la Lettre N°, 302 
du 22 juin 1656 il avait remercié pour la „Saturni Luna", et Huygens avait, envoyé les trois 
exemplaires de son „Syfl:ema Saturnium" le 17 octobre 1659. Consultez la Lettre N°. ôjô. 

■t) Voir la Lettre N°. 504, note i. 

S) Supprimez quam. 

") De Saturni nati va facie. Voir la Lettre N''. 302 , note 2. 



CORRESPONDANCE. 1660. 93 



fpero. Exfpeftor igicur pankilùm, ufque dum|) ad -v^ iterum perveniat, tum quin tu 
eadem fpecie ellipticâ|)locere, et iam tuifmet Telefcopijs, benè perfpexeris, plané 
nuUus dubito. Quae obfervatio litem inter nos omnino dirimet "), fie ut facile erit 
omnibus diiudicare, cuius hypothefis fit ampleftenda. Nam exifl:ente 'fj elliptico *}, 
tua machina annularis (fit venia verbo) nullo modo confiftere poteil. Haec fi.int 
quae in génère brevibus reponere volui , ad fingula autem , ut ut lubentifllmè vel- 
lem , profedlb , occupationes haud permittunt : idcirco in aliam commodiorem oc- 
cafionem id reijciendum erit. Demiraris qui die 20 Aprilis Anno 1657 Comitem 
■50 ade6 vicinum confpicere potuerim ; fed non efi: quod mireris , fiquidem non 
minus optima poffideo Telefcopia, im5 nunc adhuc meliora quàm haétenus , qui- 
bus obiervationes peregi , fie ut iiîum comitem probe admodum confpicere ^), non 
fine magna deleétatione potuerim: profefto, non efi: nios mihi , nec decet bonum 
virum quicquam comminifci, aut ex celebro") fingere/}. Jam vero à biennio parùm 
aut nihil de Comité "f^i fui foUicitus , cùm reliqaae graviores obiervationes , de qui- 
bus in ultimis meis literis *) mentionem feci , circa fixas , motumque planetarum , 
id minime mihi concefi^erint. Quandoquidem nec ullam horulam ferenam, nedum 
uUam integram nodlem praeterlabi patior"), quànonifiisfpeculationibusavidifiimè 
inhiem; quibus vero Machinis ac Infiiruméntis, non folum intégra minuta, fed et 
bina fecimda commonfi:rantibus /"), optarem ut tu omnia , tum modum obfervandi, 
eaque tra6tan4i tuifmet oculis ipeftare pofifes, crede, haud Te poenitcret ^). In 
hocce difto negotio totus iam incumbo , etiam (annuente divinâ gratiâ) eb iam 
perveni, ut aliquot millia obfervationum ''), inprimis difiantiarum, tam Fixarum 
quàm Planetarum omnium féliciter obtinuerim; faxit Deus Optimus Maximus, ut 
et ea, quae adhuc refl:ant, ad nominis fui gloriam reique literariae commodum 
aeque féliciter peragere poflimus. De maculis Solaribus, fcias, eas hoc anno cur- 
rente 1660 frequentiores in ©-extitifl^e. Februario enini 23 binas fimul confpexi, 
quae ad 29 eiufdem menfis perduraverunt. Vicifllm die 15 et 16, ad 26 Martij 
ufque diverfae luculentiflimae maculae à me obfervatae funt ; nec non rotundam 
folidiorem totum 0is difcum peragrantem ad») die 1 2 ad 19 Maij ufque, fummâ cum 
obledlatione quotidie ferè fum contemplatus. Rurfus die 10 Junij quatuor infignes 
maculae confpeélae funt, quae inter 2 et lojimij ©em ingrefi^ae erant : nam die 
2 nihil prorfùs adhuc apparuit. Pariter aliam rotundam valdè confpicuam nuper 
die 9 Julij notavi, quae eâ ipfâ die, nempe 12 ejufdem menfis prori'ùs Solem 
egrefla eft, quâ denuo alia nova exilis cum adhaerentibus alijs quibuldam minutiffi- 
mis iimbrifque rariufculis circa horizonteni ortivum fub adfpeftum prodijt , quae 
adhuc in Solis difco vifibili verfatur. Hinc augurari licet impoilerum eas iterimi in 



7) Lisez: cerebro. 

8) Voir la Lettre N°. 540. 

9) Lisez: a. 



94 CORRESPONDANCE. 1660. 



Sole frequentiùs apparituras. Horologium meum cum perpendicalo iani etiam con- 
feftum habeo '), quanquam id non ampliùs poffideam : Sereniiïimo enim Régi '°) 
noftro , cùm me inviferet , iftud humiliter obtuli ; fed brevî aliud paratum habebo 
ab automaturgo ") meo, quem in domo mea, pro inflrumentis fabricandis alo. Pare- 
liorum iftoruni, qui Waffaviae fuerunt obiervati accuratiorem et defcriptionem 
et delineationem mihi nuper promifit Dominus Burettinus Italns ") Vir *) alias in- 
iignis et eruditus , qui diligentiiTimè omnia et fingula ipfemet et notavit et deline- 
avit; multb ver5 aliter, uti percepi, quàm Martinus Bernhardi '3); iftam quampri- 
mùm obtinuero , quantocyus Tibi communicabo. ') Hoc anno die 30 Martij mane 
ab horâ i ufque tertiam , diverfae parafelenae obfervatae funt hîc Gedani , quae 
diverfimodè paulatim mutatae, coloribufque tinftae fuerunt, fed ipiemet eas non 
confpexi. Eodem die ante meridiem ab amico meo in Fortalitio ad Viftulam ob- 
fervati funt très parelij ; nec non 6 Aprilis vefperi hora 51- in viciniâ noftrae urbis 
ad pagum Streifz 4 parelios ipfemet oculis meis animadverti, de quibus delinea- 
tionem "f) hifce tranfmitto '") : pfeudofoles ab utroque latere erant caudati, arcus in 
quo pfeudofoles apparebant ex parte coloratus inftar iridis erat, 40 et amplius 
circuli graduum pfeudofol iliperior ") cùm evanefceret , portio circuli in locum 
eius emicuit pariter coloribus variegata: fpeélaculum erat fané iucundiffimum. 
Hocce phaenomenon idem amicus meus in primario noflro Fortalitio ad Viftulam 
pariter annotavit, fed paulo aliter; fiquidem tantùm duos pfeudofoles ab utroque 
latere") deprehendit. Pro communicato Syftemate Hodiernae '5) gratias Tibi debeo 
permagnas: avidiffimè iftud perlegi, fed nihil novi, quod non iam perfpexeri- 
mus , in eo inveni ; idcirco id Tibi iterum tranfmitto ; fi quid viciflîm potero fa- 
ciam , certè , ex animo. 



'°) Johann Casimir II. Voir la Lettre N°. 448 , note 5. 

") Dans la Préface de sa Machina Coeleftis, Hevelius raconte qu'il a eu pour aides: 
a) Michael Kretzmerus, né à Danzig, et demeurant à Rostock, pendant trois ans; 
h') Magister Christianus Pelargus de Frankfort sur l'Oder, qui mourut bientôt; et plus lard 
c) Andréas Marquardus de Wittenberg, qui le quitta après deux ans. 
Probablement il s'agit ici du premier. 
'") Tito Livio Buratiini (il s'appelait aussi Giovanni Michèle; de sorte que Tito Livio serait 
un nom emprunté), aftronome; plus tard il a été en correspondance avec Boulliau. Il publia: 
Mifura univerfale o vero Trattato nel quale fi moftra come in tutti li hioghi del mondo fi 
puô trovare una mifura, & un pefo univerfale ienza che abbiano relazione con niun altra 
mifura, & niun altro pefo, ed ad ogni modo in tutti li luoghi faranno li medefimi, e faranno 
inalterabili e perpetui fin tanto che durera il mondo. Vilna. 1679. 

Ouvrage, dont neuf ans après on trouve une traduction allemande sous le titre: 
J. M. Burattini, Griindlicher und wahrhaftiger Unterricht fiir Ileisende durch gantz 
Europa. Leipzig 1 687. in- 1 2°. 
'3) Consultez la Lettre N°. 542 , et la planche vis-à-vis de la page 264 du Tome II. 
^'') Voir la planche ci-contre. 
'^) C'est l'ouvrage cité dans la Lettre N°. 360", (Supplément du Tome I), note 2. 






^.rt;'^ o.. f 



CORRESPONDANCE. 1660. 95 



Non fine fingulari animi voinptate percepi Te brevî iter furcepturum , cum Do- 
minis Legatis in Galliam, quod ne felix faiiftumque fit, animicùs precor. Si com- 
munes amicos ibidem convenire Tibi contingat, eos, mco nomine, officiofè falo- 
tes rogo, inprimis Dominos Bullialdum et Robbervallum, Pafchalium, aliofque^) 
omnes nobis benè cupientes , et fi quid fingulare notatnque dignum in rc literariâ 
vel inventum vel editmn fuerit , quaefo commnnices , experieris me Tibi viciflim 
maxime efiè obflrridlum. Dabam Gedani Anno 1660 die i 3 lulij. 



Tuae Claritatis 



Studiofiffimus 
L Hevelius. 



") Etiam illa dirimetur, vel certe tuam ftare non finet, cum |) cum brachijs cxtentis 
tenuibus apparebit, fed tateor diutius cxpeétandum [Chr. Huygens]. 

*) Si tam païami a circule l'ccedit ifta ellipfis, atque in tuo libro de Sj'fiemate 1S 
expreffifti nequaquam poterit difcerni utrum ellipfin an circulum praefcrat, 
cum etiam fi.ipra atque infra pars quaedam difci ab annullo intercipiatur [Chr. 
Huygens] . 

'■) Potuit tamen fixa aliqua fuifle [Chr. Huygens]. 

'^) In phafibus Ç et Ç tamen talc quid fiifpicari pofl"emus. Sed credo te dedifle qua- 
les vidifl"e putabas. Veruntamcn videre taies non potuifti, nifi vis ut Syilcma 
Copernicanum fimul et Tychonicum rejiciamus, novumque comminifcamur, 
ut Cocceius [Chr. Huygens]. 

^) Vereor ne nimis te fatiges. Fortafl^e fi minus fréquenter obfcrvares, plures 
obfervationes coUigeres [Chr. Huygens]. 

f) Secunda fcrupula in inftrumento quidcm annotari pofle credo, fed nequaquam 
tam accurate infl:rumento collineari pofl"e, imo vix ad fcrupulum unum pri- 
mum. Experiri potes fepius ejulclem turris altitudinem vel duarum diftantiam 
capiendo [Chr. Huygens]. 

?) BuUialdus referet [Chr. Huygens]. 

'') mafte [Chr. Huygens]. 

') Dixit Dominus Sixti. Sed an aliquid novi praeter meum. Romac aiunt fabricari 
quae nuUum fi:repitum edant. Et alia quotidiè adinventum iri credibile efi, 
ut facile ell inventis addere. Ipfe quid addiderim brevi editurus fum [Chr. 
Huygens]. 

'''■) plurimum illi debebo [Chr. Huygens]. 

') beabis me [Chr. Huygens]. 

'") gratias. vellem omnes tam exaéle obfervare [Chr. Huygens]. 

") fimilis in parelio Romano 1630. et talis quoque circuli portio [Chr. Huygens]. 



pÔ CORRESPONDANCE. 1660. 



") an tibi diftinftc fol ille in verticali circule apparuit an confufior , ut Romanis 
anno 1630 et an omnino arcum circuli referebat id quod poil illum fucceffifTe 
dicis [Chr. Huygens]. 

'*) faciam lubens, fed nunquid fignificavit Bullialdus tibi fe venturuni ad te an 
lententiam mutaverit [Chr. Huygens]. 



W 759. 

Christiaan Huygens à J. Wallis. 
[15 JUILLET 1660.] 

/,rt minute et la copie se trouvent à Leidcii^ coll. Huygens. 
,/. Il'nliis y répondit par le No. 779. 

Wallis 
ic fend de apologie'} van Monfieur de Carcavy, en den brief ^) ut videas 
quid in tuo libro reprehendant. dat ick uyt Brouncker verftaen heb 3) dat hij mijn 
laetfte '^) heeft ontfangen. Fermât fend my s) een boeck *), forte etiam ad vos, de ' 
Curvarum cum reftis comparatione. precipuum ineo vande parabolois die Heuraet 
hier en Nelius ^j apud vos rectae aequavit. quorum fcripta ^} miruni eft illum non 
vidifle. veruntamen et alias curvas ex illa paraboloide enatas fubtili admodum ra- 
tione reélificare docet. fcribe quid novi apnd veftrates ubi jam ftudia fi unquam 
florere incipient, reftituta patriae tranquillitate , de qua tibi plurimum gratulor. 
Exemplaren van 't Syftema alhoewel het laet is, waer daer nae te vernemen. Scho- 
ten doot '). 



') Prohablement la Lettre mentionnée dans la note 7 de la Lettre N°. 754; nous n'en possédons 

pas la copie. 
=) C'est la Lettre N°. 754. 

3) Nous ne possédons pas cette lettre de Brouncker à Chr. Huygens. 
"t) C'est la Lettre N°. 736. 
5) L'ouvrage cité dans la Lettre N°. 754, note 2. 
*) Traduction : J'envoie l'apologie ') de Monsieur de Carcavy, et la lettre °), ut videas quid in 

tuo libro deprebendant. Que j'ai compris de Brouncker 3^ qu'il (c'est-à-dire Wallis) a reçu 

ma dernière ■*). Fermât m'envoie un livre 5). 
'[) Traduction: de la paraboloide que Heuraet ici et Nelius apud vos rectae aequavit. 
8) Sur la rectification de W. Neile, qui n'était connue qu'en manuscrit, consultez le „Tracta- 

tus H de cycloide" de J. Wallis, page 92. Wallis déclare qu'elle est de 1657, et par conséquent 

antérieure à celle de van Heuraet: plus tard dans une lettre du 14 octobre 1673, Wallis 

revient sur ce sujet. 
5) Traduction: Exemplaires du Système, quoiqu'il soit tard, où il faut s'en informer. Van 

Schooten mort. 



CORRESPONDANCE. 1 66o. 97 

N= 760. 

Christiaan Huygens h P. de Carcavy. 

15 JUILLET 1660. 

La mhnite et la copie se trouvent à Leiden , coll. Huygens. 
I.a lettre est la réponse au No. 754. 

15 Inlii A. 1660. 
A Monfieur de Carcavy. 

Revenu du voyage ') je trouue fa lettre , très rejoui. Schotcn mort -). Examen 
de ce qui s'elt paffè ; mifi apographum litterarum 3) me illi mifiïïe , in quo *) de 
tertijs literis ■"), de quibus in libello ") altum lilentium. accepifTe fcio ex Rronckero 
mihi non refpondit. 

Remercie de ce qu'il me communique , et qu'il remercie Monfieur Fermât de 
ma part, du livre, de folutione Problematum Geometricorum "). non opus ut mihi 
defcribatur , quia brevi ipfe adero. 

Conftruftio de luperficie conoidis circa applicatam ^) fubtilis. fi aliam methodum 
habet, vellem ederet. Item fi ciirvas aliâ methodo reftificat, ut videtur. Heuratius 
in una ifl:a prévenir, methodus ejus elegans per truncum etiam fed univerfalior. 
nam alias item infinitas rcftificabiles ofl:endit. Conilruftio ejus bona fed prolixa. 
conftruftio brevior Heuratij quam videbit mea qualis. 

Mirum non vidifi"e epifi:olam Heuratij ») jam anno 1659 impreïïam quam Wal- 
lifius jam viderat, et menfe lanuario datam Salmurii. Fermatij pofterior inventio ") 
fi.ibtili{nma. mea methodus ad Cycloidcm etiam pertinet. longe alia efi:, quot fi.mt 
curvae tôt curvas diverias réélis acquales per eam inveniri. 

de fpirali ") non ignorabam, vifis quae prius ex Fermatij literis defcripfit etcog- 



') Christiaan Huygens avait fait avec son père un voyage à Anvers, qui dura du 28 juin au 

8 juillet [Dagboek]. 
- ; Consultez la Lettre N°. 73 1 , note 1 . 
3) C'est la copie de la Lettre N°. 754, écrite par de Carcavy à Clir. Huygens; celui-ci l'avait 

envoyée à J. Wallis. 
■») 11 s'agit ici du „Recit de l'examen et du jugement des écrits envoyés" (voir la Lettre N°. 

560, note 32), que Huygens avait envoyé à Wallis. Consultez la Lettre N°. 736. 
5) Huygens fait allusion aux trois lettres que Wallis envoya à P. de Carcavy. Consultez le 

„Recit de l'Examen etc." 
''') 11 s'agit de l'ouvrage de Wallis : Traélatus duo de Cycloide. 
") C'est l'ouvrage de la note a de la Lettre N°. 754. 
^') Consultez la Lettre N°. 755, 1. 
'■'') Voir l'ouvrage décrit dans la Lettre N°. 587 , note 5. 
'°) Consultez la Lettre N°. 755, 2. 
") Consultez la Lettre N°. 756. 

Œuvres. T. III. 1-, 



pS CORRESPONDANCE. 1660. 

nita jam paraboloidis dimenfione. non accufavi Fermatium nec accuib, fed per me 
licec ut qiiifque genio fuo obfequatur. 

Curvam iupcrficiem ungalae quadrare jam vêtus efi:. an de alia intelligat. 



N= 761. 

Christiaan Hliygens à du Gast. 

15 JUILLET 1660. 

La minute et la copie se trouvent à Leiden , coll. Huygens. 
[.a lettre est la réponse au No. 753. Du Gast y ri!poiidit par le Nu. 7Û2. 

15 Iiilii 1660. 
DU Gast. 

que le feray volontiers et ay donne ordre défia, avec poids , mais eut beaucoup 
affaire. La vefve de Cofter n'a pas encore receu l'argent pour la dernière pour 
Monfieur de luynes '). Elfevir difoit n'avoir point ordre de luy payer. J'ay dit a la 
vefve qu'elle fit dire au Sieur Petit le libraire , qu'il ordonnafl: à Elievier de payer. 
J'aurois un extrême regret fi Monfieur Pafcal n'eflioit pas à Paris, mais j'efpere 
qu'il y fera puis que noflrre voyage ne fera que en feptembre -) et que apparem- 
ment y pafl^erons nous l'hiver ou une bonne partie. 



N= 762. 

Du Gast à Christiaan Huygens. 
28 JUILLET 1660. 

La lettre se trouve à Leiden, coll. Huygens. 
Elle est la réponse au No. 761. 

28. Juillet 1660. 
Monsieur 

Depuis la lettre que vous m'auez fait l'honneur de m'cfcrire touchant l'horo- 
loge que j'auois pris la liberté de vous recommender , la perfonne pour qui c'eil 
me charge de vous prier qu'elle foit s'il y a moyen à refibrt, et non à contrepoids : 
Du refl:e qu'elle fonne les heures, et marque fimplement les minutes fans fécondes, 
ainfy que je vous ay mandé. Vous ne ferez pas fans doute fafché de fcauoir que 



') Louis Charles d'Albert. Voir la Lettre N°. 470, note 3. 
°) Christiaan Ilnygens partit le 1 2 octobre pour la France. 



CORRESPONDANCE. 1660. 



99 



Monfieur Pafcal le porte notablement mieux qu'il ne faifoit, félon ce que m'cfcrit 
(on Beaufrere ') qui ell auec luy à Clermont en Auuergne. Je luy feray fcauoir 
bient&ft la manière obligeante dont vous m'en efcriuez , et le delTein que vous aucz 
de venir à Paris à ce mois de Septembre. Si je pouuois, Monfieur, vous rendre 
quelque feruice par deçà, difpofez de moy abfolument comme de 

Monsieur 

Voilre très humble & très obeiirant feruiteur 

Du Gast. 

J'ay veu Monfieur Brunetti qui vous honnore parfaitement, et m'a dit le regale 
que vous luy auez fait chez vous -'). 

A Monfieur Monfieur Chr. H[ugens] ue Zulichem 

pofte d'Hollande A la Haye. 




N= 763. 

Christiaan Hijygens h [Ism. Boulliau]. 
[juillet 1660.] 

La lettye se trouve à Paris, Bibliothèque Nationale. 

Monsieur 

J'ay receu nouuelle de Monfieur Hevelius ') qu'il a receu le pacquet ou ei- 
toyent les exemplaires de mon Syfteme ^) , et je croy que nous fommes tout a fait 
reconciliez a cet heure, depuis qu'il aura veu ma lettre. Je vous prie d'avoir 



') Périer, Conseiller en la cour des aides d'Anvergne, à Clermont. Il demeurait alors à Paris au 

N°. 8 , Rue Neuve Saint-Etienne. Il avait épousé 

Gilberte Pascal, née à Clermont- Ferrand, fille aînée d'Etienne Pascal, président en la 

Cour des aides d'Auvergne, à Clermont. 
^) Sur les entrevues de C. Brunetti et de Clir. Huygens consultez les Lettres Nos. 487, 591 

et 676. 
3) Ici la lettre est déchirée. 



') Voir la Lettre N°. 758 
-) Le Syst ma Saturnium. 



CORRESPONDANCE. 1660. 



foin de cette lettre 3) a Monfieur Chapelain. Je vous ay efcrit par l'ordinaire de 
l'antre fepmainc ■*) c'eft pour quoy je n'adjoute plus rien a celle cy finon que je 
fuis de tout mon coeur « 

Monsieur 

Voflre très humble et très obeiffant feruiteur 
Chr. Hugens de Zulichem. 



N= 764. 

Christiaan Huygens à [J. Chapelain], 
[juillet 1660.] 

La minute et la copie se trouvent à Leiilcn, coll. Huygens. 
La lettre est la réponse au No. 751. J. Chapelain y répondit par le No. 773. 

Voyage quand, en toutes fes lettres a Heinfius des marques de Ton aiFeétion. 
Ses vers, envoyez par Monfieur Conrart. ') les meilleurs de tous, je n'ay encore 
pu les r'avoir. quoyquc je ne ... . Obligé a Conrart, je conferve la mémoire des 
civilitez qu'il nous fit -) et luy fuis obligé de m'avoir procuré l'honneur de vofl:re 
connoifiîincc. Poème de Huet. j'en ay vu l'un s), mais je defire plus de veoir l'autre. 
Divinis 4) et Honoré Fabri. perpecuum mobile de fa précédente, il le trompe, 
traité achevé s). Schoten mort*). S'il fcavoit combien je fuis pareflTeux, il me ferait 
des reproches ''). 



3) La Lettre N°. 764. 

+) Cette lettre, ainsi que sa niiinite, manque dans nos collections. 



') Consultez sur Valentin Conrart la Lettre N°. 235, note 8. 

") Lors du premier séjour de Chr. Huygens à Paris. Consultez les Lettres Nos. 249 , 250. 

•■') Voir la Lettre N°. 725 , note 10. 

'') Eustachio de Divinis, qui se donnait le surnom de Septempedanus, d'après le nom de sa ville 

natale. Voir la Lettre N°. 395, note 2. 
5) Probablement une première rédaction de son Horologium Oscillatorinm. Voir encore la 

Lettre N°. 773.. 
") Consultez sur la mort de van Schooten la Lettre N°. 731 , note i. 
''} Huygens avait biffé cette dernière phrase. 



CORRESPONDANCE. 1660. 



p. GuisoNY à [Christiaan Huygens]. 

I AOÛT 1660. 

La lettre se trouve à Lc'uien , coll. Huygens. 

Monsieur 

Encore que la réponce ') que l'on vient d'imprimer à v6tre liure =) ne mérite 
pas vne leéture fort empreïïee, ie n'ay pas neantmoins voulu tarder d'un moment à 
vous l'enuoïer, non feulement pour vous 6ter de la poene ou vous pourries être, Ij la 
nouuelle vous en arriuoit plutôt que l'écrit, mais en particulier pour auoir occafion 
de me conioûir aueq vous de votre ouurage, à qui des perfonnes quj pafTent pour 
très éclairées , ont f] peu trouué à redire, il ne vous fera pas difficillc à croire qu' 
Euftachio (qui n'efl pas même Latinifte) n'y à mis du fien que fa pretandue obfer- 
uation des trois cors feparés , que c'eil: le Père Fabry 3) Jefuite François , qui en 
eft l'autheur. La férocité du (lilc vous auroit fait aïïez apperceuoir , que c'eil: vne 
plume de la Société, qui l'a écrit; & que le Signor Euftachio veut à l'ufage du 
pais que l'on luy croie aueuglement fans contredire fous pêne d'être fulminés. Je 
trouue cella bon que pour luy auoir fait l'honneur de faire mention de luy dans 
vôtre liure *) plus auantagcufement qu'il ne meritoit, vous le vous foies endofte: de 
la même manière qu'autrefois ï\x Monfieur Gaflendj mon bon amj s'attirât des 
Liures d'Jnueftiue s) d'un Aftrologue nommé morin ''), pour auoir dit de luy 



') Cet ouvrage fut publié „Romae, ex Typographia Jacobi ûragondelli, 1660. in-8°," et réim- 
primé pi.r Clir. Huygens : 

Euftacliii De Divinis Septempedani Brevis Annotatio in Syftenia Saturiiium ClirilHani Hu- 
genii. Ad Sereniflîmum Principem Leopoldum Magni Ducis Iletruriae Fratrem, Unacum 
Cliriftiani Hugenii Refponfo ad eundem Serenilïïmum Principem. Ilagae-Comitis. Ex Typo- 
grapliia Adriani Vlacq. Anno cIo l3 c lx. in-4°. 
^) Le Systema Saturniiim. Voir la Lettre N°. 640, note i. 
3) Voir la Lettre N°. "S'j, note 3. 
+) Voir la page 37 du Systema Saturnium. 

■'') û") Alae Tellvris Fractae. Cvm pliyfica Demonftratione quùd opinio Copcrnicana de Tellvris 
motu fit fall'a: Et noue conceptu de Oceani iluxu acque relluxu. Aduerfvs Clarilïïmi 
Viri Pétri Gaflendi, Dinienfis Ecclefiae Praepoliti, libellum de motu imprelîb, à motore 
trandato. Ad Nobilifîîmvm Ilhiftriffimvmqve D. D. Dionyfivm Bovtliillier, Equitem, 
Baronem de Veretz, Dominum de Rancé & des Claies, Régi à fandioribvs Conliliis 
Ordinarium. Aiithore loan. Bapt. Morino, Doc-tore Medico, & Regio Parifiis Matlie- 
matum ProfefFore. Parisiis, Sumptibus Anthoris, apud quem venalis est in fuburbio 
D. Marcelli, vico des Morfondus, prope aedem Patrum Do:T:rinae Cliriftianae. m.dc.xlui. 
in-4°. 
Il) Didértatio lo. Bapt. Morini, Doftoris Medici et Parifiis Regii Mathematvm Profellbris. 
De Atomis et Vacvo. Contra Pétri GaflTendi Philofophiam Epicuream, Ad Sereniliîmvm 



CORRESPONDANCE. 1660. 



dans fes Lettres de motu Impreiïb à motorc cranflato ^), qu'il auoit trauaillé aueq 
beaucoup d'efprit à trouuer des raifons pour la ftabilité de la terre. Ceux-cy vous 



Principem Henricvm Borbonivm Metenfivm Epifcopvm S. Germani a Pratis Abbatem. 
&c. Magna eft Veritas & praeualet. Efdrae lib. 3 cap. 4-Parifiis, Apud Aiithorem, in 
fuburbio D. Marcelli, iuxta aedeni Patrum Doftrinae Chrillianae. Cuni apud Macaevm 
Boïiillette, in Collegio Regio. jidcl. in-4°. 

(■) lo. Bapt. Morini Doftoris Medici, et Regii Mathematvm Profeffbris Defenfio fvae Difl'er- 
tationis de Atomis & Vacuo; adverfns Pétri Gaffendi Philofophiam Epicuream. Contra 
Francifci Bernerii Andegaui Anatomiam ridiculi mûris, &c. Ad Serenilîîmvm Princi- 
pem, &c. comme auprès de ^J. MDCLi. in-4°. 
*) Jean Baptiste Morin (Voir la Lettre N°. 510, note 6) avait publié, outre l'ouvrage tj~) de la 

note 5, une série d'opuscules polémiques : 

a") Famofi et antiqvi Problematis de Tellvris Motv, vel Quiète, hafteuvs optata Solvtio. Ad 
Eminentifïïmvm Cardinalem Richelivm; Dvcem, et Franciae parem. A joanne Baptifla 
Morino, apnd Gallos è Belleiocenfibus Francopolitano, Doftore Medico; atqve Regio 
Pai'ifiis Matliematum Profeffbr^. Terra ftat in aeternum: fol oritur & occidit. Ecclefiaft. 
cap. I. Parifiis, Apud Authorem, iuxta Pontem nouum, in platea Delphina, domi cui nomen 
l'Efcu de France, m.dc.xxxi. in-4°. 

b') loan. Bapt. Morini, Doctoris Medici, et Parifiis Regii Mathematvm Profedbris, Refpon- 
(io pro Telluris quiète. Ad lacobi Lanfbergii Doctoris Medici Apologiam pro Telluris 
motu. Ad Eminentifïïmvm Cardinalem Richelivm Dvcem et Franciae parem. Parifiis, 
Sumptibus Authoris, apud quem vénales funt. Tum apud Joannem Libert, via D. Joannis 
Lateranenfis, è regione Auditorij Regii. Cvm Privilegio Régis, m.dc.xxxiv. in-4°. 

/:) Aftrouomia iam à fvndamentis intègre et exafte reftitvta. Compleftens IX. Partes hacle- 
nus optatae Scientiae Longitvdinvm coeleflivm nec-non terreftrium. Quâ cuiufvis Aftri 
vifi & cuiufvis Terrae loci in quo fit ftatio, longitudo & latitudo accuratiffimè detegi 
queunt. Cunftaque Allronomiae vera principia pridem ignota traduntur. Opvs Aftro- 
nomicis Tabvlis exaftiflîmis contentis abfolutè neceflarium: Ad Eminentiffimvm Cardina- 
lem Richelivm; dvcem et Franeiae Parem. Auctore Joanni Baptifta Morino , apud Gallos 
è Belleiocenfibus; Francopolitano Doftore Medico, & Parifiis Regio Mathematum Pro- 
feflbre. Magna eft Veritas et praeualet. Efdrae Lib. 3 cap. 4. Parifiis, Apud Authorem, 
Tum apud Joanuem Libert via D. loannis Lateranenfis. Cvm Privilegio Régis, m.dcxl. 
in-4°. 

d') Coronis Aftronomiae iam a fvndamentis intègre et exacte refiitvtae. Quâ refpondetur ad 
Introduclionem in Theatrum aftronomicum, Clarifïïmi Viri Chriftiani Longomontani; 
Hafniae in Dania Regii Mathematum Profeflbris. Ad Illvftriflimvm Nobiliffimvmqve 
D. D. Leonem Bovthillier, Comitem de Chauigny, A Secretioribus Régis Confilijs, & 
Ampliffimum Ducis Aurelianenfium, Regiae Majeftatis fratris vnici, Cancellarium. Au- 
thore loanne Baptifta Morino, etc. comme dans c). h.dc.xli. in-4°. 

(') Tycho Brahaevs in Philolavm, pro Tellvris Qviete. Vbi de corporum grauium defcenfu: 
tum de motu naturali & violento noua traduntur. Ad Illvrtrinimvm Nobilifîîmvmqve 
Dominum Matthaevm Molaevm, amplilïïmi Senatus Parifienfis Proto-Praefidem meri- 
tiflîmum. Authore loanne Baptifta Morino, Doft. Medico & Regio Parifiis Mathematum 
Profeflbre. Parifiis, Apud Jacobvm Villery, in Palatio fub Porticu Delphinali. mdcxlii. 
in-8°. 

/) Defenfio Aftronomiae a fvndamentis intègre et exafte reftitvtae Contra Doftilîîmi Viri 
Georgii Fronunii Dani Diflertationem Aftronomicam, Ad Illvftriffimvm Nobiliffimvmqve 



CORRESPONDANCE. 1660. 



accuferoient tantôc de n'être pas de leur religion , & que pour ne pas croire à leur 
curé vos obferuations allronomiques en font moins juftes , ma foy dans vne con- 
uerfation que i'eus l'autre jour aueq quelques curieux, ou le trouuoit Monfieur de 
Monconis **), dont il eft parlé dans leur liure (pour être ami du Père, & pour 
auoir acheté à grands frais des Lunetes d'Euftachio) ie ne pus difcourant de céte 
matière m'empecher de leur reprocher , qu'il ne falloit pas tant s'être preffës d'im- 
primer, pour ne dire que de fi mauuaifes chofes; qu'il étoit impoffible de raifonner 
folidement tant en phyfique qu'en allronomie fans fuppofer pour bafe le Syfteme 
de Copernique, que céte imagination des i c6rs lumineux & des i. obfcurs me 
pareflbit fort groffière , que leur mouuements d'apogée au périgée ne refTentoient 
pas fon excellent mechanifte, & que fans parler de la bonté de vos Lunetes (aueq 
lefqueles ie leur protefl:ay d'auoir ueu la Zone de Mars) ie ferois toujours grande 
différence d'un obferuateur comme vous à vn artifan. Sj i'eus eu aueq moy quel- 
ques liures, i'aurois pris plaifir de calculer les mouuemens des Satellites de Jupiter, 
& le Cône de leur ombre pour fâuoir au uray l'effet qu'ils doiuent auoir fur le Cors 
du planète, par le précèdent ordinaire on m'ecriuit de Paris, que l'on vous auoit 
fait tenir mon paquet, i'efpere que vous l'aïu-es receu auffi bien que cellui-cy , & 
que dans toutes les occafions vous rcconnétrés l'effime que ie fais de votre vertu 
& que ie fuis aueq paffion 

Monsieur 

Votre très humble & très obeilTant feruiteur 

GuiSONY. 



à Rome le ii'. d'aouft i<56o. 



D. D. Leonem Bovthillier, &c. comme dnns e). Parifiis, Sumptibus Authoris, apiid qiiem 
venalis eft; in fiibiirbio D. Marcelli, vico des Morfondus, propè aedem Patnim Doftrhiae 
Chriftianae. Cvm Privilégie Régis, m.dc.xliv. in-4°. 

g) Appendix ad Longitudinum fcientiam [1644]. in-4°. 

Il) Joannes Baptifta Morinvs Matheraatum ProfefTor Regius, ab Ifmaelis Bvllialdi coiiui- 
tiis iniquiffîmis iuftè vindicatus [1644]. 111-4°. 

/) Anonymi Epiftola Caftigatoria. Adverfiis Georgiiim Fromiiiiiim, in Academia Ilafnienfi 
Mathematiim Profeflbrem pnblicum: Circa finidamentalem Aftronomiae reftitutionem. 
Ad Clariflimum Virum loannem Baptiftam Morinvm, Parifiis Regiiim Mathefeos Pro- 
feflbrem [1644]. in-4°. 
'') Pétri Gaflendi, De Motv impreflb a motore tranflato Epiflolae Dvae. In qvibvs aliqvot prae- 

cipvae tiim de Motu vniverfè, tum fpeciatim de Motu Terrae attributo difficiiltates explican- 

tiir. Parifiis. Apud Lvdovicvm de Hergveville, viajacobaea, fûb Signo Pacis. iw.dc.xlii. 

Cvm Privilégie Régis. in-4°. 

Ces deux lettres sont dédiées „Viro ervdito et amico fincero Petro Pvteano Clavdi F." 
^) Balthasar de Monconys, fils du Lieutenant-Amiral de Lyon, naquit en 161 1 à Lyon, où il 

mourut en 1665. Il fit beaucoup de voyages, entre autres dans la Perse, aux Indes et en 

Arabie, dont le „Journar' fut publié après sa mort. 



I04 CORRESPONDANCE. 1660. 



Monfieur Ricci '-') Gentilhomme Romain fort entendu en Géométrie & fort de 
mes iimis m'a dit defpuis peu, que le grand Duc eft bien aife que fon Acadé- 
mie de Pife communique aucq la notre de Paris , & qu'à céte fin il luy auoit faiét 
cnuôier la fuiuante obferuation. Si aueq un miroir d'acier on allume un cors com- 
buitible , aiuilé adroitement dans le lieu qu'on appelle vuide dans l'expérience de 
Torricellj du fyphon aueq le Mercure, la fumée au lieu de monter defcend fur le 
mercure par cete ligne parabolique de Galilej. ces Meffieurs concluent par là con- 
tre les Ariftoteliciens qu'il n'y à point de légèreté pofitiue; cella ne me conuainft 
pas moy qu'il y à de la pefanceur pofitiue. 

Le Vefuue fait maintenant plus de defordre que iamais, les mathématiciens 
ecriuent que la vapeur à monté iufqua 3. milles à la perpendiculaire; ce qui eft fort 
flirprenant. 



N= 766. 

Christiaan Huygens à [A. Tacquet]. 

3 AOÛT 1660. 

La minute et la copie se trouvent à LciiJen, coll. liiiygeiis. 
Tacquet y répondit par le No. 767. 

3 Augufti 1660. 
Révérende et Chariffime Vir 
Puderet me non prius promifTum exolvifle nifi juftam excufationem morae 
huic obtendere pofTem; cum enim Antwerpia reuerfus ') apud Bibliopolam an- 
glum -) ubi venalem proftare antehac Wallifij videram libellum •') illum quaefi- 
viftem , negabat fe ullum fuppeditare pofîe quod omnes ad Francofurtenfes nun- 
dinas ablegaflet. Ita diutius adhuc expeftandum fuiftet nifi tandem Leidae exem- 
plar hoc naftus efîem , quod tibi una cum hiice tradetur. Videbis ibi inventa fane 
quam egregia nec pauca ; tum quantis animis fibi fuifque laudem eorum adferere 
contra Gallos geometras Anglus fatagat. Qui tamen nefcio an ubique fatis candide 
fe geflèrit. Certe vifo Dettonvilij libro "••) plurima inde in rem fuam vertere potuit, 
atque emendare in quibus antea aberraverat. Ncque etiam admodum difficile illi 



y) Voir la Lettre N°. 402 , note 3. 



') Voir sur ce voyage à Anvers, où Chr. Hnygens aura visité Tacquet, qui y demeurait, la 

Lettre N°. 760 , note 1 . 
-) Samuel Broun. Voir la Lettre W-'. 307, note i. 
3) Tractatus II De Cyclolcie. Voir la Lettre N°. 690 , note 3. 
+) Les Lettres de A. Dettonvilie. Voir la Lettre N°. 560, note 32. 



CORRESPONDANCE. 1660. I05 



fuit poftquam theoremata mea de conoidum ec fphaeroidum fiiperficiebus s) acce- 
piflet eadem fuo quoque modo invelligare. Ut nec curvae illins dimenfionem quae 
jam diu ante primumque omnium ab Heuratio noftro prodita fucrat , publicique 
juris fafta. Sed de his haftenus. 

Librum ''^ quem mihi donaveras commendaverafque legi. vifufque efl author 
non infacundus nec indoftus. non omnium tamen graviffimas quae inter nos funt 
controverfias percraftat , de ijs autem quae fcribit in Miïïae facrificio adllruendo 
vel maxime mihi laborare illius argumentatio videtur. In univerlum autem quid 
dicam optime Tacqueti ! Si rationibus agendum efl, nefcio an fatis validas reperire 
poflltis ad opiniones tanti momenti mihi perfuadendas. librorum enim auftori- 
tatem adducitis qui corrumpi potuerunt , hominum , qui decipi potuerunt ; quam 
longe denique haec omnia abfunt a Geometricarum probationum evidentia ! qui- 
bus jam diu afTuevi quibufque vix etiam fatis quandoque confido, nifi cum op- 
time perfpeftae fuerint. atque eae cum in rébus exigui momenti verfentur, quid 
in gravioribus hilce accedere credis ? Sed enim dices non tam ratione duce quam 
Spiritus Sanéti auxilio in reétam viam nos dirigi. Tecum fentio atque huic igitur 
nos committamus. Quidfi autem nihil fuggeflerit cur a priftina religione rccedere 
debeam. Tu quidem ob hoc infeliccm me putabis, ego vero nihil minus. Imo eo 
ipib feliciorem quod quae a prima juventute pro veris habui eadem nunc quoque 
talia cxiilimare liceat. Valc et amare perge . 



Tui obfervantiirimum 



N° 767- 

A. Tacquet à Christiaan Huygens. 

7 AOi^lT 1660. 

La lettre se trouve à Lciileu, coll. Huygens. 
Elle, est la. réponse m: No. 766. 

Nobiliflime Hugeni 

Accepi tuas fub meridiem 6 huius vnà cum libro '} Walliflj, pro quo munere 
plurimas tibi gratias habeo: caepi ilico percurrere, et accuratius etiam idpraellabo 



■'') Voir k pièce N". 678. 

*) Voir la. Lettre N°. j67, note 1. 



') Tractatiis II De Cycloide. Voir la Lettre N°. 690, note 3. 

Œuvres. T. III. 14 



Io6 CORRESPONDANCE. 1660. 



poftea. Tibi viciffim non difplicuifTe munufculum noftrum, libellum -) videlicet 
Cornelij Hazaerc ^), eumque a te perleftum gauifus fum. Hoc aiithor fpeélauic prae- 
cipuè, vc ritus et cerimonias quibus Sanfta Ecclefia vtitur, quas vcftri fuperfti- 
tionis ac idololatriae condamnant, cum ritibus et cerimonijs eius Ecclefiae, quae 
primis a Chrifto 400 annis ftetit, quamque veftri incorruptam et veram Chrirti eccle- 
ircim fuifle agnofcunt, deraonftret conuenire. Quod quidem egregiè praeflitit ex om- 
nium Patrum, qui primis annis 400 vixere, teftimonijs. Neque aliter fadli quaeftio 
probari poteil. Jnde vcro haec duo confequi neceffe eil; primum, ritus illos effe 
omnis idololatriae ac fuperllitionis expertes; alterum, ccclefiam veftram a primi- 
tiua illa, hoc ell: a verâ, eiïé diuerfam; cum veftra tanquam idololatriae plena reij- 
ciat, quae illa vt pia ac fanfta adhibuit. Quod in Miïïàe facrificio aftruendo labo- 
rare fcribas authoris ratiocinia, cum loca de quibus dubites non adnotaueris, non 
eft quo fatiffacere tibi poffim. Tandem fi rationibus agendum eft, times vt fatis 
validae reperiri poffint, ac longé ais ea omnia a demonftrationum geometricarum, 
quibus afïïieuifti, certitudine abefTe. An igicur ea fefta, quam haftenus tenuifti, 
eiufmodi deraonflirationibus innixa eft? Examina illas, fi placet, expende et cum 
noftris confer: reperies eiufinodi efle, quae non modo ad aïïènfiun non cogant, fed 
ne probabiles quidem viro prudenti poffint videri: atque illud, quod tibi faepius co- 
ram afieueraui, efie veriffimum intelliges, cum vna tanttmi vera Ecclefia fit, extra 
quam faluus efie nemo poffit, te, fi in tua fefta vitam finiueris, in aeternum abfque 
dubio periturum. Sed hic ego te oro, mi Hugeni, ne tibi hoc diélum afperius videa- 
tur, quod certa veritas, et amor tui fyncerus atque ingens defiderium tuae falutis 
cxpreffit. Ego quidem id iam non ago, vt pluribus tecum de Religione contendam; 
verum iftud vehementer opto, vt tu, quae multb fiiauior eft via, Diuinâ adiutus gra- 
tiâ, veritatem per te ipfe aficquaris. Quod quidem aliquando futurum confido fi 
opem Diuinam ardenter et ferio imploraueris. Qui porro exaudiri a Deo fiias pre- 
ces defiderat, ita animo comparatus fit oportet, vt de fiiis peccatis, quibus infinitam 
illara Maieftatem ofFendit faepiffimè, cum vefo emendationis propofito, fyncerè 
doleat; vtque fe propter illa reputet prorfiis indignum, cui fauorem vllum Deus 
exhibeat, ac nihilo minus de immenfâ eius bonitate et clementia confidat. Ad qitem 
enim inquit Deus ipfe apud Jfaiam, refpiciam vifi ad paupercahim et contrîtmn 
fpirit/i, et trementem fermones ineos? Sic inftruftus ad Numen orandum, fi conftan- 



-) Vytwendighen liandel ofte Cei'emonien van de II. Roonifche Kercke aengaende den II. dienft 
van de Mille, het eeren van de lleliquien der H. H., de l'roccflicn , de Pelgrimagien, liet 
wijwater, het begraven der dooden_. Ailes bethoont nyt de H. Scliriftnre en de H. Il.Oud- 
Vaders van de eerfte 400 jaeren. Door den Eerw. P. Cornélius Hazart, Priefter der Socie- 
teyt Jefu. T'Antwerpen, Bij Jan Cnobbaert, rôsp. in 8°. 
De cet ouvrage la quatrième édition parut en 1661. 

3) Cornélius Hazart, fils de l'huissier Simon Hazart et de Jeanne van Renterghem , naquit le 
16 octobre 1617 à Oiidenaerde et mourut le 25 décembre 1690 à Anvers. Il entra chez les 
Jésuites en 1635 , et fut controversiste zélé, témoin nombre d'ouvrages. 



CORRESPONDANCE. 1660. I07 



ter et crebro accefleris, minime dubito, quin fis obortâ de caelo luce ex iftis erro- 
rum aliquando tenebris emerfurus. Juuabit hanc fpcm libellus 4) , quem hifce ad te 
mitto, quem per falutem tuam te oro, vt accuratè perlegas et totum, ncc graueris 
(fi Parifios cogitas) viae comitem afi:ifcerc. Tum, fi videbitur, fcriptorem aliquem 
controuerfiarum catholicum lege: Suaferim ego vt manuale controuerfianim ') 
Martini Becani *) e Societate nofl:ra adhibeas; efl: enim perfpicuus, accuratus et 
minime fufiis: efl: liber in quarto. Quod fi etiam fiibinde cum viro aliquo erudito 
contiileris, plurimmn inde friiétus exiftet. Parifiis repcrics tum ex alijs honiinum 
generibus, tum ex Societate nofl:ra viros pietate ac litteris praeflrantes, cum quibus 
confiietudinem fi iniueris, minime te, arbitror paenitebit. Haec lunt, Hugeni cla- 
riffime, quac tui fynceriflîmo amore ac fludio impulfus tibi a me pro te Icribenda 
putaui. Videbor fortaflc tibi in toto hoc negotio aliquanto importunior fuiffe, quàm 
oporteret. Sed, quamuis exiflimem potius alio te iudicio efic, fi tamen ita efl:, malo 
nunc quidem de me ita fentias, quàm vt in fiipremo iudicij die coram aeterno in- 
dice me accufes, qui de Geometria et fl:udijs tam multa conculi, amico in aeterni- 
tatis negotio defuifle. Jnterim non amare folum te pergam, icd etiam prccibus 
afliduis tuam a Deo falutem expofcam. Vale. 

Tu US in Chrifto feruus 
And. Tacquet e Societate Jefv. 

Antuetpiae 7. Julii ') 1 660. 



4) Peut-être Fouvrage suivant: 

Viftorie van Roomen over Genève in 't fluck van 't aen-roepen en eeren der Heylighen. 
Behaelt door het fweert des glieefts 't welck is het woort Godts. Ephes. Cap. 6. vers 17. Door 
den Eerw. P. Cornélius Hazart, Priefter der Societeyt Jefu. T'Antwerpen by Jan Cnob- 
baert. 1660. in 8°. 

5) R. P. Martini Becani Societatis Jefu Tlieologi Manuale Controverfiarum liuius Temporis in 
quinque libros diflributum ad inviftiffimum et facratifllmum Imperatorem Ferdinandum II. 
Auftriacum Catholicae fidei Delenforem. Herbipoli. Typis ac funiptibus Joannis Tolmari ac 
Michaelis Dolli. Anno mdcxxii. in-4^. 

■5) Martinus van der Beeck (Becanus) naquit en 1561 à Hilvarenbeek et mourut à Vienne, 
le 24 janvier 1624. Entré chez les Jésuites en 1583 , il enseigna la théologie à Wurtzbourg, à 
Mayence, et, depuis 1602 , à Vienne. Il était docteur es arts et en théologie et publia beau- 
coup d'ouvrages de controverse. 

") Quoique Tacquet date sa lettre du 7 juillet, il est clair qu'elle est la réponse à celle de Huy- 
gens dii- 3 août (la Lettre N°. 766')-, Tacquet se sera trompé de mois. 



Io8 CORRESPONDANCE. 1660. 



N= 7d8. 

C. Brunetti à Christiaan Huygens. 

8 AOÛT 1660. 



La lettre se trouve à Leideii^ cuil. Iluygens. 

a Paris le S. Aoufl: 1660. 



Monsieur 



Jl y a long temps que ie me fuis donne l'honneur de nous efcrire ') et de uous 
donner aduis de mon arriuée a Paris; mais comme ie uiens d'apprendre de Monfieur 
du Gas -) que Monfieur Elzeuir , a qui i'auois efcrit par le mcfine ordinaire qu'a 
uous , luy mande qu'il eft en peine de moy n'en ayant eu point des nouuelles de- 
puis mon départ de Roterdam , i'ay refolu de uous efcrire ces deux lignes par la 
uoye du mefme Monfieur de Gas , craignant que les autres que i'ay enuoyées Am- 
plement par la porte foyent perdiies , dont i'aurois grand regret. Je uous mandois 
par celles la le contentement que Monfeigneur le Duc de Luynes auroit de uous 
uoùer en ces pays, ou ie luy auois dit que uous uiendricz auee les AmbafTàdeurs; 
et bien que la mort du feu Monfieur de Belair 3) ayet caufè pour ainfy dire une dif- 
perfion de plufieurs Géomètres et Aftronomes qu'y uenoit , on auroit trouuè pour- 
tant le moyen de uous en faire uoir quelfques uns des plus eftimez et principale- 
ment Monfieur Pafcal qui a une eftime toute particulière pour uous ; et quand il 
n'y auroit que Monfeigneur le Duc +) , uous y auriez autant de fiitift'aftion pour ces 
fortes de fciences, qu'auec les meilleurs Profefl^eurs; Venez y donc le plus tofl: que 
uous pourrez ; uous priant de me faire l'honneur de me le faire içauoir de 5) que 
uous ferez arriuè a Paris. J'auois mis une lettre pour Monfieur Vofllus, dans celle 
que ie uous efcriuois et ie uous fuppliois d'auoir la bonté de la luy faire tenir, et d'en 
auoir la refponce. Jl m'auoit fait la faueur de me dire qu'il m'auroit fait faire une 
copie de toutes les figures qu'il a de la Chine, et qu'il m'auroit fait aufl^y la faueur 
de me les enuoyer. Je luy efcriuois donc que cette copie deuoit feruir pour Mon- 
feigneur le Duc de Luynes le quel fuhaittoit de les uoir le plus toft qu'on pourroit , 
et que pour cela ie le priois de prendre encor un peintre a fin de les depefcher uit- 
tement , fans efpargner aucune defpenfe , et de me faire de plus la faueur de me 
faire fçauoir a qui i'aurois pu enuoyer l'argent ou s'il uouloit que ie le luy fifl"e 
tenir par Monfieur Elzeuir de Lcyden. C'eft pourquoy Monfieur ie uous fupplie 



'j Voir laLettre N°. 757, écrite le 26 juin 1660. 

-} 15runetti parle ici de du Gast, voir la Lettre N'. 687 , note i . 

3) Consultez la Lettre N°. 6Z-J. 

t) Louis Charles d'Albert, duc de Luynes. Voir la Lettre W. 470 , note 3. 

5) Lisez: dès. 



CORRESPONDANCE. ï66o. I09 



très humblement de luy faire fçauoir tout ce qui ell arriuè et de luy faire mes très 
humbles baifemains ; et en cas que uous n'ayez reccùe la lettre que ie luy efcriuois 
ie uous prie de m'en aduertir afin que ie puiffè luy efcrire de rechef, uous luppliant 
cepandant de fair en forte que cette copie foit faite lans retardement et de le prier 
de ma part et de l'afllirer que ie luy en feray infiniment obligé. Je n'ay point de nou- 
uelles a uous donner, fi non que l'entrée de la nouuelle Reyne '') dans Paris, le 
retarde tout iour, c'eft pourquoy vous pourriez y arriuer a temps pour la uoir; 
Je fuis Monfieur auec toute la pafllon imaginable 
Monsieur 

Voftre trefhumble et cres obeiflant feruiteur 

l'Abbé CosiMO Brunetti. 
A Monfieur 
Monfieur Christianus Vgens de Zulichem. 
pofte a la Haye. 

d'Hollande. 




N= 769. 

Christiaan Huygens à Leopoldo de Medicis. 
13 août 1660. 

La copie se trouve à LeiJeti, coll. Huygens. 

I.cnpiilJo (le Bfedicis répondit par le No. 781. 

La lettre a été imprimée dans les Lcttere Inédite. Tome H. 

Sereniffimo Principi Leopoldo ab Hetruria. 
Sereniffime Princeps 

Vigiliolas illas noftras'), quae in tuo nomine apparuerunt bénigne a Cclfitudine 
Tua exceptas fuifie abundc perfpexi ex ijs literis, quas ad Doftifllmum Heinfium 
noflrum crebro dare folet Vir Illuftriflimus Carolus Datus. Ncque id Iblum, fed 
et bene augurari de fl:udiis meis Celfitudinem Tuam ex levi illo Ipecimine -'^ meque 



■') Maria Theresia, fille de Filippo IV, Roi d'Espagne, et d'Elisabeth de France, naquit à l'Es- 
curial le 10 septembre 1638 et monrnt le 30 juillet 1683 à Versailles. Lepjuin 1660 elle 
épousa Louis XIV. 



') Huygens désigne ici son Systema Saturnium. 

^) Ces quatre derniers mots de la lettre imprimée ne se trouvent pas dans la copie. 



CORRESPONDANCE. 1660. 



fubinde iis ornare laudibus quibus ne in perpetuum indignus habear fummopere 
mihi verendum fit. Non commictendum itaque putavi quin de tam propenfa erga 
me voluntate atque affeftu gratias agerem Tuae Celficudini, obnixeqiie rogarem, 
uc eam mihi quamlibet immerito perpetuam felicitatem efle patiatur. Cerce 
patrocinio Tuo Princeps Celfiffîme vel maxime hoc tempore me indigere fentio, 
poftqiiam validi adeo aduerfarii s) Scriptum "^^ illud meum impetere mihique 
negotium facefîere coeperunc, quorum faftione ne vel in jufl:a caufa fuccum- 
bere cogar, nominis Tui auétoritas facile impcdiet. Jam nunc in manus Tuae 
Celfitudinis venifTe audio opufculum -^ quod collacis operis fabricarunt adver- 
fus fyftema meum Pater Fabri cum Euilachio illo Romano artifice, atque idem 
brevi quoquc hue perlatum iri Clarifllmus Datus fpem fecit. Quo dum perve- 
niat, meamque defenfionem Celfitudo Tua viderit, non finit aequitas ejus, ut 
quicquam contra me pronuntiatum iri metuam. Intelleétis autera illorum ob- 
jcftionibus fortafl^e non difficile erit reperire quid ad illas refpondeam. imo ut 
fpero clarins quoque poil ejufinodi ventilationem veritas Hypothefeos meae elu- 
cefcet. Nihil admodum puto mihi objicient nifi de iplarum fide obfervationum , 
atque id ipfum non video quam bene, nam fi telefcopiis fuis comitem Saturni con- 
ipicere pofllmt, etiam reliqua phaenomena haud aliter le habere, atque a me def- 
cripta finit, invenient. Si vero illura non vident, longe inferiora meis elfe, quae ipfi 
habent, fateantur necefle eft, atque adeo etiam in reliquis obfervationibus plus ") 
nobis fidcndum. In Anglia quidem et comitem jam pridem cernunt, et Saturni phafes 
eafdem prorfus quas ego (etiam meis nondum vifis) dclinearunt, nifi quod Zonam 
in Saturni difco obfcuram paulo aliter collocant. Verum de his pluribus diflîerendi 
occafio erit, ubi quae moliti fimt adverfitrij infpexero. Intérim mihi gratulor, quod 
et ipfi Celfitudinis Tuae judicium fi.Tbire veriti non fuerint, a cujus nunc arbitrio 
totius noilrae controverfiae exitus pendebit. Hoc efl: ab ore Judicis gravifïïmi, 
aequiflimi atque intclligentiflimi, qui ut diu nobis fiiperfl:es maneat merito fiimmum 
numen veneror. 



Sereniffimae Celfitudinis Tuae Addi6liffimus 
et Obfequentiffimus 

Chr. Hugenius Zulichemius. 



Dabam Hagae Comitis 
iq. Augufti 1660. 



3) H. Fabri et Enstachiiis de Diviiiis. 

^') Syftema Satiirnium de Chr. Huygens. 

5) Brevis Annotatio. Voir la Lettre N°. 765, note i. 

") On trouve ce mot dans la lettre imprimée , tandis qu'il manque dans la copie. 



CORRESPONDANCE. 1 66o. 



N= 770. 

R. F. DE Sluse à [Christiaan Huygens]. 

13 AOÛT 1660. 

Ln lettre se troure à Leide», coll. Ilnrgens. 
Elle a été publiée par C. le Paige dans le Bull, dt Bibliogr. T. 1 7. 

Nobiliffime Domine 

Quamuis non libenter ftudia Tua interpcUem, quae in publicam vtilitaccm 
cedere non ignoro, tamen commitcendum non duxi quin Te eorum parcicipcm 
facerem, quae hefternis liceris ex Italiâ accepi. Scribitur ad me Euilachium illum 
Diuinum, telefcopiorura artificem, operâ Patris Honorati Fabri Societatis Jefli 
adiutum, dato typis libello ') Syftema tuum Saturnium conuellere conatum cfTe. 
OfFertur etiam exemplar, magno tanti itineris compendio, cum molis non maioris 
fit, quam quod Tabellario cum Epiftola committi valeat. Itaque fi libellum non- 
dum acceperis, operam ofFero quâ ad Te peruenire poffit. Scribe igitur quid fieri 
velis, ec fimul annon Illufl;ris Viri Domini de Wic ev^^ixara "), quorum fpem fece- 
ras , haélenus lucem viderint; meque confl:anci afFeftu crede 

Vir Nobiliffime 

Tui Obferuantiffimum 

Renatum Franciscum Slusium. 

Leodij 13 Auguili \66o. 



') Brevis Annotatio. Voir la Lettre N^. 765 , note i. 

=) Voir les deux Lettres de J. de Witt, citées dans la Lettre N". 597, note i. 



CORRESPONDANCE. 1660. 



N° 771. 

C. Brunetti à Christiaan Huygens. 

19 AOÛT 1660. 

La lettre se trouve à Lciden, coll. Huygens. 

fi Paris ce 19. Aouil: 1660. 
Monsieur 

Je ne nous efcris que deux lignes pour nous dire que i'ay receu voftre lettre ') , 
et que ie nous attend a Paris auec impatience: Vous pourrez me faire fçauoir uoftre 
arriuée, a l'hoftel de Luynes. J'ay receu une lettre ") de fon AltefTe le Prince 
Leopol; Jl y s) une page in folio qui nous regarde, et ie nous aiïeure que Son Altefle 
parle de nous auec une eftime fi grande qu'afleurement uous en ferez très fatiffait 
quand uous la lirez. Je uous en aurois enuoyè une copie '*) fi ie ne croiois pas que 
cette lettre ne uous pourroit pas trouucr en Hollande. Son Altefle n'a point receu 
de nos lettres, il a feulement receu uoflre liure le quel il dit, efl:re admirable; Je 
n'ay pas le loifir de uous efcrire dauantage; fi uous n'efi:ez pas encor parti, ie uous 
prie de faire mes très humbles baifemains a Monfieur Vofllus et de le fupplier de ma 
part d'auoir la bonté de trouuer en quelque manière qui ce foit ces figures de la 
Chine. J'ay le plus grand regret du monde qu'on l'ayc trompé de la forte: Enfin 
il faut bien prendre garde a qui l'on fe fie. 

Je vous iupplie de croire que Je fuis ueritablement 

Monsieur 

Voflre tref humble et très obeiffant feruiteur 
l'abbe Brunetti. 

A Monfieur 
Monfieur Christianus Vgens de Zulichem 

a la Haye. 




') La minute de cette lettre de Chr, Huygens à C. Brunetti maiiqne dnns nos collections 

-) Elle est datée du 22 juillet i(î6o. 

3) Ajoutez: a. 

'*) Brunetti n'envoya cette copie ft Clir. Huygens que le 1 1 novembre. 



CORRESPONDANCE. 1660. II3 



N= 772. 

R. F. DE Sluse à Christiaan Huygens. 

20 AOÛT 1660. 

Ln lettre se trouve à Le'ulen^ coll. Huygens. 
Elle a été publiée par C. le Paige dans le Bull, di Bibliogr. T. 17. 

Nobiliffime Domine 

Libcllum de que fcripferam iam ad te pcrueniffè ') gaudeo fed illud m agis nihil 
in eo continerj quod Syllematis Tuj fundamenta conuellat. Prodeat itaque, cum 
bono Deo Apologia qiiam moliris; et caetera quae promonendis Geometriae fini- 
bus elaborafti. Vallifij "), Fermatij 3), Heuratij '*) libres adeo non vidi, vt ne édi- 
tes quidem efle hacteniis fciuerim. Verfari enim me in ea vrbe non ignoras in quâ 
fimiliam amoenitatum librj vel rar6 vel nunquam comparent. Dabo intérim operam 
vt ad me perferantur, et propofitiones, qiias innuis ') iimul conferam: atque vti- 
nam eodem tempore tuis inuentis etiam potirj poïïe '), quae vtrifque , fat fcio, liib- 
tilitatis palmam praeripient. Feb'x intérim iter in Galliam Tibi precor, vbi Te 
Viris illis dodtis fore expeftatiffimum mihi perlliadeo. Vale Vir amiciflîme ab eo 
qui animitus efl 

Tuj obferuantiffimus 
Renatus Franciscus Slusius. 



Dabam Leodij 20 Augulli \66o. 



') Il résulte de ce passage que Chr. Huygens a répondu à la lettre de de Shise du 13 août (la 

Lettre N°. 770). Cette réponse manque dans nos collections. 
^) L'auteur désigne l'ouvrage, „J. Wallis Tractatus II de Cycloïde." Voir la Lettre N°. 690, 

note 3. 
3) Voir les deux ouvrages de P. de Fermât cités dans la Lettre N°. 754, notes i et 2. 
■*) Voir la Lettre N°. 587, note 5. 
5) Lisez: pofîèni. 

Œuvres T. III. " 15 



114 CORRESPONDANCE. 1660. 



N= 773- 

J. Chapelain à Christiaan Huygens. 
26 août 1660. 

La lettre se trouve à Leiden , coll. Huygens. 
Elle est la réponse au No. 764. Chr. Huygens y répondit par le No. 775. 

Monsieur 

il n'y a pas moyen de s'empefcher de vous efcrire après auoir leu le Liurec ') 
dEuftachio de Diuinis fur voflre Syftemc de Saturne. Je me doutois toufjours bien 
que cette Montagne enfanteroit vne fouris, et en vous attaquant il ma moins furpris 
quil ne ma fait rire. Mais le principal Aïïàillant n'efl: pas celuy qui eft entré fur les 
rangs. Il n'a ferui que de couuerture au Dofteur °) qui a fort pauurement imaginé 
qu'il eftahliroit fa réputation fur la ruine de la voftre. Cette prefomption n'efl: digne 
que de la propre férule dont il chaftie les incongruités de fes grimaux. L'interefl: 
qu'Euftachio a dans ce procès n'efl: autre que d'empefcher que vos defcouuertes ne 
defachalande fa boutique et ne defcrie les lunettes qu'il fait, lefquelles il main- 
tient meilleures que les voftres, d'où il tire vne confequence que puifque les fien- 
nes ne font point voir dans le Ciel ces phafes qui vous y apparoifl"ent parles voftres 
il faut de neceflîté que les voilres foient faufl"es, et que ce que vous dites fur leur 
fôy ne foit pas vray; Sophifme dont il ne faut pas grande fubtilité d'efprit pour en 
delmefler la fallace. Car fuppofant fes lunettes du moins aufll bonnes que les vof- 
tres il conclut qu'elles leur font préférables par ce quelles font plus longues dvn 
pied ou deux comme fi la feule longueur fuffifoit pour cela, et que la bonne ou 
mauuaife fabrique des verres ne fift pas l'eflfentiel de leur perfeftion ou de leur 
imperfeftion. Aufll fon attaque efl: elle friuole et il l'a falù ibuftenir pour l'em- 
pefcher d'eftre dabord repouffée par vn Syfteme de nouuelle inuention que ce 
galant homme aflin-e qui fatiiïera auec facilité aux diuerfes apparences de cette 
Planette bizarre. Et je vous ^^ que iur cette vanterie je fufpendis mon efprit pour 
Quid dignum tanto ferret promiflr)r hiatu. En le lifant touteffois j'eus honte de 
meftre attendu a quelque chofe. Ces cinq Lunes les fuperieures defquelles 
efloient lucides, et les inférieures incapables de réfléchir la lumière me iemblerent 
vne chimère des plus monftrueufes fans aucun veftige naturel qui purt appuyer ce 
fonge dvn veillant qui a plus de foin de fe contenter que de contenter les autres : 
Ceft à dire que cela fe deftruit tout feul et n'a pas befoin pour tomber quon luy 
donne le moindre branfle, et vous vous en defferes en vous jouant. Vous en pou- 



') Brevis Annotatio. Voir la Lettre N°. 765, note i. 
-) Honoré Fabri. Voir la Lettre N'^'. 752, note 3. 
3) Ajoutez: avoue. 



CORRESPONDANCE. 1 66o. II5 



lies neantmoins tirer profit pour rinuifibilite du limbe de voflre Anneau par laiup- 
pofition de ces lunes tenebreufes que Dieu, dit il, peut auoir créées d'vne telle 
matière que fans ceflèr deflre opaques elles ne réfléchiront point la lumière. Et 
c'eft dommage que cet Autheur n'eft de plus grand poids pour vous pouuoir pre- 
ualoir de fa conceflîon en faueur de ce limbe que vous fuppofés auffi qui ne réflé- 
chit point la lumière, ce qui efl: caufe quon ne le voit point en certaines fituations. 
Nofl:re excellent Amy '*) me mande que vous y refpondés s). J'en fuis aife principa- 
lement pource que cela vous donnera lieu d'illuftrer dauantage vofl:re doftrine fil 
vous efl: venu de nouuelles penfées defllis, ou dautres objeftions a reibudre. Nous 
attendons auec bien autant d'impatience le Traitté de Ihorloge a pendule am- 
plifie"), que vous aurés apparamment acheue durant le temps qui vous efl: re- 
uenu de bon par le retardement du voyage de Meflieurs vos Ambafl^ideurs. Vous 
aures bientofl Monfieur Boulliau a la Haye ") mais vous ne ly retiendres guère 
■par ce qu'il médite vne courfe vers Monfieur heuelius. Si vous perfiftés dans le 
defltèin du voftre vous contenteres bien des gens et plus que perfonne moy qui fuis 
auec paflion 

Monsieur 

Voftre trel humble et trelbbeilTant femiteur 
Chapelain. 
De Paris ce 26. Aouft 1660. 

A Monfieur Monfieur Christianus Huggens. 

A La Haye. 



'*) Nikolaas Heinsius. 

5) Hiiygens écrivait alors sa Brevis Assertio, pour réfuter !a „Brevis Annotatio" de de Divinis. 

Voir la Lettre N°. 782 , note 2. 
") Chapelain désigne ici le Horologium Oscillatoriuni. 
") Boulliau vint à la Haye en octobre 1660, et n'en partit que le 27 janvier 1661. 



Il6 CORRESPONDANCE. 1660. 



N" 774- 

p. GuisoNY à Christiaan Huygens. 

27 AOÛT 1660. 

La lettre se trouve à Le'iden , coll. Huygens. 

Monsieur 

Vous aurés fans doute receu le paquet, que ie vous enuoiay ') il y à trois femai- 
nes en droiture en Hollande pour vous être plutôt randu, ou vous aurés trouué la 
lettre imprimée ^) du Père Fabry & d'Euftachio contre votre liure de Saturne 
maintenant que le Prince ^) & l'Académie +) l'a veûe, & qu'il y à nouuéle alTurée 
de ce qui s'y efi: pafle, ie n'ay pas uoulu manquer de profiter de ce courrier, pour 
vous en donner âuis. Ces Meffieurs pour fe conuaincre fenfiblement, firent drefTer à 
Florence vn cors artificiel de Saturne & vn cercle à l'entour aueq la propor- 
tion de leur diamètres & autres circonftances que vous aués décrites; ils le mi- 
rent en fuite la nuit au milieu de 4. flambeaux en quarré qui l'cclairoient & 
fe mettans dans certaines dillances & certains afpefts l'obferuoient aueq 1. lu- 
netes, l'une de fû Torricellj & ie ne fây quelle autre: en forte que aueq la moins 
bonne on voioit 3. cors feparés, & aueq la meilleure ils uoioient le cercle tout 
continué. Ils ne furent pas contans de céte ingenieufe expérience, mais le lende- 
main épreuuerent le même en rafe campagne dans un beaucoup plus grand eloigne- 
ment; & la même chofe leur reiififTant comme la nuit, ils conclurent de la fauflîeté 
des obieélions du Père Fabry & d'Euftachio. ny l'un ny l'autre n'ont pas encore 
appris ces nouuéles, que le Prince à écrites à un Gentilhomme s) de mes amis, qui 
m'a prié d'en garder le fecret, jufqu'a ce qu'il eut permifTion de Son AltefTe de les 
publier: mais m'alTeurant que vous les receures en confidance autant qu'il le faudra 
& jufqu'a tant que ie nous recriue, ie n'ay pas uoulu vous difllmuler fj long temps 
la iôyc que i'en ay eue, & vous priuer de la fatilTaétion que vous en deués retirer, 
de là ie conclus quelque choie de plus que la vraifTemblancc de vôtre fyfteme, & la 
bonté de vos Lunetes par defllis celles d'Euilachio, qui font deux argumens à faire 
enrager un jour icy vos Autheurs ^). Je vous enuoïe les 1. obferuations 7) de Sa- 
turne, qui furent faites à Florence (fi ie ne me trompe) le mois de mây dernier, 
qui confirment parfaitement vôtre penfée: voiant dernièrement Eullachio ie ne 
manquay pas de luy en parler, fâchant qu'il les auoit eiies, il ne put s'empêcher de 



') Voir la Lettre N^ 765. 

=) Brevis Annotatio. Voir la Lettre N°. 765, note i. 

3) Le Prince Leopoldo de Medicis. 

**) L'Accademia del Cimeiito. 

5) Probablement Micliael Angelo Ricci. Voir la Lettre N°. 40a , note 3. 

*) Guisony désigne Enstachius de Divinis et le Père H. Fabri. 

'') Voir, pour ces denx observations de Saturne, les deux figures à la tin de cette lettre. 



CORRESPONDANCE. 1660. I 17 

me dire que la preuention de vôtre cercle en auoic donné à imaginer à ces Me(- 
fieurs, & qu'aueq des meilleures lunetes il n'obferua rien icj' de iemblable; quoi- 
que ie fày que la perfonnc aueq qui il regardoit, Juy dit plufieurs fois de uoir fur le 
cors du planète l'ombre que la portion du cercle y deuoit produire. & telle que 
ces MefTieurs ont décrite, me donnant carrière de difcourir aueq liberté, ie luy 
parlay de leur ftile piquant, & du reproche qu'ils vous faifoint couuertement 
d'être d'une autre religion qu'eux, aueq cella ie luy proteftay d'auoir ueu dans Mars 
ce que vous en écriués: il haufla les épaules à tout mon difcours, & me témoigna 
que céte manière de repondre et ces reproches luy auoient deplû, & que quant 
à Mars il n'en auoit point fait aucune exaélc obferuation pour pouuoir combatre 
ou approuuer les voftres. toute fa pique ne confiftc qu'a vos paroles touchant les 
ombres de fon Scheme (quas ut opinor de fuo adiecit ^) il croioit en cella que ion 
honneur étoit en compromis touchant la bonté de fes Lunetes, & qu'il païïeroit 
dans l'efprit d'un chacun pour un obferuateur imaginaire: ie luy repondis pour le 
remetre un peu, que vous difiés vray, & qu'étant neceffairc de faire parétre les 
cors, il leur auoit terminés les bords par des ombres, comme demande la perfpec- 
tiue, & qu'il auoit ajouté cella du fien. enfin pour finir court, & le Père & luy font 
fort contrits, & autant que l'en voie & que i'en apprands l'un & l'autre fouhaite- 
roient que leur lettre n'eut jamais été imprimée. Nous n'auons icy de nouueau 
qu'un traité de Dioptrique 9) du Comte Manzinj Bolonois '°), que ie vous aurois 
enuoïé s'il n'eût été un peu trop gros pour être ietté à la porte, & fi i'eus fceu que 
vous eulïïés entendu la langue du pais dans laquelle il efl: conccu. on nous parle d'un 
traité de maximis & minimis ") imprimé à Florence par un ") de ces Melïïeurs 
de l'académie, mais il n'efl pas encore arriué icy. Euflachio m'a fait uoir une 
lunete de criftal de roche, fon elFeft eft le même que celluy des verres ordinaires; 
il efl fort en pcne d'une inuention pour faire tenir en l'état qu'il faut des Canons 
de 50, 60 pieds, & encore dauantage pour trauailler des lunetes de toute longueur, 
il auoûe qu'après auoir trauaillé les verres, il ne iauroit les ajuiler dans le tuyau 
comme il faut; n'oubliés pas ce point, quand vous ecrirés votre Dioptrique, fi vous 
auéz quelque art pour cella. Remarqués un peu dans le ir. Caraéterc de leur lettre 
l'Image du moine, qui donne la benediéfion à un pénitent &c. au refte fi vous leur 



') Dans le Systems Satiiniium , à la page 37 , on trouve les mots : 

Taies antem & Euftachius de Divinis notavit anno 1646, 1647 &. 1648, à qiio editnm 

fchema ad niim.ioliic exliibulmns. Ilque ciim praeftantiffimiis perfpicilloriim artifex liàbeatiir, 

credibile eft omnium emendatilîimè nativam Saturni faciem nobis defcripfiHe, nifi qiiod um- 

bras illas qnae in fchemate apparent, de fuo, ut opinor, adjecit. 
^) L'Occliiale all'occhio, Dioptrica prattica. Ant. Carlo Antonio Mancini. Bonon. 1660. in-4°. 
'°') Carlo Antonio Mancini naquit vers la fin du seizième siècle à Bologne, où il mourut en 1637. 

Il était noble et Docteur es sciences, et fonda TAccademia de Vespertini à Bologne. 
") De Maximis et Minimis Geometrica Divinatio. Voir la Lettre N°. 739, note 3. 
'-) Vincenzo Vivian!. Voir la Lettre N°. 733, note 3. 



Il8 CORRESPONDANCE. 1660. 



repondiés , prenés garde d'en venir aux iniures & de toucher à la religion, car ce 
feroic leur foûhait & à vos Hures un obil:acle d'être ueus en Italie, par ce qu'ils 
tairoient agir l'inquilition; ie connois maintenant l'air du païs &c. dabord après 
les plùyes i'efpere de partir pour Naples, s'il y à quelque chofe quj mérite d'être 
(ceu de vous, ou qu'a mon retour à Rome ie trouue quelque chofe de nouueau tou- 
chant vos interells, ie ne manqueray pas de vous en faire part, & de vous témoi- 
gner toufjours aueq quelle paffion ie fuis 

Monsieur 

Vôtre très humble & très obeiflant feruiteiir 

GuiSONY. 

A Rome le 27. d'aouft 1660. 






A Monfieur 
Monfieur Christian Hugens de Zullichem 

fur le plain 
12 A la Haye en Hollande. 

N" 775. 

Christiaan Huygens à [J. Chapelain]. 

2 SEPTEMBRE 1 66o. 

La lettre, la minute et la copie se trouvent à Leiden , coll. Huygens. 
Elle est la réponse au No. 773. 

A la Haye ce 2 Septembre 1660. 
Monsieur 
Je me crois heureux routes les fois que je recois des marques de voilre ibuvenir 
et afFeftion, ibit par celles que vous me faites l'honneur de m'efcrirc , foit par la 
mention que vous faites de moy dans vos lettres a noilre Eccellent amy '), les 
quelles il me communique toutes, et je n'en voy pas une ou il n'y ait quelque ligne 
et quelques termes obligeants qui me concernent. Avant hier il m'apporta celle du 
16 Aouft-), qui par la date feule me fait veoir comment dans ce grand bruit que 

') N. Heinsius. 

-} C'est la Lettre M". 773 ou bien une lettre de Chapelain à Heinsius de la même date, qui a i^té 
imprimée par M. Pli. Tamizey deLarroque dans les Lettres de Jean Chapelain, 1883, tome II, 
page 92; dans cette dernière lettre, toutefois, Chapelain ne fait que renvoyer Heinsius à sa 
lettre à Chr. Huygens. 



CORRESPONDANCE. 1660. 



119 



l'entrée du Roy ^^ ce jour la a fait dans Paris, vous n'avez pas laifTè de vaquer avec 
beaucoup de tranquillité aux eftudes, et a la contemplation de mon S^'fteme Satur- 
nien et des objeftions que l'on ■*) y a faites a Rome. Mefme vous en avez efcrit une 
parfaite réfutation, qui me fait prefque regretter la peine que j'ay prife d'en faire 
une plus longue 5). Car certainement Monfieur ces adverfaires la ne méritent pas 
tant. Vous avez très bien remarqué tout l'eftat de la controverfe, comme auffi les 
caufes qui les ont meu a s'oppoiér a mes phaenomenes. Sur tout cela j'ay fait dans ma 
refponfe les mefmes reflexions que vous, et je croy qu'après qu'elle fera publiée, l'on 
ne doutera point ny de l'impudence du Lunettier ny de l'ignorance du bon Père 
Fabry. Je fçay défia qu'a Florence l'on efl: fcandalizè de leur procédé, et quant a la 
vérité de mon Hypothefe, ils en demeurent plus perfuadez que jamais, voyant 
que l'on n'y trouue a redire que des chofes fi frivoles. Tellement que le Sieur 
Carlo Dati efcrivit a Monfieur Heinfius, che tutti erano Hugeniani. A propos de 
cecy je vous diray que par ce mefme Sieur Dati, qui efl: le correfpondant de 
noftre amy, j'ay fçeu pour quoy le Prince Leopold n'avoit point refpondu a ma 
dédicace. A fçavoir par ce que je n'avois pas envoyé avec mon livre une lettre de 
ma main; Son Altefl^e n'ayant pas accoufliumé de faire refponfe a ces autres im- 
primées. Voyla comment par ignorance j'ay fait une faute, de la quelle pourtant je 
n'avois garde de me douter, puifqu'aufll toil que le Prince eulT: receu mon livre, il 
fit efcrire par ledit Sieur Dati qu'après l'avoir examiné il me refpondroit; ce que 
je ne fcay pas encore comment il a entendu. Touteffois après avoir receu ce dernier 
avis, j'ay efcrit aufll toft ^), et je m'attens a cet heure a quelque compliment ') de 
la part de Son Altcfle de qui tout le monde loue la grande civilité. Je me fuis aufli 

tout a fait reconcilié avec Mon- 




fieur Hevelius qui m'a envoyé ^) 
une obfervation s*) de parelies 
très remarquable qu'il a faite 
luy mefme, parce que outre les 
deux foleils a coflié du vray, il 
y en avoit un au deiïlis, (comme 
vous voyez dans cette figure) 
lequel a la fin fe changea en une 
partie de cercle, touchant par 
dehors l'autre cercle ou cou- 



■') C'est le 26 août 1660 que Louis XIV fit son entrée à Paris, à l'occasion de son mariage. 

'') Huygens désigne ici Eustachio de Divinis et le Père Fabri. 

5) Voir la „Brevis Affertio." 

«) Voir la Lettre N°. -(><). 

7) Voir la Lettre N°. 781. 

8) Voir la Lettre N°. 758. 

*) Voir la planche, vis-à-vis de la page 94, 



CORRESPONDANCE. 1660. 



renne qui contenoit les parelies , et eftoit coloré tout de mcfme. Ce foleil et arc 
d'en haut m'a donné le plus de peine a en trouuer la raifon, et m'a auffi beau- 
coup rejoui après l'avoir déchiffrée. Il y a eu toute la mefme choie en l'obfervation 
Romaine de l'an 1630, de la quelle j'ay trouuè l'entière defcription dans la 
lettre ") de Scheinerus à Monfieur GafTendi, et mefine j'ay aflez bien reftituè la 
figure qui y manque. 

Le traité de l'horologe ' ') efl achevé il y a long temps , mais il n'y a pas moyen 
de le faire imprimer devant mon voyage, lequel a ce que je croy fera dans 15 jours; 
de forte que ce fera tout fi je puis faire achever ma refponle aux Annotations 
Romaines '-). 

J'ay veu dernièrement voflre Ode '^^ pour la Paix et le Mariage du Roy qui 
m'a plu infiniment, et en efFeft elle furpalTe de beaucoup trois ou quatre autres , 
quoy que des plus renommez de vos poètes, que l'on nous envoya en mefme 
temps, eflant et plus dodte et plus également fouftenue, et enfin plus élégante 
pour la beauté et abondance d'invention. NofTire amy eft juge plus compétent 
que moy en ces matières, mais a ce que j'ay pu remarquer il eftoit du mefme 
fentiment. Nous rifmes un peu enfemble avanthier de veoir Monfieur Ménage 
dans noftre gazette, pour la belle elegie "*) qti'il a faite a Monfieur le Cardinal. 
Sed de his pluribus coram. Je ne me rejouis pas peu quand je penfe au bonheur 
que j'auray bientoft de vous veoir avec Meffieurs de Monmor, Conrart, Pafcal 
et tant d'autres perfonnes illuflres. Pour Monfieur Bouillaut j'ay peur qu'il ne 
parte environ le mefme temps que nous , et qu'ainfi il ne m'efchappe ''). Je (lus de 
tout mon coeur 

Monsieur 

Voltre trefliumble et trefobeiiltint ferviteur 

ChR. HuGi"NS DE ZULICHEM. 



'^) Voir la Lettre N°. 695, note 8. 

") Huygens parleici de son Horologiiim Oscillatorinm, qui ne parut qu en 1673. 

'") Iluygens désigne ici la „Brevis Aflertio", sa rétutation de l'ouvrage „Brevis Annotatio". 

Voir les Lettres Nos. 765, note i, et 782, note 2. 
'3) Cette Ode de Chapelain n'a pas été publiée. 
'■*) Cette Élégie de Ménage n'a pas été publiée non plus. 
'^) C'est ce qui semble être arrivé en effet: Boulliau quitta Paris le 3 octobre et Huygens partit de 

la Haye pour Paris le 12 du même mois. 



CORRESPONDANCE. 1660. 



N. Heinsius à C. Dati. 

3 SEPTEMBRE 1 660. 

La lettre a dté publiée dans „Claronim Bclgarum Epistolae. T. 1." ') 

Viro Clariffimo Carolo Dato Nicolavs Heinsivs S. P. D. 

Poftremis meis fignificabam, Vir Clariflîme, Euftathii Divini libellnm "), & tra- 
ditum mihi, & a me Hugenio efTe exhibitum, eumque iam refponfum s) parare. Ab 
illo tempore refponfi hiiius edirio promovcri non potuit , quod typographus totus 
occiiparecur in abfolvendis duobus aut tribus aliis libris ">■), quos Nundinis Franco- 
furtenfibus mox celcbrandis proftare vénales cnpiebat. Poft diem alterumquc ta- 
men defungetur hoc labore, & Hugenianae Apologiae 3) manum admovebic, 
quam hoc menfe ad Te mittendam fore non dubito, una cum Euftathiani libeHi -) 
nova editione : hune enim fuae defenfioni cenfet addcndum Hugenius , quod cius 
exemplaria apud nos non extent. Egit amicus noftercaufam lliam, ut video, per 
literas Sereniffimo Principi Leopoldo inicripcas s^, & paucis patrocinio caufae iiiae 
defungitur, cum neget adverfarii fui argumenta operofae refutationis indigere, qui 
de tuenda Telefcopiorum fuorum auftoritate fit potiffimum follicitus. Quare Patrem 
Ricciolum longe magis fibi formidandum opinatur, ad quem literas ") daturus eft, 
ut eius fuper Syitemate fuo Saturnio fententiam exploret. Accepi nudius tertius 
Parifiis a loanne Capellano, viro eximio , epiftolam 7), qua narrât Euiîathii libel- 



') Ce recueil porte le titre: 

Clarorvm Belgarvm ad Ant. Magliabechivm iionnvllosqve alios Epiftolae Ex Autliogra- 
phis in Biblioth. Magliabecliiana, quae mine Publiea Florcntinonim eft , adfervatis defcrip- 
tae. Tomvs Primvs (et Secvndvs). Florentiae. mdccxlv. Ex Typograpliia ad Insigne Apollinis 
in Platea Magni Ducis. Superionim Permiflii. in-8°. 

-) Heinsius désigne ici la „Brevis Annotatio" de Eiiftacliio de Divinis. Voir la Lettre N°. 765, 
note I. 

3) Huygens répondit, à la fin de septembre, par sa „Brevis Allertio". Voir la Lettre N°. 782, note 2. 

"t) II s'agit de: 

Verhael in forme van Journael, van de Reys ende 't Vertoeven vanden feer Doorluchtiglie 

ende Maclitige Prins Carel de II, Coningh van Groot Brittanniën &c. Welcke Hij in Hol- 

landt gedaen lieeft federt den 25 Mey tôt den 2 Junij 1660. In 's Gravenliage by Adriaen 

Vlacq. MncLx. Met Oétroy van de Heeren Staten van Hollandt ende Weft-Vriefland. in-folio. 

et de la traduction française : 

Relation en forme de Journal du voyage et du séjour de Charles II. Roy de la Grande Bre- 
tagne en Hollande depuis le 25 May jusques au 2 Juin 1660. La Haye. Adr. Vlacq. 16(10. in- 
folio. 
Ces ouvrages sont renommés pour leurs magnifiques planches, gravées par P. Philippe. 

■) La „Brevis Aflertio" est écrite sous la forme d'une lettre adressée au Prince Leopoldo de 
Medieis. Voir la Lettre N°. 782 , note 3. 

'5) Nous ne possédons pas dans nos collections cette lettre de Huygens à Riccioli. 

'') Sur cette Lettre dej. Chapelain, datée du 26 août 1660, consultez la note 2 de la Lettre 
N°. 775- 

Œuvres. T. III. 16 



CORRESPONDANCE. 1660. 



lum iam in Gnllias perlatum paucos approbatores invenire. In Nafone meo lente 
omnino feftinanc typographi. Notac tome primo a me additae, cum finem nunc fpec- 
tent, maiorcm diligentiam & feftinationem fperare me in poilerum iubent operae, 
lie ut augurer Decenibri menfe omnia ^) abfolvenda fore. Quando curae mihi erit, 
ut cxemplaria confellim nonnuUa Florentiam ad Te deftinentur, inter amicos divi- 
denda; quorum bina Viris nobiliffimis Carolo Strozae ») & Andreae Cavalcanti '°), 
meo nomine tune tradas velim, quod illi ftudia haec mea pro viridi "J) orna- 
verint promoverintque ; eorumque alter ex Bibliotheca fua inftruéliffima membra- 
nas nonnullas Nafonis fcripta complexas conceiïerit mihi utendas, alter Arte Na- 
fonis Amatoria in membranis exarata me donarit. Obertus Gifanius '-) in Indice 
Lucretiano/s^ locum Naibnis non unum caftigat atque emendat ex vetuftis codici- 
bus, quibus fefe ufum affirmât. Nunc cum ex Gronovio noftro dilcam, Bibliothecam 
eius Oeniponri extare pênes filium , loannem a GifFen ''*), five Gitanium didum , 
Ducis Ocnipontini '') Confiliarum, indagari a Te velim , ufufne impetrari poiTit 
illorum, quae Obertus olim ex fcriptis Ovidii Codicibus coUegit, aut ipfarum 
etiam membranarum, fi ipfae membranae pênes haeredem etiamnum exilent: 
fueruiit enim pracllantiiîimae notae codices illi. Si Oeniponti notum habes ncmi- 
nem,pcr Illullriffîmum Virum loannem Friquetum '") Caefaris apud nos Oratorem, 



■") Le troisième volume porte la date de 1661. Voir la Lettre N°. 596, note 9. 

'') Carlo di Tommafo di Simone Strozzi naquit le 3 juin 1587 et monrut le 27 mars 1670. Il fut 
comte Palatin, Chambellan ecclésiastique et militaire du pape Urbanus VIII; il était connu 
comme amateur d'antiquités. 

'°) Andréa Cavalcanti, homme de lettres distini!;ué et poète italien , vécut à Florence, et mourut 
le I décembre 1673. 

") Lisez: viribus. 

'") Hubert van Giffen, naquit en 1534 à Biiren (Giieldre) et mourut le 26 juillet 1604 à Prague. 
Reçu docteur en droit en 1 567 à Orléans , il y fonda une bibliothèque germanique , passa en- 
suite en Allemagne et enseigna le droit à Strasbourg, à Altorf et à Ingolstadt. En 1592 l'empe- 
reur Rudolf le fit conseiller et référendaire de TEmpire. Il avait épousé la fille du pasteur de 
Strasbourg, Johann Marburg, et laissa une fortune considérable, ainsi que beaucoup d'ouvrages. 

'3) Titi Lvcretii Cari de Rervm Natvra Libri fex. 7U1 pollremam <~)berti Gifanii |. C. emenda- 
tionem accuratiffimè reflituti. Quae praetereà in hoc opère (int praeftita, pagina poil dedica- 
tionem indicabit. Lvgdvni Batavorvm, Ex Oflicina Plantiniana. Apud Francifcum Raphe- 
lengium. cloloxcv. in-8°. 

■'')J()han van Giffen, fils de Hubert van Giffen, était conseiller intime du Duc d'Innsbruck; 
il s'adressa en 1660 an Roi de France pour demander un privilège et une donation, afin de 
pouvoir publier des œuvres posthumes de son père, au nombre de 17. 

'5) Ferdinand Cari, fils de l'Evêque de Strasbourg et de Passau Leopold V et de Claudia de 
Medicis, naquit le 17 mai 1628 et mourut le 30 décembre 1662. Il était Archiduc d'Inns- 
bruck, et épousa, le 10 juin 1646, Anna de Medicis, sœur cadette de Leopoldo de Medicis. 

"') Jean Friquet, Bourguignon, était diplomate: il mourut en août 1(166. D'abord au service 
d'Espagne, il passa avant 1642 dans celui de l'Autriche, prit part à diverses missions diplo- 
matiques, et fut envoyé à la Haye, en juin 1658, d'abord incognito, puis ouvertement accré- 
dité, enfin comme résident. 



CORRESPONDANCE. 1660. I23 



mox Viennamprofeftiirum, rem rentabo: lam enim fecundae Nafonis editioni ador- 
nandae nonnulla coepi colligere '7). Habui nupcr liceras a Langermanno ''^) nollro, 
quibus niinciat falucafle fe Reginam Chriilinam Hamburgi nunc viventeni , meiquc 
mentionem non feniel ab illa faâram. Leidae niuko tempore non fui : poft dies tamen 
duos trefve illuc excurram , ut Golium fuper promiffis Pythagoricis "-') urgeani , 
fi poffim, & expugnem. Abfuit ille a Civitate iampridem, dum otium indulgent cani- 
culares feriae; nunc tamen domum reverilis efle dicitur. Habes liic cpiftolium, quod 
Clariffimo Cultellino =°) tradas velim. Ad Bigotium "), quem Romam iam profcc- 
tum opinor, fcribam proxime. Quantum ex Langermanni literis coUigo, Vrbicii "") 
exemplar Regina fecum ex Italia avexit, Scheffero -s) tradendimi: nihil igitur ne- 
cefTe, ut libellus denuo defcribatur. Intellexi nuper Patavii editum efle Oiibaiii in 
Aphorifmos Hippocratis Graecum commentariolum -+), quem haftenus videre 
non potui. Heniichium =5^ in Procli Ipheram "-'') cum Plinio, & Pighii ") Annali- 



''') Cette nouvelle édition a déjà paru en 1666. 

'8) Sur Lucas Langermann consultez la Lettre N°. 652, note 14. 

■9) Il s'agit ici d'un manuscrit Arabe que J. CtoHus devait envoyer avec la traduction a C. Dati. 
Ce manuscrit avait été traduit par J. Elichmann et admis à la lin de l'ouvrage décrit dans la 
note 12 de la Lettre N°. 65 2, avec le titre: 

Pythagorae Avreorvm Carminvm Arabica paraphralis, cvm Latina verlioiie. Auétore Joli. 
Elichmano H.D. [Lugd Eat. 1620'J. in-4°. 

-°) Voir la Lettre N°. 652 , note 9. 

= ') Voir la Lettre N°. 480, note 4, 

-^) Onofandri Strategicvs. Sine de Imperatoris Inllitutione. AcceKt Ouq^ ix'.ov enic/iôsviia. Ni- 
colaus Rigaltius P. Nvnc primvm è vetvftis codd. Graecis publicauit, Làtinâ interpretatione 
& Notis illuftrauit. Lvtetiae Parifiorvm. Apud Abrahamum Saugrauium, & Guliehnum des 
Rues, via Bellouacenfi. clo.Ia.xcix. Cum Priuilegio Régis Cbriftianiss. in-4°. 

-3) Jau Jans. Scheffer, fils de Jan SchefFer Junior, naquit le 20 août 1617 etmourut avant 1670. 
Il prétendait appartenir à la famille des SchefFer, imprimeurs à Mayence, et avait lui-même 
une imprimerie „den Goeden Herder" à Amsterdam. Il épousa en 1637 Levina van Roy 
et en 1643 Maria de Gulikker. 

=^*) Oribafii Medici Clariflîmi Commentaria in Aphorifmos Hippocratis haclenus nô uifa, 
loannis Guinterij Andernaci Doftoris Medici induflria, uelut è profundilTimis tenebris eruta, 
& nunc primum in Medicinae ftudioforum utilitatem aedita. Bafileae. Ex officina And. 
Cratandri. 1535. in-8°. 

=5) Georg Henisch naquit à Bartfelden (Hongrie) le 24 avril 1549 et mourut à Augsbourg le 
31 mai 1618. En 1575 il fut nommé lecteur en mathématiques et logique au Gymnale St. Anna 
à Augsbourg, dont plus tard il devint le recteur, ainsi que bibliothécaire de la ville: il épousa 
une fille du célèbre médecin Christoph Wyrsung. Il a donné plusieurs commentaires et était 
lexicographe connu. 

-'') Georgii Henifchii B. Medici et Mathematici Avg. Commentarius in Sphaeram Procli Dia- 
dochi: Cui adiunftus efl: Computus EcclefialHcus, cum Calendario triplici, & prognolHco 
tempeftatum ex ortu & oecafu ftellarum. Avgvftae Vindelicorvm. Typis Davidis Franci. 
Anno M.DCix. in-4°, 

-7) Steven Wijnandts Pigghe, neveu de l'archidiacre d'Utrecht Albert Pigghe, naquit vers 1520 
à Kampen et mourut le 18 octobre 1604 à Xanten. Après un long séjour à Rome, il rentra 



124 CORRESPONDANCE. 1660. 



bus -") feporui ad Te miccendos. Vellem de pluribus moneres , uc fafciculus confici 
pofTec. Vale & me , quod facis , araa Tui longe ftudioliiîimum. 
Dabam Hagae Comitum mdclx. a die m Septembris. 



N= 777. 

Christiaan Huygens à [C. C. Rumi>hius '}]. 

9 SEPTEMBRE 1 660. 

La pièce -) et la copie se trouvent^ à Lcideii , coll. Huygens. 

Ucrumque devicandum eft , ne vel fimilis malis fias , quia multi funt , neve inimi- 
cus multis quia diffimiles funt. 

Vircuce et eruditione ornatiffimo Viro Domino Chriftiano Conftantino Rumphio 
olim iludiorum Ibcietate conjunéto, nunc diverfa féliciter colenti , benevolentiam 
et amorem hifce teftatum voluit 

ChR. HUGENIUS DE ZuLICHEM. 

9. Septembris \66o. 

N= 778. 

A. CoLvius à Christiaan Muygens. 

9 SEPTEMBRE 1660. 

La lettre se trouve à Leidoi , coll. Huygens. 

Monsieur 
J'ai elle en doubte fi ie vous prefenteroy cet Almanach cy ioinct; parce qu'il ne 
meritoit point vollre veiie. Mais parce que le compilateur d'icelui, s'eil fervy par 



en 1555 dans sa patrie, tiit durant 14 ans le secrétaire du Cardinal Granvelle, puis gouver- 
neur de Karl Friedricli , fils aîné de Wilhelm, duc de Clèves. Après la mort de celui-ci, il 
devint clianoine, professeur et commissaire de St. Victor à Xanten. 
8) Annales magiftratvvm. et provinciar. S. P. Q. R. ab. vrbe. condita. incomparabili. labore. et. 
indvftria. ex. avftorvm, antiqvitatvmq. variais monimenteis. fvppleti. per. Steplianvm. 
Vinandvm. Pigbivm. Campenfem. In.qveis. reipvblicae. mvtationes. poteftatvm. ac. imperio- 
rvm. fvcceflîones. afla. leges. bella. clades. victoriae. nianibiae. atq. trivmpbi nec. non. inlvf- 
tria, ftemmata, familiarvmq. propagines, ad. annos. et. tenipora. fva. redvcvntvr. Opus non 
folum Hilloriae Rom. Artiumq; liberalium (ed etiam omnis humani luris & antiqui Poli- 
teumatis ftudiolis vtiliflimum. Antverpiae. Ex OtTicina Plantiniana. Apud Joannem Moretum. 
M.D.xcix. in-folio. III. Vol. 



') Cbristiaan Constantinus Rumpbius naquit à la Haye en 1627 et fut inscrit en 1643 comme 
étudiant en lettres et en médecine à Leiden. Il s'établit comme médecin à Leiden et accom- 
pagna en 1672 les ambassadeurs hollandais en Suède. 

-) Apparemment une page d'album. 



CORRESPONDANCE. 1660. I25 



mon adreïïe de voftre Syftema Saturnium, et qu'il en faiél mention, i'ai hazardé de 
vous envoyer ceci. Ne fufTe aufïï que par cette occafion de vous offrir mon fer- 
vice. Je ne doubte que voftre efprit ne vole continuellement parmy les eftoiles, 
et qu'avec le temps vous nous en donnerez plus claire ouverture. Ces vers d'ovi- 
de ') m'aggreent fort. 

Faelices animae quibus haec cognofcere prima 
Jnque domos fuperiim fcandere cura fuit : 

Credibile eft illos pariter vitijique iocifque 
Altius humanis exeruilTe caput. 

Je trouve Manile en ces Aftronomiques -) admirable, notamment en les pré- 
faces et digreffions. Mais en leur temps cette noble fcience eftoit encore fort in- 
cogneûe. Philolbphia nunquam fenefcit, inquit Boethius^). Seneca: Eleufis fervat 
quod oftendat revifentibus '*). Praecipuum in rébus humanis omnia vidifîè animo, 
et qua nuUa major viftoria, vitia domuifte s). C'eft ce que vous faites, par deflus le 
commun, lurpafTant en vos flèuriftantes années, tous les viellards, et les accomplis. 
Je prie Dieu de vous maintenir par longues années en parfaifte fanté. Saluant de 
finguliere aifeftion Monfieur voftre tres-noble Père ie demeure 

Voftre tres-obligé et tres-humble (erviteur 

A. COLVIUS. 

De Dordrecht 
ce 9. de Septembre 1660. 
Mijn Heer Mijn Heer Christiaen Huijgens van Zulichem. 

s' Graven-Haghe. 
Port. met een roUetien. 



■) Ovidius, Faftorum Lib. I, vers iç)/ — 300. 

*) Ouvrage d'abord publié par Regioraontanus en 1 572, et dont il y a eu ensuite grand nombre 
d'éditions. Probablement Colvius a fait usage de la suivante: 

M. Manill Aftronomicon a jofepho Scaligero ex vetullo codice Gemblacenli infinitis 
mendis repurgatum. Eivfdem Jofepbi Scaligeri Notae, Quibus auetoris prifca aflrologia ex- 
plicatur, caftigationum caunàe redduntur, portentofae tranrpofitiones in eo auftore antiqui- 
tns commidae indicantur. Ex Oflicina Plantiniana, Apvd Chriftophorvm Raplielengivm, 
Academiae Lugduno-Batauae Typographum. clo.lo.c. Cum Priuilegiis. in-4°. 

3) Nous n'avons pu trouver cette citation. 

'*) Voir Natur. Quaell, Lib. VII; cap. 30, § 6.' 

5) Voir Natur. Quaeft. Lib.JII; Praef. § 10. 



10.6 CORRESPONDANCE. 1 66o. 



N" 779. 

J. Wallis à Christiaan Huygens. 
10 septembre 1660. 

La lettre se trouve à Leiiien, coll. Huygens. 
Elle est la réponse aux Nos. 736 et 759. 

Accepi, Vir Nobiliiîime, binas a Te literas (akeras pridie Calendas Aprileas al- 
téras 15 Julij datas) quibiis haftenus nihil refponfi dedi: partim ob varias apud nos 
indies mutationes, quae animiim alib avocârunt; partim quia nihil habui, nec dum 
habeo, quod Te dignum judiceni, impertiendum. Ne tamen ingratus videar, aut- 
negleftCis arguar, refcribendum utciinque duxi. 

Priores quod fpectat, quafqiie inibi memoras literas ') tardiùs ad Te quam vellem 
datas; id liinc evenifle intelligo, quod quas ego Oxoniae eo qui indicatur die (crip- 
lerim, Londini apud Bibliopolam aliquandiu haerebant; Ced nec inde etiam ad Te 
eâ quam fperabam diligentia perferebantur. 

Judicium vero quod de me meifque feceris, quanto candidius fit quam quod 
tulerint Galli, pofteriores quas mififti literae notum faciunt. Quam autem memoras 
Narraùonem Examinis -), non illam priùs videram, aut de illa inaudiveram quic- 
quam, (neque ex nollris quem fcio aliquis) quam Tu illam miferis. Literas vero 
quas ea memorat, non aliae funt quam quarum ego in libro edito mentionem fece- 
ram; (fi faltem unam excipias, quae hoc faltem petebat, ut indicare vellent nimi 
priores accepiffent.) Ad quas omnes quum mihi ne tribus quidem verbis quicquam 
refponfi dederint, (fcd neque Examen illud, quod me fpeélabat maximo,tranImitti 
curabant;) mirabar equidem; nec imputabam tamen (aliter, quam nudâ fafti narra- 
tione) me magis fortafie quam par erat fuifl^e negleftiun. Quum vero in literis tan- 
dem Domini Carcavij tum ad Te 3), tum ad me ■+), (in pofi:erioribus tuis hue tranf- 
miffis) tantas tragoedias excitari video, quamque fit irae impotens Vir Nobiliffi- 
mus; mirari l'ubit, quas fibi Iblent Nobiles Galli loquendi formulas indulgere, 
quâmque a noitris diverfas! (nifi forlan triobolarem me nebulonem putaverint; 
quem eapropter corripiant quod Gallos aufim compcllare.) Quicquid fit, negli- 
genda certe mihi videntur ifthaec omnia. 

Non moror enim quod ex Dettonvillio me defumfifîe infinuet, quae de Cycloide ') 
fcripferam; quum jamdudum Illuftriffimum Brounkerum tellem advocaverim, qui 
per aliquot menies antè legerat ifthaec omnia prout nunc extant fcripta, ('quodque 
amplius ell, integrum ille calculum a capite ad calcem feverè examinaverat,) et 
magnam etiam (fi memini) partem, prius imprefi^a, quam prodijt illud Dettonvillij 

') La Lettre N°. 690. 

-) Le Recitderiixamen. Voir la Lettre N°. 560, note 32. 

3) Voir la Lettre N°. 754. 

•t) Consultez la note 7 de la Lettre N°. 754. 

5) Voir la Lettre N°. 754. 



CORRESPONDANCE. I 66o. I 27 



opus. Neque fiuim illiid ex a.dveri'o mentiri me ^ me quicquam movet. Non novit 
me, Vir Nobiliffimus, nec mores meos, qui hoc impingic. 

Quinam autem fint Errores illi, quos in meo fi va Hobbij Elencho,'^') five Infinito- 
rum Arithmeticâ'^ ^ve\ me vel amicorum meorum aliquem (utrum enim vult, non 
iacis afTequor) fafîùm cïïè afîèrat Robervallius, ego non intelligo; aut, quis fit ille 
amicorum. (Sed nec intelligo quid hoc ad Rhombum; Quid ad Cycloidem ifta?) 
Nondum enim adhuc mihi confcius fi.nn, errorem ullum Geometricumme admifiiïc 
in utrovis libro, nedum fafllmi efl^e. (Sed nec in alijs ame editis; unum illud fi 
excipias quod in Epifliola ^) ad inuftriffimum Brounkerum quae fcriptis in Meibo- 
mium praefigitur revocavi). Sed neque memini me ad Robervallium fcripfifll; un- 
quam, (aut ad me illum,) utut de illo nonnunquam ad alios icripferim: (unicam fal- 
tem fi excipias Epifl:olam quam ob'm Gafiendo, eove abfente Robervallio, indilFe- 
renter infcripferam;quam perijfi^e autumo; vel, fi exfliet, nihil fane horum continet, 
aut etiam continere potuit;) ut mirum fit, quid ille ex literis mets ad Roheryallhmt 
fcrtptîs potis fit depromere quod hue fpeftet. Sed mittamus ifl:a: et, quae de Torri- 
cellio diéta fi.mt: aliaque quae fequuntur. Quorum nihil, credo, eftquodTemoveat. 

Ad hafce vero Carcavij literas nihil haftenus relpondendum putavi, aut etiam- 
num puto. Non, quod NobililTmium Virmn neglexerim: fed, quoniam, quum eo 
ilylo fcriptae fint qui non admoduni deceat ingenuos viros, cuique vix refponderi 
polTe videatur quin in aperta jurgia delabamur; condonare malim Nobilifilmo Viro, 
ultra quam par eft effervefcenti, quam irritare. (quod et literis ad Digbaeimi 
Equitem Parifios fcriptis infinuavi). 

Quid intérim fit, cur Pafcalium a Dettonvillio videatur diftinguere, non intel- 
ligo : Hos enim pro eodem (Te primum indicante) haftenus habui. Sin erratum 
fit, erroris fontem habes. 

Fermatij quem memoras libellum novum s*) nuper vidi; quo eandem, quam prius 
tum noftri tum veftri etiam curvam aequaverant reétae, contemplatur. Quas autem 
in Difl^ertatione fua curvas alias inde derivatas et reftis comparatas, fpecie diverfas 
exiftimat; non aliae fiint (aut ego admodum fallor) quam ejufdem curvae aliac at- 
que aliae partes '°). Jn primaria fiquidem, deorfinn continuatâ, reperientur iccunda 

tertia aliaequc in infinitum. Reéta utique axi primariae parallela, quae indedifi:at - 

lateris refti, defignat punftum quo incipit fecundaria (deorium in infinitum conti- 
nuanda:) quaeque ab hac tantimdem diftat, tertiam oftendit; quaeque tantundem 



'') Voir l'ouvrage cité dans la Lettre N°. 260, note 5. 
') Voir l'ouvrage cité dans la Lettre N". 228 , note 2. 

>*) On trouve cette lettre à Brouncker dans l'ouvrage décrit dans la Lettre N°. 5 1 2 , note 3 h. 
") Sur cet ouvrage consultez la Lettre N°. 754, note i. 

'°) En effet, les courbes dont de Fermât donna la rectilieation sont des arcs d'une même par 
bole semicubique. 



CORRESPONDANCE. 1660. 



ab hac, quartam: et fie deinceps. Quod ubi examinaveris, facile deprehendes. 
Quod et literis ad ]3igbaeum Equitem fcriptis demonftravi. 

Schotenij nortri mortem doleo. 

Quae de Cifibide '') ipfe fcripferis, lubenter videro. 

Qnid Slufius praeftitir, ignoramus; neque enim quos miferis libres nafti fumus. 

Quae de Domini Pauli Nelij tubis fcifcitaris; partim, credo, Illuilriffinras Broun- 
kerus tibi coràm indicavit; parcim, fpero, ubi in Angliam trajeceris, aûroTr»;? vide- 
bis. Intérim Vale, Vir Nobiliflime, Tuoque faveas 

Oblervantiffimo, deditiffimoque 
JoH. Wallis. 
Londini , Augufti 3 1 . 

1660. 

Quae pofthac ad me mittere dignaberis, infcribas licet Domino Samueli Thom- 
fon '-), Bibliopolae Londincnfi in Caemiterio Paulino: nam DominusUnderhill '^^ 
mortuus eft. 

Dominum Dicas '+) (cui dicis libros miiïbs fuiiTe) quaerebam, fed Parifijs jam 
agere intelligo; Collega fuus Martinius '•'^), negat (laltem non agnofcit) le acce- 
pifTe libros ullos mihi infcriptos. 

Eruditiffimo Nobiliffimoque Viro, 
Domino Christiano Hugenio de Zulichrm, 
xn. Hagae Comitis. 

N" 780. 

C. Daïi à N. Heinsius. 

14 SEPTEMBRE I 66o. 

La lettre se trouve h Leiden, coll. Biirwnn. 
La copie ') se trouve à Lehlen , coll. Iliiygeiis. 

Mio Signore e Padrone Singolariffîmo 

Congiunta auera Vortra Signoria la benigna, e cortefe rifpofla al Signor Criftiano 
Vgenio del Sereniffimo Principe Lcopoldo Mio Signor -). la qualc le (ara inuiaca 

") C'est la pièce N°. 483 , que Clir. Huygciis avait offerte à Wallis dans la F^ettre N°. 736. 

'-) Voir la Lettre N°. 690, note 8. 

'■>) Voir la Lettre N°. 560 , note 7. 

'•*) Dicas était libraire à Londres, près de Temple-Bar. 

'5) John Martyn, libraire éditenr, demeurait à Londres hors de Temple-Bar, „at the Bell", 



') Elle est de la main de Chr. Huygens. 
-) C'est l'Appendice N°. 781. • 



CORRESPONDANCE. 1660. I29 



con qiiefla mia dal Signor Fenoni Agence del Sereniffimo Gran Duca di Tofcana 
in Amfterdam. Jo l'afficuro che Sua Altezza ha in qnella ftima, che fi conuien 
maggiore il ualore del Signor Vgenio, e che quefti Signori Académie! benche 
amatori fpaffionati del uero, fono parzialiffimi del Siflema Saturnio da lui mcïïb in 
luce. E fi corne ammirano Tingegno di lui nell' opère pubblicate, cofi femprc 
n'attendono délie più ammirabili. 

Spero fra poco d'inuiare l'ofTervazioni fatte da quefti Signori intorno al Siftema, 
corne anche intorno al Pianeta di Saturno medefimo. Non tralalcero di dirle che non 
fono in Firenze fenon trè libri del Signor Vgenio, benche infiniti lo defiderino, 
e lo ricerchino per qualfiuoglia prezzo, ma inuano. Rifpondero per altra uia 
lungamente a Voftra Signoria la proffima. Fra tanto la prego a riuerire ofTequiofa- 
mente in mio nome il Signor Vgenio e il Signor Vofllo, e a confcruarmi l'onore 
délia fija gratia. 

Di Voftra Signoria Mio Singolariffimo Padrone 
Seruitore diuotilTimo et obbligatiffimo 
Carlo Dati. 



Di Firenze li 14 Settembre 1660. 



N= 781. 

Leopoldo de Medicis à Christiaan Huygens. 

14 SEPTEMBRE 1660. 

appendice au N°. 780. 

La lettre se troiire à Leideii, coll. Huygens. 

Elle est la réponse au No. 769. Chr. Huygens y Tdpondtt par le No. 788. 

Elle a Été publiée dans les Lcttere Inédite, T. II. 



Signor Cristiano Vgenio. — AU' Aga. 
Signor Chriftiano Vgenio. Ben era ragionc che con non ordinario aggradimento 
fulTe damericeuto il libretto inuiatomi da Voftra Signoria foprail fiftemadj Saturno 
che quantunque piccolo contiene in fe una gran' dottrina, et una piena cognizionc 
délie macerie Aftronomiche, e Geometriche, congiunta ad una accuratiifima dili- 
genza nell' oiïeruazione délie cofe Celefti. Fu per tanto letto da me con la douuta ap- 
plicazione, et ammirai in uero il peregrino concetto dell Ipotefi, che da Voftra Sig- 
noria fi coftituiua del Pianeta di Saturno, et confelTo che a prima uifta, come cofa che 
non haueua fimilitadine con alcun' altra nelle apparenze celefti , mi tenue quai che 
poca ibfpelb, ma pero fentendo la forza délie ragioni addotte da Voftra Signoria, cor- 
Œuvres. T. III. 17 



I30 



CORRESPONDANCE. 1660. 



roborate da ofTeruazioni fatce con Occhiale perfetro, afpettaiio con defiderio dj potere 
con akro di fimil' perfezione, e con perfone ueramente intelligent] ofTervare, et con- 
fiderare nell' ifteïïb Pianeta corne ne tornauano le apparenze : Finalmente ne è for- 
tito l'intento, haucndo ricento dal Diuini inlîeme con il fuo libretto un occhiale di 
moka perfezione di braccia 1 5. e ^. délie noftre, adoprandofi con la lente, et il fere- 
niflimo Gran Duca ') mio IlluftrilTimo et fratello ne hà trouato altro fra i fuoi di 
braccia 18 ") che é migliore ancora di quello del Diuini, benche non gran' cofa; fi 
chc con eftremo gufto hauiamo in alcuni pochi giorni potuto ofTeruare il Pianeta; et 
quanto haueremo ofleruato , et fi ofîeruerà in alcunj giorni apprefîb , fe l'Aria non 
impedita da Nuuoli ne lopcrmetterà, lo inuiero a Voflira Signoria con ogni fincerità. 
In tanto le dico chc fi è ueduto il Pianetino , dal che Vofi:ra Signoria potrà in parte 
argumentare la bontà de noftrj Occhiali, et la poïïb accertare, che niuna cofa per 
ancora, che repugni al fuo Siftema fi è da noi ofl^eruata. Hauendo noi incontrato, 
nel far fabbricare 11 Cannocchiali di grandezza non ordinaria, nelle folite diffi- 
cultà di grauezza poco maneggiabile , 6 nel uoler farfi dj niateria leggiera nell' al- 
tra del brandire , et facilmente piegarfi , ne facerarao in principio uno con una ma- 
chinetta afllii maneggiabile , ma poco appreflb fouuenne un modo di formare un 
Cannochiale ad Anton' Maria s), fratello del giâ Paolo del Buono 'f), credo, noto a 
Voftra Signoria, molto peregrino, et facile ad adoprarfi, potcndofi uedere ancora le 
rtelle nel nofl:ro Zenit , come hauiamo efperimentaco. Jl difegno di queflio ho fti- 
mato conueniente inuiare a Voitra Signoria, fperando non iblo che le deua piacere, 
ma che fe ne ualerà, come ogni altro che uorrà ufare di uetrj, che richieggono Can- 
nochiale dj fimile , e maggiore grandezza de nofi:rj , hauendo fra le altre fue qua- 
lità quefto nuouo modo di poterfi fare con non moka difficultà di quale fi fia lun- 
ghezza , e tutto di un pezzo. Jntorno a quello Vofl:ra Signoria fcriue inpropofito 
delli oppofitori al fuo fillema del libretto a me dedicato , io la poflb accertare délia 
rtima grande che fo délie qualitâ, e dottrina di Vofl;ra Signoria, e di un affetto 
particolare uerfo la di lei perfona, e di un' defiderio grande di riconofcere la 
uerità in ciafcheduna cofa , come ho determinato che fia la principale maffima dj 
una Accademia di molti Virtuofi, che quafi ogni giorno fi radunano auantj di me, 
fenza appafllonarfi non folo aile oppinioni altruj , ma ne meno aile proprie; fi che 
Vollra Signoria puô fi:ar ficura di trouare in me quella corrifpondenza che defi- 



') Le Grand Duc de Toscane, Fernando II. Voir la Lettre N°. 236, note 2. 

-) Suivant A. Fabroni, ce télescope est celui que construisit Torricelli. 

3) Antonio Maria del Buono, iic à Florence vers 1630, était fabricant d'instruments de phy- 
sique. II se rendit très-utile à l'Académie del Cimento, dont un des principaux membres 
était le troisième frère: 

Candido del Buono, né à Florence le 22 juillet 161 8 et mort à Campoli le 19 septembre 
1676. Il était abbé à Campoli, inventa un aréomètre et a construit un appareil pour mesurer 
la densité de la vapeur. 

*^ Voir sur Paolo del Buono la Lettre N^. êçy , note 6. 









f Smei-d tnAi^aifire AàuéMa U i/iMrt (jrMii(S 




li . ^vet te-ifi cne. tiem 
HrAte Ce. jel ^niceffe- 

M 9erne AeitrAidceMt^ «-se j 
ÎW.UICA kiMa /2^c, 



CORRESPONDANCE. 1660. I3I 



dera, et non mancherb di motiuarle quanto ne farà ofTcruato Copra il fuo fiftema , 
6 a fauore di eflb, 6 di dubbi fopra il medefimo, dichiarandomi perô di non 
efler giiidice atto a determinare Ibpra le lue dottrine, ma defiderofo d'imparare 
dalle fue opère uirtuofe. et qui con tutto l'animo le auguro ogni maggiore fé- 
licita. &c. 

Al Piacere di Voflra Signoria 

Il Principe Leopoldo. 
Di firenze Li 14 7'^^ \66o. 



N= 782. 

N. Heinsius à C. Dati. 

I OCTOBRE 1660. 

I.a lettre a été publiée dans „Claroriim Belgarum Epistolae T. i." 

Viro Clariffimo Carolo Dati Nicolavs Heinsivs S. P. D. 

Ad omnes Tuas, Vir clariffime, quatuor, nifi fallor, fuerunt, iampridem re- 
fpondi, ac Hugenii noftri epiftolam ') Sereniffimo Principi Leopoldo tradendam 
mifi. Nunc cum pluribus Tecum agere velim, interventus amicorum, & tabellarii 
difcefiùs me circumveniunt. Itaque differre fcriptionera, quara Tibi copiofiffimam 
parabam, cogor. Hugenius refponfionem fuam una cum adverfarii libello typis com- 
mifit -). Suae refponfionis =') exemplar ad Sercniffimum Principem hic mittit*); de 
adverfarii libello nihil necelTe fuit, nifi Te fuperfluis expen fis onerare vellet. Ipfe 
in procintu fiât, Gallias aditurus cura Oratoribus noflris, hibernaturus Lutetiae. 
Cum Marucellio s^ ut familiaritatem contraheret, auftor illi fui, idque fefaéturura 
fpopondit. Séx iam funt hebdomades, quod ad Te fcripfi, & poftea fcriptionera 
iteravi: nunc tertium fcribo. Hoc volebara nefcius ne elfes. Vale, meura ac Mufa- 
rum decus. 

Dabam praecipiti manu. Hagae Comitis mdclx. primo die Oftobris. 



') La Lettre N°. -6g. 

-') Consultez la Lettre N°. 765, note i. 

3j ChrifHani Hugenii Zulicliemii B'reuis Aflertio Syftematis Satvrnii fvi. Ad Sereniflînium 

Principem Leopoldnm ab Hetruria. Hagae-Comitis, Ex Typographia Adriani Vlacq. Anno 

Domini m.dc.lx. in-4°. 

Dans la même année , cet ouvrage a été réimprimé, in-8°, à Florence. 
*) Huygens y ajouta la Lettre N°. 783. 
5) Francefco Marucelli naquit à Florence en 1625 et mourut à Rome le 25 juillet 1713. Reçu 

docteur à Pise, il se fit prêtre, devint abbé de deux riches abbayes aux environs de Naples, et 

se forma une bibliothèque dont il composa un répertoire en [ 1 2 volumes in-folio. Elle existe 

encore à Florence sous le nom de Biblioteca Marucelliana. 



132 CORRESPONDANCE. 1660. 



N" 783- 

Christiaan IIuygens à Leopoldo de Medicis. 

30 SEPTEMBRE 1660. 

Appendice au No. 782. 

La minute se trouve à Leiden , coll. Huygens. 

Leopoldo de Medicis répondit par le No. 802. 

La lettre a été imprimée dans les „Lettere Inédite, 1773." 

Sereniiîimo Principi Leopoldo. 

Vix eae litterae, quas ad CelfitudinemTuara 1 3. Augufti dederam '), difceiïeranc, 
cum diu expeftams Euftachii de Divinis libellas Ilkiftriffimi Dati opéra hue perve- 
nic. Perlegi itaque illum continue, & ne cauflae meae deefTe viderer, defenfio- 
nem -) paravi quam typis exculam ea qua par elt veneratione Celiicudini Tuae hic 
fiilo ofFeroque. Libellum quoque ipfum cui refpondeo una excudi curavi ^^ non 
extancibus apud nos exemplaribus, fed cum hifce adjungcre fupervacuum duxi. 
Vererer equidem, Princeps Sereniffime, velitationibus huiufmodi otio & attentione 
tua abuti, nifi compertum haberem quam non invitus aures commodare foleas de 
veritate difceptantibus, noviffimumque etiam patientiae illius documentum effet , 
quod longiores aliquanto refponfione mea Euftachii annotationes expendere digna- 
tus fis. Non dicam iam quales eae mihi vifae fint, quoniam ex refponfo meo abunde 
liquebit. At ego quam refte judicaverim , atque utrum quae obiefta fueranc, refu- 
taverim necne, totum id Tuae Celfitudini fummorumque virorum quibufcum hifce 
de rébus communicare interdum folet, fententiis definiendum relinquo. Enini vero 
profpera omnia fperare me jubent nonnullorum doéliffiraorum hominum litterae, 
qui vifo tantum Euftachiano 'EAfy;:ç;y, nec ignorantes bonam partem ab Honorato 
Fabri fubminiftratam effc, gratulantur mihi, quod qui Romae etiam ingenio&doc- 
trina plurimum valerc creduntur, nihil aliud quod in fyftemate meo reprehende- 
rent, reperirint. Quin imo & fubpoenitere jam hos operis lui Intel ligo, & fi fîeri 
polfet, infeftum malle : fed ob haec praejuditio gravari adverfixrios meos apud Celfi- 
tudinem Tuam nolim, cujus fincerum minimeque praeoccupatum judicium anxie 
expefto: neque enim tam viftoriae conquirendae quam veritatis aflerendae cauffa, 
quam me inveniiïe confido, defenfionem iftam confcripfi. Suadebant aliqui, ut 
eadem opéra, etiam quae ab aliis nonnullis adverfus fyftema faturnium motae efl^ent 
difficultates, publiée examinandas fumerem. Sed & nullae, quae quidem ullius 
momenti eflent, hue ulque in manus meas forte venerunt, & fi veniiïènt, longiori 



') La Lettre N°. j6^. 

-) Voir la Lettre N°. 782, note 2. 

3} Voir l'édition citée dans la Lettre N°. 765, note i. 



CORRESPONDANCE. 1 66o. I33 



tavnen operi accingi me vetabat inftans quotidie iter in Galliam, quod occafione 
legationis, quae hinc illo mittitur, fufcipcre conftitni. Et forfan haec quoque 
pauca licet prae feftinatione minus exafta erunt; ied tamen utcunque adverfarios 
iuffeftura exillimo, quorum fcriptum ipfum quoque nefcio qui cumukuario opère, 
ac raptim contextum videcur. Spero autem ubi bonis avibus profeftione illa de- 
funélus, utque in pacriam reverfus fuero, alia quaedam quae iam efFefta habeo, me 
in lucem edicurum, quae & utilitatis plus habitura fint, dignioraque futura Celficu- 
dinis Tuae confpeftu, cui intérim enixe me commendatum cupio, ac faurta omnia 
adprecor. 

Christianus Hugenius. 



Hagae Comitis 30. Septembris lo'^o. 



N= 784. 

Christiaan Huvgbns à J. Hevelius. 

4 OCTOBRE 1660. 

La ettrc se trouve à Londres, Britis/t Muséum. 
Elle est la réponse au No. 758. /. Hevelius y répondit par sa lettre du l'août 1661. 

Ampliffimo Clariffimoque Viro Domino J. Hevelio 
Chr. Hugenius S. P. 

Ad gratiirimas tuas die 13 Julii ad me datas liaftenus refponllun dilluli, ex- 
fpeftans donec quae hic vides ') una mittere poflem ne ftiidia tua et maxime ierias 
occupationes bis interpellare opus effet. Quae adverfus fyfiiema meum Romac con- 
fcripta excufaque fuerint, denuo hîc excudi curavi, ne deeflent exemplaria quae 
tibi alijfque amicis impertirem, quia defenfionem meam vidifle non erat iatis, nifi 
et adverfariorum fcriptum, adverfus quod eam paravi, prius infpiceretis. De utro- 
que igitur Vir Amplilfime fententiam tuam opperiar: qui quanto plus candori fideique 
meae tribueris, quam Antagonilles ille, liquido nunc animadverto. Nunquam enim 
eo prouenifti ut obfervationes meas falfas faftitiafque diceres; etiamfi maxime cum 
tua Hypothefi pugnent. Et merito fane, nam quaedam tandem ea foret dementia 
mea et vanitas, fingendi pro lubito phaenomena quaelibet, et poilhabita veritatis 
inquifitione levem gloriolam aucupandi? Sed non aegre animadverto, puto quid 



') Brevis Aflertio. Voir la Lettre N°. 782 , note 2. 



134 



CORRESPONDANCE. 1660. 



arcificem illum Romanum excitaverit, qui nempe verebatur ne fibi efuriendum eiïet 
deniquc il détériora noilris telefcopia llm crederencur. Fabrius ille qui Uiam operam 
Eurtachio commodavit, Jefuita eft, natione Gallus, quem fortafle jam ante cogno- 
vifti. Verum ad epiitolam tuam venio ac primo quia gratias ago, quod exemplaria li- 
belli moi, quibus deilinata eranc tradideris. Doftiffimum Eichiladium niortem objjïïe 
plurinium doleo. Licem nortram quod attinec, ucrius nempe fyrtcma verius fit, ad 
quam dirimendam phafes Saturni anni 1663 et 1664 exfpeélandas cenfes, vereor 
ne diutius etiam exfpeclare necefTe fie, nempe ad annum 1671 et 1672. Etenim 
fi tam parum a circulo recedit "jji ellipfis, atque in libro tuo de Syllematc fji ex- 
preffifti, nequaquam ut arbitrer difcerni poterit anno 63 et 64 utrum ellipfin an 
circulum praebeat; cum etiam fiipra atque infra pars quaedam difci ab annulo 
intercipiatur. Verum ubi |} cum brachiis tenuibus ac fecundum reétam I^ineam 
extentis circa annum 71 et 72 lucebit, ac rotundus quoque eo ipfo tempore a quo 
futurum praedixi, haud dubio meam hypothefim confirmatam iri confido. Nam 
brachioram quidem formam ejufinodi nullo pafto veftra admittit, nifi alium infi.ipcr 
motum quendam J^o tribuo, ficuti ab Anglo quodam") factum memini, qui tamen 
nunc in fententiam meam potius concefTu.Quodobiervationibus tuis coeleftibus tanta 
diligentia continue invigilas, non operâ non fi.niitibus parcens, jucundiflimum milii 
cil intelligere, valdeque aveo videre tempus illud, quo tam praeclari ftudij fruftus 
nobifcum communices, nec dubito quin Tychoni ceterifque omnibus qui te praecef- 
(erunt, tum copia tum exaftitudine obfervationum palmam praercpturus fis. Cla- 
riffimus Bullialdus, qui hefterna die Parifijs difcefllt, reftaquc ni fallor, ad te pro- 
feftionem inltituit, optime nobis referre poterat, quo inllrumentorum apparatu, 
qua denique arte ac methodo res tantas peragas. Cuperem equidem, ni longum 
adeo iter efiet, niraifque hac tempellate anni impeditum, comitem illi me dare. 
Nunc autem unde ipfe difcedit, illo ego proficifcam. Lutetiam nempe, idque 
feptimo ab hoc die iter ingredior, amicos tantum, quos in eaurbe plures habeo, 
vifi.n"us. 

Horologium tuum quod Serenilîfimo Régi te obtulifl"e fcribis, vidifi"e retulit 
mihi luvenis OrnatilTinnis Dominus Sixti s), qui in comitatu legatorum noitro- 
rum iilic aliqu-andiu moratus fuerat: num vero novi quid praecer confliruftionem 
meam addidifles non recordabatur, quare ex te, quid ejus fit intelligere cupiam. 
Romae fabricari aiunt hujus generis, nempe cum perpendiculo, quae nullum 
omnino ilrepitum edart;, et alium quotidie adinventum iri credibile efi:, ut facile 
ell inventis addere. Ipfe etiam ad raajorem perfeétionem nonnulla pollea excogi- 



=) Peut-être Chr. Wren. Consultez les Lettres N°^. 560, Tome II page 305, etN°. 592,ih. 

page 358. 
S) Peut-être s'agit-il ici de 

Joannes Sixti, fils du pasteur Rippertus Sixti, né en 1633 à Woerden, et qui en 1652 était 

étudiant en philofophie à Leiden. 



CORRESPONDANCE. 1660. I35 



tavi, quae uhi itinere gallico defunftus fuero, publico impertiam, nec tibi, ut fpevo, 
difplicebunt. 

Parelium obfervatione et graphica defcriptione ^^ mirifica me beafti et fi fcias 
quantopere fideli relacione ejuimodi phaenomenôn gandeam, indigeamque ad ca 
quae de his coepi perficienda, ultro pro me apud virum Clarifllraum ^') quem Var- 
fovienfe meteoron diligentius annotafiè fcribis, intercédas, ut fi.iae delineationis co- 
piam mihi faciat. In tuo illo animadverfione digniffimum parelion fuperius an deinde 
arcus in ejus locum fuccedens, cui fimile quid fuit in obfervatione Romana anni 
1630, ubi 7 Soles fimul fpeftati fuere. Horum arcuum qui folem in centre non ha- 
bent, caufam invenire difRcillimum omnium mihi fuit, ac proinde et jucundiffimum 
invenifie. Valde autem videre cupio an novi quid fuerit in Varfovienfi obferva- 
tione praeter ea quae anno 1629 Romae apparuerunt. Itaque quam primum a Do- 
mino Burettino naftus eris, quaefo ut ftes promiffis, et fi qua in re utilem operam 
meam invicem tibi cenfebis, ne dubita quin inventurus fis promptiiïïmam, Vale. 



Hïigae Comitis 4 Oélobris 1660. 



N= 785. 

R. F. DE Sluse à Christiaan Huygens. 

8 OCTOBRE 1660. 

La lettre' se trouve à Leiden, coll. Huygens. 
Elle a été publiée par C. le Paige dans le Bull, di Bthliugr. T. 17. 

Nobiliffime Domine 

Annotationem Eullachij iam ab aliquot diebus acceperam, et in ea^cumtuo 
Syllemati conferendâ occupabar, cum mihi redditae funt litterac tuae '} et fimul 
breuis quidem fed valida fcriptio °) quam ihfultanti obiecifti. Non exillimo pofi- 
hac vitra progrefTurum. Telefcopiorum enim perfeftionem quod attinet, quacftio 
fafti ell, et folâ comparatione definienda; in quâ tamen (vt Jurifconfultorum more 
loquar) praefiunptio a parte tua ftat, tum quod a theorià longé magis infl:rufl:us ad 



"t) Voir la planche vis-à-vis de la page 94. 

5) Tito Livio Burattini, qui voyageait alors en Pologne. Consultez la Lettre N°. 758, note 1 2. 

' ) Nous n'avons pas trouvé cette lettre dans nos collections. 

-) Brevis Aflertio. Voir la Lettre N°782, note 2. 



l'îô CORRESPONDANCE. 1660. 



vitronim expoliendorum artem accefferis, mm eciam quod Saturni Liinam detexe- 
ris, quam demum vidit Euflachius admonente Clariflîmo Riccio, quem tuae obfer- 
uationis parcicipem feceram. Ac quidem vereri cogor ne non fatis acciiratè alluni ^') 
Saturnj comitem obferuarit, cum ea quae fibi apparuilTe fcribit, nimium a tuis obfer- 
uationibus abludanc. Quo vero ad B^avaiza-Tov illud Saturni eiufque Sociorum 
Syftema, idem mihi villim eft ac tibj, cum in illud prima leftione incidj. Calculo- 
rum enim ludum plane agnouj, et, Ij iocarj liceat, arbitrer eo refpcxiiïe Romanos, 
cum Saturnalibus optimo dierum, fimilibus ludis indulgerent. Scribitur ad me Flo- 
rentiâ, Syftematis audtorem Academicorum argumentis prefTum duos infuper Sa- 
turno Comités eofque lucidos addidifTe, libertate Philofophicâ dicam an fingendi 
licentiâ? Quid quod etiam Medicaeos Planetas loco fuo mouet et perpetuo fupra 
Jouem attollit? Ne fcilicet aliud fit in naturâ centrum praeter hanc terram quam 
incolimus. O curas hominum ! Eâdem operâ poterat Venerem ac Mercurium Epi- 
cyclo Ptolemaico reftituere, ne iblem in centro habere videantur. Quomodo vero 
ftabit praeclara illa analogia quam habet pagina 44, fi luna tellurem, Venus ac 
Mercurius folem circumeant, alij vero comités fiium Planetam non ambiant! Prae- 
terea quod hoc commento, figurae illi fiiae decretoriae, quae tuas inter Xa efi, 
Euftachius, vel potius Fabrius, minime omnium i^atiffecerit, vt refte obferualli. 
Sed haec haftenus, et nimium fortafl^e te moror iam itineri accinftum, quod tibi 
felix faufi:umque precor ex animo; fiiperefi: tantum vt pro mufi:eo tuo libello gra- 
tias agam meque confiant] ac fincero afFeftu tefter 

Tuum Tuique Obferuantiffimura 
Renatum Franciscum Slusium. 
Leodij viij Oélobris 1660. 

Nobiliffimo Clariïïîmoque Domino 
Domino Christiano Hugenio de Zulichem &ca. 
VI. A la Haye. 



3) Lisez: illum. 



CORRESPONDANCE. 1660. I 37 



N= 786. 

Gregorius a St. Vincentio à Christiaan Huygens. 
10 octobre 1660. 

La lettre se trouve à Leiden , coll. Huygens "). 

10 oa. 60. 
Clariffime Domine 

Féliciter ad me peruenit libellas unis '), pro quo gracias ago; quem curiofè vt 
vidi, quamprimum perlegi. Qiiid autem contineret Euilachij fcriptum, intellexeram 
prias e litteris niej Goctignies; quas fiib Augufti jnicium ad me permilerac; quarum 
ténor erat, quem adiungo -}. 

Optime fane relponfum tuum claulifti. Pauca haec refpondifle, non me poenitet, 
quia, licet artificem illum merito neglexifle tacendo, viderj poteram; non idem 
fortaffe contra alterum, valitm-mn erat filentimn, multique non tam quid, quam a 
quo fit obiedlum, refpiciiint. 

Doleo vices Patris Fabrij Gallj, quod talj negotio fefe jmmifcuerit. non efl: 
nouum in aftronomicis, phafeon diuerfitatera, eodem tempore, in diuerfis regioni- 
bus contingere. Nuperam jllam ante aliquot annos famofam Eclipfin 3), quae 
Europam terrore complerat, verè totalem fuiflc, difcumque Solis plane contexiiTe 
jn Perfide, ex uno e Patribus nofl:ris, jnde reduce didicimus; quae in Europaeis 
noftris partibus praeter folitum nihil exhibuit, quod admirationem cauiaret. Certe 
fi alia mihi faciès Saturnia vifa fuiflet in Belgio, quam Roraae Italis; cauifl"em 
jnrtrumentum Telefcopij, vitij damnare, quod cum reliquis circaobiefta communia 
fymbolizat. 

Sed diftantiam regionum, vel aliquid fimile, diuerfitatem caufare potuifTe, fufpica- 
tus fuiffem. Placuit mihi argumentum tuum, quo afîlîrmas phafin de qua efi: contro- 
iierfia, & diverfis diuerfo telefcopio vifam effe, et paulatim in aliam faciem defijiïe, 
quae res veritatj maxime patrocinatur. Jdem enim Telefcopium quod hodie exhi- 
bet, fequenti quoque exhibebit, nifi in obieélo mutatio contigerit. 

Perge, Perge porro vt caepifti, neque luftarj time, qui eluftarj didicifij. Spero 
cum per nos, patriam reuifes, pluribus coram verbo, quam abfens, niuto lictera- 
rum commercio agere. Dominum Nonnancourtium Parifijs quaerere nolj ; Gan- 
dauo ad te falutem mittere me jubet; et ad reliquos Geometriae amatores, qui- 
biifcum jnibi notitiam jnijt. Si librum Domini Pafchalis, quem non paruavolup- 



') Brevis Afîertio. Voir la Lettre N°. 782, note 2. 

-) Voir l'Appendice N°. 787. 

3) Cette éclipse de soleil eut lieu le 12 août 1654. Consultez la Lettre N°. 196. 

Œtivres. T III. 18 



138 CORRESPONDANCE. 1660. 



tare commodatum perlegi, per te nancifcj potncro, grato me obligatus obfequio 
fatebor. Vale, et Viue, & faluns ad nos redire ne ommittas. Gaudebo fruj con- 
fortio tuae praefentiae, quem jnter amicos habiij amiciffimum, et obfequijs animum 
conferuaiii. 



Clariffimae Dominationis Tiuie addiéliflimum 

G. A. S. ViNCRNTIO. 



Gandauj, lo. Oélobris 1660. 



") R? Hagae 1 8 Oftobris 1 660. 



N= 787. 

G. F. DE GoTTiGNiEZ à Gregorius A St. Vincentio. 

[août 1660.] 

yippendtce au No. 786. 

La pièce se trouve à I.ciden, coll. Iluygens. , 

Scripferam alias quae hîc paffim fpargebat Euftachius Diuinus; montes parturire 
videbantur, et tandem natus eft ridiculus mus: paruus fcilicet libellas '),quifal- 
cem hoc ex capite dicj meretur ridiculus, quod latine fcriptus fit et Euilachium 
authorem fui afferat, qui ne verbura quidem latinac linguae jntelligit. 



') Brevis Annotatio. Voir la Lettre N°. 765, note 



CORRESPONDANCE. 1660. 



139 



N= 788. 

Christiaan Huygens à Leopoldo df. Medicis. 

II OCTOBRE 1660. 



y,(î lettre se trouve à Florence, Bibl. Nazioniilc, Slanoscritti Galileiai/i "). 

Le sommaire se trouve à Laden, coll. Huyqeiis. 

Elle est la réponse au No. 781. Leopoldo de Medicis y répondit par le No. 802. 

Principi Leopoldo. Bedancken van d'antvvoord. al te veel lof van 't Syftcma. lioc aengciiacni de in- 
ventie my is en lioe fubtyl. pryfen Antonium Mariam '). net geteyckent. ver- 
wondere dat gcen ftut aen 't oogli is. De andere obfcrvatie met vorlangen te ge- 
moet fien. dat ick oock cen manier bedaclit lieb, devvclcke naer mijn weder- 
komft fal beproeven, en dan aftcyckenen en ienden. 2 of 3 maciiden uyt. dat 
ick niet en twijfFcl of men fonde de verkyckers tôt 100 voet en meerkonnen 
goet maecken. als men de fchotels liad. deu'ijl raen de platte fi.idc goet kan 
maecken. Veneetien glas, te pijne weert om d'ubfervatien in Satiirnus, en in 
d'andere planeten en Maen. en Mars Periodns. Judicium funm rei'tù fnfpendit 
donec meum rcfponfum viderit. dat ick geloof dat hacr Verlcyckers immers 
foo goet fijn aïs de mijne. 

Il Ortoliris 1660. 



^ 



Sereniffime Princeps, 

Non leviter mihi gratulatns fum accepto quo Celiîtudo Tua me dignata elî, re- 
fponfo, reque ipfa nunc comfero minora viris ^) efTe quae de incomparabili comitate 
Tua, qua caeteras virtutes exornas, faepcnumero referri audiveram. Certe illa in 
literis hifce Celfitudinis Tuae ubiquc expeftationem meam luperavit, five ad ea 
attendu quibus fuam erga me beneyolentiam teftari voluit live ad laudes nimias qui- 
bus tenue opulculum meum collaudavit, five uenique ad illa quae de Telefcopijs 
fuis obfervationibufque familiariter exponere non gravata eil. Omnia inquam haec 
ab eximia humanitate Tua procedunt, Princeps Sereniffime, non meo merito de- 
bencur; quibus tamen mirifice me confirmari atque impelli fentio ad infillendum 
porro ftudijs ijs quae Celfitudini Tuae quoquo modo conciliare me potuerunt. Plu- 
rimum illi debco ob inventum pulcherrimum quod mecum liberaliter communica- 
vit; in quo admiratus fum autoris ') ingenium, qui maximae difficultati rara pror- 
fus indufirria lubvenerit. Nemini fane in mentem adhuc venerat tubum telefcopij 



') Antonio Maria del Bnono. Voir la Lettre N°. 78 1 , note 3. 
") Lisez: veris. 



140 



CORRESPONDANCE. 1 660. 



fid inftar nervi in arcum incendi pofTe, atque ego quidem fempcr phirimi feci primas 
invertorum ejufmodi conceptiones et veliiti ideas. In parte ea qua fpeftator confi- 
ftic fulcrum nullum cxprefTum video, onde conjicio ram cxadlc circa furcillam in 
aequilibrio fulpendi teleicopium ut quemlibct fituni fervet, quod tamen crédita 
difficile videtur. Ego lemper fulcro cjurmodi ulus linn cuni ligr.o tranlverfo mobili, 
ficuc ex figura liac CeL'kudo Tua intelliget. Ex altéra parte 
fune trochleoque tubuni in altum attollo juxta tripodem 
ligneum, circiter i6 pedibus altum, et in ea quidem longi- 
tudine, qua adhuc fuere telefcopia mea facile reftitudinem 
fervarunt tubi ex ferri' braftea conllrufti. In longioribus 
vero puta 3a pedum (quale circiter ert maximus ille Sere- 
niffimi Magni Ducis) vcl majoribus etiamnum omnino 
praeftrare arbitror Mariana machina uti. Caeterum et ali- 
am rationem excogitare coepi, quae , fi ex voto fuccedat 
fimplicior quoque quàm illa futura fit. Eam experiar 
quamprimum Parifijs reverfi.is fuero (revertor autem poft 
menfes duos vel très), ac deinde fi merentur, Celfitudini 
Tuae defcribam. Nihil prohiberet vel ad 100 aut aoo 
pedes telefcopia tune protrahi, quod utinam quandoque 
mihi detur efficere. Vitra quidem ad quamvis longitudi- 
nem fi modo materia pura ac proba, Venetijs fuppedite- 
tur, fabricare me pofl^e confido, hujus praecipue perfua- 
fus, quod planam fuperficiem ex altéra parte lentis, quod 
foleo, rite efformare noverim quae eft: portio fphaerae veluti infinicae. Labore 
tamen et fumptibus nonnullis opus efifet; fed et operae prctium, ut opinor, eximium 
ex ijs quae in luna, Saturno, Venere, fed et Marte praecipue, defignanda fuperfunt. 
Hujus enim tempus periodicum, quo circa centrum convertitur, non dubito quin 
ex oflervationibus haberi pofllt fi grandioribus telefcopijs ejufmodi pociamur. Imo 
nec meis, qualia nunc funt, pofi: annos aliquot eam periodum deprehenfum iri, 
defpero. Nihilo autem viliora efl"e exiftimo quae Celfitudo Tua iflhic adhibita fcri- 
bit, utique pofi:quam comitem faturni illorum ope jam confpiciunt. Verum de his 
haftenus. Refponfum meum s) ad Annotationes Divinianas Fabrianafque diebus 
aliquot priufquam Celfitudinis Tuae literae mihi traderentur mifi ''): jamque perla- 
tam eflc fpero. Et gaudeo quidem Celfitudinem Tuam fuum circa controverfiam 
noftram judicium eoufque fufpendifl^e, doncc quae ab utraque parte adferuntur 
confiderarit. non dubito enim quin aliquid faltem momenti habitura fint ad adilruen- 
dam noftram ifi:a quae Celfitudini Tuae poftremo exhibui. Quod fi vero et obfer ■ 




3) Huygens désigne ici la „I5revis Affertio" 
t) Consultez la Lettre N°. 783. 



CORRESPONDANCE. 1660. I4I 



vationes, ejus jufTu inftitutas, quariim copiam mihi faftam iri bénigne pollicita efi:, 
adftipulari meis hypothefibus, hoc efi: non adverfari comperiatur (pro nobis enim 
eflè arbitror quae non llint contra nos) haud dubiè et CelfitudinisTiiae et lUuftriffi- 
raae Academiae, cai praefidet, fecmida mihi lufFragia augurari audebo. Dens Te 
Princeps Serenifllme diu praeitet nobis incoUimem atque ea cimiulet feHcitate quam 
ex animo praecatur 

Sereniflimae Celfitudinis Tuae 



Addiéliiïîmus Obedientiffimus 
Chr. Hugenius de Zulichem. 



Hagae Com. 1 1 Oélobris 1(5(50 5). 



") Aga dei Comité li 1 1 oftobre 1 660. 
Signor Chriftiano Ugenio. 

Accufa la riceiiuta d'una lettera di Sua Altezza. dice partirii alla uolta di 
francia. Auer meditato l'inuenzione d'un nuouo occhiale, et altra forma di 
lauorare i uetri. [main inconnue]. 



N= 789. 

p. GuisoNY à Christiaan Huygens. 

20 .OCTOBRE 1660. 

La lettre se trouve à Leidcn , coll. Huygens "')■ 

a Rome le 20 8bre 1660. 
Monsieur 

Quoique le voïage que i'ay fait à Naples m'ayt détourné de vous écrire, ie n'au- 
rois pas tardé déz mon arriuée de le faire, fi l'efperance dont m'entretenoit l'Abbé 
Lancy ^) de me configner de jour à autre vne lettre touchant la queftion prefente 



S) Quoique le manuscrit semble indiquer la date du 22, il est bien certain que la lettre est du 
1 1 octobre, date du Sommaire. 



^) Giovanni Battista Lanci, natif de Spoleto, fut abbé de l'ordre des Dominicains et devint en 
1644 Magister Theologiae. 



142 CORRESPONDANCE. 1660. 



pour VOUS être enuoïée, ne m'eût empêché de profiter les deux derniers ordinaires, 
à l'occafion de la lettre d'Euftachio -) ie luy donnay à lire uotre Hure ^), & après en 
auoir conioincement difcouru par plufieurs fois, il entreprit (à monabfence de 
Rome) d'en faire un petit difcours, qu'il fera courir icy, en Florence, & ail- 
leurs en manufcript fans fe faire cognétre. Comme il eft en langage uulgaire, ie 
l'ay prié de le traduire en. latin, afinque la lefture ne vous en foit pas pénible, la 
difficulté que nous propofames icy que les 4. boules rondes ne fcauroient jamais 
former la figure Elliptique, telle qu' Euftachio luy-meme à décrite, les à obligés 
d'ajouter 2. nouueaux globes Lumineux: deforte que leur Syfteme le rappetafTe 
tous les iours, & ils ont beau chercher des chenilles qu'on trouuera incefiamment des 
nouveaux trous, ils fe feruent doncques maintenant de fix boules à l'entour de Sa- 
turne pour expliquer le phoenomene en relief, et de 8. pour le reprefenter en un plan, 
fans comprendre le cors de Saturne ny fa lune: mais fi aueq tout ce grand attirail 
ils decriuent pafl"ablement l'Ellipfe Lumineufe connexe, ie leur deffie (et pour cella 
il ne faut pas être fort uerfé en Theodofe,) d'en faire de mefme à l'égard de la con- 
caue, ou du noir qui eft entre le Cors du planète & le cercle; lequel noir parole 
fuiuant même leur defcription auflî bien ouale que le refte; ou il faudra qu'ils 
créent au plutôt de nouueaux corps opacques. il y à long temps que le Père Fabry 
me pria, et de nouueau encore depuis peu, d'aller chez luy, pour me faire obfer- 
uer dans fa chambre aueq une lunete d'un demi-palme le petit ieu de fes boules: l'y 
fus auant hier, & fans vous entretenir plus au long de toutes ces reprefentations (que 
vous pouués faire uous même dans uotre cabinet par curiofité) elles me paroif- 
fent un peu imparfaites, et mon noir (qui pis eft) ne fe trouue iamais que circulaire. 
Enfin le Père m'a témoigné auoir infiniment de l'eftime poiu- vous, & qu'il feroit très 
fâché de vous auoir donné quelque mécontentement par fon imprimé; comme il me 
pria de vous le faire fàuoir, ie luy promis que l'en chercherois les occafions. c'eft un 
efprit qui à beaucoup de feu, et duquel il y auroit beaucoup à efperer s'il n'eftoit 
encore un peu infatué de cette manière de raifonner du collège, il à (ie penfe) 
de 8. à 10. volumes d'écrits h faire imprimer un iour *), & trauaille continûment à 
randre facile un cors entier des mathématiques s) : il me dit auoir déjà réduit en céte 
manière aifée tout Euclide, Apollonius, & Archimede, & m'afl^eura auoir été le 



^) Brevis Annotatio. Voir la Lettre N°. 765, note 1. 

3) Brevis Aflertio. Voir la Lettre N°. 782, note 2. 

■•) Phyfica, id efb, Scientia Rervm Corporearvm, in decem Tradatvs diftribvta. Aiiiftore Hono- 

rato Fabri, Soc. Jefv. Cum Indice duplici: primo Traftatiunn, Librorum & Propoiitionum^ 

Reriim Notabilium, altero. Nvnc primvm in Ivcem prodit. Lvgdvni, Sumptibns Lavrentii 

Anillon. m.dc.lxix. Cvm Privilegio Régis. in-4°. 
S) H. Fabri, Synopfis Geometriae, cui acceOere tria opufcula niinirnm de Linea Sinuum et 

Cycloide, de Maximis et Minimis Centuria et Synopfis Trigonometriae Planae. Lngduni, 

apud Antonium Molin. 1669. in-8°. 



CORRESPONDANCE. 1660. I43 



!'■ qui à trauaillé & demonitré le centre de la percuffion *). i'appris l'autre iour à 
Fracafti ''), que le Prince vous auoit enuoié vn gros paquet ^), & qu'au plutôt nous 
luv faifiés efperer u:5tre réponcc à la lettre d'Euftachio: bref vous eftes maintenant 
l'entretien de tout ce qu'il y à d'honneftes gens & des curieux en Italie, & chacun 
uous eftime autant que nous le mérités. Si vos occupations vous le permettoient, 
ie crois qu'il feroit à propos que vous écriuiflîés une petite lettre *) de compliment à 
Monfieur Michel Angelo Ricci gentilhomme de céte uille & le plus grand Géomè- 
tre qu'il y aye; le Prince qui l'effimé beaucoup s'eft ferui de luy icy dans tous les 
écrits, qu'il à receus ou enuoiés au Père Fabry, & d'ailleurs il eft fort notre ami: 
en cas que vous le trouuiés bon, faites un paquet, adrefles le à Paris à Monfieur 
Chapelain, ou à quelque autre de vos amis, & donnés ordre qu'ils me l'enuoient 
à Auignon par la pofte. l'auray foin d'y faire tenir notre lettre, & d'exécuter 
ponftuelement vos coramandemens. Monfieur Viuiani de l'Académie de Florence 
a fait un traitté de maximis & minimis '°), & i'apprends qu'il ua bientôt fortir de la 
prefle un Syrteme nouueau d'artronomie ") du Caffini '=), qui eft profefTeur des 
Mathématiques à Bologne, le Père Grimbcrgerus '^') & Fontana '*) moururent 



*) H. Fabri Dialogi Pliyfici, quorum prinnis ell de Liimine, feciindiis et tertius de Vi Percnffi- 
oniset Motn: quartiis de Hiinioris elevatione per Canaliciiliiiii: quintus et fextiis de variis 
celeflis. Lvgduni apud Antoniiini Molin. t66ç). in-8°. 

7) Evidemment Fra.'cati, où se trouvent les villas des familles nobles de Rome queGuisony fré- 
quentait. 

S) f.es Lettres Nos. 7^5 à 798. 

y) Nous n'avons pas trouvé dans nos collections cette lettre de Clir. Huygens à M. A. Ricci. 

") Voir l'ouvrage cité dans la Lettre N°„ 739, note 3. 

") Ephemerides uoviflîmae motuum coeleflium Marchionis Cornelii Maluafiae, Senatoris Bono 
nienfis, Marchionis Bifmantuae, Sereniflimi Mutini Ducis Status Confiliarii & Generalis ar- 
morum Praefefti, ad longitudinem urbis Mutinae gr. 34° 5': ex Pliilippi Lanfbergii hypotlie- 
fibus exaftiffime fupputatae, et ad coeleftes obfervationes nuper habitas expenfae, ab anno 
1661 ad annum 1666; cum obfervationibus ipfis intérim ab authore habitis, et ad calculum 
revocatis. Additis Ephemeribus Solis et Tabulis refraftionum ex noviflimis hypothefihus Doc- 
toris Joannis Dominici Caffini in Archigymnafio Bononienfi Aftronomiae Profellbris prae- 
ftantiflimi. Mutinae. 1662. in-folio. 

Les éphémérides mentionnées en premier lieu étaient de 

Cornelio Malvafia, sénateur de Bologne, général dans l'armée Pontificale, puis au service des 
ducs de ModèneFrancesco et AlfonsoIV. Il naquit en 1603 à Bologne, et y mourut le 24mars 
1664. Sous le pseudonyme Artemisio Tebano il nous a laissé plusieurs ouvrages. d'astronomie. 

'^) Giovanni Domenico Cassini naquit le 8 juin 1625 à Perinaldo, près de Nice, et mourut à 
Paris le 14 septembre 1712. Il devint professeur d'astronomie à Bologne en 1650, ingénieur 
en chef du Pape eu 1663, directeur de l'observatoire à Paris en 1667 et membre de l'Académie 
des Sciences en 1669. 

'3) Christoph Grienberger, né le 2 juillet 1561 à Hall en Tyrol et mort à Rome le 11 mars 
1636. Il entra chez les Jésuites en 1580, et fut professeur de mathématiques dans divers col- 
lèges autrichiens, enfin à Rome. 

'*) Voir la Lettre N°. 24, note 4. 



144 CORRESPONDANCE. 1660. 



de la dernière pefte à Naples, & il y a enuiron fix ou fepc mois qu'il en arriua au- 
tant à Hodierna '') auant qu'il eut receu u6tre liure '*). lay monté le Veluue et 
l'ay ueu ians doute de plus près que ne vit jamais Pline, et entré dans l'antre mer- 
ueilleux de la Sybille Cumée : i'ay pafTé par le lac Aucrne '^), & promené un peu 
dans Les Champs Elyfiens, ou ie trouuay Copernic & Galilej, à qui ie fis part de 
vos obferuations; ils m'en remercièrent beaucoup, & me llippliercnt de vous 
écrire, que lori'que vous paiïerés de céte uie à l'autre, vous trouueres toute prefte 
une place près d'eux, ie n'oubliay pas de uoir les croix formées qui font trouuées 
empreintes fur beaucoup de linges a Naples, ie vous en parle, parceque put être 
le bruit en aura pafTé jufqu'en hollande: dans un mot après les auoir très dili- 
gemment confiderées, ce n'eft qu'une liqueur de celles qui fortent du Veluue, 
laquele tombant fur le linge, s'y étend le long des fils fuiuant la tifTure qui eft en 
croix. J'efpere de partir la fémaine prochaine pour France, la ou ie chercheray les 
occafions de vous témoigner que ie liiis aueq paffion 

Monsieur 

Voilre trefhumble & très obeiffant feruiteur 

GuiSONY. 

à vne autre fois ie pourray nous décrire vne nouuelle forte de Canon ou tube 
pour les Lunetes: cependant ie nous prie (en cas que vous m'honoriés de quelqu'une 
de vos lettres) de me faire entendre, comment aueq un horloge parfait on pourroit 
trouuer les longitudes, comme nous dites. Dez que le Père Abbé Lanci m'aura 
donné fa lettre '^), ie nous l'enuoieray. le feul qui m'ell refté de nos Syfl:emes, efl: 
maintenant entre les mains de Monfieur Grimaldi ^s'); que nous cités -°). 
A Monfieur Monfieur Christian Hugens de Zuitlichem 

12 fur le plain 

A La Haye en Hollande. 

fraq. Mf-^ [?J 



") ^ Hagae ag. novembre. 1660. [Chr. Huygens]. 



'5) Voir la Lettre N°. 360" (Supplément du Tome I), note 1 . 

"'') Ouygens avait envoyé son „Systema Satvirnium" à Hodierna par l'entremise de Gregoriiis à 
St. Vincentio. Voir la Lettre N°. 702. 

'") Près du célèbre lac Averne, non loin du golfe de Pozzuoli, au nord de Naples, se trouvent 
plusieurs grottes, entre autres celle de la Sybilh de Cumes. Virgile fit descendre Enée aux 
enfers par une de ces grottes. Guisony y fait allusion en parlant des Champs Elysées et de 
. sa rencontre avec Kopernik et Galilei. 

'8) Nous n'avons pas trouvé cette lettre de Lanci dans nos collections. 

''') Francesco Maria Grimaldi. Voir la Lettre N°. 568 , note 8. 

-'") Consultez le „Systema Saturnium" à la page 53. 



CORRESPONDANCE. 1 66o. 145 



N= 790. 

CoNSTANTYN HuYGENs , frère, à Christiaan Huygens. 
28 octobre 1660. 

La lettre se t/ouve à Londres, British Muséum. 

La copie se trouve à Leidcn, coll. lluygens. 

Clir. Huygens y répondit par le No. 801. 

A la Haye le 28 d'Odtobre 1660. 

Nous faifons eftat que le jour d'hier ou bien un jour plufloil vous devez eftrc 
arriué à Paris ') et j'efpere que ce fera en bonne ianté. Le frère =) nous a efcrit 
comme ils eftoyent prefts à leuer l'ancre, le vent eftant alors bon et fauorable, 
mais ayant changé bien tolT: après, jl eft à croire qu'ils auront choify quelque port 
de l'Angleterre et peut eftre de la Zelande; tant y a que nous n'en auons pas ouy 
parler. Depuis voftre départ il n'eil rien arriue icy de fort confiderablc, tout le 
monde fe porte bien, horfmis la grofTe Confine Zuerius 3) qui a languy quelques 
jours incommodée d'une jaunifTe dont elle s'eft fentie encore d'autres fois, mais 
cela commence à pafTer, et elle en eil: quitte pour y auoir lailTé quelque peu de fon 
lard. Zuerius et les autres qui ont efté aux nopces de Bartolotti "*) font de retour 
depuis la fin fepmaine pafl^ée. Tout cela eft fort content de la bonne chère, mais 
quelques uns ne fe louent pas des ciuilités de MonfieurTibault et de fon frère le 
cadet, en fomme il n'y eut jamais de fi bonnes nopces qu'il n'y en euft de mal dif- 
nés. Mademoifelle Kien s) qui a elle a l'extrémité, eft encore alliélée d'une fiebure 
continue, mais les accès vont toutjours en déclinant, tellement que l'on croit 
qu'elle en refchappera. Je vous prie de me mander par voftre première lettre ce 



') Christiaan Huygens était parti ponr Paris le 1 2 octobre. [Dagboelî]. 

-) Lodewijk Huygens, qui, d'après le „Dagboek" de Constantijn Huygens, père, était parti 
le 18 octobre 1660 pour l'Espagne, avec les Ambassadeurs : 

«) Jan van Merode, fils de Floris van Merode et de Margarethe van Cent. Il était Seigneur de 
Rummen et Oudelands-ambacbt, bailli de Kennemerland, épousa Emilia van Wassenaer 
Obdam et mourut en 1666, 
b') Godard Adriaen van Reede, fils de Godard van Reede et de Anna van den Coetselaer van 
Toutenburg, naquit en 1621 et mourut le 9 octobre 1691 à Copenhague. Il était cheva- 
lier, Seigneur de Amerongen et de Ginkel, et fut envoyé souvent en mission diplomatique. 
Il épousa Margaretha Tamor. 
f) Philips Aebinga van Humalda, diplomate et poète distingué, fils de Frans Mada Aebinga 
van Humalda et de Ebe! Meckama. Il était Seigneur de Geest de Juwawier; il épousa 
Helena van Burmania et mourut en 1674. 
3) Catherina Zuerius. Voir la Lettre N°. 7, note i. 
'*) Jacobus Bartelotti demeurait à Zoest. 
5) Catharina Kien , fille du chevalier Nicolaas Kien et de Catharine van den Honert. 

Œuvres. T. III. ip 



146 CORRESPONDANCE. 1660. 



qui eft à prefenc de k mode; quelles eftofFes on porte pour l'hiuer, et ce pour des 
habits de couleur comme pour des noirs. Si les hauts de chauffes font encore d'une 
fi demefurée capacité comme l'on publie icy, et fi les grands canons font encore en 
train; je nous prie de ne différer point cecy car il faut que je couvre mon pauvre 
corps contre les injures de l'air, me trouvant quafi gelé dans un pourpoint de taffe- 
tas. De plus je vous prie de regarder un peu avec foing dans les boutiques des 
libraires que vous vifiterez, s'il n'y a pas un Hure Italien dont le titre eft, Le vite 
de' pittori e Architetti dal Pontificato di Gregorio XIII del 1572, infino à tempi 
di Papa Urbano VIII nel 1642, fcritte da Giouanni Baglione *) Romano. Stam- 
pato in Roma 164a. in quarto '). S'il y eft, je vous prie de l'achepter pour moy, 
je vous rendray l'argent, et voudrois bien que vous le puffiez trouver, comme je 
m'imagine qu'il ne fera pas difficile veu le peu qu'il y a qu'il eft imprime, par ce 
qu'il nous feroit de grand ufage à Bifïchop ^) et à moy. Et à tant me recommande, 
demeurant 

Voftre ferviteur et frère 

C. HUYGENS, 

A Monfieur 
Monfieur Huijgens de Zuijlichem. 

A 

Paris. 



'') Cavalière Giovanni Baglioni , surnommé „il Sordo del Barozzo", naquit vers 1571 à Rome, 
où il 'nonriit vers 1644. Quoique de son temps il fût très honoré comme peintre, ses œuvres, 
qu'on rencontre encore dans plusieurs églises de Rome, sont aujourd'hui peu considérées. 
Il devint chevalier de l'ordre du Christ, et Prince (c'est-à-dire, président) de l'Accademia 
di San Luca. 

7) De cet ouvrage on trouve des réimpressions : 

Le vite de Pittori Scultori ed Architetti, del 157a al 1642. Roma. 1649. in-4°. Id. 
Naples 1737. in-4°. 

8) Cornelis de Bisschop naquit à Dordrecht en 1630 et mourut en 1674, lorsqu'il venait d'être 
nommé peintre de la Cour en Danemarc. Il faisait surtout des portraits. 



CORRESPONDANCE. 1660. I47 



N^ 791- 

J. Chapelain h [Christiaan IIuygens]. 
[29 octobre 1660.] 

La lettre se îi'otiye à Leiileii^ coll. llnygens. 

Vendredy au foir. 
Monsieur 

J'ay fait la diligence auprès de Monfieur de Monmaur, il nous attendra demain 
a midy auec joye et fera rauy de vous voir et de vous embrafTer. Vous pafTerés 
donc s'il vous plaifl icy demain a cette heure la pour me prendre. Je fuis lans 
referue 

Monsieur 

Voftre trefhumble et trefobeiflant feruiteur 

Chapelain. 

Pour Monfieur Huygens. 



N= 792. 

[P. Petit] à [Christiaan Huygens]. 
[octobre 1660.] 

La pièce se trouve à Leidcn., coll. Huygens. 

Obferuatio Declinationis Magneticae 1660. 

Anno 1660 Menfe Junio circa folftitium in piano Low^ideo exquifite horizontali, 
delineatis pluribus Azymuthis ante & poft Meridiem Sole exiflente in ijfdem alti- 
tudinibus & jteratis etiam pluries in diuerfis diebus ijfdem Obfervationibus ope 
quadrantis aerei fex pedum diaraetri, tandem dufta fuit exaftiflimè linea Meridiana 
Parifijs in meis aedibus citra luparam: cui applicatis faepius & viciffim binis Pixi- 
dibus jnftruftis fuis acubus Magnete Vinari jUitis, altéra feptem akerâ decem digi- 
torum longitudinis, obferuata fuit jllarum Declinatio ad Orientem conllantiffinie 
Vnius gradus cum 10 Minutis circiter. 

Die vero 14 Menfis Oftobris fequentis, Ante Meridiem, cum litterati plures & 
Mathematicarum Profefîbres, hujus rei explorandae caufâ me jnuififTent, nec 
fidem diélae lineae Meridianae praebere tenerentur, cum prae manibus effet expe- 
rimentum, me ipfo jnitigante , obfervatae fuerunt altitudines Solis cum ipfuis Azy- 
muthis, quibus, applicatis ijfdem acubus, emerferunt Declinationes Magnecis 



CORRESPONDANCE. 



1660. 



jnfrafcriptae, minores aliquantulum fuperiori, cui tamcn meo judicio fidenduni 
niagis cil: quam iilis utpote circa Iblftitiuni aefliuale duélâ lineâ meridianâ, cum 
Parallaxis et Refraftio nullae, aut cxiguae, locus jtem Solis & ejus declinatio cer- 
tiores & minus variantes. 



Altitiidines Solis 


Angiili Azynuitliales 


Anguli Azymutliales 


Declinatio Aciis 


Ante Merid. Oclob. 1 4. 


ad Meridianum. 


ad Acum Magneticum. 


a Meridianâ. 


18. 5' 


5^. 36' 


53- 40' 


I. 4' 


18. 45' 


51- 30' 


5^- 30' 


1. 


19. 50' 


49- 31' 


5°- 30' 


O- 59' 


20. 40' 


47- 59' 


49. 0' 


1. i' 



N° 793- 

N. Hfjnsius à Christjaan Huygens. 
I novembre 1660. 

/.rt lettre se trouve tt Lciden, coll. Huygens. 
Clir. Huygens y réponiUl: par le No. 809. 

Nobiliflime Vir, 
Litteras cum acceperim diebns proxime elapfis Florentia a Sereniffimo Principe 
Leopoldo tibi tradendas ') eas, ne quid in me morac efTet, viro illuftri Parenti tiio 
confcflim credidi, quod iam hinc difceffifTes. Adjunxerat ijs diias difTertationes Ma- 
thematicas Carokis Datns, alteram=) Joannis Alphonfi Borelli^), Laurentij Maga- 
lotti *) alteram 5). Utramque hic mitto, cimi ipfa Dati epiftola ") ut intelligas, 

') Voir l'Appendice II, N°. 795. 

") Voir l'Appendice IV, N°. 797. 

3) Sur G. A. Borelli voir la Lettre N°. 536, note 4. 

■*) Le Comte Lorenzo Magaiotti naquit à Rome le 13 décembre 1637 et mourut à Florence le 

I mars 1712. II était conseiller d'état à Florence et membre de l'Accademia del Cimeuto, 

dont en 1660 il devint le secrétaire. 
5) Voir l'Appendice V, N°. 798. 
") Voir l'Appendice I, N". 794. 



CORRESPONDANCE. 1660. 1 49 



quid fieri ille de diflertationibus velit. Eam tamen ut mox ad me remittas rogo: ne 
refponfione raea fraudetur vir amiciffimus. Iter ex voto te confecifTe fpero. de quo 
proximos nuncios certiorem me faftiiros augurari licet. Amicos Parifienfes meis 
verbis velim officiofe falotes, Celeberrimmii imprimis Capellanimi Q , quem ego 
virum in oculis affidue, ut fcis , fero. Plura vellem, fed urgent abitum Oratores ^) 
noltri, quibus hune fafciculum commilL Vale et me ama. Dabam Hagae Comitis 
Anno cIdIdclx. Kal. Novembr. 



Tuus omni lludio ac ciiltu 
NicoLAus Heinsius. 



N" 794. 

C. Dati à N. Heinsius. 

3 OCTOBRE 1660 "). 
Appendice I ait N°. 793. 

Lu lettre se trouve à Leulen , coll. Bitrmaïui. 
La copie se trouve à Leiilen , coll. Ilitygeus. 

Mio Signore e Padrone Singolariffimo. 

Jnclufa riceuerà Vollra Signoria una del Sereniffimo Principe Leopoldo al Sig- 
nore Hugenio ^), accompagnata con alcune rifleflîoni ^) fatte da queili Signori Acca- 
demici, nelle quali ha gran parte il Signore Giovanni Alfonfo Borelli Profeïïbre 
délie mathematiche nell' Accaderaia Piiana. Prego Voftra Signoria del recapito 
con fignificare laftima che fa Sua Altezza, e tutti que-lli Signori del fuo niolto 
ualor. ApprefTo auendo io ueduta la uolontà, e il dcfiderio del Signore Principe, 
non deuo celarlo a Voftra Signoria che quefta fcrittura dell' Accademia iî moib'i , 
e fi legga liberaniente a chi che fia non fi répugna; ma per ora fi defidera che non 
fe ne faccia alcuna mentione pubblica; fi perche queili Signori fono molto cautelaci 
neir alTerire cofa alcuna, ne uogliono iippegnarfi fenza moite confiderazioni , e ri- 
prove, che ci potrà dare il tempo con reiterate ofl^ervazioni, fi anche perche auendo 
fcritto alcune cenfure aflai fevere al Padre Fabbri non uorrieno col tutto dichiararfi 



7) C'est ainsi que Heinsius appelle J. Chapelain. 

S) Les ambassadeurs mentionnés dans la note 3 de la Lettre N°. 743. 



') L'Appendice II, N°. 795. 
-) L'Appendice III, N°. 796. 



150 CORRESPONDANCE. 1660. 



efîèr teniici dal mondo appaffionati , e parziali , corne ueramente non fono fe non 
délia uerith. E in cio rai rimetto alla fua prudenza. Con quefta occaiîonc délia 
queftione che s'agita di Saturno, elTendo ftata tatca alla nuoua Polizione délia 
fafcia una oppofizione circa la poffibilità Fifica, alcuni di quelli Signori Ibno andaci 
fpeculando alcuni ripicghi raolto ingegnofi, benche per auucntura fauolofi , e chi- 
merici, ma perb poffibili; e li anno diftefi in due curiofe fcritture. non uoleuano 
efli laiciar ucdcre quelli lor penfieri, non tanto come dicevano effi, perche parranno 
a molti lontani dalla verità, e fodetta Filofofica, quanco perche il tempo potrebbe 
paleiar qualche cofa più fondata e più uerifimile. Tutta uia auendoli pregati in- 
ilantemente , dopo moite fcufe , e protefte di non li mandare effi come cofa Acca- 
demica ma particolare , e di concederne copia quafi fforzati dalla mia importunità , 
llimandoli aborti dell' ingegno loro, e non uere, e legittime fpeculazioni , anno 
ceduto aile mie preghiere. 

La prima n°. i. s) è del Signore Giovanni Alfonfo Borelli. 

La ada n°. 2. *^ è del Signore Lorenzo Magalotti s) Gentiluomo Fiorentino, 
il quale nella fua Adolefcenza da certe fperanze d'una Gioventù , e Virilità ma- 
rauigliola nelle fpeculazioni matematiche, e filofofiche. Spero mandarne un' altra 
d'un' amico di Voltra Signoria ma non l'auendo egli meffa al pulito non fegue con 
quello Corriere. Di quelle due non uorrebbero gli Autori, che fi fpargeiïero copie, 
perche fi come fi confidano che Vollra Signoria et il Signor Vgenio fieno per com- 
patirgli cofi non s'accertano di non efler burlati dagli altri. 

Si ilà afpettando con impazienza la rifpoila al Diuini. La proffima fenza fallo 
rifponderb difFufamente a tutte le cofe ibfpefe da me fin' ora, e mi fcufi dell' indugio 
forzato dalle mie occupazioni, e particolarmente dall' Edizione d'Apollonio '^) 
che mi tiene occupatiffimo. Siamo alla fine del fefto. Doueuaefl^er finito, maferapre 
s'incontrano difficoltà che ritardano. 

Il Signore Bigot Parti per Roma. Il Signore la feliciti. 

Di Vollra Signoria mio Signore 

Seruitore Diuotiffimo Obbligatiffîmo 
Carlo Dati. 

Firenze li 5 Ottobre 1660. 



3) L'Appendice IV, N°. 797. 

■•) L'Appendice V, N°. 798. 

5) Voir la Lettre N°. 793, note 4. 

*) Voir l'ouvrage décrit dans la Lettre W^. 536 , note ' 



CORRESPONDANCE. 1 66o. , I5I 



N° 795- 

Leopoldo de Medicis à Christiaan Huygens. 

4 octobre 1660. 

Appendice II au No. 793. 

La lettre se trouve à Leiden, coll. Huygens. 

Signore Chriftiano Vgenio. 

Efîendo terminato il tempo, nel quale fi è pomto da noi olTeruare Sacurno, reita 
che conforme la promeïïa che io le feci, mandi a Voftra Signoria corne fo aggiunte 
alla prefente, e le noftre ofTeruazioni, et alcune confiderazioni fouuenute nella mia 
Accademia. Circa roïïeruazioni è da confiderarfi quell' ombra che uerfo la meta 
d'Agofto fi è da alcnni ueduta alla parte Orientale fi.iperiore del Globo dj Saturno 
fopra la fafcia, come fi uede nella figura, e perche furono le fere feguenti 6 Nubi- 
lofe, o di Aria non ben chiara, non fe n'è potuto uedere un rifcontro certiffimo, 
Nientedimeno per la confidenza che fi hà nella fiia cortefe difcretezza fe glie ne dâ 
auuifo, perche ancora Voflira Signoria poflTa farne a tempo opponuno le ofl"erua- 
zioni necefl"arie fopra di effa; et non hauendo repugnanza che ella ui pofTa efl^ere, 
pero nelle confiderazioni delli Academicj ui fi difcorre di come in diuerfità di 
Tempi douria con gl'Occhiali perfettj da noi uederfi. Non meno curiofo farà 
l'oïïeruare Saturno, allora quando fi ritrouerà in alcuno fpazio délia uia Lattea, et 
mi faria fommamente grato l'intendere fe Vofi:ra Signoria creda, che per quelli 
.fpazzij che apparifcono ofcuri fra l'Anello, e TClobo di Saturno uihabbia a traf- 
parire al nofl:ro occhio alcune délie infinité firelle di quella gran' via. Io che conofco 
oculatamente la venerazione, con la quale uien rifguardata damiej Accademicj la 
Virtû di Voftra Signoria, et prouo in me l'affetto uerfo di lei, e la ftima che fo del 
fuo merito, non pongo in dubbio che da Vofirra Signoria debba efler riceuto con 
amoreuolezza quanto fi dice da noi con quella libertà, che è folita di ufarfi con 
coloro che amano la Verità. Intanto me le offerifco prontiffimo in tutto quellopofib 
effere dj fua fodifFazione et le auguro ogni profperità &c. 

Al Piacere di Voftra vSignoria 
Il Principe Leopoldo. 

Di Firenze 4 Ottobre 1660. 



Signore Cristiano Vgenio. 



152 CORRESPONDANCE. 1 660. 




N= 796. 

[A.'BoRELLi] à Leopoldo de Medicis. 
Appendice III au No. 793. 

La lettre se trouve à Le'idcn, eiAl. Ilnygein "'). 

Sereniflimo Principe 

ftato letto, e feriamente confiderato da gli Acca- 
demici di Voftra Akiffima Signoria il Libre del 
nuouo Siftema intorno al globe di Saturno vkima- 
mente publicato dal Signor Crilliano Vgenio, e 
giudicato concordemente meriteuole quel grand 
Aftronome délia fna fortuna, nell efler ilato il 2do 
di quei, che nella ferie concinuata di tanci fecoli 
abbiano ridotto fotto l'afpetto degli vomini nuoui 
pianeti del Cielo, quai è la ftella nuouaraente oflèr- 
uata prima d'ogn'altro da Lui girarfi intorno al pia- 
neta di Satùrno, con ftabilirne il periodo délie riuo- 
luzioni. 
A quello poi, chc per la uarietà délie fue mirabili apparenze ha lin' ora agitaco 
le menti dei piu rinomati Ailronomi del Europa, ha egli prefcritto reale immutabi- 
lité di figura ed afpetto, coronandolo d'vna fafcia, alla quale accomunando la 
uertiginc del di lui globo intorno al proprio alTe, c quanta propagande infino al rapi- 
mento délia fua Luna, s'è fabbricata nell intelletto vn idea per la quale s'anno- 
uera quel pianeta tra le machine piiT marauigliofe dell' Vniuerfo. 

Hâ non dimeno quello concetto nobiliffimo del Signor Vgenio corfo anch' ei 
la fortuna délie cofe, che fono infieme grandi e nuoue, non elTendo a queft ora 
mancato chi abbia pretefo d'opporfi a queila nuoua ingegnofiffima Ipotefi. 

Noi pero altrimenti fecondo il coftume dell Accademia di Voilira Altiffima Sig- 
noria ch' è d'inueftigare il uero, col mezzo di riproue efperimentali, Tabbiamo 
inuiolabilmente oflTeruato anche in quefto afFare, per queila parte per6 che puo ri- 
durfi ad efperienza di cofe tanto remote da noftri fenfi, cd efaminando per ultime 
nei congreffi tenuti dauanti ail Altezza Voltra Sereniffima difappaflionatamente i 
cencetti del Signer Vgenio, e quei degl' auuerfarj che fe gli oppengone vi fene 
cadute alcune rifleffioni, le quali nel pregreflb di queflia fcrittura uengono riferite. 

, Prima rifleffione. 

E ftato apportato da gli auuerfarj perl' argumente piià conuincente contre l'Ipo- 
tefi délia fafcia l'apparenza dei pianetini ftaccati per fenfibile fpazie dal difco di 
Saturno, ed attribuita la centinuazione luminofa aile moite refrazioni di luce, che 



CORRESPONDANCE. 1660. I53 

ono proprie dei criftalli imperfetti , per le quali moite piazzette lucide, benche fra 
loro per notabile interualle lontane, apparifcono vnice e che fuccedendo poi diuer- 
famente a gli occhiali più efquifiti, corne fi uede nella via Lattea, doue quell' al- 
bore indifl:into fi riparcifce in vna infinita di fl:elle a fpargere l'ofcurità dell etere 
circonfufo, debba l'occhiale del Signor Vgenio annouerarfi aflxDlutamente tra i 
difectofi, mofl:randofi a lui l'apparenza délie fl:elline ilaccate, a guifa d'vna con- 
cinuata produzione di Luce. Qui s'è fcoperta l'incertezza di tal difcorfo con fenfata 
ei'perienza, e finalmente quell'afpetto che in Saturnononpoteuaefperimentarfi, che 
tra'l termine d'otto o noue anni ., è riufcito a noi artifizialmente di rapprefentarlo. 
E prima quanto al difcorfo. 

Prima figura "). Intendafi il globo di Saturno A circondato dalla fafcia fpianata 
B C E F G alla quale fieno notabilimente inclinati il raggi vifuali in maniera che 
rafîè minore dell apparente Ellifl"e fia meno che la nona parte dell' afie maggiore 
B E. E manifefto che gli fpazi lucidi B E rimarranno dell ifl:efl"a lunghezza, ancor- 
che alquanto rifl:retti, fimilmente li fpazi uani, ed ofcuri fcemeranno qualche poco 
di larghezza, ma le braccia C D F G douranno afix)ttigliarfi a tal fegno che ad 
alcune diflianze rimangano alFatto inuifibili. Or quai marauiglia che le mcdefime 
braccia luminofe C D F G per la loro efirema fottigliezza da in vna immenfa dif- 
tanza fi perdano, ne bafii il ricrefcimento d'vn occhiale di médiocre lunghezza e 
perfezione per ifcoprirle? Smarriti adimque i contorni lucidi, e fottiHffimi degli 
fpazi ofcuri, non è gran cofa che rimangano folamente vilibili i termini efl:remi B E 
délia fafcia^ rimafl:i (benche fcorciati) di lunghezza, e larghezza notabile in forma 
di due piazzette lucide , affai cofpicue ad un occhiale non molto lungo ne efqui- 
fito, le quali e per la lontananza, e per debolezza di luce douranno apparere fl:accate 
dal corpo di Saturno, e rotondarfi, corne fuccede aile corna luminofe di Venere, e 
a tutti gli oggetti , che fi ueggono di lontano. 

Taie fu l'euento preueduto, e poi rifcontrato nella machina materiale rapprcfen- 
tata neir Accademia di Vofi:ra Altezza. La di cui fabbrica vien' efprefl^a nel difegno 
délia ada figura, nella quale potrà ofieruarfi effere fl:ata puntualmente attefa la pro- 
porzione fl:abilita dal Signor Vgenio, che è di 9, a 4. Per che poi fi rendefi"e piu 
fenfibile ogni apparenza, e la palla e l'anello fiu"ono da per tutto imbiancati, indi 
anafprite e fatte fcabrofe con ifprefl!e pennelate di geflb le loro fuperficie, onde 
meglio per ogni uerfo ne riflettefl^ere il lume. 

oda figm-a. Coftituita in tefta ad una Galleria lunga 128 braccia la detta ma- 
china, ed illuminata da 4 torce, collocate in modo, che rimanefiero nafcofic ail oc- 
chio dell ofl"eruatore, fi not5, che quanto minore era l'angolo dei raggi vifuali fopra 
il piano délia fafcia, tanto più andaua riflrignendofi l'apparente Ellifl"e, infin tanto 
che i tratti G F E C D ad un occhiale imperfetto fi faceuano inuifibili, e pur tutta 
uia con efl'o fi feguitauano a fcoprire i due efl:remi B E, che per la lontananza c 



') Consultez la Planche ci-contre. 
Œuvres. T. III. 



154 CORRESPONDANCE. 1660. 



debolezza di luce perfettamente fi rocondauono. A taie che l'apparenza délia ma- 
china in tal collituzione, corrifpondeua alla prima délia tauola del Signor Vgenio, 
che è l'antichiffima del 1610 ofTeruata dal Signor Galilée, cioedi 3 ffere, la dimezzo 
maggiorc, l'altre due minori per brene tratto difgunte dal difco di Saturno. 

Variauafi bene quefta apparenza riguardando l'illefia machina non punto alte- 
rata dalla fiia prima pofizione e lontananza con vn occhiale d'mi braccio e mi 3° 
ma di efqiiifito lauoro, moflrandofi allora Saturno non piu in mezzo aile due ftellc 
B E, ma coronato délia faicia lucida, mercè délie braccia nuouamente refegli dall 
efquifitezza del sdo Occhiale. 

L'iftefTo fu rifcontrato al lume del giorno con l'occhio libero, fituata la machina 
37 braccia lontana dall occhio dalla quale diftanza apparue Saturno in mezzo aile 
2 fl:elle B E fl:accate dal loro pianeta.^ e rotonde; fi Icopriuano poi gli attaccamenti 
délie fue braccia adoprando vn piccoliflîmo occhiale di quei da pugno. 

Ne altri creda efiercene fl:ati aile nofi:re ofl^eruazioni , anzi che piu d'ogni altro 
fummo difficili ad aflerire di uedere fliaccate le due fl:elline B E, come che fapendo 
di certo l'attaccatura di efl"e, andando dietro alla guida délie piazzette lucide a rin- 
tracciare que fili fottilifiîmi che le congiugneuano, ci fù facile tal uolta il figurarceli. 

Per chiarire adunque la uerita di quefta apparenza furono chiamati molti, fra quali 
anche délie perfone idiote, e che non aueflero ueduta d'apprefib l'ordegno di quella 
machina ad ofleruarla, e fattoglele uedere dalla detta diftanza di 37 braccia, e difeg- 
nare ciafcuno a parte, cio che gli pareiïe di uedere, fu coPi patente l'apparenza che 
difegnarono quafi tutti il difco di Saturno in mezzo a due palline rotonde e ftaccate 
per fenfibile fpazio da eflx). 

Difll quafi tutti, non gia che vi auefte alcuno di vifta cofi perfetta, al quale fufl"e 
breue quella diftanza per nafconderli le fottilifllme produzioni lucide C D. G F, e 
fi difegnafie Saturno cinto dalla fafcia, ma per che ui furono alcuni, che o per la 
troppa lontananza refpettiuamente alla lor vifta, o fi uero perloftrano concetto 
partorito dall ignoranza e dalla nouita di quëllo che loro fi proponeua, fi figura- 
rono douerlo efprimere con qualche ftrano difegnO come fecero , in niun de' quali 
fù mai poflibile rauuifare alcuna fomiglianza con l'oggetto ueduto. 

Si uedde finalmente Saturno folitario col-fituar l'occhio nel piano délia fafcia, 
nel quai cafo perdendofi per la loro eftrema fottigliezza i fuoi contorni efteriori , 
rimaneua l'apparenza d'vna sfera perfettamente rotonda. 

Auuertirb bene una fallacia, délia quale nel fuo primo apparire îh. intefa la ca- 
gione , e fubitamente rimoflâ col raftiare dal piano délia fafcia quelle fcabrofità di 
gefîb fatteui ad arte per renderla di rifleffione più viua , poichè per minime ch'elle 
fi fufiero , certo è che a quella piccola machinetta aueuano proporzione fi fatta , 
quale hanno afatica alla noftra terra montagne altiffime, e fi quantunque l'occhio 
cadefle nel piano dell anello , le dette prominenze vi cadeuano perpendicolari , et 
efiendo illuminate rapprefentauano fallaceniente con vna Linea lucida la fuperficie 
efteriore conuerfa délia fafcia, benche fottiliffima, efl^ere anch' ella illuminata. 




yV An d M - T^ ^ L X . 




ati&tf^ g ^f^CAu.ia^v th!^CâmaS> co^V ffccJii'aJJ aé> 2 1// '^^ ^ 





rMiMtahj con icO 



U'anUn Vnaga-ie^^t^ctiaidiiimcai defmtbo di Ja£wrni> (nwiiwaM n&<(msao chvuw!icma.iiv^ 

.^' dtl Bracdo\riormtvnO!^,„j 



CORRESPONDANCE. 1660. I 55 



La ferie finalmence dell altre apparenze ofTeruate dal Signor Vgenio , fa rifcon- 
tratta a datarfi mirabilmencc a quelle, chc con diuerfe inclinazioni délia fafcia rel- 
pectiuamente ai raggi vifuali , délia noftra machina furono rapprefentate. 

2da RifleiTione. 

Benche faccino gli auuerfari gran fondamento, che nella machina artifiziale délia 
nuoua Ipotefi , non riefca il rapprefentare alla vifta tutce quelle apparenze , che 
raccolte da uari ofleruatori riporta il Signor Vgenio nella fua tauola, non par tutta 
uia che fia d'attenderfi moko a quefta difficulta, non eiïendo forfc cofi ragioneuole 
l'indurfi aprefliarfede egualmente a tutte, efiendouene fe non altre alcunadi quelle 
dell Euelio, giamai non ueduta, ma ridotta per fua teffimonianza arbitrariamentc 
aile Icggi délia fua Ipocefi. Reftano adunque i rifconcri più gagliardi per quelle folo 
di Saturno folitario, del mcdefimo accompagnaco dalle due ftelline, e quella nella 
quale finalmente par che conuengano i più diligenti ofleruatori, e che hanno auto 
occhiali più perfetti, corne li Serenifîimi Gran Duca e Principi di Tofcana, il Sig- 
nor Vegenio, L'Euelio, il Diuini, il Riccioli, ed è quefta il globo di Saturno 
circondaca da vn ellifle d'inuariata lunghezza nel fuo maggior diametro, e nel 
minore più b mena riflretta. E chi farà qualche rifleflîone alla faragine délie moite, 
benche ftraniflimc ofleruazioni del Gaflendo, trouera che la Linea, che congiugne 
i centri dei compagni di Saturno , torna per lo più quelle p-parti , délie quali il 
diametro di eflb Saturno n'è '4. Argumento infallibile délia coftanza di quefta deter- 
minata lunghezza, e dell' incertezza del fuo fcorciamento. Ed è gran cofa che chi 
ha ofleruato quefti pianeta con occhiali do tanta efquifitezza , come qui in Firenzc, 
e gli altri fudetti olTeruatori non fi fieno abbattuti ad alcuna di quelle apparenze 
che fi rendano interamente incompatibili con la fafcia del Signor Vgenio, ma folo a 
quelle che con eflâ mirabilmente s'accordano. 

3a Rifleffione. 

Non c' è fortito d'oflèruare co noftri occhiali alcuna ftrifcia ombrofa attrauerfo 
al globo di Saturno, anzi che abbiamo incontrato difficulta inlùperabili nell am- 
mettere groflezza notabile nella fua fafcia. Auuengachc non auendo cfempio in 
natura di materia fi inetta alla rifleffione délia Luce, quant' è il tenuiffiimo etere, 
non fappiamo figurarci, che la materia qualunque ella fi fia, di cui è fabbricato 
l'anello nella fua grofl^ezza, non debba difcoprir ranto quanto alcun bagliore o bril- 
lamento di rifleffione, cadendo le fue produzioni laterali nel campo dell etere ofcu- 
riffimo. Ne s'incontrano folo quefte difficulta nella fua fuperficie cilindricaconuefili, 
ma anche nella concaua efpofta alla noftra vifta, anzi che tutte nell inftrumento 
meccanico furono praticate. Ci fiamo percio attenuti a formar l'anello di notabil 
fottigliezza , parendo a noi che ci ibttragga quefta dalle difficulta che in coftituirlo 
altrimente s'efperimentano. Auiamo bene riconofciuta un altra neccffita di Zona 



156 CORRESPONDANCE. 1 660. 



ombrofa douer cignerfi di quando in quando incorno al pianeta , anche fuppofta la 
focciglieza dclla fua fafcia, nafcendo quella non dall afpccco délia fuperficie cilin- 
drica conuefTa, ma dallo fbattimento dclla larghezza dell' ifteffa fafcia. Perlo che dee 
uariare anch' ella di fico , ed alcune uolte interamente perderfi. Ne ci arreca mara- 
uiglia il non trouarucla ora , elTendo cadute le noftre ofTernazione in tempo che la 
cofticuzione délia terra di Saturno e del foie l'occultaua alla noilra uifta, corne 
dalla feguentc dimoftrazione fi fà manifefto. 

3a figura. Attendafi alla prefente coftituzione di Saturno in A prima congiunto , 
e poi opopofto al foie in S. Pongafi oppofta a Saturno la terra in T, e '1 piano che 
paflà per li centri T S. A che fia eretto al piano dell eclittica, faccia la comun fe- 
zione TS, in Saturno il cerchio GBC, e nella fua fafcia la retta linea E CAD che 
paiïa pel centro A. Manifefl:a cofa è che in quefl'anni correnti il Polo G boréale di Sa- 
turno (fecundo l'Jpotefi del Signor Vgenio) è egualmente efpofloallaviila del Sole 
e délia Terra, e per5 la parte inferiore délia fafcia EC cadendo fotto '1 piano S A. 
deir orbe di Saturno rimane cfpoita anch ella à raggi viluali, e del Sole. Adunque fe 
dal punto E fi tirera una retta EF parallela alla SA, la quale com' è gik noto andrà 
quafi di pari col raggio fol are , il punto F potrà concepirfi per termine dell' ombra 
FC prodotta dall anello opaco fu, l'inferior fuperficie del globo di Saturno. Jn 
oltre per che in quefti profllmi anni la latitudine di Saturno è fettentrionale, doura 
il raggio TA cadere in I fopra'l piano dell ecclittica TS , e farà l'angolo S AI 
dalla parte fettentrionale G. Adunque fe dal punto E fi tirera una retta linea EO 
parallela alla I A potrà pigliarfi pero pel raggio vifuale, e caderà fotto il luminofo 
EF uerfo'l polo di Saturno auftrale, e fi ferirà nel campo di Saturno illimiinato 
dal Sole. Adunque congiunto Saturno al foie per un quadrante prima e poi non fi 
fcoprirà dalla terra vna minima parte del ombra generata nel fuo difco dall in- 
ferior parte délia fua fafcia. 

4a figura. Jntendafi ora la terra in T collocata tra'l Sole e Saturno, cioe oppofiio 
Saturno al Sole; per efl"er la ilia latitudine fimilmente fettentrionale, adunque il rag- 
gio vifuale lA necefl'ariamente caderà in I fotto il piano dell orbe di Saturno S A 
dalla parte B uerfo C, e perb tirandofi la retta EO parallela alla lA, fara quefta il 
raggio vifuale che caderà fra punti FC (per effere S A. EF parallèle) adunque 
ferira detto raggio nello fpazio ombrofo FC e Ti potrà fcoprirne qualche parte la 
terra, aggiuntoui il tratto dell ombra ffumata, che produce il Sole nella fuperficie di 
Saturno dal punto F uerfo '1 polo auftrale e quefto non folo auuerrà nell articolo 
dell oppofizione di Saturno al Sole, ma per un quadrante prima e poi. Non è 
adunque marauiglia che di prefente non fi difcopra quella flrifcia ombrofa dalla 
parte inferiore, che forfe il mefe d'Aprile di quelt Anno afllii diftintamente appa 
riua e che forfe accofi:andoci al Maggio dell auuenire fi renderà notabilmente 
fenfibile. 

Non fi lafcia di reflettere taie fl:rifcia d'ombra douer fottilifllma, che è la cagione 
per che non s'ardifce d'afl"erire indubitatamente che ella per fe medefima quando 



CORRESPONDANCE. 1660. 1 57 



non vi concorra akra cagione ad accrefcerla, render fi debba a baftanza vifibile 
anche ad un occhiale d'efquifito lauoro. 

4a Rifleffione. 

Avuengache la maggior parce de noftri Accademici concordino d'auer oiïeruato 
in quefl:i due vltimi mefi di Luglio c d'Agofto , un breue tratco d'ombra fù la parte 
fijperiore orientale délia fafcia di Saturno, per la quale fi perdeua Tapparcnte at- 
taccatura di quefia al difco de! pianeta, pare che pofla dedurfene argumente 
molto efficace a fauore del Signor Vgenio, corne fi puo raccorre dalla dimofl:ra- 
zionequi annefia, infieme col pronoflico délie alterazioni, che dourebbero ofieruarfi 
nella detta ombra , nell ofieruazione de mefi auuenire. 

5a figura. Jntendafi il globo di Saturno in A. circondato dal fi.io AnelloBCDE e'I 
Sole in S. fecondo l'Jpotefe del Signor Vgenio il polo boréale di Saturno H che è 
anche polo dell anello, caderà per alcuni anni nell emisfero illufl:rato dal Sole BDGF, 
ne fi altérera con apertura notabile la prefente apparenza délia fafcia per quefl:i 
due proffimi anni, che correrà il pianeta nel fegno dello Scorpionc. Suppofto quefto 
la linea SA. che congiugne i centri di Saturno, e del Sole paflîi pcl polo M del cer- 
chio BDGF. e l'ombra che fi créa nella parte oppofi:a di Saturno farà indiritto al 
raggiô SA in forma di cono, la di cui bafe farà il medefimo cerchio finitore BDGF, 
e per che l'anello BCDE fi fuppone llaccato dal globo di Saturno per notabile inter- 
uallo, ed è al fuo piano inclinato il raggio SA, ma non in modo, che l'afle minore 
dcir apparente ElliiTe ecceda il diametro apparente di Saturno, adunque è necef- 
fiirio, che la parte pofl:eriore di detto anello quai è la BF cada nella detta ombra 
fpiccantefi dal corpo di Saturno. Onde chi potefie fcoprire in maefià l'anello di Sa- 
turno intero, rauuifercbbe tutto l'arco BCDEF illuminato per efiere efpofto ail' 
irradiazione folare, e l'arco FB, immerfo nell' ombra di Saturno, ofcuro. E per 
che adeflx) fi troua il Sole negli octo gradi di Vergine, viene ad efl"er l'angolo nella 
terra ATS poco più di 6o-gradi , e l'angolo TAS che è la profl:aferefi dell orbe fara 
5-gradi. Notifi in oltre il fito délia "erra in T efl"er piii orientale di Saturno refpet- 
tiuaraente al Sole. E per che i centri délia terra e del Sole, come anche il cerchio 
KMN. fono nell ifteflï) piano dell eclittica, dourà il raggio vifuale TA fegare il 
cerchio KMN in vn altro punto come O lontano dal punto M 5 gradi, e farà il 
punto O polo del cerchio finitore délia vifl:a in Saturno , come lo è il punto M. 
dell irradiazione folare. E per che quanto s'allontanano i poli , altrettanto fi difco- 
ftano i lor ccrchi maflîmi, fara il cerchio mafllmo DLF .•;.'•'•■ finitore dei raggi vi- 
fuali, difcollo per 5 gradi dal cerchio BDGF e per tanto fpazio s'inoltrera detto 
cerchio FLD .•;.••■■■ nella parte tenebrofa, fcoprendo tutti quegli oggetti, che di la da 
Saturno, nello fpazio di 5 gradi fi comprendono. Ma in taie fpazio cade come di- 
cemmo la piccola porzione B //■'■ dell anello di Saturno BF immerfo nell' ombra 
di quello ; adunque dourà da noi quella tal parte da B uerfo /■■/■■ necefl^ariamente ue- 



158 



CORRESPONDANCE. 1 66o. 



derfi ombrofa tra '1 difco lucido di Saturne , et il rimanente délia fafcia illuminata. 
Più marauigliofa apparenza farcbbe le s'auueraïïero le ilrauaganti mutazioni , che 
douranno oflTeruarfi nella detta ombra; per che continuandofi la ferie dell oflerua- 
zioni , andrà quella a mano a mano fcemando e finalmente uerfo la meta de! mefe 
d'Ottobre vicino ail occafo uefpertino fi perderà interamente ed apparirà vnita ad 
difco di Saturno. Ma dopo l'eforto matutino coraincerà di niiouo a comparire nel 
corno iuperiore occidentale in F , et andrà fempre crefcendo finche uerfo la fine di 
Dicembre fi iiedrà uguale a quella che in oggi s'oflln-ua , ne quiui fi fermera , ma 
proi'eguendo a difi:enderfi fi moftrerà maffima uerfo il mêle di Febbraio dell Anno 
auuenire, e allora dando uolta al principio di Maggio finira d'occultarfi. 




") Refleflioni fatte ibpra il mio Syfl:ema Saturnio dagl' academici Fiorcntini, 
nelle quali ha gran parte il Signor Alfonfo Borelli, profefi^or délie mathematiche 
nella academia Pifana. Inviate li 5 Ottobre 1660 [Chr. Huygens]. 



CORRESPONDANCE. 1 66o. 



159 



[A. BoRELLi] à Leopoldo de Medicis. 
Appendice IV au No. 793. 

La lettre se trouve à Leiden, coll. Hiiygens ")• 

Sereniffimo Principe 

Cofi grande e tîinto ammirabile è la ricchezza délia natura , che con gran' dif- 
ficoltà , e dubbiezza arriua l'intelletto humano à comprenderne il magiftero , e à 
proferirne le cagioni. Si come adunque non fi dee chiamar temerario chi fi mette 
à fpeculare fopra l'opère d'efl^a più ammirande , e per uie non bactiite tenta di fal- 
iiarë infolite, e nuoue apparenze del Cielo da noi feparate per fi gran tratto, cofi an- 
cora non fi dee afcriuere à viltà, ne à fouerchio timoré s'altri fi protefi:a in tanta in- 
certezza di propor' folo dubbiofamente il' fiio parère fenza mai afîèrir' cofa veruna. 
Richiefto adunque délia mia opinione circa la nuoua pofizione di Saturno, prima 
di pronunziare quanto m'è pafl^ato per l'intelletto, ricordo alla difcretezza di chi leg- 
gerà quefta mia breue fcrittura , che ie ad alcuno parefix;ro troppo arditi , e nuoui 
quefti miei penfieri , nuouo , e fi:rano è ancora il Problema di cui fi tratta. E fe ad 
altri troppo dubbiofo, e irrefoluto il mio parère, troppo alta, et ofcura è fimil- 
niente la verità che da noi fi ricerca. 

Dico per tanto , che l'Ipotefi délia fafcia , 5 ciambella fottile la quale circonda 
Saturno, ftaccata perb dalla fuperficie di quello , fodiffa fe non in tutto alla mag- 
gior' parte dell' apparenze; ma refta tutta via da efaminare la fifica poffibilità di tal' 
pofizione cioè fe l'efifirenza, 6 la generazione di detta ciambella fia pofllbile 6 no : 
Secondo fe poflTa durare e conferuarfi perpetuamente: Terzo fe pofili obedire, e 
fecondare il moto di Saturno mentr' egli fcorre per l'eterc fluido. 

Quanto al' primo pub efl^er' la fuftanza di detta fafcia 6 di materia dura, e con- 
fiftente 6 fluida. Se fi voleflc concéder dura non vi fcorgo impofllbilità ; ne per che 
quefta è cofa fenza efempio, adunque ne fegue, che non pofi'a darfi in natura, 
poiche del' teforo inefaufto, et infinito délia natura la maggior parte rimanc a noi 
ignora , e per5 fcuoprendofi di mano in mano qualche duno degl' elFetti d'eflli fa- 
ranno per la prima volca fenza efempi non conofciuti , e non intefi i fini à i quali la 
natura gl'adoperi, ma chi volefle credere efier la fuftanza di detta fafcia fluida, non 
fo vedere, che vi fieno repugnanze in natura, che la rendano impofïïbile; perche 
potrebb' ella generarfi da vapori eruttati da voragini fimili à i noftri vulcani, c mon- 
gibelli '), i quali fuflcro collocati lungo l'equinoziale di Saturno : ne è impofllbile 
che fomiglianti vapori arriuati à quella tal' altezza dell' aria, o etere ambiente 
Saturno, doue vengon ridotti ail' equilibrio fi fermino fenza pafllir' piu oltre, e 
poflo , che intorno à Saturno non vi fpirino venti (il che anche non è impofïïbile) 
non v'e ragione per che debbano vfcire dal' piano dell' equinoziale. Di più per che è 

') Nom que les Siciliens donnent à l'Etna. 



l6o CORRESPONDANCE. 1660. 



aflai probabile, non che poffibile che Saturno fi riuolga intorno al proprio alTe, ch'è 
paralello ail' aïïe del' mondo, e dell' noftro equinoziale, e che cal' vertigine fia par- 
ticipata da i corpi aderenti al' medefimo Sifliema, dentro al' quale verra ad eïïer' 
inclufa la detta ciambella vaporofa, potrà in ogni modo corne fluida non afFatto 
fecondare la vertigine di Saturno; e cofi verranno à riemperfi gli fpazi délia fua 
latitudine onde venga à perfezzionarfi, et contornarfi la fuperficie piana di detta 
ciambella; oltre à ci6, perche i detti vapori nella denfità, e grauità non fono fimilari 
pofibno i meno graui equilibrarfi piu d'vn Diametro lontani da Saturno, et i piu 
graui, e poffibile, che s'equilibrino con l'ambiente fluido poco piu d'vn femidiame- 
tro lontani dullo fi:efro Saturno. 

Con maggior facilita potrebbe generarfi la detta ciambella fluida fenz' hauer à con- 
durre tutta la materia vaporofa, che compone la detta ciambella dallo fl:efi"o corpo 
di Saturno in tanta lontananza. Trouanfi non pochi fluidi che dalla mefl:uradi poche 
gocciole d'altro liquore fi trafformano da trafparente in opaco, e pel' contrario 
d'opaco, che gl'era diuien trafparente, il che frequentemente s'ofl^erua in tutte le 
acque forti ripiene di metalli, e minerali da efle corrofi, le quali poche gocciole 
d'olio di tartaro, 5 d'altra cofa fimile tolgono loro la trafparenza, e le fanno diue- 
nire opache niente meno d'vn marmo. Anzi quefto medefimo effetto nell' orina lo fa 
la femplice freddezza, che di trafparente la fa diuenire opaca, e per lo contrario il 
calore la rifchiara. Suppofi:o quefto fe la regione aerea ambiente Saturno fofl^ed'vna 
tal' natura anagola ") ail' acque ftillate in piombo, ô ail' acque forti incorporate d'ar- 
gence etc. e fe limgo l'equinoziale Saturnino fuaporaflero pochiffimi fumi analoghi à 
quelle poche gocciole d'olio di tartaro, facilifiamente potrebbe intorbidarfi, e ren- 
derfi opaco vn' anello fottile di tant' altezza, quanto dura la detta materia intorbiùa- 
bile attorno à Saturno, e perche come s'è detto fi pub fupporre, che la regione non 
fuggetta all'agitazione de venti rimarra il detto anello nell' ifteflx) fito. 

Ne è marauiglia che lungo l'equinoziale Saturnino fi vomitino i detti vapori, e 
non d'altroue, conforme non da tutte le parti dell' animale e délia terra fvaporano, 
ed efcono alcuni determinati vapori, e liquori. 

Secondo circa la perfeueranza, e durazione di detta ciambella quand' ella fi fup- 
ponga folida, e dura non hà difficoltà che poiïh. conferuarfi come gl'altri corpi mon- 
dani. Ma fe ella non c dura potrà in ogni modo continuarfi, quando il pabulo con- 
tinuamente gli venga fomminillirato, come la regione vaporofa, e crepufcolina délia 
nortra terra, dura fempre per che fucceffiuamente fi rimette quello che fi confuma. 
Ma chi ne volefic vn effetto fomigliantiffimo nella nofi:ra terra confideri la Zona 
fredda comprefa dal' cerchio artico, l'aria fopraflante alla quale è fempre ingom- 
brata da vapori aquei, i quali per lungo tratto fono gia addiacciati in forma di neue, 
che perlo fuo poco pefo con gran lentezza va mouendofi ail' ingiù, ma la medefima 
vicino à terra fi difTolue, e di nuouo riduccfi in forma fluida aquca, ma per tutto 



-) Lisez: analoga. 



CORRESPONDANCE. 



i66o. l6l 



lo fpazio fuperiorc nel' qiialc fi manteneua informa di neue era bianchiffima, c per 
db riflettendo il lume ripercoiTo dourebbe à clii da lontano riguardaffè cal' regionc 
trafuerfalmente rapprefentare come vn' anello opaco, e bianchiflîmo attorno délia 
terra fectencrionale ftaccato dalla fuperficie tcrreilre, e per clie ibmigliance genera- 
zione di vapori, c di neue in quella regionc è perpétua per rimetterfi fuccefîîua- 
mente quello che va perdendofi, Adunque non c impoffibile, che attorno Saturno 
fi mantenga vna fomigliante generazione conferuata da vn iuccefliuo pabolo [?], 
che dal corpo di Saturno le venga fomminifirato. 

Ne v'è pericolo che la figura di decta ciambella poflavariamcnte figurarfi; per 
che fi fi.Tppone tutta la regionc fluida attorno à Saturno per grande ipaziohauer' 
natural' inclinazione d'accoftarfi, grauare, e mantenerfi aderente à Saturno: ed anche 
fi fi.ipponc che in tal' regionc non vi fiano venti, ma fia ibmmamente tranquilla, 
adunque cefiando la cagione d'intorbidamento e variazione di figura, e perfeue- 
rando la grauità naturale à mantener' tutta la detta regionc vnita, et aderente à 
Saturno, non potrà in niuna maniera la figura di detta ciambella alterarfi, e mutar 
fito. Vn elFetto fomigliante ofl^eruafi in vna boccia di vetro, nella quale l'acqua il 
vino, et altri liquori fi mantengano feparati, anzi ftrifcie di vari colori nell' illefl"' 
acqua perfeuerano nello rteflb fito, pofitura, e figura, tutta volta, che l'acqua fi 
mantenga tranquilla, e non punto agitata da onde, 6 altri iuterni mouimenti. 

Reftaci l'vltimo pimto da confiderare, in che maniera girando Saturno per l'etcrc 
fluido, la fua ciambella non refti addietro, 6 fi ripieghi od' acquifi:i altre figure come 
fuccede alla fiamma d'vna torcia velocemente girata , la quale lafcia vna coda come 
la cometa, e finalmente fi diffipa. E qui è da confiderare, che la fiamma délia torcia 
fcommofla pub efi"er' accompagnata mai fempre da vn medefimoambiente d'aria, 
et in queilo cafo non puo ne piegarfi ne fpegnerfi, come fi vede in quel lumi, che 
fon chiufi dentro vna lanterna; ma allora folamente pub ripiegarfi, e fpegnerfi 
quando la medefima fiamma incontra ed vita nell' aria immobile. Ora fe la regione 
che circonda Saturno fofi"e più alta délia ciambella com' è credibile, per eïïer' an- 
nefl"a à Saturno in virtù délia fua grauità, 6 forza magneticha, 6 d'altra cagione fo- 
migliante, che tenacemente la manteneïïe aderente à Saturno, fi che tutta infieme 
venifl^e à formare vn Sifl:ema, verrebbe la detta ciambella di Saturno adefi"er' co- 
perta e difefa dagl' viti dell' etere immobile et in confeguenza non potrebbe ne pie- 
garfi ne diffiparfi. 

Ma ch' occorre cercar' altre ragioni verifimili? non baft' egli veder'fenfatamente, 
che la natura opéra nel Cielo efFetti fomigliantiffimi anzi i medefimi appunto? Gioue 
fi riuolge pure nell' etere fluido, ne i quattro fuoi pianetini Medicei, che lo cir- 
condano hanno punto di difficoltà à lecondar il fuo moto, e mai occorre che refiino 
indietro per gl' viti, et impedimenti dell' etere immobile. Venere e Mercurio e pur' 
vero che non mai abbandonano il foie, ne la fiiella nuouamente fcoperta in Saturno 
rimane addietro : adunque fe noi concederemo vna fomigliante virtù potrà cou la 
medefima facilita girar con Saturno fiiabilmente la fua ciambella, e pero fe la virtu. 
Œuvres. T. III. 2 1 



l6l CORRESPONDANCE. 1 66o. 

che rapifce feco le Medicee rificde in Gioue, diremo parimente che la forza, che 
trafporta la ciambella di Saturno rifiede nel' medefimo pianeta, e chi ilimafTc ch'ella 
folTe propria dei pianeti Medicei, ù cofa analoga h grauith, 5 virti:i magnetica, lo 
fteflb appunco 11 pu6 dire délia ciambella Saturnina, fi che farà lecito à lei non 
meno ch' aile medicee efiere trafporcata infieme con Saturno. 

E -qiiefto balli pérora in cofa tanto niioua, et inccrta, con ferma fperanza che il 
tempo e le future offeruazioni fieno per fomminiftrarci piu cuidenti, e piu faldi 
difcorfi &c. 



") Del Signor Alfonfo Borelli. [Chr. Huygens.] 



N= 798. 

[L. Magalotti] h Leopoldo de Medicis. 
Appendice V au No. 793. 

La lettre se trouve à Leiden , coll. Huygens "). 

Sereniffîmo Principe. 

trana marauiglia, che lo ftudio délie mattematiche e délia 
filofofia, che pur fuole afTuefare gl'animi ail' affoluto domi- 
nio di fe medefimi, et alla temperanza d'ogni piu cieca paf- 
fione, in quella poi che è dell' intelligenza del' vero fi ftol- 
tamente gl'acciechi. Auuenga che fe efl:rae la natura qualche 
nuoua marauiglia da fuoi tefori, in quella di fubito l'animo 
del' filofofo intenfamente fi fiffa, e f c e fuo lapere fi matta- 
mente vagheggia, che non prima dall' imprefa s'arretra, fe 
per lo meno qualche fofco bagliore di verità nell' intelletto non gli rifplenda. Adun- 
que, fe tal' temerario ardimento de riprenderfi in coloro etiandio, cui la Dottrina, e la 
fcienza fi largamente francheggia, quanto douranno temerfi à me più rigorofe l'ac- 
cufe, fe nello fcoprimento délia machina più marauigliofa del' mondo, quai' è la 
fafcia cingente il pianeta di Saturno avdrio pronuntiar mio parère intorno alla di 
lei fifica Goilituzione, à me cui men che ad ogn'altro degl' Accademici di Voftra 
Altezza, e perl' età, e per ifcarfezza di talento ciô s'apparteneua per non dare 
nel' progreffo di queila fcrittura anzi vn teftimonio fia mi lecito cofi dire d'vna 
troppa generofa conniuenza dell' Altiflîma Voftra Signoria nell' tollerarmi in fi 
virtuofa adunanza, che vn pretefto per giufiificar' il fuo arbicrio. 

Euui non dimeno il rimedio ne manca quêfta caufa délia fua difefa, farà quello il 
fottoporre reuerentemente al' giudizio dell' Altezza Voftra ogni mio concerto, 




CORRESPONDANCE. 1 66o. 163 



quefta il profefftire di fcriuere vn fuggecto puramence poetico à fine d'efarainare 
vno di quei modi infiniti, co' quali potè l'immenfo fapere del' fupremo fattore adq- 
perarfi nella fabbrica marauigliofa di quel' pianeta. 

Applicandofi il Roberuallio à coflituire l'Idea d'vn Ipbtefi, con laquale faluar' fi 
poteilero fe firauaganti apparenze, chc in Saturno s'olleruano, fi va immaginando 
folleuarfi dalla Zona torrida di quel' pianeta in gran' copia i vapori, i quali per la 
loro groflTezza, e denfità diuengano ipecchi potentilfimi délia riffleflionc folare, è fi 
la diverficà degT afpctti, deriuarfi dalla difformitk di quell' efiilazioni , le quali le 
per ogn' intorno vengano egualmente (pirate apparirà continuata l'ellifie lucida, 
le folô da alcune parti l'apparenza délie due ilelle compagne, e fe finalmcnte man- 
chi la pioggia afcendente di detti vapori rimarrà fferico, e folitario il pianeta. Era 
cofi facile e puro quefto concetto, che à gran fatica credetti poter' fene trouar' altrô, 
che l'agguaglialîe, camminando anch' io con quell' inuecchiata credenza eiler' pro- 
prio délia natura l'attenerfi di modi piii facili nel' fuo operare. Confiderando nulla 
dimeno quanto s'hauefl"e giufiamente vfurpata la fede vniverfale quefto concetto 
mi venue in mente vn penfiero nobilifllmo del Signor Galileo pel' quale rimafi certo 
regolarfi altrimente nelle fue opère la natura, da quello che noi col' noftro corto 
vedere la ci figuriamo. 

E cofi facile die' egli la formazione d'vna ffera, che fe in vna piaftra piana di 
métallo duro fi cauerà vn vacuo circolare dentro al' quale fi vada riuolgendo cafu- 
almente qualfiuoglia folido afiài grolTamente tondeggiato, per fe fteflï) fenz' altro 
artifizio fi ridurrà in figura fferica, piu che fia poflibile perfetta, purchè quel' tal' 
folido non fia minore délia ffera, che païïalTe per quel' cerchio,e quel' che v'è 
anche piu degno di confiderazione è, che dentro à quel medefimo incauo fi forme- 
ranno ffere di diuerfe grandezze. Attendiamo ora à quel" che vi voglia per ridurre 
alla perfetta fomiglianza del' vero vn cauallo, 6 vna loculta, e troueremo, che non 
v'harâ al' mondo fcultore cofi induftriofo, che fia valeuole a farlo: per che fi conie 
la fomma ageuolezza nel' formare vna ffera deriua dalla fua aflbluta femplicità, et 
vniformità, cofi la fomma irregolarità rende difficiliffimo l'introdurre altre figure, e 
percib anche la figura d'vn faflb rotto cafualmente con vn martello, 6 fpiccato da 
vn maflx), 6 arrotato per vn letto d'vn fiume, farà délie difficili ad' introdurfi efiîendo 
efl"a ancora irregolare forfe piu di quella del' cauallo, e pur' è forza dire quella 
figura che cgi' ha hauerla cofi perfettamente qualunque ella fi fia, ch' alcvn' altra fi 
puntualmente non le s'afl^efti. 

In fin' qui col Signor Galileo, applicando ora al' mio propofito, fe délie figure 
irregolari, e per ci6 difficili à confeguirfi pur' fe ne trouano infinité in natura per- 
fettilfimamente ottenute, come in ogni faflx) ci fi rapprefenta, e délie perfette ffe- 
riche 6 niuna, 6 radifllme trà eflî ne troueremo, con quai' ragione douremo noi 
figurarcela cofi auara, 6 infingarda, che tenga fi Itretto conto di rifpiarmo 6 fatica 
nella fabbrica délie fue marauiglie piu rare? E non dir' pii^i tofto tutte l'operazioni 
benchè ammirabili efferli egualmente ageuoli, ne regolarfi ella dalla baflezza di 



164 CORRESPONDANCE. 1660. 



noftre forze che ci finghiamo difficile ad effa, 6 infolita la coftruzion' d'vna mac- 
ch.ina che troppo da nollri concetti fi lieui ? 

Facto ardito da quefia rifleffione mi fouuenne il principio, che attribuilcc Renato 
DesCartes nel' capo nono délie fue météore ail' apparenza di quegl' aloni , che 
intorno al foie, et aile ftelle tal' volth fi colorifcono. Die' egli efrerelparialaregione 
pin fredda délia noitr' aria d'alcuni vapori addiacciati à guifa di llelline minutiffimc 
le quali abbattendos' in gran copia trà alcuna ftella, e la noftra villa, di quella oltre 
alla piramide diretta, che vien à ferirci l'occhio, molti etiandio di quel raggi, che 
per altri doue fi fpargono con le loro fiiperficie rifrangono, e fi ail' intorno di ciTa 
dipingono l'apparenza d'vn Iride. Che che fia délia verità di quefto difcorfo , dif- 
correua cofi. 

Se intorno alla nofi:ra terra vegghiamo continuamence folleuarfi vapori, e di 
quelli arriuati ad' vna tal' diitanza altri cammafllarfi in acqua, altri ripiouer in rug- 
giade, altri in neue 6 gragniole, non è egli molto probabile, che l'Atmoffera di 
Satm-no tanto piu lontana dal foie fia fempre grauida di vapori grofllfllmi, anzi che 
per l'ecceffiuo freddo à fatica foUeuati non paffino altrimente pe graui di ruggiade 
di pioggie, o di neui, ma ben preflo fi gelino in diccioli rainutiffimi quali farebbero 
(diro cofi) le fiille délie noftre ruggiade fe s'addiacciaffero? 

E notifi, che quantunque efalino per ogn' intorno al' giobo di Saturno i vapori, 
non per cio folleuati ch' è fono gli formeranno ail' intorno vna perfetta ffera vapo- 
rofa, conciofliacofa che intorn' ail equinoziale, et alla Zona torrida faranno molto 
piu tenui, che verfo i Poli, onde afcenderanno ad' equilibrarfi piu in alto, che in 
altri pararelli, e fi circonderanno il' pianeta à guifa d'vno fferoide prolato, riuol- 
gendofi intorn' à fuoi Poli, cioè intorn' ail' affe minore del' loro Elliffe. Sarà adunque 
aiîai probabile, che doppo inalzati ad' vna determinata altezza, tutti finalraente corne 
dicemmo fi gelino, ma quei che fono intorno ail' equinoziale, corne piu tenui s'addi- 
accino in ftelline piu minute, onde ageuolmente s'equilibrino al' contrario di quci 
piu denfi addiacciati di qua, e di là dall' equatore per notabile fpazio in verlb i Poli, 
i quali per la loro grauezza faranno piu facili à ricadere. Si che fpiccandofi di qua, 
e di la ail' affe maggiore dello iTeroide vaporofo due porzioni d'effo dourà rimanere 
per notabile fpazio intorn' ail' equatore vna Zona di minutiffime ilelle di diaccio. 

Potrebb' opporfi da alcuno, che militando quefi:' iftefle cagioni intorn' alla Zona 
torrida di ciafcun' pianeta, dourebb' ancora intorn' ail' equatore di eflï conferuarfi 
vn tratco aifai cofpicuo di vapori, che faluo in Saturno in alcun' altro non' apparifce. 

Rifpondo, che mal' fi deduce vna tal' neceflità, auuenga che per render' offerua- 
bile vna tal' apparenza in Saturno, io non fiimo fufficiente quel' che fin' ora s'e 
detto, ma che vi fien' concorfe alcre cagioni, come ncl' progreffo di queila poefia 
fi farà manifello. fi che quando s'arriualîe in fin qui dagl' altri pianeci, non baile- 
rebbe per far' vn' apparenza fenfibile fimile à Saturno. Dico in oltre, che vna fafcia, 
quai' noi fupponghiamo di vapori addiacciati molto ragioneuolmente fi colloca 
intorn' al' pianeta piu remoto dal foie, che ad' altri ad efib piu vicini. 



CORRESPONDANCE. l66o. 1 65 

Profeguendo turta via il' concepito Entiifiafma, mi fforzero di moftrare non effer' 
tanto lontano dal' peter' congiecturarfi anch' in altri pianeti efFetti finiiglianti, 
benchè nien' ofleruabili à proporzione délia maggior vicinanza col foie. 

Serine il Signor Vgenio à capite 6. del' fuo libro del' nuoiio fiftema, hauer' egli 
bene fpeff' olTeruato le fafcie di Gioue piu lucide del' rimanente del' fuo difco, affe- 
rife in olcre hauerle vedute alterare nella lor forma, et in diuerfi tempi accortarfi, 
e difcortarfi da loro per qualche tratto. 

Ond' egli moko probabilmente deduce, e dalla rifleffione piu viua, e dall' inco- 
ftanza di figura, e di fito efïer materia affai fimile aile noftre nuûole generate or quà 
or là dair eleuazioni dei vapori che or' inquefto or' in quel' crima ') piùi fi condenfino. 
' Anche di Marte riferifce vna fimil' apparenza d'vna fafcia ombrofa, chelocinga, 
ne la fua ofcuritk dee attenderfi per efler' forfe quel vapori piu tenui eflendo quel' 
pianeta pivi vicin' al foie, che non è Saturno o Gioue, epercio di rifleffione piu 
debole. 

Doue io noto l'afpetto di quelle fafcie moflrarfi fempre à i dintorni dell' equino- 
ziale, ne mai vagare in vicinanza dei Poli. Non potrebb' egli efler' adunque la 
cagione producitrice di tali marauigliofe apparenze fimigliante a quell' illefla, che 
refa piu. valida a proporzione dell' immenfa lontananza dal' foie, le produce in 
Saturno fi facilmente ofleruabili? 

Ardirô piu. Chi (a che quel' tratto di Cielo, ch' intorn' alla nofira terra fi co- 
ilantemente nuuolofo affligge con le fue vampe gl' habitatori del' noftr' equinoziale, 
e quelle nebbie fi foke, che dagl' 85 gradi di latitudine rendono fi fofca, e caligi- 
noia l'arca -) de l'Polo, non riconofcano vna fimigliante cagione, e cofl:ituifcafi in vn 
certo modo vna icala délia denfità dei vapori mofl:randofi maffima in Saturno, mi- 
nore, ma pero aflai offeruabile piu ch' in ogn' altrO in Gioue, meno in Marte, mini- 
ma nella terra (non eiTendo forfe cofi ferma e fi:abile quella flrifcia di nuuole intorn' 
air equinoziale, che tal volta almeno per alcuni tratti non ifparifca) e final mente 
nulla in Venere et in Mercurio vagando quelli viciniffimi al' Ible ibcto la pioggia 
profufiffima de fuoi raggi. 

Non è gia ragioneuole il dirfi che vna luce cofi accefa quale ci manda la fafcia 
di Saturno , e forle piu viua di quella del' di lui difco, fia vna femplice refrazione , 
quale fupponemmo i colori dell' Iridi cingenti le ftelle , le quali benchè à noi vici- 
niffime, pure di colori aflai flauati e languidi fi colorifcono. Sarà dunque afl"ai pro- 
babile illuminarfi la fafcia col riflettere , non col rifrangere la luce e fe ad alcuno 
per vn riperquotimento fi uiuo non giudicafl^e bafteuole la fuftanza tralparente 
di quelle flelle di diaccio. 

Potrebbe dirfi, che fi corne l'acqua per la fua fluidità non obedirebbe perfetta- 
mente al moto délia noftra terra (quando mai fi moueflR;) corne ne i flufll, e reflufll, 

Lisez: cima. 
-) Lisez : arco. 



l66 CORRESPONDANCE. 1660. 



è manifefto, cofi forfe l'aria ambience Saturno parcicolarmcnte intorn' al' fuo equi- 
noziale , don' ha il mouimento rapidilTimo non obedire interamente al moto del' 
fuo pianeca, e tanto meno le s'abbattefTero intorn'a quell' equatore pianure e tracti 
grandi di raare, doue liberamence vagafTe fenza venir' porcata tra feni di mon- 
tagne altiffime e n' habbiamo 1' eiempio in quel' vento coftante , che da Oriente in 
Occîdente fpira pè noftri mari attribuito diuinamente dal fignorGalileoàqueftaca- 
gione. Non faria dunque marauiglia che quelle ftelline di diaccio galleggianti nell' 
aria tanto, quanto contumace alla vertigine del' pianeta anch' elleno in quei fluflî , 
e reflufli aerei, non efTendo tenacemente fra loro collegate per effer' di luperficie 
terziffime variamente vrtandoli et infieme arrotandofi fi ftritolino , e fi diuengano 
atte alla rifleflione del' lume, come vegghiamo accadere al diaccio, al Criilallo, dt 
al' vetro , che triti , e pefti di trafparenti bianchiffimi diuengano , ne piu l'imbeono 
anzi ribattano con la moltiplicità délie loro minime fi.iperficie in larghifïïma copia 
per ogni banda la luce. 

Cofi farebbefi generata intorn' ail' equatore di Saturno vna fafcia obidientiffima 
al' moto circolare in fe ileiïh. , che efTendo la di lei fuperficie interna per quei ftrito- 
lamenti afprifllma, haïu'ebbe molti attacchi per efl"er' portata in giro dall'aria, 
che à lei contigua, fà vortice intorn' ail' afie délia reuoluzione dell' ilteflx) Saturno. 

Rimane ancora vna difficokà, ch' efl^endofi collocata queita fafcia nell' Al- 
tezza per meïïh. ail' eleuazione de vapori , farebbe da noi imperccttibile , oltre che 
inalzandofi quegli tal' ora in maggior copia, e condeniandofi notabilmente a 
guifa délie nofi:re nuuole dourebbero bene fpeffo arriuare à quellamedefima altezza, 
fupplendo di quà, e di là alla fafcia con due porzioni nuuolofe di sfera, torlaci 
fouenteuolte di villa , e confondendo con la loro rifleflione il di lei tratto mofirarci 
folitario Saturno rinchiulb nelle Sferoide de vapori che di fopra s'e detto. 

Bifogna immaginarfi tal' fabbrica non altrimente fatta col' globo di Saturno, 
ma in progreflx) di qualche tempo , e poter' efl^erfi dato cafo , che doppo ridotta ad 
vna Zona di ftelline rainutiflime di diaccio à poco à poco habbia hauuto vn fifllimento 
piû forte, come è credibile fortirfi dalle perle o altre gioie benchè non trafparenti, 
e per cio' atte alla rifleflione del' lume, le quale fi credono generate per addiaccia- 
menti , e che tutte fieno prima paflrite nel' primo grado di fifliizione , cioe d'acqua 
femplicemente congelata. Quali poflano poi effere ftate le cagioni d'vn fecondo fifla- 
mento nella fafcia diacciata di Saturno fi puol credere efleruene concorfe tante 
quante Ibno quelle che operano vn tal' effetto in natura. Sieno quefte o fali vola- 
tili, 6 Zolfi, potrb figuranni intorn' ail' equatore di Saturno fpefliflime minière 
di quelle tali materie, che operaflero continuaraente nella fuftanza di quel' diaccio 
con le loro efalazioni. 

Suppofto quefto egl'è infallibile e l'efperienza lo dimoftra, che empiendofi vna 
palla di vetro, con vn collo Ibttilifllmo d'acqua, 6 altro quai fi fia liquore tenuta 
poi fepolca nel diaccio fparfo abondantemente di fale , fi vede il detto liquore ab- 
bafl"arfi per qualche grado nel' collo ibttilifllmo di quel' vaib. Arriuato che gl'e à 



CORRESPONDANCE. 1660. 1 67 



quel' fegno (che replicandofi l'efperienza nel' vas' ifteffo farà fenipre inuariato) 
incoraincia à folleuarfi . e giunto con moto afiai lento ad vna tal' altezza e cauandofi 
la palla di fotco al diaccio fi vedrâ il' liqnor' ancor fluido e trafparente , ma fe farà 
fiil' confine dell' addiacciarfi in vn tratto fi turba et ifi:antaniamentc la traipa- 
renza fi perde, diacciando infin' al' centro del vafo vnifonnemente , e rarefacendofi 
con forza marauigliofa. Poiche quel'licore rimaflo fopra la mafia del diaccio nel' 
collo del' vafo con vn falto velocifiimo fi iblleua per centinaia di gradi [?] ne prima 
fi riduce; che la palla inferiore non fi liquefaccia: et adopiandofi à tal efperienza 
palle bcn grofi!e d'argento , e di bronzo meflTe piene d'acqua à diacciare ferrate con 
vite fortiffime 'nel' gelarfi quella interiormente, le dilata, e le fpezza. 

Euui adunque in natura vna tal' maniera di congelare. Perche dunque non potro 
io dire, che ridotto il diaccio di quella fafi:ia vniformemente in tutte le fiie parti ad' 
vna' diipofizione profllma à riceuere a guifa délie gemme vn' fecondo grado d'addiac- 
ciamento piu fiflb, sfumandogl' ail' intorno vniformemente l'efalazioni 6 altre caufe 
producitrici di tal' eifetto non habbia anch' ella riceuuta vna volta tal' forta d'addi- 
acciamento fortifllmo, et indilTolubile, et ricrefcendo col fuo rarefarfi in vn folido 
fimile , ma maggiore non fia per ogn' intorno egualmente difcofl:ata dal' globo di 
Saturno, e folleuata dal' baflTo tratto dell' eleuazione de vapori, onde, fi condenfino 
pur quelli in nuiTole, e fi diuengano fpecchi viuiflimi di riflefllone , ch'ella fl:ando 
loro al' difopra pel vafio tratto del' fuo rarefarfi non mai confonderà con effi la 
propria luce. . 

Ecco adunque intorn' à Saturno vna fafcia folida di riflefllone fommamente 
accefa, e percio fempre permanente, e vifibile. E la natura haurà faputo dalle 
proprie anguftie operare à fuo prc) hauendo riparato al rigore intollerabile di 
queir immenfa lontananza dal' foie , con fabbricarfi à forza di freddi iblo , e di 
diacci vn rifleflx) di lume, et vn fomento perpetuo onde s'attemperi l'aere di quel' 
pianeta , e fi cauato dal' proprio maie indirettamente il fuo bene. 

Ne altri dica, che militando fempre l'iftefl^e cagioni, che produfl"ero la prima fafcia 
dourebbero nel' progreflb del' tempo altre , et altre formarfene à guifa di crofte in- 
teriori, infin' tanto che refirignendofi il' vano fra efl"e, e Saturno harebbe à rimanerui 
imprigionat' il pianeta ftretto da vn piano lucido nel fuo equinoziale. Auuenga 
che quefta fafcia ifteffa con la valida riflefllon' de fuoi raggi fpazza intorn' ail' 
equatore del' fuo pianeta quell' oceano di fielline addiacciate, che non efl'endouene 
altra da prima vi fi raguno à generarla. Onde moltifllme ne difirugge , e difiblue , 
e f 1 quantunque concorrano le cagioni per fofieneruele in gran' copia ammafl!ate , 
non dimeno quell' affiduo riperquotimento di luce non ve ne lafcia ragunare in tanta 
copia, che poflano in progreflb di tempo in altre fafcie addiacciarfi &c. 



") del Signor Lorenzo Magalotti [Chr. Huygens]. 



l68 CORRESPONDANCE. 1660. 



J. CHAI'ELMN n ClUUSTIAAN HuYGENS. 

1 NOVEMBRE [1660]. 

La lettre se Irotirc 11 Lc'ulen , enll. Iliiygciis. 

Mardy i Nouembre. 

Monfieur de Monmor ma fait fcaiioir quil attendra aujourdhuy Monfieur Mug- 
gens a difner. Je le prie de me mander fi fa fantc luy permettra d'y venir afin que 
je luy en donne auis. En ce cas il fe rendra ches moy fur les onze heures et demie 
afin que je luy face compagnie et luy férue de guide. 

C'ell fon tref humble feruiteur 

Chapelain. 
Pour Monfieur Huggens. 



N" 800. 

J. Chapelain à [Cmristiaan Huygens]. 

4 NOVEMBRE [1660]. 
La lettre se trouve h Leiden^ coll. Huygens. 

Jeudy matin 4 Nouembre. 

J'enuoye, Monfieur, apprendre des nouuelles de vollre fantc et vous prier de 
vouloir mettre fous voftre enueloppe de demain la Refponfe que je fais anoitre 
Amy ') et de bien recommander quon la rende auec foin a fon addrefl^e. Elle ne 
groflira guère voftre paquet, lequel vous m'enuoyerés par voftre valet afin que je 
le face conduire par le mien a la rue Quiquempoix au bureau de cette pofte. 

Si vous trouucs aufll a propos de menuoyer vn Exemplaire de voftre relponfe ") 
a Euilachio de diuinis pour Monfieur de Monmor je le luy enuoyerois de voftre 
part et cela me femble de la bienfeance. 



') Nikolaas Heinsius. 

-} Brevis Aflertio. Voir la Lettre N°. 782 , note 2. 



CORRESPONDANCE. 1660. 169 



Quand vous vifiterés Monfleur voftre Ambafladeur prefTes le au nom de tous les 
habiles curieux de donner enfin fa Relation des nouuelles Defcouuertes au Midy ■'). 
Il fen fera honneur et a fon Païs en faifant ce prelent au public. 

Je fuis a vous fans referue. 

Chapelain. 



N= 801. 

Christiaan Huygens à [Constantyn Huygens, frère]. 

5 NOVEMBRE 1 660"). 

La lettre se trouve à l.eidcn , coll. Huygens. 
Elle est la réponse au No. 790. Consl. Huygens, frère, y répondit par le No. 803. 

A Paris ce 5 Nov. 1660. 

Je vous rends grâces des nouvelles dont il vous a plu me faire part, et vous prie 
de continuer a m'en donner a tous les ordinaires, car mon Père s'en raporte a vous 
et ne m'en mande gueres. Pour ce qui eft de la mode des habits dont vous defirez 
élire informe, elle n'eft pas fort alTurée ny univerielle. toute la cour et ce qu'il y a 
de plus hupez font en deuil, portants du drap d'Efpagnc qui ell plus cher que le 
drap ordinaire, quoyque moins beau, auparavant ce deuil l'on portoit des ferran- 
dines et autres eiloffes unies, pendant l'eftè, et maintenant Ton prend du drap gris 
couleur de fouris, de mefrne que l'hyver palTè chez nous, et je m'en vay a cet heure 
en faire un habit qui fera de mefme que mon frère de Moggeri'hil ') avoit. a la 
cour quelques uns portent de canons blancs, mais non pas fi grands que par cy 
devant, d'autres des bas d'Engleterre gehreijt =") , avec les canons afiez eilroits de 
la mefme pièce et des petits portecanons. et cecy noir ou gris félon la couleur des 
habits. Je n'ay pas encore eftè a la rue S. Jaques pour chercher le Vite de Pittori 
dont vous m'efcrivez mais a la première occafion je tafcheray de l'avoir. 

j ou 8 jours devant que j'arrivafl^e le bon Sçaron =') s'eftoit laiffè mourir, et Ton 
crie icy par les rues fon tefiiament et autrespieces que l'on a compofees iur la mort, 
l'on raconte qu'après qu'il fe fut confelfè, et que le preilre luy euil donné l'abib- 
lution, il luy dit Et bien mon Père eft ce tout fait a cet heure, n'y relient y plus 
rien? Et l'autre ayant dit que non, et qu'il eftoit déformais en bon cftat pourmou- 



' ) Cette relation de l'Ambassadeiir Willem Boreel n'a jamais paru. 



') Philips Doublet fils. Voir la Lettre N°. 197 , note 7. 

-) Traduction: tricotés. 

3) Scarron mourut le 20 octobre 1660. Voir la Lettre N°. 74, note i. 

Œuvres. T. III. 



170 CORRESPONDANCE. 1660. 



rir chreftienement. Ca mon Père dit il, parlons un peu a cet heure des vers; et en 
niefme temps en tira quelques uns qu'il avoitmis derrière le chevet de fon lift, et 
commença a les lire, d'aucuns adjouftent que c'eftoit un fixain fur fon dernier 
hocquet. 

J'ay trouvé icy Joncker Jan van Vlaerdingen ■*) qui portant une grande perru- 
que je ne le connus pas d'abord, comm' il entra en Teglife chez Monfieur l'Ambaf- 
fadeur. Il fut très aife de me veoir et me dit que depuis qu'il eftoit icy il n'avoit 
pas encore parlé que fa langue maternelle que Bufero 5} eftoit loge avec luy, et que 
je devois y venir auflî. Il a un valet de chambre et 2 laquais, et une chaife a luy. 
Encore aïïez fouvent il va en carofîe, dont je pourrois profiter fi j'avois afTez de 
complaifance pour paiïer quelque fois le temps avec luy. Je l'ay eftè veoir une fois 
en fa chambre qui eft belle et bien tapiffée, et le trouuay au lift ou il avoit couche 
cette nuift luy troifiefme avec Monfieur D'Ouwerkerc '^) et un autre académicien le 
comte d'Ille Q. Ceftuicy s'habilloit et eftoit couvert de la robbe Japonnoife de Vlaer- 
dingen qui en attendant gardoit le lift. Par la vous voyez a peu près quelle vie 
font ces meflîeurs. Pour moy je fuis en penfion chez une dame ^) de la religion , fort 
maigre avec le nez pointu. Et les fouppes n'y font gueres grafl^es. la me font fuivis 
le conful Zuerius et Monfieur Vorftius ^); la compagnie que j'y trouvay font des 
AUemans horfmis un qui eft François, maer weynich van woorden '°). Il pourroit 
bien arriver que je delogeafi"e d'icy dans peu. Je fuis 

Voflre très humble ferviteur et frère, 
Chr. h. 



") Bp 9 Novembre 1660. [Conftantyn Huygens, frère]. 



"*) Jan van Ruytenburg, Seigneur de Vlaerdingen, monrnt le 21 février 1 719. Dans sa jeunesse 

il avait été un vrai écervelé; plus tard , en 1670, il épousa Catharina van der Nisse, native de 

Zélande. Dans cette correspondance il est souvent question de lui. 
5) Laurentius Buysero. Voir la Lettre N°. <)j ^ note i. 
•5) Hendrik van Nassau, Seigneur d'Ouwerkerk, était le troisième fils du diplomate Lodewijk 

van Nassau , bâtard du Prince Maurits et de demoiselle van Mechelen. 
7) Huygens , lors de son séjour à Paris , fit des excursions avec ce comte d'Isle [Reys- Verhael]. 
S) En arrivant a Paris le 28 octobre Huygens alla loger à l'Hôtel de Venise, Rue de Bussy, 

puis le I novembre il se mit en pension „à 30 escus par mois chez le Fevre, Apothecaire 

à la rue St. Marguerite." 

Nous avons trouvé ces particularités avec plusieurs autres dans un journal inédit, que 

Huygens écrivit pendant son voyage en France et en Angleterre: nous le désignerons par 

„Reys- verhael". 
S') Gouernerus Vorstius, fils du professeur Conradus Vorstius, fut pasteur „remonstrant" en 

plusieurs villes: il devint émérite en 1660. 
'°) Traduction: mais avare de paroles. 



CORRESPONDANCE. 1660. IJÏ 



■ N= 802. 

Leopoldo de Medicis à Christiaan Huygens. 
5 novembre 1660. 

La lettre se trouve à Leiden, coll Huygens. 
Elle est la réponse au No. 783. Clir. Huygens y répondit par le No. 825. 

Signor Chrifliano Vgenio. 

Con non ordinario mio contento ho riceuce, e la lettera di Voftra Signoria e la 
rifpofta al librecto del Diuini che ella in ftampa mi hâ mandata. La leffi fubico 
attentamente et l'ho fatta uedere a molti intendenti et tuttj unanimemente reftono 
di eiïa fodiffatti, riconofcendo nella medefima i foliti trattj délia icienza, e dell' 
auuedutezza di Voftra Signoria, ne iô faprei dare altro giudizio fopra la di lei op- 
pinione fopra Saturno, fe non che a me fi rapprefenta per ancora cofa alcuna che 
repugni ail' ofieruazioni che ho potuto fare, fi corne ail' incontro non pofTo dar per- 
fetto giudizio dell' oppinioni del Padre Fabbri, qiiando io per altro fufli capace (che 
non fono) di darlo, mentre non uengono ancora da effo dichiarati i periodi deimoti 
de i Pianetinj che egli fi figura e da quanto io fcrifli a Vofl:ra Signoria con altramia, 
e dal contenuto délie fcritture che annefl!e a quella lei faranno comparfe, potrà più 
chiaramente conofcere quefti lentimenti miei, corroborât] dal concorfo ne i meddi 
qucUi che bene intendono di fimili materie. Il Signor Carlo Dati le farà peruenire un 
cenno di un' arbitrio che io mi fon prefo di fare riftampare quefi:a fua rifpofl:a per- 
che poffino godere délia lettura délia medefima i pofl"efl"ori, e gl'amatori délia virtii 
in quefl:e r.ofl:re bande. Refta che Voftra Signoria fi compiaccia al fuo ritorno di 
Francia di arricchire il Teforo délia Republica Litteraria con nuoui parti del fuo 
iapere, come ella mi accenna; Et credendo che ail' arriuo di quefta pofia efl"ere 
in Parigi, per quella fl:rada io la inui5, con la confermazione del mio affettoparzia- 
liffimo per ogni fuo intereffe, pregandolei dal Cielo ogni uero contento 

Al Piacere di Voftra Signoria 
Il Principe Leopoldo» 
Di firenze. 5 Novembre 1660. 



Signor Cristiano Vgenio. 



172 CORRESPONDANCE. 1660. 



N= 803. 

CoNSTANïYN HuYGENS, frère, h Christiaan Huygens. 
10 novembre 1660. 

Ln lettre et la copie se trouvent à Leiden , coll. Huygens. 
La lettre est la réponse an No. 801. Chr. Huygens y répondit par le No. 810 

A la Haye ce i o Noucmbre 1 660. 
J'ay reçeu la voftre du 5e. qui n'a mis à venir que quatre jours, en forte que nous 
pouvons auoir des nouvelles bien fraifches l'un de l'autre, dans celle ') de mon Père 
vous parlez d'une autre lettre -) laquelle n'a jamais efté rendue et pour dire ce que 
j'en croy, ne vous a pas courte beaucoup de peine à efcrire. Je m'imagine que 
vous auez appris cette invention de Monfieur Conrard, qui paya mon Père l'autre 
jour d'une longue lettre comme fcavez, laquelle je croy femblablement imaginaire. 
Je vous prie bien fort de n'oublier pas mon Giouanni Baglione délia Vite dei pit- 
tori e architetti eftant une pièce, très neceffaire à des amateurs de noitre art, et tout 
autant, ou peut eftre plus que Vafari s). J'ay augmenté mon livre de defleings 
depuis voftre départ de iix a fept pièces d'importance toutes Italiennes , qui vous 
agréeront infiniment, aufïï ne les ay je pas à fort bon marché. Il y en a deux 
de la main del Caualiere Giufeppino *), une de Tintoretto '), une de Palma Vec- 
chio *) et une de Rottenhamer '') après un tableau de Paolo Veronefe ^) , très bien 
faite, et j'en pouriuis encore deux ou trois autres qui ne font pas moindres. Entre 
les chofes dont vous me mandez la mode je trouve à dire les rabats et les chauffes 
dont vous ne dites rien à mon très grand eftonnement. Les lettres d'Angle- 



') Lettre du 5 novembre [Reys-verhael] , que nous ne possédons pas. 
-) Nos collections ne renferment pas cette lettre, qui était du 29 octobre [Reys-verhael]. 
3') Georgio Vasari naquit à Arezzo en 151 2 , et mourut à Florence le 27 juin 1574. Il était pein 
tre, architecte et biographe. 

L'ouvrage que Constantyn Huygens désigne ici est le suivant: 

G. Vafari. Le vite de' più excellenti pittori, fcultori ed architetti. Firenze. Torentico 
1550. 3 Parties in-4°. 
De cet ouvrage il y a eu beaucoup d'éditions, jusque dans notre siècle. 
+) Ce nom n'est pas correct. Peut-être Constantyn Huygens désigne-t-il : 

Giovanni Battista de Cavallieri , né à Lagherino en 1 525 , et mort à Rome en 1 597. Il était 
graveur et travailla à Rome de 1559 à 1590. 
s) Le peintre Jacopo Robusti, dit Tintoretto, fils d'un teinturier, naquit en 15 19 à Venise, où 
il mourut le 31 mai 1594. Son fils 

Domenico Robusti, dit Tintoretto, né à Venise en 1562, et mort en 1637, fut peintre 
de même. 
'') Giacorao Palma il Vecchio, l'aîné des deux peintres de ce nom , naquit vers 1480 à Serinalta 

et mourut à Venise en 1528. 
7) Le peintre Johann Rottenhammer naquit en 1 564 à Munich et mourut à Augsbourg en 1 623. 
S) Le peintre Paolo Caliari, dit Véronèse, fils du sculpteur Gabrielle Caliari, naquit à Vérone 
en 1528 et mourut à Venise le 19 avril 1588. 



CORRESPONDANCE. l66o. 173 



terre font venues aujourdhuy, et a ce qu'on peut conjefturer de ce que mande 
Oudart ») et Mademoifelle du Moulin '°), laquelle eil: la chez fon Frère "), 
l'affaire de Miftris Hide "), à laquelle le duc de Yorck 's) a fait un enfant 
dont elle vient d'accoucher, et eft un Fils, pourroit bien encore caufer d'au- 
tres fuites que l'on ne s'en eft promis jufques à prefent, et aboutir finalement 
à un mariage. Le Roy "*) ayant envoyé exprès des Seigneurs et de dames pour 
l'aller trouver et examiner eftant en travail d'enfant, auxquels elle déclara en pre- 
mier lieu que l'enfant eftoit au duc de Yorck, elle n'ayant jamais fait faveur de fa 
perfonne à aucun homme qu'a luy feul, et fecondement qu'entre ledit duc et 
elle , il y auoit mariage légitime, et qu'elle eftoit fa femme. On dit que cela a beau- 
coup furpris la Princeffe Royale 's^, fur tout quand des perfonnes en fa prefence 
auroyent bien oie donner a cette dame la qualité de duchefle laquelle luy apparte- 
nant une fois tout de bon, feroit caufe qu'elle pretendroit rang deuant fa maiftreffe, 
chofe de dure digeftion. Tant y a que le putanefimo pourroit bien triompher; 
ce qui eftant, fans doubte va donner courage aux dames pour entreprendre des 
chofes hafardeufes. Il eft arriué icy ces jours paffes une chofe affez plaifante d'une 
putain qu'un certain Godin d'Amfterdara auoit mife en pcniion chez mademoifelle 
Nelfum que vous connoiftez, luy faifant accroire que c'eftoit une fienne niepçe dont 
il eftoit tuteur. Cette créature fe voyant icy inconnue et en cftat de pouvoir abu- 
fer le monde, ayant eftant '") entretenue de toutes chofes de fon galand qui luy 



') Nicolaas Oiidart était secrétaire de Mary Stuart, Princesse Royale. Voir la note 15. 

'°; Siizanna du Moulins, fille de Pierre du Moulins et de Esther Uzille, épousa en 1-684 le 
pasteur Jacques Burnage de Beauval. 

") Petriis Molinaeus (du Moulins), né en 1600, étudia à Sedan et en 1640 à Leiden, puis devint 
gouverneur de Richard Boyle à Londres. Il fut nommé, en 1660, chapelain royal de 
Charles II et mourut à Canterbury le 20 octobre 1684. 

'=) Anne Hyde, fille du grand-chancelier Edward Hyde, comte deClarendon, et de Frances 

Ailesbury, naquit en 1637 et mourut en 1671. Lorsque la famille royale d'Angleterre se 

trouva à la Haye en 1659, Anne Hyde était fille d'honneur de la princesse d'Orange, Maria 

'' Stuart. Elle se maria en secret au Duc de York, qui la reconnut comme épouse légitime 

après ses couches. 

'3) James II, Duc de York, depuis 1685 Roi d'Angleterre, était le second fils survivant du roi 
Charles 1er et de Henriette Marie de France. Il naquit le 1 5 octobre 1633 et mourut le 6 sep- 
tembre 170J. Il épousa en 1660 Anne Hyde, qui le convertit au catholicisme et lui donna 
deux filles, Marie et Anne, qui toutes deux furent reines d'Angleterre. Le ler novembre 1673 
il épousa, en secondes notes. Maria Béatrice Eleonore de Modène. 

"<•) Charles II, Roi d'Angleterre, fils aîné du Roi Charles 1er et de Henriette Marie de France, 
naquit en 1630 et mourut le 2 avril 1686. Après l'exécution de son père, il passa en France 
et aux Pays-Bas. Il épousa Catherine de Portugal. 

■5) Mary Harriet Stuart, la „princesse Royale," fille aînée du roi d'Angleterre Charles 1er et de 
Henriette Marie de France, naquit en 1631 et mourut à Londres, le 3 janvier 1661 , de la 
petite vérole. Le 12 mai 1641 elle épousa à Londres Willem II, Stadhouder des Pays-Bas. 
Elle avait une grande influence politique. 

">) Lisez: ell:é. 



174 CORRESPONDANCE. 1660. 



donnoit des belles jiippes et luy nonrrifToit et une fervante laquelle eftoit fa foeur, 
auflî bien qu'elle faite au badinage, fe refolut d'eiïayer un peu fi elle pourroit bien 
faire l'amour en fille de bien; et laiflTant courir le bruift qu'elle auoit quelques 
quatre vingt mille livres de bien, auffi toft ne manqua pas de grand nombre de 
courtifans, et fa maifon crevoit touts les jours d'advocats, procureurs, efchevins 
de la ville &c. qui luy faifoyent l'amour avec grand emprefl"ement, et quelques uns 
mefme la demandant en mariage. Elle rebutoit les uns, traifnoit les autres et jouoit 
fi bien fon rolle que cela a duré des trois a quatre mois, cherchant comme je croy 
de bien prendre fon temps pour faire quelque bon coup, mais à la fin la mine a efte 
efventée par un certain galand dont j'ay oublié le nom, lequel luy en voulant tout 
de bon depefcha ce Bernarts ''') qui fert de Secrétaire à Monfieur l'Ambaflladeur, 
pour Amfirerdam, afin de s'informer un peu au vray de l'efliat des affaires de fa 
maifl:reffe. Bernarts eftant là a fçeu que c'eftoit une garce afiez connue, quil'auoit 
efte des fes treize ans et qui n'auoit autre revenu que celuy qu'elle tiroit de fa per- 
fonne et du meftier qu'elle faifoit. Ce rapport fit paffer au Galand la fantafie de l'ef- 
poufer auffi bien qu'a touts fes rivaulx, et a la dame l'envie de plus fejourner icy, 
s'eftant retournée tout doucement à la grande confufion de fes courtifans, lefquels 
font raillés comme pouvez croire. Monfieur Boy ''') a perdu fon fils aifné ces jours 
paffés, c'eftoit un beau jeuihe homme et d'apparence comme Ion dit, et le père 
regrette très fort. Mademoifelle Kien '») noftre voyfine eil encore fort malade, 
mais pourtant il y a apparence qu'elle en refchappera. Je croy que vous aurez 
deija entendu que Sixti -°) efpoufe une fille de Dantzic ou il eft maintenant , bien 
belle et afTez accommodée, a laquelle il a fait l'amour eftant en ces quartiers avec 
Monfieur van den Honaert ") fon Oncle, la ratification du traité que le Coufin Huy- 
gens --) a fait pour la charge de droflîird de Kranendonc ^'^ avec Monfieur Throug- 
morton -'*) eft venue d'Angleterre , et il eft allé s'informer fur le lieu de toutes 

''') C'est probablement le fils du Directeur de la Compagnie des Indes Orientales: 

Daniel Bernard, né à Middelbourg en juillet 1594 et mort le 10 octobre 1683 à Amster- 
dam: il épousa Catliarina Moor, puis, le 14 septembre 1631 , Maria Rijckaert. 

'8) Cornelis Boey (Boyus) naquit à Zierikzee et mourut à la Haye le 2 février 1665. Il fut 
avocat-fiscal et procureur général de Hollande, de Zélande et de Frise. Il publia beaucoup de 
poèmes et épousa Anna van Blockland. 

^'■'') Catliarina Kien. Voir la Lettre N°. 790, note 5. Elle mourut , contrairement aux prévisions 
de Constantijn Huygens, le 23 janvier 1661 (voir la Lettre N°. 832). 

^°) Voir la Lettre N°. 784, note 3. 

^') Johan van den Honert, fils de l'ambassadeur Pv.oclnus van den Honert et de iVIargaretba Hal- 
lincg, naquit à Dordrecht en 1603 et mourut le i4avril i667àla Haye. En 1659 il fut en- 
voyé en ambassade vers la Pologne. Il épousa Cornelia Hallincg. 

^-) Christiaan Huygens, fils de Maurits Huygens (voir la Lettre N°. 234, note 10). 

^3) Troughmorton avait demandé à être déchargé de cet emploi à cr.use de ses affaires en Angle- 
terre; à cet emploi étaient attachés des émoluments. 

-'*) William Troughmorton était le fils de Nicolas Troughmorton et de Barbara Duyck, fille du 
Secrétaire des Etats de Hollande Adriaan Duyck. Elle avait été enlevée par Troughmorton. 



CORRESPONDANCE. 1660. 175 



les chofes qu'il faut qu'il fcache. Morin -'*) eft encore en Zelande comme Ion croit 
pour pourfuivre fes amours. Je vous prie de me mander un peu comment et en 
quel eftat vous avez trouvé le pauvre Taflîn^s^, et s'il refpire encore. Si vous voyez 
le Seigneur Nanteuil "") je croy que vous vous fouviendrez de fcavoir un peu de 
luy au vray et par le menu comment c'ell que Ion fait ces chofes de Vijlijm oni 
deur te trecken ^^J). Je vous recommande encore le livre des pittori, etii le trouuez je 
vous prie de me mander un peu quelle forte d'efcriuain c'eft, et s'il rapporte les 
vies de plufjeurs maiftres et quels en font les principaulx. Si vous voyez Vlaer- 
dingen faluez de ma part, le mefnage qu'il fait eft très beau, auffi je ne m'en fuis 
jamais imaginé autre chofe. A tant je prie le Créateur. 

A Monfieur Monfieur Huijgens de Zulichem 

à Paris. 



N= 804. 

C. Brunetti à Christiaan Huygens. 

II NOVEMBRE 1660'). 

La Ifttre se trouve à Leiden, coll. Huygens. 

a Vaumurier le 1 1. pbre 1660. 

Monsieur 

AuflTytoft que ie fuis arriué icy i'ay dit a Monfeigneur le Duc =) le bonheur que 

i'ay eu de uous rendre mes très humbles refpeéts a Paris, et ie luy ay montré les 

papiers que uous auez eu la bonté de me confier et que ie uous renuoye, auec un 

fragment de lettre s) que le Sereniffime Prince Leopolde m'a fait l'honneur de m'ef- 



En 1653 William Troughmorton remplaça le catholique Johan Marcelis Hovelmans, dros- 

sard et stadhouder de Cranendonk, bailli d'Eindhoven, AVunsel, Briiel, Marhese et Siiren- 

donck. 
-'*) Stepbanus Morinus naquit à Caen en 1624 et mourut à Amsterdam le 7 mai 1700. En juillet 

1645 il vint à Leidcn comme étudiant en théologie; plus tard, il devint pasteur et professeur 

de théologie à Caen. Par suite de la révocation de l'Edit de Nantes il se réfugia à Leiden , 

et en 1688 il fut nommé professeur à Amsterdam. 
-5) Voir la Lettre N°. 24, note 6. Tassin était alité alors, puisqu'il s'était cassé la jambe [Reys- 

Verhael]. 
^*) Robert Nanteuil, fils du marchand Lancelot Nanteuil, né à Reims en 1623 et mort à Paris 

le I 8 décembre 1678. Il habitait Paris et était peintre de portraits et graveur. 
^'') Feuilles d'ichthyocolle pour prendre des calques. 



') Huygens avait écrit le 4 novembre à Brunetti , et celui-ci lui avait fait une visite le 9 novem- 
bre [Reys-Verhael]. 
^) Louis Charles d'Albert, Duc de Luynes. Voir la Lettre N°. 470, note 3. 
3) C'est la Lettre N°. 805. 



1/6 CORRESPONDANCE. 1660. 



crire fur iioftre fuiec par le quel uous ne uoirez pas moin que par celle que Son 
AltelTe Sereniffime uous a efcrice a uous mefme l'eftime coûte particulière qu'il fait 
de uoftre mérite. Monfeigneur le Duc fe porte mieux de fa goutte, c'efi: pourquoy 
il pourroit fe rendre bientoft a Paris; cependant il m'a ordonné de uous faloùer de 
fa part, e de uous tefmoigner la ioye qu'il aura de uous y uoir, et principalement 
fi l'occafion le prefentoit de uous y rendre quelque feruice. Je tacheray de faire 
fçauoir a Monfieur du Gas 'i) uoftre arriuée, et en attendant le bonheur de uous 
reuoir et feruir a Paris ie demeure a iamais et de tout mon coeur 
Monsieur 

Voftre trefhumble et très obeiffant feruiteur 
l'abbé Brunetti. 

Eftant a Paris i'ay oublié a uous demander fi l'on imprime en Hollande la nou- 
uelle relation de la terre Auftrale ^') et fi c'efi: en françois ou en autre langue. 
Comme auffy fi Monfieur Volfius a quelque chofe de cela ou de la Chine , et quoy. 



N= 805, 

Leopoldo de Medicis à C. Brunetti. 

22 JUILLET 1660. 

yippendice au N°. 804. 

La copie se trouve à Leiâen^ coll. Huygens. 

Copia d'un frammento di lettera fcritta dal Sereniffimo Principe 

Leopoldo di Toscana ail' Abbate Cosimo Brunetti, 

li 22 Luglio \66o. 

Con eftrema mia mortificazione ho udito il difgufto del Signor Chrifl:iano 

Eugenio perche io non le habbi rifpofto, non hauendo io mai riceuuto fiie lettere. 



+) Lisez: du Gall. 

5) Probablement Brunetti désigne-t-il l'ouvrage suivant, dont il a paru quantité d'éditions 
jusqu'en 1756. 

Journael ofte Gedenckwaerdigbe befcbrijvinge van de Ooll-Indifche ReyCe van Willem 
Yfbrandtfz Bonte-Koe van Hoorn, Begrijpende veel wonderlijclve ende gevaerlijcke faecken 
hem daer in weder-varen, Begonnen den i 8 December 161 8 , ende vol-eynd den 16 Novem- 
ber 1635. Waer by gevoeght is bet Journael van Dirck Albertfz. Raven , als oock verfchey- 
den gbedenckwaerdigbe gefchiedeniflen. op vêle plaetien verbetert, en een groot deel ver- 
meerdert, en met fcboone platen verciert. t'Anifterdam, By Gillis Jooften Saegliman. in-4°. 
Cette édition fut publiée vers 1660 et la première date de 1646. Mais Brunetti ne connais- 
sait pas ces éditions, toutes en hollandais; en 1663 , la relation de voyage, dont il s'agit, fut 
admise par Thevenot dans ses collections. 



CORRESPONDANCE. 1660. IJJ 



ne meno in accompagnatura del libretto che m'inuib fopra Saturno con tanta cor- 
tefia a me dedicato, e puo ella credere che io non hauerei tralafciato ne di dargli 
rifpofta, ne di accompagnarla con tutti quei termini più cortefi e di ftima che con 
ragionc fi confaceflero ad un Virtuofo del fuo merito, noto a me, e al mondo tutto; 
E conuiene che fia feguito una délie due cofe, 6 che la lettera ') da lui fcrittami fi fia 
finarrita, o fi uero che egli contro allô ftile di qua (ben noto a lei) habbi creduto 
che doueflî io rifpondere alla lettera dedicatoria ilampata, cofa come qua infolita, 
cofi da me non poteua immaginarfi. Ne vorrei che fi aggiungefie nuovo fofpetto al 
medefimo ch' io fufli in collera feco per le cofe del Galileo, mediante un libretto -) 
che da Eufl:achio Diuini è fl:ato compofto e a me diretto in confutazione délie oppe- 
nioni circa Saturno del Signor Eugenio, Jl quale torno a dire che fliimo fom- 
mamente, e che la di lui oppinione fopra Saturno la confidero come ingegnofiflîma 
et efplicata con manière di uero Afironomo; anzi fono in pimto di fare continue 
ofl"eruazioni fopra quefl:a fiella, e già ne ho fatte alcune in rifguardo délie potenti 
ragioni addotte dal Signor Chrifl;iano. E fto facendo fabbricare un cannochiale 
al altro che mi ha mandato il Diuini per il maggiore il più perfetto che fia mai 
ftato fatto, arriuando a i6 délie noftre braccia, etc. 



N= 806. 

J. Chapelain à Christiaan Huygens. 

15 NOVEMBRE [1660]. 
La lettre se trouve à Le'iiîet!, coll. Huygens. 

Ce lundy 15 Nouembre. 
Je fus très mortifié Samedy au foir ^) quand j'appris à mon retour la peine que 
vous auiés prife de pafTer ches moy deux fois l'aprefdifnée. Jauois difné dehors et 
perdis par la la conlblation de vous voir et de vous entretenir. Ce fera lors que le 
chemin fera beau que j'iray chés vous °) jouir de ce bonheur la. Cependant jefpere 
dauoir demain la joye de vous embrafTer ches Monfieur de Monmor ou vous verres 
de nouueaux Partifans 3) de vofl:re mérite. Je fuis tout a vous 

Chapf:lain. 
Pour Monfieur Huggens de Zulichem. 



' ) Il n'y avait pas de telle lettre. 

^^ Il s'agit de la „Brevis Annotatio". Voir la Lettre N°. 765, note i. 

^) C'était le 13 novembre. 

-) Christiaan Huygens demeurait alors chez de Pelletier, et peu après chez Bailly an petit 

Moyse, Rue du petit Bourbon , Faubourg St, Germain. 
3) C'est là que Huygens rencontra pour la première fois de Neuré et Fermât, qui, dit-il „de- 

meure à la rue de Touraine par de la l'hostel de Guise". [Reys-Verhael] et que depuis il 

fréquenta beaucoup. 

Œuvres. T. III. 23 



178 CORRESPONDANCE. 1660. 



N= 807. 

[CONSTANTYN HuYGENS, frère] à CllRISTIAAN HuYGENS. 
18 NOVEMBRE 1660. 

La lettre et la copie se trouvent à Leiden, coll. llitygens. 
Clir. Htiygens y répondit par le No. 815. 

A la Haye le i Se Novembre 1 660. 
Nous avons bien ry ') de cette belle aflemblée -') chez Monfieur de Montmor, et 
ce qui fe paffa en cette a-vvoèa tu^v kXoywv lors que vous y fuftes, nous crée opinion 
peu honorable dans l'entendement de ces Meffieurs les Académiciens qui fe don- 
nent la patience d'entendre jafer des pédants des heures entières fur des fubjets de 
néant, à dire ce que j'en croy il me femble que ces Meffieurs de Florence valent 
mieux que ces Parifiens de beaucoup et traitent les chofes avec prévoyance et 
retenue. Il n'y a rien de nouveau icy pour vous en faire part. Meffieurs les Eftats 
commencent à s'aïïembler, et nous verrons bien toft s'ils fe refondront à combiner 
les compagnies vaquantes, ce qui feroit mourir quantité de pauvres diables, qui 
n'ont autre chofe au monde pour fubfifi:er que ce que leurs charges leur donnent, 
les lettres et les perfonnes qui viennent d'Angleterre donnent des tout autres advis 
touchant les affaires de niiftris Hide 3), de laquelle les grandes et vaines efperances 
vont toufjours en diminuant; les uns difent que depuis fon accouchement, diverfes 
autres perfonnes ont advoué d'avoir jouy d'elle auffi bien que le duc de Yorck, et 
que fa mauvaife vie efl: entièrement auerée; d'autres rapportent que Barclay *) feul 
auroit confeffé cela, et partant qu'on la luy fera efpoufer, et que le Roy luy fera 
des auantages qui luy rendront fon cocuage fupportable, enfin on verra bien tofl 
ce qui en doit arriuer. Bruno eft icy derechef après avoir fait quelque temps la vie 
avec Hereboord 5) a Leyden. Eflant la dimanche pafTé, il fit des vers pour le jour 
de nailTance de fon Alteffe. Le Prince ") fut traitté ce jour la du Magiflrat de 



') La lettre où Cliristiaan Hiiygens traitait de cette assemblée, et qui portait la date du 12 no- 
vembre [Reys-verhael], ne s'est pas trouvée dans nos collections; mais consnltez le postscrip- 
tum de la Lettre N°. 808. 

-) Cette assemblée avait eu lieu le 9 novembre. 

3') Voir la Lettre N°. 803. 

*) Cliarles Berkeley, second earl de Berkeley, fils du viscount George Berkeley et d Elisabeth 
Massingberd, naquit en 1646 et mourut en 1710. En 1689 il devint ambassadeur d'Angle- 
terre à la Haye. 

5) Adriaan Heereboord naquit en 1614 à Leiden, où il mourut le 17 juin 1661. Il étudia à 
Leiden, et y devint docteur en philosophie, en 1(340 professeur extraordinaire et en 1644 
professeur ordinaire de philosophie et de politique. Dans son enseignement il propageait les 
principes de Descartes ce qui lui causa beaucoup de désagréments. 

'î) Willem Hendrik, fils posthume du stadhouder Willem [I et de Mary Stuart, naquit le 15 no- 
vembre 1650 et mourut le 19 avril 1702. Il fut (depuis 1672) le stadhouder Willem III, 
et depuis 1689 William III, roi d'Angleterre. 



CORRESPONDANCE. 1660. 179 



la Ville au Doelen, vers lequel il fe tranfporca avec fes vers pour les aller prefen- 
ter luy mefme en perfonne, mais les foldats qu'on auoit mis aux portes luy difpu- 
tant l'entrée il s'affit la tout devant eux et tirant fon efcritoire de fa poche mit 
fes vers dans une couverte de papier, y fît une adrelTe à un des Bourgemaiflres, 
et pria quelquun des gardes de les luy aller porter ce qu'il ne fcait s'ils ont fait. 
Il porte deux camifoles et autant de caleçons de laine foubs fes habits, et par 
defilis une cafaque de drap doublée de peau de renard qui luy touche au jarret, et 
un bon manteau par defTus le tout, tellement qu'il eft gros comme un ours et ne 
fcauroit quafi fe remuer. Le Baillif ") de Beyerlandt frère de Mademoifellc Cafem- 
broot ^} a eilé fufpendu de fa charge, il femble qu'on luy veueille encore imputer 
les mefmes crimes de concuffions adultères et choies femblables pour lesquel- 
les il fut mis prifonier il y a quelque temps. Si on luy olle fa charge on dit qu'elle 
pourroit bien eitre pour le Ruart de Putten ') frère du Penfionaire '°) , lequel a 
eilé commis des la fufpenfion de l'autre pour l'exercer durant icelle. Je vous prie 
d'auoir foing de mon Giouanni Baglione, et de faire en forte que vous le trouviez. 
Adieu. 

J'ai trocqué mon livre ") de Callot '-) pour une bonne quantité de deiïeins que 
vous verrez à voilre retour avec un peintre d'icy nommé vander Does'^^. mais 
comme ce livre n'eft pas fort complet , je me fuis chargé de vous prier de regarder 
à Paris fi Ion y pourroit recouvrer quelques pièces dont il manque. le vous envoyé 
donc une lille de ces pièces, et vous prie d'aller un peu chez Ifrael Hernichet '*) 
qui de mon temps avoit la plus part des planches de Callot, et de fcavôir de 
luy, quelles pièces il a de celles qui font fpecifiées dans ma liile, et de mettre 
auprès à quel prix il les vend, pour me renvoyer après la lifte, afin que je puiflè 



") Jan van Caserabroot, fils du conseiller Jan Léonard van Casembroot et d'Anna Schadee. Il 
devint commissaire général de la marine et épousa Coruelia Muscb. 

^) Anthonia van Casembroot, fille des mêmes parents, épousa Andréas Hesselt > an Dinter, qui 
devint bailli de Beyerland en 1666. 

5) Mr. Cornelis de Witt, fils de Jacob de Witt et d'Anna van den Cornput, naquit à Dor- 
drecht le 25 juin 1623, et fut massacré avec son frère dans une émeute à la Haye, le 20 août 
1672. Il remplit divers emplois, devint en 1654 ruwaard (gouverneur) de Putten, en 1660 
bailli de Beyerland, en 1666 bourgmestre de Dordrecht. P2n 1663 il fut nommé conseiller 
en commission aux Etats de Hollande. 

'°") Johan de Witt. Voir la Lettre N°. 234, note 6. 

") Les „Œuvres de J. Callot" contiennent 1600 pièces. 

^") Jacques Callot naquit en 1592 à Nancy, où il mourut en 1635. Il a demeuré à Rome, à Flo- 
rence, à Bruxelles et à Paris et a laissé grand nombre de tailles-douces et d'eaux-fortes. 

'■') Jacob van der Does naquit le 4 mars 1623 à Amsterdam, où il mourut le 17 novembre 1673. 
En 1644 il partit pour l'Italie, d'où il revint à la Haye; il y épousa Margriet Boorfers, qui 
mourut en 1661. Il était peintre de bétail et de paysage. 

'■*) Israël Henrlchet tenait un magasin de tableaux et de gravures à Paris, 



l8o CORRESPONDANCE. 1660. 



choifir les quelles je pourrois faire achepcer. car pourveu que j'en fourniffe 
quelques unes cela fuffira. Je vous prie bien fort de faire cecy comme je le defire 
et le plus toil que faire fe pourra, car je ferois marry que mon marché fe rompit. Je 
croy que vous trouverez peu de ces chofes, d'autant qu'elles font des plus rares. 

A Monfieur Monfieur Huijgens de Zuijlichem 

A Paris. 



N= 808. 

[CONSTANTYN HuYGENS , frère] à LODEWIJK HUYGENS. 
18 NOVEMBRE 1660. 

La lettre se trouve à Leiden, coll. Huygens. 

A la Haye le i8 Novembre 1660. 

Selon les apparences que vous nous donnez par voftre dernière efcrite fur la 
cofte d'Angleterre nous faifons eftat que devez avoir mis pied à terre ') en Efpagne 
il y a long temps, ce qui eilant, les incommodités de voitre voyage Ibnt paf- 
fées et le plaifir va venir, lequel je vous fouhaitte grand et parfait. Tout le monde 
fe porte bien icy à la referve de la groffe Confine Zuerius laquelle a languy quelque 
temps d'une jaunii'fe ayant un teint de vray or bruny, mais elle s'en ") quafi remife 
et en eft quitte pour y auoir laiffé un peu-de ion lard. Le Seigneur Sixti s) s'eft 
marié à Dantzic y ayant efpoufé une fille belle, de bonne maifon, et allez accom- 
modée mais non pas comme Ion auoit publié icy au commencement. Il luy avoit 
fait l'amour durant le fejour de l'on oncle 4) en cette ville, mais le père s'y oppofa 
alors, lequel eflant venu à mourir alors depuis il a renoué fes intelligences par let- 
tres et enfin eft venu à bout de fon afiaire. Lampfon ') le marie auiïï dans peu de 
jours avec Mademoifelle Coeymans *) que vous connaiffez. 



') Le 18 octobre Lodewijk Huygens lîtait parti pour l'Espagne [Dagboek] et le 9 novembre 

il y arriva. Consultez la Lettre N°. 820. 
=) Ajoutez: eft. 
3) Voir la Lettre N°. 790 , note 5. 
•*) Van den Honert. Voir la Lettre N°. 803 , note 2 1 . 
5) Gelein Lanipsins était le fils de Cornelis Lampsius, bourgmestre de Flessingiie, et d'Anna 

Bouwens Schot. Il épousa Aletta Coymans, qui lui donna un fils, le Colonel Cornelis Lamp- 

sins, Seigneuf de Brigdamme. 



CORRESPONDANCE. 1660. 



Le refte de jeufnes gens de voftre connoiffance ne fe difpofe pas à fubir le joug cane 
que je puis voir, et fe contente de mener les belles à la comédie, et de leur donner 
le bon foir. Qui plus ell on dit que Mademoifelle de Nieuveen '^) eft à prefent fans 
galands, Monfieur de Buat 7) partant, ou bien eftant party pour la France, le pau- 
vre Capelle ^) eftant en la mer medicerranée ou dans la Candie et s'efforcant d'ef- 
cendre les limites de la Chreftienté, et Languerac 5>) ne faifant pas fort l'empreiïe h 
ce que Ion dit, tellement qu'il faudra qu'elle fonge à trouuer quelqu'autre dupe, 
dans le partage des biens de Monfieur Cats ") Sorgvliet eil demeuré à Madame 
de ScornifTe "), avec la charge de ne le pouvoir aliéner, ce qui ne s'efirend pour- 
tant que jufques aux enfants de fes filles exclufiuè. Mademoifelle de Nieuwveen 
me dit l'autre jour qu'elle regrettoit infiniment Tabfencé de fon amy me priant de 
luy faire fes recommandations gelijck ick ben doende rnits defen '").Vous aurez delja 
entendu parler des affaires de miftris Hide et comme le duc de Yorck a prisla 
peine de s'accoupler charnellement avec elle, implevitque uterum generolb femine, 
dont au bout de neuf mois efl: forty un joly petit duc. Eftant en travail d'enfant, 
elle a déclaré que l'enfant efi:oit au duc de Yorck, et de plus qu'elle edoit latemme 
et qu'il y auoit mariage légitime entre eux deux, et Ion dit qu'elle commencoit a 
avoir des grandes elperances pour eftre reconnue pour celle, mais depuis on a fceu 
que tout cela ne fera rien, quelques uns difants qu'il eft venu des diuerfes perlbn- 
nes qui confefTent d'auoir jouy d'elle aufli bien que ce Prince, et d'autres difent 
qu'il n'y a que Barclay feul, et qu'on fera en forte qu'il l'efpoufera, et que le Roy 
fera fi bien pour luy, qu'il ne fe defplaira pas dans fon cocuage. Le petit Blondel, 
duquel vous m'avez donne la monflire de criltal en garde me vint trouver il y a 
quelques jours avec grand empredement, me demandant fi vous ne m'aviez pas 
laifi^é fa monftre et comme je luy dis qu'ouy, et qu'il la pouvoit rauoir en me rap- 
portant l'autre ou bien 60 livres au lieu dicelle, il me die qu'il elloic bien marry 
de n'eftre venu plus coft, mais qu c'auoic efl:é pour n'avoir pi!i avoir l'argenc des 
promefl"es et que maintenant l'ayant receu il m'alloit de ce pas quérir l'autre mon- 



<') Voir la Lettre N°. 196, note 5. 

^) Henry de Fleury de Coulan , Seigneur de Buat, St. Sire et la Forest de Gay , fils de Philippe 

Henry de Coulan et d'Esther de Flint, a été page du Stadhouder Willem H. A la suite d'une 

conspiration contre J. de AVitt il fut mis à mort le 1 1 octobre 1666. 
S) Hendiik van der Capellen, fils d'Alexander van der Capellen et d'Emelia van Zuylen van 

Nyevelt, naquit le 13 janvier 1634. Il fut tué en duel à Copenhague, en 1662. Il était de 

Rijsselt, et servit dans l'armée danoise. 
') Frederik Hendrik Baron van den Boetselaer, fils de Gideon van den Boetselaer et de Louise 

de Clermont d'Amboise, était seigneur de Langerak; nommé capitaine en 1660, et colonel 

en 1671 , il fut tué, le 1 1 août 1674, dans la bataille de Senef. 
'°) Jacob Cats était mort le la septembre 1660. Voir la Lettre N°. 1 14, note 6. 
") Elisabeth Cats, fille cadette de Jacob Cats, avait épousé Cornelis Musch, puis Diderik Pauw, 

Seigneur de Carnesse, dont maintenant elle était veuve. 
") Traduction: comme je fais par celle-ci. 



l82 CORRESPONDANCE. 1660. 



lire et eftanc party la delTus il n'eft pas revenu encore, y ayant plus de trois fépmai- 
nes qu'il me dit ces chofes; en vérité c'eft un grand coquin, et en qui il ne fait pas 
bon fe fier. Adieu, tout le monde vous falue, et il nous tarde fort de fcavoir que 
foyez en terre ferme. 

Le Frère mande de Paris qu'il s'eft trouvé dans une afTemblée chez Monfieur de 
Montmor 's^, ou il y avoit plus de 30 beaux efprics cniemble, dans laquelle ne fut 
traité autre chofe fi non an punftimi geometricum fit ens rêvera exiftens, ce que 
Monfieur des Argues que connoiflez ayant ibuftenu par un long dilcours, il fe fuf- 
cita un adverfaire '+) qui fe mit a luy contredire avec une furie fi grande qu'à touts 
coups il fembloit fe mettre en poilure de luy fauter au col. et autre chofe ne le traita 
pour lors. 

A Monfieur Monfieur Louis Huijgens de Zuijlichem. 



N= 809. 

Christiaan HuYGENS à N. Heinsius. 

19 NOVEMBRE I 66o. 

La lettre se trouve à Leulen, coll. Hiiygens. 
Elle est la réponse au No. 793. Heinsius y r/lpoiidit par le No. 833. 

Chr. FIugenius Nicolao Heinsio S. S. P. 

■ Cum primum in hanc urbem veniflèm atque è velHgio Capelanium nollrum ') 
adijfl"em, oftendit mihi quas a te paulo ante acceperat, quibus inter alia et de ad- 
ventu meo certiorem faciebas, eaque infuper addebas quae nifi a lludiofiffimo mei 
atque amicifllmo proficifci non poterant. fie etiam abfentem tua me benevolentia 
profequitur, imo praevenit. Ad eas vero literas nuper refponfum ") quod Capelanius 
dederat inclufi meis ad parentem literis s), nec dubito quin id acceperis, deque 
itinere a me profpere confefto fueris edoftus. Ignofces autem fi per temporis anguf- 
tiam prohibitus ipfe haftenus nihil ad te fcripli. Illuilrinimus Beuningius 4) cum 



'3) Cette assemblée a eu lieu le 9 novembre [Reys-Verhael]. 

'■*) C'était Antoine de la Poterie (voir la Lettre N°. 675, note 7), qui eut grande part à l'édition 
des œuvres de Gassendi [Reys-Verhael]. 



^) J. Chapelain, que Huygens était allé trouver le 29 octobre, aussitôt après son arrivée à 

Paris [Reys-Verhael]. 
-') Consultez la Lettre N°. 800. 

3) C'est une lettre du 12 novembre [Reys-Verhael] , que nous ne possédons pas. 
-t) Voir la Lettre N°. 748 , note i. 



CORRESPONDANCE. 1 66o. 183 



reliquis Oratoribus noftris 9 ante dies très hue advenic, ac eonfeftim mifit mihi 
fafeieulos binos literarum, akerum a te") alterum a pâtre meo'') infcriptos, promif- 
faque Academicorum Florentinorum opulcula ^) ferentes, ipfiufque Sereniffimi Prin- 
cipis Leopoldi literas ^'). Qiiantum ex Dati verbis '°) coUigo, eodem tempore omnia 
ifthuc perlata fuere, ledquaedam eorum ipfe perlegere voluifti, atque hac ratione 
a reliquis feparata venerunt "). Quantum tibi debeam qui toties jam literas Florentia 
niilTas ad me deferri curaveris, toties quafi meo nomine Clariffimo Dato refponde- 
ris, faepe coram teftatus fum, et ecce iterum hic teftor. deinceps vero hac moleitia 
ut fpero te liberabo. dabo enim, quas ad Sereniffimum Principem Leopoldum 
fcripturus fum, reda hinc in Italiam perferendas, tum quia brevior eft via, tum ut 
ea occafione Datum quoque compellera defungarque gratiarum aélione, quas illi 
debeo fane maximas. Non aegrè feret autem vel ipfe vel Princeps Sereniffimus fero 
adeo me refcribere, fi modo ultimas meas ") quas Haga difcedens dedi, quibufque 
de fufcipiendo mox itinere mentionem feci, redte accepit. Cappellanio falutem ut 
jufferas dixi tuo nomine, cum die martis praeterita in aedibus Monmorij '3) una 
eflemus, ut folemus fingulis hebdomadis. Mcnagium nondum vidi, fed habebo 
brevi qui ad illinn me deducat. Clariffimum Voffium quamprimum videbis , quaefo 
ut Brunetti nomine eum roges ut Chinicas pidturas abfolvi curet. Speraveram 
Beuningium illas allaturiun , fed fruftra ut video, de caetero (alutem plurimam im- 
pertiès tum ipfi tum alijs amicorum. Vale. Dabam Parifijs 19 Novembris 1660. 
Tabulas Graeciae Capelanus accepit. 

Viro Clariffimo Domino Dan.'"*) Heinsio. 

Hagam. 



S) Ces envoyés extraordinaires furent : 

a') Johannes van Geiit. Voir la Lettre N°. 527, note 1. 

b^ Jiistus de Huybert. Voir la Lettre N°. 267 , note 3. l>. 

c) Willem Boreel. Voir la Letcre N°. 63 , note 6. 
*) La Lettre N°. 793. 
'') Cette Lettre de Constantyn Huygens, père, manque dans nos collections. 

8) Les Appendices N°. 7^6 à N°. 798. 

9) La Lettre N°. 795. 
'°) La Lettre N°. 794. 

") Nous avons réuni toutes ces pièces, ignorant les dates des envois succes^sifs de Heinsius, dans 

les Nos. 7j)5 à 798. 
'-) Consultez la Lettre N° 788. 
■3~) Cette assemblée chez de Monmor eut lieu le 16 novembre [Reys-verhael]. Voir la Lettre 

" N°. 806. 
'+) Ce lapsus calami donna lieu à la pièce N°. 813. 



CORRESPONDANCE. 1660. 



N= 810. 

Christiaan Huygens à Constantyn IIuygens, frère. 

19 NOVEMBRE 1660. 

La lettre se trouve à Leiden^ coll. IIuygens. 
Elle est la réponse an No. 803. Coiist. IIuygens, frire, y répondit par le No. 811. 

A Paris ce 19 Nov. 1660. 

Pour ce qui eft de Tinvencion d'efcrire des lettres a peu de frais, je croy 
que peut eftre il y en a qui s'en fervent, mais pour moy je ne m'en fuis pas 
fervi cette fois, et vous prie d'en ofter le foupcon à mon Père, s'il en peut avoir 
aucun. 

Hier j'acheptay voftre livre di G. Baglione a 4 1. i o s. il n'eft pas fort efpais. Il n'y 
a point de portraits dedans que de l'autheur; qui n'efcrit pas fi bien ny de beaucoup 
près avec tant de circonftances que Vafari, et faute de fcavoir les particularitez des 
vieïdesraaiftres, il s'occupe le plus a fpecifier les tableaux ou rtatues qu'ils ont laif- 
fees. vous y trouuerez plus de 150 vies tant de Peintres, fcoltori que incagliatori. 
Italiens, François, Flamands. Il y a de ceux que je connois, Annibal Caracci'), 
Antonio Tempefta^). Cornelio Cort s). Georgio Vafari '*). Giuglio Clovio^). les 3 
Sadelers*). Henri Golzius 7). Michel angelo da Carauaggio ^J). Pietro Paolo Ru- 



■) Annibal Carraclie, frère du célèbre peintre et graveur Agostino Carrache, était fils d'un 

tailleur: il naquit à Bologne en 1 560 et mourut à Rome en 1609. 
") Antonio Tempesta, né en 1556, mort en 1630, était graveur à Florence. 
'*) Le graveur Cornelis Cort naquit à Hoorn en 1526 et mourut à Rome en 1578. 

4) Voir la Lettre N°. 803 , note r . 

5) Don Giiilio Clovio naquit en 1498 en Croatie et mourut en 1578 en Italie. Il était chanoine 
des scopettiui, mais sortit de cet ordre sur une dispense du pape. Il peignait en minia- 
ture. 

*) Ce sont: 

û) Jan Sadeler,.né à Bruxelles en 1550 et mort à Venise en 1600. D'abord artisan en acier, 

il devint graveur. U demeura à Francfort, à Munich et en Italie. 
/') Raphaël Sadeler, frère du précédent, né en 1555 à Bruxelles. Il travailla avec son frère 

et voyagea avec lui. 
f) Gilles Sadeler, neveu des précédents, né en 1570 à Anvers et mort à Prague en 1629. 
Disciple de ses oncles, il fut graveur comme eux et demeura longtemps à la cour de 
Prague. 
'') Le graveur renommé Heinrich Goltzius naquit à Mulbracht en 1558 et mourut à Harlem 

en 1617. Pour rétablir sa santé, il partit en 1590 vers l'Italie. 
8) Michael Angelo Amerighi dit Caravaggio, l'artiste célèbre, naquit à Caravaggio en 1569 et 
mourut en 1609 à Porto Ercole. 



/ 



CORRESPONDANCE. 1660. 



bens'). Mais van Dyck '°) point, donc je m'eftonne, ou il faut qu'il ait encore 
eftè en vie, lors que le livre le failbit. Vollre reccuil fera beau à la fin fi vous con- 
tinuez de la force et je feray bien aife de veoir ces belles pièces que vous m'elcrivez 
y avoir adjoucées. 

Je vous remercie des autres nouuelles. Celle de Mademoifelle Kien me feroit 
bien languir fi j'eftois de fes amoureux, car tant que j'ay receu de vos lettres et de 
Mon Père en parlent , et tantoil elle s'en va mourir tantoil: il y a de l'apparence 
qu'elle vive. De Taflin je ne puis fcavoir de nouuelles auparavant que je voye 
Monfieur le Premier "). En ayant appris je vous en feray part. 

J'ay faluè Vlaerdingen de voftre part, qui vous baife les mains. Il elT: plaifant 
a cetheure en parlant francois et en jurant, comme chez nous il l'eftoit par fon 
chant, quand il fe fervoit de fa belle méthode. J'ay pris plaifir de veoir que la ou 
il eft logé on l'appelle toufjours Monfieur le Comte. Il a maintenant un carofle à 
luy, et im cheval de fellc, avec cela 3 valets. En forte qu'il fait ime belle dcfpenfe, 
et pourtant bien inutile, car il efi: encore incapable de veoir les bonnes compag- 
nies par ce qu'il ne fcait pas parler. Peut ertre la femaine prochaine nous irons 
enfemble nous promener a Veau pour veoir le magnifique balliment et jardins de 
Monfieur le Surintendant '-). Quand il viendra des nouuelles du frère Louis n'ou- 
bliez pas je vous prie de m'en faire part. J'efcris trefmal pour avoir grand froid 
aux mains, ce qui me doibt auflî fervir d'excufe auprès de Mon Père ' ^). Je fuis 
voftre &c. 



Pour mon frère de Zeelhem. 



s*) Petnis Paulus Riibens, fils du conseiller d'Anvers Jaii Rnbens et de Maria Pypeling, naquit 

à Siegen le 28 juin 1577 et mourut à Anvers le 30 mai 1640. Il épousa Isabella Brants 

(morte en 1626) et en 1630 Helena Fourment. 
'°) Antonie van Dyck, fils de Franciscus van Dyck et de Maria Cupers, naquit à Anvers le 

22 mars 1599 et mourut à Londres le 9 décembre 1641. 
'0 Huygens indique ainsi de Beringhen. Voir la Lettre N°. 46, note i. 
'^) Foucquet. Voir la Lettre N°. 605 , note 7. 
'3^ Le même jour (19 novembre), Christiaan Ihiygens écrivit aussi une lettre à son père [Reys- 

Verhael]. 

Œuvres. T. III. 24 



l86 CORRESPONDANCE. 1660. 

N= 811. 

Leopoldo de Medicis à Christiaan Huygens. 
19 novembre 1660. 

Ln lettre se trouve à Leiden, coll. llnygeus. 
Elle est lu n'poiise an Nn. 786. Clir. Huygens y répomlit par le No. 825. 

Signor Cristiano Vgenio. 

Non ordinario contento hb fcntito dairaiiuifo, che Vollra Signoriti habbia riceuta 
la mia rifpolla, et che ella relli fodiffatta e délia particolare mia afFettuofa uoloncà 
uerfo di lei, e délia llima non ordinaria che fb délia fua uirtû; amendue quelti 
miej fentimenti Lei confermo con ogni più adequata efpreffione, et defidero 
che Voftra Signoria aile occafioni con ogni confidenza maggiore mi efperi- • 
menti ncll' opère a fno pr6. Tralafciai di rimoftrare nella lettera ') che Lei fcrifli 
il modo di foftenere il Cannochiale uicino ail' Occhio per elTer cofa a noi co- 
muniflima e facile, mentre ci uagliamo folo, 6 di due 
canne incrociate, et legate con iina fmiicclla, 6 di due 
legni lauorati in tondo come fi uede nella qui femplice 
figura, alzandofi più 6 meno l'incrociatura, e legatura 
fecondo il bifogno ricliiede, et fappia che ottimamente 
férue. Procurera di fare quai che fludio ibpra il com- 
porre vetri puri, et atti al miglior ufo dclla fabrica 
de gl' Occhiali et fe mi fortirà il trouarne il modo, e 
ridurlo ail' atto pratico, io glie ne auuiferb, accib Vof- 
tra Signoria per quello che tocca alla materia, pofTa 
refl:are pii^i fodiffatta. Intanto flaro attendendo l'inuen- 
zione del fiio nuouo modo di Cannochiali, et doppo il 
fuo ritorno in Olanda quelle opère che ella ne promette. Hauerk intanto in Parigi 
riceuta Vofira Signoria altra mia lettera nella quale io le auuifauo la comparfa délia 
fua dotta rifpoflra al Libretto del Diuini. Mi fark Voitra Signoria ben cofa grata ad 
auuiflirmi quali perfone degne da ftimarfi nella Georaetria et Afironomia habbia 
ritrouate in Parigi, doue Lei auguro felice llanza et apprcflx) fortunato ritorno alla 
Patria, et con tutto l'affetto ogni altra pii^ defiderabil félicita. 

Al Piacere di Voftra Signoria 
Il Principe Leopoldo. 
Di firenze 19 Nouembre 1660. 

Signor Cristiano Vgenio. 




') Voir la Lettre N°. 802 



CORRESPONDANCE. 1 66o. 187 



N° 812. 

[CoNSTANTYN HuvGENS, frère] à Christiaan Huygens. 

25 NOVEMBRE [1660]. 

La lettre et la copie se trouvent à Le'iden, coll. Huygens. 
Elle est la réponse an No. 810. 

Constantin a Chrilstien. 

A la Haye le 25 Noucmbre. 

J'ay receu voltre dernière et vous rends grâces de m'avoir cherché mon livre '), 
lequel il me tarde fort d'auoir, c'eft pourquoy je vous prie de fcauoir s'il ne part 
de là quelque perfonne de connoiïïance , qui me le pourroit apporter parmy fon 
bagage. Les fils -) de Monfieur de Villers 3) font iur le point de revenir*), a ce que 
dit l'autre jour le Pcre, et comme l'aifné eil de mes amys, il voudroit bien s'en char- 
ger. Mais je vous prie de ne le donner à perfonne, qui en prenant fon chemin par 
terre envoyé fes hardes par mer, car cela efl fubjeél à des grandes longueurs, et 
j'aymerois encor mieux attendre voftre retour. A propos des Peintres je vous diray 
que ce fourbe de Matham 5) mourut il y a deux jours d'une mort fort foudaine 
ayant efté atteint d'une forte d'apoplexie comme il venoit defe lauer les mains à 
la pompe, et cet accident fi inopiné l'aura empclché d'auoir le repentir conuenable 
à l'article de fa mort de m'auoir tant dupé durant fa vie, dans mes jeunes ans. Mon 
Père a fait deïïein de nous faire peindre touts trois dans un mefme tableau et j'ay 
efté chez Hanneman ") à fin qu'il en forme un defix;ing, pour l'examiner avec nos 
amys qui entendent l'art, et puis luy faire commencer mon pourtrait en attendant 



') Voir la Lettre N°. 790, note 7. 

-) tf) Philips Soete de Villers, Seigneur de Zevender, naquit le 29 janvier 1636 et mourut le 
21 mars 1689. Il fut député des nobles au Conseil d'Etat et épousa, le 28 décembre 1666, 
Anna van der Does, fille aînée de AVigbold van der Does et de Anna van Kerckhoven. 
Zi) François Soete de Villers, Seigneur de Potshoek, naquit le 24 avril 1637. Il épousa, le 
6 novembre 1678, Henriette van Aersen, fille de Cornelis van Aersen et de Louise van 
Walten. 
f) Willem Cornelis Soete de Villers naquit le 15 décembre 1640 et fut tué dans la bataille 
de Senef, le 1 1 août 1674. 
3) Alexander Soete de Laeken de Villers, Seigneur de Zevender et Potshoek, naquit le ler août 
1603 et mourut le 30 août 7678. Il épousa Adriana van Aersen, née à Paris le 20 septembre 
1606 et morte le 15 novembre 1677. 
**) Ils ont écrit une relation de leur voyage , publiée plus tard sous le titre : 

Journal d'un voyage à Paris en 1657— 1658. Publié par A. P. Faugère. Paris. Benjamin 
Duprat, Libraire de l'Institut, de la Bibliothèque Impériale et du Sénat. Rue Fontanes 
(Cloître Saint-Benoît), 7. 1862 in-8°. 
5) Adriaan Matham, fils du graveur Jacobus Matham, naquit vers 1600 à Harlem et mourut 

le 23 novembre 1660. Il était graveur de planches grotesques. 
<5) Adriaan Hanneman naquit en 1610 à la Haye et mourut en 1680. Il a peint nombre de 
portraits. 



l88 , CORRESPONDANCE. 1660. 

que vous deux foyez de retour. Le Seigneur de Croneftein ") qui eft Confciller tiu 
Confeil de Brabanc agonife, et fuivra Matham de près. Tellement que voila une place 
vacquante au Confeil, et pour l'auoir environ douze prétendants en campagne, et 
parmy ce nombre deux parents du Penfionaire qui font Viuien ^), et le petit Per- 
iyn S'} auditeur des contes de Ton AkefTe. Ce grand nombre de douze a fait tellement 
peur à mon Père, que je luy ay fait comprendre qu'il n'efloit pas expédient que je 
fuffe le treiziefme, pour aller chercher un rebut de gayeté de coeur, dont je fuis 
très aile. J'cfpere que vous aurez eu foin de vous enquérir chez I lenrichet ou quel- 
que autre vendeur de tailledouccs de ce qu'il y pourroit auoir des pièces mention- 
nées dans mon mémoire. Mon intention n'eft pas d'en achepter grand nombre 
quand mefme on les pourroit auoir , ellant dcf|a tombé d'accord avec mon homme 
de luy donner un équivalent confinant en quelques pièces d'Alberdurer '°) en cas 
que je n'en puilTe recouvrer de Callot, mais pourtant je ferois bien aife d'en auoir 
au moins deux ou trois ou quatre pour le contenter en quelque forte, c'eftpour- 
quoy je vous prie de regarder un peu ce qu'il y a comme je vous ay mandé dans 
ma précédente et de me le mander; ayant achepté quelque chofe, vous pourriez aife- 
ment me l'envoyer dans une lettre. Nous n'auons encor eu aucune nouvelle du 
Frère qui eft en Efpagne (au moins à ce que nous croyons). Madame de Vloof- 
wijc ") vient d'envoyer icy tout prefentement , ayant ouy dire dire '-) que nous 
auions eu des lettres, fcauoir ce qui en eft, par ce que fon fils 's) eft aufli de la 
nobleffè de l'AmbafTade. Madame la Princefle '+) partira la fepmaine qui vient pour 
Clcues, ou viendront en mefme temps l'Elefteur's) et le Prince d'Anhalt "') avec 
leurs femmes '"). Le Prince Guillaume '^) y vaauffiavec laficnne'^), et le Comte 

") Jacob Oem van Wijngaerden, Seigneur de Kronesteiii, fils de Gérard Oem van Wijngaerden 
et de Sandrina Kroesinck, monrnt en 1660. Il fut souvent Commissaire d'Etat et épousa 
Anna van den Rhyne. 

8) Nicolaas Vivien. Voir la Lettre N°. 218, note 2. 

9) lleinier Persyn, fils de Jan Persyn et de Margaretha Moons. Il épousa Emerantia van Ban- 
cheni, fille de Jan van Banchem, président du Grand-Conseil. 

'°) Albrecht Durer, né le 21 mai 1471 àNurnberg, où il mourut le 6 avril 1528. Il était peintre 
et mathématicien. 

") Madame van Vloosvvijk appartenait à une famille de l'aristocratie d'Amsterdam. 

'-) BifFez ce dernier mol.. 

'■') Ce jeune Vloosvvijk a fait le voyage de Portugal en compagnie de l'ambassade. 

'**) La Princesse Douairière. Voir la Lettre N°. 15, note 2- 

'5) Sur l'Electeur Friedrich Wilhelm consultez la Lettre N°. 126, note ,1. 

'■■') Johann Georg II, Prince d'Anhalt-Dessau, fils de Johann Casimir et d'Agnes de Hessen-Cas- 
sel, naquit le 7 novembre 1627 et mourut le 17 août 1693. Le 9 juillet 1659 i' épousa Hen- 
riette Catharina, fille du stadhouder Frederik Hendrik van Nassau. 

'") Ces épouses, toutes deux filles du Stadhouder Frederik Hendrik, étaient 

ci) Louisa Henriette. Voir la Lettre N°. i 8" (Supplément, Tome II) note n. 
A) Henriette Catharina, née le 31 janvier 1637 et morte le 4 novembre 1708. 

'8) Willem Frederik van Nassau. Voir la Lettre N°. 84, note 9. 

'!^) Albertina Agnes, fille du Stadhouder Frederik Hendrik. Voir la Lettre N°. 126, note.2. 



CORRESPONDANCE. 1660. 



de Dona "°), feu Gouverneur d'Orange, avec eux, encore qu'on difc qu'il eft très 
mal avec TElefteur à caufe des choies paiTées ='), mais Madame raccommodera tout 
cela. Si vous voyez Nanceuil --) je vous prie n'oubliez pas de fcauoir de luy par le 
menu cette invention van detir te trecken "=') que icavez et dont je vous ay elcrit dans 
une de mes précédentes ^'*). Ce fol de Bruno vient de me porter ces vers -5) icy en- 
fermés, qu'il veut que je vous envoyé, il me jure qu'il en a fait et efcrit la moitjé en 
pleine rue, là ou le Moljlraet aboutit au Wagefîraet. Il fe trefmoufTe plus fort que 
jamais, d'ores en avant on ne fcauroit remuer un pied là ou il eft qu'incontinent il 
ne rime defTus. Adieu, Je vous prie longez aux moyens de me faire auoir ce livre. 

A Monfieur 
Monfieur Chrestien Huijgens de Zuijlichkm. 

A 

Paris. 

N= 813. 

H. Bruno à Christiaan Huvgens. 

24 NOVEMBRE 1660. 

Appendice au No. 812, 

La pih'e se t retire à Lciden, cuil. Hnygens. 

Ad incomparabilem Mathematicum, 
Dominum Christianum Hugenium, Constantini Magnifilium etc. 
ciim NicoLAo Heinsio fcribens, Danielem eum nominaffet. ') 
Praenomen Heinfi, Chriftiane, perperam 
Cur exarâfti, qui facis nil perperam, 
Sed cunfta fcribis, tam ftupenda gentibus 

"°) Friedrich, Comte de Dhona, fils de Cliristoffel Comte de Dhona et de Ursula Comtesse de 
Solms. Il succéda à son père comme Gouverneur d'Orange, épousa Espérance du Puy de 
Montbrun et mourut en 1688. 

"") Profitant de la querelle entre la Princesse Royale, veuve de Willem II d'Orange, et sa belle- 
mère, la Princesse Douairière, querelle relative à l'administration de la principauté d'Orange 

, pendant la minorité de Willem III, Louis XIV s'était adressé dans le printemps de 1660 au 
Gouverneur de cette place, le comte de Dhona. Sous prétexte de vouloir la garder jusqu'à la 
majorité du Prince, il l'avait sommé de lui remettre la place; après quelques apparences de 
défense contre l'armée du Roi, de Dhona s'était rendu , et généralement on le soupçonnait 
de s'être laissé suborner. 

--) Voir la Lettre N°. 803, note 26. 

-3) Traduction: de prendre un calque. 

=+) Consultez la Lettre N°. 803. 

=5) C'est la pièce N°. 813. 



') Consultez l'adresse de la Lettre iM°. 809. 



ipo CORRESPONDANCE. 1660. 



Quàrn praedicanda femper, at nunquam fatis? 
Nicolans ergo eft Daniel faftus tibi? 
Immo ille foli talis haud faétus tibi eft , 
Sed et Camaenas illius legentibus, 
Et dîa totiim Icripta quae ipirant patrem. 
Reftè profeftb, Chriftiane, haud perperam, 
Sic exarâfti; nomen et famam patris 
Eit confecutus , et tuetur filius. 
Hallucinata penna, non mens, eft tibi, 
Fuitque dulcis error in praenomine. 
Nicolaus crgo Daniel fit Heinfms, 
Quoniam fuperftes alter ell: in altero. 

Henricus Bruno. 

Hagae-Comitis xxiv. Novembris cIo lo clx. 



N= 814. 



CoNSTANTYN HuYGENs, pcre, à Beatrice de Cusanze, Duchesse 
DE Lorraine. 

25 NOVEMBRE 1 660. 
La minute se troure h /Imste'/dam , Jrad. Royale des Sciences, coll. Iliiygens. 

A Madame de Lorraine. 

A la Haije ce 25e nou. 1660. 
Madame; 
La cruauté que Voftre Altefte prend plailîr à m'inputer ne confifte qu'en pur 
refpeft; je la fupplie une fois pour toutes d'en juger ainfi, et que voijant mes lettres 
fans refponfe ie ne içauroij m'enpefcher d'imaginer quelles ne vous peuuent tendre 
qu'à inportunité, outre que ie ne voij gueres arriuer de chofes icij dont il ij aijt 
moijen de fort régaler Voftre Altefle. Je fuis fort marrij de vcoir que de delà auftî 
les plaifans llibjets ne naiftènt pas en abondance. Il eft vraij, madame, que ce 
Prince ') vous traiéle quafi de mefme qu'on le traifte à Paris et ainfi l'une longueur 



') Charles IV de Lorraine, fils de François II et de Christina von Salm, Comte de Vaudement, 
naquit le 5 avril 1604 et mourut le 18 septembre 1675 à Lorbach. Aventurier turbulent, 
il passa sa vie en guerre continuelle avec la France et finit par perdre ses états. En 163211 
épousa Marguerite Nicole de Lorraine, qui lui apporta en dot les droits de la ligne féminine 
de Lorraine et qui mourut en 1657; puis, quoique celle-ci vécût encore, il s'unit, en 1(340, 
à Béatrice de Cusanze, morte en 1663: enfin, en 1665, il épousa Louise-Marguerite d'Aspre- 
mont de Nanteuil. 



CORRESPONDANCE. 1 66o. I9I 

caufe alTez légitimement l'autre, et ma patience s'ij accommode jufqu'à là. mais elle 
m'elchappe, quand ie voij -qu'on m'efcrit de Paris, que noftre bizarre AltefTe ^ ) per- 
fifteroit toufiours à demander une des niepces du Cardinal"), fur quoij certain Pré- 
lat auoit dit à cefte Eminence quefl Vechio in ogni modo vuol un pezzo di carne 
Mazarina. Je croij que Voftre AltefTe entend fi fouuent de ces bruits , qu'elle me 
pardonnera bien que je luij débite franfchement ce que j'en fcaij. mon auteur ell 
mon fils Archimede s), qui eft à Paris et l'a fceu de la bouche d'un autre Prélat fon 
araij: J'auoij gourmande ce garçon, de ce que pafTé à Mons, il auoit manqué de 
faire la reuerenfe à Vofl:re Akefi^e. mais il me repond, pour excufe afièz raifonnable, 
qu'aijant eu grandilfime enuie de fe donner ceiT; honneur, il en auoit efté defiiourné 
parce que le matin comme il deuoit partir, avec fa compagnie, il apprit que Vollre 
Altefi^e n'y eiT:oit arriuée que le foir d'auparauant, et bien tard '*); de forte que fon 
office n'euft pu eftrc nommé qu'inciuilitc. A Paris il trouue toute forte d'accueil 
parmi les illuftres, qui l'ont connu de réputation, et les Princes mefmes l'en carref- 
fent plus quil ne croit mériter. Entre autres regales on l'entretient de beaux con- 
certs de mufique, où il me fcmble qu'il ne manque que la belle prefence de madame 
de Lorraine, de la petite Francifque 5) et la miene. Car pour madame la PrincefTe 
de Ivifiebonne *), comme elle en renient toute rafilafl^ee, peut eftre ne voudroit elle 
pas nous gratifier de tout le filence dont nous aurions befoin. Je me reprefente fort 
bien le grand auantage que ce bel efprit doibt auoir tiré de ce qu'on luij a faift 
entendre de beau en france, efl:ant fufceptible de toutes les bonnes chofes, et 
promtement et adroitement: comme, entre autres il appert par la bonne nouuelle 
que Voflre Altefl^e me faift l'honneur de m'en donner. Car à vraij dire: 

C'efi; bien auoir compris fa petite grammaire 

Pour la première fois. 
Où un petit enfant enfante une grand'mere 

en moins de douze mois. 

que j'auroij enuie de m'ellendre plus amplement fur ce beau fubjeâ: nuptial! mais 



") Maria Mancini, nièce du Cardinal Mazarin, naquit en 1640 à Rome et mourut à Madrid en 
mai 1715. Louis XIV voulut l'épouser, mais Mazarin, crait^nant que sa nièce ne l'éclipsàt, 
fit échouer ce projet; en 1661 Maria Mancini épousa le Prince de Colonna, connétable 
de Naples. Elle s'enfuit en 1672 et, après plusieurs tentatives pour influencer Louis XIV, 
elle s'enferma dans un couvent à Madrid. 

5) La Lettre de Christiaan, dont il est question, manque dans nos collections. 

**} C'était le 23 octobre 1660 [Reys-Verhael]. 

■'') Francisca de Lorraine, fille de Charles IV de Lorraine et de Béatrice de Cusanze. 

") Anne de Lorraine, sœur de la précédente, naquit en 1639 et épousa, le 6 octobre 1660, Fran- 
ciscus Maria de Lorraine, Prince de Lillebonne. Voir la Lettre N°. 231 , note 4. 



ipa CORRESPONDANCE. l66o. 



quand Voilrc AltefTc auroic la bonté de foufFrir mon caquet, ie craindroij que 
rillullre Efpoufe ne me fill donner fur les doigts, moij qui n'ai] que trop ofc 
tenter ia patience, quand parfois mon fot zcle pour la mufique m'a emporte a la 
fupplicr de faire taire le monde qui auoit l'honneur de l'entretenir. Madame, ne 
reuicndrons nous jamais plus à de ces conuerlations? qu'ell ce que Voilre Al- 
tcHe nous en lailTe elperer. Ce ibnt les queftions que je faij journellcmment au 
ParnafFe d'Anuers ^), et nous nous coniblons par lettres du mieux qu'il nous eft 
polTible. Voilre Altefie void par ccfte quatriefme page, que c'eil d'irriter les cau- 
feurs. jen rougis véritablement et me hafte de vous dire ce qui fera véritable tant 
que je feraij et que je fuis plus qu'homme du monde. 



Nâ 815. 

Cl-IRISTIAAN HUYGENS à CoNSTANTYN HuYGENS, frère. 
26 NOVEMBRE 1 660. 

La lettre et la copie se trnttyent h Le'ulcn , coll. Hiiygeiis. 
Elle est la réponse au Nn. 807. Const. fluygciis, frire, y riSpolirlit par le No. 819. 

A Paris ce 16 Novembre 1660. 

Les jours font fi courts et j'ay tant de chofes a faire que je n'ay pas encore eu le 
loifir de veoir Nanteuil ni Ifrael '), pour m'informer toucbant ce que vous defirez 
fcavoir des tailles douces -). Mefme je croy qu'il faudra garder le logis pour quelques 
jours, pour me guérir du rheume qui m'incommode depuis que je fuis icy. Je veux 
elperer que vous aurez trocquè voftre livre de Callot fans perte, toutefois je nefcay 
comment vous pouvez refoudre a vous défaire d'un fi bel ouurage. Je me fouuiens 
qu'encore dans ma dernière lettre j'ay oublié a vous parler des hautefchaulTes et 
des rabats, voicy donc en recompenfe depuis la telle jufqu'aux pieds ce qui eft de 
la mode. On porte des chapeaux un peu plus hauts et pointus que chez nous et les 
bords plus eftroits. les cheveux touljours longs, les rabats médiocres et vous n'avez 
que faire d'aggrandir ceux que vous avez, les manchettes doubles et fimples. les 
pourpoints plus courts que cydevanc , et un peu coupez par devant afin de fe tenir 



<") Hiiygens désigne ainsi la famille Duarte. Voir la Lettre N°. 381 , note 3. 



') Israël Henricliet. Voir la Lettre N°. 806, note 14. 
=) Consnltez la Lettre N°. 803. 



CORRESPONDANCE. 1 66o. I93 



plus ouverts, les manches courtes avec des rubans horfmis par embas, afin qu'il ne 
fc graifTent pas dans les plats, les hautelchaufles de la longueur accoutumée , lar- 
ges de 31 aunes des noftres chafque jambe, ou bien 3 feulement car on commence 
a rétrograder, point palTez avec un ruban par embas. et 16 ou 18 neuds a chafque 
coftè. des canons j'en ay dit dans une autre lettre, les fouliers font de bonne forme 
comme on les fait a la Haye , quoy qu'il y en ait icy qui les portent fort larges par 
devant, mais a la Cour on ne le fait pas. l'on porte des manteaux et des cafaques. 
Voila tout fi je ne me trompe, mais l'on attend tous les jours une reforme tref- 
grande aux habits, qui viendra de la Cour, et l'on croit que peut eftre ce fera un 
compofè de la mode Efpagnole et Francoife. de forte qu'il fera beau nous veoir 
avecques des manches pendantes par derrière, et des hautechaulTes en pointe, 
comme le roy en avoit mis il y a quelques jours. 

Je voy que Bruno continue touijours dans fes actions héroïques, alfurement il 
s'en va tout droit aux petites maifons. 

Dans la première gazette hollandoife qui vint icy depuis que j'y fuis, il y 
avoit un advertiffement a la fin, qu'a Amilerdam l'on fabriquoit des horoleges, 
qu'il n'eftoit befoin de jamais remonter. Je voudrois bien fcavoir fi vous n'en 
avez pas oùy parler, et ce que ce pourroit eftre. Pour les mienes il y a icy 3 
ou 4 maiftres qui en font , et mefine l'on commence a en mettre aux clochers de 
quelques paroiflès. 

l'on dit icy que Languerac -) va efpoufer Mademoiielle de Niveen 3). efcrivez 
moy je vous prie ce qui en elh auflî comment fe portent nos demoifelles de de là, 
les Aerflens , les Rijckers et Pauwties &c. Vale. 



Pour mon Frère de Zeelhem. 



") F. H. van den Boetselaer. Voir la Lettre N°. 808 , note 9. 
3) Mlle Elisabeth Maria Musch. Voir la Lettre N". 196, note 5. 

Œuvres. T. III. 



194 CORRESPONDANCE. 1660. 



N= 8i(5. 

Christiaan Huygens à [C. Dati]. 

[28 NOVEMBRE 1660.] 

La lettre et la copie se trouvent à Leiden, coll. Huygens. 

Vir Illuftris Eruditiffimeque 

Quas antehac ad Sereniffimum Principem Leopoldum literas ') Haga Comitis dedi 
Vir Clariffimus mihique amiciffimus Nicolaus Heinfius fuis inclufas tibi coramen- 
davit, quem quidem faepius rogavi ut tum falutem tibi mec nomine adfcriberet, tum 
et gratiarum adlione pro me defungeretur, quas tibi fummas debere me intelligebam, 
ut qui toties mearum literarum Principi ofFerendarum curam fubijfles; toties de ré- 
bus ijs quas mea fcire intererat per eundem Heinfium certiorem fecifies. Nunc vero 
abfque internuncio ipie te importunus licet adiré compellor, ne per ambages led 
refta hinc ad Sereniffimum Principem literae meae perveniant, quas hifce conjunc- 
tas -) mitto. Expofui in ijs Celfitudini Suae qua de caufa non citius refcripferim, tardé 
nimirum redditas mihi in hac urbe ipfius literas fuiffe, deinde et dies aliquot prae- 
terfluere me fiviffe, invitum, fed cogente vi morbi quo vixdum hue adveniens cor- 
reptus fui. De caetero plurimum tibi obftriélus fum Vir Eximie, quod ingeniofiffîmas 
Diatribas Dominorum Borelli 3) et Magalotti "*) ab auftoribus fuis extorferis, quo 
mecum eas communicares. Illa vero ab omnibus publicè confpici merentur, quippe 
docftrinae atque elegantiae fingularis, idque ut fiât, in primis mea quoque referre 
exiltimo, ut nempe appareat viros fubtilifîîmos de veritate hypothefeos meae circa 
\i in tantum jam nunc perfuafos efTe, ut operae praetium ducant de generatione ac 
materia annuli ftudiofe inquirere, quod profeélo ego in libello meo facere aufus 
non fui, non intelleélis adhuc doftorum de verifimilitudine fyftematis mei fenten- 
tijs. Quod fi vero nunc idem illud de annulo Saturni examen aggrediar, non puto 
equidem melius quid invenire me pofTe ijs quae a Viris Clariffimis allata funt, fed 
occurrent fortaffe rationes aliquae, quae dubias reddant illorum opiniones ; et in 
bis quidem praecipua haec mihi videtur, quod five ex vaporibus non concretis con- 
ftare annulus Saturnins dicatur ut Borellius difputat, five gelu duratis ut Magalo- 
tus aegrè intelligi poffit cur tantum ex minimae latitudinis circulo Saturnus 
vapores exhalet, curve in altum jam fublati non latins aliquanto fe diffundant fed 
annulo tenuifiimo omnes contineri perfeverent. Nam hune tenuiorem etiam multo 
quam ego Academia Vefl:ra ilatuit. Borellus quidem aliam quoque genefin annuli 
proponit, quafi ex fphaera vaporum pellucida fj ambiente, média regio tenui traftu 



') Voir les Lettres N'^s. -^ég et ; 

^) Voir l'Appendice N°. 8 1 7. 

3) Voir l'Appendice N°. 797. 

■1) Voir l'Appendice N°. 798. 



CORRESPONDANCE. 1660. I95 



opaca evaferit, fubeunce eam certo halituum génère. Sed profefto non ignorât 
ipfe quam audax licet ingeniofa ea fit conjeftura. Idemque de congelatione illa 
Nobilis Magalotti mihi videtur, cui intérim egregij experimenti hifloriam debeo 
de rarefaétione aquae glaciatae. Mihi itaque nihil adtiuc verifimilius videtur quam 
folidum atque opacum effe annulimi Saturnium. qua materia vero conftet et an 
aliquando et quo modo formam illam quam habet, naftus fuerit, de eo nihil quod 
exponere operae pretium fit adhuc in mentem venit. Scriptis porro ifi:is ita ufi.is 
fum, ut in literis ad Heinfium noftrum edixifti, etfi ut dixi defiderarem fi.immopere, 
et de illo quidem praecipuè quod Academiae nomine Sereniffimo Principi oblatum 
eft, ut in lucem emittantur. Praeter haec aliam exercitationcm quam tuae literae 
pollicentur avide expefto, ac perhonorificum mihi duco fublimibus veftratium inge- 
nijs fcribendi materiam fuppeditafie. Quid autem bonus Eulbachius cum Fabrio 
rcrum gérant? de quibus nuper quidam ex amicis mihi Icripfit fyftema fuum duo- 
bus imo quaternis globulis eos adauxifîe, et ad imitationem vefl:rorum Academi- 
corum faftitium Saturnum qui phaenomena utcunque référât oflentare. Si quid 
ultra inaudivilli, rogo te vir doétiflîme ut me facias certiorem meque credas 



Tui obfemantiffimum 
Chr. Hugenium de Zulichem. 



N= 817. 

Christiaan Huygens à Leopoldo de Medicis. 

28 novembre 1660. 

Appendice au No. 8i6. 

La minute et la copie se trouvent à Leiden, coll. Huygens. 
La lettre est la réponse au No. 794. Leopoldo de Medicis y répondit le l'^f Juin 1661. 

28 Novembris 1660. 

Principi Leopoldo. 

Sereniffime Princeps 

Pridie quam Haga difcederem ad Celfitudinem Tuam literas ') dedi refponfum- 
que una raifi ad Annotationes Euftachij de Divinis, et fpero reifte perlatum efle. 



') Voirk Lettre N°. 788. 



196 CORRESPONDANCE. 1660. 



Quibus -) vero Celfitudo Tua me dignata efl, primum Hagae aliquandiu detentae 
fuere, quod Heinfius uni ') ex Oratoribus noftris in Galliara deftinatis fafciculunTt) 
concrediderat ita ut denium 17° hujus menfis mihi traditus fuerit ; tum vero nec 
acceptis Celiitudinis Tuae literis extemplo refcribere mihi per valetudinem licuit, 
quippe quam febricula cum tuffi graviffima qua paene ilifFocatus fui ira affliftam 
tenuit, ut omni feria occupatione liiperfedere coegerit. Non tamen efficere potuit 
quin plurimum atque ex animo gauderem pulcherrimas illas et accuratiffime depic- 
tas obfervationes s) afpiciens, quarum Celfitudini Tuae copiam mihi facere placuit , 
quarumque mimere nullum gratius mihi venire potuit. Equidem pro meritis lau- 
dare fatis nequeo Celfitudinis Tuae in exquirenda veritate praecharum iludium 
atque amorem , aut Illuftriffimae iftius Academiae iblertiam quae certiffîmam ratio- 
nem excogitavit ad auferendiim qui praecipuae difficukatis in Syftemate meo 
reftabat fcrupulum. Certe enim faftitius ille Saturnus, qua ratione tricorporeus 
Saturnus apparuerit, caeterorumque falforum phaenomenôn omnium facile caufas 
mirabiliter explicat, fimulque vera exhibet. quippe ante omnia validum quoque 
argumentum ex obfervatione illa fuppeditari certum eft, qua fuper annulum 
Saturni globus ejus umbram projeciïïe vifus fuit, ut optime lUuftriffimi Academici 
annotarunt. Credo enim omnino phaenomenôn hoc apparuiile quum angulus pro- 
llaphaerefeos effet circiter 5 graduum, neque alia de caufa me praeterijfle, quam 
quod in mentem non venerit neceffario ex hypothefi mea id confcqui debere, adeo 
ut licet forte animadverfum mihi fuerit, potius me decipi quam taie quid rêvera 
obfervaffe exiftimaverim. Nec quicquam ad diligentiam exaftitudinemque illam in 
obeundis experimentis addi poteft. Quidni vero quam primum haec in lucem 
publicam veniant latine reddita, quo pateret omnibus, non fomnia mea aut figmenta 
edidifle. Impofterum vero Celfitudinis Tuae monitis parens non omittam diligen- 
ter hac de re per obfervationes inquirere , nam profefto fi hypothefis mea vera efl; , 
umbra illa fpeftari quandoque débet, neque tam exilis efl: ut telefcopij noftri 
aciem effugere pofllt, facile enim menfuram ejus formamque mihi repraefentavi. 
De linea obfcura in difco fj quod doftiffimi viri cenfent eam non in extrema annuli 
ora fpeftari, fed umbram potius effe ab annulo in Saturni globum derivatam, vellem 
verum effet, quoniam difficultate infigni hypothefin meam liberatam cernercm, in 
qua materiam illam annuli extimum ambitum cingentem ad refleftendam lucem 
ineptam llatuere neceffe fuit. Quod durum quidem non nihil fed non impoflibile ta- 
men reputo; cum aquae quiefcenti fimilem fuperficiem illam imaginari liceat, quam 
certum eft plane inconfpicuam fore. Etenim videndum ne et fumma illa annuli 
tenuitas parum confentanea fit, refpeétu tantae latitudinis, tantaeque molis. Et 



^) Voir la Lettre N°. 794. 

3) H. van Beuningen. Consultez la Lettre N°. 809, note 4. 

^^ Voir les Lettres Nos. 795 à 798. 

S) Voir les planches vis-à-vis de la page 153. 



CORRESPONDANCE. 1660. I97 

licet illa admifla rotunda phafis jam fequatur, non adhuc lineam obfcuram nobis 
confpicabilem a tantilla illa umbrae lacitudine exoriri pofTe crediderim. Eft enim 
fubtilis omnino, eo quod minima fit "5 latitude, quod et lUuftriffimi Academici 
fatentur. Traétiira autem nigricantem certo confpici etiam Anglorum obfervationi- 
bus praeter nieas oftendi in refutatione Divini. Dixique praeterea mihi vel eviden- 
tiffimè eum apparuifle die 16 Novembris 1656; quo tempore.notandum efi: ocu- 
lum nofbrum akius fi.ipra planum annuli elevatum fuiffe quam folem, ac proinde 
nequaquani tune umbram ab annule procedentem in Satui'ni globo animadverti 
potuifle. Unde fi vera eft obfervatio mea , obfcuritas in ipfo annuli ambitu lineam 
illam conftituit. Sed de his poft annos ofto deCemve fi vita fi.ippetat denuo ac cer- 
tius inquirere licebit. Infigne vero aliud Phaenomenon cujus meminit Celfitudo 
Tua nempe occurfu ftelkilae alicujus viae lafteae, intra anfas Saturni, quo pervias 
efl"e liqueat, id per hofce annos oblatum iri non dubito. mereturque plane ut quot- 
quot fumus obfervatores illi invigilemus. Ego certe quam primuni domum reverfus 
fuero (nam telefcopium neque meum hue attuli, neque fatis idoneum hic reperio) 
omnem adhibebo diligentiam, ac de fi.icceflli CelfitudinemTuamreddamcertiorem. 
In hac urbe etfi ne unum quidem inveniam qui Aftronomiae feriam operam det 
(BuUialdo peregre ad vifendum Hevelium profeéto) funt tamen aliqui qui intelli- 
gant, ac Syftema etiam noftrum examinarint quibus abhinc diebus paucis apud 
Illuftriffimum Monmorium, uc iblent, congregatis, oftendi doftifllmas Academico- 
rum Tuae Celfitudinis Diatribas (nam praeter illam Academiae nomine fcriptam 
alias quoque binas Clariffimus Datus mihi impertijt, iubtiliffimi Borelli '^) et ingenio- 
fiffimi Magalotti 7),) iummaque cum approbatione et laudibus exceptas vidi. Circa 
pofteriores autem hafce quae mihi dicenda in mentem veniunt plura fi.mt, quam 
quae in hanc epiftolam conjicere auderem cui jam nunc nimio prolixiori ut termi- 
num figam tempus eft. Breviter tamen de invento quodam meo fubiiciam, quod 
geometris qui hic funt non inelegans vifi.mi eft, nec Celfitudini Tuae Eruditiffi- 
maeve Academiae difpliciturum opiner. Cum experientia ac ratione deprehen- 
difîcm fime penduli vibrationes natura fi.ia inaequales eftè ita ut latiores anguf- 
tioribus paulo plus temporis impendant, indeque erroris aliquid in horologijs, prae- 
fertim quae elateris vi moventur neceftarie accidere. quaefivi quo pafte corrigere 
illam inaequalitatem pofl^em. Invenique primum lineam Cycloidem celebrem 
illam multis preprietatibus et nupera hîc geometrarum decertatione , hanc igitur 
et hoc peculiare fibi habere, ut fi mobile quodpiam velut A per fuperficicm 
cavam puta BACD quae iecundum cycloidem inflexa fit, defcendens afcen- 
denfque motu reciproco feratur tempera quarumlibet reciprecatienum five maxi- 
marum five minimarum inter fe fiant aequalia. Opertet autem ita fitam efle cy- 



") Voir l'Appendice N°. Y97- 
'') Voir l'Appendice .N°. 798. 



198 



CORRESPONDANCE. 1 660. 




cloidem ut axem CE perpendiculariter ereftmn habeat. Deinde hoc animadverti 
quod fi funependulum CF longitudine duplum fit axis cycloidis, conftituan- 
turqiie fiiperficies diiae FGD, FHB, utraque in femicycloidis formam flexae , in 
F fefe tangentes ipfifque DOC, BAC aequales iit nempe femicycloides FGD, 
figura et fitu référât BAC, et FIIB référât DOC. quod inquara funependulum 
agitatum, occurfuque diftarum fupcrficierum parumper inflexum, majores minorefve 
prout validius impullum fuerit Cycloidis DCA arcus centro ponderis B defcribet, 
vibrationelque hoc paélo omnes habebit ifochronas. In horologijs vero, quia medi- 
ocribus tantum vibrationibus opus eft non nifi particulas femicycloidum ut FG, 
FH, inter quas funependulum fufpendatur adhibere opus efl. Egregioque fucceiTu 
in nonnullis jam adhibitam vidi. Demonftrationem quod attinet in ea a principijs 
Galileanis non receffi et quam primum in patriam rediero typis committere ipfam 
eft animus. Intérim felicitatem lanitatemque tibi Principum doftifllme diuturnam 
exopto meque ut antehac teftor 

Sereniffimae Celfitudinis Tiuie 
Addiéliffimum et Obedientiffimum 



CORRESPONDANCE. 1660. I99 

N2 818. 

[Christiaan Huvgens] à [Constantvn Huygens, frère?] 
[novembre 1660 ').] 

La minute se trouve à Le'iden , coll. Huygens •'). 

Xerxes Comédie Ttaliene en mufique. 

A la galerie des peintures, le théâtre eftoit un baftiment d'une grand fale, d'ordre 
Corinthien, ou pluftofl: de trois fales l'une derrière l'autre, en forte que de la pre- 
mière on montoit par 3 ou 4 degrez dans la féconde , et de celle cy de mefme a la 
troifieme. les murailles et les colonnes eftoyent toutes couvertes des tapifferies 
brodées d'or fur un fonds de velour bleu, les chapitaux avoyent au lieu du feuillage 
accouftumè des plumes blanches et rouges, et les baies d'un vernis rouge luifant. 
toute la route eftoit auflî couverte d'autres tapis brodez femees. Et tout cela eftant 

efclairè de quantité de bougies partie dans "*) de cryftal, partie en bas fur 

le théâtre et derrière les colomnes, avoit un efclat et magnificence trefgrande. le 
théâtre occupoit a peu près la moitié de la galerie, l'autre moitié eftoit toute pleine 
des bancs horfmis une place ou eftoient les chaifes du Roy des Reines ^') et de 
Monfieur "}. l'on avoit auffi fait une grande loge a coftè gauche pour les Ambafta- 
deurs et une de mefme de l'autre coftè pour placer quelques dames et'on me dit 
que Monfieur Infelin ') y eftoit auffi. 

Monfieur Des Champs^) m'avoit envoyé un biliet eftant a table, par le quel il me 
fit fcavoir que Monfieur le Premier î") m'attendroit à 2 heures, pour me faire bien 
placer a la Comédie, à la quelle affignation m'eftant trouué Monfieur le Premier 
eut la bonté de s'en aller au Louvre avec moy et julques a la laie de la Comédie , 



') C'est le 27 novembre 1 660 que Christiaan Huygens assista à la représentation , qui fut suivie 

de six entrées de ballet [Reys-Verhael]. 
-) Cette minute est écrite au revers de celle de la Lettre N°. 817. 
3) Cet opéra „Xerxes" est de Francesco Cavalli et de Jean Baptiste Lully. 
''■) Huygens a laissé le mot en blanc ; peut-être est-ce : une couronne ou un lufT:re. 
5) IVIaria Theresia d'Autriche, épouse de Louis XIV (voir la Lettre N°. 768, note 6), et la 

mère de celui-ci : 

Anne d'Autriche, fille de Filippo HI, Roi d'Espagne, et de Marguerite d'Autriche. Elle 

naquit en 1662 et mourut le 20 janvier 1666. Le 25 décembre 1625 elle épousa Louis XIIL 
*) Philippe Duc d'Orléans. Voir la Lettre ]NI°. 832 , note 4. 

7) Inselin semble avoir été, en quelque sorte, un régisseur de ce théâtre [Reys-Verliael]. 
^) Probablement Pierre des Champs-Neufs, auteur de beaucoup d'ouvrages ecclésiastiques, 

né à Nantes en 1603 et mort le 20 mai 1675 à Paris. Il entra chez les Jésuites en 1621, 

devint professeur de rhétorique et de philosophie et préfet des études au collège de Paris; 

il était fort lié avec de Beringher.. 
^) Henri de Beringhen. Voir la Lettre N°. 46, note i. 



CORRESPONDANCE. 1660. 



OU il parla a un lieutenant des gardes et me fit donner une fort bonne place fiar 
un banc qui efi:oit foubs la loge a main droite. Il falloit attendre la plus de i heu- 
res devant que le Roy vint, a fcavoir depuis 4 jufques a 7, mais le temps ne 
m'cnnuyoit point '°). 



N^ 819. 

[CoNSTANTYN HuYGENs, frère] à Christiaan Huygens. 

I DÉCEMBRE 1660. 

La lettre se trouve à Leiden , coll. Huygens. 
Elle est une réponse au No. 815. Chr. Huygens y répondit par le No. Zii. 

A la Haye le i. Décembre 1660. 

J'ay receu aujourdhuy la vofl:rè qui me rend conte de la mode et de l'apparent 
changement qui va venir, dont je vous rends grâces, du trocq que j'ay fait des plans 
tailledouces de Callot je ne me repens nullement et l'ay fait auec advis de perfon- 
nes trefintelligentes dans cette matière. Il y a plus de huift mois que je tafchay 
de me défaire de ce livre par le moyen d'Uylenburg ') à Amfterdam , lequel n'en 
put jamais auoir plus de 50. livres et me le renvoya, la caufe eft en partie qu'il eft 
fort defedlueux y manquant plus de trente pièces , partie le peu d'eftime que les 
Curieux de par deçà font des chofes de Callot , lefquelles pourtant en leur efpece 
font crefbonnes. mais les chofes Italiennes ont tellement la vogue que tout le refte 
n'eft rien auprix d'icelles. J'ay trocqué mon dit livre à un Peintre d'icy nommé 
Vander Does ") qui fait bien en Animaulx, lequel fe repentit du marché le mefme 
foir et dit qu'il eftoit preft de me faire un tableau de quarante livres fi je le voulois 
cafl^er. dont je n'eus point d'envie. Jl le trocqua donc à Barleus contre un petit 
tableau de Poulcnburg 3) et une autre bagatelle; ceftuy la l'a encore, et il en a 
brouilleric encore à preient avec fon beaufrere Bifîchop *) dont le récit ne vault 



'°) „Vis !e Roy et les Reynes, Monsieur le duc d'Anjou, le duc de Lorraine; les trois niepces 
de Monsieur le Cardinal, Maria, Hortensia, Marianne de fort près, du pain et vin. La Sig- 
nera Anna chanta. Monsieur la Barre joua du theorbe devant le théâtre ou estoit toute la 
musique [Reys-Verhael]. 



') Gérard Uylenburgh naquit à Amsterdam au commencement du 17e siècle. Il fut d'abord 
peintre de paysage, mais, plus tard, il s'occupa surtout du commerce de tableaux. 

-) Voir la Lettre N°. 806, note 13. 

') Cornelis van Poelenburgh naquit en 1586 à Utrecht, où il mourut en août 1667; il avait 
épousé Mlle van Steenre, et était surnommé le „peintre de boudoir." 

*) Cornelis de Bisschop. Voir la Lettre N°. 790, note 8. 



CORRESPONDANCE. 1660. 



pas la peine. Rifîchop advient icy touts les matins pour deiïeigner ces deux petites 
figures d'ivoire qu'a mon Père, et que vous connoiflez. Madame s) part aujourdhuy 
pour Cleues ") avec toute fa Cour et famille. Avant fon départ il a encor efté 
parlé de cette place^) dont elle a donné une expectative a mon Père , et il s'efl: 
trouvé qu'auant quelque temps elle en a donné une quafi de la mefme teneur a celui 
qui l'a pourchaflee il y a long temps et que vous connoiflez. Elle dit ne s'en eftre 
pas fouvenu quand elle nous donna la nofl:re , et qu'allant maintenant à Cleves 
ou ce jeune homme viendra auffi , elle tafchera de faire en forte que Monfieur 
l'Eleéleur luy donne quelque autre chofe , et qu'alors on le fera démordre de cel- 
lecy en nofl:re faveur, chofe que je crois efl:re pourtant fubjefte a beaucoup d'acci- 
dents , il faudra voir ce qui en arrivera. En tout cas il eft neceflaire que cela de- 
meure fecret, car s'il en auoit le vent, il ne voudroit jamais prendre autre chofe 
pour perdre celle que vous fcauez. Je vous ay recommandé et vous recommande 
encore de tafcher d'envoyer mon livre avec le bagage de Meflîeurs de Villers en 
cas qu'il l'envoyent par terre car je ne voy point de voye plus courte. Je croy que 
mon Père vous parlera auiTi de luy faire tenir quelque chofe par le mefme moyen. 
Les dames d'icy fe portent très bien et font l'honneur a leurs galands de venir à la 
Comédie ^) auec eux très fouvent en eftant requifes fans gueres refufer ces parties. 
Il y a deux jours qu'on reprefenta l'Andromède de Corneille et il fe trouva que le 
Pegafe fur lequel efl:oit monté Pefleurs '), n'ayant pas efté affez bien attaché par 
devant , ou bien le Cavalier fe démenant trop deflus , fes deux pieds de devant fe 
deftacherent , et il verfa fon Héros tout net et le fit meftre pied a terre (ou cul 
plus toft) plus vifte qu'il n'avoit envie , tombant d'afl^ez hault pour fe pouvoir faire 
du mal. Il fe releva pourtant de fa cheute et fe refolut de combattre a pied fon 
monftre marin , ce qu'il fit avec bon fucces. J'ay efté quatre jours fans pouvoir 
quitter la maifon a caufe d'une fluxion fur les dents à laquelle je fuis fort fubjet , 
cela eft fait prefenteraent, et j'iray apprendre des nouvelles pour vous en mander 
par le prochain ordinaire. Adio. je vous prie d'auoir foin de mon livre , mais de ne 
l'envoyer pas par mer. 



5) La Princesse Douairière. Voir la Lettre N°. 15, note 2., 

'') Où Constantyn Hiiygens, père, et le Prince la rejoignirent le 26 janvier 1661 [Dagboek]. 

'') Il s'agit probablement du poste de conseiller du Prince d'Orange, que Constantyn Huygens , 
frère, obtint plus tard : il fut installé le 6 octobre 1661. Voici comment le père nota cet évé- 
nement dans son „Dagboek": 
Conftantinum meum in fenatu Principis introduco , quod bene vertat Detis. 

^) Cette comédie fut donnée par une compagnie d'acteurs sous la direction de Jean Baptista 
van Tornenburg. 

*) Pesseurs appartenait à une de ces troupes de comédiens qui avaient leur théâtre dans quelques 
grandes villes des Provinces-Unies, Amsterdam, la Haye, Rotterdam. 

Œuvres. T. III. 26 



CORRESPONDANCE. 1660. 



N= 820. 

Ph. Doublet à [Christiaan Huygens]. 

9 DÉCEMBRE 1660. 

La lettre se trouve à Amsterdam, Archives Municipales. 

de la Haije le 9 Décembre 1660. 
Monsieur mon frère. 
Si jaij manqué jufques afthenre a vous rendre mes deuoirs, ce n'a pas efté 
faute de fcauoir ce que je vous doibs, ni auffi par parelTe comme l'on fe pourroit 
peut eftre jmaginer, mais pour ne vous pas eftre jmportun en vous efcriuant des 
chofes que vous pouuiez fcauoir a fchafque ordinaire du Sire de Zeelhem, qui vous 
a fourni] touttes les nouuelles de ce paijs cij. Comme je me fuis donc jmaginé 
que pour cette fois vous pourriez n'en point receuoir que les miennes, (le dit frère 
s'eftant plaint a moy l'autre jour qu'il ny auoit que luij qui vouluft prendre la 
peijne d'eftre le Gafettier de France et d'Efpagne; mais qu'il n'en feroit plus 
rien a l'auenir fi nous n'efcriuions tous a noilre tour,) (auffi je trouue qu'il a raifon 
car c'efl: un trop pefant fardeau pour un homme chargé d'affaires comme lui] , d'ef- 
crire tous les huiél jours une lettre ,) je u'ay pas voulu laiïïer efchapper cette oc- 
cafion pour vous rendre ce petit feruice de vous jnformer de ce qu'on fait ici] , en 
attendant que vous me donniez occafion de vous pouuoir tefmoigner par quelque 
chofe de plus d'jmportance combien je fuis vofl:re très humble ieruiteur. Mais 
laiflons la les compliraens je commencois défia a mij engager fi auant , qu'après 
j'aurois de la peijne a m'en bien dégager. Comme donc la cour eil petitte il ne fe 
pafl"e prefque rien qui vaille la peijne de vous eflire mandé, tout ce qu'on fait 
c'er d'aller a la Comédie, tout le monde efl: fi acharné après ce diuertifl^ement 
la qu'on ne parle d'autre chofe, et tour ce qu'il y .a de beau monde a la Haije 
y court fur le cinq heures du foir auec tant d'empreflement que rien plus. Les dames 
qui n'y vont pas, ou pour nij prendre point de plaifir, ou pour n'ofer a caufe de 
leur âge , ou veufage et autres telles raifons incommodes , ne laiflîans pas d'auoir 
la volonté bonne , entre les quelles efl: noflire bonne Tante de W, ') , fe trouuent 
furieufement jncommodees et pafl!ent leur temps fort mal. car après cinq heures 
fonnees, elles n'ont point d'autres diuertifiement que de s'entretenir elles meiiues, 
et alors la Haije efl: une folitude pure , on nij voit point de lumière aux fenefi:res , 
point de carofl^es deuant les portes , ni du monde par les rues. Pour ce qui efl: des 
Commediens , vous vous en jmaginez fans doutte quelque chofe d'extraordinaire , 
fur ce que je viens de vous dire, mais tels qu'ils font on s'en diuertit, fautte de meil- 
leurs. Jl y a trois femmes qui font fort bien , mais il y en a une de celles la, qui ne 
cède en rien au jugement de tout le monde , a tout ce que l'hoftel de Bourgogne =) 

. ') Constantia Huygens, l'épouse de David le Len de Wilhem. Voir la Lettre N°. 34, note 2. 
-) La troupe royale des Comédiens, qui était installée à l'Hôtel de Bourgogne depuis le com- 
mencement dn règne de Louis XHl, était reconnue pour la première de Paris, avant que 
Molière s'établît dans cette ville en 1658. 



CORRESPONDANCE. 1660. 203 



a jamais produit. On lappelle la du Rocher, elle efl belle comme un ange et joue 
en perfection , au jugement mefme de madame la Barre 3), qui ie connoift un peu a 
ce meftier. Entre les hommes il ij en a deux qui font bien , Monfieur Donoy ofe 
prefque comparer l'un a Floridor '*). le refte ne vaut pas grand chofe. la plus part 
de nos dames, s'entant les plus zélées pour la Commedie, ont de petits retran- 
chemens ou Loges de trois ou quattre perfonnes dans le parterre , quelles loiient 
pour cinquante francs par mois , s'entant chafque place , et de la forte les Aerf- 
fens i) vont pour 250 francs par mois. Les autres a l'aduenant, tellement qu'on les 
meijne a fort peu de frais a la Comédie, en paijant pour foij mefme, et fautte de 
galands les dames et demoifelles y vont touttes feules, comme a l'Eglife fans 
fcandale aucun. Celles qui ont de ces Loges comme je vous dis font madame de 
Hoorns), de Mompouillan *}, de Cats ''), de Dùuenvoorde ^), de Valcken- 
bourg i'), qui s'eil aflbfiee auec la confine Dorp et mademoifelle de Nieveen , les 
Aerffens , et encore quelques autres. Le duc de Lunebourg '°) eft de retour de- 
puis quelques jours a la Haije, et a fait faire tout exprès un retranchement pour 
luij tout contre celuij des Aeriïens pour entretenir la belle. Ce qui donne bien de 
la jaloufie aux autres et de la vanité a elles. Jl fe dit que un de ces jours paflez 
la Reijne '') luij aijant dit entre autre chofes, que c'ertoient des belles paijfanncs, 
le duc auroit refpondu que de pailannes comme celles la on pourroit bien faire des 
duchefles. S'il eft vraij je n'en fcaij rien, je vous le donne comme on me l'a donné. 



3) Il s'agit de réponse du musicien de la Barre. Voir la Lettre N°. 230, note 6. 

**) Josias de Soûlas, Sieur de Primefosse, fils de Georges de Soûlas, ministre protestant auprès 

de la duchesse de Bar, naquit en 1608 dans la Brie, et mourut en avril 1672 à Paris. D'abord 

enseigne dans le régiment de Rambures, il se voua plus tard au théâtre. Sous le nom de „Flo- 

ridor" il devint à Paris un acteur de renom; il épousa la comédienne Marguerite Valloré, qui, 

comme lui , jouait à l'hôtel de Bourgogne. 
5) Anna van Nassau, fille de Willem Maurits van Nassau et de Maria Aerssen van Sommels- 

dijck, épousa le général Willem, comte de Hoorn , baron de Kessel, seigneur de Batenburg, 

qui mourut le 4 mars 1694. 
*) Amelia Wilhelmina van Brederode, fille de Johan Wolfard van Brederode et de sa seconde 

épouse Louisa Christina von Solms, épousa Arnoud de Caumont, Marquis de Montpoullian, 

général-lieutenant de la cavalerie dans l'armée des Provinces-Unies; celui-ci mourut en 1701. 
'') Justina van Nassau, fille de Willem Maurirs van Nassau et de Maria van Aerssen van Som- 

melsdijk, épousa le contre-amiral Joris van Cats, seigneur de Coulster. 
^) Anna Maria van Scherpenzeel épousa en 1646 ie Hoogheemraad (surintendant des digues) 

de Rijnland, Arend Baron van Wassenaer Duivenvoorde. 
') L'épouse de George de Hertoghe d'Osmale. Voir la Lettre N°. 196, note 6. 
") Ernst August, fils du duc Georgius et d'Anna Eleonora von Hessen- Darmstadt, naquit 

le 10 novembre 1629 et mourut le 28 janvier 1698. Il était duc de Lunebourg, et devint 

en 1692 Electeur de Hanovre, 
'') Elisabeth Stuart, fille du roi d'Angleterre James I et d'Anna de Danemarc, naquit en 1596 

et mourut le 23 février 1662 à Londres. En 1613 elle épousa l'Electeur Palatin Friedrich V, 

qui en 16(9, pendant une année, fut roi de Bohême. Les majestés sans royaume s'installèrent à 

la Haye, d'où la Reine partit en 1661 pour l'Angleterre. 



204 CORRESPONDANCE. 1660. 



Madame ") de Carifius doibt arriuer ce foir a laHaije de fon voijage de Dannemarck. 
elle rameine ia fille Sophie, et l'autre demeure en Dannemarck. Les Paeuwties ^^j, 
Ryckerties ''*) , Bellen et le rerte de cette volce font encore au mefme eftat que 
vous les auez laiffees. Le mariage de mademoifelle de Waei'dorp '5), fe fera en peu 
a ce qu'on dit , ils '*) font défia emplette de meubles. Auprès de mademoifelle 
de Nieueen les places font vacantes et par un je ne fcay quel reuers de fortune il 
ne luij refte de tous ces adorateurs , que la feule coufine Dorp. on attend de jour a 
autre quelque nouuelle recreue de galans pour elle. Languerack ne luij parle plus 
jamais quoij qu'il foit tous les foirs fort proche d'elle a la Comédie. 

Pendant que j'efcris cecij ma femme reçoit une lettre du frère Louijs efcrite a la 
Rade de St. Antonio en Bifcaije le neufjefme du mois pafle. jufques la ils efl:oient 
venus fans aucime jncommodité. Jl efcrit beaucoup de la beauté du paij s, quoij 
qu'il en ait encore fort peu veu , tout le paijs ou ils ibnt eft tout pleijn d'orangers 
et citroniers charges de fleurs et de fruift, en la faifon ou nous fommes. mais les 
perfonnes plus femblables a des Egiptiens , qu'a des Chreftiens , et n'ont point la 



'-) L'épouse de l'ambassadeur danois de Carisius. 

'3) Les enfants de Reinier Pauw et d'Adriana Jonkheyn, mariés à Amsterdam le 3 août 1632, 
étaient les suivants: 

a^ Anna, née en mai 1633, morte 15 février 1673, épousa 15 mars 1671 Hendrik van Hoven. 
b^ Anna Albertina, née 24 août 1635, morte iH avril 1707, épousa 16 janvier 1657 Rudolf 

van Ommeren. 
f) Adriaan. Voir la Lettre N°. 828, note 7. 
^) Adriana, née en avril 1640, morte 24 mai 1701, épousa 12 novembre 1662 Gérard Con- 

stantyn van Ruytenburgh. 
é") Elisabeth Cornelia, née en septembre 1642, morte 15 août T702, épousa 2 avril 1662 

Vincent van Bronckhorst. 
/ ) Albert, né 7 juin 1646, mort 19 mars 1679, épousa 9 avril 1673 Aletta Bontemantel. 
^) Alida, née 21 février 1649, morte 2 octobre 173S, épousa 23 avril 1673 Antlionie Gun- 

ther van Kinschot. 
//) Hendrik, né en avril 1650, mort 10 avril 1 68 1 , épousa 2 juillet 1675 Abigael Fagel. 
'*) Ces demoiselles étaient les filles de Jacob Ryckaert et de Constantla Bartelotti van den Heu- 
vel, mariés le 2 novembre 1638 à Amsterdam. 

^7) Margaretha, née à Amsterdam le 5 février 1640, et morte en décembre 1722 à la Haye; 
elle épousa 26 octobre 1661 Adriaan Pauw. Consultez la Lettre N°. 828, note 7. 

b) Susanna, née à Amsterdam et morte 21 septembre 1712 à la Haye, épousa le 28 août 1668 
Constantyn Huygens, frère. 

c) Constantia, morteà la Haye 14 novembre 1673. 
Il y avait encore un frère : 

d) Andries, qui mourut célibataire à la Haye. 

'5) Anna Catharina Musch, Mademoiselle de Waesdorp (voir la Lettre N°. 196, note 5), épousa 

Karel baron van den Boetselaer. 
'*) Karel baron van den Boetselaer, fils du baron Filips van den Boetselaer et de Anna van der 

Noot, naquit le 13 août 1635 et mourut le 28 janvier 1708. Il était Seigneur de Nieuwveen, 

épousa d'abord Anna Catharina Musch, puis Sophia Ferens. 



CORRESPONDANCE. 1660. 205 



prattique de mettre le blanc d'Efpagne en ufage. Le fieur Leeuwen efl auec fa 
famille depuis quelque jours a la Haije et y demeure encore quelque temps pour 
l'amour de la Comédie. Voila tout ce que je fcaij pour le prefent. 

Je vous prie de nous faire fcauoir un peu de ce qu'on fait par de la , comme 
quoij on vit a l'hoftel d'Hollande , ce que fait mademoifelle de Taillefer '^) la 
pauure fille, on dit icij qu'elle ne trouue pas fon compte a Paris. Si le bon Taffin 
efl: encore en vie, c'eft ce que je defire fort de icauoir. Sans doutte vous voijez 
ca et la bien de belles chofes et il ne fe peut que vous n'aijez défia veu les Sieurs 
Nantueil, Bofle '*}, Ifrael '*) et autres de leur forte, vous m'obligeriez infini- 
ment fi, quand par hafard vous voijez quelque chofe de nouueau de ce meflieurs, 
vous vouliez prendre la peijne d'en faire quelque emplette pour moij , comme 
aufll du Pautre -°), Marot -'), et telles gens , qui nous donnent de fi belles chofes 
en l'architefture. Je vous en tiendray bon compte a vofl:re retour, ou bien fi vous 
le trouuez bon je vous pourrois faire tenir pour cet effet quelque fomme d'argent 
de cent Efcus ou enuiron pour les employer en telles marchandifes , Hures nou- 
ueaux, Comédies etc. Je laifi^e tout a voftre difcretion , vous y cognoifl^ant aux bel- 
les et bonnes chofes comme vous faittes. Vous me feriez plaifir auffi de m'afchepter 
les Oeuures Géographiques ") du Sieur Sanfon"'). Jl vous fouuient fans doutte de 



''') Petronella de Taillefer, morte le 7 juillet 1684, était la fille de Louis de Taillefer de Mouriacq, 

en 1655 colonel dans l'armée des Provinces-Unies, et de Petronella van Oldenbarnevelt. 
'^) Voir la Lettre N°. 367, note i. 
'^) Israël Henrichet. Voir la Lettre N°. 806, note 14. 

°°) Antoine le Pautre naquit en 1614a Paris, où il mourut en 1691. Il devint „Architecte du 
Roi et de Monsieur"; en 1671 il fut un des premiers membres de l'Académie de Sculpture. 
-')Jean Marot naquit en 1630 à Paris, où il mourut le 15 ou 16 décembre i6jg. Il apparte- 
nait à une famille d'artistes, et était architecte et graveur. 
^-) Ces Œuvres se composaient de quatre volumes in-4° avec des cartes in-quarto oblong dédiées 
„a Monseigneur Tellis Secrétaire d'Etat &c. par N. Sanson le fils. Géographe du Roy". 
L'Europe est sans date, l'Asie date de 1652, l'Afrique de 1656 et l'Amérique de 1667. 
Le titre de l'Asie est le suivant: 

L'Afie, en plvfievrs cartes novvelles, et exafles, &c. en divers traitez de Géographie, et 
d'Hiftoire. Là où font defcrits fuccinctement, & auec vne belle Méthode, & facile, l'es Em- 
pires, fes Monarchies, fes Eftats, &c. les Moevrs, les Langves, les Religions, le Négoce et la 
Richefle de fes Pevples, &c. Et ce qu'il y a de plus beau & de plus rare dans toutes fes Par- 
ties, & dans fes Ifles. Par le S. Sanfon d'Abbeville, Géographe Ordinaire du Roy. A Paris. 
Chez l'Avthevr, rue S. Jacques, à l'Efperance. Avec Privilège du Roy pour vingt ans. in-4°. 
-3) Les Sanson, qui ont été successivement Géographes du Roi, furent: 

(?) Nicolas Sanson, le père, né à Abbeville le 31 décembre 1600 et mort à Paris le 7 juillet 
1667. En 1627 il devint Géographe du Roy et ingénieur en Picardie, puis Conseiller d'Etat. 
b') Nicolas Sanson, son fils aîné, né en 1626 et mort à Paris le 17 août 1708. 
c) Adrien Sanson , son second fils, mort le 7 septembre 1708. 
d') Guillaume Sanson, le fils cadet , mort à Paris le 16 mai 1703. 

Les deux derniers constituèrent la maison Sanson , qui passa ensuite à leur neveu Pierre 
Moulart. 



2o6 CORRESPONDANCE. l66o. 



l'Exemplaire que vous auez veu il y a enuiron un an au Comte de Dhona, il eftoit 
enluminé, fur touttes les limites des Prouinces et Royaumes, et tout le refte fcauoir 
les ornemens etc. eftoient en blanc, s'il eftoit poffible je defirerois de l'auoir de 
mefme ^'^^. On m'a parlé de planches en taille douce ^5) quiauroient elle faittes des 
Arcs Triompheaux érigez a Paris lors de l'Entrée du Roij. S'il en eft quelque chofe 
je ferai] bien aife de les pouuoir auoir, s'entend s'ils le merittent, comme auffi des 
nouueaux bailimens du Louure , fâchons un peu s'il vous plaift comment ce vafte 
édifice auance, je me l'jmagine trefgrand et fuperbe. Je fuis jnciuil me direz 
vous ou au moins vous le penferez mon cher frère , d'ofer vous fcharger de tant 
de commiffions, mais je ferois marri que vous en fiffiez quelque chofe, finon a 
vos heures perdues et que vous n'auriez rien autre chofe a faire , et fi cependant 
je vous puis eflre utile par deçà en quelque chofe que ce foit vous n'auez qu'a com- 
mander celuy qui tiendra a grand bonheur de vous pouuoir tefmoignercombienje fuis 
Monsieur mon Frère 

Voftre trefafFeéVionné ferviteur et Frère 
Ph. Doublet. 
Ma Femme vous baife les mains et ne laifle pas pour cela de fe plaindre de ce que 
vous ne vous fouuenez plus d'elle, c'efl: ce qu'elle me commande de vous dire, adieu. 



N° 821. 

CoNSTANTYN HuYGENs , père, à H. DE Beringhen. 
9 décembre 1660. 

La minute se trouve à Amsterdam, Académie Royale des Sciences. 

Monsieur , 
J'aij toufiours bien creu que Monfieur le Premier auroit la bonté de fe fouuenir 
à l'endroit de mes enfans de l'anciene amitié d'entre Monfieur de Beringhen et 
leur Père; mais ce Monfieur le Premier ne laifl"e pas de tromper mon attente par un 
excès de faneurs et de ciuilitez dont mon Archimcde me mande ') qu'il ne cefle de 
l'honorer. Il me le mande , monfieur , non pas feulement comme une hifloire qui 
me doibt reljouir, mais comme m'appellant au fecours, et ne fâchant de quoij 
fournir à la reconnoifl^ance qu'il avoue vous en debuoir. Je me hafle donc d'ij 
accourir mais comme les mal aduifez au bout d'une courfl^e demeurent eftonnez de 



-'*) Le 13 janvier 1661 Christiaan Huygens acheta les „Tables de Sanson" pour 36 Livres [Reys- 

Verhael]. 
"5^ Arc de Triomphe, eslevé an bout du pont Nostre-Dame.à l'eau forte par Jean le Pautre. Tirée 

de l'Entrée Triomphante de Leurs Majestez Louis XIV et Marie-Thérèse d'Autriche dans 

la ville de Paris. 1662. 



') Cette lettre manque dans nos collections: elle a été datée du 3 décembre 1660 [Reys-Verhael]. 



CORRESPONDANCE. 1660. 207 



veoir deuant eux un foïïe plus large qu'ils ne fçauroijent fauter, je m'arrefte tout 
court en celle belle hafte , et vous demande pardon pour Père et fils , de ce que ni 
l'un ni l'autre , ni tous deux enfemble ne font capables de vous tefmoigner en pa- 
roles feulement le véritable reflentiment qu'ils ont de tant de bienueillance , fi 
genereufement emploijée et fi peu méritée, s'il vous plaifl: que j'en demeure là fur 
le bord de mon grand foffé de complimens, qui n'ont jamais efl:é du nombre de 
vos délices, je vous diraij, en cefte forte de termes dont nous voulions nous entre- 
tenir, que j'eftime ce garçon tres-heureux d'auoir rencontré en pais étranger, où 
l'abondance de beaux efprits ne fçauroit fouffrir qu'on faffe guère cas du fien , qui 
n'efl: que de noftre portée Hollandoife, un Patron enfemble fi débonnaire et fi 
puiflant. Croiriez vous bien cependant, monfieur, que la joije que j'en aij n'efl 
point fans enuie, et que ce qui me chatouille là dedans ne laiffe pas de me cuire 
un peu , de ce que je ne participe que de loing à la félicité de mon enfant ? Mais, 
enfin , c'a efl:é , il y a longtemps , voflire bon plaifir , de me défendre Paris et voftre 
prefence; et vous voijez comme jufqu'à prelent, ie me foubmets à la rigueur de 
vos ordres. Confolez vous tout de bon, et laiffez voftre ame retourner en fon 
repos ; puis que vous auez gaigné fur le verd , vous n'auez que faire d'apprehendre 
le fec; quoy que par la grâce de Dieu, je jouïffe d'autant de vigueur qu'on en 
puifl"e prétendre en mon aage, je confidere volontiers, que (pour vous parler en 
langage de Bible) voyez les années qui approchent dont je M fe ^ je ri y prens point 
plaifir. Si bien Monfieur que fi vous perfillez à vouloir faire du bien aux bran- 
ches , je vous permets d'efperer que l'Arbre n'ira pas vous importuner, mais aufli , 
permettez moij s'il vous plaift, de vous dire que pour ce coup je ne nous tien pas 
encor au bout de nos comptes. 11 refl:e la grâce que je vous ofe demander de vouloir 
faire en forte , que ce Garçon ne reuienne pas fans auoir eu l'honneur d'efl:re pre- 
fenté de voflre main à la Majefl:é et à l'Eminence °). C'eft à quoij ces jeunes gens 
ont bien accouftuméz d'efirre admis en foule , et comme de la fuitte d'une Ambaf- 
fade : mais ce n'efi: pas de quoij je voudroij me contenter , s'il ij a moijen d'une ap- 
proche plus particulière, fans que la chofe vous tourne à trop d'embaras ou d'im- 
portunité. ufez en, poiu' Dieu, comme vous l'aggreerez le plus; et fi je m'éman- 
cipe à trop de licence, donnez moij fur les ongles, et en me renuoijant par un, 
Dieu vous affifte , tenez ma iupplication pour non faiéte , et plus n'en fera parlé, 
que ne donneriez vous pas icy que plus je ne parlafie? Je finis véritablement 
auec beaucoup de honte de vous veoir chargé d'un fi grand difcours , et fi mal 
bafti. J'avoue que cela efi: bien efloigné de ce que je viens de vous promettre de 
la non-importunité de l'Arbre fec, mais il n'y a remède, quand j'aij commencé à 
vous entreprendre, il me femble que je reuoij encor Meffieurs de Beringhen et de 

") Le 24 novembre 1660 Christiaan Huygeiis avait été à l'audience des deux Reines avec l'am- 
bassadeur Boreel : le 24 décembre 1660 il al'a à l'audience du Roi avec les ambassadeurs, 
ainsi que le 12 janvier 1661 à celle du Cardinal, qui pourtant ne le „fit pas entrer, seulement 
les ambassadeurs." Il était déjà gravement malade. [Reis-Verliael]. 



2o8 CORRESPONDANCE. 1660. 



St.-Surin 3) en ma Tente 4). Adieu, mon cher Monfieur , et couronnez vos bien- 
faifts encor de celle grâce de me pardonner tant de mauuais babil. Je m'en vaij 
donner ordre à Amfterdam , à m'informer de la medicine uniuerfelle s), dont mon 
fils m'efcrit que vous defirez eftre inftruit"). Il eft bien raifonnable , que je trauaille 
a vous alonger la vie par tous les Elixirs imaginables et potables , puis que moy et 
les miens ij auons tant d'intereft. Par le prochain ordinaire je me faij fort de vous 
en faire fçauoir des nouuelles , et Archimede vous en ira rendre compte : car il me 
femble que de longtemps ie ne doibs plus entreprendre de vous accabler de mau- 
uais papier, qu'autant qu'il en faut pour vous dire et redire ce que mon coeur fera 
toufiours mieux que ma main , que je fuis 

. Voftre tref-humble et tref-obeiffant et tref-obligé feruiteur 

C. H. 
9. décembre 1660. 

A Monfieur de Beringhen, Premier Efcuijer du Roy tref-Chreftien. 



N= 822. 

Christiaan Huygens à Constantyn Huygens, frère. 
10 décembre 1660. 

La lettre se traître à Leiden , coll. Huygens. 
Elle est la réponse au No. 819. Const. Huygens, frère, y répondit par le No. 830. 

A Paris ce lo Décembre 1660. 
Je trouuay hier Ifrael Henriette ') et luy ayant expliqué toute voftre lifte , il 
dit qu'il n'en avoit pas une des pièces que vous demandez , mais il me donna 
adrefte a un autre liefhehher -) qu'il croyoit mieux pourveu de ces raretez les quel- 
les pourtant il m'aftlira coufter extrêmement cher. Pour luy il me monftra une 
taille douce de Calot qu'il ne vouloit pas vendre a moins de 3 louis d'or; c'eftoit 
un in 4° ou un ambafladeur d'Efpagne faifoit hommage au Pape du Royaume de 
Naples , en luy prefentant un cheval blanc , il y a environ 200 figures et quelques 
baftimens , et perfonne que luy n'en a d'exemplaire a ce qu'il dit. 



3) Saint-Surin fut officier dans l'armée des Provinces-Unies; il mourut le 5 aovit 1632 à 1 1 heu- 
res du matin , après avoir été blessé le 9 juillet près de Maastricht. [Dagboek]. 

'*) On lit dans le „Dagboek" 

2 Aug. 1631. Hanau, Beringue, St. Surin ad Bredam proeliantur féliciter. 

5) Dans ces temps-là on semble s'être beaucoup occupé de la médecine universelle et des Elixirs: 
aussi dans les papiers de Constantyn Huygens, père, on en trouve quantité de recettes diverses. 

*) Le 2 décembre, de Champs écrivit à Christiaan Huygens un „billiet pour la médecine univer- 
selle" [Reys-Verhael]. 



') Dans les Lettres de Constantyn Huygens, frère, il est toujours appelé „Henrichet". 
-) Traduction: amateur. Il s'agit ici d'Israël Silvestre. [Reys-Verhael]. 



CORRESPONDANCE. 1660. 209 



Je donneray voftre livre de' pittori a Monfieur de St. Agathe ^) qui a bien voulu 
s'en charger , eftant preft de partir la fepmaine prochaine. 

Je ne vous efcris que cecy par ce qu'il eft temps que j'envoye mes lettres , et 
que j'ay eftè interrompu par quelques vifites de muficiens et mathématiciens. 
Queft ce que j'entens de quelques navires qui feroyent demeures fur les codes 
d'Efpagne au nombre de 5. l'on ne fcait pas me dire fi ce font des Hollandais ou 
d'autres. Dieu garde les noflres de mal. Je fuis &c. 

Pour mon frère de Zeelhem. 



N= 823. 

Christiaan Huygens à Lodewijk Huygens. 

18 DÉCEMBRE 1660. 

La lettre et la copie se trouvenl à Leiden , coll. Huygens. 

A Paris ce i8 Décembre 1660. 
Mon FRERE 
Voftre lettre ') m'a donné d'autant plus de joye que palTè peu de jours l'on a 
eu icy nouuelles que 5 navires Hollandois avoyent eftè efchouez fur la cofte 
d'Efpagne. Car quoy qu'on afleurart que c'eftoyent des navires marchands, je ne 
lailTay pas d'appréhender pour les voftres qui du moins devoyent avoir enduré 
les mefmes tempeftes , tellement que cela me iit fouuenir de l'invention , dont une 
foij vous me parkftes , croyant qu'en cas de telle neceffitè l'on s'en pourroit fer- 
vir. Mais vous voyla enfin hors de danger et dans le plus beau pais que l'on fcau- 
roit s'imaginer. Ce fera grand dommage fi parmy voftre compagnie il ne fe ren- 
contre quelque peintre qui vous fafi^e des deiïeings de ces hautes montagnes, et 
agréables orengeries, afin que nous en participions a voftre retour. Je fuis bien 
aife que vous ayez fait la remarque touchant le mouuement du navire fi peu com- 



3) St. Agathe est le titre de 

Jacob Boreel, Seigneur de St. Aagt, Duynbeke, Westhoven et Meresteyn , fils de l'am- 
bassadeur Willem Boreel et de Jacoba Carels; il naquit à Amsterdam le i mars 1630 et 
mourut le 21 août 1697 à son château Meresteyn. Il épousa Izabella Coymans, dont il 
eut 3 filles et 4 fils, qui tous ont occupé des postes distingués. En 1661 il devint échevin, 
en 1681 oificier en chef, et en 1691 bourgmestre d'Amsterdam; il a rempli en outre plu- 
sieurs missions diplomatiques. 



') Nous n'avons pas trouvé cette lettre dans nos collections. Huygens l'avait reçue le 1 5 décem- 
bre 1660. [Reys-Verhael.] 

Œuvres. T. III. 27 



CORRESPONDANCE. 1660. 



pacible avec celuy de mes pendules, toutefois je voudrois bien auffi fçavoir ce 
qui vous en femble lors que le vent n'eft que médiocrement fort , car encore que 
quelquefois parmy une tempefi:e l'on fut contraint de laifler repofer les horolo- 
ges, ils pouroyent pourtant fervir utilement le reile du temps, car en quelque 
lieu que l'on recommence a les faire aller on fcaura par leur moyen après quelque 
temps combien de degrez le navire aura avance vers l'Eft ou Oued a compter 
du dit lieu, comme vous pouuez comprendre facilement. S'il y eftoit arrivé 
quelque inconvénient a l'horologe qu'apporte Monfieur de Merode "), ayez foin 
je vous prie de le redrelTer en tant que pourrez, ou bien d'inftruire un peu l'horo- 
loger qui y fera employé. Cette invention avec celle du Syfteme de Saturne et 
quelques autres m'ont afièz fait connoiftre icy , ou il y a quantité de gens de toute 
condition qui font curieux de belles chofes, de forte que je ne manque pas de 
vifites à rendre et a recevoir. Chez Monfieur de Montmor il y a aflemblee tous 
les mardis, ou l'on trouue touijours 20 ou 30 illuftres enfemble parmy lefquels 
il y a des maiftres de Requeftes et quelques cordons bleus ^'). Je ne manque jamais 
d'y aller, et mefme depuis que j'en fuis, l'on y comparoir, ace qu'on dit, plus 
règlement. J'ay auffi eftè quelques fois chez Monfieur Rohaut "*) qui explique la 
philofophie de Monfieur Des Cartes , et fait des belles expériences, et la deiïlis des 
beaux railbnnements. la dernière fois il y eufi: parmy grand nombre d'auditeurs 
aufli quelques dames ') qui efiiudient cette Philofophie, lefquelles me prièrent 
de venir a leur conférence qu'elles tiennent tous les famedis. Je croy que ce 
fera quelque chofe de bien plaifant que ce Senatulus, lequel je verray demain. 
Je veux bien gager qu'en toute l'Efpagne vous ne fcauriez trouuer rien de tel, 
quoy que les femmes y ont tout autant d'efprit qu'icy. Je me fouuiens , a propos de 
cecy, de ce que noftre Jefuite Efpagno! el Signor Freiheda''), que j'ay rencontré 
a Bruxelles ''), a voulu que je vous fifle fcavoir de fa part. Il vous exhorte fecun- 
dimi fuam fapientiam de vous donner garde du vin et des femmes de fon païs. Il 
ne tiendra qu'a vous d'en profiter, le dit Frefneda eft a prefent le Confeflïur du 



-) Voir la Lettre N°. 790, note 2. 
3) Voir la Lettre N°. 484 , note 2. 
•') Jacques Robault, fils d'un riche marchand, naquit en 1620 à Amiens et mourut à Paris en 

1675. Aprè'i avoir épousé la fille de Clerselier, l'éditeur des lettres de Descartes , il passa sa 

vie à propager les doctrines de ce philosophe, tant par des cours privés que par des confiéren- 

ces publiques: ce qui lui attira souvent une vive opposition. 
5) Mesdames de Guederville et de Bonnevaux [Reys- Verhael]. 
''^ François Xavier de Fresneda naquit à Numance le 17 mars 1620 et mourut à Madrid le 

7 juillet 1692. Entré chez les Jésuites en 1636, il professa la théologie pratique, puis devint 

prédicateur de la cour à Bruxelles. 
") Huygens le rencontra le 20 octobre 1660 à Bruxelles lorsqu'il rendit une visite au Père 

Sarasa [Reis- Verhael]. 



CORRESPONDANCE. 1660. 



marquis de Caracena ^}. et Monfieur d'Alamont *) le chanoine, Evefque de Rure- 
monde. Nos Ambafladeurs Extraordinaires qui ont eftè plus d'un mois en cette 
ville, n'ont pas encore fait leur entrée, et l'on pai'le diverfement de la caufe de ce 
retardement, l'on tient pourtant que la cerimonie fe fera lundy prochain. Hier je 
fus veoir Madame de Gent '°) ou je trouuay auffi Mademoifelle Taillefer "), qui 
autrement n'efl: plus logée la dedans, mais à la Rue St. Martin chez une dame de la 
connoiffance de Madame de Flavacourt '=),jusques a ce que cellecy foit revenue 
de la campagne. Je luy lus l'endroit de voilre lettre qui la concerne , dont elle le 
mit a rire, et nous dit quelle eflioit la commiffion que Madame fa mère '^^ vous avoit 
donnée. Pour ce qui eft de l'eifeét de fes charmes, je n'ay pas encore ouy parler 
ny de morts ny de bleflez. les galands qui fréquentent en l'holtel d'Hollande font 
la plus part ceux qui ont autrefois pafl'è chez nous, comme Monfieur de la 
Chaftre "'*), le Comte de Roye's^ &c. Monfieur van Beuningen eft le galand 
domeftique , et aftez affidu , n'ayant encore guère d'autres connoiffances. Vale. 
Lepidus conful '*) vous efcrira bientoft. Il eft encore erapefchè a fa Ibllicitation. 

A Monfieur Monfieur Hugens de Zulichem, 

auprès de Meffieurs les Ambafladeurs des Provinces Unies 

du Pais bas 



A 

Madrid. 



^) Don Liiiz de Benavides, Carillo y Toledo, mai-quis de Fromista et de Caracena, comte 
de Pinto, fils de Don Juan de Benavides et de Donna Anna de Carillo y Toledo, mourut à 
Madrid le 6 janvier 1668. Il a servi dans rarmée à Milan, et, en 1656, fut nommé gouver- 
neur des armes aux Pays-Bas. Il épousa Catlierine Ponce de Léon , fille du duc d'Arcos. 

**) Eugène Albert d'Allamont, fils du gouverneur Antoine d'Allamont et d'Agnès de Mérode- 
Waroux, naquit à Bruxelles en 1609 et mourut à Madrid le 20 août 1673. D'abord militaire, 
il devint le 18 juin 1659 évéque de Ruremonde, et le 18 octobre 1666 évêque de Gand. 

'°) Eggerik Adriana Sybilla van Ripperda, fille de l'avocat Eggerik Adriaen Harmensz. van 
Ripperda et de Sybilla van Plettenburg, épousa Joan van Gent. 

") Voir la Lettre N°. 820, note 17. 

'-) Probablement l'épouse d'un officier français à la Haye. 

'3) Petronella van Oldenbarnevelt, fille du pensionnaire de Rotterdam, Dr. Elias van Olden- 
barnevelt, et de N. van Krimpen. 

'*) Le comte de la Chastre demeurait à Paris et était connu comme trés-spiritnel. 

■'5) Peut-être s'agit-il de 

Philippe de Roye, né à Calais, officier dans l'armée des Provinces-Unies, qui en juin 1659 
fut inscrit dans le registre des membres de l'Eglise Wallonne à Leiden. 

'"') Huygens désigne ainsi le consul Zuerius, qui alors se trouvait à Paris. 



CORRESPONDANCE. 1660. 



N= 824. 

p. DE Fermât à Christiaan Huygens. 
[décembre 1660J '). 

La lettre se trouve à Leiden, coll. Huygens"^. 
Elle a été publiée par Cli. Henry dans le Bull, di Bibliogr. T. 1 1. 

Monsieur, 

J'ai appris auec ioye mais non pas fans quelque efpece de ialoufie que mes amis 
de Paris ont l'honeur de uous poïïeder depuis quelque temps. Je uous aiîeure , 
Monfieur , que fi ma fanté eftoit afles forte pour les uoyages, ijrois auec grand plai- 
fir prendre ma part de leur bonheur. Ce n'ell pas daujourdhui , ni par la relation 
feuUe de Monfieur de Carcaui que ie fuis perfuadé de uos qualités tout extraordi- 
naires. Jeftois a uous auant que vous fuffiés en france . Et lors qu'on m'a demendé 
mon fentiment de uofl:re Saturne, i'ai refpondu hardiment, et fans mefme l'auoir 
encore ueu que puis qu'il partoit de uoftre main il ne pouuoit manquer , quoy que 
ce foit, a fa perfection. Vos autres ouurages que i'ai ueus et admirés m'ont obligé 
d'en parler de la forte. Et i'ai eu plus de raifon d'en ufer ainfi que celuy 

Qui nunquam uifae flagrabat amore puellae. 

Vofiire grande et iuflie réputation efi: le feul et ueritable garend de touts uos 
Hures. Jl me tarde de les uoir et de me confirmer par leur lefture au iugement que 
l'en ai faift par aduance, et en la pafllon que uos autres efcrits m'ont donnée, 
d'eftre toute ma uie auec grand refpefi: , 

Monsieur 

Voflre très humble et très obeiffant feruiteur 

Fermât. 

A Monfieur Monfieur Huggens de Zuylichem, 

A Paris. 



") % le 28 Décembre 1660 [Chr. Huygens]. 



') «Monsieur de Carcavy m'apporta une lettre de Monsieur de Fermât, la première que j'eus 
receu de lui. 27 décembre 1660." [Reys-Verhael.] 

Huygens lui répondit le 29 décembre [Reys-Verhael] par une lettre que nous n'avons pas 
trouvée dans nos collections. 



CORRESPONDANCE. 1660. 213 

N= 825. 

Christiaan Huygens à [Leopoldo de Medicis]. 
[décembre 1660.] 

La minute et la copie se trouvent à Leiden, coll. Huygens. 
La lettre est la réponse aux Nos. 8oi et 811. Leopoldo de Medicis y répondit le i^'' juin 1661. 

Sommaire: Comeet. Engelandt. Academici. 

dat ick 2 van fyn brieven tefFens gekregen heb van den Biiïchop de Befiers ') 
van den 5 en 19 november ^). dat de reden waerom die foo laet ontfangen heb is 
dat hy fe (niet wetende waer ic in Parys gelogeert was) naer Holland gefonden 
had. uyt de eerfte [fignificavit] heb ic verftaen dat myn antwoord 3) niet mifhaeght 
en heeft en weerdigh gedacht om herdruckt te werden met eenige verandering 
nochtans '^) dat hij nochtans fijn fententie op houdt tôt dat Fabri de periodus van 
fyn planeeties fal gevonden hebben, het welck ic vrees dat lang aenlopen fal. 
Vivant ic weet wel dat de annulus (?) van 'I7 in de toekomende 4 a 5 jaer niet 
merckelyck van figuer fal veranderen. fed nec video hoe dat de ftelling van 
Fabrius planeeties kan overeenkomen met de figueren die door V. E. 's befte bril- 
len geobferveert en my academicorum nomine toegefonden fijn. die na my dunckt 
door haer experimenten foo veel preuven van de feeckerheyt van myn ftelling in 
de ring gevonden hebben, dat Fabrius felf indien hy de waerheyt bemint en defelve 

Traduélion : 

Que j'ai reçu a de fes lettres à la fois, par l'intermédiaire de l'évêque de Bezier.-- Oî 
du 5 et du 19 novembre"), que la raifon que je les ai reçues fi tard, eft que celui-ci, 
ignorant où j'étais logé à Paris, les a envoyées en Hollande. De la première [fignificavit] 
j'ai compris que ma réponfe 3) ne lui a pas déplu, et qu'il la jugée digne d'être réim- 
primée en y introduifant pourtant quelque changement '*). que néanmoins il réferve fon 
opinion jufqu'à ce que Fabri ait trouvé la période de fes deux petites planètes, ce 
qui, je crains, durera longtemps, car je fais bien que l'anneau [?] de |j dans les 4 à 5 
années prochaines ne changera pas notablement de figure, fed nec video comment l'hypo- 
thèfe des petites planètes de Fabri peut convenir avec les figures qu i ont été obfervées par 
vos meilleures lunettes, et qui m'ont été envoyées academicorum nomine, qui, à mon 
avis, ont trouvé par leurs expériences tant de preuves de la certitude de mon hypo- 
thèfe fur l'anneau, que Fabri lui-môme, s'il aime la vérité et s'il les a vues, doit renoncer 



') Pedro V. de Bonzi devint en 1659 évêque de Beziers, le 8 octobre 1669 évêque de Toulouse 
et le 28 octobre 1673 évêque de Narbonne. En 1672 il fut r.ommé Cardinal. Il mourut le 
II juillet 1703. 

^) Voir les Lettres Nos. 802 et 811. 

3) C'est la „Brevis Aflertio". 

■*) Il semble que Huygens ait biffé ces quatre derniers mots. 



2 14 CORRESPONDANCE. l66o. 



gefien heeft behoort van fijn opinie af te ftaen. De inventie van de 2 ftockjes die 
malkander kruyïïen om de verkycker by c' oogh te onderftutten elegans cette eft 
atque eo melior quo fimplicior. en ick bedanck V. E. feer daervoor en denc my 
daer van te dienen aïs ick thuys fal fijn. Hier en heb ic geen langer verkijckers (en 
die goet waerenj) als van 10 of 1 1 voet gefien die op een fiut genoech konnen ge- 
houden werden. de obfervatien oock fijn weynigh in vogue. 

à fon opinion. L'invention des 2 cannes croifées pour foutenir le télefcope auprès 
de l'œil elegans certe efl:, atque eo melior quo fimplicior; je vous en remercie beau- 
coup et je penie m'en fervir quand je ferai de retour. Ici je n'ai pas vu de télefcopes 
(qui ibient bons), plus longs que de 10 à 11 pieds, ceux-ci peuvent fe tenir aflez bien 
fur un ibutien. Auiîî les obfervations font peu en vogue. 



N= '826. 

CONSTANTYN HuYGENS , pète, à V. CoNRART. 

[décembre] 1660. 

La minute se trouve à Amsterdam, Acad. Royale des Sciences, coll. Huygens. 

Monsieur, 

Je vous prie de bien gourmander mon fils , de ce qu'il a ofé négliger juf- 
qu'au 1 6 ') de ce mois -) de m'enuoijer une chère lettre que vous auez prins la peine 
de m'clcrire des le 2e. A vous dire le vraij , ie croij qu'il eft homme à fe laifler pren- 
dre auec Syracufe , plus toft que de fe deftourner d'une contemplation mathéma- 
tique pour ibnger à fes affaires. Il me demande pardon de cefte faute , et ie vous le 
mets entre les mains pour en difpofer, comme de raifon; pourvu que vous me teniez 
exempt du blafme d'auoir voulu tant delaijer la reconnoifllince que je doibs à ceft 
excès de bonté dont vous continuez de m'honorer. Je baptize du nom d'excès, la 
penfée qui lemble vous eftre venue, de ce qu'il importe que je voye Paris. Encor, 
fi cela fe pouuoit , fans que Paris me veift , l'entreprife fembleroit un peu raifon- 
nable. mais depuis qu'un fils, qui ne manque pas tout à faifl: de connoiflTance m'in- 
forme de temps à autre de cell:e prodigieufe quantité de gens de grandiffime valeur 



') Nous n'avons pas trouvé dans nos collections cette lettre de Christiaan Huygens à son père, 

datée du 16 décembre 1660. 
-) Suivant l'ordre des minutes des lettres de Constantyn Huygens, père, ce mois doit être 

décembre; ce qui nous a servi à déterminer la date de cette lettre. . 



CORRESPONDANCE. 1660. 215 



qu'il rencontre en voftre terrible Abbregé de l'uniuers , d'où penfez vous que ie 
prenne l'impudence d'ij paroiftre ; qui me fens tout borgne et incapable de régner 
que parmi les aveugles? Bref, Monfieur, fi c'eft là un article de la grande lettre 
qu'il vous a pieu me defUner, tenez le pour bien refuté par ce feul argument, de 
ce que tout autre confideration a part ie feroij fcrupule de produire ce que le faux 
jour de l'efloignement , et quelque faneur hyperbolique , comme la voilre , a mis 
fi fort au delà de ce peu qu'il mérite en effet. Mais enfin , de cefte belle grande 
lettre ^') que j'aij tant regrettée, fera ce là tout ce que j'en verrai]? Pour dieu, 
Monfieur, n'ufez pas de cefl:e rigueur enuers moij , qui ne fuis point coupable de la 
perte. Je veux que d'ordinaire vous n'efcriuiez qu'une fois ce que vous efcriuez 
auec autant de facilité que de grâce : mais encore fi ce n'eil pour la forme (qui ne 
vous coufl:e rien) eft on fouuent bien aijfe de fe faire tirer une copie de beaucoup 
de matières différentes, que la mémoire ne fçauroit reprefenter à toute heure. 
C'eft donc ceile copie, que ie vous demande péremptoirement, et, fi vous fouffrez 
un peu de la brutalité de mon pais, je pretens, et toufiours prétendrai], de n'en 
eftre point refufé. Apres tout, donnez vous garde d'Archimede; car il a ordre *^ de 
vous en perfecuter en Hollandois. c'eft tout dire. Vous n'auez que faire de me 
perfuader à vous laiïïer ce Garçon plus que je n'auoij creu. n'ij euft il que la grande 
fortune qu'il a eue de vous trouuer encor en vie , au contraire de ce qu'on nous en 
auoit faift appréhender, je m'eftimeroij mauuais Père en me haftant de le retirer 
d'où il a moijen de tant prouffiter au prix de ce qu'il peut efperer chez moi], qui n'ai] 
que la folle amour paternelle pour prétexte de l'enuie qui me demeure de le re- 
ueoir au plus toft : outre que, peut eftre, en lieu de moins de bruift que n'eft Paris, 
il eft taillé de produire plus de bonnes chofes qu'il n'en fçauroit méditer en ce Pais, 
que feu noftre ami Monfieur Defcartes fuijoit, par ce , difoit il , que le compliment 
y porte, Monfieur ie vous iray veoir, ce qui l'importunoit et luij faifoit aymer la 
Hollande , ou on eft fi peu prodigue de vifites et fi retenu , qu'à peine en donne-on 
qu'aux inftances de fes amis. Vous me direz , Monfieur , en me voyant tant gailer 
de papier , qu'en recompenfe on y faift belle largefi^e de paroles : et ie ne l'avoue 
pas fans confufion. mais ie ne fçauroi] me condamner tout a faiét, quand ievoij 
qu'une grande partie de ce papier a efté emploi] ée à la tref-humble et trcfinftante 
requefte que je vous ai] faifte , et faij , et ferai] trente fois , que la grande lettre ne 
me foit plus enuiée. Obligez moy de cefte grâce, et puis difpofez d'Archimede 
comme il vous plaira, et du Père à jamais fans referue , puis qu'il eft fans referue , 
et à jamais, &c. 



A Monfieur Conrard. 



3) Consultez la Lettre N°. 803. 

■*) Christiaan Huygens reçut cette lettre le 15 décembre [Reys-Verhael]. 



2l6 CORRESPONDANCE. 1 66o , 1661. 

N= 827. 

Chanut ") à Christiaan Huygens. 
[1660 0]. 

La pièce se trouve à Leiden ^ coll. Huygens, 

De Reélo et Curvo Theorema i"m. Propos, i». 

Si ad Reftam quae potefl: duo quadrata fimul , Quadratum Radii , et quadratum 
finus arcus graduum 22.30', addatur jn reélum Seraiffis Radii; compofita refta 
aequalis erit peripheriae quandrantis "). 

S. J. [?] 

Archimedi Batauo. 



") % de Monfieur l'Ambafladeur Chanut [Chr. Huygens]. 



N= 828. 

Constantyn Huygens, frère, à Lodewijk Huygens. 
6 janvier 1661. 

La lettre se trouve à Leiden, coll. Huygens. 

Le 6 Janvier 1661. 

J'ay receu voftre première du 8e. décembre , et fuis bien ayfe que foyez à Ma- 
drid , m' imaginant que la correfpondence dorefenauant pourra eftre un peu mieux 
réglée. Pour ce qui eft du paffé Mon Père vous a efcrit par touts les ordinaires , 
moy trois ou quatre fois , Monfieur van Leeuwen par deux , et la Soeur et Frère 
de Moggerfhil ') femblablement par deux ou trois fois ; et je ne puis m'imaginer ce 
que peuvent eftre devenues toutes ces lettres, que Ion a toufjours envoyé a Cunis '} 



') Comme Chanut mourut en 1662, cet envoi, qui doit avoir eu lieu à Paris, tombe entre 

Octobre 1660 et Avril 1661. 
-) Lisez: quadrantis. 



') Kunes était Greffier des Etats-Généraux. 



CORRESPONDANCE. 1661. 21J 



pour les enfermer dans les paquets de MefTieurs les AmbafTadeurs, je penfeque 
depuis voftre dernière depefche elles vous auront elle rendues, dans une des mien- 
nes je vous ay efcrit au large ce que j'auois fait avec Blondel qui ell le plus franc 
coqui.n du monde. Le Sommaire en efl: qu'il me vint trouver il y a plus de deux 
mois et me promit de m'aller de ce pas quérir voftre monftre pour ravoir la Tienne, 
mais il n'en a rien fait jufques à prefent , et je n'ay point ouy parler de luy depuis 
ce temps là tellement que je garde encore fa monftre de criftal et la garderay juf- 
ques à ce qu'il la vienne rançonner. Je n'ay pas encor reçeu l'argent des livres, 
mais ayant fait fommer noilre homme il m'a promis de venir conter encore cette 
fepraaine. de Monnickelant il eft venu pour voftre part 153. livres qui eft le refte 
de l'année 1660 après que j'en eus fait bien d'inftances,j'ay encore cet argent 
là foubs moy , en attendant que je reçoive celuy de vos livres , pour voir ce que je 
pourray payer de l'un et de l'autre. Le receveur de Monnickelant '} me promet 
dans fa lettre de nous faire toucher encore quelque argent vers Carefme prenant 
fur l'année qui court , de forte qu'il eft à prefent en affez bon train. La principale 
des nouvelles que nous auons icy eft la grande maladie de la Princefle Royale =), 
laquelle eftant tombée malade de la petite vérole en Angleterre , eftoit encore fi 
mal vendredy pafle ^') au foir quand le dernier ordinaire partit de là que Ion craig- 
noit fort pour fa vie, la petite vérole ne fortant pas encor, et luy caufant des ac- 
cidents fi fâcheux, qu'elle dit elle mefme qu'elle ne croyoit pas de vivre cette nuiél 
la. doftor Frefer '^') pourtant qui eft fon médecin et celuy du Roy ne defefperoit 
pas encore à ce que mande Oudart s). S'il venoit faute de cette Princeffe vous 
pouvez vous imaginer quels grands changements cette mort entraifneroit avec elle, 
fans que je m'eftende icy fur des fubjefts fi chattouilleux dans une lettre laquelle je 
ne fuis pas afTuré qu'elle courra meilleure fortune que mes précédentes. J'ay fait 
une partie de vos recommendations ou vous avezdefiré, et feray vos baifemains 
aux Demoifelles Rijckert '^3 quand je les verray, mais il femble que Joffrouw Mar- 
grietje ne fe contentant pas de cette forte de careftes, pourroit bien auoir envie de 
fe faire baifer autre chofc, et ce par un galand qui luy a fait la cour depuis quelques 



') Gysbert Jansz. VerzijI épousa une fille de Christiaen Pellen , bailli de Zuylicliem; il mourut 
en 1683. Installé comme receveur de Monnikenlandt le 7 décembre 1642, il fut, nonobstant 
quelques malversations en 1655, continué dans ce poste jusqu'à sa mort; il eut pour suc- 
cesseur son fils Christiaen VerzijI. 

") Mary Stuart, veuve du Prince d'Orange Willem II, mourut à Londres le 3 jan- 
vier ï66î. 

3) Ce vendredi était le 31 décembre 1660. 

4) Le Dr. Fraser était le médecin de la cour à Londres. 

5) Voir la Lettre N°. 803, note 9. 
'^) Voir la Lettre N°. 820, note 14. 

Œuvres. T. IIL 28 



21 8 CORRESPONDANCE. 1661. 



mois avec grand emprefîèment , et afin que fcachiez le perfonnage , c'eft le Sieur 
de Nieuwerkercken 7^. Je voy grand apparence à l'affaire, bien que jufques 
à prclent on la defavoue fort et ferme comme de tout temps c'eft la couftume. 
Monfieur Droft ^) en veut à la cadette ^') à ce qu'on peut juger , mais cela n'eft 
pas encore fi avancé comme la pourluite de l'autre. L'on parle encore bien fort 
de deux autres mariages qui font celuy du Comte de Flodorp '°) avec Mademoi- 
felle Defloges "), y ayant des gens qui difent en avoir veu les promeïïes fignées, ce 
que j'ay pourtant de la peine à croire, et celuy de l'aifnée des Paeuwcjes '-) avec 
Monfieur Wevelinckhoven '3^, lequel je juge auflî fe deuoir faire dans peu fi ce 
n'eft que le refus qu'il vient de remporter de la place de Confeiller au Con- 
feil de Brabant , ne le recule. Cette charge eft venue à vaquer par la mort du 
Sieur Panhuijfen '*) et a efte donnée au Sieur du Tour ^^') de Leyden que con- 
noifl^ez. 

Le Frère '*) qui eft: à Paris commence à parler de s'en revenir, et au 
bout de quelques trois fepmaines ou d'un mois je croy que nous pourrons 
l'avoir icy, dont je ne feray pas marry n'ayant point de compagnie pour 
mon foupper qu'une vieille '^) que fa bile et fa jaunifl^e ne rendent gueres 
agréable. Tout le monde vous fait faluer, entre autres la foeur de Mog- 



7) Adriaan Paiiw, seigneur de Nieiiwerkerk, né le 12 septembre 1637 à Amsterdam, et mort 
le 17 juin 1664 aux Indes Orientales, était le fils de Reinier Adriaansz. Paiiw et d'Adriana 
Jonckheyn. 

^) Jhr. Coenraad Droste, fils du colonel Jhr. Matthys Droste et d'Emerentia Ruyscli, naquit 
vers 1642 et mourut à la Haye en 1733. Il quitta l'état militaire en 167(3 et fit plusieurs 
voyages, dont la relation, rimée par lui, a été publiée et commentée par le Prof. R. Fruin. 
Voir la Lettre N°. 812, note 4. 

9) Constantia Ryckaert. Voir la Lettre N°. 820, note 14. 

'^) Adrian Gustav, comte de Flodorf, noble belge, servait alors dans les armées des Pays- 
Bas. Il épousa plus tard Margaretha Iluyssen, fille de Jolian Huyssen et de Margaretba de 
Koningh: cette dame était veuve de Hieronymus van Tuyll van Serooskerken et du comte 
de Dhona. 

") Mlle des Loges était fille de l'officier des Loges, dont le père était colonel dans Tannée des 
Pays-Bas. 

") Anna Pauw. Consultez la Lettre N°. 820, note 13. 

■^3) Mr. joacbim van Wevelinckhoven, fils du pensionnaire de Leiden Mr. Jan van Wevelinck- 
hoven, succéda en 1662 — 1669 à son père comme secrétaire des curateurs de l'Université 
de Leiden. 

'4) Bartholomeiis van Panhuys, seigneur de Voorn, épousa Magteld van Drakesteyn. 

'5) Marcus du Tour naquit en 1625 à Leiden. Il y fut inscrit comme étudiant en droit le 5 dé- 
cembre 1643. 

'*) Christiaan Huygens n'est revenu de Londres à la Haye que le 27 mai 1661. 

'^) Catharina Suerius. 



CORRESPONDANCE. 1661. 219 



gerfhil'^), qui eft derechef grofTe d'enfant, faites dire une méfie à l'Efcurial 
pour ion lieureux accouchement. Adieu. 

A Monfieur Monfieur Louis Huijgens de Zuijlicmem 

A Madrid. 



N= 829. 

Ph. Doublet à [Christiaan Huygens]. 

20 JANVIER 1661. 

La lettre se trouve à Amsterâain^ Archives Municipales. 

de la Haije le 20e Januier 1661. 
Monsieur mon frère. 

Jaj' receu la voftre du 72 de ce mois ') a Amfterdam ou j'eftois allé la lemaine 
pafTee pour quelques affaires domeftiques et en partie auffi pour voir ce qu'on fait 
en ce quartier la. le Seigneur Glefer ^) aijant la complaifance de m'y accompagner 
quoi] qu'il ny euft rien a faire. Le Sieur Hanniwood 3) y eil toufjours et fait fa cour 
auec beaucoup d'aiïiduité chez madame Vloolwijck *). Glefer l'eftant allé voir 
un matin chez lui] il l'entretint fort des rares qualitez de fa maiilrelle difant raelme 
qu'il n'y en auoit aucune en toutte la Haije qui luy foit comparable en beauté nij 
en efprit, on jugeroit par la qu'il doit eftre fort amoureux, quoij que je fâche 
d'ailleurs qu'elle le traitte auec beaucoup de fierté comme elle a de coullume a 
traitter tout le monde. Les Bartelottis =) le portent aufli fort bien mais fouffrent 



'8) Susanna Huygens, mariée à Philip Doublet, accoucha pour la première fois, le 5 juillet 1661 
[Dagboek] , d'uue fille Constantia , morte le 20 novembre 1665. 



') Nous n'avons pas trouvé cette lettre dans nos collections. 

*) Daniel Gleser était capitaine des gardes de corps des Etats-Généraux. Il mourut le 5 octo- 
bre 1669. 

3) Hanniwood, venu aux Pays-Bas avec la famille royale, était capitaine des gardes de corps 
des Etats-Généraux. 

*) Voir la Lettre N°. 812, note II. 

5) C'étaient les filles de Willem Bartelotti van den Heuvel, qui mourut à Amsterdam le 25 dé- 
cembre 1658: 
a) Constantia. 

b~) Jacoba Victoria, née en 1640, qui en \6%6 épousa Coenrand van Beuningen. 
Elles demeuraient l'été à Soest, avec leur frère Jacob 



CORRESPONDANCE. 1661. 



une grande jndigence de galants, et viuent en une grande folitude qui ne les 
ennuije pas peu comme vous pouuez penfer, perfonne de ces jeunes gens d'Amfter- 
dam nij vient et fe moquent fort d'elles comme elles fe font moquées cy deuant d'eux, 
dont je croij qu'elles ont regret a prefent quoy qu'elles ne le tefmoignent pas. 
Pour le mariage de deux Coenes auec les deux Bergagnes, cet une chofe dont on 
ne parle point du tout, il efi: vray que d'Anne Marie '^) et de Coene le cadet on en a 
parle cij deuant, mais ceux de Boileduc mefme difent qu'il n'en efl rien, et de l'au- 
tre perfonne n'en a jamais ouij parler. Mademoifelle Jenneken "} nous mande que 
la femaine paffee il ij a eu grand feilin, jeu. Bail et toutte forte de rejouifiance chez 
les Zuerius ^), où touttes les dames de Boileduc et tous les galants furent en bel 
équipage, et après le fouper qui eftoit fort magnifique le Seigneur Jacobus, alla 
prendre madame Bergagne pour commencer le branfle, qui d'abord s'excufa un peu 
fur fon âge etc., mais en fin fe laiffa perfuadcr et fit non moins que le refte. on voit 
par la que ces deux familles voifines ne font pas prefentement fi mal d'accord 
comme il arriue par fois. Mademoifelle, d'Abfalon eftoit auffi de retour a Boifle- 
duc après auoir efté fort longtemps en Brabant, et comme touttes les dames et ce 
qu'il y avoit de fa cognoilTlince eurent eftez la voir cinq ou fix jours de fuitte et 
qu'on n'euft point laiffé de parler auec elle comme auparavant la nommant touf- 
iours par fon nom accouftume d'Abfalon, fans qu'elle fiil: rien paroillre. quelques 
jours après elle fit diuulger par toutte la ville par fa feruante qu'elle eiloit marriee 
il y auoit 3 iemaines, dont tout le monde eftoit fort furpris perfonne n'en aijant ja- 
mais ouij parler. Elle a epoufé un gentilhomme Brabançon très richea ce qu'on 
dit et de bonne maifon , mais maigre fes parens a luij. il la deuoit fuiure a Boilduc 
mais fon caroiTe et les habits de fes pages (notez) n'eftoient pas encore en ordre. 
Venons aftheur a la Haije; le grand abord a prefent eft: chez les AerfTens 
Icauoir alternatiuement chez les jeunes ') et les vieilles '°). c'eft la que fe voit 



''') Anna Maria était la sœur de Jeanne Catharine Bergaigne. Consultez la Lettre N°. 242, notes» 
^) Voir la Lettre N°. 242, note 3. 

C'est probablement Jeanne Catharine Bergaigne. 
8) J. Suerius. Voir la Lettre N°. 78 , note i . 
*) Les jeunes demoiselles van Aerssen, filles de Cornelis van Aerssen, seigneur de Wern- 

hout (voir la Lettre N°. 28 , note 3), et de Johanna Cats, fille du grand-pensionnaire Jacob 

Cats, s'appelaient: 

a) Jeanne, artiste et renommée experte en choses d'art, 

b') Elisabeth, 

£■) Amaranthe (voir la Lettre N°. 44, note 7). 

cl) Anne, 

i) Maria Catarina (voir la Lettre N°. 44, note 8). 
'°) Les vieilles demoiselles van Aerssen étaient les filles de Cornelis van Aerssen , seigneur de 

Sommelsdijk , et de Louisa van Walta : 

û) Petronelle, qui épousa Johan van Wevoort, seigneur d'Ossenberg. 



CORRESPONDANCE. 1661. 



tout ce qu'il y a de beau monde a la Haije s'entend des hommes, ce qui ne caule 
pas peu de jaloufie parmi le fexe. Amarante") fait rage a difcourir et depuis 
qu'elle a veu cette admirable madame de Baffecour '-), a Spa, elle l'jmite fi bien 
que vous feriez ftupefait a l'entendre jafer comme elle fait. Le feigneur de Cats 's) 
en eft fort amoureux entre autres, car elle a des amants a doufaines et la plus part 
mariez, ce qu'on juge icij de confequence un peu dangereufe. Anne ''*) eft dans 
la grande approbation pour la beauté, mais comme elle eft autant taciturne, comme 
l'autre eft parlante, l'autre attire la plus grande partie du gibier. Le Duc 's) eft 
parti] il y a quelques jours pour fon paijs d'où il prétend pafler en Jtalie et reuenir 
a la Haije vers le moijs de mars prochain, Monfieur Vickefort '") qui fait fes affaires 
m'a dit aujourdhuij qu'il venoit de luy louuer la maifon où a loge dernièrement 
milady Stannop ''') fur le Buijtenhoff. On penfoit auoir icij des diuertilfemens 
merueilleux cet hijuer mais la mort de la Princeffe Roijale a diflipe touts ces def- 
feings, et tout le monde s'habille de dueil. Chez mademoifelle de Nieveen il ij a 
un très grand calme a prefent, elle n'a point d'autre galant aftheur que le portugais 
Aluarez Ribera '*), qui l'jmporcune auec ime affiduité fans égale ce qui la defef- 
pere tout a fait et ne s'en peut défaire quoij quelle Je maltraitte d'une étrange façon, 
ce qui loin de le rebutter, le rend encore plus amoureux car ielon la couftume 
d'Efpagne il prend touttes fes fiertez et cruautez pour autant de faueurs. le ma- 
riage de fa foeur auec Boetzelaer '') eft accordé il ij a quelque temps ils cherchent 
maifon, et fe marieront vers pafques quand ils auront quitté le dueil du grand père 



è") Isabelle, qui épousa Hendrik, comte de Nassau, seigneur d'Ouwerkerlc. Consultez la 
Lettre N°. 801, note 6. 

1:) Henriette, qui épousa en 1670 François Soete de Laeke, seigneur de Potslioek. (Voir la 
Lettre M °. 812, note 2). 

d') Anna. Voir la Lettre N°. 314. 

e") Maria. Voir la Lettre N°. 314. 

/) Lucia. Voir la Lettre N°. 314. 
") Voir la Lettre N°. 44, note 7. 
"-) Probablement l'épouse de 

Nicolaas de la Bassecour, fils du pasteur anti-remontrant Fabrice de la Bassecour, mort en 

1677. Il fut successivement pasteur wallon à Ysendijke, à Flessingue et à Amsterdam. 
'3) JanWillemMaurits van Cats, fils de Joris van Cats, Seigneur deCoulster, et deJustinavanNassau. 
'+) Anna van Aerssen épousa Pieter, baron van Wassenaer. 
'5) Le Duc de Lunebourg. Voir la Lettre N°. 820, note 10. 
'*) Joachim Wicquefort naquit en 1600 à Amsterdam, où il mourut en 1670; il fut agent de 

Bernard , duc de Saxe-Weimar, puis, en 1639, Résident de Hessen-Cassel à la Haye. Il était 

chevalier de St. Michel. 
'^) Lady Stanhope, épouse de Johannes Polyander à Kerckhoven. Voir la Lettre N°. 26, 

note I. 
'^) Aluarez Ribera était attaché à l'Ambassade d'Espagne à la Haye, 
'î") Karel baron van den Boetselaer (voir la Lettre N". 820, note 16) qui épousa M^llc de 

Waesdorp, sœur de MeHe de Nieuwveen. 



CORRESPONDANCE. I 66 I . 



defFunâ: -°y on parle aufli d'un mariage de Margriete Rijckers auec le Sieur de 
Nieuwerkerck, il en eft fort amoureux et fort ailîdu auprès d'elle, mais s'il fe fera 
cet =') dont on ne fcait encore rien. Le frère de Zeelhem ") vit encore comme de 
couftume et ne voit que les Rijckerties -'^ et les Pauwties °4^, comme cij devant. 
Ceft tout ce qui fe pafle icij de galanterie , l'y ce n'eft qu'on parle aufli de 
mademoifelle d'Aernhem -s) auec l'aifné de Villers ^*) nouuellemenr reuenu de 
France, et du Conte de Flodorp auec mademoifelle des Loges, quoij que 
plufieurs jugent que ce Ibit hors d'apparance, joubliois a vous dire que Gans -Q 
le gros, fait l'amour a une des Pauwties. On parle auflî d'un mariage entre made- 
moifelle de Beuerwaert -^) auec le jeune Hijde -^) frère de la ducheife de Jorck. 
J'ay rencontré a Amilerdam chez de Pont 3°) le Sieur Buliaud '^) qui m'a prié de 
vous baifer les mains de fa part, il penfoit partir en deux jours au plullard pour 
la Pologne. 

Icij joint, va un petit mot de lettre pour le Sieur van Gangelt ^^^ afin qu'il luy 
plaife de vous compter la fomme de cinquante ecus pour ma marchandife. S'il feft 
fait quelque bon portrait ^ 3) en taille douce de la jeune Reijne je defirerois bien 
l'auoir. il s'en eil fait un fort beau du Roij ^4^ depuis peu, que j'ay apporté d'Am- 



^°) Jacob Cats (voir la Lettre N°. 114, note 6), le père de madame Musch (voir la Lettre 
N°. 196, note 5) mourut le 12 septembre t66o. 

-'j Lisez: c'eil:. 

"") Doublet désigne ici son beau-frère Coustautyn Huygens, fils. 

-3) Voir la Lettre N°. 820, note 14. 

-4) Voir la Lettre N°. 820, note 13. 

-5J) Mlle van Aernhem, fille de Gerrit van Aernhera, né le 5 janvier 1598 et mort en 1648, qui 
épousa en 1634 Theodora van Wassenaer, veuve de Gerrit Randerode van der Aa. 

-'') Philippe de Villers. Voir la Lettre N°. 812 , note 2. 

"'') Ce Gans est le fils de johan Gans, pensionnaire de Bois-le-Duc, qui, pour des raisons d'état, 
était retenu à la Haye avec défense d'en sortir. 

°^) Charlotte van Nassau, fille de Lodewijk van Nassau et d'Elisabeth van Hoorn , était Made- 
moiselle de Beverweert, et dame de la cour de la Heine Anna d'Angleterre. 

-9) Lawrence Hyde était le second fils de Edward Hyde, premier Earl of Clarendon, qui épousa 
en 1632 Frances Aylesbury. 

3°) Isaac de Pente (Pontanus) mourut en 171 1. Pasteur remontrant, il alla en i648àFried- 
richstadt, mais revint en 1652 à Brielle, d'où il passa à Amsterdam. En 1666 il fut 
nommé professeur à un Séminaire remontrant, mais dix mois plus tard il se démit de cette 
charge. 

3') Sur le voyage de Boulliau voyez la l^ettre N°. 743 , note 7. 

3-) Van Gangel. Voir la Lettre N°. 239, note 2. 

33) En effet il en existe un : 

Portrait de Marie Thérèse d'Autriche, Reine de France et de Navarre. Gravé par Jean 
Boulanger, d'après une peinture du P. Jean François, franciscain [1660]. 

34) Portrait de Louis XIV. Peint d'après nature par Wallerant Vaillant et gravé par P. van 
Schuppen en 1660. 



CORRESPONDANCE. 1661. 



223 



flerdam la femaine pafTee, il eft graué par un certain van Schuppen ^s^^ fur le def- 
fein de Vaillant ^'^'), tout deux Flamans, mais il ne cède guerre a ceux de Nantueil 
a mon auis. Pour les ouurages du Pautre ") vous pouuez librement m'achepter tout 
ce qu'il a fait depuis un An en ça, car j'aij comme je croy tout ce qu'il a fait aupa- 
rauant et j'eftime fort fes ouurages pour la grande variété du defTeing et parce 
qu'ils font fi bien entendus. Pofts^^ n'ij atteindra jamais et fon fils 3») aufll peu. Jl y 
a un certain Marof^"), qui ell aufll fort habille homme pour l'Architefture, s'il a 
fait quelque chofe depuis un an ou enuiron vous me ferez plaifir de me l'achepter, 
et ce qu'il y aura de pareille étoffe. J'ay grande jmpatience de voir les planches de 
Vau 41), d'Ifrael *^^, mais je ne penfe pas qu'ils foijent preft auant vofire retour. 
Sachons s'il vous plaifl: fi vous auez veu mademoifelle de Scuderi '^^^ ou fon Frère 4+) 
et quels perfonnages ce font, on admire ici] leur dernier ouurage d'Almahide .^s), 
qui paroift depuis peu , mais je ne me fuis pas pu donner encore la patience de le 
lire. Nous ne fcavons rien encore du bon Taflîn, et Cheureau 4"^) , ce bel efprit 
eit il encore au monde , Adieu mon temps efl: efcheu. Ma mère et ma femme vous 
faluent et moy je fuis 

Monsieur mon Frère 

Voftre très afFeélione ferviteur et frère 
Ph. Doublet. 



35) Pieter van Schuppen naquit à Anvers en 1643. Il passa à Paris et y devint le disciple de 

Nanteuil. 
SIS) Wallerant Vaillant, fils de Jean Vaillant et de Maria Warlop, naquit le 30 mai 1623 à Lille 

et mourut à Amsterdam le 28 août 1677. Il était portraitiste et devint peintre de cour chez 

Willem Friso. 

37) Voir la Lettre N°.. 820, note 20. 

38) Pieter Post, fils de Jan Post, peintre sur verre, naquit à Harlera en 1608 et mourut vers la 
fin de 1669. Il demeurait à la Haye, était architecte du Stadhouder Frederik Ilendrik et bâtit 
un grand nombre édifices. La vente de ses gravures eut lieu le 17 décembre 1669. 

39) Frans Post naquit en 1620 à Harlem, où il mourut mi-février 1680. C'était le frère du 
précédent. Il voyagea au Brésil avec le Prince Johan Maurits van Nassau-Siegen. 

4°) Voir la Lettre N°. 820, note 21. 

*') Le palais et les jardins de Vaux étaient magnifiques et immenses; plantés par le Nôtre, ces 

jardin-; furent regardés comme les plus merveilleux de l'Europe; ils avaient coûté 18 millions 

de francs. 
4-) Israël Henricbet (voir la Lettre N°. 806, note 14). 
"•■S) Voir la Lettre N°. 600, note 1 1. 

44) Georges de Scudéry, frère de Madeleine de Scudéry (consultez la Lettre N°. 600, note 1 1), 
naquit au Havre en 1601 et mourut à Paris le 14 mai 1667. Il était militaire et écrivain assez 
arrogant. En 1654 il épousa Mlle de Martin-Vast; il fut gouverneur de la forteresse Notre- 
Dame de la Garde. 

45) Almahide ou l'Esclave Reine. Paris 1660. 8 Vol. in-8°. 

4'5) Urbain Chevreau naquit le 20 avril 1613 a Laudun, où il mourut le 15 février 1701. Il ne 
se maria pas, voyagea beaucoup et avait des relations partout. 



CORRESPONDANCE. 1661. 



Je VOUS envoijc le Billet pour le Sieur van Gangel ouuerc, vous le pouuez ca- 
chetter fi bon vous femble ou le luij donner comme il ell:. 



N= 830. 

[CoNSTANTYN HuYGENs , frère] à [Christiaan Huygens]. 

[20 JANVIER 1661] '). 

La copie se trouve à Leiden, coll. Huygens. 
Clir. Huygens y répondit par le No. 834. 

A la Haye ce i Juillet 1661 '). 
Apres avoir conftamment attendu voflre Marquis de S. Agathe =) dans une ferme 
efperance de le voir icy d'heure a autre , a la fin nous apprifmes que depuis plu- 
fieurs jours il fe rejouifl"oit a Amflterdam fans fe foucier de nos pacquets , appa- 
remment pour mortifier nofi:re impatience et curiofité. J'en aij efcrit au Coufin 
Belvker 2), mais fi vous aviez donné le livre a Monfieur de Seventer *) il y a plus de 
15 jours que je l'aurois eu icij. La mort de la Princefl^e caufera encore du bruit 
apparamment. Le Roi qu'elle a nommé Tuteur de fon Fils , prétend d'en faire 
la charge en toutes fes parties , et par confequent d'avoir en cette qualité la difpo- 
fition de la moitié des charges et bénéfices dans les terres de Son Altefie, et c'eft ce 
qu'a Cleves 5) l'on n'entendra pas ainfij, félon toute apparence, et les bruits fourds 
qui en courrent, bien que jufques a prefent on ne fe foit point déclaré. Madame *) 
fait efcrire feulement au Confeil , de tenir toutes les chofes en l'eftat ou elles font 
et d'ufer de ces premières précautions dont on fe fert dans les maiibns mortuaires, 
comme de mettre le Seau au Coffres et armoires etc. Au refte la Princefie 
a inftitué la Reine d'Angleterre fa mère "), fon héritière avec charge exprefie de 
paijer fes debtes et de fatif faire fes legaraires. Au Prince fon Fils elle ne laifl^e 
rien, mais ordonne que les joijaux qu'elle a eu de fon Père luij foijent reftitués 
(comme cela fe devoit faire en vertu du contraft de mariage) et deiire qu'il donne 
des recompenfes a fes domeftiques. Ce Teftament félon nos Loix leroit Inofficio- 



') Dans le livre d'Apographa cette lettre avait été d'abord datée du i='' décembre 1660: puis 

on en biffa la date, y substituant celle du 2 juillet 1661: mais il est certain qu'elle est du 

20 janvier 1661. 
-) Jacob Boreel , Seigneur de St. Aagt. Voir la Lettre N°. 822 , note 3. 
3) Il est souvent nommé dans ces lettres. 

'^) Il s'agit ici de Philips Soete de Villers. Voir la Lettre N°. 812, note 2. 
S) C'est-à-dire : Madame et l'Electeur de Brandebourg. 
'') La Princesse Douairière. Voir la Lettre N°. 15, note 2. 
'') Henriette Marie de France, troisième fille de Henri IV et de Maria de Medicis, naquit le 

25 novembre 1609 et mourut le 10 septembre 1669. En avril 1625 elle épousa Charles I", 

roi d'Angleterre. 



CORRESPONDANCE. 1661. 2^5 



fum, et par confequent entièrement invalide, mais en Angleterre on dit qu'on en 
peut faire de femblables, et que les Pères et Mères ne font pas obligés a leurs en- 
fans plus qu'ils ne veulent. Elle defire encore que le Roi] veuille avoir foin de fa 
Régence d'Orange, chofe qu'on trouve icij hors de toute raîfon, fcavoir de diipo- 
fer d'une chofe par teftaraent, qui eft purement perfonelle et qui lui avoit efté 
déférée comme mère du Prince. C'eft comme fi une perfonne pourveue de quelque 
charge publique (Penfionnaire d'Hollande par exemple) la laifibit par teftament 
a quelqu'un de fes amis. Cependant on dit que le Roi a déjà envoijé a Orange 
pour fe faire recognoitre Régent, ce qui eftant véritable fera du bruit alTeure- 
ment, fi Dieu n'ij met la main, car a Cleves on parle auffij bien haut. Il faut voir 
ce qui en arrivera. On dit que le Prince Maurice ') va en Angleterre de la part de 
Monfieur l'Elcdteur , et aucuns s'imaginent que ce pouroit eflire pour des affaires 
du Mariage de la Princeffe Marie ^}. Mais cela cfi: fort incertain. Mais s'il va 
il fera de bons offices fans doute et empefchera les parties de s'aigrir. Pour l'évé- 
nement de toutes ces chofes je crois que vous viendrez l'attendre icij, et que vous 
ferez de retour avant qu'il foit long temps, et je crois que mon Père vous en efcrit. 
Monfieur Navander î") nofi:re voifin et amij mourut lundy pafTé '°) d'une mala- 
die de deux jours, et efl fort regretté. Monfieur Bifi^chop fait encore rage de def- 
figner, ils font cinq ou fix, qui ont eftablij une Académie de peintres, ou quatre 
fois la fcmaine ils vont defllgner un homme nud et afin que vous connoifllez leur 
modèle , c'efl un grand garçon nommé Antonij , et dont le nom de guerre efi: de 
vllegende Platluijs "). 



") Johann Maiirits von Nassau-Siegen. 

^) Maria, la plus jeune fille du stadhouder Frederil': Hendrik et d'Amalia von Solms, naquit en 

1638 et mourut le 20 mars 1688. En 1666 elle épousa le Pfalzgrave Ludwig Heinrich, Fûrst 

de Simmeren. 
5) Jacobus Navander, né à Veere en \6o6, étaitavocat à la Haye. Il a été inscrit le 16 mars 1626 

à l'Université de Leiden. 
") C'était le 17 janvier. 
") Traduction: le morpion volant. 

Œuvres. T. III. 29 



226 CORRESPONDANCE. 1661. 



N° 831. 

Christiaan Huygens à [Lodewijk Huygens]. 

26 JANVIER 1661. 

La lettre et la copie se trouvent à Leiden, coll. Huygens. 

A Paris ce 26 Janvier 1661. 

Mon FRERE 

J'ay receu voftre lettre ') efcrite de Laredo, et depuis celle de Madrid ')., et n'ay 
encore refpondu 3) qu'a la première en quoy j'auoue qu'il y a un peu de ma faute. 
Mais croyez que j'entretiens aufli mal toutes mes autres correfpondances depuis 
que je fuis en cette ville, ou je ne fcay quelle humeur vagabonde me chaffe con- 
tinuellement hors de ma chambre. J'ay eftè très aife d'apprendre que vous aviez 
heureuiement pafle tant de dangers et incommoditez du chemin, au retour vous 
n'en aurez pas tant, du moins je le fouhaite ainfi, et que nous nous puiffions reveoir 
falvi in patria. Vous m'avez fait grand plaifir de me communiquer voftre ôbfer- 
vation du triple arc en ciel , du quel je me fais fort de vous expliquer la caufe 
après que j'auray fait quelques expériences touchant la refraftion de l'eau froide 
et chaude, car je m'imagine fermement, puis que cette Iris vous eft apparue en 
defcendant dans la vallée, que la pluye qui tomba dans les lieux plus bas dcvoit 
eftre plus chaude que celle des plus élevez; que cela caufa diverfitè de refraftions 
et par confequent plufieurs arcs. Je vous prie fi vous remarquez encore quelque 
chofe de femblable , ou généralement quelque nouueautè en matière de phyfique 
ou mechanique , d'en tenir mémoire , pour m' en faire part a voftre retotu'. Je fais 
eftat de fejourncr icy encore 3 ou 4 femaines pour veoir la foire St. Germain et 
quelques autres chofes remarquables dont ont veut que je rende conte en revenant. 
Je pourrois faire et veoir d'avantage fi j'avois un caroftè a moy; mais la defpenfe 
en eft trop exceflive: c'eft pourquoy je me fuis contente d'acheter une chaife, et 
d'employer des porteurs lors que j'en ay a faire , c'eft a dire une fois ou deux par 
jour, car d'aller a pied il n'y a pas moyen. le ne vous diray pas combien je fais tous 
les jours de vifites et a quelles perfonnes, puis que vous ne les connoiiTez pas, fi ce 
n'eft ou nous avons eilè autre fois enfemble, chez Monfieur le Premier^), Cha{>e- 
lain. Ménage, Conrart; mais il y en a tant que je n'ay pas encore pu trouuer le temps 



') Nous n'avons pas trouvé cette lettre dans nos collections. Chr. Huygens la reçut le 15 dé- 
cembre 1660 [Reys-Verhaei]. 

-) Dans nos collections manque encore cette lettre-ci, que Chr. Huygens reçut le 11 janvier 
1661 [Reys-Verhael]. 

3) Voir la Lettre N°. 823. 

'f) Huygens désigne ici de Beringlien. 



CORRESPONDANCE. 1661. 227 



pour aller veoir chez elle Mademoifelle Taillefer 5), qui demeure maintenant avec 
Madame de Flavacour "). le la rencontray dimanche dernier chez Madame de 
Gent "), ou je vis auffi en mefme temps la dite dame qui eft une petite femme défia 
un peu vieille, mais qui femble avoir elle belle autre fois. le fis vos baifemains à 
Taillefer qui nous raconta comment elle avoit eflè a a ou 3 bals, ce qui fait qu'elle 
commence a fe plaire d'avantage a la vie de Paris que du commencement. 

Madame de Previgny après avoir efiè icy quelque temps a perfecuter fon pré- 
tendu mary, enfin pour fe rendre plus forte, a changé de religion et obtenu par 
ce moyen promefTe des deux Reines ^) d'eftre fecourue dans fes affaires par leur au- 
thoritè, ce qui fans doute donnera bien de la peine a ce pauvre homme, et le con- 
traindra a la fin ou a l'efpoufer ou a s'en racheter par une bonne fomme. Je vous 
envoyé avec cellecy une lettre du Coufin Zuerius, qui comme je croy vous efcrit 
ce qui fe pafle icy parmy les jeunes gens de noftre paijs , car il eft continuellement 
avec eux. c'eft a dire avec Vlaerdingen ») Bogaert '°) van der Nis ") et autres, et 
pafl"ent le temps a jouer et faire bonne chère. Entre tous Jantie van Vlaerdingen eft 
plaifant, a qui j'ay veu tantoft qu'il avoit carofl^e et chevaux, tantoft un cheval feu- 
lement pour aller par la ville, après une chaife, et quelques fois rien du tout , félon 
que fa bourfe efl:oit garnie. Et maintenant elle eft tout a fait vuide. Si j'avois le 
temps je vous dirois plus de particularitez. Mais vous fcavez a peu près la vie de 
Paris. Efcrivez moy, je vous en fupplie, ce que vous faites a Madrid, et fi vous 
ne commencez pas a vous accouftumer aux chofes qui vous ont chocquees d'abord, 
car je n'en doute pas que vous ne les trouuiez beaucoup plus fupportables a cet 
heure, de mefme qu'il m'en eft arrivé icy. Vale. 



5) Voir la Lettre N°. 820, note 17. 
<^) Voir la Lettre N°. 823, note 12. 
'') Voir la Lettre N°. 823 , note 10. 
8) Consultez la Lettre N°. 8 1 8 , note 5. 
.9) Voir la Lettre N°. Soi, note 4. 
'") Adriaan Bogaert naquit à Delft en 1632: il étudia en droit à Leiden en 1652 et devint plus 

tard membre des „gecommitteerde raden" (conseil député). 
") On connaît Gillis van der Nisse, né en 1617 à Goes, étudiant en droit à Leiden en 1637. 



CORRESPONDANCE. 1661. 



N= 832. 

[CoNSTANTYN HuYGENS , frère] à Christiaan Huygens. 

27 JANVIER 1661. 

La lettre et la copie se trouvent à Leiden , coll. Huygens. 
Clir. Huygens y répondit par le No. 834. 

A la Haye ce 27e Janvier 1661, 

Vous ne receurez pas des lettres de mon Père ny par cet ordinaire, ny par celiiy 
qui le fuivra. Vendredy il reçeut une lettre par laquelle on le mande pour aller 
trouver Madame ') à Cleves à l'occafion de la mort de la PrincefTe Royale ^). 
Comme le lendemain il partit s), et félon le calcul que j'en fais, aura eftè la hier 
au foir. Il pourroit bien arriver, qu'on luy feroit faire le voyage d'Angleterre , et 
mefme dans la lettre, dont je viens de parler, il en eft touché quelque chofe, et 
en ce cas il m'a parlé de vous faire venir la auprès de luy, et de tafcher puis après 
de fe faire donner quelque commifTion pour Paris ■*}, que fcavez qu'il a toujours 
eu grande envie de voir. Mais tout cecy efi: encore bien incertain ; et c'efl pour- 
quoy vous n'en devez rien dire à perfonne, qui que ce foit. Ce voyage fe feroit pour 
les affaires de laTutele, comme fans doubte il en fera bon befoin , poiu" prévenir 
des brouilleries qui ne fe pourront éviter à moins qu'il foit fait des fort bons offices 
entre deux. d'Angleterre on nous mande que la PrincefTe Henriette d'Angleterre ^^ 
efl: aufïï tombée malade de la petite vérole, eflant delja embarquée pour aller en 
France efpoufer le Frère du Roy "), mais cecy vous le fçaurez par des voyes plus 
courtes. Icy la Princeffe Kien 7) mourut dimanche paffé ^) après une longue maladie 
de trois mois, tellement que vous ne devez plus craindre d'auoir la telle rompue 



')_ La Princesse Douairière Amalia van Solms. 

°) Elle raonrnt le 3 janvier 1661. Consultez la Lettre N°. 828. 

3) Constantyn Huygens, père, partit pour Cléves le 22 janvier i65i , après avoir dîné avec le 
Prince Willem III à Leiden [Dagboek]. 

4) Ce voyage de Constantyn Huygens, père, en Angleterre n'eut pas lieu de sitôt, mais le 7 octo- 
bre 1661 il partit pour la France. 

5) Harriet Anne d'Angleterre, fille du roi Charles I" et de Henriette Marie de France, naquit 
à Exeter le 16 juin 1644 et mourut à St. Cloud le 29 juin 1670. Après le rétablissement 
de la monarchie en Angleterre, elle épousa, le 31 mars 1661, Monsieur, le Duc d'Orléans, 
et fut appelée depuis „Madame". 

'') Philippe Duc d'Orléans (dit Monfieur), second fils du roi Louis XIII et d'Anne d'Autriche, 
naquit en 1640 à Paris et mourut en 1701. Il épousa en 1661 Harriet Anne d'Anglçterre et 
en 1671 Charlotte Elisabeth de Bavière. 

") Voir la Lettre N°. 790, note 5. 

^) C'était le 23 janvier. 



CORRESPONDANCE. 1661. 229 



des nouvelles de fa fanté '). Toorbroer '°) nous efcric les plus plaifantes lettres du 
monde de Madrid, et le plaint fort de vous, dont il dit n'auoir receu lettre aucune 
jufques au 29. décembre datte de fes dernières. Vous n'aviez que faire de prendre 
le deuil ") pour la mort de la PrincefTe mon Père n'ayant pas jugé neceflaire 
que moy je le fiffe. Adieu. 

Ce fol de St. Agate "} eft encore à Amfterdam et ne m'a pas envoyé mon livre. 

A Monfieur 
Monfieur Huijgens de Zuijlichem. 

A 

Paris. 



N^ 833. 

N. Heinsius à Christiaan Huygens. 

28 JANVIER 1661. 

La lettre se trouve à Leiiîeii, coll. Huygens. 
Chr. Huygens y répondit par le No. 838. 

NicoLAus Heinsius Dan. F. Christiano Hugenio Const. F. 

S. P. D. 

Daturus nonnihil literarum ad Capellanum noftrum, occafionem tam oportunam 
arripiendam duxi , qua et te falutarem , quem frequentiffimum adefTe Capellano 
minime ignorabam. Quas Florentiâ acceperam Academicorum diflertationes ') Ma- 
thematicas una cum Sereniffimi Leopoldi literis -) refte ad te perlatas fuilTe vehe- 
menter laetor. Pofi:ea nunciavit Carolus Datus libellum tuum s), quem futiliffimis 
Euftachij quifquilijs ^^ doctum argutumque oppofuifti, quemque ego Florentiam 
curavi paucis ante difcefTum tuum diebus, non modo illuc perlatum fuiffe, led 
praelo quoque typographico rurfus commifTum, quod unicum eius exemplar in 
Etruriam allatum immenfae curiofitati Italorum minus refpondere videretur : unam 



9) Consultez la Lettre N°. 810. 

'°) C'est-à-dire „frère Toot", nom familier de Lodewijk Huygens. 

") Le 19 janvier 1661 Christiaan Huygens avait pris le deuil [Reys-Verhael]. Nous ne connois- 

sons aucune lettre, dans laquelle Chr. Huygens en donne avis. 
^") Jacob Boreel. Voir la Lettre N°. 822 , note 3. 



') Voir les Appendices N°=. 795 à ; 

") Voir la Lettre N°. 794. 

2) La „Brevis Assertio". 

"*) La „Brevis Annotatio". 



CORRESPONDANCE. 1661. 



tamen alteramque periodum iufîli Principis, cuius audlorkate nova libelli editio 
fit adornata, inde fublatas efle, cum neque caufam Syftematis Saturnij tuerentur, 
ec ecclefiam Romanam viderentur ofFenfurae. Hoc ne in fequiorem partem inter- 
preceris faftum rogat obfecratquc vehementer is ipfe Dams. Velim , fi res tuae fie 
ferant, Capellanum deducas ad Illufi:riflimi Beuningij aedes, qui ardet impenfe 
virum tôt virtutibus infi:ruftum cognofcere et coram intueri. quo officio non me 
tantum , fed Beuningium quoque ipfijm haud leviter demereberis , virum ut fois , 
literis ac literatis hominibus valde fi:udentem. Clariflîmo Brunetto etiam atque 
etiam me commendes rogo. De pifturis Chinicis 5) quod eius nomine a me petis, 
Voifio nofl:ro fignificavi : fed caufatur illc , quod nec ignoras faftum , a Doufa *) 
eas in Britanniam clam eiïe afportatas , nec haftenus fibi redditas. BuUialdus hef- 
terno demum die poil: longas procraftinationes itér Polonicum efl: aufpicatus. Vli- 
tium ^) ex Brittania mox reducem iubemus expeftare , cuius fpes illic terrarum 
profiiratae ac pefiTum datae funt per inopinatam mortera patronae fuae ^). Rumor 
efl: , et quidem confl:ans , Reginam Suecorum ^) brevi nobis adfuturam. Tta fit , ut 
Arftoum iter in Aprilem menfem aut in exitum Martij fini dilaturus. Interea fore 
auguror, ut et tu patriae refliituaris, quanquam fingularis mea in te obfervantia 
facit , ne meam ego voluptatem meaque commoda tuis potiora ducam. Novi au- 
tem et fcio , quantum fruftûs ad te redundet ex quotidiano illo cum viris longe 
praefl:antifllmis congreflîi, quorum nuUibi maiorem copiam, quam Luteciae, fit 
invenire. Ex his fi qui funt mihi faventes , ijs ut me conciliare pergas , unice te 
rogo. Vale , Vir Eximie, et me virtutum tuarum cultorem praecipuum, quod 
haclenus facis, ama. Dabam Hagae Comitis cioioclxi. ad diem xxviii Januarij. 



5) Consultez la Lettre N°. 809. 

<*) Antony van der Does naquit en 1610 à la Haye et monrnt en 1680. Il était peintre de 
portraits. 

") Jan van Vliet avait passé quelque temps à Londres, probablement à cause de ses possessions 
à Hattieldchase, et avait offert au roi Charles II son poème „Carolus redux", écrit à l'occa- 
sion de l'avènement de celui-ci au trône en 1660. 

^) La Princesse Royale, qui lui avait fait espérer d'être créé chevalier. 

^) La reine Christine. Consultez la Lettre N°. 6y , note 3. 



CORRESPONDANCE. l66l. 23 1 



N= 834. 

Christiaan Huygens à [Constantyn Huygens, frère]. 

4 FÉVRIER 1661. 

La lettre et la copie se trouvent h Leiden, coll. Huygens. 
Elle est la réponse aux Nos. 830 et 832. Const. Huygens, frère, y répondit par le No. 836. 

A Paris ce 4 Février 1661. 

Je refponds a deux des vollres dont la première '} commence et la dernière ^) 
finit par des expoftulations contre le Marquis de St. Agathe s), les quelles font très 
julles et vous ne fcauriez rien dire de luy qui ne foit au deflbus de fon mérite. Mon- 
fieur de Seventer '^) eftoit défia parti devant que la mufique pour mon Père fuft 
achevée et qiie j'eufie acheté voftre livre s). Quant aux particularitez, qui concernent 
les affaires de la Tutele et le teflament de la Princefie vous m'avez fait plaifir de 
me les apprendre puis que mon Père les tient cachées comme ne les ofant confier au 
papier. Je fuis très marry de la perte que nous venons de faire d'un bon voifin *) et 
d'une belle voifine '), la quelle efi: auffi fort regrettée icy par fa bonne amie Made- 
moifelle Boreel ^). Je gagerois bien 10 contre un que l'ainee des Rijclcerties quoy 
qu'elle fe mette a reparer la perte du genre humain ne fera jamais une fi belle fille. 
Outre celle cy et fa foeur le frère de Moggerfhil en adjoufte encore bien d'autres 
qui ont tous mefme defl"ein de bien faire, comme Mademoifelle d'Aernhem et 
l'aifne des Villers, le conte de Flodorp et Mademoifelle des Loges, le gros Gans 
avec lune des Pauties , des quels derniers vous ne pouuez pas avoir ignoré, lundy 
dernier 5") par un grand hazard je me fuis rencontré ou efi:oyent vos ancienes incli- 
nations Mademoifelle Mouchon '°), que je trouuay encore tout auflî belle et fraifche 
que 5 ans auparavant. Ce fut au cheur de l'Eglife notre dame en haut dans une 
galerie, ou j'efl:ois avec Meffieurs nos ambaffadeurs et Madame de Gent ") 



') La Lettre N". 830. 

-) Voir la Lettre N°. 832. 

3) Jacob Boreel. Voir la Lettre N°. 822 , note 3. 

♦) Huygens désigne Philips Soete de Villers. Voir la Lettre N°. 812 , note 2. 

■'') Baglioni, Vite dei pittori e architetti. 

'') Navander. Voir la Lettre N°. 830, note 9. 

") Catharina Kien. Voir la Lettre N°. 790, note 5. 

^) Mademoiselle Boreel, fille de l'ambassadeur Willem Boreel (voir la Lettre N°. 163, note 6) 
et de Jacoba Carels, s'appelait Demoiselle de St. Aagt. Après la mort de sa mère, en 1657, 
elle fit les honneurs de la maison de son père à Paris, ce qui leur attira beaucoup de visiteurs. 
Vers 1670 elle épousa le Marquis de Rassan. 

S) Le 31 janvier 1661. 

'°) Voir la Lettre N°. 231 , note I. ^ 

") Eggerit Adriana Sybilla van Ripperda. Voir la Lettre ]N!°. 823 , note 7. 



CORRESPONDANCE. 1661. 



pour veoir la cerimonie '^) des obfeques du duc d'Orléans '3), c'eft a dire la cha- 
pelle ardente, l'Eglife tendue de deuil, et la cour de Parlement, chambres des 
comptes, et princes du fang "f) alTemblez, pour entendre le Requiem. Je paiïe les 
autres particularitez. du lieu ou regardoyent leur Excellences l'on chaïïa tout le 
monde et pourtant je ne fcay comment Mademoifelle Mouchon avec une autre cré- 
ature qu'elle appelloit fa confine '^^ et qui luy céda beaucoup en beauté, y eftoyent 
reliées, et parce qu'on les voyoit aïïez bien parées on ne les appella que madame. 
Elle entretint continuellement Monfieur van Beuningen et la confine d'autre 
coflè Mademoifelle de Gent "'). moy voyant quelle ne me connoifToit plus je ne fis 
aufll iemblant de rien , et la laiffay jouir du plaifir qu'elle avoit a eftre prife pour 
quelque chofe. Je ne voy J. van Vlaerdingen '^^ que parfois chez les ambaffadeurs 
ou il va difner aflez fouuent om het vrije kojjîe '®) car c'efl: la fon mot. au refte il 
pafle le temps le matin a monter a cheval dans une académie , l'aprefdinee a jouer 
ou a veoir la comédie , et quelque fois des belles filles, mais de cecy gardez vous 
de n'en rien dire. Il a efl:è quelque temps fenza denari, et van der Hoeven ^'^ chez 
les ambafiadeurs luy en fait inceffament la guerre, /^«//V ^/«/.f^oor/oz/w, dit il, 
foo je me een gomve louis kunt laeten fîen -°} , en tirant une pièce de 30 Ibus de fa 
poche. Il a entretenu quelque temps un carofie de louage; après il acheta un 
cheval pour aller par les rues, lequel je ne fcay a quelle condition il donna a fon 
maifl:re de danfe. maintenant je croy qu'il fe fert de porteurs de chaife quand il 
en a affaire, comme moy. au refi:e il efl: toufjours plaifant et de bonne humeur, et ne 
fera jamais autre. Je fus dernièrement veoir le Blond"') qui eft celuy qui a les 
tailles douces de Callot, mais comme il efi: moitié fou il m'entretint contre mon grè 
plus d'une heure et demie de fes avantures et de l'hiftoire de quelques defl^ins 
d'Italie qu'il nous monilra. Et enfin comme je demanday a veoir les chofes de Cal- 
lot il me dit qu'il efl:oit trop tard a ce foir pour les chercher. l'y dois bientofl: 



'^) Cette «cérémonie" eut lien une année après la mort du défunt, comme fête mortuaire. 

'3) Gaston Jean Baptiste de France mourut le 2 février 1660 à Blois. Consultez la Let- 
tre N°. 231 , note I. 

''*) „le duc d'Anjou, Prince de Condé, et duc d'Anguien [lisez: Enghien], avec 
des robbes traînantes de 7 aunes, et des bonnets quarrez et des capuchons". 
[Reys-Verliael]. 

'5) Peut-être était-ce la Manon dont il est question dans les Lettres Nos. 038 , 240 et 245. 

''') Anna Sybilla van Gent, quatrième enfant de Johan van Gent (voir la Lettre N°. 527, 
note i). 

'") Voir la Lettre N°. 80 1 , note 4. 

'8) Traduction : pour la franche lippée. 

'^) Peut-être s'agit-t-il de 

Cornelis Jacobus van der Hoeven, qui plus tard servit dans la marine des Provinces-Unies, 
comme brûlottier. 

-°) Traduction: Jeannot, c'est pour toi, si tu peux me faire voir un louis d'or. 

^'} Jean le Blond était peintre ordinaire du roi. 



CORRESPONDANCE. 1661. 233 



retourner pour auoir un certain livre nouueau des bailiraents du Pautre ""') pour le 
frère de Moggerfhil. mais je voy bien qu'il efl: fort cher de forte que je ne fcay fi 
je feray rien pour vous. 

Monfieur Ménage me mena il y a quelques jours dans la bibliothèque de Mon- 
feigneur le Cardinal, ou l'on avoit eftalè une grande quantité des plus beaux ta- 
bleaux d'Italie, que l'on croit que Son Excellence acheptera tous -2). Je vous 
fouhaitay la pour veoir un fi bel amas de chofes exquifes, de Titien -'*), Paulo 
Veronefe, Michel Ange, &c. car jamais je ne vis rien d'approchant. Entre 
autres il y avoit l'original ^^^ du Marquis del Guafto -'') et fa femme, dont vous 
avez copié la copie. Dites a Monfieur Bifichop qu'il laiflè la de vliegende Plat- 
luijs °'') et qu'il viene a Paris pour faire des defeigns après ces pièces. l'ay veu le 
commencement de la foire St. Germain que l'on ouurit hier, et me refoudrois 
bientofl: a cet heure au retour; mais il faut a ce que je voy, attendre quels ordres 
mon Père me donnera. Vale. 

l'ay efcrit deux lettres -^) au frère en Efpagne et en ay receu autant -^) de luy. 
le ferois fort marry s'il n'eufi: pas receu les mienes. 



--) Voir la Lettre N°. 820. note 20. 

^■') „Beaiix Tableaux Italiens apartenant à Jabach. Monsieur Fouquet les a achetez pour 
80 mille escus" [Reys-Verbael], 

-'^) Tiziano Vecellio (le Titien)j fils de Gregorio Vecellio et de Lucia de Venise, naquit en 
1477 à Cadore, et mourut à Venise le 27 août 1576. 

"') On connaicdeux de ces portraits: l'un, où il harangue ses soldats, se trouve au Musée de Ma- 
drid, l'autre, où il caresse sa maîtresse, au Musée du Louvre. 

*") Louis Béranger du Guasta naquit vers 1545 et fut assassiné à Paris le 31 octobre 1575. 11 
était le premier favori du roi Henri III. 

-") Consultez la Lettre N°. 830. 

"'') Ce sont les Lettres Nos. 823 , 831,3 Lodewijk Huygens. 

"') Nous n'avons pas trouvé ces lettres dans nos collections. Voir la Lettte N°. 831, notes i et 2. 

Œuvres. T. III 30 



234 CORRESPONDANCE. 1661. 



N° 835. 

Ph. Doublet à [Christiaan Huygens]. 

10 FÉVRIER 1661. 

La lettre se trouve à Amsterdam, Archives Municipales. 

de la Haije le loe Febrier 1661. 
Monsieur mon frère. 

Je vous rends grâces de la relation exafte que vous me faittes en voftre dernière ') 
de la vifite que vous auez faitte chez l'Illuftre Sapho -). que je m'eftois jmaginé a 
peu près comme vous me la defcriuez, fur ce que j'en aij leu cij deuant dans la 
loe partie du Cijrus ou elle a fait le portrait de foij mefme foubs ce nom jlluftre. 
Jl me fâche que nous ne pourrons voir de fi longtemps encore , les tailles douces 
de Veau, s) cependant il faudra que nous contentions noftre curiofité, par la def- 
cription que vous me marquez dans la Clelie, que j'auois rencontrée il y a défia 
quelque temps, et foubconnois dez lors que ce ne pouuoit eftre que Veau, par la cir- 
confliance qu'il y a d'un Efcureul, que je fcauois efl:re les armes de Monfieur Fouc- 
quet. J'auois auffi heureufement deuiné que Meleandre deuoit eftre Monfieur le 
Brun'*), ce qui m'eft arriué encore en d'autres endroits du mefme liure ou je pcnlTe 
auoir defcouuert auec aïïez de fucces le véritable lieu des belles difcriptions de 
Palais et Jardins que l'autheur en fait, car comme vous fcauez que je fuis grand 
batifl!èur je prens beaucoup de plaifir a lire et par ce moijen renouueller l'jdee que 
je conferuois encore de ces beaux endroits ou je me fuis promené auec tant de plai- 
fir il ij a cinq ans. Ceft pourquoi] vous m'obligeriez jnfiniment fi vous me pouuiez 
faire auoir par le moijen de la cognoiflance que vous venez de faire auec Mademoi- 
felle de Scuderij, une Clefs) ou explication de tous les noms véritables, propres de 



') Nous ne possédons pas cette lettre dans nos collections. Elle était datée du 4 février [Reys- 

Verhael]. 
*) Madeleine de Scudéry. Voir la Lettre N°. 600, note 1 1. Chr. Huygens, dans son Reys-Ver- 

hael , décrit cette visite ainsi: 

„Le 29 janvier après dinez, Ménage me vint quérir et me mena chez Mademoiselle de 

Scuderi. Corps de jupe noir,robbe de bleumourant, grands yeux noirs, et les cheveux de 

mesme. un peu sourde, me leut les poésies de Monsieur Pelisson et les sienes sur sa fauvette 

et ses amours avec le Roitelet." 

3) Voirla Lettre N°. 829, note 41. 

4) Charles le Brun, d'une famille de Croisy , naquit le 22 mars 161 9 à Paris, où il mourut le 
12 février 1690. Il était peintre renommé et devint successivement directeur de la manu- 
facture des Gobelins, recteur, chancelier et directeur de l'Académie de peinture. Il fut chargé 
par Foucquet, qui lui fit une pension de 12.000 livres , de décorer son palais de Vaux. 

5) Chr. Huygens reçut ces Clefs de Cyrus et de Clélie, le 7 et le 9 mars, de Henry Juste! [Reys- 
Verhael]. 

Celui-ci, protestant, secrétaire et conseiller du Roi, recevait chez lui, chaque semaine. 



CORRESPONDANCE. 1661. 235 



defcriptions des beaux Palais et Jardins etc. qui font dans les Ouurages de la ditte 
donzelle. car tous les plus beaux lieux de toutte la France fe trouuent dans fon 
Cijrus et fa Clelie, et dans fon dernier oûurage d'Almahide, j'en aij trouué quel- 
ques uns aflez beaux mais que je n'ay pas pu defchifrer. Je feuillette fes ouurages 
feulement pour cette forte de chofes, qui font fort de mon gouft. comme auffi les 
pourtraits de perfonnages jlluftres de France tant pour leur condition que fcauoir, 
qui fij trouuent auffi en grand nombre, mais dont je ne decouure pas fi aifement les 
véritables noms que de l'autre forte de deicriptions, s'il fen pouuoit recouurer 
quelque elucidation par le moijen fus dit, dont je ne doutte point, ce me feroit faire 
plaifir. 

Je vous prie de me faire fcauoir fi vous auez touché les cinquante efcus dont 
jauois prié *) Monfieur van Gangel ■'), afin que je les puiiïe au plus toft faire paijer 
icij au Sieur Hoeuft ^). 

Sans doutte vous aurez défia fait quelque obferuation fur la Comette qui a parue 
icij depuis quelques jours, depuis quattre heures du matin jufques a fix vers le 
Suijd Ooft ^). A Leijde on en a fait des obferuations fur l'Uraniburgum qui ell; 
fur l'accademie depuis quelques jours en ca mais je n'en fcaij point des particulari- 
tez encore , fans doutte le frère de Zeelhem vous mandera ce qu'il en a veu par 
fes lunettes d'approche. 

Jl ne s'efl: rien pailé de remarquable icij depuis ma dernière '°), peut eftre vous 
aura t'on dit que la nouuelle du Conte de Flodorp et Mademoifelle des Loges eft 
ïnu^e , et tout le monde icij commencoit a croire qu'il nen eiloit rien, mais le 
Seigneur van der Mijl ") en a parlé tout autrement peu de jours pafl"ez a noftre 
Papa, tellement que je ne doutte nullement que cela ne fe fafl^e. 

L'autre jour le Sieur Gronouius '^) a efi:é eleu Reélor Magnificus en la place du 



beaucoup de savants; en 1681 , il se défit de sa belle bibliothèque, riche en manuscrits, et se 

réfugia en Angleterre; il fut nommé Gardien de la bibliothèque royale de St. James. 
<^) Voir la Lettre N°. 829, dans laquelle était incluse une lettre de change à M. van Gangel. 
'') Voir la Lettre N°. 239, note 2. 
^) Mattheiis Hoeufft, Seigneur de Buttingen, Zandvoort et Oyen, fils de Diederik Hoeufft et 

de Anna Luis, naquit, le 3 avril 1606, à Dordrecht et mourut à la Haye le 8 avril 1669. 11 

épousa en 1639 Elisabeth Ghim et en secondes noces, en 1645, Maria Sweerts de Landas. 

Il était membre des Etats Généraux et habitait la Maison de Brunswijk à la Haye. 
9) Consultez l'ouvrage suivant: 

Hollandfche Mercurius. Behelzende de aldergedenckvvaerdigfle Voorvallen in Europa. 

In 't jaer 1661. Twaalfde Deel. t'Amfterdam, Voor de Weduwe van Jan Janfz. Brouwer. 

Anno 1661. in-4°. On y trouve aux pages 35, 36, (Febriiarij 1661) les observations de 

Kechelius à Hollenstein, du 2 au 1 2 février, avec deux figures. 
'°) Voir la Lettre N°. 829. 
") Engelbert van der Mijl, fils de Nicolaas van der Mijl et de Geertrui van Royen van Payen- 

burg, était général d'artillerie. Il épousa Catharina Halling. 
") Voir la Lettre N". 474, note 4. 



236 CORRESPONDANCE. 1661. 

Sieur Vorftius ''), a Leijde a ce que me mande van Leeuwen '*), qui nous a tenu 
compagnie quelque cept ou huiét jours chez nous auec fa femme '5^, et s'en font 
retournez a noftre grand regret. 

On parle de quelque deffein du cadet de Watervliet '*) pour mademoifelle 
Jda. mais je ne puis encore m'aperceuoir fi c'eft auec fondement. 

Je fuis rauij d'entendre que vous allez faire encore un tour en Engleterre, et 
marrij tout enfemble, pour eftre reculé de l'efperance que j'auois de vous pouuoir 
reuoir bien toil en ce paijs, pour apprendre mille belles chofes de voftre bouche que 
je ne puis pas fcauoir par vos lettres, qui me font jnfiniment agréables. Le frère 
Efpagnol '") iera fans doutte bien jaloux du voijage que vous allez faire, car je vois 
bien par ces lettres, qu'il a doreihauant tout fon faoul de l'Efpagne et qu'il prefe- 
reroit bien Londres pour Madrid. Adieu je fuis 

Monsieur mon Frère 

Voftre très afFeélioné Seruiteur et Frère 
Ph. Doublet. 

Toutte noftre famille vous baiie les mains. 



N= 83(5. 

[CoNSTANTYN HuYGENS, frère] à Christiaan Huygens. 

lO FÉVRIER [1661]. 

La lettre et la copie se trouvent à Leiden , coll. Huygens. 
Elle est la réponse au No, 834. 

A la Haye le lo Février 1660 '). 

J'ay receu voftre dernière du 4e au commencement de laquelle vous parlez du 
Sieur de St. Agate, duquel j'ay enfin eu mon liure après le luy auoir fait demander 



'3) Voir la Lettre N°. 163 , note I . 

'+) Voir la Lettre N°. 237, note i. 

'5) Alida Paets. Voir la Lettre N°. 237 , note 4. 

''5} Emmery van Watervliet, seigneur de 's Heer Hendrikskinderen mourut en 1685. Il fut 

échevin et bourgmestre de Coes, et, en 1669, épousa Cornelia van Dorp. 
'') Lodewijk Huygens. 

') Lisez: 1661. 



CORRESPONDANCE. 1661. 237 



par deux fois. Il n'a point encore elle icy, et à moins de faire ce que j'ay fait pro- 
bablement mon livre ièroit encor à venir. Peu de temps après qu'il fut arriué à 
Amfterdam, il fut nominé pour élire efcheuin, comme en fuite il l'a efté fait, cette 
affaire ayant efté préparée par Ion Père "') comme je croy auant qu'il partit d'icy ce 
qui luy eftoit aile par le moyen de Monfieur de Polfbrouck '^, lequel eft fort de 
lés amys. Mon Père eft revenu de Cleue bien fatiffait de l'acceuil qu'il y a receu, 
mais n'ira pas en Angleterre ou Monfieur l'Elefteur envoyé le Prince Maurice *) et 
le Sieur Wyman ') comme lans doubte mon Père vous mande, et de mefme comment 
il a deflein de vous faire pafler dans le dit pais pour y aller trouver ce Prince, chofe 
dont je m'alTeure que ferez trefcontent, deuant auoir occafion par là tant pour vous 
perfectionner dans la langue comme pour aller voir touts ces faifeurs d'Almanacs 
et de lunettes d'approche, qui font de voftre connoilTance. Je fuis très aife d'enten- 
dre que la Mouchon eft encores en eftre, et très fafché de ce que vous ne luy avez 
pas parlé ny rien dit de moy. Je fais eftat maintenant que je fcay qu'ell' eft encor 
au monde de luy efcrire un compliment par le prochain ordinaire pour l'afleurer 
du fouvenir que j'ay de fes potages. Je ne doubte pas que n'ayez veu le nouveau 
Comète qui paroift icy depuis quelques jours du cofte de l'Orient. Je me levay hier 
a 3 heures et montay par un grand froid au hault de noftre maifon fans le pouvoir 
trouver, eftant encore trop proche de l'horizon, mais depuis y eftant retourné a 5. 
je le vis d'abord qui eftoit delja efleué de quelque 30. degrés, et reconnoiftable 
mefme fans lunettes d'approche, auec lefquelles je le puis voir de ma chambre à 
l'aife. Je l'ay veu avec les grandes que nous avons, mais par ce que fa lumière 
eft alTez foible, je trouve qu' avec celles de cinq pieds on en découvre tout autant 
de perfeftion qu'avec les autres. Je n'ay que faire de vous dire les particularités 
de mon obferuation par ce que je fcay que vous en aurez fait par de là vous mefmes 
auec la lunette qu' avez emportée. Je vous diray feulement que cette nuift paftee 
je croy que la moitjé des habitants de ce lieu a efté en campagne pour aller voir 
ce nouveau phénomène, et que depuis les trois heures jufques a ce qu'il a com- 
mencé à faire jour je n'ay pu dormir à caufe du tintamarre que faifoyent les gens 
qui alloyent et revenoyent par la rue comme en proceflîon. Il me tarde fort 
d'entendre quand et comment cette Comète vous eft apparue , eftant chofe que 
je fcay qu'il y a long temps que vous la defirez. 



") ,Sur Willem Boreel consultez la Lettre N°. 63 , note 6. 

3) Cornelis de Graeff, Seigneur de Zuidpolsbroek, Purmerland et Ilpendam, fils du bourg- 
mestre d'Amsterdam Jacob de Graeff et d'Alida Boelens, naquit le 15 octobre 1599 ^ 
Amsterdam, où il décéda vers 1664. Directeur de la compagnie des Indes Orientales et 
bourgmestre d'Amsterdam, il avait beaucoup d'influence et fut plusieurs fois chargé de mis- 
sions diplomatiques. Il épousa, en novembre 1633, Geertruid Overlander et, après la mort 
de celle-ci, en août 1635, Catharina Hooft, fille du bourgmestre d'Amsterdam Pieter Jansz. 
Hooft. 

•*) Johan Maurits van Nassau- Siegen. Voir la Lettre N°. 10 , note 3. 

5) Weytmann appartenait à la suite de l'Electeur. 



aC^S CORRESPONDANCE. 1661. 



Des mariages dont je vous puis auoir efcrit par le pafle il ne s'en fait aucun 
julques à prefent, melmes plufjeurs de ces affaires qu'on croyoit bien avancées 
reculent plus qu'elles n'auancent comm' entr' autres celle de Margrietje'') laquelle 
s'efi: terminée à ce que l'on dit par un refus, ou quelque chofe de bien approchant, 
le Caualier ^^ pourtant continue toujours fes vifites et ne quitte pas encore la par- 
tie, tellement que je ne icay ce qu'il en faut juger. Droll: fait touijours la cour à la 
cadette avec grand empreflement, mais je doubte pourtant beaucoup du fucces. de 
l'affaire de Flodorp on parle avec quelque certitude, mefme chez la fille, et l'on 
dit qu'il s'efl donné des promefTes de cofté et d'autre. Je vous prie de voir les 
pièces de Callot qu'a le Blond, et fi Ion en pourroit auoir une a deux a bon mar- 
ché, car à moins de cela il vaudra mieux de les laifTer là, mandez moy auffi un 
peu quels defifeins d'Italie il a et s'ils vous femblent bien bons. Adio. 

A Monfieur 
Monfieur Huijgens de Zulichem 

à Paris. 



N° 837. 

Christiaan Huygens à Constantyn Huygens, frère. 

II FÉVRIER 1661. 

La lettre se trouve à Le'ulen, coll. Huygens. 
Const. Huygens, frère, y répondit par le No. 840. 

A Paris, ce 1 1 Febrier 1661. 

Je n'ay rien eu ny de mon Père ny de vous par ce dernier ordinaire et auffi je ne 
vous efcris rien, ne croyez pas pourtant que c'efi: pour me revencher mais par ce 
que je n'ay pas le temps de vous rien mander ayant rodé tout ce jour avec le duc 
de Roanes ') par toute la ville, qui vient feulement de me ramener a cet heure 



*) Margaretha llijckaert. Voir la Lettre N°. 820, note 14. 
'') Adriaan Pauw. Voir la Lettre N°. 828 , note 7. 



') Artus Gouffier Duc de Roanez, mort le 4 octobre 1696 a St. Just près de Méry-sur-Seine. 
Il était fils de Henri Gouffier, Marquis de Boisy (tué en 1639) ^^ petit-fils de Louis de Gouf- 
fier Duc de Roanez (mort en 1642). 



CORRESPONDANCE. 1661. 239 



chez moy. Je vous ay acheté l'éventail de Callot et le portrait de Cofmus -) de 
Medicis pour a efcus ^'). voila ce que j'ay de plus important a vous faire fcavoir. 
Mon Père aura la bonté de me pardonner pour cette fois, et me fera bien toft fca- 
voir comme j'efperc fi je dois venir en Hollande ou en Angleterre. Vale et ayez 
foin je vous prie de cette lettre a Heinfius '^). 

A Monfieur Monfieur nE Zeelhem 
chez Monfieur de Zulichem &c. 

A 

la Haye. 



N° 838. 

Christiaan HiiYGENS à N. Heinsius. 

I I FÉVRIER I 66 I . 

La lettre se troure à Leiiîer?, coll. Barman. 
Elle est la réjmnse au No. 833. N. Heinsius y répondit par les Nos. 841, 845. 

Chr. Hugenius Nicolao Heinsio D. F. S. P. 

Quod ad acceptiffimas tuas non continuo refponderim, quodque etiam nunc obiter 
ac paucis refpondeo non equidem negotia mea in caufa funt, nulla enim habeo. fed 
amicorum interpellationes crebrae qui ne unum quidem diem illum, quem fcribendis 
epiftolis dicare folitus fum, mihi liberum relinquunt. libellum meum ') quo Eufta- 
chio Divino refpondi Florentiam perveniiïe ex te primum intellexi, in cujus nova 
editione -) fi quid Sereniffinius Princeps Leopoldus mutavit aut expunxit, velim 
nolim id boni confulere debeo; cum tamen ita illi facere vifum fuerit, miror non 
faltem exemplar aliquod ad me perferri curaffe. Sed ille fortafle mifit jam diu. 
delitefcit autem alicubi una cum literis de quibus ante dies paucos aliquid inaudivi. 



^) Un des trois Cosmo, Grands-Ducs de Florence. 

3) Hnygens les acheta le 8 février chez le Blond [Reys-Verhael]. 

4) Voir la Lettre N°. 838. 



') Il s'agit de la Brevis Assertio. 
°) Consultez la Lettre N°. 833. 



240 CORRESPONDANCE. 1661. 



Ajiint enim Epifcopum de Bezieres s) qui in hac ank res agit Magni Hetruriae 
Ducis Ceum vero convenire ipfe necdum potui) literas heic accepiffe quas mihi tra- 
deret; cum autem invenirc me nequiret, in Hollandiam eas miiiffe. Sed ab eo jam 
tantuni temporis praeterijt uc facile hue rcraeare potuerint, ac proinde maleme- 
tuo ne mihi interciderint. De Capellanio ad Illulh-iffimum Beuningium deducendo 
nihil me admonerc aut rogare opns erat, jam diu enim ad hoc operam illi meam 
ohtuleram; fed ipfe difFerre coaftus fuit, eo quod nec lefticae jaftationem, nec 
geftationem qualis hic in ufu eft, perferre valeat. Craftino tamen hic aderit puto, 
tumque una ad Beuningium pergemus. Bullialdum denique profeftum effe acce- 
peram, fed et literas ■*) ad me dediffe, quas item deperditas eflc oportet. De Voffio 
non ita mihi fcribere videris quafi jam in Britanniam trajeciflet ■"), quae tamen 
omnium hic opinio eft. De meo reditu non eft quod certo affirmem; patris enim 
juffa expedo, quibus vel donium revocabor, vel trans mare tendere jubebor ubi 
Clariflimum Vofîîum me reperturum credebam. Scio intérim nufquam jucundius 
quam in hac urbe me vifturum ubi leftiffimorum hominum confortium, ac fingu- 
laris humanitas magis ac magis in dies me devinciimt. Inter hos vel praecipuos effe 
fcias Menagium Capellaniumque, qui licet inter fe ab aliquo temporeinfenli vivant 
infeiliique, in me amando omnique officiorum génère demcrendounicèconfentiunt. 
Certum autem eft illos hoc impenfius mihi ftudere, quod tibi, quem ex aequo uter- 
que colunt, fciunt effe amiçiffimum. Vale Vir Eximiè et amicis meo nomine falu- 
tem imperti. 

Dabam Lutetiae Parifiorum 1 1 Februarii i66i. 

A Monfieur Monfieur Heinsius, 
Refident de M", les Etats en Suéde. 



A 

la Haye. 



3) Pedro de Bonzi V. Voir la Lettre N°, 825, note i. 

4) En effet, nous n'avons pas retrouvé dans nos collections cette lettre d'Ism. Bonllian. 

5) Isaac Vossius ne passa en Angleterre que plus tard. 



CORRESPONDANCE. 1661. 24 1 



N° 839. 

CoNSTANTYN HuYGENS, père, à Fr. de Dhona. 
14 février 1661. 

La mhnite se trouve à Amsterdam, Académie Royale des Sciences, 

Au Chevalier de Dona. 

14 febrier 1661. 
Monsieur 

Le moins de mon plus (texte fol . . . .) ') en ceftuij Article fera. Vous remercier 
de l'honneur qu'il vous plaiit me déférer en foufFrant qu'il foit faidt reflexion Catop- 
trique du nouueau Luminaire ") fur voftre digne perfonne à la miene tres-chetiue 
et peu capable de fi fortes influences qu'il faut pour expliquer les énigmes d'au de 
là des efpaces imaginaires. Et tout de bon, monfieur, feriez vous homme à vous 
attendre à moy d'une folution dans laquelle toute l'antiquité a hefité; des Demo- 
crites, des Eudoxes, des Epigenes, des ApoUones Mijndiens^), des Callifthenes, 
des Artemidores? Voilà des noms plus effroyables que trente Comètes. Je n'ij 
adjoufl:e point ceux de ces petits meflleurs de Platons ni d'Arifliotes; ils font trop 
ufez pour matière raboteufe. En fin toute cefl:e fçauanre canaille en a efté aux couf- 
teaux, et vous voulez que je détermine, le Coufin Seneque, qui s'efl: meflé de les 
defbrouiller, et luij mefme s'ij embourbe plus que pas un, entre plaifamment en 
difcours, et dit ut à proximis mendacijs incipiam, falfum eft &c. exorde magif- 
tral et dont ie pretens me feruir en occafions d'importance. En voila donc aflez 
pour ma part, fi mon Archimede nous en apprent plus de finefi^e, je fens bien que 
j'auraij de la peine à m'abftenir de vous en faire part. Et fans mentir je croij que 
qui pafi"eroit durant ces belles nuifts par les rues de Paris, il ne fcauroit manquer de 
l'ij veoir ça ou la le Telefcope au poing '*) auec de ces illuftres Collègues mathémati- 
ques à cheuauchons fur les toits , gelyck de vier heems kindere s) , ou comme feu ma 
mère nous comptoit de la nonnain qui dès le troifiefme jour de fon entrée au couvent 
fchrijelïngs op heî dack fat en riep^ Ick wïl mans fien *). de forte que nous aurons 
bonne année d'obferuations et de difcours fur icelles à perte de veûe, au refte, efloig- 
nez de Ja vérité, autant qu'efl: la comète de la chaife percée du grand Turq: difl:ance 



') Constantyn Hiiygens, dans cette minute, n'indique ni l'auteur ni la page qu'il cite. 

^) Il s'agir de la comète qui parut en ces jours de février. 

3) Apollonius Myndicus, astronome , dont les ouvrages se sont perdus, croyait que les comètes 
étaient des étoiles comme le soleil et la lune, et non pas des météores. 

'*) Des lettres postérieures il résulte qu'à Paris le ciel' resta couvert, de sort» qu'il fut impos- 
sible de faire des observations. 

•') Traduction: comme les quatre fils Aymon. 

*) Traduction: fe mit à califourchon fur le toit et cria: Je veux voir des hommes. 

Œuvres. T. IIL 31 



242 CORRESPONDANCE. 1661. 



que les vénérables Citoyens de la Haije aprehendans comme ils entendirent que 
l'Elloile paroifToit au Zud, fe font haftez de courir en foule innombrable Zuydwaert 
0/), jufques op eenBurcht"') vers Voorburgh, et a gueule ouuerte ij euflent auallé le 
Luminaire s'il euft efte mangeable (jaymeraij mieux boire, dit le feruiteur, texte 

fol ) jufques à ce que le froid de la nuift leur fit comprendre , qu'autant en 

pouuoijent ils approcher de leurs feneftres à la Haije. Il me vient toutefois une autre 
penfée fur ce fujeft, et véritablement je croij que grand nombre de ces Courreurs, 
entendans parler de Comète, ont trouué la parole douce, comme qui leur euft dit, 
kom eten ^}. Pour les courreufes, on m'a dit datter veelwaeren^ die in dat gedrang 
geen perren^ maer na vrijers met fleerten fochten 9). Je m'en rapporte et foit dit en 
pafTant par un haeghs kint '°), ad mei memoriam et à la gloire de fes compatriottes. 
Concluant en Baralipton, monfieur, je vous demande la patience de peu de jours, 
pour apprendre ce que nous oferons dire de l'affaire tant de Rabbins badins qui 
en fin finale, et après ij auoir penfé cent et cinq fois (texte fol ) ne nous ap- 
porteront point de vérité approchante de celle que je maintiendraij jufqu'au feu 

exclufiuè (texte fol ) c'eft qu'il n'y a ni n'aura jamais afpect de Comète au Ciel 

tant foit il finiftre ou brouillon qui m'empefche d'eftre fur la fuperficie de terre , 
eftant que je fois deftbus. 



Si mademoifelle de Brederode ") n'eft encor rebutée de nos epigrammes de rue, 
je vous fupplie très humblement de luij faire part de ces deux illuftres, que ma 
chienc de mémoire ne m'auoit pas voulu fournir à Cleve. 

PS. un mot de ferieux touchant l'eftoile : il y en a qui fouftienent qu'elle eft 
anciene et renient par périodes: mefmes y en a qui la nomment comitem Veneris. 
Pour moij je fuis d'aduis qu'il faut attendre que les obferuations de diuerfes Régions 
nous marquent chafcun fa pofition, qui fera fort différente fi elle eft vrayment 
Cometa et fublunaire; fi cefte pofition ne diffère nulle part, il la faut tenir placée 
au firmament comme celle de Caffiopée l'an 1572 où je ne fçauray croire qu'il naifl^e 
des Comètes quoij que des Paiens l'aijent voulu fouftenir, et plufieurs modernes in 
verba jurent et en demeurent d'accord. 



'') Traduction: dans la direftion du Sud, jufques à un château. 

8) Traduction: Viens dîner. 

9) Traduction: qu'il y en avait beaucoup qui dans cette cohue ne cherchaient pas 
des étoiles , mais des amants à queues. 

'°) Traduction: enfant de la Haye. 

") Louisa Cliristina vao Brederode, fille de Johan Wolphard van Brederode et de sa seconde 
épouse Louisa Cliristina van Solms. 



CORRESPONDANCE. 1661. 243 

N= 840. 

[CoNSTANTYN HuYGENS, frère] à ChRistiaan Huygens. 

17 FÉVRIER 1661. 

La lettre et la copie se trouvent à Leiden, coll. Huygens. 
Elle est la réponse au No. 837. 

A la Haye le 17. Febrier 1661. 

Voftre dernière de l'i le, efcrite du flile dont ufoyent jadis ceux de Lacedemon , 
m'a efté rendue , et j'ay eu foin de celle que m'auez envoyée pour Heinfius qui me 
fut voir hier. Je vous remercie beaucoup des deux Tailledouces que m'auez 
acheptées, et vous prie de me les envoyer par le prochain ordinaire dans une lettre 
que pour cet effeft vous pourrez faire de la plus grande forte qu'il fe peut. Pour 
les plys que les Tailledouces recevront je ne m'en mets nullement en peine et fcay 
aflez d'expédients pour les en ofter tout a fait, c'efl: pourquoy je vous prie de ne 
point manquer en cecy. Je m'eftonne comme vous ne dites rien du nouveau Co- 
mète, dont tout le monde s'émancipe à dire tout ce qui luy vient en fantafie, en 
attendant le jugement que vous en ferez, quelques uns mefmes ne luy voulant pas 
accorder le rang parmy les Comètes de marque, et difants que c'eft le vieil qui 
parufl il y a quelques ans, d'autres que c'eft l'eftoile nouvelle qui paruft l'an 1 572. 
d'autres et les plus foux de touts, que c'eft un fatellite de Venus vers ou VolTius 
me fembla pancher l'autre jour m'eftant venu voir icy; tellement que vous ferez 
bien d'y mettre le haut là le pluftoft qu'il fe pourra. Le Frère Louis nous mande par 
fes dernières que jufques à ce temps là il n'auoit encore rien reçeu de vous ') dont 
il fe plaint fort, voyez par quelle voye vous faites adrefler vos lettres. Il parle à 
mon Père de reuenir vers le mois d'Avril en cas qu'il le trouve bon n'y ayant point 
encore d'apparence que l'Ambaflade revienne de quatre ou cinq mois et peut eftre 
pas de tout l'efté; il auroit bien envie de reuenir par l'Angleterre, pour y voir 
couronner le Roy -^ et aller faire la révérence a Miftris Price =') mais mon Père 
tefmoigne qu'il defire de le faire revenir par le chemin le plus court, fans pour- 
tant s'hafarder fur mer. Il mande encore qu'il a efté voir l'Efcurial, et qu'en- 
tre pluljeurs autres chofes rares il y a trouvé une pierre d'aymant qui ne 
pefe que 5. ÎB. et en attire 25. de fer, et dit qu'en ayant frotté un couil:eau, 
pluljeurs jours après il en pouvoit lever deux paires de cifeaux et une clef tout en- 
femble, qui vrayement eft chofe eftrange. je voudrois qu'il y euft adjoufté fi la pierre 
eftoit armée de fer ou point dont il ne fait aucune mention. Le Prince Maurice 



') Christiaan Huygens avait écrit à Lodewijk Huygens les Lettres Nos. 823 et 8?i , le 18 dé- 
cembre 1660 et le 26 janvier 1661. 
-) Le roi Charles H fut couronné le 3 mai 1661. 
3) Mademoiselle Brigitt Price. Consultez la Lettre N°. 863. 



244 CORRESPONDANCE. 1661. 



qui va en Angleterre eft encores a Amfterdam mais fera icy aujourdhuy ou demain 
et dans quelques jours il s'embarquera fi le vent eft bon, tellement que félon toute 
apparence voflre fejour par de là ne fera gueres long; il me tarde fort de que vous 
foyez en Angleterre, quand ce ne feroit que pour voir un peu leurs grandes lunet- 
tes d'approche, et de quelle façon ils s'y prennent pour les faire. La Fille de 
Monfieur Vet +) qui efl icy des Eftats generaulx fut mariée icy le jour d'hier, elle 
efpoufe un grand garçon nommé Munnix frère ou coufin de ceux que vous con- 
noiiïcz. de l'affaire de Margrietje s) de laquelle on difoit l'autre jour qu'elle com- 
mencoit à rétrograder, je commence derechef à auoir bonne opinion et je croy 
que vers le mois de may il y arrivera quelque criie notable. Adieu, n'oubliez pas 
mes tailledouces. 

A Monfieur Monfieur HuycENS de Zuijlichem 

A 

Paris. 



N= 841. 

N. Heinsius à Christiaan Huygens. 
17 février 1661. 

jLa lettre se trouve à Leiden, coll. Huygens. 
Elle est la réponse au No. 838. 

NicoLAus Heinsius 
Christiano Hugenio Viro N'obiliffimo S. P. D. 
Quanquam nihil caufae erat, cur te inviderem Urbium principi Lutetiae, aut dig- 
nifiimis tuo confpeftu Celtis, laetabar tamen haud modice, cum frater tuus nuper 
admodum fpem mihi fecit mox fore, ut pedem ad nos referres. Unice enim cupie- 
bam te praefentem ampleéli ante meum ex patria difceiïlim. At nunc intelligo 
obfecutum te fententiae ac voluntati Illuftris Viri Parentis Tui de adeunda Britan- 
niâ cogitare, priufquam patriam revifas. quem fane nuncium tam ingratum indigne, 
ne quid diffîmulem, tuli, deieftus omni fpe ac fraudatus macurandi recurfùs ad nos tui, 
quem mihi votis flagrantiffimis nuper promitcebam. Voffium vero, Vir nobilifîime, 
apud Britannos fore a te inveniendum, non cftquod opinere: cum is fuâ oranino 
arbitretur interelTe, ut Reginam Chriflinam Aprili menfe nobis adfuturam expeftet 



"t) Jacob Veth, né à Middelbonrg en 1607. Il avait étudié à Leiden et était membre des Etats- 
Généraux depuis 1651. 
5) Margaretha Rijcl^aert. Voir la Lettre N°. 836. 



CORRESPONDANCE. 1661. 245 



ac praeftoletur. Affirmât qiiippe Silyercronius '), ex Suecia ante biduum redux, 
dubium fibi non efTe, de herili ad Batavos noftros fub id tempus excurfii. Velim 
equidem plurimas ob caiiias profeftionem Suecicam differri a me pofTe in adven- 
mm Reginae, fed vix reor integrum id mihi per Proceres noftros fore. Florentia 
epiftolam nuper habui, fed quae flagitaret indicem a me operum Francifci Vietae -) 
inedicorum, nihil praeterea contineret aut praé le ferret ftudioriim noilrorum, nifi 
quod Datus nofter (is enim exararat epiftolam) differtationem =') de Saturni tui 
Zona, quani nuper contexuic, fperare brevi nos iubet. BuUialdum ^^ Hamburgum 
advenilTe ex Langermanni s) literis proxime fum edodtus, qua in urbe aliquamdiii 
videatur haefurus. Capellanum fi Beuningio fiftes, multum me demereberis. Opi- 
ner enim homini advenae et ingeniorum maximo fautori nihil gratins, praeftan- 
tiufque ac numeris omnibus abfolutius oitendi pofie, quam hune virum, in quo vir- 
tus cum elegantia atque urbanitate certat. Simultates, inter illum Menagiumque 
me invito ac nolente exortae funt: optemque vehementer tuam operam conferre 
nonnihil pofle infi:aurandae inter viros egregios concordiae. Menagij officijs mul- 
tum debiturus eft meus Nafo''), cum codices manu exaratos fijppeditarit mihi non- 
nullos vatis optimi, quos lucuhrationibus meis utiles atque oportunos fim expertus. 
Caeterum quod perfuades tibi, hominem officiofiim mea potiiTimum de caufa tuis 
commodis ftudere, nimis profefto modefte de te fentis. cum nulla comitas cuiquam 
tanta fit, ut meritis tuis ingentibus antevertat. Audio Amfiielaedamum appulifie 
fafciculum illum, in quem Commentarij de Maximis et Minimisa) fin exemplaria 
nonnuUa, inter viros hic terrarum literatos dividenda, Vivianus^) congefiî:. Verum 
cum infcriptio fafciculi non me fed Turrianum 9) Legati Hifpanici ") vicinum 
fpeftet, non video, qui deftinata nobis munera confequamur, nifi copiam eorum 
Turrianus nobis faciat. Vale, Vir Summe. Dabam Hagae Comitis. cIdIdclxi. 
ad diem xvii. Februarii. 



') Silverkron était attaché à la légr.tion suédoise à la Haye. 

'j Les œuvres de Viète furent publiées par Fr. van Schooten en 1646. Voir la Lettre N°. 5, 

note 3 1 . 
•5) Autant que nous sachions, cet ouvrage de C. Dati n'a jamais paru. 
+) Boiilliau, parti de Paris le 3 octobre 1660 (voir la Lettre N°. 775, note 15), et de la Haye le 

27 janvier 1661 (voir la Lettre N°. 834), arriva à Danzig le 15 mars 1661 (voir la Lettre 

N°. 853). 
S) Lucas Langermann. Voir la Lettre N°. 652, note 14. 
*) Cette nouvelle édition d'Ovide par N. Heinsius fut publiée en i66i (voir la Lettre N°. 596, 

note 9). 
'') Consultez la Lettre N°. 739 , note 3. 
^) Voir la Lettre N°. 733 , note 3. 
5') Philippe de la Tour, de laTorre, fils de Philips de la Tour et de Hendrika van Culemborgh; il 

épousa successivement une fille de Caspar van Poelgeest et Anna van Dorp. Il était membre 

du conseil de Brabant et mourut le 7 avril 1672. 
'°) Don Estevan de Gamarre, Voir la Lettre N°. 290, note 7. , 



CORRESPONDANCE. 1661. 



Decreveram nonnihil literarum ad Capellanum noftrum his addere, fed per tem- 
poris anguftias non licet. proxime tanto uberius ac verbofius id fiet. 




A Monfieur Monfieur Huygens 

a Paris. 



N= 842. 

[CoNsïANTYN HuYGENs, frère,] à LoDEWijK Huygens, 

17 FÉVRIER 1661. 

La lettre se trouve à Leideii , coll. Huygens. 

A la Haye, le 17 Febrier 1661. 

J'ay receu voftre lettre du 20. Janvier et une autre de quatre lignes fervant de 
couverte à un poulet pour Mademoifelle Rantwyc '), lequel j'ay eu foing de faire 
addreïïer chez Monfieur d' Amerongen -), tellement que vous n'en devez plus efl:re 
en peine. Si vous perfiftez à vouloir revenir fans rAmbafiade je croy que nous nous 
pourrons voir dans le mois d'Avril, car il me femble que mon Perc n'y confentira 
pas mal volontiers; mais fi touts ces meflleurs les nobles plient ainfi bagage, que 
diable deviendra l'honneur de l'ambafiade, de laquelle il me femble qu'elle courra 
les rues comme un cocq que l'on a plumé tout vif, ci ce n'eft que d'icy l'on mande 
une nouvelle recreûe de noblefl"e pour la renforcer; auffi bien dans peu de jours il 
y aura bon nombre de gens qui ne fcauront que faire, s'il efi: véritable comm' on le 
donne pour afleuré, qu'on reformera s) vingt compagnies d'Infanterie de celles qui 
font payées fur cette Prouince, chofe dont pluljeurs perfonnes ne fe reijouifl^ent 
pas bien fort. L'Aymant de l'Efcurial efi tout à fait admirable, mais c'efl: très mal 
fait à vous d'auoir obmis en vofiire defcription de dire fi pour attirer 25. U. de fer il 
eftoitarmé, ou non. d'un cofl:é l'on diroit que fi, veu le grand effort qu'il fait, et de 
l'autre l'on en pourroit doubter à caufe de ce que vous dites de voftre coufteau 
auquel il auoit tant donné de force. 

Voftre colombier eft encor en afl^ez bon eftat, et fes habitants en parfaite fanté 
tant que j'ay peu voir dernièrement quand j'y paflay. Hier on fit prefent à Mon 
Père de quatre Faifants blancs trois poules avec un cocq lequel eft très beau et 



') Mademoiselle van Randwijck, fille d'Arent van Randwijck et de Catharina van Reede: 

cette dernière était la sœur de Gudart Adriaan van Reede. 
-) Godart Adriaan van Reede, seigneur d'Amerongen. Consultez la Lettre N°. 790, note 2. 
3) Ce qui toutefois n'eut pas lieu dans ce temps-là. 



CORRESPONDANCE. 1661. 247 



grand, eftant tout blanc comme de la neige et ayant ces grandes taches vermeilles 
autour des yeux. Le Prince Maurice 4) qui va en Angleterre eft arriué à Amller- 
dam et fera icy aujourdhuy et demain, pour attendre le vent favorable pour le faire 
pafTer la mer. des qu'il fera party mon Père en donnera advis au Frère s) qui eft en 
France pour l'aller trouver, de forte que vous ferez bien de n'envoyer plus vos 
lettres a Paris quand vous voudrez luy efcrire , mais icy pour les addrefTer là ou il 
fera. Vous auiez efcrit à Mon Père de prendre voftre chemin par l'Angleterre mais 
je voy qu'il n'eft pas porté a cela, croyant que le plus court eft le meilleur, comme 
fans doubte il vous en parlera au large. Cependant j'admire les charmes de miftris 
Price ''), laquelle à mon advis poflede une vertu auffi attraftive que l'aymant de l'Ef- 
curial et laquelle fe fait voir en ceux lefquels s'y font une fois frottés. Au refte il 
n'y a rien de nouveau icy fi ce n'eft qu' hier fut mariée la fille de Monfieur Vet ') 
qui eft des Eftats avec un grand Zelandois nommé Munnix ^) frère ou Coufin de 
ceux_ que vous connoifl^ez. de l'affaire de Margrietje ») dont on difoit qu'elle retro- 
gradoit je commence derechef à avoir bonne opinion et vers le mois de may je 
croy qu'il s'y fera quelque crife notable. 

Les nouvelles d'Angleterre vous auront deija dit fans doubte comment on '°) 
pendu et mis en quartiers His Hignis the Lord Proteélor "), et après fiche fa 
tefte triomphale au bout d'une perche, en compagnie de celles de Ireton ") et 
de Bradfhaw^ '3^. Adieu. 

A Monfieur 
Monfieur Louis Huijgens de Zuijlichem 

A Madrid. 



4) Voir la Lettre N°. 10, note 3. 

5) Christiaan Huygens. ' 
«) Voir la Lettre N°. 840,11016 3. 

'') Voir la Lettre N°. 840, note 4. 

8) Voir la Lettre N°. 840. 

î') Voir la Lettre N°. 820, note 14. 

'°) Intercalez: a. 

") Cette exécution des morts eut lieu le 8 décembre 1660. Un quatrième cadavre, celui de Trio- 
mas Pride, fut exhumé et brûlé comme les trois autres. 

Thomas Pride fit la „purgation du Parlement" en faisant arrêter plus de cent membres 
royalistes avant qu'on procéda au procès du roi Charles I; il fut un des juges du monarque 
et signa sa sentence de mort. Il mourut à Nonsuch le 23 octobre 1658. 

") Henry Ireton naquit en 1610 à Attenton (Nottingham) et mourut le 15 novembre 1651 à 
Limerick. Partisan zélé de Cromwell, il épousa Bridget, fille aînée de celui-ci et devint Gou- 
verneur d'Irlande. Il a été enterré dans la Westminster Abbey, d'où son corps fut après ex- 
humé pour être brûlé. 

'3) John Bradshaw naquit en 1586 et mourut le 31 octobre 1659. Avocat anglais, il a siégé dans 
le tribunal qui condamna Charles I. Depuis il devint président du parlement, mais il mourut 
dans l'oubli; son corps fut exhumé et brûlé. 



CORRESPONDANCE. 1661. 



N-- 843. 

Cl-IRISTIAAN HUYGENS à [M. A. RiCCi] '). 
18 FÉVRIER '1661. 

La minute se trouve à Leiden , coll. Huygens. 

Monsieur a Paris, i H Febrier i 66 i. 

Ayant veu il y a quelque jours entre les mains de Monfieur Tevenot voftre grand 
amy et le mien la lettre") qu'il venoit de recevoir de vous, dans la quelle vous me 
faites auffi l'honneur de parler de moy et de mon Syfteme de Saturne avec quelque 
forte d'approbation, je l'ay prié de fouffrir que j'accompagnaffe fa refponce de ce peu 
de lignes, et que je me puiïè fervir de cette occafion pour vous tefmoigner une fois 
combien j'ay de vénération et de refpefl: pour voftre grand mérite. Il y a longtemps 
que j'en fuis inftruit et par la renommée univerfelle, et par ce que Monfieur Sluze 2), 
Monfieur Ghifoni*) et d'autres m'en ont appris, qui m'aflîu-ent tous que parmy 
grand nombre de rares qualitez vous poiïedez encore celle-cy d'eftre l'unique a 
Rome et preique en toute l'Italie qui ait pénétré les plus profondes fubtilitez des 
Mathématiques. Cela eftant Monfieur je ne m'efi:onne point de ce que Son Altefle 
le Sereniffime Prince Leopold fe confie en voftre jugement devant tous les autres 
des productions qui fortent de fon illufl:re académie. Mais j'ay bien fujeft de 
me rejouir de ce que vous ayez approuvé ces dernières qu'il vous a voulu commu- 
niquer tout le premier a Icavoir les doftes difiertations 5) touchant mon dit Syrteme. 
Il y a longtemps que j'ay efcrit a Monfeigneur Son Altefi^e le Prince combien je les 
efl:ime et en effeft elles me iemblent confirmer fi fort mon hypotheie que je ne doute 
prefque point .que mefme le Sieur Euibachio avec le Révérend Père HonoratusFa- 
bri ne fe foyent depuis rangé de mon coftè, et que la refponfe *) que je leur ay faite 
n'ayt elle fuperflue. Mais je neveux pas pourtant me trop flatter de cette efperance ''), 
ny vous entretenir icy de nos controverfes. ne m'eftant propofè autre chofe dans 
cette lettre que de vous demander la continuation de voftre bienveuillance, et fi je 
l'ofe prétendre quelque part dans vofl:re amitié. C'efl: le plus grand bien Monfieur 
que vous puiffiez m'accorder, et lequel je tafcheray de reconnoifire toufjours par 
mes fervices quand il me viendra des occafions ou je puiffe m'employer pour vous, 
faifant profeflîon d'efi:re avec finceritè et refpeél &c. 



') Cette adresse résulte de la lettre de Gnisony, N°. 765. Dans le „Reys-Verhaer' Chr. Huy- 
gens nota avoir écrit ce joiir-lâ une lettre à Ricci. Siù" le manuscrit se trouve par erreur 
l'adresse: Chapelain. 

*) Tlievenot montra cette lettre à Huygens le 1 février 1661. [Reys-Verhael.] 

3) Consultez la Lettre N°. 402. 

"i) Voir la Lettre N°. 765 et surtout la Lettre N°. 789. 

5) Consultez les Appendices Nos. yç,6 à 798. ■ 

*) L'auteur désigne sa „Brcvis Assertio"'. 

~) Huygens a bien deviné : sous peu , nous rencontrerons l'anticrique d'Eustachio de Divinis. 



CORRESPONDANCE. 1661. 249 



N= 844. 

V. CONRART à [CONSTANTYN HuYGENS, père]. 
18 FÉVRIER 1661. 

La lettre se trouve à Paris, coll. Boutron '). 
Coiist. Iluygens, père, y répondit par le No. 847. 

18 Février 1661. 

Monsieur 

J'ay attendu voflre retour de Cléves ^), pour répondre a la lettre que vous me 
fiftes l'honneur de m'écrire, vn peu avant voftre départ. J'aurois pu me fervir de 
ce delay, pour fonger plus longtemps a ce que jaurois a vous dire, & pour vous le 
dire de meilleure grâce; mais comme on dit, que les plus courtes folies font les 
meilleures, j'ay toiàjoin's creii que les lettres qui ne traittent point d'affaires, font 
les plus fupportables, quand elles ne font ni longues, ni préméditées. Auffi, n'en 
faifant que de cette forte, non feulement elles ne font pas propres à donner au 
Public; mais, a moins que d'avoir autant de bonté que vous en avez, mes amis, qui 
font éclairez comme vous, bien loin de les defirer; les devroyent trouver fort mépri- 
fables. C'efl a vous autres Meffieurs les Doftes, à faire rouler les preiïes, & à qui 
toute l'Europe a droit de demander compte, non feulement de leurs occupations, 
mais mefme de leurs divertiffèmens. le ne veux que ce feul argument, Monfieur, 
pour répondre a tous les vollres; bien que je n'en manquaiTe pas de plus grand 
nombre, quand mefme il feroit befoin de les alléguer par douzaines. Mais vous 
eftes trop jufte pour ne vous contenter pas d'vn feul, qui décide fi nettement la 
queilion. Je m'en rapporte mefme a voftre excellent Archiméde, quand il voudra 
parler fincérement, comme il fera, fans doute, lors que la mer nous aura féparez, 
& qu'il fera tefte-à-tefte avec vous, dans voftre cabinet, ou dans quelqu' vue des 
belles allées de voftre Paradis terreftre, dont il m'a fait vue fi belle defcription. Je 
ne crains plus tant qu'il retourne auprès de vous, que je le craignois il y a quelque 
temps; car il a fait icy tant de bonnes, & d'agréables connoiffances, que je ne le 
voy guère plus, que s'il eftoit a la Haye, ou a Zulichem. Au lieu donc que je vous 
conjurois, au commencement, de ne nous le redemander pas fi-toft. Je vous avertis 
aujourd'huy, m^ais en grand fecret, que fi vous n'y prenez garde, on l'arreftera icy, 
pour toujours, & peut-eftre mefme, de fon confentement; car il y trouve tant de 
gens, & tant de compagnies à fon gré, que s'il fe pouvoit partager en vingt ou 
trente parts, tous les jours, il ne contenteroit pas encore tous ceux qui le défirent. 



') Nous devons la copie de cette lettre à l'obligeance de M. Fremy, de l'Institut, gendre de feu 

M. Boutron. 
-) Le 22 janvier 1661 Constantyn Huygens, père, était parti avec le Prince pour Clèves; il en 

revint le 5 février. [Dagboek.] 

Œuvres. T. III. 02 



150 CORRESPONDANCE. I 66 I . 



Il y a trois mois qu'il fait efpérer une vifite, à vne Dame s) de tres-gran'd mérite, avec 
laquelle je luy ay fait faire connoiflance, & il n'a encore pu trouver moyen de la 
luy rendre, quoy qu'il ne le defire pas moins qu'elle, & qu'il ne luy faille qu'vne 
aprés-difnée pour les fatiffaire tous deux. Jugez, après cela, Monfieur, ce que 
peut attendre de luy, vn miférable comme moy, qui n'efi: bon à rien. Certes, fi 
vous vous réfolviez à le venir tirer de cette prefTe, pour empêcher qu'on ne vous 
l'ofte pour toujours (& pleuft a Dieu que vous en priffiez la réfolution dés le prin- 
temps où nous allons entrer!) il me femble que quelque pafTion que Ion eufl, pour 
voir^ & pour gouverner le Père d'vn fi grand-peribnnage, & qui vaut tant par luy- 
mefme, j'empêcherois bien que vous ne m'échapaffiez comme Monfieur voftre fils; 
& je me flate mefme afl!ez, pour croire que voftre amitié m'ayderoit à en venir à 
bout. Je me fervirois, pour cela, d'vne invention afi"ez facile, & afi"ez fure, a mon 
avis, qui feroit de vous mener en mon hermitage, où je pafie, d'ordinaire, tout l'Eilé, 
& vne partie de l'Automne; & bien qu'il ne Ibit ni de grande étendue, ni magnifi- 
que, comme on vous l'a repréfenté, il auroit, fi je ne me trompe, afi"ez d'agrément, 
pour ne vous pas déplaire; & pour moy, il ne me pleut jamais tant, qu'il feroit, 
fi javois le bon-heur de m'y voir avéque vous. J'iray donc vous y attendre, au 
mois de May, & pour fortifier ma foible fanté, afin d'efi:re plus en efl:at de vous 
y receuoir, je recommenceray à prendre du lait, des que j'y feray arrivé; car je 
lens mes humeurs, qui recommencent déjà à s'aigrir, & j'ay fuj et de croire que 
ce fut celuy que je pris l'année pafTée, qui les adoucit ,& qui m'a aydé à paffer 
cet hyver plus doucement, que je n'avois fait les fix ou fept autres précédens. J'ef- 
faiay, il y a deux ans, de ne vivre d'autre chofe, pendant quelques-mois; mais je 
me fuis mieux trouvé de n'en prendre que le matin, en afiez bonne quantité, & de 
vivre, le refte du jour, à mon ordinaire, mais fobrement & régulièrement. Ce fera 
là, Monfieur, (fi j'ay jamais le contentement de vous y tenir) que je vous feray 
bien des queftions, à mon tour que je m'infl:ruiray de mille chofes, qui vous regar- 
dent, & que vous lavez, au dépens de voftre patience; & que je vous protefieray 
du coeur & de la voix, au lieu que je ne le puis, maintenant, que du coeur, & de la 
plume, que je fuis, avec pafiîon, & conftamment, autant que perfonne du monde 

Monsieur 



Voftre tres-humble et tres-obeiffiint ferviteur 

CONRART. 



3) Probablement encore mademoiselle Perriqiiet. Voir la Lettre N°. 249, note , 



CORRESPONDANCE. 1661. 25 1 



N° 845. 

N. Heinsius à Christiaan Huygens. 

24 FÉVRIER 1661. 

La lettre se trouve h Leidcn, coll. l/iirgeas. 
Elle est la réponse an No. 838. 

NicoLAus Heinsius 
Christiano Hugenio Viro Nobiliffimo S. P. D. 

Quod pollremae tuae quns nuper admodum a te accepi, follicitudinem prae fe 
ferebant, fuper ijs literis'), quas Sereniffimum Etruriae Principem Leopoldum ad 
te fcripfifTe, nec curatas elTe, affirmabas; fi fugitivae et erronés forfan inviam reduci 
poïïent, paucis nunc verbis te compellandum duxi. Significat quippe in ultimis fuis 
ac me monet Datus, primo Liuetiam literas eas fuine mifTas, ac poftea Amftelaeda- 
mum, quod Lutetiae non compareres fub id tempus, quo te illic futurum elTe fpem 
dederam. Sed certe, quicunque tandem is eft, cui literae fuere commiflae, oportet 
eum ofRcio parum diligenter efTe perfunflum , qui ipfas literas ad parentis tui aedes 
non curavit perferendas. Rogabo mox Datum, ne gravetur nomen eius") milii indi- 
care, ad quem Florentia Parifios miffae fuere literae. Ita fpes eft fore , ut ex fuga 
retrahantur. Tu intérim inquire apud illos, qui Magni Etruriae Ducis res Lutetiae 
agunt. Addit praeterea Datus Apollonium Pergaeum '') jam ipeftare lucem. Sed 
ei addendum effe Archimedis libellum *). Habes hic ad Capellanium. Vale, Vir 
ex amicis fumme. Dabam manu praepropera. Hagae Comitis clalocLXi ad 
diem xxiv Februarii 

Tuus omni cultu 
NicoLAus Heinsius. 



') Consultez la Lettre N°. 838. 

") C'était l'évêque de Beziers. Voir la Lettre N°, 825, note i. 

3) L'ouvrage décrit dans la Lettre N°. 536, note 2. 

'*) Cet ouvrage porte le titre de Libri Assumptonim. Voir la Lettre N°. 535 , note 5. 



052 CORRESPONDANCE. 1661. 



N= S46. 

Christiaan Huygens à [Lodewijk Huygens]. 
27 février 1661. 

La lettre et la copie se trouvent à Zeiden, coll. Huygens. 

A Paris ce 27 Février 1661. 
Mon FRERE 
Je ne fcaurois vous dire combien cela me fâche d'entendre que les 1 lettres ') 
par les quelles j'ay refpondu a autant des vortres ") ont eftè efgarees, et ne puis 
comprendre comment cela eft arrivé. Je les ay adreffees chez les Ambafladeurs 
d'Hollande à Madrid avec la fuperfcription de voftre nom , mais je fuivray mainte- 
nant voitre confeil et mettray cellecy fous la couverte de Monfieur Boreel. Voftre 
obfervation du merveilleux arc en ciel m'a plue infiniment , et je vous en auois 
remercié, et mefme touché quelque chofe de la caufe dont je croy qu'il eft provenu. 
Je vous manday auffi beaucoup de particularitez touchant les perfonnes que je fré- 
quente icy et les divertiffements de Paris, entre autres je vous parlay de l'affemblée 
chez Monfieur de Montmor , et d'une autre chez une Dame 3) , ou l'on examine 
les Principes de Monfieur des Cartes. Je ne fcaurois vous redire toutes ces 
chofes, mais je m'en remets a ce que je vous en raconteray quand j'auray le bon- 
heur de vous revoir, car je tiens mémoire de tout. J'ay veu il y a 2 mois '^') une 
Comédie Italienne en mufique avec des entrées de ballet s), et Monfieur le 
Premier ra'avoit fi bien placé, que je fus aflls tout proche des 3 niepces ^') de 
Monfeigneur le Cardinal, de forte que je pus les confiderer a loifir. Voyla toute la 
familiarité que j'ay eu avec elles, de la quelle vous n'avez pas fubjeft d'eftre 
envieux. Hier au foir je vis danfer un autre ballet '') au Louvre, ou je fus auffi tref- 



') Voir les Lettres Nos. 823 et 831. 

-) Nous n'avons pas trouvé ces lettres dans nos collections. Voir la Lettre N°. 831, notes i et 2. 

3) Madame de Guéderville. Consultez la Lettre N°. 823. 

'*) Huygens a assisté à cette représentation le 27 novembre 1660 [Reys-Verhael]. 

S) Consultez la pièce N°. 8 1 8. 

*) Savoir: «) Marie Mancini (voir la Lettre N°. 814, note 2). 

^) Hortense Mancini, fille de Lorenzo Mancini et de Hyeronima Mazarini, naquit à Rome 
en 1646, et mourut à Chelsea le 2 juillet 1699. Elle était la nièce favorite du Cardinal 
Mazarin , épousa le 28 février 1661 le Marquis Armand de la Meilleraye, qui prit le nom 
de duc de Mazarin. Elle délaissa son mari, fit beaucoup de voyages et s'établit en 1675 à 
Londres, 
c) Maria Anna Mancini, sœur de Marie et d'Olympe, naquit à Rome en 1646 et mourut à 
Paris en 1714. En 1662 elle épousa Godefroy de la Tour, duc de Bouillon. 
Une quatrième nièce, qui ne semble pas avoir assisté à ce spectacle, s'appelait: 
rt') Olympe Mancini. Elle était la fille du baron Italien Mancini, naquit en 1640 à Rome et 
mourut à Bruxelles le 9 octobre 1708. Elle épousa le 20 février 1657 Eugenius Moritz 
de Savoye, comte de Soissons, qui mourut en 1672. 
") Le ballet de l'Impatience [Reys-Verhael]. 



CORRESPONDANCE. 1661. 253 



bien placé et mefme j'y fis entrer avec moy Monfieur Harfholte ^), (fils du 
Droflart de Brevoort î") qui fauta en l'air avec toute fa famille par le malheur que 
vous fcauez) et Monfieur Falck '°) fils d'un Bourgemeefter ") de Zutphen. Nos 
ambafladeurs avec Madame de Gent et fes filles et Mademoifelle Taillefer y 
furent auffi, mais je ne voulus pas les incommoder en augmentant leur train, 
et aymay mieux d'avoir cette obligation a un confeiller '") au Parlement qui eil: 
de mes amis, la preffe eftoit grande par ce que la fale ne l'efi: gueres; le feu 's), 
dont fans doute vous aurez ouy parler, ayant emporté la galerie des Peintures ou 
l'on avoit bafl:i un beau théâtre, pour y faire danfer ce mefme ballet. J'ay fait plu- 
fieurs fois vos baifemains a Taillefer, et je l'ay efi:è veoir chez Madame de Flava- 
coin-, je luy ay dit ce que vous m'efcrivifl:es de voftre commiffion la quelle auifi 
tort elle me révéla et a Mefdemoifelles de Gent, ou elle vient au prefche tous les 
dimanches. 

J'attends tous les jours ordre pour pafTer en Angleterre ou le Prince Maurice 
qui s'y en va en ambaflade de la part de Monfieur l'Eleéteur de Brandenbourg 
a promis à mon Père qu'il me logera et donnera fa table. Je croy que vous feriez 
bien aife de m'y veoir, a ce que je puis entendre par les lettres du frère de Zeel- 
hem. Mon Père parle d'un voyage a Orange ou il auroit enuie de nous mener 
avec luy, mais qui ne fera pas encore fi tofl:, de forte que je croy qu'auparavant 
nous nous reverrons in patria. le frère m'efcrit *'*) qu'il y a obfervè le comète qui 
paroit depuis quelque temps, et je fuis fi malheureux icy, que je ne l'ay encore 
pu voir a caufe du temps couuert. J'efpere que vous aurez eu la curiofitè de 
le confiderer et de bien remarquer fa forme et autres circonftances. Si Mon- 



^) Anthony van Haersolte van Elsen mourut le 30 juin 1701. En 16-5 il épousa Johanna van 
Haersolte. Il fut drost de Vollenhoven, et obtint Staverden, le Zwaluwenbers, Breeden- 
bout et Kuinre. 

5) Willem van Haersolte van Elsen, fils cadet de Harmen van Haersolte et d'Anna van 
Heuckelom, épousa Catharina van Brakel. Il fut capitaine dans l'armée des Provinces 
Unies et devint drost de Breevoort après la mort de son frère Arent, le 18 juin 1637. Le 
6 juillet 1646 la foudre mit le feu à la poudrière de Breevoort, et lui, sa femme et sept de 
ses enfants sautèrent avec toute la garnison. Son fils Anthony (voir la note 8)., qui se trou- 
vait au pensionnat à Zutfen , fut le seul survivant de la famille. 

'°) Adriaen Valck naquit à Zutfen en 1620 et fut inscrit en octobre 1643 comme étudiant en 
droit à l'Université de Leiden. 

") Willem Valck, né en 1588 à Zutfen, fut inscrit en avril 1610 à l'Université de Leiden 
comme étudiant en droit. 

'-) Le comte de Talouet (Talbouet). [Reys-Verhae!.] 

'3) Ce ballet était arrangé pour le 8 février, mais, par la négligence d'un ouvrier, le feu éclata la 
nuit précédente; la galerie entière, où se trouvait une grande collection de portraits de prin- 
ces français, fut consumée. L'incendie prit de grandes proportions , et selon les gazettes de ce 
temps il ne fut éteint qu' à la suite d'une procession du Saint-sacrement de St. Germain l' Auxer- 
rois, qui fit tourner le vent et mit fin au danger [Hollantfche Mercurius. Februari 1661]. 

'*) Voir la Lettre N°. 836 de Constantyn Huygens, frère. 



^54 CORRESPONDANCE. 1661, 



feigneur le Cardinal meurt pendant cette apparition ce qui pouroit bien ar- 
river, car il eft aflurement trefmal, les poètes diront que cet aftre a eftè fait 
pour luy comme autrefois il y en eut un a la mort de Jules Caefar. La Reine 
d'Angleterre efi: arrivée icy depuis 6 ou 7 jours et j'cfpere de la veoir devant que 
je parte. Je ne m'imagine pas qu'en Angleterre, quand mefme je fcaurois très bien 
la langue, je me puiffe auffi bien divertir qn'icy ou j'ay fait un grand nombre de 
connoiflances, qui a l'envy l'un de l'autre s'eftudient a me procurer toute forte de 
plaifir. Entre autres je fuis fort obligé a Monfieur Ménage, qui m'a donné con- 
noiflance a plufieurs perfonnes illuftres, comme à Mademoifelle de Scudery, 
Madame de Rambouillet 'Q, et autres, a propos de ce nom je vous diray icy dere- 
chef que Madame de Previgny après avoir perfecutè quelque temps fon prétendu 
mary a enfin changé de religion croyant de trouuer par ce moyen beaucoup d'appuy 
parmy les catholiques, et en effed: on dit que les Reines "^) luy en ont fait efperer. 
On a raconté cette converfion et du Seigneur van der Voort fon fils dans la gazette 
burlefque '"). Adieu. 



N= 847. 

CONSTANTYN HuYGENS, pérC, à V. CoNRART. 
3 MARS 1661. 

La minute se trouve à Amsterdam, Académie Royale des Sciences. 
La lettre est la réponse nu No. 844. 

A. M. CONRARD. 

3 Mars 1661. 
Monsieur , 
Me voijci enfin pour décompter auec vous de tant de faueur et ciuilité qu'il 
vous a pieu tefmoigner à mon Archiraede durant le temps que vous m'auez or- 
donné de le laiffer à Paris: mais je vous aduertis, que ce fera fans paijer, et 
qu'il fera neceffaire que vous adjouftiez encor celle patience à celle que vous 
auez prinfe en la conuerfation de ce jeufn' homme, d'attendre qu'où luij ou 



'5) Catherine de Vivonne, marquise de Rambouillet, fille de Jean de Vivonne, marquis de Pi- 
sani, et de Julie Savelli, veuve de Louis des Ursins, naquit à Rome en i588etmourutà 
Paris le 2 décembre 1665. Elle épousa à douze ans Charles d'Angennes, vidame du Mans, 
plus tard marquis de Rambouillet. Comme elle avait horreur du grossier libertinage de la 
cour à Paris , elle se créa une société d'élite, qui fut longtemps renommée. 

"5) Consultez la Lettre N°. 8 1 tJ , note 5. 

'7) Dans un journal, qu'on appelait gazette burlesque, le sieur Loret publiait les bruits de la 
ville et de la cour, et des curiosités de tout genre. Le titre était: 

La Muse Historiqne ou Recueil des Lettres en vers, contenant les nouvelles du temps, écri- 
tes à Son Altesse Mademoiselle de Longueville. Par J. Loret. j 6 livres en 3 volumes in-folio. 
Ces lettres parurent du 4 mai 1650 jusqu'au 28 mars 1665. 



CORRESPONDANCE. 1661. 255 



moij deuenions capables de nous defcharger de tant d'obligation. Le coeur me 
dit bien que c'ell vous mal affigner, puis que tous deux enfemble ne pourrons 
jamais fournir à la debte; mais ce mefme coeur fe fie fi auant de la bonté natu- 
relle du vollre, par tant de prennes que nous en auons, qu'il m'anime à croire, que 
vous elles honime à foufFrir plus tort qu'on vous doibue bien, que de vous veoir mal 
payée, et en monoije de bas alloij, comme fera toufiours la miene au regard la vortre, 
ce qui vous compete dans la dernière équité. En laifllint donc là ce mauuais difcours 
auec autant d'auerfion qu'en ont les endebtez de leurs papiers, je tourne à vous dire, 
Monfieur, qu'enfuitte de l'aduertiflement que vous venez de me donner j'aduertis 
mon pèlerin que là ou il eft il n'a point de Cité permanente et l'arraclie d'entre la 
prefie de tant d'amitiez qu'il a eu l'honneur de s'acquérir en vortre Monde, et ce 
pour complaire en partie a noftre excellent Monfieur le Prince Maurice de Nafl^au, 
mon trefdigne et tres-illurtre Amij, qui aijant à fe defcharger d'une Ambaflade 
extraordinaire en Angleterre de la part de Son AltefTe l'Elefteur de Brandcnbourg 
m'a prié à mains joinftes, qu'au retour de mon fils hors de France je luij fifi"e pafi^er 
la mer pour l'aller trouuer à Londres, où mefme, (fans parler du Roij, qui honore 
ce garçon d'une ertime fort particulière), il pofl"ede la bonne volonté d'aifez bon 
nombre de virtuofi et de fon mertier, qui ont accourtumé de le conuerfer par lettres 
fort fréquentes, et aggreeront aiïez la prefence. d'ailleurs, on y va couronner certe 
majefté ') qui ert un de ces fpeftacles qui n'arriuent pas ibuuent en tous fiècles , et 
vault bien la peine de deux trajefts de mer aune perlbnne de fon aage, capable 
déformais de juger du vain et du folide auec quelque maturité. J'efpere, Monfieur, 
que ces petites confiderations vous porteront à n'improuuer pas le defl"ein que j'aij 
de lailFer mon Galant une couple de moiz dans cette belle Ifle, pour contenter 
l'enuie qu'il en a dès longtemps; ne fuftce mefme que pour luij faire acquérir en 
partant la perfection de la langue du Païs, qu'il entend fi bien par Hure, qu'il ne 
luij faut que peu de peine pour en venir à bout, ce que je fçaij par expérience, me 
l'ayant rendue familière et aifée autant que la maternelle, par la melme méthode, 
dont peu de gens s'auifcnt. Il ert vraij que certe olla podrida de toutes langues n'a 
point d'ertendue en terre ferme, mais fi vous fçauiez la quantité de beaux Hures que 
l'Angleterre a produits et ne cefi"e de produire tous les jours, en toutes facukez, et 
nommément en celle de Théologie, vous en feriez auifi amoureux que moij qui 
poflede une quantité afi"ez confiderable de ces belles produftions tranfmarines et 
fuis redeuable à la nation de beaucoup d'excellente doélrine. Bref mon cher Mon- 
fieur, vous voyez la fatalité qui nous gouuerne et que quand d'ailleurs on ne 
m'empefcheroit de vous veoir et de veoir Paris, ce que je mets en parallèle, je m'en 
deftourne moij mefme pour l'amour de mes enfans; car à ce compte icij, celle que 
vous m'offrez fi bonnement d'aller ccrcher mon fils à vortre belle Recraiiflc s'en va 
en fumée, et j'advouë que je commence à me rendre au raiibnncment de Monfieur 



') Le couronnement eut lieu le 23 avril 1661. 



256 CORRESPONDANCE. 1661. 



le Premier et à perdre et l'efpoir et la fantafie de ce voijage, ou de celle prome- 
nade, s'il vous plaift: fi ce n'eft que, peut eftre un emploi) vers Orange, dont il 
femble qu'on me vueille menacer vienne a m'ij ramener, mais c'efl: a quoij on ne 
fçauroit fonger, qu'au preallable nous ne nous entendions beaucoup mieux que 
nous ne failbns auec deux certains Roiz de noz Amis, qui nous traiftent à peu près 
comme s'ils ne l'eftoijent point, fufle-je fi heureux que de vous pouuoir entretenir 
de bouche fiir ce Chapitre et tant d'autres qui en dépendent! n'aurez vous jamais 
tant beu de laift, qu'il vous fafl"e venir le courage de m'en donner le raoijen en 
Hollande, oia affeurement celle médecine eft plus graffe et vigoureufe que partout 
ailleurs? Songez-ij, de grâce, et croijez que le feul changement d'air vous importe; 
mais fiir tout, que, fi vous en prenez la refolution, tant que j'ij refpire vous ij difpo- 
ferez d'un homme peu digne de l'honneur de vofl:re amitié, mais plus véritablement 
et auec plus de paflion que perfonne du monde etc. 



N-- 848. 

p. DE Fermât à P. de Carcavy. 
9 MARS 1661 "). 

La copie ') se trouve à Lc'iden , coll. Huygens. 

Ex Fermatio de folutione problematum geometricorum per curvas 

fimpliciffimas. 

Sit a^ + h^a 00 z'' ") aut fi velis a'= + h''a oo z"^ in utroque hoc cafii problema 
folvemus per curvas 31 gradus feu cubicas quod et fecit Cartefius. fed fi proponatur 

a^ + h^a 00 z^ aut a^ + h^a oo z' 
tune problema folvemus per curvas 41 gradus feu quadratoquadraticas; quod nec 
fecit nec fieri pofl!e exifi:imavit Cartefius. cum hoc cafu ad curvas 51 vel 6i gradus 
neceflîiriô recurrendum crediderit. 

Sit a'^ + ha^ + zza'' + d'^a'^ + m''aa co n^ problemata quippe om- 
nia quae ad 5tam vel 6tam poteftatem affcendunt, ad hanc formam reduci pof- 
funt, nihil enim hoc aliud efl quam vel 5tam poteftatem ad lextam evehere, 
vel eam deinde ab ultima afFeftione fub a vel latere liberare quae omnia et 
Vieta et Cartefius abundè docuerunt. Effingatur itaque quadratum à laterè 
a'^ + hae^ et aequetur priori primum illius aequationis parti, fict itaque 
d' + 1 ha''e + hhaaee zo a'^ -\- ba^ + zza'^ + d^^ a'^ -+- m'^aa, et deleto 



') Cette copie est de la main de Chr. Huygens. 

-) Dans les formules de cette pièce l'inconnue est désignée par a. A Faide de l'introduction 
d'une nouvelle inconnue e, les problèmes sont ramenés à l'intersection de deux courbes. 



CORRESPONDANCE. 1661. 257 

ucrinque a'' et reliquis per aa divifis, quod ex cautione adjedtâ mechodo femper 
liberum eft , remanebic aequatio inter \ 

ha= -\- zzaa + d^^a + w^ xi ihaae + hhee. 
haec aucem aequatio, ut patet, dat curvam tertij gradus. 

Jam idem fuperius quadratum ab a"" + bae etiam pofteriori parti propofitae 
aequationis hoc eft n^ aequetur. fietque extrahendo utrinque radicem a^ + hae co n'^. 
quae aequatio dat rurfus curvam 31.1 gradus. Quis deinde non videt interfeftio- 
nem duarum curvarum inventarum jam junélarum dare valorem ipfius a^ hoc eft 
problematis propofiti fohitionem. 



Si problema ad 7ain vel ad 8am poteftatem afcendat ftatuetur i ° fub forma 8ae 
poteftatis deinde ab affeftione ftib latere omnino liberabitur, ut fiât exempli gratia 
a^ + ha^ + dda^ + n'^a'^ + m'^ a'' + ^ç%3 _|_ ;.-«^= x) z^. 

Effingatur latus quadrati cuilibet iftius aequationis parti aequandi a latere 
i74 _|_ ^ l,(iz _|_ ddae. Secundum autem hujus quadrati homogeneum eo artificio 
effinximus ut duae elatiores lateris vel radicis a poteftates in aequatione evanefcant. 
quod perfacile eft. hinc duae ciu'vae 41 gradus orientur. 

Notandum porro in problematis quae ad 9 vel loam poteftatem afcendunt ita 
eiïe efiingendum latus quadrati ut in eo fint ad minus quatuor homogenea, quorum 
beneficio evanefcant 3 elatiores lateris ignoti gradus. In problematis autem quae 
ad iiam vel i2am poteftatem afcendunt latus effingendi quadrati conftare debere 
quinque ad minus homogeneis, ita formandis ut eorum beneficio quatuor elatiores 
lateris ignoti gradus evanefcant. 



Proponatur invenire fex continue proportionales inter duas datas h et d. Prima 
inveniendarum ponatur a. fiet aequatio inter a^ co h'^d. haec aquacio fecundum Car- 
tefium per curvas 51 tantum aut 6i gradus folvi poteft. Nos eam per curvas 41 gra- 
dus ficut reliquas etiam ejufdem naturae refolvimus, fed nihil vetat quo minus eam 
per curvas 31.1' gradus refolvamus. 

aequentur quippe finguli aequationis termini homogeneo fequenti a'^eed. 

û^ 00 u^ccd 
Ergo — -— -5 quae dat curvam 31.1 gradus. Ex altéra vero parte 

a'-eed aequabitur h^d 

Cl^66 DO h 

— f- unde etiam curva Qïj a;eneris. utriufque autem interfedtio dabit 

problematis propofiti folutionera. 



Sint inveniendae inter h et d duodecim mediae. Erit aequatio 

(jr'S CO h''- d. 

fit ^'3 30 a^e'^d . , h^'d 00 a^e'^d . , 

curva <i a;radus. ^i curva 31 gradus. 



a^ :x) e'^d -^ ° ' b^ a:) aae 

Œuvres. T. III. 33 



258 CORRESPONDANCE. 1661. 



Sed idem problcma etiam faciliiis per curvas 41 gradus expediemus. 
fit ^ /!?'3 20 a^e^d b^-d zo a^e^d 

a'' 00 e'^^'d curva 41 gradus h^ zd a'^e curva 41 gradus. 

Inventio 30 mediarum per curvas 71 vel etiam & gradus. 

Nempe fi ^/^i ^q ^3°^ erit fumendus communis terminus a-^e'^d^ unde per 
curvas 71 Iblvetur. vel a-^e^d\màQ per curvas 6i gradus. 

Si inveniendae fint 10 mediae, nempe fi ^2" co h^°d^ ducatur uterque termi- 
nus in reftam da'tam z. ut fit aequatio a^^z X) b'^°dz\ ita enim ad numerum 12 per- 
venietur cujus ope facillima per partes aliquotas evadet folutio. fit nempe commu- 
nis terminus a^e'^. illinc orietur aequatio a'z oo e+ quae dat curvam 41 gradus. 
Ifiinc vero per extraftionem lateris quadrato-quadrati inter aae et latus qua- 
drato-quadrati homogenei dati b'-°dz^ quod fi placet fit n' s^, quae aequatio dat cur- 
vam 3ij gradus ''). 

«) 1 66 1. Mart. 9. [Chr. Huygens.] '^). 

*) Carcavius accepiffe haec fcribit 28 Martii 1660. autographum dedifle Mar- 
chioni de Sourdy. [Chr. Huygens.] 



N= 849. 

J. BuoT ') à Christiaan Huygens. 
[19 MARS 1661] -). 

La pièce se trouve à Leiden, coll. Huygens. 

Problème propofe par Monfieur Chauueau le 10. mars \.66i. 
Refolu par Buot, 

Efliant donné les 2 droittes ED. DB trouuer le point A dans la droitte BD. dou 
tirant la droitte AE , le □ DBA foit au □ AED H r U ou BD. | DZ. 

3) Lisez: «*. 

"f) „9 Mars. Copié du traité de Fermât de Confl:ru6lione Problematum" [Reys- 
Verhael]. 

') Jacquet Buot, mort en 1675, était ingénieur du Roy et professeur de mathématiques des 
Pages de la Grande Ecurie à Paris. II devint membre de l'Académie des Sciences. 

-) Buot remit cette pièce à Huygens, quand celui-ci prit congé de lui, le 19 mars 1(161, pour 
partit à 1 1 heures pour Calais [Reys-Verhael]. 

3) Peut-être l'auteur de ce problème est-il 

François Chauveau, ne en 1621 à Paris, où il mourut le 3 février 1676. Il était dessinateur 
et graveur, et entra à l'Académie en 1663. 



CORRESPONDANCE. 1661. 



259 



Conftruélion. 



XY^^""^^ 


■Bl/ 




^<\ 




/ 1 


c\ 


€ 1 




/ \ 




P^ 



Demonftrarion. 



EBV. ut - +). 
ED I DZ||BC I CE, 
EO H OB. et OP ± fur EB. 
OC I CB II EC I CV. 
CAV ert defcrit fur le 
diamètre AV') coupant DB 
en A. 

Je -dis que A efi: le point 
requis, du quel fi on tire la 
— AE on aura le 
□ DBA I □DEA||r | s 

Préparation. 

QEAB eft et ACP 

eft -. 



A caufe de la refTemblance des A COP. CAV. CO | CP || AC | CV. 

Donc le □ OCV || □ ACP. mais par conilruftion OC | CB || EC | CV. 
donc le □ OCV (ou ACP). || □ BCE et par la «). 35. 3. 3 les E. A. B. P. font 
a la circonférence du © qui a fon centre dans la J_ OP, et lare EP || '~^ BP. et 
iL EAP 11^ BAC. et partant par la 3. 6. BA | AE || BC | CE, mais par conftruftion 
ED I DZ II BC I CE. donc BA | AE || ED | DZ. et le □ BADZ || n AED 
Mais le □ ABD | □ AB. DZ || DB | DZ. 1.6. donc le 
I I ABD I □ AED II DB j DZ. ou /■ i s. ce quil fallait démontrer. 



N= 850. 

J. Chapelain à Christiaan Huygens. 
[21 MARS 1661.] 

La lettre se trouve à Le'nlen^ coll. Huygens. 

Jeudy matin. 
je vous dis, Monfieur, encore vne fois Adieu ') bien mortifié de ne vous le pouuoir 
dire chés vous de viue voix comme il efloit bien raifonnable que je fifie. Donnes 

*) Ce petit trait désigne une ligne droite. 

Lisez: CV. 

*) Buot cite Euclide de la nianiore nsitée. Livre 3, proposition 35, numéro 3. 



') Chr. Hnygens était allé prendre congé de lui le 1 6 mars 1661 [Reys-Verhael]. 



0.6o CORRESPONDANCE. 1661. 



moy de vos nouuelles quand vous ferés a Londres pour m'ofter d'inquiétude et 
mandes moy fi Milton -) y efl: encore et fans eftre recherché du pafle. Je receus hier 
vn paquet de Monfieur Heinfins. l'enuoye la Refponfe a Monfieur de Beuning. 
Obligés moy de luy bailler la lettre latine que je vous remis hier afin quil la joigne 
a la mienne et quelles aillent enfemble dans fon paquet. Je fuis a vous fans referue. 

Chapelain. 

Pour Monfieur Huygens de Zulikem. 



N= 851. 

R. MoRAY ') à Christiaan Huygens. 
I AVRIL 1661 ^). 

La lettre se trouve à Leideii , coll. Huygens^'). 

A Whitehall ce 22. March 1661. 
Monsieur 
Si Je neulTe pas rencontré ce jeune homme '^} vous n'auriez pas eu fi tofi: le pac- 
quet dont Je l'ay chargé, quoy qu'il y ait un mois qu'il efl: preft. parceque ne fça- 

-) John Milton, le grand poète, fils de l'avoué de même nom et de Sarah Jeffrey, naquit le 
9 décembre 1608 à Londres, où il mourut le 8 novembre 1674. Partisan zélé et secrétaire 
intime de Cromwell, il continua après la mort de celui-ci, en divers pamphlets virulents, son 
opposition contre la royauté; on ne comprend pas encore comment, sans avoir été nommé 
comme les autres sectaires dans le Indemnity Bill du 29 août 1660, il échappa à l'échafaud. A 
la fin de 1 660 il fut délivré de la prison , mais il se cacha dans le voisinage de sa demeure anté- 
rieure. 



') Sir Robert Moray (Murray), fils de Sir Robert Moray de Craigie, issu d'une ancienne famille 
d'Ecosse, naquit vers i5io et mourut le 4 juillet 1673 à Londres, où il fut enterré dans 
l'Abbaye de Westminster. Il passa sa jeunesse en France, où, son éducation terminée, il gagna 
les bonnes grâces du Cardinal de Richelieu. En 1660 il entra au Privy-Council et fut le pre- 
mier président de la Société Royale, dont il avait été un des fondateurs. 

-) Remarquons, à l'égard de toutes les lettres de R. Moray, qu'en Angleterre on suivait encore 
le vieux style. 

3) Cette lettre ne trouva plus Chr. Huygens à Paris. Il était parti le 19 mars, et passa la 
Manche le 30 mars, après avoir attendu quatre jours à Calais, le temps étant trop rude; 
ce ne fut que le 1 avril que „à 4 heures entrâmes dans Londre" [Reys-Verhael]. 

■i) Peut-être Thomas Streete. Il était astronome à Londres et membre de la Société Royale; on 
ne connaît de lui que deux ouvrages, sur le titre du premier desquels il se nomme, „Stu- 
dent in Astronomy and Mathematicks". 



CORRESPONDANCE. 1661. 2.6 1 



chant point fi vous eftes encor à paris Je n'ay pas voulu l'enuoyer par l'ordinaire, 
de peur qu'il ne fufl: perdu. Je n'ay rien a prefent à y adioufter fi ce n'eft que vous 
verrez par le liure s) que le porteur vous prefentera que J'ay eu raifon de vous 
perfecuter comme J'y ay fait, de ce que vous tardez tant de donner au iour les trait- 
iez dont Je vous ay fi fouuent parlé, au refl:e, le jeune homme ne fouhaitte plus au 
monde que d'auoir voftre approbation de fon liure. peut eflre y trouuerez quelque 
chofe a redire: touteffois pour une perfonne qui a efté nourri dans un lieu, ou il 
n'a pu auoir ny maiftre qui l'enfeignafl: , ny des Hures comme on a ailleurs, ce n'eft 
pas peu de d'auoir appris ce qu'il fçait des matières dont il fe méfie. Efcriuez moy 
fouuent. Soyez ciuil au porteur et aimez toufiours 

Monsieur 

Voftre trefhumble et trefaffeélionné feruiteur 

R. MORAY. 

A Monfieur 
Monfieur Christian Hugens de Zulichem 

chez Monfieur Bailly au petit Moyfe. 

Rue de petit Bourbon aux Fauxbourg St. Germain. 

A Paris. 



5) Thomae Streete, Astronomia Carolina. A new Theory of the Celestial Motions. Londini 
1661. in-4°. 

Cet ouvrage fut réimprimé à Niirnberg en 1705, à Londres en 1710, par les soins de Hal- 
ley. Vincent Wing combattit sa théorie dans son écrit: 

V. Wing. Examination of the Astronomia Carolina. London. 1666. in-4°. 

Streete répondit par son nouvel ouvrage; 

Thomas Streete, Wing's Examination of Astronomia Carolina examined. London. 
1667. in-4°. 



262 CORRESPONDANCE. 1661. 



N= 852. 

CONSTANTYN HuYGENS, père, à V. CONRART. 

7 AVRIL 1661. 
La minute se t/oiii'e à .Imsterdam, Académie Royale des Sciences. 

A Monfieur Conrard. 

7 Avril 1661. 

Monsieur , 

A la bonn' heure, ec coût de bon, qu'en fin vous vous trouuiez defchargé des 
imporcunitez de mon Archimede; fi ce n'efi: à raifon de fa perfonne, qui peut efiire 
ne vous aura pas rendu tous les debuoirs qu'il cuil: falu, au moins en ce qu'il vous 
en couftera un peu moins de voftre bonn' Encre, que nous vous auons faiét prodi- 
guer auec impudence. La dernière peine qu'il vous a pieu vous donner au fiibjeft 
de ce garçon c'a efté de me marquer le jour de fon départ '). depuis tout ce temps 
là je n'en apprens aucune nouuelle, ni de deçà ni de delà la mer, d'où Monfieur le 
Prince Maurice me mande qu'il n'a point encor paru. Etj'aij un coeur de Père 
fi tendre, que cela me met en fouci, et me faift dire comme Dédale dans la fable. 
Icare, mon fils Icare, en quel pais te doy je cercher? l'en aij un ") en Efpagne, qui 
eft bien plus diligent à efcrire que ce Théorique icij : et vous prendriez plaifir à 
veoir comme il s'en demefle aggreablement en Latin, en françois, en Anglois, et 
depuis ces derniers mois en Efpagnol auec une promptitude incroyable. Mais, 
Monfieur, reuenons, s'il vous plaifl:, à l'efgaré, quel chemin efl: ce que vous luij 
auez faift prendre? fe ieroit il bien deftourné vers Rouen, par curiofité de veoir 
la belle Cité, et le grand Citoijen Monfieur Corneille s)? Je ne fcaij ferieufement 
ce que j'en doibs imaginer, et fi, que dieu ne vueille, quelque maladie ne luij pour- 
roit efire iuruenue en chemin. Sij'auoy l'efprit defbrouïllé de cette inquiétude, je 
vous relJDondroy plus gaijement, monfieur, fur ce que vous me propofez touchant 
Monfieur le Comte de Dona ■*). Par abrégé vous fçaurez, qu'à fon arriuée fe voyant 
fommé de rendre compte de fon adminifl:ration, il produiél un Ellac fommaire de 
ce qu'il auoit faift de defpenfe, contre les 200 V. Hures que vous fçauez; qu'il 
porta en Recepte: mais cela n'efl:ant pas par où il deuoit commencer, on luij fit 



') Christiaan Huygens partit de Paris pour l'Angleterre le 19 mars 1661. Conrart était venu le 

chercher le 16 mars [Reys-Verhael]. 
-) Lodewijk Huygens. Consultez la Lettre N°. 790. 
3) Pierre Corneille, auteur dramatique, naquit le '6 juin 1606 à Rouen et mourut à Paris le 

ler octobre 1684. 
+) Voir la Lettre N°. 8 12, note 20. 



CORRESPONDANCE. 1661. 263 



comprendre que c'eftoijent les Receptes de la ferme et des fiibfides annuels dont 
il deuoit compter preallablement. et ce depuis le temps qu'il auoit manié ces de- 
niers, à l'exclufion de Beauregard s) le Threforier General (mauuais inilrument, 
et auquel nous debuons une grande partie de nos malheurs). A l'eiïedl de quoi] 
aijant demandé quelques mois de refpit, pour ajufter toutes chofes chez lui], des 
qu'il ij feroit arriué, la Coin- de Brandenbourg efl: furvenue, où je l'aij veu fort 
bien traifté; grâces à l'autorité de la bonne Tante ^j, et puis l'Eclipfe de la Puif- 
fance ") dont vous parlez : par où la perfecucion qui le talonnoit s'eil adoucie, comme 
vous pouuez juger, nonobitant ces bons reuers, s'il efcoutte fes meilleurs amis, 
il fe haftera de fortir d'affaire et de mettre fon honneur à couuert le plus prompte- 
ment qu'il fera poflîble. Je l'honore et l'aijme auec tant de paffion, que j'ofe me 
preualoir de ce qu'il me donne de crédit et de part en fon amitié, pour le pouf- 
fer auec plus d'inftance que ne feroijent de fes amis de plus d'apparence extérieure 
mais au dedans moins touchez que moij de fes interefts, et fi vous auez occafion de 
quelque commerce auec luij, je penfe que vous ne fçauriez mieux faire que de luij 
monllrer le plus court chemin au repos de fon efprit. Confiderez, s'il vous plaift, 
le petit trouble du mien, et aggreez que je vienne foudainement icij à vous affeurer 
que je fuis plus ardemment que vous ne fçauriez croire etc. 



N°^ 853. 

IsM. BouLLiAU à Christiaan Huygens. 

9 AVRIL 1661. 

La lettre se trouve à Leiden, coll. Huygens. 
Chr. Huygens y répondit par le No. 865. 

A Dantzigt le 9. Auril 1 66 1 . 
Monsieur 

Je me donneray l'honneur de vous efcrire la prefente, croyant que vous eftes 
de retour a la Haye, Ce fera pour vous donner aduis que j'arrivay en cette ville 



5) De Beauregard était trésorier général de l'armée et ainsi, en quelque sorte, le chef du comte 

de Dhona. 
*) Amalia von Solms, la Princesse Douairière. Voir la Lettre N°. 15, note 2. 
") Constantyn Huygens fait allusion à la mort de la Princesse Royale. 



264 CORRESPONDANCE. 1661. 



le 15. du pafTé, & que j'y fuis encores a prefent logé chez Monfieur Heuelius, 
qui a voulu que je demeurafTe dans fa maifon. Le peu de papier dans lequel je 
vous efcris la prefente , ne me donne pas le moyen de vous faire vne defcription 
de la valeur & du mérite de ce perfonnage, de fon jnduftrie & de fon efprit. 
Tout ce que je peux vous dire c'eft que j'ay trouué auec luy cent fois plus que 
je n'auois penfé. & de plus pour la focieté c'eft l'homme du monde le plus com- 
mode l'humeur la plus modérée & égale qui fe puiffe voir. Je peux aufli vous 
afleurer quil a pour vous toute l'eftime jmaginable, & quil fcait que vous n'eftez 
pas du commun & que vous excellez dans les chofes que vous traidlez. Vous deuez , 
Monfieur, pour voftre fatiffaftion vne vifite a ce grand perfonnage, & je vous 
fupplie de croire que vous aurez vn fingulier plaifir de le voir, & les fuperbes & 
magnifiques jnfl:rumens qu'il a, qui furpafl"ent en exaftitude ceux de Tycho; & 
l'jndiiftrie & aflîduité auec lesquelles il obferue ne font pas jmaginables. Si vos 
affaires vous permettent de venir icy l'efté prochain je feray de retour de Warfauie 
en cette ville le mois de Juillet qui vient, & j'auray l'honneur de vous tenir com- 
pagnie au retour. Le 30e du pafl"é nous obferuafmes icy très exaélement l'Eclipfe 
de Soleil '), je confideray attentiuement la diligence & la dextérité auec laquelle 
Monfieur Heuelius faifl: de telles obferuations; lefquelles il fera encores plus exac- 
tement a l'aduenir par le moyen d'vne machine qu'il fera bien tofl: fabriquer. Vous 
m'obligerez fi vous me communiquez ce que l'on aura obferué en Hollande & 
particulièrement ce que vous aurez en vofl:re particulier. Je vous fupplie trcfhum- 
blement fi vous voyez Meffieurs Golius & Hudde comme auflî Meflleurs Vofïïus & 
Gronouius de les afl'eurer de mon trei humble feruice. Je vous fupplie aufli de trou- 
uer bon que je rende icy mes tref humbles refpefts a Monfieur voflire Père, & faic- 
tes moy la grâce de croire que je fuis 

Monsieur 

Voftre trefliumble & trefobeifiant feruiteur 

BOULLIAU, 

Monfieur Hevelius me charge de vous faluer de fa part, & de vous conuier de 
venir icy. 

A Monfieur 
Monfieur Christian Hugens de Zulichem. 

A la Haye. 



') Voir l'Appendice N°. 854. 



CORRESPONDANCE. I 66 1 . 26' 



N= 854. 

IsM. BouLLiAU à Christiaan Huygens. 
Appendice au No. 853. 

La pièce se trouve à Leiden , coll. Huygens. 

Eclipfis obfemara Gedani anno 1661. die 30 Martii flylo nouo ab Ampliffimo 
& Celeberrimo Viro lo. Heuelio. 

Horologio Horologio p .. n. 

ambulacorio. perpendiculari. 
Initium H. 10 'la "3. H. 10 '11 "41. H. 10 '13 "15. Ame Meridiem. 

Maxima obfcuritas 1 1. 20. 
Finis 12.26.39. H. 12.26.40. 12.27.3. Pofl: Meridiem. 

Digiti VII. '52 " 30. 

Ratio Semidiametri ad ([; femidiametrum vt '15 "54 ad '16 "34. 

Initium in 1 18° a zénith contigit. 

Finis circa 8 1 ° a zénith accidit. 

Caeterae phafcs alias communicabuntur. 



N= 855. 

Christiaan Huygens à Constantyn Huygens, frère. 
12 avril 1661. 

[ Lit lettre et la copie se trouvent à Leiden, coll. Huygens. 
Const. Huygens, frère, y répondit par le No. 856. 

A Londres ce 12 Avril 1661. 
Je vous prie de monter a ma chambre dont j'ay donné la clef en garde a ma 
Confine ' ). Vous trouverez là dans la boete qui enferme la machine de Monfieur 
Pafcal qui eft fur ma table, la clef du plus grand de mes 2 cabinets. Payant ouvert 
il faut encore l'ouvrir par defllis ou j'ay mis mes verres de la grande lunette, lef- 
quels vous prendrez la peine s'il vous plait d'empacqueter dans une boete un peu 
forte avec du cotton ou chofe femblable, et ayant fait la fuperfcription a Monfieur 
van Hulft -) Secrétaire de nos Ambafladeurs vous envoyerez cette boete par la 



') Catliarina Sueriiis. Consultez la Lettre N°. 7 , note n. 

-) Peut-être Samuel van Huis, membre du conseil de la Haye, secrétaire du Prince d'Orange, 
puis premier clerc au greflFe des Etats-Généraux à la Haye, connu par sa traduction des 
psaumes, né à Delft le 17 mai 1596, mort à la Haye le 21 février 1687. 

Œuvres. T. III. 34 



206 CORRESPONDANCE. 1661. 



porte fi quelqu'autre occafion ne fe prefence. l'on m'a dit que la femme 3} de 
Monfieur van Hoorn *) l'un des AmbafTadeurs s) devoit venir bientoft, mais elle 
fera peut efl:re défia partie. Je ne fais pas volontiers cccy de bazarder ainfi mon 
bon verre, mais après que je me fuis vante qu'il eftoit meilleur et de plus grand 
eft'ed: que ceux de 35 pieds que l'on m'a fait veoir icy, l'on ne me laifle pas 
en repos, et je ne fcray pas creu a moins que l'on ne les aye comparé enfem- 
bles. Ne manquez donc pas pour quoy que ce foit, de me l'envoyer. J'efpere que 
mon Père aura receu ma dernière *) du 8 de ce mois et je m'eftonne de ce que je 
n'ay pas receu de refponfe a celle ^) que j'efcrivis de Calais, car ce dernier ordi- 
naire ne m'a rien apporte. Je luy aurois efcrit a cet heure, mais il faut que j'aille 
encore trouuer le Marquis de Montjeu ^) pour ajufter enfemble nofi:re voyage que 
nous avons refolu de faire demain vers Oxfort »), et il eft défia tard. Je laiiïe icy 
cette lettre pour l'ordinaire de vendredy, ne devant efl:re de retour que dimanche 
ou famedy au foir au plus toft. Adieu. 



A Monfieur Monfieur de Zeelhem, chez 
Monfieur de Zulichem 

A la Hâve. 



3) Voir la Lettre N". 820, note 5. 

'*') Simon van Hoorn naquit à Amsterdam en 1618 et mourut en 1667. Après avoir étudié à 
Leiden, il devint en 1648 conseiller, en 1659, 1663, 1664 et 1667 bourgmestre d'Amster- 
dam. 11 épousa Hendrika van der Gracht. 

S) De cette ambassade faisait encore partie : 

Lodewijk van Nassau, bâtard du Prince Maurits van Nassau et de Mademoiselle van 
Meclielen, mort le 28 février 1665. Il était Seigneur de Beverweert, la Leck, Odijk et Lek- 
kerkerk et épousa Elisabeth Comtesse van Hoorn. Militaire et diplomate, il était ami tant 
de de Witt que de la Princesse Douairière. 

*) Nous ne possédons pas cette lettre. 

') Cette lettre manque aussi dans nos collections. Consultez les Lettres N"s. 852 et 860. 

S) Le marquis de Monjeu tint souvent compagnie à Chr. Huygens durant son séjour à Lon- 
dres [Reys-Verhael]. 

'-*) Huygens partit le 13 avril pour Oxford avec MM. de Monjeu, de Coudray, de Beaumale, 
Cliaize, Oger, et fut de retour à Londres le ï6 avril [Reys-Verhael]. 



CORRESPONDANCE. 1661. 267 



N° 856. 

CoNSTANTYN HuYGENS, frère, à [Christiaan Huvgens]. 

28 AVRIL 1661. 

La copie se trnure à Leiden, coll. IJuygens. 
La lettle est la réponse au No. ^^s. 

A la Haye ce 28 Avril 1661. 

J'ay receu voftre dernière du i ame par la quelle vous me mandes d'envoyer les 
verres de voftre grande Lunette, ce que je fais maintenant, et l'aurois fait pluftoft, 
fi on m'euft lailTé faire, mais mon Père m'a ordonné de les délivrer au Sieur 
Copes ') Refident du Monfieur l'Eleéleur, qui a promis d'en avoir foin. Je crois 
qu'il les envoyera par la Pofte. c'eil: pourquoy je les ay accommodées dans une 
boette de Fer blanc. Safchant bien qu'ils ne fcauroyent eftre en feureté fans cela, 
car les lettres a la pofte font empacquetees en forme de balots a grand coups de 
marteau. J'efpere qu'a leur arrivée vous trouverez qu'ils n'auront rien paty, et qu'ils 
ferviront a rabattre la bonne opinion que les Anglois ont des leurs, après quoy je 
crois qu'ils feront les meilleurs de toute l'Europe. Avant hier encore je vis Jupi- 
ter de ma feneftre avec ma grande Lunette trefbien. Je n'ay que faire de vous 
faire fouvenir de tout examiner qui concerne ce métier iafchant bien que vous 
n'aurez rien oublié. Sur tout ne manquez pas de fcavoir, ou ils trouvent du bon 
verre pour leurs Lunettes, et fi on ne pourra pas lier quelque commerce pour en 
avoir de par delà. Je fuis ravy que vous faites eftat de revenir -) aulTytoft après le 
Couronnement 3), pour vous entendre fur ce que vous aures fait d'acquifitions 
par delà. 

A Chrestien Huygens 

à 

Londres. 



') Johan Copes naquit à Ziitfen en t6oi. Il étudia à Leiden ec depuis 1655 remplit la fonc- 
tion de résident de l'Electeur de Brandenbourg à la Haye. 
") Chr. Huygens fut de retour à la Haye le 27 mai 1661 [Dagboek]. 
3) Le couronnement eut lieu le 3 mai 1661. 



268 CORRESPONDANCE. 1661. 



N° 857. 

[R. Moray] ') à Christiaan Huygens. 
[avril 1661.] 

La lettre se trouve à Leiden , coll. Huygens. 

Monfieur le Cheualier Neal -) m'a apporté ce liure ce matin, lifez le, & ayez en 
foin. J'auois enuie de faire quelque mémoire pour ceux qui obferueront la con- 
iuniftion du © & de ^ ^^ des chofes qu'ils ont a remarquer. Mais il faut que Je 
m'en remette à vous. Je vous prie donc d'en drefler un, & Je tafcheray de le faire 
obferuer exaftement. Je fuis revenu hier a la maifon iuftement comme vous en 
eftes forti. J'y feray encore ce foir dieu aidant a 7. heures fans faute, iufqu' a cette 
heure là Je ne puis point m'y trouuer ny vous aller voir. 

Pour Monfieur De Zulicom. 



N= 858. 

M. Thevenot à [Christiaan Huygens]. 
7 MAI 1661. 

La lettre se trouve à Leiden , coll. Huygens. 

Monsieur 

Jay retrouué l'extrait ') de la lettre ou il eft parlé de la machine dont Je vous 
auois promis la defcription. vous le trouueres joint a ces lignes. 

Lon ma enuoié d'Italie vn liure ") nouuellement jmprimé qui traite des lunettes 
et dont l'autheur 3) a eu grande communication auec Euftachio Diuini. Je vous 
laures défia enuoié fi J'auois fceu quelque voie de le pouuoir faire car Je m'imagine 
qu'eflant dans la penfée den écrire vous feres bien aife de veoir tout ce qui en a efl:é 
écrit par les autres et principalement par vn Italien, fi vous aues icy quelqu vn a 
qui Je le puiïïe donner vous mobligeres de m'en faire fcauoir l'adrefle. 

L'Expérience dont Je vous ay parlé ma fort bien reufîy layant faite depuis peu 
dans vn petit vaifl^eau et Je ne doute point que dans vn nauire elle ne rira fort pron- 



') Ce billet est écrit de la main de Sir Robert Moray. 

°) Paul Neile. Voir la Lettre N°. 260, note i. 

3) Nous conjecturons que cette lettre a été écrite vers la fin d'avril, parce que le passage de Mer- 
cure sur le Soleil a eu lieu le 3 mai 1661, à 4 heures 50 minutes, temps moyen de Greenwich; 
c'est l'heure du milieu du passage. Chr. Huygens l'a observé (voir l'Appendice N°. 866). 



') Voir la pièce N°. 859. 

-) Voir l'ouvrage cité dans la Lettre N°. 774, note p. 

3) C. A. Mancini. Voir la Lettre N°. 774, note 10. 



CORRESPONDANCE. 1661. 



tement leau qui feroit au fonds de calle mais cefl: vne epreuue a faire dans vn porc 
de mer. 

Je feray vn eflày de cette compofition de verre dont vous aues la defcription et 
dans peu de jours Je vous manderay ce qui en aura reufTy. J'efpere que vous me 
feres la grâce de me faire quelque part des decouuertes que vous aures faites en An- 
gleterre en matières de curiofité , vn perfonne de ce pays ma afleuré quils auoient 
quelque conduite particulière pour la nauigation des Indes Orientales et quils la 
faifoient communément en moins de temps que les Portugais et les Hollandois. 

Je m'imagine que Ion vous aura fait veoir beaucoup d'expériences cùrieufes 
dans l'académie de Londres , que vous aures veu Walis Wren et ce Willis '^') qui a 
écrit depuis peu de Fermentatione s) et lautheur des pneumatiques ") nome Boyle ^) 
lequel a ce que J'aprens de Monfieur Oldenbourg ^) a diuerfes expériences de la 
iluidité et fermeté du nitre , des elemens &c. Je conterois pour vn grand auantage 
davoir veu toutes ces belles chofcs auec des yeus auïïy connoifTans que les voflres 
et de fcauoir le Jugement que vous en faites. Je fuis auec vne pafllon extrême 

Monsieur 

Voilre très humble et très AfFeélioné feruiteur, 
Theuenot. 
A Paris ce 7 May 1661. 



•*) Thomas Willis naquit le 27 janvier 1621 à Great-Bedwin (Wiltshire) et mourut le 11 no- 
vembre 1675 à Londres. Il était docteur en médecine et fut nommé en 1660 professeur de 
physique à Oxford; en'i666 il s'établit à Londres, comme médecin. Il était membre de la 
Société Royale. 

5) Diatribae duae Medico-Philofophicae. Qiiarum Prior agit de Fermentatione, five de motu 
inteftino particularum in quovis corpore. Altéra de Febribus, five de motu earundem in fan- 
guine Animalium. His acceffit Differtatio Epillolica de Vrinis. Studio Thomae Willis Medici 
Oxonienfis. Ita res accendunt lumina rébus. Lucret. 1. i. Hagae-Comitis. Apud Adrianum 
Vlacq. M.DCLix. in-8°. 

<') Voir sur cet ouvrage la Lettre N°. 863 , note 9. 

'') Robert Boyle, fils du „Great Earl of Cork" Richard Boyle et de sa seconde épouse Catherine 
Fenton, naquit à Lismore Castle (Irlande) le 25 janvier 1627 et mourut le 7 janvier 1692 à 
Londres. Expérimentateur très habile en physique et en chimie, et possesseur d'une grande 
fortune, il avait déjà en 1654 un laboratoire et plusieurs assistants, parmi lesquels Robert 
Hooke. Il consacra en outre une partie de son temps et de sa fortune à l'étude et à la propa- 
gation de la Bible. 

'') Heinrich Oldenburg, de la famille des Comtes d'Aldenbourg, naquit vers 1626 à Brème et 
mourut en août 1678 a Charlton près de Woolwich. En 1 653, sous Cromwell, il était à Londres 
consul de Brème, et plus tard il devint „tutor" de Henry O'Brian et de William Cavendish. 
Dès la fondation de la Société Royale, il en a été le secrétaire jusqu'en 1677: il s'occupait 
surtout de la rédaction des Philosophical Transactions et de la correspondance avec l'étran- 
ger. A cause de difficultés politiques, il se fit adresser quelquefois ses lettres sous l'anagramme 
„Grubendol." 



a/O CORRESPONDANCE. 1661. 



N= 859. 

? à M. Thevenot. 

29 JANVIER 1648. 

Appendice au No. 858. 

La pièce se trouve à Le'iden , cuil. Hiiygeiis. 

Extrait dVne lettre de Varfovie du 29 Januier 1548. 
Nous auons icy vn Monfieur Mathématicien nomme Buratin ') qui a faidl voir au 
Roy de Pologne -) le delTein et le modelle en petit d'vne Machine pour efleuer et 
faire qu'vn homme puifle voler, Je vous enuoye le delTein^) quil ma donne, et pour 
ce qui eft du modelle je vous diray que celuy quil a prefenté au Roy auoit 4 ou 5 
pieds de longueur aucc la queïie, lequel modelle par le moyen d'vne corde quil 
fait fortir fous la queue fenleue en lair, la corde faifimt mouuoir les reflbrts et les 
roiies qui font dedans. Et ce modelle enleue vn chat qu'on met dedans et fentre- 
tient en lair tout auffi longtemps que par le moyen de la corde on fait mouuoir les 
roiies, et pour cela il faut eftre autant efleué que la Machine^on cognoit euidem- 
ment que fi le chat auoit le jugement de trauailler (car fes forces fuffifent) il pourroit 
s'enleuer en lair. Jl propofe donc d'en faire vn capable de fouftenir et de porter vn 
homme pour efprouuer s'il produiroit l'effeél qu'on en defire et qu'il ne veut pas 
promettre, par ce dit il qu'on ne peut pas multiplier les forces et le mouuement 
tout enfemble dans la proportion qu'il faudroit. Mais voyant l'effeft que produit 
fon modelle jl ne fe peut pas deftromper de la grande Machine qu'il ne l'aye 
faifte; Jl demande huift mois de temps pour l'acheuer, Jl en fait les roiies vue par- 
tie de bois, d'autres de Coite de Balene, cous les battans des aiflon de Balene, 
Jl y a quatre aifles qui ne feruent que pour fouftenir, deux autres feruent pour 
fouftenir et pour aduancer, et les deux de la tefte pour auancer, fes aifles en ief- 
leuant fe ferrent et fe font eftroittes et en fabaifliint s'eflargiïïent. Le Chapiteau qui 
eft deftiis le Dragon en lafchant vn reflbrt s'eftend fort large et eft ainfi fait afin que 
fi en lair les aifles fe rompoient il fouftiendroit Ja Machine par la refiftance de l'air 
qu'elle ne tomberoit que fort doucement, La queue fe tourne en tout fens pour 
feruir comme gouuernail et quand jl tomberoit dans l'eau jl feruiroit de batteau. 
Jl croit quil me pouuroit '^) pour cheminer a vent contraire, en fin il n'en parle 
point en Charlatan et tefmoigne fçauoir fort bien la Mechanique. 



') Tito Livio Biiratini. Voir la Lettre N°. 758 , note 12. 

-) Wladislas IV, fils du roi Sigismiind III et d'Anna d'Autriche, naquit le 30 mai 1595 à Cra- 
covie et mourut le 10 mai 1648 à Merecz. En 1632 il devint roi de Pologne. Il épousa en 
1637 l'archiduchesse Cecilia d'Autriche et en 1645 Maria Louisa de Gonzaga (voir la Lettre 
N°. 448, note 3). 

3) Nous n'avons pas trouvé ce dessin. 

'^") Insérez: fervir. 



CORRESPONDANCE. 1661. 



271 



N= 85o. 

CONSTANTYN HuYGENS, père, à V. CONRART. 
8 MAI 1661. 

Ld minute se trouve à Amsterdam^ Acaâ. Royale des Sciences. 

A Monfieur Conrard. 

8 Mai] 1661. 
Monsieur 

Je' me fuis doubté de quelque nouuelle atteinte arriuée à voftre ianté. ne pou- 
uant croire que fans cela voftre bonté fuft capable de me refufer quelque foulas 
dans l'inquiétude où vous m'auiez veu '). Le bon Archimede, qui en auoit donné le 
fubjet, s'en eft aucunement laué, fur ce que noflre Refident à Calais -), auoit retenu 
fa lettre, jufques à ce qu'au retour du vaiiïeau qui l'auoit tranfporcé, il euft moijen 
de m'afleurer en mefme temps de fon heureux paflage. Ainfi fouuent le trop de 
foin dénient inofficieux, ce qu'il faut prendre en bonne part de ceux dont il paroift 
que l'intention n'eft que telle. Si vous voulez traiùter Archimede auec cefte mefme 
douceur, qui auffi bien vous eft naturelle , de fa partie je me rendrai] fon Aduocat, 
et vous prierai] d'imputer fon peu de inciuilité, en matière d'efcrire, à des penfées 
plus fublimes, qui le rendent négligent en tout ce qui efl: plus bas que là où elles 
vont. Bref je n'ij fçauroij que faire, et quand je voij qu'il me traifte à peu près 
comme fes amis de Paris, qui l'ont tant obligé, je dis que peut eilre un jour le 
publiq fe reiïentira de fes nonchalances, et qu'il payera auec ufure à tout le monde, 
ce qu'il a manqué de fournir à chafque particulier. 

En Angleterre il a rencontré toute forte de bon accueil^), mefme du Roy qui en 
faifl: cas, et de force gens de condition et de fçauoir. Il s'eil amufé je penfe, comme 
d'autres à veoir la pompe exceffiue de ce couronnement : mais vous n'entendrez 
pas fans rire ce qu'il me mande en ces termes: le jour mefme du Couronnement je 
fus chez le faifeur de Telefcopes "*) obferuer Mercure dans le Soleil , et le vis 
très bien, à une heure et demie et à deux, qui eft une obferuation très remar- 



') Consultez la Lettre N°. 852. 

-) Il s'agit de des Glargiies. Voir la Lettre N°. 627, note 12. 

3) Entre autres, Chr. Huygens fut reçu dans „le baftiment de Lesley, qu'il a fait dans la 
Rivière fur un vaifleau plat. Il y a une grande fale, chambre et cabinet; un baluftre règne 
tout à l'entour. Encore on il travailloit des bas de foye sur le meftier, la machine efl de fer 
et a beaucoup de façon, l'on dit que c'efl l'invention d'un efcolier d'Oxford pour l'amour 
de fa maitrefle, qu'il voyoit faire de ces bas a la braffe" [Reys-Verhael]. 

+) Reeves demeurait à Londres; il faisait des télescopes pour la Société royale. 



CORRESPONDANCE. 1661. 



qnable et rare s). Je vous donne à penfer, Monfieur, fi des gens comme luij n'aii- 
roijent de la peine à baifier la veûe pour contempler le Triomphe d'un Cefar, fi en 
mefine temps un Mercure fe rencontroit en vifite du foleil. Auflî ne prend il point 
la peine de me faire aucun récit de ce que tout le monde a tant admiré, mais m'en 
promet fa relation de bouche au premier jour, ne fupportant l'air eftouffé de 
Londre qu'auec incommodité: à quoy je ne defire pas qu'il s'expofe trop long- 
temps. Ce trop longtemps me faiél fouuenir que je m'oublie à vous entretenir de 
chofe de trop peu de confideration. Vous aimerez mieux ma refponfe, fur ce que 
vous me propofez touchant Monfieur le Comte de Dona; et elle fera courte; n'ij 
aijant apparence que je fâche d'aucun Gouuernement qu'on luij deftine. Madame 
fa femme^) eft venue faire fa Cour à Cleue : mais l'Intendance de celle duché et 
autres voifines efl: en fi bonne main, que je ne voy pas que perfonne ayt fubjedl: de 
s'ij attendre. Il y a un autre emploij que je voudroy bien qu'il ij eufi: moyen de 
luy donner, mais à cela il ij a plus d'un mois ou deux qui m'en font defefperer. Il 
faut veoir comme dieu réglera les euenemens. Je le prie de vous conferuer en 
fanté tres-confi:ante et demeure tres-confl:antement &c. 



N= S6i. 

J. Chapelain à Christiaan Huygens. 
30 MAI 1661. 

La lettre se trouve à Le'iden^ coll. Huygens. 

La copie se trouve à Paris, Bibliothèque Nationale^'). 

Clir. Huygens y répondit par le No. 873. 

Monsieur 

je refpons a voftre lettre-) de Londres que je nay point receue, et je n'ay pu 
auoir appris par celle s) que vous aués depuis efcritte a Monfieur Conrart, que 
vous mauiés fait le mefme honneur, fans me croire obligé a vous en rendre tref- 



■'') Dans le Reys-Verbael , Clir. Huygens nota à l'occasion de ce couronnement „Tout cecy par 
relation. Car j'eftois cependant chez Rêves pour obferver Mercure dans le Soleil, comme 
je fis , y ayant 30 ans que Monfieur Gafiendi avait veu la mefme cliofe." 

*) Sopliia Theodora, comtesse van Brederode, était la troisième fille du comte Johan Wolfertvan 
Brederode et de Louise Christine von Solms. Elle épousa Christiaan Albert comte de Dhona. 



' ) Cette copie est un peu différente de Toriginal. 

") Nous n'avons pas trouvé dans nos collections la minute de cette lettre à Chapelain. 

3) Cette lettre à Conrart manque également dans nos collections. 



CORRESPONDANCE. lôSl. 27^ 



humbles grâces. Je vous auoiie que voftre apparent +) m'auoic donné beaucoup 
d'inquiétude et que n'ayant aucune nouuelle de vous j'auois efté fort en peine de 
vous. Et ce n'elloit pas tout a fait fans raifon puifque vous vous eilies refTenti ^) du 
mauuais air de ce Royaume là et que fes charbons ont aucunement altéré la bonté 
de voftre habitude; Heu fuge crudeles terras fuge littus auarum et reucnés pronte- 
nient a vollre terre natale qui conferuera auec foin vne vertu qui luy fait tant 
d'honneur. Je n'oferois dire reuenés prontement a la noftre. Ce feroit a moy 
improba vota concipere, encore que ce pais cy ne vous ait pas efté barbare et que 
du moins il ne vous ait point fait de mal. Ce fera quand vous aurés HititTait a ceux 
de voftre Patrie qui ne vous eftant pas ingrate mérite que vous ne le luy foyés pas, 
et que vous luy lailliés jouïr quelque temps d'vn de fes ornemens les plus riches. 
Je n'ay point veu Monfieur Ampiou *) depuis voftre départ mais je fuis aff"uré 
qu'il eft pour vous tout ce que vous fcauries defirer. Pour Monfieur de Monmor 
il m'a cent fois demandé ce que je fcauois de vous et fi je n'auois point eu de vos 
lettres. On fe ibuuient touljours de vous en fon Aflemblée et vous y aués laiïïe vne 
odeur de probité qui durera autant qu'elle. Je me promets, Monfieur, que vous nous 
inftruirés de ce que vous aurés trouué du Scauoir Anglois. On nous dit icy que les 
Doftes de Londres ont de grands defteins pour l'auancement des connoiïïances 
naturelles. Il femble que noftre Académie fe refchauffe par l'émulation quils luy 
donnent, et que Ion s'y veiiille appliquer aux expériences preferablement a tout 
autre exercice, ou il n'y a que l'efprit qui ait part. Si vous trouués en arriuant ches 
vous quelque auis de noftre cher Monfieur Heinfius je vous prie que vos premières 
defpefches les portent, comme auffi de nous informer des Ouurages de confidera- 
tion qui auront paru fraifchement en vos quartiers. Rien ne fait icy de bruit que 
les Efcrits des Théologiens fur la matière de ceux de Janfenius "). Je voudrois que 



4) Ajoutez: filence. 

5) Consultez la Lettre N°. 860. 

*) Ampiou était conseiller de la cour à Paris. 

•") Consultez, au sujet des nombreuses publications qui ont paru sur cette matière en 1660 et 
dans la première partie de 1661, le bénédictin Gabriel Gerberon , fougueux défenseur des 
Jansénistes, dans le Volume II, pages 447 — 497, de son ouvrage: 

Hiftoire générale du Janfenifme, contenant ce qui s'efi: païï'é en France, en Efpagne, en 
Italie, dans les Paif-Bas, &c. au snjet du Livre, intitulé Auguftinus Cornelii Janfenii. Par 
Monfieur l'Abbé ********. Enrichie de Portraits en taille-douce. A Amsterdam, chez 
J. Louis Delorme. mdcc. III Vol. in-8°. 

Nous citerons, en outre les publications suivantes : 
«) De Tuflage des paffions. Par le P. Jean-François Senault Prêtre de l'Oratoire. A Paris, 

chez Chriftopher Journet. 1660. 
Z») Obfervations fur une cenfure publiée fous le nom de la Faculté de Paris contre la tra- 
duction du Mifl'el. 1661. in-4°. 
c') Enluminures, représentant des caricatures. 

Œuvres. T. III. 35 



274 CORRESPONDANCE. 1661. 



ces excellences Plumes en eulTent pris d'autres plus terreftres et moins eleuées. Le 
gênerai des hommes y rencontreroic plus de profit et moins d'agitation. Mandés 
moy furtouc fi vous donnerés bientofl: voftre Traitté du Pendule amplifié et s'il 
vous efi: venu quelque chofe à l'efprit fiir vofi:re Saturne qui férue a vous confirmer 
dans voftre fi raifonnable opinion. Soit fiir ce fiijet la foit fur d'autres il ne faut 
demeurer en fi beau chemin et vous deués au Public tout ce que vous efi:es capable 
de luy donner pour fon infiiruftion et pour fes auantages. C'eft en fon nom que je 
vous en fiDllicite. et je diray mefine au nom de vofl:re gloire, car pour mon regard 
quand je ne verrois jamais rien de vous que ce que j'en ay veu, l'en ferois pleine- 
ment fatiCfait et il me fiiffira toujours que vous conferuiés vofl:re genereufe amitié 
Monsieur 

a Voftre trefhumble et trefobeiffiint feruiteur 
Chapelain. 
De Paris ce 30. May 1661. 

A Monfieur 
Monfieur Christianus Huygens 
Gentilhomme Hollandois. 

A La Haye. 



N= 862. 

Leopoldo de Medicis à Christiaan Huygens. 
I JUIN 1661. 

La lettre se trouve a Leideii, coll. Huygens. 

Signore Cristiano Vgenio. 

Mando a Veftra Signoria con la folita confidenza un' libretto fotto nome del' 
Diuini '), accio le preuenga quanto prima. Quefto io non hauerei configliato a 



tT) Louis Fontaines [pseudonyme du capucin Zacharias de Lissieux] , Relation du pays de 

Janfiînie. Paris 1660. 
(?) l'Eftrille du Pégafe Janfénifte aux rimailleurs de Port-Royal. 1661. 
/') [Nicole] , Idée générale de l'Efprit et du Livre dn P. Amelotte. 1661. 
g) Ignace Eykenhoom [pseudonyme] Idée générale du Catechifme. 1661. 
//) L'Augnstin victorieux de Calvin et de Molina, ou Réfutation du Secret du Janfénifiue. 

1661 in-4^. 



') Evftachivs de Divinis Septempedanvs, Pro fva Annotatione in Syftema Satvrnivm Cliriftiani 



CORRESPONDANCE. l66l. 275 



ftamparlo, ma non dico per ora a Veilra Signoria altro mio fentimenco ne quello 
de mei Accademici Ibpra di eiïb, ben che ui fia molto da dire intorno a uarie 
cofe, perche canto loro, che io medefimo fiamo occupati per leraire al Sereniflimo 
Gran' Duca. Bafta folo che Veftra Signoria fappia per miafodiffazione, et lua, 
che non' ho' dato conlenfo alcuno in queila ftampa, ne mi è ftato partecipato 
il contenuco di eïïa. Et confermando a Veilra Signoria la parzialità del mio affetto 
le auguro del' Cielo ogni félicita. Di firenze li i. Giugo. 1661. 

Al Piacere di Voftra Signoria 
Il Principe Leopoldo. 



N= 8^3. 

Christiaan Huygens à [Lodewijk Huygens]. 
9 JUIN i66i. 

La lettre et la copie se trouvent à Leidei:, coll. Huygens. 

A la Haye ce 9 Juin. 1661. 

Je croyois qu'on n'envoyoit plus des lettres a Meffieurs vos AmbafTadeurs 
comme eftant incertain fi elles les rencontreroient en chemin, mais ayant appris 
aujourdhuy le contraire de Bifdommer '), je vous efcris encore cellecy pour vous 
faire fcavoir que je fuis de retour a la Haye depuis 12 jours, et que j'efpere que nous 
vous y verrons bientoft. Je n'ay receu qu'une des vofl:res -) pendant que j'ay efi:è 
en Angleterre, à la quelle j'ay fait refponfe 3), et vous ay mandé que je ne trouvois 
pas le fejour de Londres fi charmant qu'il femble que vous l'ayez trouuè puis que 
vous refmoignez toujours avoir tant d'envie d'y retourner. Je prevoy que nous 
aurons grande difpute pour cela, car je vous foutiendray touijours que la puanteur 
de la fumée y efi: infupportable, et trefmaKaine, la ville mal baftie, des rues eftroittes 
et mal pavées, rien que des chetifs bafi:imens. car enfin cette piazza et tout le com- 
mun garden efi: fort peu de chofe et rien auprès de ce qu'on voit a Paris. Le peuple 
y efi melancholique, les gens de condition afl"ez civils mais peu fociables, les fem- 



Hvgenii adverfvs eivfdem An'ertionem. Romae Typis Dragondellianis, m.dc.lxi. Svperio- 
rvm PermifiTv. in-8°. 

Cet ouvrage est écrit sous la forme d'une lettre à Clir. Huygens, datée „Kalendis Martii 
erae Chriftianae anno cIo Io clxi". 



') Bisdommer était attaché au service des postes à la Haye. 

") Nous n'avons pas trouvé dans nos collections cette lettre de-Lodewijk Huygens. 

3) Cette lettre de Chr. Huygens manque aussi dans nos collections. 



Ijd CORRESPONDANCE. 1661. 



mes de fore médiocre entretien et non pas du tout fi fpirituelles ny fi animées comme 
en France : mais peut efl:re le monde y eftoit autrement fait lors que vous y fufiies, 
et il y a de l'apparence qu'après le refi:abli(rement de la cour, l'on y verra revenir 
quelque forte de politefic. Je puis dire au refte que j'ay eu a faire auec de fort hon- 
nefles gens, la plufpart des quels avoyent voyage en France et ailleurs, qui m'ont 
traité , regalè, et défraye par tout fort noblement. A ceux qui ne fcavoient que leur 
langue du pais, je la parlois auiïi fort hardiment, et me faiibis aïïez bien entendre. 
Mon maiftre efl:oit Miftris Mary la fille du logis que tenoit le Prince Maurice a la 
quelle tous les foirs après fouper je l'endois vifite en fa chambre avec Mèfîîeurs Coe- 
nen Monfieur Chaife "*) et quelques autres. Van Vliet ') m'avoit promis de me mener 
chez voftre Mifi:ris Briggit ''), mais il fut longtemps fans pouuoir fortir de fa cham- 
bre, a caufe de fa jambe qui s'eftoit reouuerte, et peu après je partis, de forte que 
je n'ay pas vu cette belle; de la quelle pourtant il m'a raconté qu'a prefent elle 
efloit tout a fait dans la dévotion, après qu'un certain mariage avec un doftor en 
Théologie luy avoit manqué, et qu'elle fuyoit toute converfation et galanterie. 
Mademoifelle Catharina Smits n'eftoit pas de cette humeur là, que j'allois veoir 
afl"ez fouvent") et beaucoup d'honnefies gens avec moy comme Meffieurs de Mont- 
pouillan, La Lecq ^) et autres. Elle avoit appris a chanter des bons maiftres qui 
font là, et en avoit profité beaucoup. Au refte perfonne ne fcavoit ce qu'elle y 
eftoit venu faire, ny ce qu'elle pretendoit. 

Ceux de la nouuelle académie de Phyfique, qui s'afiemble a Grefhams Collège 
m'ont fait veoir quantité de belles expériences touchant le vuide, les quelles ils 
ne font pas avec le vif argent dans des petits tuyaux, mais en tirant par le moyen 
d'une certaine pompe tout l'air hors d'im grand vafe de verre, ou ils mettent aupa- 
ravant dedans l'an animal ou l'autre et diverfes autres chofes. Je vous monilreray 
le livre ') qu'un d'eux '°) en a fait imprimer. A la prière de ces Meflleurs j'avois 



+) Sébastien Chieze devint conseiller au parlement d'Orange. II était bon mnsicien et ami in- 
time de la famille Huygens. En 1669 il fut chargé d'une mission politique à Madrid; il y 
mourut en 1679. 

5) Janus Vlitius. Voir la Lettre N°. 513, note i. 

*) Probablement „Miscris Priée". Voir la Lettre N°. 840, note 3. 

') Le 2 1 avril Huygens avait entendu, chez cette dame, Betkosky, joueurde luth. [Reys-Verhael]. 

8) Maurits Lodewijk van Nassau la Lecq, comte, fils de Lodewijk van Nassau, seigneur de 
Beaumont, et d'Elisabeth van Hoorn, mourut en 1683 comme gouverneur de Skiis. Il était 
colonel de brigade. 

5') New Experiments Phyfico-Mechanical touching the Spring of the Air, and its ElTefls (Made 
for the mort part, in a New Pneumatical Engine). Written by way of Letter to the Right 
Honorable Charles Lord Vifcount of Durgarnan, Eldeft Son to the Earl of Corke. By the 
Honorable Robert Boyle, Efq; Oxford. Printed by H. Hall, Printer to the Univerfity, for 
Tho. Robinfon. 1660. in-4°. 

La deuxième édition, dans laquelle l'auteur réfuta les objections de Linus et de Hobbes, 
parut en 1662. 

'°) Robert Boyle. Voir la Lettre N°. 858, note 6. 



CORRESPONDANCE. 1661. IJJ 



fait venir ") mes verres de ma grande lunette, les quels ils ont vcu par expérience 
qu'ils eftoient beaucoup meilleurs que les leurs, et m'ont fceu beaucoup de grè de ce 
que je leur ay appris le fecret d'en faire. Le Duc de York et Madame la DuchefTe '-) 
venoient aulTi quelques fois obferver Saturne et la Lune , le lieu d'où nous regar- 
dâmes eftant le jardin derrière Whithall. Le Roy n'y a jamais eflè, ce qui n'eft 
pas cftrange toutefois, car il avoit bien d'autres chofes en tefle pendant tout ce 
temps là. Je n'ay point receu d'autre faveur de Sa Majeftè fi non qu'il me dit, 
J am very glad to fee you, lors qu'a Winfor je luy fis la révérence. Je ne vous 
dis rien des cérémonies et magnificences que j'ay vues, mais vous en referve 
l'hifloire jufqu'à vofi:re entrevue. Adieu. 



N= 864. 

R. MORAV à Cl-IRISTIAAN IIUYGENS. 
10 JUIN 1661. 

La lettre se trouve à Le'idcii, coll. Huygens. 
Clir. Iliiygciis y répondit par le No. 8(58. 

A Whitehall ce 3 1 May. 1 66 1 . 
Monsieur 
Vous deuez fçauoir combien de fatiffaétion J'ay eiie en l'honneur de vofl:re con- 
uerlation, fi du moins vous vous fouuenez de ce que Je vous en ay tant de fois dit. 
Mais vous aurez de la peine à vous imaginer combien vofire lettre ') m'a apporté 
de ioye: vous m'y faites voir non feulement que vous m'aimez, mais aufll que vous 
croyez que Je vous aime. En bonne foy, vous ne vous y trompez point de tout. Ce 
n'efi: pas moy feul qui fuis rauy d'apprendre que vous elles heureufement arriué a 
la Haye. Tous ceux que vous m'auez nommez, et tout le refi:e de nofl:re Société, y 
prennent autant d'interefl: que moy mais ces meflleurs de Bronker, Neal, Slingf- 
by ^), et Boile font fatiffaits de la fouuenance que vous auez d'eux, à un point, qui 
me donne prefque de la jaloufie. Voilà afl^ez de cette forte de langage. Je crois 
que nofl:re amitié, eft défia fi bien fondée, qu'il ne fera plus befoin de nous entre- 
tenir de ciuilitez. Agifix)ns donc déformais d'une franchife fans façon. Mercredy 
dernier s) Monfieur le Cheualier Digby nous a entretenu une heure d'un difcours. 



") Consultez la Lettre N°. 855. 

'-} Voir la Lettre N°. 803 , notes 1 2 et 13. 



') Nous n'avons pas trouvé cette lettre dans nos collections. 

-) Henry Slingsby, membre du Privy Council, tut un des premiers membres de la Société 

Royale. 
3) C'était le 8 juin, 28 mai (vieux style). Dans cette séance, C. Digby continua le discours qu'il 

avait commencé le 23 janvier (v. st.). 



178 CORRESPONDANCE. 1661, 



touchant La Végétation +): dont Je vous enuoyeray copie, aiiffi tofl: qu'il fera im- 
primé. Nous trauaillons défia aux apprefts pour les Tclelcopcs. Vous fçaurez le pro- 
grez qu'on y fait. Souuenez vous de vortrc promefTc de publier les pièces que vous 
auez défia acheuees, du mouuement &c. Et cependant puifqu'il ne fe trouue point 
icy de copie de ce qui s'efl: pafl"é entre vous et Euflachio de Diuinis enuoyez'nous 
en deux ou trois, Et s'il y a quelque chofe icy, que vous auez enuie d'auoir, faites 
le moy fçauoir. Je ne puis pas maintenant vous entretenir de nos petites aiFaires 
comme peuteftre vous le defirez. une autre fois Je vous en rompray la teile. Je fuis 
de tout mon coeur 

Monsieur 

Voftre trefhamble et trefaffeélionné feruiteur 

R. MORAY. 

A Monfieur 
Monfieur Constantin Hugens 
I fi DE ZuLicoM, le Fils. 

XII A la Haye. 



N= 865. 

Christiaan Huygens à [Ism. Boulliau]. 
13 juin 1661. 

La lettre se trouve à Paris, Bibliothèque Nationale. 
Elle est la réponse au No 853. Ism. Boulliau y n'IioniUt par le No. 872. 

A la Haye ce 13 Juin 1661. 

Monsieur 

Efiiant allé veoir aujourd'liuy Monfieur de Thou ') il me dit qu'il avoit receu de 
vos nouuelles de Varfovie, et m'envoya ici en iliite un fort honefl: homme des fiens 



"*) A Discoiirse coiicerning the Végétation of Plants spokeii by sir Kenelme Digby at Gresliam 
Collège, 23 Jaii. 1660 — 1661, at a Meeting for Promoting Philosophical Knowledge by 
Experiment. London 1661. in-4°. 

5) Sur cette adresse fautive, voyez la Lettre N°. 868 de Chr. Huygens. 



') De Thou était l'ambassadeur français; autrefois Boulliau avait été son secrétaire. 



CORRESPONDANCE. 1661. 279 



dont je n'ay pas retenu le nom, qui me monftra la lettre que vous lui aviez efcrite, 
et s'offrit a vous envoyer celle-cy. Je vous fuis infiniment obligé Monfieur de ce que 
pendant voftre voyage vous vous elles fouuenu de moy, et m'avez quelqueffois 
honoré de vos lettres, car l'on m'a alTurè qu'outre celle du 9 Avril efcrite de Dan- 
zic -), vous m'en aviez adreiïe encore une s) auparavant, la quelle ne m'a pas eftè 
rendue. Cette autre dont je parle me fut envoyée a Londres, ou j'ay fait un fejour 
de 2 mois. 

Apres avoir vu tous vos lUuflres de Paris, j'avois envie d'apprendre ce que fai- 
foient ceux d'outremer, ou je connoiiïbis auffi quelques perfonnes fçavantes, que 
l'on difoit avoir inftituè une noimelle académie, pour l'avancement de la Philofo- 
phie naturelle. J'ay trouvé en etfeét plufieurs habiles gens et qui prennent fort a 
coeur cette nouuelle inftitution, a la quelle ils cherchent quelque fonds certain, et 
cependant contribuent eux mefmes pour avoir de quoy faire des expériences en 
toute matières. Entre autres ils ont de grands defTeins pour perfeélionner d'avan- 
tage les lunettes d'approche, et d'en faire de plus longues que jufqu'icy. Ils en 
avoyent de 31 pieds, mais qui ne faifoient pas tant d'eifeftque les mienes de i22, 
car nous les comparâmes enfemble. C'eft pourquoy ils ont eftè bien aifes que je 
leur aie enfeigné tout ce que je fcay dans la pratique de cet art; avec quoy ils efpe- 
rent d'en produire bientoft de 60 et 80 pieds. Vous ne me mandez pas fi vous avez 
eu avec vous le verre que vous avez de ma façon '^), et fi vous l'avez comparé avec 
ceux de Monfieur Hevelius, qui fans doute en a aufll de fort excellents. Pour ce 
qui eft de la magnificence et beauté de ces inftrumens pour les obfervations 
celeftes, quoyque j'en aye eftè très perfuadè il y a longtemps, je fuis pourtant fort 
aife de le veoir confirmer par une perfonne aufïï connoifl"ante que vous, et je n'auray 
pas peu de quellions a vous faire touchant tout cela quand j'auray le bonheur de 
vous revoir icy. Si le chemin n'eftoit pas fi extrêmement long, je vous afl"ure que 
j'aurois très grande envie d'aller rendre à Monfieur Hevelius la vifite que vous 
dites que je luy dois. Cependant je reverre de loin ion grand fcavoir et induftrie, 
qu'il accompagne d'autres belles vertus, ainfi que vous le fcavez par [vue?] s) et je 
me croy heureux d'avoir quelque part dans fon eftime. En retournant, fi vous paf- 
fez a Danzic, n'oubliez pas je vous prie de luy faire mes très humbles recomman- 
dations. Je ne fçay fi vous aurez encore efté avec luy le 3 May, pour obferver 
enfemble la conjonftion de Mercure avecq le 0, je la vis a Londres avec quelques 
autres au logis du bon faifeur de lunettes appelle Reeves, et ce fut juftement le 
jour du couronnement du Roy. Les nuées nous empefcherent de la confiderer tout 



-') Voir la Lettre N°. 853. 

3) Nous n'avons pas trouvé cette lettre dans nos collections 

4) Consultez la Lettre N°. 605. 

5) Ici la lettre est déchirée. 



aSo CORRESPONDANCE. 1661. 

du long, et n'eufmes qu'une demie heure de temps, a fçavoir depuis hora i ^ jufqu'a 
hora 2. quelques autres qui avoient auffi fait des préparations n'en virent rien. Mais 
les noftres n'eiloient pas telles que je les fouhaittois, car nous regardâmes feule- 
ment le difquc du foleil a travers le telefcope, ians le faire venir dans une chambre 
obfcure, parce que dans ledit logis il n'y en avoit point qui y fut propre. Voicy 
dans ce biliet ''^ ce que nous en avons veu, et fi vous avez quid reftius iftis, je vous 
prie que je voye combien j'ay failly, car ne croyez pas que je donne cette obferva- 
tion pour très exafte. Que je fâche auffi s'il vous plait ce que vous auez remarqué 
de la comète du mois de Febrier. l'on m'a dit que Monfieur Hevelius en a fait 
diverfes obfervations'). Je croy que Cechelius^) luy aura communiqué lafiene. En 
France perfonne n'a pu veoir cet aftre. En Angleterre j'ay ouy parler d'une obfer- 
vation de Parelie que Monfieur Hevelius auroit faite, ou il y avoit 7 foleils. Rien 
au monde me feroit plus agréable que d'en pouuoir avoir quelque exafte defcrip- 
tion, comme fans doute il en a faites. Je fuis de tout mon coeur 

Voftre très humble et très obeiffant ferviteur 
Chr. Huygens de Zulichem. 

Je ne manqueray pas de faire vos baiferaains a Monfieur Hudde quand je le ver- 
ray icy ou a Amfterdam. Il me femble que vous me priez d'en faire autant à Mon- 
fieur Heinfius ce qui fera donc par lettres, car il y a plus d'un mois défia qu'il efi: 
en Suéde. 



'5) Voir la pièce N°. 866. 

") Hevelius publia ces observations sur la comète dans son ouvrage „Macliinae Coeleftis 

Pars II 1679," 
^) S. Kechelius à HoUenstein. 



CORRESPONDANCE. 1661. 



N= 866. 

Christiaan Huygens à Ism. Boulliau. 
Appendice au No. 865. 

La pièce se trouve h Paris, Bibliothèque Nationale. 

■ A Vertes . 




J Mcxuj. ^t.JV. J^OTi^nL. 

Aftronomus quidam Londinenfis nomine Street ^), femidiametrum folis tune 
temporis calculo inveniebat 15'. 45". Ego vero hora sda. Mercurium vidi occupare 
locuni C, (quantum nimirum oculi aeftimatione determinare poteram) ita ut dirtan- 
tia ejus à verticali AB par centrum tranfeunte effet circiter 4'. 20". diftantia vero 
a margine folis 3'. 20". Invertendum autem eft Schéma. 



') Dans la Lettre N°. 887 Chr. Huygens donne une figure corrigée. 
^) Thomas Streete. Voir la Lettre N°. 851 , note 5. 

Œuvres. T. III. 



36 



CORRESPONDANCE. 1661. 



N= 867. 

R. MoRAY à Christiaan Huygens. 

23 JUIN 1661. 

La lettre se trouve à Leidcn, coll. Huygens. 
C/ir. Huygens y répotidit par le Nn. 8S1. 

A Whitehall ce 13. Juin. 

Monsieur 

Vous auriez eu quelque fuiet de me faire des reproches, fi J'euiïe laifTé partir 
Monfieur d'Oldenbourg fans le charger de deux ou trois lignes pour vous. Je ne 
vous y feray pourtant point de compliment. Et il m'épargnera la peine de vous 
raconter les petites chofes qui fe font pafl"ees, à nos afiemblees, depuis voftre départ, 
& tout le refte de ce que vous pourrez defirer fçauoir de Nous. Je prétends pour- 
tant que vous vous entendiez obligé , de ne point déférer à nous donner de vos 
Nouuelles , jufqu'a fon retour, par ma dernière ') vous aurez appris combien de 
fatiffaftion tous vos amis de noftre focieté ont eue , de ce que Je leur ay dit de 
voftre part. Vous verrez maintenant que je me gouuerne félon ce que je vous y 
ay dit. parceque Je fuis réellement 

Monsieur 

Voftre trefhumble et trefaffeélionné feruiteur 

R. MoRAY. 

A Monfieur 
Monfieur Constantin ") Hugens 
De Zulicom le fils 

A la Haye. 



') Voir la Lettre N°. 864. 

-) Consultez, à l'égard de cette adresse erronée, la Lettre N°. 868 de Chr. Huygens 



CORRESPONDANCE. 1661. 283 
1 

N= 868. 

Christiaan Huygens à [R. Moray]. 

24 JUIN 1661. 

La lettre se trouve à Londres, Royal Society. 
Elle est la réponse au No. 864. R. Moray y répondit par le No. 869. 

A la Haye ce 24 Juin 1661. 

Monsieur 

Je fuis fore de voftre avis, que nous banniffions les compliments et civiliccz 
iliperflues hors de nos lettres, Et je voy bien que quand j'aurois envie, comme je 
n'ay aucunement, de vous attaquer par là, que vous en fcavez cent fois plus que 
moy et que je n'en fortirois jamais à mon honneur. Voltre lettre par ce qu'il y avoit 
dans la fuperfcription Conftantin au lieu de mon nom a eflè envoyée d'icy a Bruf- 
felles ou mon Père eftoit'), qui me l'a renvoyée. Sans cet abus je vous aurois fait 
refponfe par l'ordinaire de la femaine païïee. 

Il me tarde extrêmement de veoir le difcours -) de Monfieur Digby que vous avez 
entendu. Cette matière eil: trefbelle et trefcurieufe, et je ne doute point que dans 
ledit difcours il n'y ait des obfervations et de lumières nouuelles pour nous en faire 
comprendre les mifteres plus clairement que l'on a fait jufqu'icy. Monfieur des 
Cartes n'a rien dit dans fa Philofophie touchant la végétation, touteiïois je fçay 
qu'il s'eftoit adonne un temps a l'elludier, et qu'il avoit des verres pleins de terre 
dans la quelle il plantoit de la graine de quelques herbes, en forte qu'elles tou- 
choient le verre par dedans, a fin qu'il les pût obferver en croiiïant. Je fuis bien aife 
que vous perfifl:ez toufjours dans le bon defi"ein de faire travailler aux lunettes 
d'approche. J'ay obfervè tous ces jours pafl^èz Saturne avec les mienes, et je voy 
diftinftement qu'il n'y a pas la moindre partie du globe de Saturne qui avance hors 
de l'ovale de l'anneau par defTus ny par deflx)us, ce qui ne devroit pas eftre ainfi, 
félon la proportion des diamètres de l'anneau et dudit globe que j'avois mife de 9 
ad 4. J'ay donc connu qu'il faut pofer l'anneau plus grand a proportion, et que fon 
diamètre a celuy du globe doit efi:re pour le moins comme 1736. Je me fuis fait 
conftruire un Saturne avec un cercle de cuivre, comme eft celuy que j'ay veu chez 
vous, mais dans la proportion fufdite; et l'ayant tout revefl:u de papier blanc, je 
voy qu'eflant vu de loin et bien éclairé, il me raporte fort bien toutes les phafes. 
Je frotte le papier de craye ce qui le fait paroifl:re également blanc partout. 



') Le 25 mai 1661 Constantyii Huygens, père, fut délégué à Bruxelles, d'où il revint le 

21 juin. 
") Consultez la Lettre ]NI°. 864, note 4. 



284 CORRESPONDANCE. 1661. 



Je ne manqueray pas de vous envoyer des exemplaires de mon Antidivinis s), 
quand je trouueray quelque commodité pour cela. 

Je vous avois prié d'intercéder pour moy auprès de Monfieur Boyle afin qu'il 
me voulut communiquer l'obfervation des parelies. Ayez donc la bonté de vous en 
fouuenir. 

L'on m'efcrit de Paris '*) que l'académie chez Monfieur de Montmor fe réchauffe 
par l'émulation de la voftre, et que l'on s'y veut appliquer aux expériences prefe- 
r^blement à tout autre exercice, ou il n'y a que l'efprit qui ait part. Voila un bon 
effeâ: qu'a produit feulement vofl:re exemple. Vous m'obligerez infiniment en me 
donnant avis de temps en temps de ce que l'on traite dans l'Illuftre afl"emblee et des 
refolutions notables que l'on y prend. Croyez que dans fon eftablilTement et dans 
tout ce qui la regarde je ne m'interefie pas moins qu'aucun de ceux qui la compo- 
fent , et que je fuis parfaitement 

Monsieur 

Vofbre très humble et très obeiflant feruiteur 
Chr. Hugens de Zulichem. 

L'horologer icy m'a dit qu'il y a défia un mois qu'une horologe avec un pendule 
de 3 pieds efi:oit partie pour Londres par ordre de Monfieur Brus s). Je croy que 
c'eif celle qu'il vous avoit promife , et feray bien aife d'entendre comment vous la 
trouuez. 



3) Huygens désigne ici sa „Brevis Assertio." Voir la Lettre N°. 782 , note 3. 

+) Consultez la Lettre N°. 8(5 1. 

S) Robert Bruce, second Earl ofElgin et premier Earl ofAilesbury, fils unique de Lord Tho- 
mas Bruce of Kinloss et d'Anne Cliicliester: il mourut le 20 octobre 1685 à Amptliill. Il 
occupa plusieurs hautes positions dans son pays et était connu comme homme scientifique, 
collectionneur de manuscrits et mécène de divers érudits. 



CORRESPONDANCE. 1661. 285 



N= 869. 

R. MoRAY à [Christiaan Huygens]. 

I JUILLET 1661. 

La lettre se trouve à Leiden, eoll. Huygens. 
Elle est la réponse au No. 868. Chr. Huygens y répondit par le No. 874. 

A Whitehall ce ai. Juin. 1661. 
Monsieur 

La beueiJe ') que J'ay faite en ma dernière vous aura fans doubte fait rire. Je 
vous afîeure que Monfieur le Mylord Bronker & moy en auons bien ris. Je ne 
vous en feray donc poiiit d'excufe. Je voy bien que vous ne quitterez point tout a 
fait le ftile de courtizan qu'a mon example, laiiïbns le donc là. 

Monfieur le Cheualier Digby fait imprimer fon difcours de végétation -). auffî 
toil: qu'il eft acheué. Je vous en enuoyeray quelque copies. Vous fçauez que c'efi: 
un fçauant perfonnage, & qu'il efi: un de ceux qui fe font créé des principes, & qui 
en ont bafti des fyftemes de la phyfique, félon lefquels ils expliquent les phaenome- 
nes de la nature, il n'efl: pas befoin que Je vous fafle fon pourtrait. Vous fçauez 
qu'il a l'efprit fort éclairé, qu'il efi: grand chimifte, et fort éloquent. Mais fouue- 
nez vous, et faites fçauoir a ceux que vous jugez à propos, que lors que quelque 
membre de noflre focieté publie quelque efiay de les fentiments touchant aucune 
fcience ou partie de la philofophie, que la focieté n'y eft point intereffé, à moins 
que cela foit déclaré authentiquement. Dans ce difcours de Monfieur Digby, il y 
a des iollies chofes. Mais auec le temps la focieté examinera la vérité de ce qu'il y 
dit auoir expérimenté, et mettra le tout a la coupelle, comme aufll toutes les pie- 
ces de Monfieur Boile et autres. 

Dans quelques iours s) nous efperons que noftre focieté fera eftablie de la bonne 
forte; dont vous fçaurez les particularitez. auffi toft que cela eft fait, on procédera 
aux experiments, dieu aidant, d'un autre air, qu'on n'a fait iufqu'icy. la végétation 
n'y fera point oubliée. Monfieur le Chevalier Neile a le foin de la Tefcopie +). 
Jl n'a pas encore eiïayé de faire les verres a voftre mode. Jl trauaille première- 
ment a faire quelques uns à la main, fans l'aide d'un bafton, pour voir iufqu'ou 
ladrefie de la main feulle peut aller et il a fait un nouueau verre ou deux qui font 
encor meilleurs que celuy que vous auez veu, de 35 pieds, mais dans une femaine 



') • Moray parle de l'adresse erronée de sa lettre. 

-) Voir la Lettre N°. 864, note 4. 

3) Le „Royal Charter" (on Lettres patentes) de la Société Royale ne fnt signé qne le 15 juillet 

1662 (Vienx style). 
*') Lisez : Telefcopie. 



286 CORRESPONDANCE. 1661. 



OU deux nous prétendons nous feruir de vortre mode, et conftruire des outils pour 
des plus grandes fpheres que nous n'auons eues, jufqu'icy. Meilleurs Bronker & 
Neile ont défia veu ce que vous me mandez touchant vos nouuelles obferuations 
de Saturne, et font autant rauis de ce que vous en dites, comme fatiffaits de voftre 
candeur et ingénuité. Jls auoyent bien remarqué comme vous, que le Globe de |). 
ne s'auance point hors de l'anneau; mais n'auoyent point fait reflexion fi cela eftoit 
conforme a la proportion que vous leur auez affignee, ou non. Mais maintenant que 
vous leur auez mis cela en l'efprit, ils font refolus de le confiderer attentiuement et 
vous communiquer ce qu'ils en iugeront. Jl faut confefler la faute que J'ay faite 
en ne parlant point a Monfieur Boile touchant ce qu'il vous a promis des parelies, 
mais il me pourra feruir pour une efpece d'excufe de vous dire, qu'il a leu voftre 
première lettre s), néant moins Je tafcheray de vous obtenir de luy ce qu'il vous a 
promis. Nous fommes trefaifes d'apprendre que Noftre exemple a feruy d'aiguillon 
a cette dofte compagnie qui s'afTemble chez Monfieur de Montmor pour les animer 
a la recherche de la vérité des chofes par les vrays moyens. Nous ferions rauys que 
toutes les autres d'Italie en fifi^ent de mefnie. nous auons drefl^é une lettre '^) pour 
Monfieur de Montmor qui introduira entre nous une correfpondence telle qu'ils dé- 
firent, félon ce qu'un membre ") de nofl:re ibcieté, qui a efl:é magnifiquement reçeu 
et traitté parmy eux depuis peu, nous a dit de leur part ^). Je ne refufe pas la peine 
que vous voulez que je prenne, en vous communiquant parl'ois ce qui fe pafîè 
parmy nous, mais fçachez que Je prétends, que vous m'en payerez tout ce qu'elle 
vaut. C'eft a dire; fi Je trouue que vous efi:es'fi peu occupé, que de n'auoir pas 
quelque chofe de nouueau a me communiquer toutes les fois que vous m'efcriuez, 
Je vous donneray de la beibgne. depuis que vous efi:es parti, nous auons fait en forte 
que le Roy a chargé Monfieur Wren, de trauailler a la conftruétion d'un Globe, 
exadlement conforme à la lune. Il a défia fait quelque aduance là dedans. Et Je crois 
que vous'ne feriez pas fafché que cela fufl: fait, le Roy luy s') donné encor une autre 
tafche. C'eft de tracer les figures de tous les petits infeftes et autres animaux, com- 
me le microfcope les reprefentent en quoy il reuflira h merueilles. Mais il me fouuient 
que Monfieur d'Oldenbourg a entrepris de vous informer, de bouche, de tout ce 
qui s'cft païïe parmy nous depuis voftre départ: autrement Je crois que Je vous 
aurois efcrit un volume entier cette fois cy : ayant par grand hazard plus de loifir a 



5) Nous n'avons trouvé nulle part cette lettre de Chr. Huygens à R. Moray. Consultez la Let- 
tre N°, 864. 

*) Cette lettre latine fut écrite le 22 juillet 1661 (v. st.). Sorhière, le secrétaire de la Société de 
Monmor, y répondit le 25 août 1661. 

") Selon le Reys-Verhael c'était le Colonel Sir Samuel Tuke, membre de la Société Royale, qui 
avait préparé à Paris, dans une assemblée chez M. de Monmor, des relations avec elle. 

^) Dans les assemblées de la Société Royale du 1 5 mai et du 1 2 juin ( v. st.). 

S') Ajoutez: a. 



CORRESPONDANCE. 1661. 287 



cette heure, que je n'ay eu je ne fçay quand, neantmoins il faut adioufter encore 
quelques autres particularitez dont il ne vous pourra rien dire. Nous auons fait 
quelques experiments de certains poifons, & en deuons encore faire d'autres. Vn 
de noftre Corps, c'eft Monfieur le Dofteur Charleton '°), nous fit mercredy ") un 
très iolly difcours fur le fubieft de l'experiment qu'il auoit fait deuant nous, de Nux 
Vomica, et du poifon en generall. qu'il pourra , peut eftre , imprimer. Mais voilà 
le loifir, qui me va eftre retranché. Et de fait, quand cela ne feroit point. Je trouue 
qu'il me feroit impoffible de vous donner a une fois l'hiftoire de toutes les petites 
chofes que nous auons entre les mains. C'eft pourquoy il faut que vous vous con- 
tentiez de cecy pour le prefent. Je n'ay point encore eu de nouuelles de cet Hor- 
loge dont vous me parlez mais Je ne doubte point qu'il ne me foit rendu aufli toft 
qu'il fera arriué. Je fuis de tout mon coeur 

Monsieur 

Voflre trefhumble trefobeiiTant & 
trefaiFeélionné feruiteur 

R. MORAY. 



N= 870. 

R. MoRAY à Christiaan Huygens. 

8 JUILLET 1661. 

La lettre se trouve à Leiden, colL Huygens. 
Chr. Huygens y répondit par le No. 874. 

A Whitehall ce 28. juin 1661. 
Monsieur 

Voycy ce que Monfieur Boile vous a promis '). comme Je vous ay franchement 
auerty qu'il ne tenoit point a moy qu'il ne vous l'ait enuoyé plus toft , aufll faut il 
que pour fa iuftification , Je vous dife , qu'il l'a gardé 1 5. iours dans fa poche fans 
auoir l'occafion de me le mettre entre les mains. Dans peu de iours vous fçaurez 
ce que Monfieur le Mylord Brunker a trouué -) en faifant des experiments pour 



,'°) WalterCliarleton naquit à Sliepton Mallets (Somerset) le 2 février 161 9 et mourut le 24 avril 
1707 à Londres. En 1641 il fut reçu docteur en médecine: il devint médecin du roi et en 
1698 fut attaché à la bibliothèque de Harvey. 

") C'était le 19 juin (v. st.). 



') Voir l'Appendice N°. 871. 
=') Voir l'Appendice N°. 889. 



CORRESPONDANCE. 1661. 



crouuer la raifon du reculement des Canons et ancres engyns à feu , qui efl: fort 
iolly et furprennent. Sçachez que toute noftre Société dans la quelle il y a plufieurs 
naturaliftes des plus fcauants ne peut pas, en toute l'Angleterre, trouuer le moyen 
d'empoiibnner une playe s) la femaine qui vient nous aurons quelques experiments 
touchant la compreffion de l'eau. Je luis icy interrompu , en forte que Je ne puis 
rien adioufter d'auantage finon que Je fuis de tout mon coeur 

Monsieur 

Voftre trefhumble trefobeiffant & 
trefafFeélionné feruiteur 

R. MORAY. 

I fi 

12 ft. A Monfieur 

XII Monfieur Christian Hugens de Zulichem 

A la Haye. ' 



N= 871. 

J. HeVELIUS à R. BOYLE. 

[mars 1661]. 
Appendice au No. 870. 

La pièce se trouve à Leîden, cuil. Huygens. 

A fhort Information of the VII. Sun's, 
which were obferved at Dantzigk by Alderman Hevelius. 

Anno M.DC.LX.i. 20 Februarii Stylo novo. About 1 1. a Clocke, when ye Sun was 
going into the South Eall: , & the Aire was very cleer & fcill round about , I did fec 
VII. Sun's together very diftinftly in ye Heavens, to wit, 3. colouredones, & 3, 
white ones, befides ye true Sun itielfe, about which was firil a pretty bigg & al- 
moft clofed Circle round about , very fair of colours , much like a Rain-bow, vpon 
which on both fides 2. coloured Suns with the right Sun of the famé altitude from 



3) En ce temps-là, les membres de la Société Royale tâchaient, sans succès, de tuer des chiens au 
moyen de flèches empoisonnées ou par la morsure de vipères. 



CORRESPONDANCE. 1661. 



the Horizon were found, both of them having long, cleere, & fome what whitifh 
railes picket as a Cornet; ye one bending towards ye Eaft, & the other towards 
Weft. 2. Above the Circle right overhalfe ye Sun vnder a verticale Lme, there 
ftood a pièce of an inverted Circle or Rain-bow, very fair of ail manner of colours 
with another fome what darkifh collaterall Sun. 3. There prefented it felfe yet a 
greater Circle of ail manner of fair colours round about ye Sun, which compaïïed 
ye famé Circle, was fome what paler & not alltogether f hut, ye Horizon beeing too 
near, & the Diameter of the Circle beeing too great, vpon which on the top of the 
capitall point there was alfo tobee feene an inverted pièce of an Rain-bow, very 
bright & of Orient colours. 4. Th jre came another exceeding greate & whitifh fil- 
ver coloured Circle as it were out of both ye collaterall Suns, befides ye true Sun , 
there came out of it "); which incompafTeth ye whole Horizon, and ftood equally 
from the famé. At the famé Diflance, fome 20. Degrees vpon the Circle, I fay, there 
ftood again 3. filver coloured funs, the one in the North towards the Weft, to wit, 
over againft ye right Sun, the other into the Eaft by North, & the third into ye Eaft 
towards ye South. Thorough thiefe two laft, to wit, towards Eaiterlyôc Weft, 
there pafTed a wliite pièce in circle wife coming from above, ôcpalfing thorough 
the great bow on which they ftood, fo that thorough both thiefe collaterall Suns 
there feemed to pafTe a white Crofte, which was very notable & wonderfull to 
behold neare an houre & halfe, till ail vanifhed again. So that this whole Phoe- 
nomenon prefented itfelfe above meafure or exceeding fair. Befides it's veryremar- 
keable, that 7. Suns after this manner hâve together fhew'n themfelves, which 
truely had fcarce ever been obferved. Yea if I had fome what fooner obferved this 
Phoenomenon, there might hâve beene feene 9. Suns together, for I could well 
diferne the footfteps of two more. 



") Hic puto amplificandum. [Boyle?] 



Œuvres. T. III. 



37 



spo CORRESPONDANCE. 1661. 



N= 872. 

IsM. BouLLiAu à Christiaan Huygens. 

II JUILLET 1661. 

La lettre se trouve à Leiilen, coll. Huygens. 
Elle est la réponse an No. 865. 

A Warfauie le ii. Juillet 1661. 
Monfieur Christian Hugens. 

Monsieur 

Je receus il y a 8. jours la lettre que vous m'auez faidl la faueur de m'efcrire de 
la Haye le 13e. du pafTé; Je vous en rends grâces trelliumbles ,& de toutes les 
chofes curieufes qu'elle contient , & principalement l'obferuation ") que vous auez 
faifte de la conjonftion de Mercure auec le Soleil. J'eftois alors en chemin venant 
de Dantzigt en cette ville , & ainfi je me fuis trouué priué de ce rare & curieux 
fpeftacle. ma confolation efl: que de voftre cofté vous l'auez obferué , & Monfieur 
Heuel auflî , mais c'efi: auec plus de fi.iccez que vous ; ayant eu vn temps plus beau , 
& tous les inftrumens neceflaires pour en venir a bout. Il ne manqua pas de m'en 
aduertir des le 5e. May fans m'en efcrire les particularitez & circonfliances. feule- 
ment m'at il fait fcauoir que Mercure luy apparut dans le difque du Soleil a 3. heu- 
res après midi efloigné du bord denuiron du diamètre, & par les autres fuiuantes 

il conclud que Mercure entra dans le Soleil a 1. heures après midy , que le milieu 
de cette conjonftion fut a 6. heures & la fortie a 10. heures du foir. Il en promet 
vne defcription en cuiure ") quil fera imprimer. Mes Tables Philolaiques repre- 
fent 3) lentree le 3e. May a Hora io'48"42 du matin, trois heures feulement auant 
qu'elle ayt commencé, & celles de Kepler Rudolfines donnent l'entrée le 3e. a 1. 
heures 48' 12" du matin. Kepler & moy faifons la Latitude Septentrionale, & 
cependant elle a paru a Monfieur Heuelius & a vous Méridionale. J'ay de quoi me 
fatiffaire , mon trauail ayant efl:é afiez heureux que de reuflir fi près en Mercure , 
dont l'on a fi peu d'obferuations. Monfieur Heuelius la obferué moy prefent le mois 
d'Auril pafl^e auec vne exaétitude nompareille, prenant la difl:ance des fixes & 
de ^ par le moyen de fon grand Sextans. 

Pour fatiffaire a vofi:re curiofité je vous feray part icy de ce que j'obferuay a Ham- 
bourg, ou je veids la Comète le Jeudi 10. Feurier paffé. Hora 5. matutina. auec 
vne Lunette d'approche je la confideray proche de la petite efi:oile , quae efi: in 



') Voir l'Appendice N°. 866. 

*) Il la donna dans l'ouvrage, cité dans la note 5. 

3) Lisez: repréfentent. 



CORRESPONDANCE. 1661. 29 1 

collo vel capite Aquilae, a qua Stella diftabat noui huius Sideris ora fuperior. '32. vc 
plurimum, erat inferior illa ftellâ fixa, qiiae fub cauda cometae et intra illam luce- 
bat. Azimuthum Cometae erat orientalius Azirautho Stellae '6. vt plurimum. Ex dif- 
tantia & azimutho obferuatis fimulque Altitudine poli grad. 53. '43. data, loco 
etiam fixae ex Tychonis abaco in ixii grad. o'i9."34. Lacitudine Boreali grad. 
27. '8 deduxi Cometae locum tune fuiffe in txi; grad. o.'4o. et in Latitudine Boreali 
grad. 26.'38."4o. 

Eodem tempore obferuabat Dantifci Dominus Heuelius diftantias Cometae a 
fixis Ci Lucida Lyrae grad. 37.'4o."2o. a Cauda Cygni grad. 39.'7."2o. Ex qui- 
bus Longitudo Cometae deducitur in ut; 48'. 17". & Latitudo Borealis grad. 
a6.'38."i3. Sed lociis paruulae in collo Aquilae eft promotior , quam a Tychone 
ponitur. eftque in xv^ grad. o^i/\."i\. jta vt Cometa fuerit in u^ grad. o.'45. fere 
in obferuatione Hamburgenfi. Je m'eitonne de ce que MelTieurs nos Doétes & II- 
luftres de Paris ne layent pas veùe ; quels philoibphes ? a moins que le ciel ayt efté 
continuellement couuert , on leur pardonnera jamais cette négligence. 

Monfieur Heuelius m'a fait voir la figure des parhelies qu'il a veus a Dantzigt 
cette année, mais il ne veut pas la communiquer, il veut luy mefme la publier *) en 
temps & lieu; c'eft pourquoj je ne peux fatifFaire a voilre curiofité pour ce point 
la. Jamais peut eftre l'on n'en a veu de fi beaux & fi notables. Jl a auffi veu des pa- 
rafelenes , & des croix dans la Lune ; De tous ces météores & des Comètes il pré- 
pare de beaux grands Commentaires s), & vn Catalogue *) des eiloiles fixes, & 
j'efpere que dans 3. ans nous aurons le tout imprimé. 



4) Hevelius inséra cette figure dans son ouvrage , cité à la note 5. 

5) Johanni Ilevelii Mercurius in Sole vifus Gedani, Auno Chriltiano mdclxi. d. III. Maj ,St. 
n. Cum aliis quibufdam rerum Coeleflium obfervationibus, rarifq; phaenomenis. Cui an- 
nexa eft Venus in Sole pariter vifa, Anno 1639, d. 24 Nov. St. V. Liverpoliae, A Jereraia 
Horoxio; nunc primum édita, notifque illuftrata. Quibus accedit fuccinfta novae Hiftoriola 
illius, ac mirae Stellae in collo Ceti, certis anni temporibus claré admodùm affulgentis, rur- 
fùs omninô evanefcentis. Nec non Genuina Delineatio,Parafelenarum, et Pareliornm quo- 
rundam rariflimorum. Cum Privilegio Sac. Caeft.reae, & Regiae P. &; S. Majeftatum. Gedani. 
Autoris Typis , et Sumptibns , imprimebat Simon Reiniger. Anno ji.dclxu. in-folio. 

'') Cet ouvrage ne parut que beaucoup plus tard, sous le titre: 

a) Johannis Hevelii Machînae Coeleftis Pars Prior; Organographiam, five Inftrnmentorum 
Aftronomicorum omnium, quibus Auftor haftenus Sidéra riraatus, ac dimenfus eft, accu- 
ratam Delineationem, et Defcriptionem, plurimis Iconibus, aeri incifis, illuftratam & exor- 
natam, exhibens: Cum aliis quibufdam, tam jucundis, quàm fcitu dignis, ad Mechani- 
cam, Opticamqne Artem pertinentibus; in primis, de Maximorum Tuborum Conftruc- 
tione, & commodiffimà Direftione; nec non Nova ac Facillimà Lentes quafvis, ex 
feftionibus Conicis, expoliendi Ratione. Cum Privilegio Sac. Caefareae & Reg. Polon. 
Majeftatum. Gedani, Auftoris Typis, & Sumptibns, Imprimebat Simon Reiniger. Anno 
MDCLXxni. in-folio. 

b~) johanni Hevelii Machinae Coeleftis Pars Pofterior; Rerum Uranicarum Obfervationes, 



Spû CORRESPONDANCE. 1661. 



Le 16. Auril veille de Pafques a 8. •? du foir nous veifmes tomber en lair vn 

Météore , qui au commencement ne paroifToit pas plus grand que ces eftoiles tom- 
bantes , appelées par les grecs aa-rpct èiârTovra & elle groffit a la veue de forte 
qu'au point qu'elle s'efteignit elle parut grofTe comme vne baie de canon de 48. 
liures , elle s'efteignit tout d'un coup & bien haut en l'air. Elle a efté par toute 
la Pruiïe & Pomeranie. 

Le vendredi 1 3. May j'obferuay icy la Ç qui pafla près de Saturne & lors que la 
queue du Cygne eftoit eleuee de 44. grad. '55. obferuee par vn quadrant qui 
marque les minutes, fj & le centre de la ^ efloient en mefme azimuth. & le bord 
fuperieur de la (I eftoit diflant de \} près de 9'. autant que je le pi)is juger auec la 
Lunette d'approche. Monfieur Heuelius m'a efcrit que la diftance a Dantzigt ne 
luy auoit paru que de 6'. & je pourrois bien auoir manqué en quelque 1'. le Pôle 
de Warfauie eft efleué de 52°. 16'. ou 17. jay obferué cette année le so. & 11. Juin 
les Hauteurs du Soleil méridiennes, le 20. grad. 61. '14. "30. Le 22. 61. '14. 
Monfieur des Noyers '') obferua le 21e. 61 grad. 15' fere mais je ne vous certifie 
pas ces hauteurs jufques a 2. minutes d'erreur. 

J'ay bien eu du regret de n'auoir pas apporté auec moy les verres de voftre 
façon, que vous m'auez fait l'honneur de menuoyer a Paris il y a 3. ans, je les euflfe 
comparez auec ceux de Monfieur Heuelius. mais j'ay eu peur qu'il n'y arrivait 
quelque accident. 

Je ne manqueray pas lors que je feray de retour a Dantzigt de communiquer a 
Monfieur Heuelius la lettre ^) a laquelle je fais refponfe. Cependant je luy ay 



tam Eclipfium Lnminarium, quàm Occultationnm Planetariim, & Fixarum, nec non 
Altitudinum Meridianarnm Solarium, Solftitioriim, & Aequinoftioriim; unà ciim reli- 
quoriim Planetarura, Fixarumq; omnium haftenus cognitarum, Globifq; adfcriptarum, 
aequè ac plurimarum liucufq; ignotarum Obfervatis; pariter quoad Dillantias, Altitudines 
Meridianas, & Declinationes; additis innumeris aliis notatu digniffimis, atquè ad Aftrono- 
miam excolendam maxime fpeclantibus rébus, plurimorum annorum, fummisvigiliis, inde- 
fefibque labore, ex ipfo aetliere hauftas, permultifque Iconibus, Auftoris manu, aeri 
incifis, illuftratas, & exornatas. Tribus Libris, exbibens. Cum Gratià & Privilégie Sac. 
Regiae Majeft. Polon. Gedani. In aedibus Auftoris, ejufq; Typis, & Sumptibus, Impri-' 
mebat Simon Reiniger. Anno mdclxxix. in-folio. 
Cette „Pars Pofterior" est divisée en deux Volumes, dont le premier contient Libros I, II, 
et le second la „Epifl:ola ad Amicura de Cometa, Anno mdclxxvii Gedani obfervato" et 
Libros III, IV. Ce Livre IV, qui y efl: ajouté, contient „Difl:antias videlicet Stellarum 
Fixarum inter fe invicem, & quidem omnium illarum , tum quae à nobis phiriraorum annorum 
fummis vigiliis hucufq; quàm ab aliis Summis Siderum Scrutatoribus, utpote Tychone, Prin- 
cipe Hafliaco, GafTendo, Metio, atq; Ricciolo (fquotquot invenire & colligere potui) captas; 
unà cum lis diftantiis ex Longitudinibus, & Latitudinibus, tum Tychonicis, tum etiam Nof- 
tris, (iimrao Labore deductis, fecundùm ordinem Alphabeticura exhibens." 
") Des Noyers était le secrétaire de la Reine de Pologne. Voir la Lettre N°. 448 , note 4. 
8) C'est la Lettre N°. 865. 



CORRESPONDANCE. 1661. 293 



enuoyé par auance la copie de robferuation que vous auez faiéle de Mercure dans 
le Soleil. 

Meffieurs de l'Académie d'Angleterre nous produiront quelque chofe de beau 
auec le temps, & je croy quils nous donneront de belles inuentions en matière de 
Lunettes, Monfieur Heuel y trauaille auffi de fon collé. Si l'on pouuoit perfuader 
nos Meffieurs de Paris, qui font riches, curieux des belles chofes, & defireux d'vne 
gloire immortelle, de faire quelque defpenfe pour acquérir des cognoiïïances parles 
expériences, on pourroit efperer quelque chofe. Mais ils veulent fans peine (finon 
que celle que l'on met a faire de beaux difcours & philofopher en lair) fans appli- 
cation & fans defpenfe s'acquérir du plus beau & du meilleur. Vous l'auez veu par 
expérience, & je ne vous en diray pas dauantage par efcrit. j'en fcauray vortre 
aduis a mon retour en Hollande, qui fera s'il plaift a Dieu en Septembre s'). 

Dans toute la Pologne il ny a que II Signor Buratini "°) qui eft icy. Italien 
homme d'efprit, qui eft curieux dans les Mechaniques, & qui a faift des limettes 
de 8. pieds alTez bonnes. Il en veut faire de 27 braïïes de Florence, qui font plus 
de 40. pieds. Lon verra comme il y reuffira. 

J'ay auffi faiél vos complimens a Monfieur Heuelius par la lettre que je luy 
efcris aujourdhuy. 

Au refte, Monfieur, vous me faites vn compliment que je ne reçois point, 
& vous me remerciez de ce que depuis mon départ de Paris je me fuis donné 
l'honneur de vous efcrire & de me fouuenir de vous. Vous voudriez donc, 
Monfieur, que j'oubliaflc les perfonnes de voftre mérite, & que je negligeafle 
voftre amitié, laquelle m'eft fi auantageufe, & que je chéris vniquement. & encores 
vous pourriez croire que je ne conferuafie point les refTentimencs de l'obligation 
que je vous ay. C'eft pourquoy je vous fupplie très humblement de ne plus vfer 
de tels complimens auec moy. Dans la lettre ") que je vous efcriuis de la Haye en 
Décembre dernier, & que je portay a voftre logis, je vous donnois aduis que Mon- 
fieur Heuelius m'auoit efcrit qu'il auoit oblerué la nouuelle eftoile in collo Ceti '-) le 
mois de Nouembre précèdent, qui eft la mefme que Phocyllidcs Holw^arda'^) a veue 
& qu'il remarque dans fon liuret jntitulé nava-sÀijvo? ">}. Jl faut prendre garde cet 



*) Boulliau partit de Danzig le 1 2 septembre. Voir la Lettre N°. 894. 

'°) Sur Giovanni Michèle Burratini (qui plus tard prit les prénoms de Tito Livio) voir la Lettre 
N°. 758, note 12. 

") Nous n'avons pas trouvé cette lettre dans nos collections. 

"3 Mira Ceti. ' 

'3]) Jan Foliltens Holwarda (nommé loannes Phocylides^, fils du pasteur Focco Joannis et de 
Maria Willeras, naquit le 19 février 161 8 à Holwerd (Frise) et mourut à Franeker le 21 jan- 
vier 1651. En 1637 il fut créé docteur es arts libéraux et en 1640 docteur en médecine à 
l'Université de Franeker, où en 1647 il devint professeur. Il épousa Maria Pybinga. 

^^') navaslrjvôv ExkeiniixTj Jiavyàinvaa. Id eft Differtatio Aftronomica, quae occafione ultimi 
Lunaris anni 1638 Deliquii Manuduftio fitad cognofcendum L Statura Aftronomiae, prae- 



294 CORRESPONDANCE. 1661. 



automne fi elle paroiftra. Celle qui eft in collo Cygni ne paroiil quafi plus, jl s'eft 
formé autour quelque matière, qui fait paroiftre la voye laftee plus blanche en ce 
lieu la; Monfieur Heuel m'a fait voir auec ia grande Lunette d'Augbourg de la 
façon de Vifelius 's^, ce que vous auez obferué '") in enfe Orionis; la chofe eil 
belle a regarder, & digne que l'on philofophe defilis. 

Je vous fupplie de faire mes tref humbles baifemains a Monfieur Voflius, a tous 
nos amis de Leyden & d'Amfterdam, & en attendant que j'aye l'honneur de vous 
voir a ce mois de Septembre je vous fupplie de croire que je fuis tres-verita- 
blement 

Monsieur 

Voftre treflTLimble & trefobeiilant feruiteiir 

BOULLIAU. 

A Monfieur 
Monfieur Christian Hugens de Zulichem 

A la Haye. 



N= 873. 

Christiaan Huygens à [J. Chapelain]. 
[14 JUILLET 1661]. 

La minute et la copie se trouvent à Lciden, coll. Huygens. 
La lettre est la réponse au No. S61. J. Chapelain y réponilit par le No. 875. 

je me fais ibuvent reproche a moy mefme de ce que je fuis fi négligent a entre- 
tenir le commerce de lettres avecq vous et tous mes amis en France. Je ne fcay 
quelle cfl: cette eibange averfion que j'ay d'efcrire, mais vous pouvez afl"ez juger et 
croire qu'elle efi: grande par cela mefme que je n'cfcris point. Car ne croyez pas que 
j'ignore combien je pefche contre mon devoir et combien ce filence me pourra nuire 
et donnera peut eilre mauvaife opinion de moy a ceux qui m'ont fi fort obligé par 
toute ibrte de bon accueil, qui pourtant me feroient grand tort s'ils jugent de 
ma reconnoifl^ance par le peu de foin que j'ay de les en aiTurer. Je devrois auoir 
remercié plus d'une fois le Trefilluftre Monfieur de Montmor, qui m'a tefmoigné 



fertim Lanfbergianae. II. Novorum Pheiiomenwn Exortum & Interitum Antore loaniie 
Pliocylide Holvvarda. Franekerae, Typis Idzardi Alberti, ejufdemq; & Joannis Fabiaiii 
Tlicuriiig, impeniis. 1640. in-4°. 

'5j Johann V/iessel. Voir la Lettre N° noô, note i. 

'*) Consultez la Lettre N°. 705. 



CORRESPONDANCE. 1661. 



^95 



tant de boncè et plus d'eilime que je ne mcritois. mais dans l'humeur que je fuis je 
crois que j'irois pluflofl: le voir a Paris que de luy faire une lettre, le refpedi: mefme 
que j'ay pour luy me fervant d'empefchement. Toutefois j'efpere que j'auray 
d'ailleurs le moyen de luy monftrer ma gratitude. Quant a l'information touchant 
l'eftat de l'académie de Londres qu'il m'avoit demandée, et que vous me deman- 
dez encore par voftre dernière, voicy ce que je puis vous en dire. 

Vous fcavez quel eft le deiïein de ces Meflîeurs la '), a fcavoir de s'attacher plus 
a faire des expériences que des raifonnemens, en quoy vous me mandez, et je 
m'en reljouis, que chez Monfieur de Montmor on commence auffi a s'appliquer. 
Ils ont une perfonne entre autres qui travaille avec grand zèle a l'eftablifTement 
de l'académie et qui en eft comme l'ame: c'ell le Chevalier Morray. Ileftbien 
auprès du Roy d'Angleterre, et ne ceflera pas jufqu'a ce qu'il ait obtenu de Sa Ma- 
jefté un fonds et revenu certain pour fervir aux frais que dans l'aiïemblee l'on fera 
aux expériences, car jufqu'icy eux mefmes y ont fourny. J'y rencontray de ceux 
que je connoiflbis par renommée, le Chevalier Digby, Monfieur Boile, Milord 
Brouncker, Monfieur Wallis, Meflîeurs Neale, Wren et Wilkins -), des quels 
Monfieur Boile eft celuy qui a fait quantité d'expériences du vuide s) que vous 
pourrez veoir bientofl: dans fon livre, dont la verfion Latine "*) eftoit fous la preiïè, 
et il y en a parmi quelques nouuelles et fort confiderables, comme celle de l'eau 
chaude eftant mife fans bouillir dans le vafe, s'efineufl: a gros bouillions a chafque 
coup que la pompe attire de l'air. Wilkins de la Lune s). Le Chevalier Digby 



') Les membres de la Société Royale de Londres. 

") John Wilkins, fils d'un orfèvre, naquit le 14 février 1614 à Fawsley (Nortliamptonsliire) et 
mourut le 19 novembre 1672 à Londres. Il fut chapelain du comte palatin Karl Ludwig, 
épousa une sœur de Cromwell, devint Principal de Triuity Collège à Cambridge et évêqne 
de Chester. ItconcouiUt à la fondation de la Société Royale, et inventa le perambulator, une 
roue à mesurer le chemin. 
3) Voir l'ouvrage , cité dans la Lettre N°. 864, note 9. 

*f) Nova Expérimenta Phyfico-Mechanica de Vi Aeris Elaftica et ejufdem EiFeftibus, Fafta 
maximam partem in Nova Machina Pneumatica, Et ad (Nepotem fuum) NobililTînium 
D. Carolum Vicecomitem de Dungaruani, Illuftrifîimi Comitis de Corke, fnmmi Regni 
Hybernicae Thefaurii, Filium primo-genitum literis pridem tranfmifla. Ab Honoratifîimo 
Roberco Boyle, Nobili Anglo, è Societate Regia. Oxonil, Typis Henrici Hall, Acadeniici 
Typographi, Impenfis Ri. Davis. 1660. in- 12°. 
"~) ]• Wilkins. Difcovery of a New World, or a Difcourfe tending to prove that it is proba- 
ble that there may be annother habitable world in the Moon. London. 1638. in-4°. 
dont il y eut une réimpression à Londres, 1640 in-8°. et une traduction française: 
Zi) Le Monde dans la Lvne. Divifé en devx Livres. Le Premier , prouuant que la Lune peut 
eftre vn Monde. Le Second, que la Terre peut-eftre vue Planette. De la Traduftion 
du Sr. de la Montagne. A Roven chez Jacqves Cailloiié, dans la Cour du Palais. 
M.DC.Lvi. in-8°. 



296 CORRESPONDANCE. 1661. 



de la Végétation ''). Pour ce qui eft des lunettes d'approche, ils y avoient fort 
travaillé, fans pourtant eftre arrivé a grande pcrfeftion n'en ayant pas encore 
de fi bonnes que les mienes comme j'ay trouuè en le comparant enfemble. Je leur 
communiquay ma façon de trauailler , de la quelle ils fe ferviront maintenant et 
eflaieront de faire des verres pour 60 pieds et d'auantage.. Ils approuuent entière- 
ment mon Syfteme de Saturne , touchant le quel je vous diray en paflant, que pour 
bonnes raifons j'ay aggrandi quelque peu l'anneau que j'ay pofè al'entotu', de 
forte qu'au lieu que j'avois déterminé le diamètre de cet anneau a celuy du globe 
du milieu comme 9 a 4 , je le mets maintenant comme 17 a 6 ''). C'eft par ce que la 
phafe de cette année eft telle que voicy, en forte qu'il n'y a rien 
du globe qui paroiffe outre le bord de l'ellipfe par defilis ou par 
defTous, ce qui arriveroit fi l'ancienne proportion eftoit vraye. 
Ce Monfieur Wren que j'ay nommé peu devant, a receu commandement du 
Roy, a ce que me mande Monfieur Morray ^), de conftruire un globe ou demy 
au moins qui reprefente parfaitement celuy de la lune , avecq les montagnes et 
vallées , toutes fcmblables a celles que l'on y remarque, comme aufll de faire les 
portraits de touts les plus menus infeftes tels qu'on les voit par le microfcope , 
dont j'ay veu défia un efchantillon. Il y en a auflî parmy eux qui font fort experts 
en chymie , qui ont decouuert la manière dont on fait ces petits verres cafi^ants que 
l'on a tant admirez, a fcavoir que la matière en eft de verre ordinaire , et qu'il 
faut feulement les tremper après qu'ils font faits , dans de l'eau froide , d'où on 
les retire tout aulfi toft. Je croy que Monfieur Rohaut ») fera bien aife de fcavoir 
cela, et il me femble que c'eft cela mefme qu'il avoit conjedturé '°). 



<J) Voir l'ouvrage cité dans la Lettre N°. 864, note 4. 

'') La proportion 9 à 4 est plus près de la vérité; Chr. Hiiygens arriva à la proportion 17 à 6, en 

admettant que l'inclinaison de l'anneau sur l'écliptique est de 23°^, tandis que, en réalité, 

elle est de 28° 10'. 
S) Consultez la Lettre N°. 869. 
P) Voir la Lettre N°. 823 , note 4. 
'°) Son célèbre traité de physique n'a paru qu'en id/i , à Paris, en 2 volumes in-8°; une seconde 

édition fut publiée en 1682 , à Paris, en 2 volumes in-4°. S. Clarke en donna une traduction 

latine à Londres en 1697 (1701, 1748), et J. Clarke une traduction anglaise à Londres en 

1723. Une autre édition latine avait déjà paru sous le titre: 

Jacobi Rohavlti Traflatvs Phyficvs Gallice emilTvs, et recens Latinitate donatvs per 

Th. Bonetvm D. M. Genevae. Sumptibus joannis Hermanni Widerhold. m.dc.lxxiv. in-8°. 



CORRESPONDANCE. 1661. I^J 

N= 874. 

Christiaan Huygens à R. Moray. 
15 juillet 1661. 

La lettre se trouve à Londres, Royal Society. 
Elle est la réponse aux Nos. 869, 870. R. Moray y répondit par le No. 879. 



Ce 15 Juilet 1661. 



Monsieur 



Quelques eftrangers François qui me font venu veoir et aux quels il faut que je 
tiene compagnie a une promenade qu'ils veulent faire hors de la Haye, me vont 
emporter tout ce jour, et toutefois il faut que je face refponfe a deux des vollres 
quand ce ne feroit qu'en trois mots. Je vous rends grâces et a Monfieur Boile de 
l'obfervation des parelies '), qui eft tout a fait belle mais j'eulTe fouhaitè outre la 
defcription un poco di figura pour entendre tout la chofe plus clairement; car il y a 
quelques païïages un peu obfcurs, et lefquels je ne fcaurois expliquer fans quelque 
varia leftio. AulTi y manque' t il la mefure de la diftance des foleils, pour avoir la 
quelle et auffi la figure il faudra que je m'aridreffe a l'obfervateur mefme, car je 
croy que vous n'avez autre chofe que ce que vous m'avez envoyé. Il n'y a pas 
un foleil ny cercle dans ce phénomène dont je ne puifle expliquer la caufe. 

Je ne voy pas encore paroiilre Monfieur Oldenbourg ""), que je defire fort de veoir 
pour eftre par luy informé au long des occupations de voftre aiïemblée. Cependant 
je vous fuis beaucoup obligé de ce que vous m'en dites dans voftre première lettre. 
Je y voy que Monfieur Neile ne quitte pas encore fa façon de faire des verres pour 
la miene, et pourtant s'il ne delaifle les grands tours de lamain, je ne croy pas 
qu'il fera trauailler avec beaucoup de fucces. Ces verres que vous dites qu'il a faits 
encore meilleurs que celuy qu'il avoit de 35 pieds, peuvent bien n'efi:re pas fort 
bons, car a mon avis il ne valoit guère, et beaucoup moins que l'autre de 22. Mon- 
fieur Wren a receu là deux commiffions d'importance, et qui ne font pas des plus 
aifées. Quand ce globe Lunaire , ou demy , fera parachevé je feray fort tenté de le 
venir veoir , car ce fera aflîirement une chofe très belle. Vous voudriez bien me 
donner auffi comme cela de la befogne a fcavoir fi d'ailleurs je n'eilois pas occupé; 
et vous femblez vouloir croire que je ne fuis pas, quand je n'ay pas a chaque fois 
quelque chofe de nouueau a vous communiquer. Ce qui efl: tout a fait inique, car 
je vous afllire que j'ay encore du t.rauail afl"ez pour long temps, a mettre au net 
plufieurs de mes vieilles inventions et quelques traitez a demi achevez que j'ay 



') Voir la pièce N°. 871. 

") Oldenbiirg n'arriva à la Haye qu'à la fin de juillet. Voir la Lettre N°. 881. 

Œuvres. T III. 38 



298 CORRESPONDANCE. 1661. 



[l'idée?] 3) de perfeftionner et de produire. Je me plains feulement que je n'ay 
pas tant de loifir que je voudrois icy dans la patrie, ou j'ay trop d'amis et de parents 
pour pouuoir ménager le temps comme je deiirerois. Je fuis 

Monsieur 

Voftre trefhumble et très obeiffant feruiteur 

Chr. Hugens de Zulichem. 

A Monfieur 
Monfieur Moray Chevalier 

A 
dans Whitehall Londres. 



du cofte du jardin. 



N° 875. 

J. Chapelain à Christiaan Huygens. 
20 JUILLET 1661. 



La lettre se trouve à Leiâen , coll. Huygens. 
Elle est la réponse au No. 873. 



Monsieur 



je vous tromperois fi je vous diffimulois l'impatience que j'ay eue depuis voftre 
départ d'apprendre de vos nouuelles , et le murmure que nos communs Amis fe 
font laiiïe efchapper fur voftre filence contre ce qu'ils feftoient promis de vous. 
MelTieurs de Monmor , Ampiou , Petit , Auzou entre autres , ne vouloient point 
croire que vous ne m'euffiés rien efcrit et penfoient que je joiiiïïe feul en fecret de 
cette bonne fortune. Toutes ces plaintes a la vérité font fi obligeantes je ra'afTure 
que les aymerés mieux que des complimens puifquelles vous font des marques cer- 
taines dé l'imprefllon qu'a fait voftre vertu en eux et de la vraye paffion qu'ils ont 
pour voftre feruice. Pour les adoucir j'ay dit que je fcauois par Monfieur Conrart 



3) Ici le papier est déchiré par là cire. 



CORRESPONDANCE. 1661. 299 



que vous m'auiés donné de vos lettres '), fous Penueloppe du paquet addrelTé -) a 
Monfieur Ampiou , peu après voftre arriuée a Londres quoy que ce paquet ne foit 
pas venu jufqu'a luy. Mais je les fatifferay bien dauantage Mardi prochain^) lorfque 
je leur monftreray voftre defpefche du 14. de ce mois que je viens de receuoir et 
a laquelle je refpons a Iheure mefme par Monfieur voftre Frère '*) qui part demain 
pour vous aller reuoir. La Compagnie continue les Aflemblées auec chaleur et 
ce que vous me mandés de celle d'Angleterre luy feruira d'vn grand aiguillon pour 
les faire appliquer aux Expériences fur lefquelles on fonde la Science naturelle 
auec vne toute autre fecurité que fur les Spéculations et les Conjeftures. Dans la 
dernière Conférence fur les Mémoires de Monfieur de Monconis, pour authorifer 
le jeu de la matière fubtile de Monfieur Defcartes, quelqu'vn alTura qu'vne petite 
pièce de bois couppee d'vne autre plus grande et plus grande s) fouffroit les mef- 
mes effets d'attradlion et d'expulfion que le morceau d'aimant couppé d'vn corps 
d'aimant félon que vous l'aués veu chés Monfieur Rohau. Mais à l'efpreuue la fup- 
pofition fe trouua fe trouua '') fauffe au grand déchet de cette doftrine de Mon- 
fieur Defcartes, laquelle deuroit auoir fa prenne aufli bien dans le bois couppé 
que dans laimanr feparé, la matière fubtile n'en deuant pas moins former et fuynre 
les pores en l'vn quen lautre. Nous venons de nous entretenir Monfieur voftre Frère 
et moy de la raifon qui fait brifer ces poires de verre , fuyuant l'opinion de vos 
Anglois et je luy ay die ma vifion la deflîis, laquelle il vous expliquera lorfque 
vous ferés de loyfir pour cela. Cependant, Monfieur, je vous rendray trcflium- 
bles grâces des diuerfes curiofites que vous m'aués efcrites touchant les occupations 
de Meflîeurs les Académiciens de londres, et ne doutés point que les noftres ne 
vous en facent fcauoir leur refi"entiraent quand je les leur auray communiquées. 
Monfieur Heinfius auant fon départ pour Suéde me manda qu'il m'enuoyoit par 
Monfieur Brunellus '') homme de lettres vn liure jntitulé Opéra Grammatica '} de 



') Cette lettre à J. Chapelain ne s'est pas trouvée dans nos collections. 

") Nous ne possédons aucune lettre de Chr. Huygens à Ampiou. 

3) Le 26 juillet. 

*) Lodevvijk Huygens, qui était revenu d'Espagne. 

5) Biffez les mots: et plus grande. 

*) Biffez les mots: fe trouua. 

^) Antoine Bnmeau naquit à Chevreuse le 10 avril 1640 et mourut en 1720 à Paris. Il futreçu 
avocat au parlement. Encore très-jeune, il se lia avec beaucoup de savants, et, dès i66i,il 
composait un journal des faits les plus remarquables. 

^) Gafperis Scioppii Grammatica Philorophica, non modo Tironibus linguae latinae adarteni 
illam uno triraeftri perfefte addifcendam, fed & Latine doftiffimis ad reddendam eorum rati- 
onem, quae legunt aut fcribunt, in primis utilis, vel necefTaria. Acceffit Praefatio de Vete- 
ris ac Novae Grammaticae Latinae origine, dignitate & ufu. Araftelodami, apud Judocum 
Pluymer, Bibliopolam,propter Curiam , fvb flgno Senecae. m.dc.lix. in-8°. 

Scioppius publia en outre plusieurs ouvrages de grammaire, en partie sous les pseudonymes: 
Pascasius Grosippus (anagramme) et IVIariangelus de Fane Benedifti. 



300 CORRESPONDANCE. 1661. 



Schioppius nouuellement imprimé a Amfterdam. Sil eft de voftre connoiflance et 
qu'il ne doiue pas fi tofl: venir a Paris je ferois bien aife quil vous remirt ce liure 
entre les mains pour me le faire tenir par la première voye feure ou de libraire ou 
d'Ami qui viendroit en cette ville. Quant a voftre pareïïe pour efcrire je vous la 
pafle pour bonne et n'entens point que vous rompïés jamais voftre filence a mon 
égard fi ce n'eft lors que vous aurés befoin de moy ou que vous aurés a m'informer 
de vos progrès dans le fcauoir ou dans la fortune. De ces deux articles je ne vous 
en puis difpenfer, car je prens trop d'intereft en ce qui vous regarde de l'vne ou de 
l'autre façon, et je ferois bien marri fi j'en eftois inftruit par d'autres que par vous. 
Faites moy la faueur d'afTurer Monfieur voftre Père de mon feruice trefhumble 
comme aufli Meflieurs Vofllus, Gronouius et de Viquefort '), fi vous les rencon- 
trés a commodité. Si vous voyes aufll Monfieur de Thou noftre illuftre AmbafTa- 
deur vous ne fcauries me rendre vn office plus agréable qu'en luy proteftant en 
mon nom de la continuation de mes refpeéls et de mon zèle pour fa gloire et de la 
part que je prens a l'accroifl^ement de fon bien par Iheredité de Monfieur Preuoft, 
mais beaucoup plus a celuy de fa réputation et de Ihonneur qu'il fe fait dans fon 
employ, cet honneur ne pouuant eftre plus grand ni plus digne de fa vertu et de fa 
naifl"ance. Pour vous je n'ay rien dauantage a vous dire. Vous connoiflfes mon 
coeur pour vous et vous fcaues que je fuis plus quhomme du monde 

Monsieur 

Voftre trefhumble et trefobeiflant feruiteur 
Chapelain. 
. De Paris ce 20 Juillet 1661. 

A Monfieur 
Monfieur Christianus Huygens de Zulichem 

A La Haye. 



^) Sur Joacbim Wickefort consultez la Lettre N°. 825, note 



CORRESPONDANCE. 1661. 30I 



N-- 876. 

Christiaan Huygens à [Lodewijk Huygens]. 

21 JUILLET 1661 '}. 

La lettre et la copie se trouvent à Le/deii, coll. Huygens. 

A la Haye ce 21 Jul. 1661. 
Mon FRERE 

Ce dernier ordinaire ne nous a rien apporté dé vous, c'eft peut eftre que vous 
commencez a trouuer qu'a Paris on n'a pas tant de loifir pour efcrire qu'en 
Efpagne. Puis que vous y eftes foufFrez que je vous donne une commiffion a la 
quelle je vous prie de ne point manquer. Ce n'efl: que d'aller porter cette enclofe") 
a Monfieur Thevenot a qui j'efcris pour un livre qu'il a receu d'Italie pour moy, 
lequel il vous donnera, n'ayant pu jufq'icy trouuer d'occafion pour me le faire 
tenir. Vous l'avez vu autre fois, dont je ne fçay fi vous aurez mémoire, mais c'eft 
aiïlirement le meilleur et le plus honneft homme que l'on puifte veoir, et qui 
m'a beaucoup obligé pendant mon dernier fejour a Paris , de quoy vous ne man- 
querez pas de luy tefmoigner mon reftentiment &c. Il demeure dans la riie de 
Touraine qui eft vers l'hoftel de Guife , et c'eft a la première porte cochere a main 
droite. 

Monfieur Chapelain ne demeure pas loin de chez vous a qui j'ay efcrit 3) que vous 
Tiriez veoir. Que ce ne foit pas je vous prie fans l'aftlirer de mon très humble 
fervice. Si vous le délirez il vous mefnera a l'aïïemblée chez Monfieur de Mont- 
mor, ou vous trouuerez plufieurs de mes connoifllinces , qui vous diront du bien 
de moy, et du mal auffi , à caufe de ma parefle en matière de correlpondence. En 
cas que vous y allaffiez n'oubliez pas mes refpeéts au dit Seigneur. Puis que vous 
avez envie de refter la quelque temps je croy que vous ne ferez pas fans faire 
quelques vifites, parmy les quelles je vous recommande celles la. Monfieur van 
Beuningen m'a touijours traité fort obligeamment de quoy en le voyant vous luy 
tefmoignerez mon refibuuenir et ma gratitude. Voicy voftre lettre qui arrive, la 
quelle il faudra envoyer a mon Père qui eft a Buren *). 

Le frère de Zeelhem eft auffi abfent depuis trois femaines. Il eft allé veoir Mira- 



') Lodewijk Huygens ne reçut plus cette lettre: il était déjà parti de Paris le même jour, pour 

retourner en Hollande. Consultez la Lettre N°. 875. 
-) Voir la Lettre N°. 877. 
3) Nous n'avons pas trouvé cette lettre de Chr. Huygens à J . Chapelain. Elle doit avoir été du 

7 juillet, 
■*) Constantyn Huygens, père, était en voyage depuis le 16 juillet; il revint à la Haye le 

28 juillet. 



302 CORRESPONDANCE. 1661. 



linde s^ a Bolduc, de la quelle il elT: fore amoureux depuis qu'elle a elle icy, en dat 
in fijn onde daghen '^). 11 compofe pour elle en rime et en profe , c'ell la plus belle 
chofe du monde. 

L'accouchée '') le porte aflez bien depuis ces 3 jours que la fieure ne revient 
plus. 

j'ajf fait feparer la chambre, autrefois a ma confine,' en deux , dont la moitié 
vous attend, et j'en accommode l'autre pour moy, qui eft celle a main gauche. 
Vous ri'auez donc qu'à reuenir, car auffi bien que feriez vous là plus longtemps, 
quid ftruis aut qua fpe Lybicis teris otia terris? 

Si c'eil: pour vous engraiffer, je vous alTure que c'ell; plufi:oft icy que la que vous 
v reuflirez. Adios. 



N= 877. ■ 

Christiaan Huygens à [M. Thevenot]. 

21 JUILLET 1661. 

La lettre '■) et la copte se trouvent à Le'iden , coll. Huygens. 
Elle est la réponse au No. 858. 

A la Haye ce 21 Juillet 166 1. 

Monsieur 

J'efpere que vous aurez receu celle ") que je vous efcrivis de Londres le jour 
devant mon départ, par la quelle je vous remerciay de l'extrait de la lettre de Po- 
logne 3) touchant la machine volante. Vous me mandailes que vous aviez un liure 
pour moy, venu d'Italie, qui traitoit de la Dioptrique, et je ne fceus pas alors , 
ni n'ay fceu jufqu' a prefent vous indiquer aucune voye par ou vous pourriez me 



5) Miralinde Suerius, fille de Jacob Sneriiis et de Jolianna Lopes de Villanova. 

f^) Traduction: et cela dans fes vieux jours. 

^j 5 Julii, Hora 2a post meridiem parit lilia mea [Siisanna Huygens, mariée à Philips Doublet] 

filiolam primogenitam ex Philippo Doublctio génère meo. Deo laus efto [Dagboek]. Cette 

fille eft Constantia Doublet, qui mourut le 20 novembre 1665. 



') Cette lettre n'a pas été rendue à Thevenot (consultez la note i de la Lettre N°. 876). 

-) Nous n'avons pas trouvé cette lettre, dont la date doit être placée aux environs du 

20 mai 1 66 1 . 
■') Voir la pièce N°. 859. 



CORRESPONDANCE. 1661. 30; 



l'ehvoier : mais maintenant que. j'ay mi frère '^) a Paris il n'en faut point chercher 
d'autre. Je l'ay donc prié de vous aller veoir et pour cela et pour vous aïïlirer 
quant et quant de mes trefhumbles refpeéls. Il eft revenu nouuellement d'Efpagne 
avec nos Ambaflàdeurs et il y a 6 ans qu'il eut l'honneur avec moy de vous veoir , 
dont peut eftre il vous refera encore quelque fouuenir. Faites moy fçavoir de 
grâce fi ce livre s) a eftè envoyé pour moy, et par qui. Ce fera peut eftre Monfieur 
Viviani, qui m'a auffi fait prefent, a ce que m'a efcrit Monfieur Heinfius *), de fon 
Hure de maximis et minimis ^), que je n'ay pourtant pas encore receu. 

Je vous ay dit dans mon autre lettre la difficulté que je trouuay dans la def- 
cription de la machine, a fçavoir que pour faire battre les ailes il faut que l'on tire 
une corde, ce que je ne comprens pas comment il fe peut faire, et que cependant 
la machine s'eleve dans l'air. II paroit bien de la que ce n'eftoit pas un tel auto- 
mate qui par fa propre force fut capable de s'eleuer, comme je croy que j'en 
pourrois faire, et peut eftre dans peu je feray par plaifir, a l'exemple du bon 
Archytas ^). J'ay efcrit l'autre jour a Monfieur Chapelain '■') quelques particula- 
ritez touchant l'académie nouuelle de Londres, defquelles je croy qu'il vous aura 
fait part , fi vous vous eiles rencontré enfemble chez Monfieur de Montmor. En 
tout cas il n'eft pas necefl"aire que je vous en falTe fçauoir puis que déformais 
la correfpondence entre la dite académie et la voftre eft eftablie, de forte que 
vous ferez toufjours informé de ce qui s'y pafie. Que je fçache s'il vous plait , ou 
l'on en eft chez vous auec la verrerie , et la fabrique de lunettes. 

Je n'ay jamais eu de refponfe del Signor Ricci , a qui j'efcrivis '°) eftant a Paris. 
Mais je pardonne aifement ces fortes d'omiflions comme j'ay fouuent befoin qu'on 
m'en pardonne auffi. Je fuis de tout mon coeur 

Monsieur 

Voftre trefhurable et trefobeiffant feruiteur 

ChR. HuGENS de ZULICHEM. 

P.S. Je baife trefhumblement les mains a Monfieur Auzout, et tous les autres 
amis. 



■*) Lodewijk Hiiygens. 

5) Voir Toiivrage, cité dans la Lettre 858, note 2. 

") Nous n'avons pas trouvé cette lettre dans nos collections. Consultez pourtant la Lettre 

N°. 739- 
'') On ne connaît d'autre traité de Viviani sur ce sujet que l'ouvrage, cité dans la Lettre 

N°. 739, notes. 
^) Le Pythagoricien Archytas vivait 400 ans avant J. C; ses ouvrages sont perdus, mais on dit 

qu'il avait construit, en bois, un pigeon volant. 
9) Voir la Lettre N°. 874. 
") Voir la Lettre N°. 843. 



304 CORRESPONDANCE. 1661. 



N= 878. 

Christiaan Huygens à Mademoiselle [Petit] '). 
[21 JUILLET 1661.] 

La minute et la copie se trouvent à Lciden , coll. Huygens. 

Mademoiselle 

Je ne fcay fi vous vous fouuenez encore d'un homme qui durant l'hyver palTè fe 
donnoit quelque fois l'honneur de vous venir veoir, qui fcauoit un peu crayonner, 
et entreprit de faire voftre portrait en quoy il ne reuffit que médiocrement. Cet 
homme en partant de la païïa la mer et vint en Angleterre d'où je ne fcay par 
quels vents contraires il ne vous a point fait auoir de fes nouuelles. Il croioit 
retourner a Paris en ce temps icy , pour vous aller demander pardon de fa faute , 
mais fon mauuais deftin h fon grand regret l'en empefche , qui pourtant un jour 
pourra devenir meilleur. C'eft fon frère ^) qui vous rendra cette lettre , en faueur 
de qui il ne vous dira autre chofe , finon que vous ne veuillez pas luy faire ce 
tort de croire que pour eftre de mefme race il garde auffi peu fa parole et fes pro- 
mefies. Au refte il ne luy envie pas peu le bonheur qu'il aura de vous veoir, et 
dans ce moment il repaïïe dans fa mémoire tout ce qu'il y a de beauté dans voftre 
vifage, et de charme dans voftre converfation. Si vous auiez de la bonté de 
mefme , il efpereroit de pouuoir obtenir fa grâce , mais fcachant a peu près ce qui 
en eft il ne s'y attend pas trop et ne s'afTure de rien finon que quoy il en adviene 
vous ne ferez pas qu'il ne foit conftamment 

Mademoiselle 

Voftre tref humble et trefobeiffant feruiteur 

Chr. h. de Zulichem. 



') Cette adresse résulte des annotations de Chr. Huygens dans son „Reys-Verhaer': il avait 
„dessiné Mademoiselle Petit" le 7 et le 8 mars 1661, il avait „achevé le portrait de Mademoi- 
selle „Petit" le 10 mars et y avait encore fait des retouches le 13 mars. Cette demoiselle était 
la fille de P. Petit, l'un des correspondants de Chr. Huygens. 

") Lodevvijk Huygens. 



CORRESPONDANCE. 1661. o°5 



N= 879. 

R. MoRAY à Christiaan Huvgens. 

21 JUILLET 1661. 

La lettre se trouve à Leiden , coll. Hiiygens. 
Elle est la réponse au No. S 74. 

A Whitehall cet ii. Juillet 1661. 

Monsieur 

Nous n'auons rien de ces parclies que ce que Je vous ay enuoyé, de la part de 
Monfieur Boile. le vray moyen d'auoir ce qui y manque c'eft d'efcrire à Moufieur 
Heuelius comme vous dites. Cependant nous nous refiouïïïbns fort de l'alTurancc 
que vous nous donnez que vous fçauez expliquer les caufes de tous ces phénomè- 
nes. Mais ce n'eft pas le tout. Vous nous permettrez auffi d'efperer , que vous 
donnerez tout ce que vous auez médité fur ce fuiet, au iour bientoft. Je ne doubte 
point que vous n'ayiez veu Monfieur d'Oldenbourg deuant que celle cy vous ibit 
rendue. Monfieur Wren fera bien glorieux de ce que vous dites de fon Globe 
lunaire. Je le luy manderay bien tolL Je fuis tout auifi loin de croire que vous 
foy-iez fans quelque occupation belle et utile , comme de defirer que vous le foyiez, 
& Je comprens fort bien ce que vous dites des interruptions qu'on reçoit des im- 
portunitez des vifites, mais tout cela ne m'empefche pas de croire , que vous trou- 
uerez toufiours afTez de loifir pour paracheuer ce que vous auez entre les mains. 
Nous fommes toufiours occupez à quelque petit experiment. Vous en fçaurez 
quelques particularitez quand ils font faits, les derniers font touchant la compref- 
fion de l'eau , et de l'air. Voylà tout ce que J'ay le loifir de vous dire à prefent , 
fi ce n'eft que Je fuis de toute mon ame 

Monsieur 

Vollre trefhumble et trefobeiflknt feruireur 

R. MoRAY. 

A Monfieur 
Monfieur Christian Hugkns de Zulecheim 
' ^ a la Hâve. 

XII. 



Œuvres T. III. 



3o6 CORRESPONDANCE. 1661. 



N= ,880. 

Christiaan Huygens à M. Thevenot. 

[28 JUILLET 1661.] 

La minute et la copie se trouvent à Leiden , coll. Huygeiis. 

Monsieur 

Mon frère') eftant ces jours paflez a Paris, je luy efcrivis^) qu'il vous allât faire 
mais 3) baifemains et qu'il vous donnai!: la lettre*) que je luy envoyay pour vous, mais 
eftant venu a partir de là plus tofts) que nous n'avions creu, mon pacquet y eft arrivé 
trop tard , et je ne fcay s'il fera demeuré a la pofte ou ce qu'il fera devenu. Je vous 
priay dans cette lettre de ne point laifTer efchapper une fi bonne occafion pour 
me faire tenir le livre Italien *) de la Dioptrique que je fouhaite de veoir il y a fi 
longtemps. Il m'a fceu dire a fon retour que vous aviez pris la peine de le venir 
chercher plus d'une fois afllu'ement avec delTein de luy délivrer le dit Hure mais 
fon malheur et le mien n'a pas voulu que vous le rencontrafliez. Je fuis marry que 
je ne puis vous indiquer aucune voye. Je ne doute pas que ce n'ait eftè de defiein 
de luy le mettre en main. Tout ce que je puis Monfieur c'eft de vous prier comme 
j'ay défia fait par celle que je vous efcrivis '') de Londres, de ^) 



') Lodewijk Huygens. 

=) Voir la Lettre N°. 876. 

•^) Lisez .-mes. 

4) Voir la Lettre N". 877. 

5) Lodewijk Hnygens partit de Paris le 21 juillet. 
"j Consultez la Lettre N°. 858, note 2. 

7) Nous n'avons pas trouvé cette lettre dans nos collections. Consultez la Lettre N°. 87 

^) Ici finit la minute. 



CORRESPONDANCE. 1661. 307 



N= 881. 

Christiaan Huygens à [R. Moray]. 

I AOÛT 1661. 

La lettre se trouve à Londres, Royal Society. 
Elle est la réponse au No. 867. R. Moray y répondit par le No. 884. 

A la Haye ce i d'Aouft 1661. 
Monsieur 

Enfin eil arrivé icy Monfieur Oldenbourg et m'a donné voftre lettre du 
13 Juin ^'). Il vient de Bremen et a eftè veoir aufli nos villes d'Amfterdam et de 
Leiden , ou il a parlé a quelques Philofophes que je ne connois encore que de 
nom. Entre autres a ce Borri -) , avec qui il a eu longue converfation , dont il m'a 
raconté plufieurs parcicularitez. Il porte de la part de ce grand Lullilte s) une lettre 
à Monfieur Digby, ou il y a un morceau de fon lignum incorabufl:ibile, du quel, 
après que dans voftre aflemblee l'on aura fait l'expérience, je defire fort de fcavoir 
ce que l'on en jugera. L'hiftoire des ecrevifl^es '*) dont Monfieur Oldenbourg m'a 
fait part eft admirable mais j'avoue que j'ay de la peine a la croire. 11 vaut la peine 
que voftre académie fafle un efTay de cette reproduction , fi tant y a que l'autheur 
l'affirme ferieufement. 

S'il fait clair a ce foir j'ay promis de faire veoir a Monfieur Oldenbourg la lune 
par mon telefcope, mais il y a peu d'apparence, et il part a ce qu'il dit demain. Il 
m'a monftrè une lettre de Monfieur Thevenot fon ami et correfpondant de Paris, 
ou il eft parle d'une certaine nouuelle invention ou decouuerte 5) de grande impor- 
tance fans expliquer ce que c'eft. J'efpere qu'elle vaudra autant qu'il fait juger par 
fes paroles. 

Je me fuis occupé pendant quelques jours a eftudier la mufique, et la diuifion du 
monochorde à la quelle j'ay appliqué heureufement l'algèbre. J'ay auflî trouué que 
les logarithmes y font de grand ufage, et de la je me fuis mis a confiderer ces mer- 



') Voir la Lettre N°. 867. 

-) Giuseppe Francesco Borri naquit le 4 mai 1627 à Milan et mourut le 10 août 1695 à Rome. 
Alchimiste et libre penseur, il dut fuir Rome et se réfugia en Danemarck auprès du roi 
Friedrich III. En 1670, voulant passer en Turquie, il fut pris et jeté dans les prisons de l'in- 
quisition à Rome , dont il ne sortit jamais. 

3) Raymond Lull naquit à Palma (île de Majorque) en 1235 et mourut à Bougie en 1315. 
Après une jeunesse orageuse, il se mit à l'âge de 31 ans dans l'ordre de St. François, et 
voyagea partout pour propager la religion chrétienne. Philosophe, rhétoricien et alchi- 
miste, il composa quantité d'ouvrages, dont le nombre est porté jusqu'à quatre mille. 

't) On la trouve dans l'ouvrage cité dans la Lettre N°. 864, note 4. 

5) Consultez à ce sujet la Lettre N°. 893. 



3o8 CORRESPONDANCE. 1661. 



veillcux nombres et admirer l'indullrie et la patience de ceux qui nous les ont 
donnez. Que fi h peine n'en eiloit défia pri(e,j'ay une règle s) pour les trouuer 
avec beaucoup de facilité, et non pas la vingtième partie du trauail qu'ils ont 
courte. 

Mais vous faites peu de compte de ces chofes eitant tout a fait dans l'eitude de 
la phyfique. Faites moy Icavoir je vous prie quel progrès vous y faite'^ et me croyez 
entièrement 

Monsieur 

Voftre très humble et très obeiflant ferviteiir 

Cl-IR. HUGENS. 



N= 882. 

J. Hevelius à Christiaan Huygens. 

I AOÛT 1661. 

La lettre se troin'c à Leîden , coll. Biirmann. 
EU" est la réponse au No. 784. Clir. Huygens y répondit par le No. 385. 

Nobiliflimo atque Doéliffimo Viro Domino Chrisïiano Hugenio 
JoHANNEs Hevelius S. P. D. 

Cimi nuper ab Eximio noftro Bullialdo perceperim. Te féliciter Gallico et 
Anglico iflo itinere, de quo magnoperè Tibi gratulor, defunftum efie, commer- 
cium iftud literarium hucufque à nobis intermifliim, iterum alacriter aggredior. 
Initio gratias et habere et debere Tibi profiteor, quod mihi quantocyus tam Fa- 
brij '), quhm Timm de '5° libellum -') tranfmiferis; utrumque cupidiilimc perlegi; 
in priore pleraque aculeata, et quam plurima Viro do6lo, fi libéré eloquiliceat, 
indigna invenio; in pofteriore autem, débité et iufficienter omnia eiïc pertractata, 
video: dubito, quin denu6 quaedarn reponat, inprimis fi famae cônfulere velit, 



S) La règle se trouve inscrite dans les „Aclversaria" de Chr. Huygens sous le titre: „Fundamen- 
tura regulae nortrae ad inveniendos Logaritlimos, Aiiguft. 1661." D'après les Registres des 
premières années de l'Académie des Sciences de Paris, elle a été communiquée à cette Acadé- 
mie en 1 666. Elle est restée inédite jusqu'à ce que Mr. Bertrand l'ait remise au jour en 1 868 , 
en publiant un extrait de ces Registres dans les „Comptes Rendus" Tome LXVI. p. 565. 



' j Euflacbio de Divinis Septempedani Brevis Annotatio. Voir la Lettre N°. 765, note 
-) Chr, Hugenii Brevis Aflertio. Voir la Lettre N°. 7S2, note 3. 



CORRESPONDANCE. 1661. 309 



tacere praeftabit. De caecero, Praeclariffimum Dominum BiiUialdum communem 
amicum nobis ante aliquot menfes aclfuilTe; tiim aiiid eo tempore ànobis aftum, 
obfervatumque fuerit, fine omni dubio ab ipfo Bullialdo 3) jam intellexiili : quare ne 
longius fim, ijs fuperfedeo. Paulo pofl: eiiis difcefium aiitein, Mercurium fub Sole 
féliciter ac débité obfervavi, tiim quicquid notatii digniim in ifl:o congrefTu occur- 
rebat, diligenter admodum annotavi. Gaudeo Te pariter Stilboncem i-) in difco © 
Londini vidifTe; fed maiori equidem cum apparatu obfervationem iitam, arduam 
infignemque merit6 aggredi debuifTetis, quo inprimis genuina magnitudo eius 
Diametri (quam reftè fcire profeétb Aftronomiae multum intereft} innotefceret. 
Nom ver6 illara affequiui eftis, nondum ex iilis, quae à Domino Bullialdo accepi, 
intelligere potui. Quocirca Te rogatum velim quàm humanifïïmè, ut fi quae adhuc 
habeas fpecialia, Rei literariae bono, communices; nortra, brevi etiam non dene- 
gabo. An punftum iftud C, Sive D, in fchemate ^ ad Bullialdum tranfinifiî) s), prae- 
cifè omnino in difco Qis, tempufque ex altitudine eius, five ex fciaterico diligenter 
annotatum fuerit, valdè haereo? Videtur enim vos non adeo accuratè tempora 
indicafi^e; aliàs fané vix cum noitris conciliari poterunt. Si quid infuper ab Oxfor- 
dienfibus etCambricnfibus, five ab alijs alibi locorum de hoc2,nec non denupero 
Cometâ obfervatum fuerit, quaefo fignifices, multis nominibus me Tibi obftringes. 
Quid praeterea in Gallia et Anglià à Literatis agatur fcire percupidus fum. Quod- 
fi de his omnibus coram fermones Tecum commutare mihi obtingeret, nil unquara 
accideret optatius, praefertim praefenti Domino Bullialdo (quem iterum prope- 
diem exfpeftamus) 5 quantum voluptatis ex iftis iucundiflimis confabulationibus 
in nos redundaret. Rogo itaque fi occupationes Tuae id ferant, nos aliquando invi- 
fas, gratiflîmus fané cxoptatiffimufque nobis eris hofpes. Vale optime. 
Dabam Dantifci Anno. 1 66 1 , die i Augufi:i fl:ylo novo. 

Nobiliffimo ac Docliffimo Viro Domino Christiano Hugenio 
amico honorando. 

Hagam Comitis. 



"^m^ 



3) Consultez la Lettre N°. 872. 

''■) Adjeftif grec, qui signifie le brillant, le scintillant, épithète de la planète I\1ercure. 

5} Voir la pièce N°. 866. 



3IO CORRESPONDANCE. 1661. 



N= 883. 

H. Oldenburg à Christiaan Hoygens. 

13 AOÛT 1661. 

La lettre se troin-e h Lciden , coll. lluygens. 

Monsieur 

La faute de ma mémoire eft caufe , que ie vous efpargnay en vue chofe , quand 
i'auois l'honneur de vous voir à la Haye , de laquelle ie m'en vay vous importuner 
par lettre. C'efl que i'ay eftc informé, que Meflieurs les Eftats Généraux ont fait 
inprimer à la Haye vn Placart des Figures, Valeurs et FinelTe de leur monnoyes ') 
dont les Exemplaires font affes rares , et ne font donnés ou vendus qu'à des per- 
fonnes de confideration et qui ont intereft dans les affaires , ou qui ont bonne con- 
noiffànce auec ces Meffieurs la. Scachant donc, Monfieur, que vous auez beaucoup 
d'habitude parmy tous les Grands et Curieux, ie prends la liberté de vous prier 
trefhumblement, de me vouloir gratifier en m'envoyant le dit placart, s'il fetrouue, 
auec le premier ordinaire à Londres , addrelTant voftre lettre à Monfieur Samuel 
Hurtlib -) le père, en Axeyard in Kingfireet; et vous m'obligerez trefparticulie- 
rement, qui fuis défia 

Monsieur 

Voitre trcrhumble et trefiifFeclionné ieruiteur 
Henry Oldenburg. 

Roterdam le 3. d'Aouft \66\. 

Monfieur de Bils s) me traite icy auec grande humanité, et femble d'entendre 



') Voir la Lettre N°. 891. On connaît les ordonnances suivantes, qni, cependant, ne contien- 
nent aucune figure: 

Placaeten van den feften Maert 1645, ipAngufti 1647, 23 May 1652 , en feften Januarij 
1653. Continerende provifionele rcdiiftie otte tollerantie vande iloogh Mog. Heeren Sta- 
ten-Generael der Verceniglide Nederlanden, op den ccnrs vanden Gclde, zoo Goude als Sil- 
vere Specien, Waer na aile ende yegelijcke tngefetenen der voorfz. Landen zich allen lieb- 
ben te regulcren. 's Graven-Hage op den feften Jannarij 1653 in-folio. 

=) Samuel Hurtlib était un libraire demeurant dans le Axe- Yard au Kingstreet à I.ondres; 
il était l'intermédiaire pour les envois de la Société Royale. 

3) Lodewijk de Bils, seigneur de Coppendamme, lioonen, etc., naquit à Amsterdam vers 1624 
et mourut à Bois-le-Duc en 1671. Anatomiste distingué, mais sans éducation scienti- 



CORRESPONDANCE. 1661. 3II 



très bien l'Anatomie , et eftre refolu de maintenir et de faire bon Ton party. Il pré- 
tend de fcavoir exactement le fecret de la nutrition , comme auffi de la génération 
de la fenience et de la feparation de l'urine et de fon paiïage du foye dans les reins. 
le temps enfeignera tout. 

A Monfieur Monfieur Christian Hugens de Zuylichem &c. 

op 't plein in den 
port payé. Haagh. 



N= 884. 

R. MoRAY à Christiaan Huygens. 

19 AOÛT 1661. 

La lettre se trouve à Leiden, coll. Huygens. 
Elle est la réponse au No. 881. 

A Whitehall ce 9. d'Aou. 1661. 

Monsieur 

Celle ') que Monfieur d'Oldenbourg m'a rendue de voilre part , du premier 
du courant, m'a tiré de la peine ou j'eftois d'eftre fi long temps fans auoir de vos 
nouuelles. Je n'ay point encore eu lopportunité de l'entretenir, de Monfieur 
Burrhi °) et des autres rencontres qu'il a eu pendant fon voyage. Et il n'a pas en- 
core efté a nofire afTemblee. après que nous aurons veu ce bois incombufiible vous 
fçaurez ce qu'on en iugera. Monfieur le chevaliet Digby a promis de faire impri- 
mer fon difcours de la Végétation , dans lequel il parle de la reproduftion des Ef- 
cruiffes. on a grande enuie de mettre fa recepte a l'efpreuue ; mais cela ne fe peut 
qu'elle ne foit imprime. Cependant nous y adiouftons la mefme foy que vous. Si 



fiqiie, il eut maintes disputes avec les savants de cette époque. Après avoir demeuré alter- 
nivement à Sluis et à Rotterdam, il devint en 1659 bailli d'Aardenburg-. Il visita Bruxelles 
en 1662 et fut nommé en 1663 professeur à Louvain, où la faculté catholique ne voulait 
pas de lui, protestant; enfin, en 1669, il devint professeur à Bois-le-Duc. Il était renommé 
pour sa niétliode d'embaumement et pour diverses découvertes en anatomie. 



') Voir la Lettre N°. 881. 

-) Moray désigne ici G. F. Borri. Voir la Lettre K°. 881 , note 2. 



312 CORRESPONDANCE. 1661. 



Je fcauois par quelle voye Je vous pourrois enuoyer un liore qui vient d'eftre pu- 
blié. De infeparabilitate Corporum 3) je le ferois. Jl '*) maintient la doftrine 
d'Ariilote contre tous les autres philolbphes, Atoraiftes, et autres, nommément 
contre Toricellius, Hobbes, Gaiïend, Boile et autres. Je tafchcray de vous en 
faire tenir une Copie, comme auffi d'un autre s) de Monfieur Hobbes contre Mon- 
fieur Boile qui eft foubs la prefTe. on penfe qu'il fera acheué dans peu de iours. 
Je fuis fort aife que vous vous foyiez appliqué a la confideration de la Mufique : 
Quelques belles chofes que Kircherus *) et autres nous en ont donné Je crois que 
vous trouuerez encore quelque chofe a dire là defTus après eux tous. Monfieur de 
Brunker a aufll^trouué un moyen bien facile pour la conftruftion des Logarithmes. 
Jl eft vray que pour mon particulier J'aime bien mieux les fpeculations de la phi- 
fique, que toute autre forte d'eftude. Mais il eft iufte que les Sciences Mathéma- 
tiques tiennent le fécond lieu. Et de faift J'y fuis anifi fort porté mais Je n'ay pas la 
commodité de my appliquer en façon quelconque. J'ay elle autrefois extrêmement 
addonné a la mufique tant la théorie que la pratique, mais pendant 20. ans de dif- 
traélion, ma pafTion s'eft un peu rallcntie. Jl fc paflfe tous les iours parmy nous tant 
de petites chofes qu'il m'eft impos ^) de vous les racompter. Mais dans peu de 
temps on trouuera le moyen de vous en faire part. Cependant Je vous diray que 
Monfieur Wren a acheué fon Globe de la lune. Et nous l'aurons bien toft icy. 

Vous oubliez les liures que vous nous auez promis, faites moy fçauoir quand 
ceft que nous pouuons efperer voftre Traitté du mouuement. Depuis que J'ay com- 
mencé a efcrire J'ay penfé a un moyen de vous faire tenir ce Hure, c'eft par un 
valet de quelque amy de Monfieur de Henderfon ^} qui fen va en Hollande. Je 



3) De Corporum Infeparabilitate Aiith. Tli. Lino. Londini 1660. in-8°. 

Il y eut une seconde édition de cet ouvrage en 1682. 

4) L'auteur est Frauciscus Hall , qui écrivit sous le pseudonyme Linus. Voir la Lettre N°. 646 , 
note 8. 

5) Dialogus Phyficus five de Natura Aeris Conjeftura fumpta ab Experimcnris nuper Londini 
habitis in Collegio Grefhamenfi. Item de Duplicatione Cubi. Autliore Tlio. Hobbes Mal- 
mefb. Londini. Typis J. B. et preftant vénales apud A. Crooke, fub infigne Draconis in Cae- 
miterio Paulino. 1661. in-4°. 

Une seconde édition parut à Amsterdam en 1668. in-4°. 

'î) Athanafii Kirclieri Fvldenfis e Soc. Jefv Prefbyteri Mvfvrgia Vniverfalis five Ars Magna 
Conlbni et Diffbni in X Libres digefta. Quà Vniverfa Sonorum doftrina, & Pliilofopliia, 
Muiicaeque tam Theoreticae, quam prafticae fcientia, i'umma varietate ti'aditnr: admirandac 
Confoni, & Dillbni in Mundo, adeùque Vniuerla Naturà vires effeflufque, vtinoua,ita 
peregrina variorum Ipeciminum exhibitione ad fingulares vfus, tum in omni poene facultate, 
tum potifïïmum in Philologià, Matliematicà, Pliyficà, Mecbanicà, Medecinà, Politicà, 
Metapliylicà, Tbeologicà, aperiuntur & demonftrantur. Romae, ex Typograpbia Haeredum 
Francifci Corbelletti. Anno Jubilaei mdcu Svperiorvm PermilTv. in-folio. 

^) Lisez: impoflible. 

^) C'est peut-être: 

Jeremias Hendersoii, théologien Ecossais, né en 1635, qui vint étudier à Leidcn. 



CORRESPONDANCE. 1661. 3I3 

luy enuoye le Hure tout a l'heure. Voylà tout ce que Je vous puis dire a prefent , 
finonque Je fuis de toute mon ame 

Monsieur 

Voftre trefhumble & trefobeilTant feruiteur 

R. MORAY. 

A Monfieur 
I jS Monfieur Christian Hugens de Zueichem 

XII A la Haye. 



N-- 885. 

Christiaan Huygens à J. Hevelius. 

11 AOÛT 1661. 

Lu lettre se trouve à Paris, BBliothèqiie Nationale. 
Elle est la réponse au No. 882. J. Heveliiis y répondit par le No. 891. 

Arapliffimo Clariffimoque Viro Domino J. Hevelio 
Chr. Hugenius s. p. 

Longe gratiffimae mihi fuere literae tuae quibus de peradlo itinere gratularis, 
fimulque ad inftaurandum literarum commerciura perhumaniter provocas, cuipro- 
fedlo materia nunquara deerit quamdiu eadem quae haftenus ftudia nobis cordi 
erunt. De ijs quae una cum Clariffimo Bullialdo obfervafli accurate ipfe ad me 
fcripfit '). Inter quae nempe et illa reputo quae a te Gedani ab illo viro Hamburgi ac 
Varfaviae fimul obfervata fuere, veluti Cometae locus, nec non tranficus Saturni 
prope Lunam. Hune et ego vidi Londini -) in horto Regio Whithall, diltantiaque 
minima "^ a Limbo Ç apparebat circiter quanta montis Sinai ') ab eodem Limbo, 
idque hora undecima fi bene memini; fed neque horologia valde exafta aderant nec 
inflrumenta ad capiendas altitudines, unde fortafle in tempore nonnihil eft erroris. 
diftantia per telefcopium fatis bene diicernebatur; aderatque et meum 22 pedum, 
caeteris quae ibi habebant praeftantius. De Mercurio magis doleo non adhibitam 



') Voir la Lettre N°. 872. 

°) „Obfervè dans le jardin de Wliitlial avec les grandes lunettes de M. Neal la conjunclion de fr 

avec la lune. Saturne pafla deffiis fort proche. Le Duc de Yorck y eftoit auflî." [Reys-Vei- 

hael]. C'était le 13 mai. 
3) La montagne Tycho, d'après la nomenclature actuelle. 

Œuvres. T. III. , 40 



SH 



CORRESPONDANCE. 1661. 



fuifTc eam diligentiam quam merebatnr fpeélaculum adeo rarum; nam et hune tan- 
tum ope telefcopii fub dio, non autem ut oportuerat in tencbris fpeftavimus , quod 
parum ad res hujufmodi inllruftus eflet is quocum obfervationi huic attendebam; 
perfpicillorum fcilicet artifex 4) , caeterum ailronomiae imperitus. Alij quidem 
mathematici in eadem urbe Londinenfi curiofius omnia praeparaverant, fed cum 
toto tempore antemeridiano advigilafTent, nec adhuc ^ Solem ingrefllis effet, ven- 
turum defperabant reliétoque obfervatorio ad prandium fe contulerunt. Monui 
Dominum BuUialdum non pro accurata admoduni obfervationem meamme vendi- 
tare, quippe quae non débita cuni cura perafta fuerit; nam nec tempus aliunde 
quam ex horologio parvo portabili, fed quod in meridio ad folem correélum fue- 
rat, definitum habuimus: Locum vero ac fitum ^ in © tantum ab imagine, ut fcis, 
in" telefcopio percepta, in chartam fubito annotavimus, quam potuimus optime. 
Vides igitur jam fere quantum defcriptioni ifti meae tribuendum fit. Ego vero 
tuam 5) avidiffime cxpefto, quam fine dubio publico impertias, atque ad illam quod 
in mea aberratum eft emendabo. Parallaxeos difFerentiam nullam fenfibilem inter- 
venire exifl:imo, temporis vero quadrari débet difFerentiae Longitudinum, fi modo 
quae inter Londinum vellranique urbem efl:, refte cognita efi:. Ceterum miror quod 
fcribit Bullialdus Latitudinem ^ in conjunftione illa a Te et me meridionalem 
efTe animadverfam, cum fecundura fe ac Keplerum borea futura expeftaretur. Cer- 
te enim et mihi borea fuit, et nefcio unde contra elle putaverit, nifi forte non 

attenderit fchema") invertendum efl^e, aut tur- 
baverit eum quod incogitanter adfcripfi Eclip- 
ticae vocabulura lineae quae ^ femitam déno- 
tât. Debebat enim fcheraa fcribi hoc modo, 
deinde inverti débet, ut vera difpofitio habea- 
tur; ac tum profeéto patet latitudinem fuiflTe 
boream. 

Cometae obfervationem a Kechelio Leidae 
habitam, hifce adjungo '), etfi vix dubito quin 
jam ante eandem videris. Eam Parifijs accepi, 
ubi fero nimis fama hujus aftri ad me perve- 
nit, ac nubilae etiam per dies aliquot cçelum 
afpici vetuerunt. Sane a nemine quod fciam 
in ea urbe vifus fuit, etfi noverim nonnullos, ac inter exteros Dominum Auzotium 
geometram infignem qui ejus gratia noftes infomnes agerint. Londini quoque et 
Oxoniae inobfervatus praeterijt. Intérim bene habet quod diverfis temporibus a Te 




■t) Il s'agit ici de Reeves. Voir la Lettre N°. 732, note 4. 

5) Voir la Lettre N°. 872 , note 5. 

'') Consultez la figure dans la pièce N°. 866. 

7} Nous n'avons point trouvé cette pièce dans nos collections. 



CORRESPONDANCE. 1661. 315 



et Cechelio pofitus ejus ad fixas notatus fuit, aliquid enim hinc de itinere colligi 
poterit. attuli mecum Londino libellum manufcriptum ^) Jeremiae Horroxij ^) juve- 
nis dodti , quo fufe defcribit Venerem in Sole a le oblervatara ., die 24 Novembris 
1 639. Miror banc obfervationem non evafilTe celebriorem cum rarior multo fit hiijuf- 
modi incurfiis Veneris in quam Mercurii; credo tamen caufam elTe, quod in lucem 
libellus non venerit; autore morte prevento. Quod fi bac occafione Hermeticae 
conjunftionis nuperae quam edere jam credo apparas, etiam illam ab interitu vin- 
dicare vellis, vel fi non omnia, faltem quae maximae ad rem fpeftant (nam alicubi 
etiam non necefiliria quaedam interferit) excerpere; tuo arbitrio rem omnera atque 
ipfinn libellum permitterem, quemadmodum meo permiferunt ij per quos mihi 
copia fafta eft. Defenfionem ") Syfiematis mei Saturnii contra Eufi:achum de Di- 
vinis tibi probari magnopere gaudeo. Renunciatum mihi fuit ") aliquid rurfus con- 
tra me illos moliri, fed adhuc nihil prodijt. Audivi et Clarifiîmum Ricciolum cujus 
obfervationem quandam obiter perfl:rinxeram '-), aliquid apologiae fimile's) medi- 
tari; de quo, fi etiamnunc commercium tuum illi intercedit, fcire velim an nun- 
quam in fuis literis mentionem fecerit. Ego admirormultiplicem illius viri fcientiam, 
neque eum ob leviculum errorem aliquem reprehendere voluifl"em, nifi argumenti 
ratio omnino me ad id induxifl^et. 

Nefcio an in ultimis meis '+) ad Bullialdum adfcripferim, in Saturni annule pro- 
portionem paulo aliam me confirituifl^e. Nempe cura diametri annuli, ad globi, quem 
cingire eum pono, diametrum rationem efie fcripferem antehoc quae 9 ad 4, nunc 
edoftus hujufce anni obfervatione accuratiori, inveni augendam efl"e, ut fiât proxime 
ea quae 17 ad 6. Ea enim forma \i hoc anno fpeétatur, ut extra annuli ellipfin ne 
minima quidem globi portio fupra vel infra eminiat, quod contra foret in priftina 
illa diametrorum ratione. Pofita autem nova illâ 17 ad 6, tam quae nimc adefi: 
phafis quam quae venturae funt hypothefin meam exafte, nifi admodum fallor, 
comprobabunt. 



^) Venus in foie vifa. Seu Traftatus Aftronomicns, de Nobiliflimà Solis & Veneris Conjiinc- 
tione, Novembris die 24 fbyl. Juliano, w.dc.xxxix. Autore Jcremia Horroxio. [Gedani 
MDC.Lxn.] in-folio. 

Cette observation a été publiée par Hevelius dans l'ouvrage, cité dans la Lettre N°. 874, 
note 5. 

9) Jeremiah Horrox naquit en 1619 à Toxteth (Lancashire) et mourut le 13 janvier 1641. 
Après avoir achevé ses études universitaires, il vécut avec son ami William Crabtree à Brough- 
ton (près de RTanchester), où il fitdes observations astronomiques de 1636 à 1638; puis il alla 
s'établir à Liverpool. 

'°) C'est la Brevis Assertio. Voir la Lettre N°. 782 , note 3. 

") Consultez la Lettre N°. 863. 

'-) Dans son Systema Saturniiim. 

'3) Nous ne connaissons pas de tel ouvrage de Riccioli. Consultez la Lettre N°. -46. 

'+) Consultez la Lettre N°. B84. 



3l6 CORRESPONDANCE. 1661. 



Ex Anglia nuperrimis literis '•") intellexi globum Lunarium quem Régis mandato 
Vivianius "'), doftiffimus geometra et aftronomus, fabricandum fufceperat, perfec- 
tum eïïe. In eo montes omnes eodem fitu ac fymmetria qua in ipib Lunari corpore, ef- 
fefti font, et maculae obfcuritate a reliquis partibus diftingiuintm-, quod profefto vifo 
jucundum efTe exillimo. Saepe auteni miratus fom te ipfom non fimile opus molitum, 
ciijus ideam videris pridem concepiiïe ac propofoifle in fine accuratiffimae tuae Sele- 
nographiae '^). Cum ijfdem quas dixi literis etiam obfervationem tuam pareliorum 
20 februarii hoc anno animadverforum accepi, anglico fermone fcriptam '^), fed plu- 
ribus in locis mendofara, ut videatur eum, qui defcriplit, aut ex latino convertit, non 
bene intellexifle. Verum plane eximiara fuifle apparet, atque adco fommi beneficij 
loco habebo fi mecum comraunicare defi:riptionem ejus ac figuram quam apud Te 
BuUialdus fe vidifle afTerit, volueris. Quod fi figuram depingendi otium non efi:, 
rudi delineatione contentus ero, vel nulla etiam, fi modo diametri iridum foli- 
umque pofitus fcripto exprefl"eris, quod jam ante in gratiam aliorum te fecifl"e appa- 
ret. Très ilii foies candidi quomodo in circule magno difpofiti fuerint ex anglicano 
ichedio intelligere nequeo, nifi quod unum ex ijs ex oppofito folis veri fl:etifi"e refert, 
de quo foire velim, an, quandiu duravit phaenomenon, perpetuo in ipib magno cir- 
culo haeierit. De arcubus vero inverfis qui irides circumfolares contingebant, an om- 
nino circuli portionès retulerint. Nam iecundum meam hy- 
pothefin , fi paulo latins utrinque cornua eorum extra dan- 
tur, in hujufinodi formam curvatum iri illa puto. 

Verum tu vir amicifiime fi vis mihi facere rem gratifll- 
maui, non tantum haec dubia refolve, fed de omnibus, quod 
facile potes, edoce. 

Quod ut te invifam hortaris ac hofpitium bénigne offers, 
agnofoo eximiam huraanitatem tuam et foio operaepretium 
eÎTe iter iftud ingredi, ut tua confiietudine doftiflimifque 
colloquijs gaudere liceat: fod nunc quidem ingruens hyems 
et fatictas quaedam peregrinationis jufl:am excui'ationem fiippeditant atque omnino 
a talibus inceptis defiftere fiiadent. Expefto autem hic Clariflimum Bullialdum 
quem de Te rebuique tuis omnibus avide narrantem audiam tumque propemo- 
duni tecum mihi efl"e videbor. Vale Vir ampliflîme et cum primum per otium 
licebit, béate me quaefo illo quod petij apographo phaenomeni pulcherrimi. 

Dabam Hagae Comitis 22 Augulli 1661. 




'5) Dans la Lettre N°. 865, du 13 juin i66i , Chr. Huygens n'a pas mentionné ce cliangeinent. 
"') Huygens, par méprise, nomme Vivianus au lieu de Clir. Wren. 
''') Ouvrage cité dans la Lettre N°. 40, note 2. 
'8) Voir la pièce N°. 871. 



CORRESPONDANCE. 1661. 317 

N= 886. 

R. MoRAY à Christiaan Huygens. 

6 SEPTEMBRE 1661. 

i« toitrfi se trouve à Leiiia?, coll. Huygens. 
Chi: Huygens y répondit par le No. 887. 



A Whitehall ce 27. D'Aou. 1661. 



Monsieur 



La femaine pafTee Je vous enuoyay, par Monfieur le Cheualier Swan '), 
deux autres petits Hures, l'un de Monfieur Hôbbes -), l'autre de Monfieur 
Digby 3). Et ayant rencontré des occafions qui m'ont empefché de vous efcrire le 
iour de la pofi:e , J'ay pris ce moment de le faire par auance, de peur que Je ne 
trouue quelques nouueaux obftacles Vendredy. J'attends voitre iugement de ces 
deux liures aufll bien que du premier ''') que Je vous enuoyay la femaine précédente, 
efcrit par un preilrc qui s'y appelle Linus, mais dont le véritable nom eft Hall. 
Monfieur Wren a prefenté (on Globe au Roy , qui en efl bien fatiltait, et de fait, 
c'efl: une trefiollie pièce, artillement faite. Et il a entreprins d'en faire encore un 
plus grand pour noftre Société. Car celuy du Roy n'a que 10. pouces de diamètre. 
Nous fommes fur le point d'auoir noftre Société eftablie par lettres patentes du 
Roy, et alors nous nous mettrons en un autre train que nous n'auons fait iufqu'icy. 
Nous fommes maintenant fur quelques experiments touchant la ccmprefllon de 
l'eau, et de l'air, et d'autres petites chofes. nous recueillons les liiftoires des Arts, 
et pratiques Mechaniques. Jl me feroit impoflible de vous informer , par lettre , 
de toutes les parcicularitez dont nous nous méfions. Mais Je crois que de temps en 
temps nous imprimerons ce qui fe pafl"e entre nous, au moins tout ce qui fe doibt 
publier. Alors vous en aurez toufiours des Copies des premiers, et s'il y a quelque 
chofe de referue qu'on ne met point au iour, il me fera alors bien plus facile à vous 
le communiquer , que de vous faire participant de tout , par lettres. Cependant 
nous attendons auec impatience la publication de vos Dioptriques; et voftre 
Traitté du mouueraent. faites moy fçauoir quand nous pourrons efperer de les voir. 
Car quelques belles et necefiaires que ces chofes là foyent, perfonne ne s'en méf- 
iera d'entre nous, mais tout le monde fen remet a vous. Je voudrois aufli fçauoir, 
fi vous auez iamais pris la peine de mefurer mechaniquement la proportion de 
l'augmentation de la vélocité des corps defcendants, ou tombans de grande hau- 



') Le chevalier William Swann. Voir la Lettre N°. 1 1", note 5 [Supplément du Tome II]. 

^) Voir Pouvrage cité dans la Lettre N°. 884, note 5. 

3) Voir la Lettre N". 864, note 4. 

•^■) Voir Touvragc cité dans la Lettre N°. 884, note 3. 



3l8 CORRESPONDANCE. 1661. 



teur. Si vous iugcz quil vaille la peine, il me femble, que vous en pouuez auoir 
une fort bonne commodité, pour en faire les experiments fur le clocher d'Utrecht. 
pour moy Je ferois aife qu'on en fit quelques uns , pour voir auec quelle vérité 
Ricciolo en parle et mefme pour en auoir une hifi:oire plus ample en faifant plu- 
fieurs experiments tant pour fçauoir les effets de différentes matières , que de diffé- 
rentes magnitudes et figures. Songez y. Je vous en prie, et nous tafcherons d'en 
faire icy de mefme. Je fuis auec toute la realité imaginable 

Monsieur 

Voftre trefhumble & trefobeiflant leruiteur 

R. MORAY. 

Dans une ') de mes précédentes J'ay vous ay prié de me donner quelque adreffe 
pour vous faire tenir de temps en temps les lîures que J'auray a vous envoyer, ne 
l'oubliez pas. Monfieur Boile a mis deux ou trois pièces *) au iour depuis peu , 
touchant la chimie et la phyfique , que Je ferois aife de vous enuoyer. 

A Monfieur 
7^ Monfieur Christian Hugens de Zulichem 

xn à la Haye. 



5) Voir la Lettre N°. 884. 

*) a) Certain Physiological Essays, written at distant Times, and on several occasions. By 
tlie Hononrable Robert Boyle. London, Printed for Henry Herringraan at tlie Ancliorin 
tlie Lower Walk in tlie New-Exchange. [661. in-4°. 

Le personnage „Pyropbilus" est Richard Jones, neven de l'anteiir. 
Z') Un onvrage dont, l'année suivante, parut la traduction latine: 

Cbymifta Scepticus vel Dnbia et Paradoxa Cliymico-Phyfica , circa Spaegyricorura 
Principia, vulgo difta Hypoftatica, prout proponi et propugnari folent à Tnrba Alclii- 
miflarum. cui Pars praemittitur alterius cujnfdam Diflertationis ad idem Argumentum 
fpeftans. A Roberto Boyle, Nobile Anglo. Ex Anglica in Latinum Sermonem traduifta. 
Roterodami. Ex officinà Arnoldi Leers. m.dc.lxii. in-8°. 



CORRESPONDANCE. 1661. 319 



N= 887. 

Christiaan Huygens à R. Moray. 

16 SEPTEM.JRE 1661. 

Art fe«rf se trniivc à Loiiilres ^ lOtyal Society. 
Elle est In réponse an No. 8S6. R. Mnrny y répondit par le No. 901. 

A la Haye ce i6 Septembre 1661. 
Monsieur 

Je receus la fepraaine pafTée la voftre du 27 Aouft, ec le jour d'après le liure ') 
de Fr. Linus par un valet de chambre de Monfieur Menderfon. Le Chevalier Swan 
n'a pas encore paru"), qui a ce que vous me promettez me doit apporter les traitez de 
Monfieur Hobbes "') et Monlleur Digby •*), qu'il me tarde de veoir. Je vous fuis bien 
obligé de ce qu'il vous plait me faire part de toutes ces nouueautez, mais pour ma 
latiffaftion commandez moy quelque chofe en quoy je me puifTe employer pour vous. 
De femblables produftions d'efprit il en vient icy fort peu au jour, touteffois quand 
il y en aura je ne manqueray pas de vous les faire auoir. Pour me faire tenir les 
dernières ') de Monfieur Boyle, je ne fcache point de meilleure adreïïè que de les 
envoyer au Secrétaire de noftre AmbafTade nommé Monfieur Huis, a qui il ne 
manquera pas d'occafions pour les faire pafler icy. 

Dans les objedlions de Linus ou Hall je n'ay rien trouuè fur quoy je ne me fois 
fatiffait entièrement après y avoir tant foit peu penfè, conime je ne doute pas auffi 
que n'ayent fait Meffieurs Boile et Wren, et vous mefme; c'efi: pourquoy je ne 
m'eftendray pas icy a vous expliquer mon raifonnement. Je vous diray feulement 
par quelle expérience l'on pouroit réfuter fa nouuelle opinion, à fcavoir en mettant 
dans le vafe de Monfieur Boile, vuidè d'air, une petite fiole de verre, pleine d'ar- 
gent vif, fans aucun refte d'air. Car s'il efl:oit vray, comme il croit, que l'air extrê- 
mement eftendu et exténué du grand vafe, en tafchant de fe reimir, tire comme 
par des petits filets la petite phiole, jufques a la rompre lors qu'elle efi: pleine d'air, 
elle fe devroit cafl"er tout auffi bien efl:ant remplie d'argent vif. Et partant fi l'on 
trouue le contraire par expérience, l'on verra que fon hypothefe efi: faufile. Je vou- 
drois plufl:oft la remplir de mercure que d'eau , parce que dans celle cy il y fenible 
auoir tant foit peu de vertu elafliique, la quelle en rompant peut efi:re la fiole, il 
l'attribueroit a fes petits filets imaginaires. La fuppofition de la fubftance fubtile 
qui fe tire hors de l'argent vif, de l'eau, du marbre et toute forte de matière pour 



') Voir l'ouvrage cité dans la Lettre N°. 884, note 3. 

") Il résulte de la Lettre N°. 888, que Swann n'était pas encore parti ce jour-là. 

3) Voir l'ouvrage de la Lettre N°. 884, note 5. 

*) Voir l'ouvrnge de la Lettre N°. 864, note 4. 

■') Ce sont les ouvrages de la note 6 de la Lettre N°. 886. 



320 CORRESPONDANCE. 1661. 



compofer de ces filets, me femble fort peu vraifemblable, et fi je ne pouuois refou- 
dre toutes les expériences par la pefanteur et le reflbrt de l'air, je me figurerois 
pluftofi: tout autre chofe que d'en venir la. Mais jufqu'icy je n'en voy point que je 
n'en deduife bien aifement. 

Dans l'explication du Problème de deux roues de diuerfe grandeur je voy quel- 
ques efl:ranges opinions de ce dofteur, comme quand il veut que dans une heure de 
temps il y ait un nombre défini d'inilants. Je me trompe fort s'il efl bon mathé- 
maticien. 

La Lune de Monfieur Wren efi: beaucoup plus petite que je m'efl:ois imaginé; 
car pour y reprefenter un peu exaétement toute chofe je croiois que le diamètre 
devroit eilre de 3 ou 3 pieds pour le moins. Pour examiner fi elle eft bien faite, il 
faudroit la faire efclairer de nuift de loin par le moyen d'un miroir concave et la 
tourner jufques a ce qu'elle reprefentafl: la mefme phafe que la lune regardée par 
un telefcope, de la on connoifliroit fi les montagnes font élevées a leur jufi:e pro- 
portion. 

Il ne s'efl: falu guère que je n'aye fait un voyage en France cet hy ver, en accom- 
pagnant mon Père, qui s'y en va '') pour les affaires de Monfieur le Prince. Mais 
j'ay creu mieux faire de demeurer icy, n'ayant que trop a quoy employer le temps. 
De forte que je me fuis propofè d'eftre un peu plus diligent pendant ces longues 
loirées qui vont venir , que je n'ay eftè tout cet e!l:è , et ce pour mettre au net et 
donner au public 3 ou 4 enfemble des traitez que j'ay efcrit,parmy les quels font 
cette Dioptrique, et les règles du mouuement dont vous me demandez touijours de 
nouuelles. 

Quant aux expériences de la cheute des corps pefans je ne fcay pas a quoy des 
nouuelles expériences pourroient iervir, au moins celles d'un lieu fort haut. Je 
me fais fort que je vous diray par avance tout ce qui en arrivera, a fcavoir que 
laifl[^ant tomber une balle de canon, vous trouuerez qu'elle garde dans l'accroifl'e- 
ment des Efpaces , palTez en temps égaux , la progrefllon de 1,3,5,7, ^^- ^^ ^^^^ 
plus exaélement qu'il n'efl: pofllble de les mefurer. Une boulle de liège fera afTure- 
ment devancée par quelque efpace pnr la balle de canon , que l'on aura laifTer aller 
en mefme inftant, mais l'on ne pourra pas réduire fon accélération a quelque règle 
certaine. Une grande de meime matière ira plus vilte et fuivra de plus près la 
fufdite proportion qu'une petite, et il ert certain qu'une boule de liège pourroit eftre 
fi grande qu'elle tomberoit auffi vifl:e a trauers l'air que la balle de canon. Et au 
contraire efi:ant donné une de moyene grandeur de liège, je vous puis dire de quelle 
grandeur fera celle de plomb, qui ne tombera pas plus ville qu'elle a fcavoir celle 



*) Constantyn Hiiygens, ptre, partit pour ce voyage en France le 7 octobre, avec son lils 
Lodewijk. 



CORRESPONDANCE. 1661. 32 1 



dont le diamètre fera au diamètre de celle de liège, comme eft la pefanteur fpeci- 
fique de liège a celle du plomb. Cecy s'enfuit de -ce que deux corps femblables 
dont les pefanteurs font entre elles comme les fuperficies traverfent l'air ou l'eau 
d'efgale viftefle. Et cecy je l'ay trouuè s'accorder a l'expérience auffi bien qu'au 
raifonnement. Je vous dirois la manière dont j'ay fait ces expériences mais j'ay 
peur que défia je ne vous aye ennuie par une fi longue lettre et d'ailleurs la chofe 
n'eft pas mal aifée. Je finis donc et demeure de tout mon coeur 

Monsieur 

Voftre trefhumble & trefobeiffant ferviteur 
Chr. Hugens de Zulichem. 

A Monfieur 
Monfieur Moray Chevalier 
logé dans Whithall 

près du jardin. A 

I lî Londres. 



N= 888. 

R. MoRAY à Christiaan Huygens. 

16 SEPTEMBRE 1661. 

La lettre se trouve à Leiden , coll. Huygens. 

A Whitehall ce 6. Septembre 1661. 
Monsieur 

Ma dernière ') vous a donne aduis de deux liures que J'ay donné a Monfieur le 
Cheualier Swan pour vous apporter: mais Je trouue qu'il n'efl: point encore party: 
il dit pourtant qu'il partira auec la première commodité: Je vous ay aufli enuoyé 
un autre il y a. Je crois, un mois, mais Monfieur d'Oldenbourg me dit, que vous 
ne l'auez point encore receu. Mais J'appris hier qu'il y a un efpece de Mart 
Schut °), qui va tous les 15. iours une fois, entre Rotterdam et Londres. Si cela 
efl:, donnez moy quelque adrefib à Roterdam pour y faire tenir les liures, et autres 
chofes que J'auray a vous enuoyer: et ainfi noftre commerce fera bien afleuré. Et 



') Voir la Lettre N°. 886. 

-) C'est-à-dire: Marktsclniit, bateau de marché. 

Œuvres. T. III. 41 



CORRESPONDANCE. 1661. 



fil VOUS plaifl: d'adreïïer tout ce que vous aurez à menuoyer félon ce billet s), il me 
fera toufiours rendu. Tout ce que Je vous diray d'auantage à prefent, eft que Mer- 
credi dernier *') Monfieur le Cheualier Digby nous prefenta une lettre 5) que Mon- 
fieur de Frenicle luy a efcritte, touchant quelque phénomènes &c. de Saturne, 
dans laquelle trouuant que vous eftes nommé, J'ay creu eftre obligé de vous la 
communiquer, et partant vous en enuoye cy ioinc la Copie "). J'auray auffi la fe- 
maine prochaine, Dieu aidant quelque autre chofe à vous envoyer. Je fuis du meil- 
leur de mon Coeur 

Monsieur 

Voftre très humble & très obeiffant ferviteur, 

R. MORAY. 

Je n'ay pas eu le loifir de lire la Copie de la lettre cy iointe. Si vous y trouuez 
des fautes , faites le raoy fçauoir , et Je les corrigeray. 

A Monfieur 

Monfieur Christian Hugens de Zulechem 

A la Haye. 




3) Nous n'avons point trouvé cette adresse. 

4) C'était le 4 septembre (vieux style). 

5) Voir l'Appendice N°. 894. 

*) Cette copie, étant restée par inadvertance sur la table de R. Moray, ne fut envoyée que le 
23 septembre. Voir la Lettre N-. 893. 



CORRESPONDANCE. 1661. 



N= 889. 

[W. Brouncker] à la Royal Society. 

[avril 1661] '). 

Appendice I au No. 888. 

Lit pièce sf trouve à Leidcn, coll. Hiiygens. 



Of 



the Recoyling of Guns. 

Non long after I had the honour to 
bc commanded by this Society to make 
ibme cxperiments of the recoiling of 
Guns, in order to the^ difcovcry there 
of, I caus'd this Engine that lies hère 
before you to be prepar'd , and with it , 
(affilled by fome of the moft eminent of 
this Society) I had divers i'hots niade in 
the Court of this Colledge, neer the 
length thereof from the mark , and with 
a fuU charge (that is about a foure penny 
vi^eight) of pouder, but without any 
other fuccefTe then that there was no- 
thing regular in that way, v^^hich w^as 
by laying it vppon a hcavy table vnto 
which it w^as fome times faftened v^^ith 
fcrews at ail the four places R. L. V. B. 
fometiraes onely at R or L. having 
wheeles affixed at L & V or R & B that 
it raight the more eafily recoile. This 
vncertainty I did then conceive might 
arife from one or more of thefe three 
caufes viz (i) The violent trembling 
motion of the Gunn, whence the BuUet 
might cafually receive fome latéral im- 
pulfe from the nofe of the peece at the 
parting from it.(2)theyeelding of the ta- 
ble which was fenfible (3). the difficulty 
of aimeing well by the iîght & button fo 
far from the mark . Therefore to avoid 



') Ces expériences ont été faites le 7 avril 1661 devant la Société Royale dans la cour de Gres- 
ham collège, [Reys-Verliael.] Le rapport sur ces expériences fin lu le 10 juillet. Voir la 
Lettre N°. 870. 




324 CORRESPONDANCE. 1661. 



al chefe, the Experiments I cauf'd to bee made before you in the Gallery of this 
Colledge, you may bee plcafed to remember were perform'd (i) taking onely 
eight graines of poiider for the charge, (2) laying the Engine vppon the flower, 
and (3) aiming by a thread at M a marie about an inch and three quarcers from 
the mouth of the gunn; (the edge of a knife being put for the mark , the better to 
difcerne the line twas iTiot in), and they thus fucceeded, when the peece was faften- 
ed to the flower both at R & L. the Bullet did then fo fully hitt the mark , that it 
was divided by it into two parts whofe différence in weight was lefîe then ten 
graines (about the 33d part of the whole Bullet) although the lefl"er part was a 
little hollow and that from which the neck of lead was clofe par'd ofF. But when 
hindred from recoiling onely at R the Bullet milT't the mark towards L or A. for 
the whole ballet lefTe then 2 graines excepted , went on that fide. And in Like 
manner when hindred from recoiling at L. the bullet mifTd the mark towards 
R or B , the whole bullet lefl"e then two graines excepted, pafTmg the knife on that 
fide thereof. 

I had the honour to make other Experiments with the famé Engine lately at 
Whitehall, before his Majefly and his HighnefTe Royall =) within the Tilt yard 
gallery where there is the harth of a Chimney raif 'd a little above the flower, about 
the diilance of 1 3 feet from the oppofite wall , againft which I cauf'd a planck to 
bee plac'd , and the Engine to be laid firft againft the middle of the harth that it 
might not recolle at ail , and that part of the board to be mark'd againft which 
t'was level'd knowne by a line ftrech'd from the breech of the peece vnto the 
board , direftly over the fight and button ; and then fire being given (the charge 
being but eight graines of pouder as before) the bullet did fully hitt the mark. 
Secondly (the peece charg'd and level'd in the famé manner) was laid at the end 
of the harth next the park fo that very little of the Corner R refted againft it , & 
then the bullet miff'd the mark about an inch and a quarter towards the Park or A. 
the like being donc at the other end of the harth , the bullet then mifl^^'d the mark 
as much the other way. and afcerwards, with double that charge, fomething more, 
as before I had found it leiïe with a fmaller charge, fince this , (at firft defigneing 
onely to experiment the feverall diftances that the bullet is carried wide offthe 
mark with différent charges of pouder,) l made thefe experiments following. In 
the firft Columne 3) whereof you havc the corner ftop'd from recoiling. In the fé- 
cond the graines of pouder with which the peece was charg'd. In the third , the 
diftance the bullet was fhot wide from the mark in inches , tenths , & parts of 
tenths. In the fourth , the fide on which the bullet was carried. And in the laft , 
the diftance of the mark, from the muzzle of the gunn in feet. 



°) Le Duc de York qui devint plus tard James II. 
3) Consultez la table à la page suivante. 



CORRESPONDANCE. 1661. 



;25 





















B. 


16 


0.0 


N. 


9 




R. 


39 


o-3i 


L. 


9 




L. 


96 


0.2 


L. 


2 




L. 


60 


0. 


Os 


R. 


4 





L. 


16 


i-7è 


R. 


9 




R. 


39 


0.2 


L. 


9 




L. 


48 


O.Ii 


R. 


i 




L. 


64 


0. 


0^- 


R. 


4 




R. 


16 


1-5 


L. 


9 




R. 


40 


0.2 


L. 


9 




L. 


48 


0.0 


N. 






L. 


96 


0. 





R. 


4 


OJ 


R. 


1 2 


1-5 


L. 


9 




R. 


40 


0.0 


N. 


9 




R. 


48 


o.i^ 


L. 


i 




L. 


96 


I. 





L. 


9 




.fi 


L. 


12 
8 
8 


I-7I 

1.6 

i.i 


R. 
R. 
L. 


9 
9 
9 




R. 


40 


0.2 


L. 


9 




R. 


48 


0.0^ 


L. 


^ 
















2 


L. 


R. 


40 


0. 


3 


L. 


9 


5 


R. 


r 


















d 


R. 


4 


I.O 


L. 


9 




R. 


96 


o.6i 


R. 


9 




L. 


12 


1-7 


R. 


9 




L. 


40 


0. 


5 


R. 


9 


oa 


L. 


4 


i.ij 


R. 


9 




L. 


96 


I.Oi 


L. 


9 




L. 


12 


0.2i 


R. 


I 
4 




L. 


48 


0. 


I 


R. 


9 


fcî) 










>-> 


L. 
R. 


96 
96 


0-7Ï 


L. 
R. 


9 
9 




L. 

L. 


12 
12 


o.6i 
1.0 


R. 
R. 


4 




R. 
R. 


48 

48 


0. 
0. 



I 


N. 
L. 


9 
9 


^ 













U 

CL» 


L. 


04 


i-ii 


R. 


9 


R. 


96 


1.0 


R. 


9 




L. 


12 


i.i| 


R. 


6 




L. 


48 


0. 


°i 


R. 


9 


a, 


L. 


3^ 
40 


0.6 


R. 
R. 


9 
9 


CL, 


























L. 
L. 


4 
4 


I. 
I. 


6 

51 


R. 
R. 


9 
9 




L. 






















tC 


L. 


48 


0.4I- 


L. 


9 




c :::: 


R. 


1 2 


°-3i 


L. 


6 




L. 


48 


o-of 


R. 


I 
4 




R. 


4 


I. 


6 


L. 


9 


co 


L. 


48 


0-5 


L. 


9 




R. 


12 


1-3 


L. 


9 




L. 


48 


o.li 


L. 






R. 


8 


I. 


8 


L. 


9 


<Ll 
J3 Tj 


L. 


56 


0.8 


L. 


9 


-^ 
.N 


L. 


1 2 


0.61 


R. 






L. 


48 


0.2i 


L. 


4 




L. 


8 


I. 


8 


R. 


9 


4-1 CJ 


L. 


96 


1.2^ 


L. 


9 




L. 


12 


i.of 


R. 


4 




L. 


48 


0-5Î 


L. 


6 




L. 


12 


2. 





R. 


9 




L. 


96 


1-5' 


L. 


9 


S 


L. 


12 


1-24 


R. 


6 
















R. 


12 


2. 


I 


L. 


9 


^- G 


L. 


40 


0-5 


L. 


9 


1 


L. 


1 2 


i-4i 


R. 


8 
















R. 


16 


1. 


7i 


L. 


9 


13 dj 


R. 


96 


0.9 


R. 


9 


âj 


R. 


1 2 


0.6 


L. 


2 




L. 


4 
4 


o.li 


R. 


I 




L. 


16 


I. 


8 


R. 


9 


;5 -^ 


B. 


8 


0.2 


R. 


9 







R. 
R. 
R. 


1 2 
1 2 


o-9i 
1.2 

i-5è 


L. 
L. 
L. 


4 
6 
8 




L. 


4 

o.li 


R. 


4 

I 

4 




L. 
R. 
R. 


20 
20 
20 


I. 
I. 
I. 


5 
4 


R. 
L. 
L. 


9 
9 
9 


s 

























Tj 


R. 


96 
96 


0.6 
0.9 


& 


9 
9 


t3 
> 


R. 
B. 


1 2 


1.9 
0.1 


L. 
L. 


9 
9 




L. 
L. 


8 
12 


o-3i 
0.3 


R. 
R. 


i 
















ira 


L. 
















jn 


L. 


40 

3« 
39 
39 


o.if 

O.li 
O.Oi 
G.I. 


L. 
R. 
L. 
L. 


9 
9 
9 
9 


11 














L. 
L. 
L. 
L. 


16 

20 
24 


0.2i 
0.2i 
0.2 


R. 
R. 
R. 
R. 


4 

I 
4 

4 

4 




R. 
L. 


64Î 
64f 


0. 
0. 


71 
9i 


R. 
L. 


9 
9 


OJ 


L. 
L. 
R. 


R. 
L. 


12 
12 


0-3 
o-3é 


L. 
R. 






28 o.if 














'El 














L. 


96 


o.o|- 


R. 


i 




L. 


32 


O.li 


R. 


I 
4 




L. 


96 


I. 


I 


L. 


9 


&- 














R. 


96 


O.Oi 


L. 


4 




L. 


36 


O.li 


R. 


i 




R. 


96 


0. 


7 


R. 


9 


[i3 














R. 


96 


0.2 


R. 






L. 
L. 
L. 
L. 
L. 


40 

44 
48 

56 


0.1 

O.Oi 

O.Oi 

O.Oi 
O.Oi 


R. 
R. 
R. 
R. 
R. 


i 

I 

4 




R. 
L. 
L. 


96 
96 
96 


0. 
I. 
I. 


8 
3 

3i 


R. 
L. 
L. 


9 
9 
9 


in 

Cl 



!26 CORRESPONDANCE. l66l. 



Whence you may bee pleaf'd to obferve (ist) that the Recoile of the peece 
being hinderd onely ut R or L. whatfoever be the charge of ye pouder, che bullet 
itill miiïeth the marke, placed at the mouth of the Gunn, on the famé fide that the 
recoile is made, (a^ly) that aboiit twelve graines of pouder f bouts wideft from the 
marke, at ail dirtances above mentioned, on the famé fide that the recoile is made. 
And (s^iy) that above 48 graines of pouder f bouts wide from the mark, plac'd 
at 9 foot from the muzzle of the peece, on the contrary fide to that on which the 
recoile is made. The caule of the firfi: I cannot doubt to bee the recoile of the peece 
(from the force of the pouder) before the bullet bee parted from it. The fécond 
is, as I conceive, becaufe with lefiè then twelve graines, the peece ceafeth to recoile, 
before the bullet be parted from it: and with more then twelve graines, the bullet 
is parted from the peece, before it hath recoiled fo farr. A greater power not 
moveing a greater weight fwifter (horizontally) in the famé proportion that it 
doth the lefier. And for the third I bave this to offer "), viz: Becaufe the mouth of 
the Gunn is moving fidewards whilell: the bullet is goeing out; therefore the 
mouth of the peece muft be contiguous (at leafl:) vnto the bullet on the contrary 
fide to that on which the peece recoiles, fometimes after the feparation made on 
the other fide. And therefore the lafi: impulfe of the bullet from the force of the 
pouder, is on that fide the peece recoiles. wherefore the bullet mull neceflârily crofle 
the Axis of the peece. and that with a greater or lefl^er angle according to the force 
of the pouder. And when this angle therefore is greater then the angle of Recoile, 
then muft the Axis of that Cilinder in which the Bullet moves crofl"e the Axis of 
the marke, beyond which interfeftion the made being plac'd, the bullet muft bee 
carried neceflarily wide ofF the marke on the contrary fide to the recoile of the peece. 

Some other experiraents I hâve alfo made with another peece (about the famé 
length, but of a bore neere two tenths of an inch lefte,) & orderd in the fameman- 
ner; and do find that with a fmall charge the bullet is fhott (thence too) wide ofF 
the marke on the famé fide on which the Recoile is made: and with a full charge 
wide on the contrary fide. 

I cauf'd bcfides two piftoll barrills of about five inches long, to be plac'd vppon 
carriages with foure wheeles, and loaded with lead that they might not over turne 
when difcharg'd, and both of equall weight; and one iron cilinder of the length of 
both their bores, and of the famé diameter; with a peece of lead of weight equall 
to it, fo that the peece of lead affixed to either ofthefe gunnes (which ofthem I 
fhould pleafe to charge) might equally poife the other with the iron cilinder. And 
thus indifferently chargeing either with eight graines more or lefle of pouder, and 
putting the iron cilinder home into both , the peece of lead being afRx'd to that 
which held the pouder, and then both fo fet vppon the flower, & the pouder fired; 
I could not thereby difcover that the charged peece, or the other, either ofthem, 
did certainely recoile more or lefl^e then the other, they rather feem'd ftill to be 
equall. 



CORRESPONDANCE. 1661. 



3=^7 



Thefe few Experiments I hâve made fince, the Barrell being firft eut at themuz- 
zel parallell to a vercicall plaine pafling the line CD. *) 



B. 


48 


0.8 


L. 


. B. 


a8 


0.9 


L. 


B. 


16 


0. 1 


R. 


B. 


8 


0.2 


R. 


B. 


8 


0.0 


N. 


R. 


48 


1.2 


L. 


L. 


48 


0.0 


L. 


L. 


48 


0-3 


L. 



") let ad^z a and de = r and therefore ab ^= i- — 1/ : r" — a- : '^') 

Therefore ab. ad : : r — \ ^ : r- — a" : a : : i . x Çx being any given quantity) 
where fore a-=z xr — x x-^ : r" — a- : and x 1 ' : r- — a- :■=. x r — a. 
therefore x'^r'^ — x-a'^ r= x-r" — 2 xra + a- therefore 1 xrci = x-a" + a- 

1 XT 

therefore -^ — = a. Quod &c. 





+) 1/' : ;■- — a" : diîsigne !•-'(/•= — rt!=). 



328 



CORRESPONDANCE. 1661. 



fek ■=^flp ^^^=phm^=ù\c angle of Recolle. j)/^« the angle of reflexion made 
at the parting of the bullet from the peece. when phn > phm Qivh being al- 
wayes parallell to/g) then muil: hn interfeft/g, if continuée!. 
*) Le Copifte ne m'a pas tenu parole touchant les lettres de Monfieur Frenicle. 
Ce fera pour une autre fois. [R. Moray.] 



B 



N= 890. 

[R. Boyle] à Christiaan Huygens. 

[1661]. 

Appendice II au No. 888. 

La pièce se trouve à Leiiien, coll. Huygens. 

Puis-que l'Air ne fe void fi bien lors qu'il eft dans la fphére & dans la place qu'il 
tient dans l'Vniuers j'aij penfé qu'il l'en falloit féparer pour le mieux connoiilre, 
& de ce qui arriuera à cette partie féparée que nous pouuons voir tirer des con- 
féquences de ce qui arriue a toute fa fphére qui ne tombe pas fi bien foubs nos fens. 
ler. Je verfe de l'ëau dans le Tuijau A, B, en forte qu'il 
foit prefque plein, le renuerfant après fur le doigt le peu d'air 
qui fera demeuré entre le doigt & l'ëau montera en haut & 
félon la différente proportion de la quantité de cet air auec 
l'ouuerture du col du Tuijau, elle prendra différentes figures, 
mais on void dans toutes que l'air fe tourne touijours en un 
corps fphérique autant qu'il le peut. Et c'efi: par cette ilippo- 
fition ou expérience que j'explique toutes les expériences qui ont efl:é faiétes à 
l'occafion du Siphon. 

2cle. Sy le Canal efl: trop petit pour la grandeur de la fphére d'air, elle s'applatit 
le long des coftes du verre & s'eftend en une autre dimenfion du cofl:é qu'elle n'eft 
point contrainte. 

Lors qu'elle eft applatic de la forte elle n'a point fon mouuement libre 
dans ce Canal ou tuijau, & ainfij vous ne l'ij pourrez pas faire monter nij 
defcendre fi aifément qu'elle feroit dans un tuijau plus large où elle auroit 
fon mouuement plus libre , et pour ainfij dire fes coudées franches. 

3me. Sij un Tuijau de verre ouuert par les deux bouts eft plongé par 



O 



3) Lisez: flk. 



CORRESPONDANCE. 1661. 329 





l'un de ces bouts dans l'ëau elle monte dans ce tuijau sij il eft fort eftroicT: beau- 
coup plus haut que le niueau du refte de l'ëau, & cela par cette raifon que l'air 
qui eft fouftenu dans le tuijau eftroift ne prefle pas tant l'ëau fur laquelle il 
porte que l'air libre preffè le refte de cette mefme ëau comme nous venons de 
dire dans la 3e expérience & ainfij pour demeurer efgalement prefTée partout il 
faut qu'elle monte dans le tuyau. 

Et ce d'autant plus haut que le Tuijau eft plus eftroift. 

Et par cette raifon fij un Syphon de verre renuerfé & bien 
net a une de fes branches B beaucoup plus meniie que l'autre 
A l'ëau ne fe placera pas de niueau , mais montera plus haut 
dans la branche la plus meniie que dans l'autre. 

Il s'enfuift de cette explication que dans un autre Siphon 
que repréfente la figure cij jointe, les deux branches A. B. 
& C. D. eftant d'un égal Diamètre & l'ëau ij aijant efté mife , 
comme la pratique l'enfeignera mieux que je ne le pourrois 
dire, l'ëau montera efgalement dans la branche A. B. & dans 
la C. D. 

Sij le Tuijau eft incliné à l'horifon elle ij entre en plus 
grande quantité fans pourtant monter plus haut perpendicu- 
lairement. 

Car ce furcroift d'eau qui ij entre eft porte par le verre ou 
plan incliné dans lequel elle fe trouue. 

Sij le Tuijau de verre bien net & ouuert par les deux bouts eft tenu perpendicu- 
laire à l'horifon dans l'air & qu'on laifte couler une goutte d'eau le long de la fur- 
face extérieure quand elle fera gliftee jufqu'au bout d'en bas elle montera aude- 
dans , pour ce quelle eft moins prelTée en cet endroidl que dans tout le refte de 
fon cours. 

Sij le tuijau qu'on a plongé dans l'ëau eft plus court que la hauteur à laquelle 
l'eau pourroit monter, l'eau montera jufques au bout d'en haut fans fortir, & fij 
on la faiét fortir ou furmonter, la furface de cette ëau qui touchera l'air fera 
conuexe. 

Vn Tuijau de Verre eftant courbé en Siphon dont une branche foit moindre que 
la hauteur à laquelle l'ëau peut monter fij on la plonge dans l'ëau elle montera 
jufques au haut puis defcendra dans l'autre branche. 

Et de la elle coulera en l'air fij le bout où elle eft paruenùe eft notablement au 
defoubs du niueau de l'autre et ne coulera pas fij ce bout eft au defliis ou feule- 
ment de peu au deflï)ubs du mefme niueau. 

Sij on retire de l'ëau un Tuijau dans lequel il en feroit monté elle ne tombe pas. 
Et fij on renuerfé ce mefme Tuijau en forte que le bout où eft l'ëau fe trouue en 
haut; elle defcendra & ne s'arreftera qu'au bout d'en bas. 

Sij le trou du Tuijau alloit en diminiiant d'un bout à l'autre & qu'on le renuerfaft 
Œuvres. T. III. 42 



330 CORRESPONDANCE. 1661. 



après qu'il ij feroic monté de l'eau par le bouc le plus menu elle pourroit bien def- 
cendre vers le bout ou le trou ell le plus large pourueù qu'on le tint perpendicu- 
laire à l'horizon. Mais fij on l'incline un peu quand l'ëau eft delja paruenûe vers 
le bout d'en bas elle remontera jufques au hault. 

Toutes lefqnelles expériences font comme des Corrallaires de l'explication de 
la troifiefme et s'expliquent par la trop clairement ce me femble pour fij arrefter 
dauantage. 

Les parties de l'Air que j'aij confidérées dans les Tuijaux de verre fe tournant 
toufjours comme je vous aij faiét voir en une figure approchante d'une Sphère j'en 
aij tiré cette conféquencc que l'air libre prenoit autant qu'il luij eftoit poffible cette 
melme figure. 

Si] donc l'on tient un morceau de verre ou quelque autre Corps polij contre le- 
quel l'ëau s'attache efleué fi.ir l'eau, à l'endroift de l'Angle que fera ce Corps auec 
l'ëau jl reliera un angle et un efpace que l'air ne pourra pas remplir à caufe de fa 
Iphéricité dans lequel efpace l'ëau montera puïs-qu'elle ne trouue en cet endroift 
le preflement de l'air qu'elle a partout ailleurs. 

Ainfij dans un verre bien net la furface de l'ëau qui ne le remplira qu'a demi] 
iera concaue. 

Sij au contraire ce corps qu'on aura mis fur l'ëau eft graiffeux et fale ou qu'il 
foit de telle nature que l'ëau ne le mouille point jl fe fera un creux à l'endroiél 
ou auparauant il ij auoit une éminence et cela par cette fuppofition que l'ëau ne le 
peut point mouiller en cet endroiâ: où vous le fuppofez graifeux, que lair entrera 

jufques dans le Creux et au defoubs de la furface 
de l'ëau et que pour ïeprendre fa fphéricité, il 
rendra la furface de cette ëau conuexe. 

Sij au lieu d'ëau vous prenez du vif argent, 
il arriuera la mefme chofe. il vous paroillra efleué 
contre les Corps aufquels il s'attache comme con- 
tre le plomb, l'argent, l'or et l'eftain et au con- 
traire il fera enfoncé contre tous les autres auf- 
quels il ne s'attache point. 

Enfin fij vous tenez fur l'ëau une Sphère de 
mefme matière l'ëau montera, entre cette fphère 
et le collé du verre & fera une Corps dont la 
fedtion et celle de l'eau montée fera telle. 

Des effefts differans s'expliquans ^) de la forte par une caufe aufll fimple que l'efl 
ma fuppofition, ou plulloll mon expérience me confirme dauantage dans l'opinion 
que j'en aij : Lors que vous jettez de l'ëau en l'air elle prend la forme d'une fphère. 




^) Lisez: s'expliquent. 



CORRESPONDANCE. 1661. 33I 



toute la raafîe de l'ëau a une fuperficie conuéxe. dans les expériences que je viens 
de dire, elle eft tantoft conuéxe et tantoil concaue; et cependant cette diuerfité fuît 
d'un mefme principe, dans l'air eftant prelTée efgalement de tous coil:cs elle doibt 
fe reduïre en Sphère, le mefme fe doibt dire de la Surface de la Mer, mais eftant 
prefTée inégalement , comme elle eft en effeft dans ces diuerfes expériences des 
verres elle doibt eftre félon cette fuppofition tantoft conuéxe tantoft concaue, 
et auoir les autres apparences fous les quelles elle paroift en efFeft. 

Il me refte à refpondre à deux objeélions que l'on me peut faire , l'une que l'ëau 
refpandiie fur de la poufiére et eftant couuerte d'un vaifeau éuazé et qui fe termine 
en un col aufli eftroiét que font les tuijaux de l'expérience l'ëau montera dans ce 
Tuijau, quoi) que l'air de dehors en foit exclus, par l'interpofition du verre qui la 
couure. 

Mais je refpondraij en un mot que l'air qui eft contenu dans la partie du tuijau 
éuazé peze fur la goutte d'ëau quoi) que féparé de l'air libre autant que peferoit 
toute la colonne fi il n'y auoit point de verre jnterpofe. ce qui a efte prouué au long 
par raiibns et par des expériences dans le traite 3) d'où ce dilcours a efté tiré. 

L'autre objeftion ei\ que cet Air que je fuppoie engagé dans la branche la plus 
eftroiéle du Siphon doibt autant réfifter, par la raifon de cet engagement à l'ëau qui 
monte qu'au refte de l'air qui peze defllis. 

Je ne puis pas refpondre plus pertinemment à cette féconde objeftion que par 
l'expérience que peuuent faire ceux qui font dans ce doute et qui leur montrera 
que dans le Tuijau où l'air eft engagé auec de l'ëau que l'ëau monte ou fe glifle 
aifement entre le verre et l'air : lorfqu'elle ne l'en peut pas chafter comme il arriue 
lors qu'il eft fermé des deux bouts. 

Et pour preuue de cette vérité fij la petite branche du Siphon eft grafle, l'eau 
ne montera point du tout, car la graife empefche que l'ëau ne fafe ce que je dis 
qui eft de fe gliffer entre le corps de l'air engagé et le verre. La mefme raifon con- 
tribiie à empefcher auffij le vif argent d'ij monter. 



3) De cet ouvrage il existe des éditions ultérieures: 

rt) Hydroftatical Paradoxes made out by new experiments (for tlie mort part Phyfical and 

Eafie). By tlie Honourable Robert Boyle Efq. Fellow ofthe Royal Society. Printed by 

Henry Hall for Richard Davis in Oxon. 1666. in-8°. 
è') Paradoxa Hydroftatiea Novis Experimentis (maximam partem Pliyficis ac Facilibus) 

evifta. Authore Nobiliffimo Roberto Boyle, e Societate Regia. Nuper ex Anglico Ser- 

mone in Latinnm verCa. Oxonii, Typis Henrici Hall Academiae Typographi, Impenfis 

Ri. Davis. 1660. in-i2°. 



332 



CORRESPONDANCE. 1661. 



N- 891. 

H. Oldenburg à Christiaan Huygens. 

17 SEPTEMBRE 1661 '). 

La lettre se trouve à Leiden, coll. Huygens. 

A Londres le 7. Septembre 1661. 
Monsieur , 

Je vous fuis fort obligé de l'offre , que vous auez la bonté de me faire") touchant 
l'ordonnance de Meffieurs les Eftats fur la monoye. Je feray très aife de la voir, 
quand elle fera publiée s) et que vous aurez la commodité de m'en faire tenir un 
exemplaire par quelque amy, qui pourra pafTer en ces quartiers. Je vous ay obey en 
parlant à Monfieur Murray "*) touchant les livres mentionnés en voftre lettre '^), et 
je croy , que luy mefrae vous en efcrira cete femaine. Monfieur Boyie a publié de- 
puis peu vn autre livre s), qui porte le titre du Chymifte Sceptique, et fera tra- 
duit en latin le pluftoft, qu'il fera poffible. Il y examine les Elemens d'Ariftote, et 
réfute les 3. principes des Chymiftes par des Expériences Chymiques. Tput cela fe 
fait en forme de dialogues, et auec beaucoup de civilité , et auec vn décorum, qui 
peut apprendre aux difputans l'art de combatre vne opinion fans bleïïer les per- 
fonnes. Je croy , que par ce mefme ordinaire vous recevrez de Monfieur Murray 
la copie d'une lettre *), que Monfieur Frenicle efcrivit à vn membre '') de nofl:re 
focieté Philofophante , touchant quelques obfervations Saturniennes par luy faitez, 
où nous vous croyons efl:re interefl^é. Quand à la Lune de Monfieur Wren , il en 
a fait prefent au Roy , fans là monfl:rer à la compagnie , laquelle pourtant luy a 
donné ordre d'en faire vne autre, vn peu plus grande, pour eftre gardée dans 
noftre collège pour l'Académie. Je n'ay pas encor eu le bonheur de la voir, mais ie 
la verray pourtant en peu de iours , et alors ie vous en diray les particularités , que 
vous m'en demandez. Cependant on me dit , que cet un globe qui reprefente telle- 
ment la lune , que fes inégalités , eminences , profondeurs , mers , rivières , iles , 
terres fermes etc. y font remarqués , comme toutes ces chofes fe prefenterent à 



') Remarquons que Oldenburg aussi employait le vieux style. 

-) Nous n'avons pas trouvé dans nos collections cette lettre de Chr. Huygens à Oldenburg, la 
réponse au N°. 883. 

3) Il paraît qu'une telle ordonnance n'a jamais été publiée. Consultez la Lettre N°. 883; 
note I. 

4) Oldenburg désigne ici Sir Robert Moray. 

5) Voir la Lettre N°. 886, note 5*. 
"S) Voir la pièce N°. 894. 

'') Kenelm Digby. 



CORRESPONDANCE. 1661. 333 



Monfieur Wren par le Telefcope durant vne Innation entière, de ibrte que ce globe 
artificiel félon les diverfes pofitions d'iceluy au Soleil, montre toutes les parties 
différentes de la Lune , de mefme qu'on les voit dans le Ciel. 

Si Monfieur Thevenot , qui eft prefentement en dueil pour fa mère, me commu- 
nique fa nouuelle defcouuerte ^), corne il me l'a promife, ie ne manqueray pas de 
vous en faire part , pour via qu'il me laifTe ma liberté. 

Je viens de receuoir vne lettre, dans laquelle on fait mention de deux par- 
ticularités, qui ne me femblent pas eilre ordinaires, mais qui ne font pas aflez 
déduites pour en juger. Peut eftre , que vous en auez défia ouy parler , ou que 
vous les auez vu en pafTant par Lyons , la ou ces raretez fe trouuent chez Mon- 
fieur Cervier, à ce qu'on me mande. L'une eft, qu'il y a des corps, qui don- 
nent mouvement à d'autres corps à la diftance de 5. verges , et furpafient toutes 
les merveilles de l'Aymant: mais il ne fait aucune defcription de ces corps là. 
l'autre eft , qu'il y a un quadrant Solaire , . fur lequel dans le cercle fait pour les 
heures font efcrites les diverfes inclinations des hommes auec vne boule iointe 
à la mani s'), laquelle efl:ant touchée , tourne la main iufques à ce qu'elle arriue 
au charactere dû à celuy, qui l'a touchée et s'arrefte là. L'autheur de la lettre 
dit de l'auoir touchée deux fois et d'auoir trouué le charaélere de Curieux tou- 
tes les deux fois. Il parle aufïï du mouuement perpétuel, qu'il dit s'y prati- 
quer chez le mefme Cervier. Il adjoute , qu'il fe trouue chez luy des montres, qui 
vont fans aucun refTort et fans aucune corde ou quelque chofe femblable. Je croy, 
que cet la mefme invention auec celle la , qu'on me dit l'autre iour d'eflre pra- 
tiqué à Leyden par vn jeune Allemand '°), qui eft domeftique d'un Prince de Hol- 
ftein "} ou de Sunderburg, laquelle fe meut fur vn plan déclinant par le moyen 
d'un certain poids , fiché dans vne petite boite cylindrique de cuivre , et fe tour- 



^) Il s'agit probablement d'une explication des causes de la respiration, etc. qui avait été traitée 

dans nne assemblée chez de Monmor, et dont Thevenot avait fait mention. 
9) Lisez .-main. 
'°) Le Prince de Holstein était alors accompagné de: 

Johannes Bahr, noble de Mecklenbourg, gouverneur. 

Georgius Thessen, noble de iVIecklenbourg, né en 1639. 

Matthias Johansz., secrétaire. 

Henricus Leuchter, de Holstein, instructeur. 

Johannes Lochtius, de Holstein, jurisconsulte. 

Christianus Loutenius et Nicolaus Wilhelmi à Revenster, valets de chambre. 

Nous ignorons lequel ji'eux possédait la montre mentionnée dont la description ressemble 

à celle de la Lettre 1N1°. 558. 
") Johann August von Holstein Gottorp, fils de l'évéque de Lubeck, Johann, et de Julia 

Félicitas von Wurtemberg, naquit le 3 août 1647 à Eutin et mourut à Hambourg le 
- 29 janvier 1686. Il fut inscrit le 25 octobre 1660, comme étudiant à l'Université de 

Leiden. 



334 CORRESPONDANCE. 1661. 



nant fur vn axe d'une certaine façon, que ie n'ay pas encor bien apprife. Peut 
eftre, Monfieur, que vous en auez fceu plus de particularités : En quel cas i'ef- 
pere que vous me ferez la grâce de m'en faire participant, comme auffi , fi davan- 
ture vous auez appris plus de circonilances fur les autres curiofitez iufdites. Vous 
pouuez élire alTuré de ma gratitude, car ie fuis fans cerimonie 

Monsieur 

Voflre trefhumble et trefafFeélionné feruiteur 
Henry Oldenburg. 

A Monfieur 
I /3 Monfieur Christian Hugens de Zulichem 

xn à la Haye. 



N= 892. 

J. Hevelius à Christiaan Muygens. 
21 septembre 1661. 

La lettre se trouve à Leideii, coll. Huygens. 
Elle est la réponse au No. 885. Ckr. Huygens y répondit le i\ Novembre 1661. 

Nobiliffimo ac Clariffimo Viro, Domino Christiano Hugenio 
JoHANNES Hevelius S. P. D. 

Gratias habeo débitas, quod adeb varijs iucundiffimis rébus me beare non 
nolueris; inprimis vero magnoperè nobis gratulor, obfervationem coniunftionis 
Ç et Tibi efle concreditam Jeremiae Horroxij; quam fi mihi tranfmittere velis, 
utique lubentilïïmè eam fimul cum meâ obfervatione ^ quantocyus publioi faciam 
iuris. Quapropter rogo Te etiara atque etiam , ut prima quâque occafione iftam mihi 
tranfmittas: mea enim propediem praelo committenda efl:. A Clarifiimo Pâtre 
Ricciolo iam pridem nil literarum obtinui, quo fadltmi fit , fané , ignoro. Laetor 
Anglos tandem pcrfeciflc globum illum Lunarem, quem in meâSelenographiâ fatis 



CORRESPONDANCE. 1661. 335 



clarè , ut opinor defcripferam ; profefto , mihi tantiim otij non fuperfuic , à reliquis 
meis gravioribus negotijs , ut eundem ipfemet conflruxifTëm. Si quis venalis fie 
pro mediocri pretio , quaefo exemplar mihi procures rogo , pecuniam lubens red- 
dam : flagro enim videre , quâ ratione omnia adornaverint , num nomina noftra , 
an vero Riccioli Maculis impofuerint ? ') 

Obfervacionem meam Pareliorum , quamprimum aeri iniculpta fuerit, unà 
cum fufiori, et pleniori defcriptione lubens tranfifiittam : arcus ifti inverfi , qui 
irides circumfolares contingebant, omnin6 leftiones circuli retulerunt: quemad- 
modum ipfe clariùs ex fchemate percipies, Dominus Bullialdus nofter qui 23 Au- 
gufti ex Poloniâ Dantiicum redijt, die la Septenibris hinc iterum Berlinam profec- 
tus efl:, intra Menfem ut fpero ad vos rediturus eil: citiùs enim fieri haud poterit. 
Propofuit namque iter per Wittebergam , Drefdam, Lipfiam, Francofurtum et 
Coloniam inftituere; faxit Omnipotens ut quàm feliciffimè iftud conficiat. quan- 
quam optafTem ut eius fi.iaviifimâ converfatione diutiùs frui licuiiïet , nihil , crede , 
accidiflet gratins. Vale Vir Nobiliffime. Dabam Dantifci Anno 1661 , die 21 Sep- 
tembris. 

Nobiliffimo iic Clariffimo Viro, Domino Christiano Hugenio, 
amico plurimum honorando 

Hagae Comitis. 



') Nous avons vu déjà daus la Lettre N°. 27" (de l'Appendice au Volume II) comment un 
nom (celui de Constautyu Huygens), que vau Langeren avnit donné à une des taches lu- 
naires, avait été changé par Riccioli dans son Almagestura. 



336 CORRESPONDANCE. 1661. 



N-- 893. 

R. MoRAY à [Christiaan Huygens]. 

23 SEPTEMBRE 1661. 

La lettre se trouve à Leiden, coll. Huygens. 

A Whitehall ce 13. Septembre 1661. 
Monsieur 

Apres auoir enuoyé ma dernière ') a la pofte J'ay trouué ce billet =) cy ioinc , 
dont elle parloit , fur ma Table parmy d'autres papiers, telles beueuës me font 
aïïez ordinaires comme vous fçauez. Je vous enuoye auffi ce que Je vous y ay pro- 
mis. C'eft une propofition de Monfieur Hobbes 3). Il penfe auoir trouué la demon- 
ftration de deux moyennes proportionelles entre deux lignes données. Et a eu 
afièz de confidence pour la mettre entre les mains du Roy. Sa Majefté l'a donnée a 
Monfieur le Cheualier Neile pour la faire examiner dans noftre Société. Mais 
Monfieur le Mylord Brunker l'ayant veuë deuant qu'elle fut produite en public , 
en fit auffi tofl: une réfutation , dont voycy la Copie efcritte de fa main propre 4) 
qu'il vous enuoye auec fon trefhumble feruice. Voylà tout ce que J'ay le loifir de 
vous dire a prefent , finon que Je fuis parfaitement 

Monsieur 

Vofbre très humble et très obeiffant ferviteur, 

R. MORAY. 



^) Sa dernière lettre était la Lettre N°. 

-) Voir l'Appendice I , N°. 894. 

3) Voir l'Appendice II , N°. 895. 

4) Voir l'Appendice III, N°. 896. 



CORRESPONDANCE. 1661. 337 



N= 894. 

[B. Frenicle de Bessy] à [K. Digby]. 

31 AOÛT 1661. 

■Appendice I au No. 893. 

La copie se troiiYC h Leiden, coll. Hiiygens '>'). 

A Paris le dernier Aoiift 1661. 

Monsieur 

J'ay fait iufques a prefent confcience de dérober partie de voftre temps en vous 
obligeant de l'employer a lire mes lettres & ne s'eilant point prefenté de fubieft de 
vous efcrire , finon pour vous afleurer que ie fuis tout a vous , ie m'en fuis abftenu , 
par ce que ic croy que vous ne l'ignorez pas : J'eftime que vous aurez agréable 
que ie rompe ce filence, pour vous communiquer vne penfée que i'ay eue touchant 
les divcrfes figures avec lefquelles Saturne nous paroit. Ayant ve a l'année pafTee 
les obfervations de florence , qui faifoient voir que l'anneau de "^ pafibit iuiques 
fur le bord de fon cfifque , ie creus qu'il neftoit pas poffible que la caufe de ces 
différents afpefts , fous les quels il fe montre , ne fut que dans le parallaxe , ainfi 
que prétend le Seigneur Huguenes de Zulichem dans Son Siftema Saturnium ')- Le 
parallaxe confifte en la différente Situation du globe intérieur de "jS & de fon an- 
neau a noftre égard, lequel anneau eftant dans vn plan parallèle a l'Equateur, 
comme fuppofe cet autheur : & l) auffi bien que la terre fe trouvant toufiours dans 
le plan de l'Ecliptique ou peu s'en faut ; nous devons voir fon anneau plus ou 
moins élargi félon les diverfes manières dont "{5 avec fon Equateur, efl: pofé a 
noftre égard. Or l'inclination de l'Equateur a l'Ecliptique neftant que de 23°!; elle 
ne pourroit pas faire paroiftre le cercle extérieur de l'anneau fi éloigne du centre 
de |} fi on ne pofoit le diamètre de cet anneau , que 1 fois & \ ou ^^ plus grand , 
que celuy de |) , ainfi qu'il a efté obfervé. Mais la dernière obfervation faitte cette 
année par Monfieur de Zulichem confirme encore bien plus la difficulté ou impof- 
fibilité que ie trouve dans fa fuppofition. Car l'anneau, qui ne faifoit l'année pafîee 
que rafer le bord de f}, pafl!e a prefent afl"ez loin au dehors. C'eft ce qui m'a fait, 
penfer qu'on ne pouvoit rendre raifon de ces apparences, qu'en donnant a l'anneau 
vn mouvement du Nort au Sud , qui fe fafiè fur des pôles , qui foient fur 'JS a len- 
droit ou l'Equateur coupe l'Ecliptique , fuppofant ces cercles décris fur la furface 
de Ij. Or ce. mouvement peut eftre ou vn balancement qui fe fafl"e par vn demi- 



') Voir la Lettre N°. 640, note I. 

Œuvres. T. III. 43 



338 



CORRESPONDANCE. 1661. 




cercle a peu près ou bien il doit continuer toufiours de mefine cofté Tans rétrogra- 
der : & il n'y a que Texperience qui nous puifTe eclaircir ce doute : mais en quelque 
façon que ce foit , fi ôe mouvement continue de mefme collé , iufques au temps 
que Monfieur de Zulichem a trouvé par fon calcul, que dévoie eftre la plus grande 
inclination de lanneau , quil nomme le Solftice de ^ qui arrivera , lorfqu'il fera 
parvenu a 2o°|. de >? (ce qu'il faut auffi luppofer pour faire que le mouvement 
de l'anneau fafie au moins vn demy cercle entier) on verra |) entouré de tous 
codez efgalement d'vne bande oblcure , puis d'vne autre lumineufe , qui efl: fon 
anneau , comme cette figure le reprefente. 

Mais fi par ce mouvement Nort & Sud', l'anneau 
fait le tour entier & s'il continue de tourner toufiours 
de mefme cofté, il arrivera vn accident du tout extra- 
ordinaire dans le mouvement du Satellite de |j, c'eft 
qu'il rétrogradera pendant 15 années ou environ a 
commencer en lan 1664. & ira contre lordre des fig- 
ues par ce que ce fatellite demeure toufiours dans le 
plan de lanneau , ou ne s'en èfloigne pas beaucoup, ce 
qu'on n'a iamais obfervé en pas vn des aftres; car 
lès rétrogrades des planettes ne font qu'en apparence , 
& non pas en effedl. Or on cognoiftra fi lanneau fait le tour entier, par le moyen 
de lombre que fait fur luy le globe intérieur de 'fj; car en ce cas elle fera iettée fur 
le bord inférieur de lanneau, ce qu'on pourra obferver lan 166". au lieu que lannee 
précédente elle paroiflbit fur le bord fuperieiu-. Or fi l'ombre fe voit ainfi & que 
neantmoins ^ ne paroiffe pas comme ie l'ay defcript il faut que fon anneau ne foit 
pas vn cercle mais vue Ellipfe, qui approche beaucoup & s'il narrive pas ainfi, lare 
ne fe tiendra pas dans le paralleliime, ou bien le mouvement de l'anneau ne fera 
qu'vn balancement, & ne fera pas le tour entier. De plus fi lanneau fait vn tour 
entier, il doit changer fon mouvement fur Ij, lan 167a: mais ce ne fera qu'a noftre 
égard, & en apparence feulement; & au lieu qu'a prefent la partie de l'anneaii, 
qui eft vers nous, baifle du Nort au Sud; elle doit commencer lan 1672. daller au 
contraire en montant du Sud au Nort, pour continuer ainfi pendant 1 5 ans ou envi- 
ron. Or il faut fuppofer pour cela que l'axe de l'Equateur en |} le tienne parallèle 
a foy mefme pendant qu'il parcourt fon cercle dans vne révolution autour du 0, 
comme il fait en la t ^ ") Que fi le mouvement de lanneau du Nort au Sud ne s'a- 
chevoit pas en- pareil temps que celuy de |> autour du ©, on remarqueroit bien 
dautres diverfitez que i'obmets de peur de vous ennuyer, & puis il fuffira d'en 
parler, quand les obfervations nous auront apris ce qui en eft: voila ce que i'avois 
a vous communiquer fur ce fubiedl. ' • 



") Ce signe doit indiquer la terre , il paraît que le copiste n'a pas compris l'écriture originale. 



CORRESPONDANCE. 1661. 



339 



Or ie^ne doute pas que Moiifieur de Zulichem n'ait envoyé a Meffieurs les 
Obfervateurs, & aux Sçavants de voftre Nation rafpedt qu'il aobfervé en |}, ie 
vous prie de l'en convier de l'obferver auffi avant qu'il fe cache dans les rayons 
du ®; car ie m'afleure qu'a la fin de Septembre, ou au commencement d'oftobre, 
la partie obfcure qui paroilt en 1^ fera bien preft de le feparcr de foh anneau. l'ay 
auffi a vous dire que i'avois eu befoin &c. 



") Copie d'tme lettre de Monfieur Frenicle a Monfieur Digby [Chr. Huygens]. 



, N° 895. 

[Th. Hobbes] au Roi Charles IL 
■ • . . Appendice II au No. 893. 

La copie se trouve à heîden^ coll. Iliiygeits '). 

To find two mean Proportionals between two 
Itreight lines giuen. 

Let AB be the greateft extream the fquare vi^here-olFis ABCD. Produce the 
fide CB to P, fo that CB, BP be equal. From P draw PL at adventure, cutting the 
fide BA in L. Then draw perpendicularly to PL, the line LK, cutting the fide BC 
in K. Again from K draw KE, perpendicular to LK, cutting AB produc'd in E. 
And fo you haue, by conftruftion, four continuai proportionals, whereof the two 
meanes are BL and BK; and BP (equal to BA,) and BE thé two extreames. 

Between AB the greateft, and BE the leaft extream, find the mean-proportional 
BF, and BG equal to it; plac'd on the two fides BC and BA. and draw the diago- 
nal DB, cutting LK in H; and diuiding the angle KBL into two équal parts. And 
fo LH will be to MK, as LB the greater to BK the lefl^er of the meanes; alfb fo will 
be AB to BL, and BK to BE. 

On the center H, at the diftance ML, defcribe an Arch of a Circle, cutting BC 



') Cette copie est de la main de W. Broiincker. 



34° 



CORRESPONDANCE. 1661. 




CORRESPONDANCE. 1661. 



341 



in N; and BN, BL will be equd. And as HN to HK, fo will be BN to BK; becaufe 
HN & HL are equal. 

Now BF (being a mean Proporcional between AB & BE the Exerçâmes) is 
alfo a mean Proportional becwéen BN &.BK the meanes. Therefore taking in BA 
the line BO., equal to BK, and joyning NO; the lineNHO Mil! be a flreight line, 
and the Angles NIIK, LHO vertical -^^ and the line FG will pafTe through H. 
■ And as BN to BK, fo is'NF to FK^) (for the différences of proportionals are as 
the proportionals themfelues) and fo alfo HN to HK. and therefore the line FG 
diuides both the Angles NHK, LHO into equal parts. 

Now.BF the mean between the Extreames is known, therefore alfo FG is 
known, '& the halfe of it BH is known both in magnitude & pofition, as being in 
the diagonal. Therefore the point H is known. laftly the point E is known by con- 
ilruftion. 

Draw EH and diuide it equally in I; and at the diftance IH, or lE defcribe a ferai- 
circle. this femicircle will pafTe through K, becaufe the Angle HKE is a right 
angle. Therefore the line BK, which is the leiïer of the meanes, (and by confe- 
quence alfo the greater) is known. 

The ConftruéHon of the Problème. 

Let the two extrearas giuen be AB the greater, and BE the lefler. between 
which J am. to find two meanes in continuai proportion. Vpon AB the greater 
extreara, J defcribe a iquare ABCD, anddraw the diagonal BD; in which take 
BH equal to halfe that ilreight line whofe fquare is double to the fquare of a mean 
proportional between the extreames giuen. ihen joyning the points EH, J diuide 
EH into two equal parts in I. Laftly on the Center I with the diilance IH, J defcribe 
an arch of a circle which mufl: eut the fide BC in K. And thus J haue found the 
lefTer of the two meanes, and confequently the greater. 



-) Lisez: equal. 

■"') C'est ici que IJobbes se ttonipe. 



542 CORRESPONDANCE; ï66ï. 



N= 896. . • 

[ W. Brouncker] à Th. Hobbes. 
Appendice III au No. 893. . 

La pièce se trouve à Lelden , coll. Iluygens '). 

The Réfutation. 

The Authors firft miftake is in thinking thac FG doth païïe through H. And the 
ground of thac miftake is an other chat iniraediatly followes viz. That BN, is to BK; 
as NF to FK: and confequently that HN, is tb HK; as NF, to FK. and therefore 
that HF diuides the Angle NHF ") into two equal parcs , and continued diuides ahb 
che Angle LHO in the famé manner; and therefore muft eut AB at G, lo chat GB 
rauft be equal to BF. But NF, is to FK (not as BN to BK; or as HN to HK; but) 
as BN is to BF; or BF, to FK ='). For the immédiat à\ÏÏQre.x\c&i of proportionals, 
are as the immédiat proportionals themfelues. Ergo &c. 

And by way of infiance. 

LetBE=i. BA = 64. 

chen muft BF =: 8. for 1. 8. 64. -H and therefore BH = 1 32 =: 4 \--^i. 
But BK = 4. and BL = 16. for i. 4. 16. 64. ~ 

And LB + BK. LB ( : : LK. LH) : : KB. HR : : 5. 4 : : 4. :^. 

therefore HR = — . wherefore HB = — v'a. 
5 5 

Therefore 4 1/2 = — 1/2. and 4 = — . or 20 = 16. which are impoffible. 

Ergo &c. 

Or, uniuerfally. 

Let BE — a. BA z= h. 
then muft BF = x-^ah. for a. x^-ab. h. -H- and therefore BH = 4 v^i ah. 
But BK ^=. i/c, a'b. '^) and BL z= vc, ah" for a. v-^c, a-h. i/c, ah-, h. -H- 
And LB + BK. LB ( : : LK. LH) : : KB. HR -.■.i^c.h + v^c, a. i/c, h : : 
„, T/c, a^h- 
' i^c,b +-i^c,a 



') Cette copie est de la main de W. Brounclier lui-même. 

=) Lisez: NHK. 

3) Lisez: BK. 

+) 1/C, a-b désigne ^a^b. 

^) Parce que lîH est bissectrice de l'angle LBK. 



CORRESPONDANCE. 1661. 343 



therefore HR = ^,— ''- wherefore ,— ' — r: 1/2 = H B. 

1 hereiore i t/^, lab =- j-^ 1^2. ") theretore l^û, ab = =— ^ 

1 r 7 A^b \^c^ ab . 

theretore ab = ^-^ — ~ —, ^ — -„• 

1/f, b' + 2 l/^c, ab + i/c, a- 

therefore i^c , Z»- + 2 i/c , ab + \^c,a- = 4 l/c, <5r^. ■ 

therefore i/c, Z»" — 2 vc, ^Z» + Vc, a- z= o. therefore "1,/c, b — i/c, a = 0. 

therefore a = b. 

Therefore in ail other cafés it is impoflîble. Ergo &c. 



■ . ■- " N2 897. 

D. Rembrandtsz. vàn Nierop à Christiaan Huygens. 
24 septembre 1661. 

La lettre se trouve à Leideii, coll. Huygens. 
Chr. Huygens y répondit '). 

Christiaen Huijgens van Zuijlichem zeer goede vrient 

Het is u wel bekent de gefchillen die onder de fter-geleerdc vallcn, aengaende 
de lankheijt der even dagen beneffens de natuerlijke, ofte het onderfcheijt der zel- 
ver : want enige zoeken dit onderfcheijt, zo wel lettende op de ions uijtmiddelpun- 
ticheijt als ook zijn fcheeve loop door d. ecliptica: andere als Tycho brahe en zijn 
navolgers, letten allecnlijk op de fchevc loop door d. ecliptica: Gotefried wendeli- 
nus in een kleijn latijns boekje -) in 12 tôt brufîel gedrukt int jaer 1643 genaemt 
lumïnarcani Arcanorum Cœlefîium lampas Tetralijchnos in zijn eerlle verkla- 
ringe, zeijt. Maer kk dit aenmerkende heb van den j aère 1600 aile eclipfen hier 
op waergenomen , en ook met veel arbeijt andere hier bij gevoecht met zekere ge- 
trouwicheijt tôt 45 int getal^ na dat ick mijn fon en maens-tafelen wel twintich mael 
over gearbeijt heb , zo heb ick inde natuerlijke dagen geen on-evenheijt konnen be- 
merken. Dit dan ook van mij gevolcht zijnde, hebbe ick eenige natuerlijke rede- 
nen hier op gemaekt , als waerom dat in defe dingen geen fekerheijt te vinden is , 
en dat men hier inniet beter kan doen, als het een tegen t ander te il:ellen, zonder 



") l^^i- ^^ désigne ^ 2ab. 

') Comme il nous était impossible de déterminer la date précise de cette réponse, nous l'avons 

classée à la fin de l'année 1661. 
^) Godefredi Wendelini Lvminarcani Arcanorum Coeleftium Lampas Texqalvxvog. Quatuor 

■Hexâmetris comprehenfa. Bruxellae. Typis Joan. Momertij. 1643. in-i2°. 



344 CORRESPONDANCE. 1661. 



cnige on-evenheijc hier in te zocken , gelijlc te zien is int begin des vierden hooft- 
deels van mijn Aftronomia ") zijde 37. Ook gedcnkt mij hier over noch, dat doen ick 
de eerftemael quam te fpreken met den wijtvermaerden hecre R. Des Cartes, mij 
in qiieilie voorilelde, en ook dat het zijn gevoelen was, dat een winterfe natuerlijke 
dach, of etmael, korcer was dan de fomerfe, en ofmen znlks niet zoude konnen on- 
derfoeken inde omloopers om Jupiter. Nu alfo ick verftae dat biju een niewe vont 
van uurwerken voortgebracht wort, die den tijt heel net afmeten, en dat je met defe 
dingen al int werk gev/eeft zijt, en zo mij gefeijt is, al enigc on-evenheijt gevondcn 
hebt: zo is dan mijn vriendelijk begeeren, of je mij hier nader bericht van wâlt 
fchrijven, hoe ende waer defe on-evenheijt gevonden wort: off le volgens Tycho 
brahe alleenlijk door de fcheef heijt vanden zodiak voortkomt , dan offe ook door 
d'uijtmiddelpunticheijt veroorfaekt wort, ofte ook andere tôt noch toe onbekende 
oorfaeken. Doch om dit wel te onderfoeken zouden (mijns oordeels) al verfcheij- 
den jaeren toe van noode wefen , om te bcfien of het al met het voorgaende over- 
eenkomt. ook dat godefried wendelinus feijt dat fwinters meer flingers in een uur 
komen dan fomers. Hier me eijndigende blijve 

Ue zeer toegedaene vrient 
DiRCK Rembrantsz. 
Nieu-nierop 
den 24 September 1661. 

Ick vercrouwe dat u al in kennis gckomen is mijne aertrijks beweging 2), als 
ook 't antwoort '*) op den brief tcgen J. Coccaeus beijde in defen jacr gednikt 
t' amfterdam. 

Eeriaeme zeer befcheijden Heer Jonckheer 

ChRISTIAEN HuiJGENS VAN ZuYLICHEM 

vermaeit Mathematicus woonende bij het prinfenhof 

in 
s Gravenhage 
L. 



-) Voir l'ouvrage cité dans la Lettre N°. 165, note I. 

3) Des Aertrycks Beweging en de Sonne Stilftant, Bewijfendc dat dit geenfins met de Chrifte- 
lijke Religie is ftrijdende. Waer in dat aile Redenen en Argumenten, die tôt noch toe hier 
tegen ingebracht zijn, wederleyt ende beantwoordt worden. Met noch verfcheyden Aen- 
merckingen, foo van de vindingh der lenghte van Ooft en Weft, en anders: zijnde ailes feer 
mit en vermakelijk, voor de Liefhebbers van Godlijcke, Natnerlijcke, en Wifkonftige din- 
gen. By een geftelt door Dirck Rembrandtfz. vanNierop, Liefhebber der Mathematifche 
Konften. t'Amllerdam, By Gerrit van GoedeCbergh , Boeckverkooper, op't Water, aen de 
Nienwe-Brugh , in 't Jaer i(56o. in-4°. 

4j Voir la Lettre N°. 747 , note 2. 



CORRESPONDANCE. 1661. 345 



N= 898. 

N. Heinsius à Christiaan Huygens. 
24 septembre 1661. 

La lettre se trouve à Leiden, coll. Huygens. 
Clir. Huygens y répondit par le No. 907. 

NicoLAUs Heinsius Viro Nobiliffimo Christiano Hugenio 
S. P. D. 

Si ex peregrinatione Gallica Britcannicaque ad tiios iam reverfus es, Vir Nobi- 
liffime, graculor tibi mihique hune itineris tam felicis fucceiïlim. Tanti enim mé- 
rite tuo te facio , ut nihil rerum tuarum alienum a me ducam. Ego quadrimeftre 
temporis fpatium apud Suecos iam dego , publiais occupationibus fie affixus , ut de 
ftudijs privatis cogitare vix poffim. Quibus tamen, ut fpero , fub hibernam tem- 
peftatem , mari claufo, ac negotijs publiais frigentibus , deiiuo licebit accingi. Na- 
fonem ') meum iam traditum tibi efîe oportet, fi ad paternes lares redijfti. Viro 
etiam illuftri Genitori tuo, ac fratri nobiliflimo patris cognomini. Quanquam 
praeftitifTet fortafTe , apud viros tam emunftae naris hanc editionem abortivam dif- 
fimulari , cum propofuerim fecundis curis omnia luculentiora ac limatiora mox pu- 
blico dare. De itinere tuo deque ftudijs fi nonnihil me docucris, magni id bene- 
ficij loco interpretabor. Vellem ipfe te hoc fafce liberatum , fed cum Voffius Wal- 
Hufque °) , quos fere folos in civitate veilra amicos literarum peritos habeo , eo fint 
ingenio, ut fcribendis epifl:olis non nifi nolentes vacent, ad te confugiendum efTe 
duxi, cuius praeter alias plurimas virtutes ea kus efi:, ut demerendis amicis liben- 
ter te praebeas. Vale. Dabam Holmiae Suecorum a. d. Septembris xxiv. 

A°. CIDIDCLXI. 

Illuftri viro Genitori tuo fratribufque ac affini Doubletio falutem meis verbis 
dicas rogo. Nobiliffimus Ludovicus quid rerum in Hifpania geflerit , fcire percu- 
pio , quid Efcuriaca Régis bibliotheca fperare nos iubeat. 

Nobiliffimo Viro 
Christiano Hvgenio. 

Hagam Comitum. 



') Sur cette édition d'Ovide consultez la Lettre N°. 596, note 9. 
-) Voir la Lettre N°. 522, note 8. 

Œuvres. T. III. 44 



346 CORRESPONDANCE. 1661. 



N= 899. 

M, Thevenot à Christiaan Huygens. 
25 septembre 1661. 

La lettre se trouve à Leiden , coll Huygens. 

Monsieur 

Je manquay l'occafion du peu de feiour que Monfieur voftre frère ') feit a Paris 
a fon retour defpagne et Je fus trois ou quattre fois a fon logis fans le pouuoir ren- 
contrer. Il me fâche fort de nauoir pas eu l'honneur de le veoir icy et de luy offrir 
le très humble feruice que Je dois a tout ce qui porte voflre nom. Je luy aurois 
aulTy mis entre les mains le nouueau traité ^) du Telefcope du Manzini qui feft ar- 
refté principalement a écrire de la pratique de tailler les verres fe contentant de la 
Théorie de Kepler. Vous raobligeries fort de me marquer a qui Je le dois donner 
icy et a qui Je me pourrois addreiïer en de femblables rencontres car autrement on 
court rifque de perdre ce que Ion commet par les ordinaires. Monfignor Miche- 
langelo Ricci m'écrit de Rome quil ma enuoié jl y a plus de trois mois vn 
pacquet ou il y a vne lettre s) quil fefi: donné l'honneur de vous écrire, ce pacquet 
fefl: égaré entre les mains dvn nome Tarin +) a qui il auoit efte adrefle. Monfieur 
Viuiani m'écrit prefques en meime temps de Florence ces propres termes 5). 

Japrehende la même fortune pour la lettre cy jointe'') de Monfieur Frenicle. il fe 
trouua en mon logis vn jour que Monfieur Chapelain y leut vne lettre que vous luy 
auies écrite''), qui luy donna occafion de vous écrire fur le lliiet de Saturne, il attend 
auec jmpatience les premières obferuations que vous aures faites auec vos excel- 
lentes nouuelles. elles me font fouuenir de vous dire que Jay eu depuis peu icy vn 
de mes anciens amis nomé le père Magnan ^) Minime et que l'ayant prie de faire 
veoir a Monfieur Ozou ») et a dautres perfonnes fa manière de trauailler les Verres 
il en feit vn en mon logis et a leur prefence qui reuflît fort bon. mais que depuis il 
en trauailla vn autre de dix neuf pieds qui porte ayfement vn oculaire de deus 



') Lodewijk Huygens, qui au mois de septembre revint d'Espagne. 

=) Voir la Lettre N°. 858 , note 2. 

3^ Nous n'avons pas trouvé dans nos collections cette lettre de Ricci à Huygens. 

4) Probablement l'avocat Tassin. Voir la Lettre N°. 1 2 , note 6. Peut-être que sa maladie y fut 
pour quelque cliose. Voir la Lettre N°. 803 , note 25. 

5) Voir l'Appendice L 
f') Voir l'Appendice H. 

7) Consultez la Lettre N°. 873. 

8) Sur Emmanuel Maignan voir la Lettre N°. 498 , note 8. 

9} Il s'agit ici de Adrien Auzout. Voir la Lettre N°. i~\ , note 3. 



CORRESPONDANCE. 1661. 347 



pouces. Il eft retourné a Touloufe ou vne charge '°) quil a dans fon ordre l'oblige 
de demeurer, mais J'efpere quelle ne l'empêchera point de trauailler comme il me 
la promis , principalement fi nous pouuons faire trauailler a Venife du Verre ex- 
près, l'opinion du père Magnan efl: que Torricelli y auoit apporté cette diligence 
et quil en faifoit préparer a Venife. Jay bien quelque chofe a vous enuoier mais 
auparauant Je ferais bien aife de veoir comment la voie de l'ordinaire dont Je me 
fers auiourdhuy me reuffira. Je necris point a Monfieur Voffius pour ce que Je 
fcay quil aime encores moins a écrire que vous Monfieur qui en faites profeffion de 
ne laimer point du tout, mais Je vous fupplie de vous fouuenir de la très humble 
prière que Je vous- ay faite de l'afleurer quil na point de feruiteur ny damy plus 
afieure que Je luy fuis et affin quil ne fe pleigne pas que Je luy fais dire des paroles 
qui font jnutiles puis que Je ne doute point quil ne foit perfuade de mon feruice et 
de mon amitié de vint année , quil voie Je vous prie a la fin de cette lettre que Jay 
quelque chofe de ces mines proche de Schiras dont il nous promet la defcription 
dans fon pomponius Mêla "), et que Je luy cnuoiray. ccfi:d'un portugais nomé fi Je 
men fouuiens bien Gouuea '-) Je crois auoir auflj vn alfabet de la langue en laquelle 
font écrites quelques Infcriptions qui fe voient dans ces mines, mais le fragment que 
Jen ay veu dans pietro de la Valle '^^ efl: trop petit pour len afleurer. fi il a quelque 
chofe dauantage de ces Inicriptions et quil me le communique Je luy en pourray par- 
ler plus affirmatiuement. Je fuis en peine de icauoir fi il a veu l'indoplcullcs '•*) qui 
efi: vn ancien voiage fait aus indes orientales par vn grec, il nous promet aufly des 
eclogues botaniques''), fi il fut venu en France comme vous me lauies fait efperer 



'°) Il était alors provincial de l'ordre des Minimes à Toulouse. 
") Voir l'ouvrage décrit dans la Lettre N°. 596, note 17. 

'■') Antonio de Gouvea naquit en 1592 à Casale et mourut en 1677. Entré auxjésuites en 1611, 
11 partit en 1626 pour les missions de la Cliine, où il devint provincial. En 1662 il fut empri- 
sonné en Chine ; relàclié en 1 66<) , il retourna en Espagne. Il a beaucoup écrit sur la Chine. 
'3) Pietro délia Valle, d'une famille noble et ancienne, naquit le 2 avril 1586 à Rome, où il 
mourut le 20 avril 1652. Grand voyageur, il a donné des descriptions des pays visités par lui, 
surtout de la Perse. On a de lui l'ouvrage, dont il est question dans la lettre, intitulé: 

Viaggi defcritti in Letteri familiari. Dali Pietro de la Valle. Roma, III vol. in-folio. 
1650— 1653. 
Cet ouvrage a été souvent traduit et réimprimé. 
'+) Thévenot parle ici du célèbre géographe Cosmas Indicopleustes, qui écrivit en l'an 547 un 
ouvrage publié par Bern. de Montfaucon dans sa collection: 

Sanfti Patri noftri Athanafii Opufcula fecundis curis reperta etantehac inedita. Parifiis, 
Sumptibus Claudii Rigaud , via Citharaeà mdccvi. Cura Privilegio Régis, in-folio. 
L'ouvrage de Cosmas y porte le titre : 

Cofmae Aegyptii Monachi ChriftianaTopographia, fiveChriflianorumOpinio de Mundo. 

Dans la lettre, il est question du „liber XL Indicorum animalium defcriptio: & de infula 

Taprobana" [Ceylan]. 

'S) Vossius avait promis des annotations botaniques dans une nouvelle édition d'Apulejus, 

d'après un MS. très-ancien, qui se trouve maintenant à la bibliothèque de l'Université de 



348 CORRESPONDANCE. 1661. 



Je luy aurois fait veoir deus plantes quil n'a peut eilre jamais veues qui font le 
Mauz profperi Alpini et l'Euphorbium "''), il faut auffy que Je luy dife que la bibli- 
othèque de Feu Monfieur du Frefne '"} eft fur le point de fe vendre, puis quil aura 
fans doute curiofité pour qiielqu vn de fes Hures, quil me donnera la commiflîon de 
lacheter et que ce commerce quil aura commence me donnera la liberté den faire 
vn autre en hollande pour les relations que font tous les iours ceus de voflre nation 
qui font aus indes , principalement pour celle de l'ambaflade au prince des Javanes 
chinois dont Ion a enuoié la peinture a Monfieur D. L. '^) et dont vous raaues fait 
la grâce de me parler. Je ne doute point quil n'ait vne jnfinite de chofe curieufes 
de cette nature principalement de la terre auftrale, des pays mediterrains de 
l'ethiopie , des pays qui font au nord de la chine des terres d'y. . . . certes en hol- 
landois que J'entens aflez aifement mais Je ne mapercois pas quen multipliant 
ces feuilles la liberté que Je prens d'écrire ainfy deuient trop grande. Je finiray 
donc pour vous vous alTeurer que Je fuis auec vne paffion extrême 

Monsieur 

Votre très humble & très obeifTant feruiteur 
Thevenot. 

A Paris ce 25 Septembre 1661. 

Monfieur Conrart ne fe fauroit remettre dvne maladie qui larrefte au lit depuis 
cinq ou fix femaines et qui nous donne vne grande aprehenfion de le perdre '»). 



Leiden (Voss. Lat. in-4°. N°. 9); mais ces „éclogues" ne parurent pas. Le traité d'Apulejus a 
été publié entre autres d;ins la collection „De Re Medica" (à Bàle 1528) sous le titre: 

L. Apvleii Madaurenfis, pliilofopbi Platonici, de herbarum virtutibus, uerè aurea & falu- 
taris hifioria, è tenebris eruta, & à fitu uindicata. Acceffit (Vi vice Coronidis, Libellus uti 
liflînuis de Betoniae quem quidam Antonio Mufae, nonnuUi L. Apuleio adfcribendum aiitu 
mans nuper excufus, Praeterea Rerum & uerborum locupletiflîmus Index. Cum gratia et pri- 
vilegio Caefareo. in-folio. 

'") Le Mauz (Musa L.) avait été trouvé aux environs de Damiette et décrit par Prosper Al- 
pinus. L'Euphorbium (Euphorbia officinarum L.) se trouve en Ethiopie; ces plantes étaient 
alors peu connues en Europe. 

'') Raphaël Trichet du Fresne, fils de l'avocat Pierre du Fresne, naquit en avril 161 1 à Bor- 
deaux et mourut le 4 juin 1661 à Paris. Protégé du duc d'Orléans, il voyagea et collectionna 
beaucoup; en 1653 il devint bibliothécaire de la Reine Christine de Suède. Il avait une belle 
bibliothèque de livres rares et un cabinet de médailles, qui fut vendu en 1662. 'Voir le cata- 
logue : 

Catalogne de la Bibliothèque etc de Raphaël Trichet Fresneus. Paris. 1662. II Vol in-4°. 

'^) Thevenot désigne ici le duc de Luynes, Louis Charles d'Albert. 

^^) V. Conrart ne mourut qu'en 1675, mais il eut souvent de ces accès de maladie. 



CORRESPONDANCE. 1661. 349 



N= 900. 

V. ViviANi à M. Thevenot. 

[1661.] 

Appendice I au N°. 899. 

La lettre se tyoïire à I.eiden , coll. Iluygens. 

al Signer Vgenio poi fi contentî afFermare per mia parte che io uiuo Vmiliffimo 
adoracore del fuo gran merito, per che inoero l'acutezza del fuo perfpicaciffimo 
Ingenio la rarica délie fue nobili inuenzioni, e la marauiglia de' nuoui ilioi fcopri- 
menti celefti mericano radorazione dcU' Vniuerfo, a quefto fignore foggiunga di 
grazia che fono fette mefi che io inuiai in Olanda alcuni de' miei libri trà quali 
iino era dcftinato per Sua Signoria illudriffima et che doueua recapitargli il fignore 
Filippo délia Torre ') di Aga, col quale elli quà ieruith moki anni fono, ma in- 
tendo che quefli libri ") per varij accidenti ibno peruenuti affai tempo doppo nelle 
mani di detto Signore, che pero fua Signoria i!lull:riflîma potrebbe dar ordine cola 
che tal fuo libro foffe ricuperato dal Signore délia Torre , le cio fin' horn non e 
feguico compiauendofi adefl'o quantumque opéra diiprezzatole di gradirla almeno 
un fegno del mio Riuerentiflimo affetto. 



N= 901. 

B. DE Frenicle de Bessy à Christiaan Huygens. 

16 AOÛT 1661. 

Appendice II au No. 899. 

La lettre et la copie se trouvent à Leidcn , coll. Huygens. 

A paris le 26 Aouft i66[. 
Monsieur 

Puifque vous n'êtes porté a faire tant de belles obferuations que par le feul defir 
de trouuer la vérité, & de donner quelque acroifTement, & de l'eclaircifl^ement aux 
fciences; j'ay creu qu'il feroit bon que je vous fifl*!' fauoir mon fentiment fur votre 
dernière obferuation, & fur ce que vous en inferez. & comme je fcay auflj que vous 
tenez pour des paroles perdues celles qui ne regarderoient point ce que j'ay a vous 



') Filippo de la Torre, d'une ancienne et noble famille d'Italie, fut Ambassadeur de ce pays 

auprès des Provinces-Unies. Voir la Lettre N°. 841 , note 9. 
-) Consultez la Lettre N°. 877, note 7. 



35° CORRESPONDANCE. 1661. 



communiquer, je ne m'areteray point a vous témoigner l'ellime que je fais de vos 
mérites, puifque vos belles decouuertes en diient plus que je n'en pourois écrire. 
Je viendray donc au point. 

• Il y auoit long tems que j'attendois de vous ou de florence vnc nouuelle ob- 
feruation de cette année fur l'afpeft de |}, pour voir fi elle detruiroit ou forti- 
fieroit vne penfée qiie j'ay eue de fon vray fiileme, qui n'efl qu'une addition 
au votre, & ne regarde que le mouuement de fon anneau; je vous en parlay 
l'année paflee en cette ville, je ne fcay fi vous y aurez fait refleftion; elle fe 
trouue afl!ez confirmée par votre dernière obferuation, mais les années prochaines 
en donneront l'entier eclaircilTemcnt. Ma penfée etoit que ce n'efl: pas la parallaxe 
qui fait paroitrc "jS en tant de diuerfes façons, mais qu'il faloit que fon anneau eufl: 
vn mouuement du Nort au Sud, & qu'il aprochat des pôles d'un cercle qui feroit 
décrit fur "5 parallèle au plan de l'Equateur & qu'il pouroit bien eftre qu'il fit vn 
tour entier fur vn arc qui feroit l'interfeftion des plans de l'Equateur, & de l'Eclip- 
tique décrits fur "b ; de manière que l'anneau fortant du plan de l'Equateur & fai- 
fant angle fur luy, s'en clogne tant qu'il le coupe enfin en angles droits, & qu'il paflee 
par fes pôles: ce qui feroit quelques fois paroiftre t^ en forme d'un cercle entouré 
d'une bande obfcure égale de touts cotés & celle cy d'une autre lumineufe; comme 

on voit en cette figure; ce n'efl pas pourtant que 
J^^^ je veuille affeurer qu'il doiue paroitrc ainfy, car 

il n'y a que l'expérience qui nous le puifl"e apren- 
dre: mais feulement pour faire voir que l'anneau 
<^'a( Iffi. È 'BI \b de lia vn mouuement Nort & Sud fur l'axe a "I^B 

& fi la plus grande obliquité n'ariue qu'en 1664. 
comme vous la pofez par votre calcul, fi Ijn'a cette 
figure, il en aprochera bien près, car on ne peut 
pas fauoir au vray fi ce mouuement fait vn tour en- 
tier, ou fi ce n'efl qu'un balancement, jufques a 
ce qu'on l'ait obferué. Or W ce mouuement acheue fon tour entier , il fe fera de 
telle .forte, que le coté de l'anneau qui fera au Nort & au deflîis de J^ commen- 
cera de defcendre vers le Sud au printems de l'an 1 664 & fur la fin de la même 
année on commencera de l'aperceuoir lorfque I7 fera preft de fe cacher dans 
les rayons du © & ce fera la partie de l'anneau qui pafl^era entre nous & "f). & 
l'autre partie, qui nous a paru jufques à prefent fe doit cacher derrière "jj remon- 
tant du Sud au Nort, & fera toute cachée vers l'Automne de l'an 1 667. rafant le 
bord de'f} par fon cercle extérieur, comme elle faifoit en Aouftôc Septembre 1660. 
& au lieu que l'ombre de "5 fut obferuée fur la partie fuperieure de l'anneau (qui 
paroiflx)it l'inférieure auec la lunette) on la verra lors fur la partie inférieure; & ce 
fera vne bonne marque pour conoitre, fi le mouuement de l'anneau aura continué 
de même façon, ou s'il aura rétrogradé en nous faifant voir toufjours le même coté. 
que fi l'ombre efl: jettée en cette façon, & que neantmoins Ij ne paroifl~e pas comme 




CORRESPONDANCE. 1661. 



351 



je l'ay décrit, l'anneau ne peut être vn cercle, mais vne Ellipfe qui peut être tou- 
cheroit ou aprocheroit tout contre '5 par fon petit diamètre. On en aura encore vne 
marque aux années 1 669. & 1 670. par le mouuement de la ([ dc^lS; car ion mouuement 
doit deuenir contraire a celuy qu'elle a maintenant; de manière qu'elle irad'Occident 
en Orient quand elle paiïera pardeuant l'Emifpliere delj qui eft tourné uers nous, 
au lieu que depuis l'an 1655. que vous l'aues decouuerte jufques a prefent on l'a 
touljours veu aller d'Orient en Occident en cette partie de fon cercle; & cela fup- 
pofant que ce fatellite demeure touijours dans le plan de l'anneau. En l'année 1655 
il alloit félon la fuite des lettres 1.2. 3. 4. 5. 6. félon l'ordre des figues prenant le 

demi cercle 2. 3. 4. 5 pour celuy qui 
eft entre la Terre & "j^ , mais l'an 
1657 ce demi cercle apparent 2. 3. 
4. 5 s'etant abailFé au deiïbus du cen- 
tre de "13 , a notre égard, & étant paflé 
en 2. I. 6. 5. fon mouuement etoit 
3. 2. 1 . 6. 5. 4. 3 encore félon l'ordre des 
figues. Or en l'an 1 669. & en 1 670. 
quand l'anneau fera reuenu apparem- 
ment en même fituation, qu'en l'an 
1655. le mouuement de la (J de "jS 
Ce fera félon la fuite des lettres 



^W2 




£ '-■ 



3. 2. I. 6. 5. 4. fauoir contraire a ce qu'il etoit 15. ans auparauant; & vipres qu'il 
aura reprins fes bras, & qu'il fera reuenu en même état que l'an 1657. qui fera 
fur la fin de 1672. & que la partie de l'anneau qui eft vers la terre nous paroitra 
en la partie inférieure de "5, le mouuement de la(J fera i. 2. 3. 4. 5. 6. & con- 
traire a celuy de 1657. Il faut donc donner deux mouuemens aT^ôc a fon an- 
neau, l'un fur les pôles 2. 5. qui font les deux points de l'interfeétion de l'Eclip- 
tique et de l'Equateur décrit fur fj par lequel la partie fuperieure de l'an- 
neau qui fera en N. pafTant entre nous & |}. baifle vers S. & la partie inférieure 
S. pafl^ant par derrière "f) monte vers N. A.") L'autre mouuement fe fait fur l'axe 
NS , qui paftant par le centre de f? , aufl^y bien que le précèdent , eft perpendi- 
culaire au plan de l'anneau: & ce mouuement fe fait pendant 15. ans félon l'ordre 
des figues; & l'an 1664. l'anneau prendra vn mouuement contraire iauoir d'Orient 
en Occident contre l'ordre des figues & continuera 15. autres années. Or on ne 
donne a Ij ce 2ond mouuement, qu'a caulé de fa (^ . 

Ce qui m'a donné cette penfée eft l'obleruation faite a florence l'année pré- 
cédente 1660. en laquelle le bord extérieur de l'anneau paflx)it a l'extrémité 
de b, & rafoit fon difque, ce qui ne fe pouroit faire auec le feul parallaxe. 



") Voyez vne remarque fur ce fujet a la lin de cette lettre, [de Frenicle de Befi^y.] 



352 CORRESPONDANCE. 1661. 



fi r-anneau n'auoic paru incliné ou eleué fur TEcliptique que de 20.° ou enui- 
ron, retenant la proportion du diamètre du cors de fj a celuy de fon anneau 
de 4. a 9. ou de 10. a 123. ainfy qu'on a obferué fort exaélement a florence^ 
& dans la figure que ces Meflleurs enuoyerent on pouuoit afl"ez remarquer 
que le cercle intérieur de l'anneau aprochoit beaucoup plus près du bord de 
J) que ne peut foufrir vne eleuation de 20.° non pas même de 23°^ telle qu'eft 
la plus grande félon votre pofition, qui veut que les diuerfites des phafes de 
"I^ ne prouiennent que de la différence du parallaxe : mais votre dernière obfer- 
uation en efl: vn argument bien plus certain ; car on voit en la defcription que vous 
en faites, que les extrémités, ou pointes de la partie obfcure , qui fe forme en El- 
lipfe , ne fe terminent plus dans fon difque , comme elles faifoient encore l'année 
précédente , mais qu'elles ont pris la fituation qu'auoit le cercle extérieur de l'an- 
neau , c'eft a dire , qu'elles rafent fon extrémité. Et je me perfuade , que deuant la 
J de |j au ©. fi vous preniez la peine d'obferuer, vous verrez que les pointes ob- 
fcures fe feront approchées l'une de l'autre, comme pour enfermer le cors de Ij; 
ou peut être qu'elles auront delja icparé tout a fait les bras, en forte qu'ils ne 
touchent plus au cors intérieur. 

Mais venons a votre conjefture : vous dites que vous croyez que l'anneau doit 
être plus grand que vous ne l'auiez pofé, a caufe que vous auez obiérué qu'il 
excède le globe intérieur de f^: dé manière que ce qui vous fait augmenter fon 
diamètre , n'eft pas que vous l'ayes mefuré mais feulement a caufe , que fi on 
le laifToit comme on l'auoit trouué, l'obferuation ne repondroit pas a votre hy- 
pothefe; mais prenez garde que les obferuations précédentes que vous auez fai- 
tes, & celles qu'on a fait aufiy très exaftement a florence contrarient a votre 
penfée; car les différentes fituations de l'anneau ne peuuent pas changer la lon- 
gueur apparente de Ion diamètre, encore qu'on l'appercoive par fois plus etreci par 
les extrémités comme en 1 657. qu'il paroifToit en guife de 2. poignardes de part & 
d'autre de "f^. & vous fauez que par les loix de la perfpeftiue le diamètre AB de l'ob- 
ieruation de 1 655. ou de 1 657. ne fe doit pas montrer 
^ ^^^""^\ P^"^ court, qu'en celle de 1661 que vous auez faite, 

/ /S ^ 1^^' .1m \B ^ '^°"'- voicy la figure. Or voyez combien il y auroit 
\ ftt ^^ '' de différence entre la proportion qui a été trouuée& 

^.^^^^^^j^^'^ celle de 6. a 1 7. que vous donnez a prefent, car laifTant 

le diamètre du globe de "fj de 4. parties, il en faudroit 
donner i \\ a celuy de l'anneau, au lieu de 9. &ces Meflleurs de florence auec toute 
leur exactitude fe feroient trompez dans la mefure de l'anneau de plus de la moitié du 
diamètre dé fj car au lieu de leur proportion qu'ils ont trouué de i o. a 23. il la faudroit 
prendre de i o a 28^ qui efl vne différence trop grande, & il n'y a point d'apparence 
quevous vous foyez tant abufé que cela ni eux aufiy. J'eflime donc qu'il ç.^ plus a pro- 
pos de laificr les proportions qui ont été trouuées cy deuant, & d'attribuer la caufe 
de ce débordement de l'anneau , auquel je m'attendois bien , a vn mouuement qu'a 



CORRESPONDANCE. 1661. 353 



Panneau du Nort au Sud, & poflîble que tout le cors de "[^ participe a ce mouue- 
ment, afin que fes pôles puifTent aulTy jouir quelques fois des douces influences 
du 0, etans en cela plus priuilegies que ceux de notre terre qui ne le voyent que 
fort obliquement : car pourquoy n'admettra t on pas dans cette planète des mou- 
uemens bien dilFerens des nôtres, puifque la nature luy a donné vne figure fi diffé- 
rente de celle des autres planètes le confiderant auec fon anneau ? Et puis fi la C 
qui eft fi près de nous , & qui a tant de correfpondance a la Terre a néanmoins 
vne particularité bien confiderable que la Terre n'a point , qui eft d'auoir vn point 
fixe de longitude, a faute du quel nos pilotes font afi[ès fouuent en peine dans leurs 
nauigations ; pourquoy 'l^ , qui en eft fi elogné poura t il auoir aufly quelque chofe 
de fingulier? Or ce mouuement du Nort au Sud n'em'pefche pas que le parallaxe 
n'y contribue aufly, & que les raifons que vous aportes pour faire voir que "f) doit 
paroitre long tems fans bras n'en contiennent les vrayes caufes : fur quoy je remar- 
queray encore que fi le période de ce mouuement eft de même durée que la reuo- 
lution de |} par l'Ecliptique , fauoir d'enuiron 30. ans, toutes fes phafes paroitront 
pendant ce tems ; mais s'il eft plus long, ou plus court, il en aura beaucoup d'autres, 
qu'on n'a point encore aperceues, qui confifteront en la fituation des bras; car on 
verroit dans certains tems fauoir vers les Equinoxes de "jj , que fes bras venants a 
luy faillir, ou a renaître ne feroient pas dans le plan de l'Equateur, mais qu'ils le 
couperoient a angles droits, & s'etendroient vers fes pôles & cela ariueroit, quand 
au tems des Aequinoxes de lii fon anneau nous deuroit paroitre autour de luy 
comme en la lere figure, &fes bras aprocheroient plus ou moins du plan de l'Equa- 
teur ou de fes pôles, félon fa diuerfe inclination qu'il aiiroit en ce tems la & quelque 
fois dans le tems même des Equinoxes il paroitroit fans aucuns bras , s'il fe trou- 
uoit alors dans le plan de l'Ecliptique, auquel probablement il était l'an 1656: 
comme au printems de 1664. il doit pafl"er par fes pôles, & non pas par ceux de 
l'Equateur. 

Or l'obferuation de Riccioli qui fur la fin de 1 648. & jufques en Juillet 1 649. l'a 
veu comme vous la decriuez cette année, & fur la fin de la même année 1649. & en 
Januier 1650 a aperçu la bande lumineufe environ plus large vers les pôles me fait 
foupconer que la reuolution de l'anneau ne foit que de 25. ou 26. ans & aufly qu'on 
poura voir quelquefois d'étranges changemens en la fituation de fes bras : mais en 
même tems cela me fait douter que ce ne foit qu'un balancement. De cette nouuelle 
expliquation des mouuemens de l'anneau & même de votre dernière obferuation , 
on pouroit inférer que celle de Fontana qui eft la i leme figure de J^ de celles que 
vous donnez en votre fifteme de fj touchant fes divers afpedls ne leroit pas a 
rejetter; car je m'afleure que dans vn an il paroitrade même auec de médiocres 
lunettes, c'eft a dire fi on ne fe fert pas des plus excelentes, a caufe que d'ordinaire 
la partie de l'anneau qui aproche le plus du globe intérieur qui eft celle qui fera 
lors vers les pôles , fe montre quelque peu plus obfcure que ce qui en eft plus 
elogné. ce qui feroit qu'on ne la pouroit decouurir qu'auec les meilleures lunettes. 
Œuvres. T. III. 45 



354 



CORRESPONDANCE. 1661. 



Voicy a peu près comme |) doit paroitre fur la fin de l'année prochaine, mais il 
faudroit pour faire qu'il parut comme l'a veu Fontana, que l'obferuation fe fit des 
le commencement de l'année, quand l'anneau paroitra vn peu plus large vers le 
Nort , & vers le Sud qu'en votre dernière obferuation , 
& que la partie obfcure qui viendra entre l'anneau, & le 
globe intérieur fera fort déliée, car alors fi la partie de 
l'anneau ABCD & fon oppofé paroit plus obfcure , on 
ne l'aperceura pas auec des lunettes médiocres, & fi 
auec cela l'ombre paroit vn peu plus large , ou que l'an- 
neau foit moins lumineux près de l'ombre , on le verra 
plus etreci, comme il eft marqué par la ligne ponftuée. 
la difficulté ne feroit qu'à faire voir la partie lumineufe 
de l'anneau jointe au globe intérieur aux points B.C. ce 
que j'attriburois a vn défaut de l'oeil de l'obferuateur. 
Voila les penfées que j'auois a vous communiquer; fi 
vous jugez qu'elles foient dignes que vous les examiniez, 
vous m'en direz s'il vous plaifl: votre fentiment. C'efl: 




Monsieur 



Votre trefhumble et très obeiflant feruiteur 
Frenicle de Bessy. 



A. Il efl: a remarquer que ce mouuement ne doit paroitre de cette forte que jufques 
en l'an 1672. car lorfque |) aura repris fes bras , la partie de l'annfau qui fera vers 
nous doit remonter vers le Nort , au lieu qu'a prefent elle paroit defcendre vers 
le Sud; & fi cela ne fe fait ainfy, il faut que l'anneau n'ayt qu'un balancement 
Nort & Sud , & qu'il n'acheue pas fon tour par ce mouuement : mais fi l'ombre 
de "5 fur l'anneau fait voir que la partie, qui etoit vers nous, efl: paflTée de l'autre 
coté et derrière f), il faudra que l'axe de l'Equateur de "fj ne garde pas le paralle- 
lifme pendant fa reuolution de 30. ans autour du ©, comme fait l'axe de la Terre 
dans fa reuolution annuelle 

A Monfieur 

Monfieur Huguenes de Zulichem 



CORRESPONDANCE. 1661. 355 



N= 902. 

R. MoRAY à Christiaan Huygens. 

28 SEPTEMBRE 1661. 

La lettre se trouve à Leiden, coll. Huygens. 
Elle est la réponse au No. 887. Chr. Huygens y répondit par le No. 919. 

A Whitehall ce i8. Septembre 1661. 
Monsieur 

Tout ce que vous me dites dans voftre dernière du 16. a efté communiqué a 
vos amis icy. Tout le monde eft de voltre aduis en ce qui touche les filets de 
Linus. Monfieur Boile dit qu'il a autrefois fait le mefme experiment que vous 
propofez. Et que la phiole ne fe calTa pas. Mais il auouë auffi , que cela ne con- 
tribue pas beaucoup a l'efclaircifièment de la chofe. parce qu'on ne peut point 
dire, que fil n'y euft eu que de l'air dans la phiole, elle fe feroit cafTee. Et J'adioufte 
que fi elle fe feroit cafl^ee, le mercure y eflant , on l'auroit peu attribuer prefque au- 
tant à la pefanteur du mercure dans l'un experiment, comme a la faculté elafl:ique 
de l'air dans l'autre. Neantmoins nous fommes refolus de faire faire cet experi- 
ment du mercure dans quelque temps , entre plufieurs autres de la mefme nature. 
Jl efl: vray que la lune de Monfieur Wren eft trop petite. Mais il s'en va faire une 
autre beaucoup plus grande pour la Société , et qui fera encore plus conforme à la 
véritable. Je fuis rauy que vous trauaillez à ces traittez , qu'on defire tant. C'a 
efté auec grande fatiffaftion que nos Meffieurs en ont appris la nouuelle. Quant 
à l'accélération des corps tombans de haut en bas. Quelques expériences, rap- 
ports et reigles qu'en ayent fait plufieurs autheurs , il femble encor manquer quel- 
que chofe à l'entière fatiffaftion. Et l'on a donné en tafche à Monfieur le Mylord 
Brunker de repeter les expériences qu'on a défia faites , examiner les reigles qu'on 
a dreflfees , et faire quelques nouueaux experiments dont on a défia efbauché une 
partie, et rapporter le tout, auec tout ce qu'il luy plaira d'y adioufter fur le fuiet. 
Jl s'y eft foubmis , et je crois que vous en attendrez quelque chofe de confiderable 
aufll bien que nous. Jauois grande enuie de m'eftendre d'auantage fur toutes ces 
chofes , mais Je me trouue obligé de m'aller coucher , afin que Je me puifl^e leuer 
demain de grand matin pour faire un petit voyage de deux iours. 

Je vous enuoyeray la dernière pièce de Monfieur Boile , appelle le Chimifte 
Sceptique '), par l'adrefl^e que vous me donnez, déformais Je vous prie ne craignez 
point de mennuyer par la longueur de vos lettres. Sçachez que tant plus lon- 



') Voir Pouvrage cité dans la Lettre N°. 886, note 6. 



356 CORRESPONDANCE. ï66l. 



gues elles font, d'autant plus augmentez vous la ioye et les obligations de tous 
ceux qui les voyent , auffi bien que de 

Monsieur 

Voftre trefliumble & trefobeiflant feruiteur 

R. MORAY. 

Monfieur Boile m'a chargé de vous dire que la ciuilite dont vous ufez enuers 
luy l'oblige infiniment. 

A Monfieur Monfieur Christian Hugens de Zulichem 

à la Haye. 




N= 903. 

J. VAN Vliet à Christiaan Huygens. 
5 octobre 1661. 

La lettre se trouve à Leiden , coll. Huygens. 

Christiano Hugenio fuo, Viro Nobiliffimo Janus Vlitius S. 

Itane aequum fuit Ludovicum noftrum infalutatis amicis Bredae moenia légère 
bis, tandemque iterum patrijs proficifcier oris? Quod, quo nobis propiorfuit, 
eo impatientius fero. Si morari commodum non erat. 

At falve fimul atque vale uno ore tuliïïet , quod de Zirizaeis amicos adventantes 
excipientibus fertur. Tanti tamen mihi emtum , ut te nunc , Politiffime Hugeni , 
non iilium , fed patrem familias falutare liceat. Nec morofum ideo te nunc adeo 
faftum puto, ut quae nunc a paternitate tua (fi italicet) primum peto,protinus 
recufes. Primum efl, ut literas bas ad Rivetum cures, fi Hagae eft; dubito enim; 
fin minus, ipfe referatas infpicias, confiderefque qua ratione id, quod peto, 
commode impetrare pofllm; delineationem nimirum arcis Seabergenfis'), quae au- 
laeis Principis Dominae, quae Hagae bifariam intexta in proaulio vifitur. Poftius^) 



') C'était une tapisserie de haute-lisse, dans le palais „het Huis ten Bofch (Maison au Bois)"; 

aujourdhui tout souvenir en semble perdu. 
-) Sur Pieter Post consultez la Lettre N°. 829, note 39. 



CORRESPONDANCE. 1661. 357 



vereor ut aiuhenticum fuum (ntim is dclineavit) communicare nobifcum velit. 
Alterum (nifi jam nimius fum incerpellator caeleftis ftudij tui) ut ex Bibliotheca 
Ty" hivoçhuàovïd depromas mittafque per nautam Origines Menagij 3^; quascon- 
futare animus eft 4^; ut Frater tuus jam etiam ex parte id aggrefllis erat. Sed mihi 
major rationum argumentorumque copia exlinguis, quas neuter, ille nec fando, 
novere. Si quid vicifïïm imperaveris , pro jure tuo ac imperio , quod merum in me 
habes, feceris. Quid novi intérim ex Anglia? Stupeo. Quid Voffius et optimus 
fenex Junius s) moliuntur? Sed intérim annus eft quod nihil de illis inaudiverim. 
Quid de Heinfio , et deperditiffima lite "^^ ejus ? Denique quid tûmes ipfe , qui non 
potes otiofus eflè ? 

Ignofce ergo , quod te interrumpam. Vale Terrarum Coelique decus. 

E Mufaeo meo Bredae èç rây^Knoe.^ m. Nonas Oftobris cIo Ioclxi. 

Mijn Heer 
Mijn Heer Jonkheer Christiaen Huygens van Zuylechem &c. 
II" Haghe. 



3) Cet ouvrage, publié en 1650, fut réimprimé avec le titre: 

Diftionnaire Etymologique, ou Origines de la Langue Françoife, Par Mr. Ménage. Nou- 
velle Edition revue & augmentée par l'Auteur. Avec les Origines Françoifes de Mr. de Cafe- 
neuve, un Difcours fur la Science des Etymologies, par le P. Befnier, de la Compagnie de 
Jefus: & une Lifte des Noms des Saints qui paroifient éloignez de leur Origine, & qui s'ex- 
priment diverfement félon la diverfité des Lieus. Par Mr. L. Abbé Chaftelain , Chanoine de 
l'Eglife de Paris. A Paris, chez Jean Anilfon Diredleur de l'Imprimerie Royale, rue Saint- 
Jacques, à la Fleur de Lys de Florence, m.dc.xciv. Avec Privilège du Roy. in-folio, 

4) Van Vliet n'a pas donné, que nous sachions, la réfutation annoncée. 

5) Franciscus Junius, fils du professeur de théologie de même nom et de sa troisième épouse, 
Johanna l'Hermite, naquit en 1591 à Heidelberg et mourut le 19 novembre 1677 à 

. Windsor. Il devint pasteur de l'église protestante, mais partit bientôt pour l'Angleterre, 
où il demeura 30 ans, puis s'établit à Amsterdam, et en 1655 à la Haye. En octobre 1675 il 
se rendit de nouveau en Angleterre; il légua tous ses précieux manuscrits à la Bibliothèque 
Bodléienne d'Oxford. 
*) Sur ce procès consultez la Lettre N°. 543, note 7. 



358 CORRESPONDANCE. 1661. 



N= 904. 

Christiaan Huygens à [H. de Monmor]. 

[6 OCTOBRE 1661.] 

La minute et la copie se trouvent à Leiden , coll. Huygens. 
H. de Monmor y répondit ie 30 août 1662. 

Monsieur 

Je croioisque j'aurois l'honneur de vous aller faire la révérence en accompagnant 
mon père au voyage qu'il s'en va ') faire en France pour les interéfts de Monfieur le 
Prince d'Orange , mais puifque pour quelques raifons de la famille il a eftè trouuè 
bon que je refte icy , et qu'il ne meinc auec luy que l'un de trois frères , je n'ay pas 
du moins voulu les laifler partir fans recommander à l'un de vous aller prefenter 
mes tref humbles refpefts, et a l'autre de vous rendre grâces de toutes les faneurs et 
ciuilitez , dont il vous plut m'obliger l'hyver païïe , n'ayant pu m'en acquiter moy 
mefme comme je devois. J'ay aufll fait promettre a ce frère qui parmy d'autres eftu- 
des a quelque teinture de Philofophie qu'il m'informera de ce qui fe paiTe par de là 
en matière de fcience parmy les fçavants , dont par ma propre faute il y a long- 
temps que je n'ay point eu de nouuelles , efperant toufjours de les aller apprendre 
fur le lieu moy mefme. Je ne fcai encore rien de la nouvelle decouuerte en 
Phyfique °), que l'on dit eftre de confequence , et prefte a donner des belles lumiè- 
res, mais j'efpere que dans peu j'apprendray en quoy elle confifte , et fi ce n'eft 
pas a voftre Illuftre Afiemblée qu'on en eft redevable ; dans la quelle puis que l'on 
a commencé a s'appliquer aux expériences , il ne fe peut que de temps en temps 
l'on n'en receuille de belles et remarquables. L'Académie de Londres à la quelle 
voftre exemple a donné commencement ne s'occupe qu'a cela feulement, et pourra 
nous donner auec le temps des obfervations très utiles, fur tout fi le Roy luy veut 
conférer quelque revenu, comme elle efpere. J'ay trouuè Monfieur, lors que j'y 
eftois, que voftre nom y eftoit en grande vénération et l'on s'y preparoit a recher- 
cher voftre correfpondance 3^; c'eft pourquoy je ne doute pas que depuis quelque 
temps vous n'ayez receu des auis de ce qui s'y eft fait. Ce que j'y *) veu de plus con- 
fiderable eftoyent les expériences du vuide de Monfieur Boile, de qui le Hure 5) qu'il 
en a fait eft défia imprimé en Latin , a ce que m'afllire une perfonne ") nouuelle- 
ment arrivée de ce pais là. L'on ne fcauroit defcrire plus particulièrement des chofes 



') Constantyn Huygenp, père, partit avec son fils Lodewijk le 7 octobre pour Paris, où il ar- 
riva le 21. [Dagboek.] 

-) Consultez la Lettre N°. 905. 

3) On en parla dans la séance de la Société Royale, le 15 mai 1661. 

4) Ajoutez: ai. 

5) L'ouvrage cité dans la Lettre N°. 873 , note 4. 

^~) Huygens parle ici de la visite que H. Oldenburg lui avait faite. 



COR-RESPONDANCE. 1661. 359 

femblables que ne fait cet autheur de qui j'attends de jour a autre deux ou 3 
autres petits traitez touchant quelque matière de Chimie et de Phyfique. L'on 
m'a auffi promis le difcours que le Chevalier Digby a efcrit de la végétation ^}, et 
un petit liure^) de Monfieur Hobbes contre l'hypothefe de la pefanteur de l'air. Je 
ne fcay fi vous auez veu ce que un qui fe nomme Franc. Linus a efcrit contre la 
mefme hypothefe, qui ne font que des objeélions que l'on peut refoudre aifement 
et fon opinion qu'il tafche d'eftablir me femble chimérique. 

Je ne vous dis rien icy Monfieur touchant mes eftudes, fi non que je tafcheray de 
bien employer l'hyver , qui va venir, et je travailleray a mettre au jour quelques uns 
enfemble de mes efcrits que j'ay promis il y a longtemps. Ce fera avec plus de joye 
et de tranquillité fi j'apprens que vous ne me refufez pas la continuation de vos 
bonnes grâces, vous demandant cependant celle là de croire, qu'il n'y a perfonne 
qui vous honore d'auantage, et qui foit plus que moy 

Monsieur 

Voftre 



N° 905. 

Christiaan Huygens à [M. Thevenot]. . 
[6 octobre :66i.] 

La miinite et la copie se trouvent à Leiden , coll. Huygens. 
Tliérenot y répondit par le No. 926. 

Sommaire: Livre Italien de Dioptrique. La decouuerte nouuelle. Ricci point refpondu '), le Apollonius, ou il 
demeure. Opinion de Frenicle. Ou l'on en efl: auec la verrerie et la fabrique de Lunettes. Qu'il me 
veuille efcrire par fois ce qui fe palTe dans l'académie, que je feray de mefme. que je ne puis entretenir 
la correfpondance avec tous, que je fais faire la machine de Monfieur Boile. •) que j'auois grande envie 
d'y aller, que j'ay un journal très exafte de tout le temps que j'ay eftè a Paris. Il veut rendre 1) encore 
plus extrauagant qu'il n'eft en efFeft. que j'ay efcrit a Monfieur Chapelain du changement que j'auois 
fait 2). Proportion de 17 ad 6 pour le moins, j'ay efcrit circiter, et a Londres^) e; a Monfieur Bouillaut '), 
et a Monfieur Hevelius ^). envoyé a Chapelain la forme qui m'a parue cette année. Que les ob- 



'') Ouvrage cité dans la Lettre N°. 864, note 4. 

^) Le Dialogus Physicus, voir la Lettre N°. 884, note 5. 



') C'est-à-dire à la Lettre N°. 843. Consultez la Lettre N°. 899 de Thevenot à Huygens, que 

celui-ci n'avait pas encore reçue. 

^) Consultez la Lettre N°. 909. 

3) Voir la Lettre N°. 873. 

*) Consultez la Lettre N°. 868. 

5) Consultez la Lettre N°. 885. Nous ne possédons pas la lettre elle-même. 

«) Consultez la Lettre N°. 885. ,, 



360 CORRESPONDANCE. 1661. 



fervations le monflreront. Que j'obferve que tant qu'on le voit aucc des meilleures lunettes, les an- 
fes paroiflent plus larges. Figures de Ricciolî et Hevelius. Que la raifon en eft de ce que tant qu'une 
chofe lumineufe eft vue moins diftiniîtenient, tant plus elle tire vers la rondeur. Que l'ellipfe n'eft 
pas moins oblongue, qu'il ne faut fuivant mon hypothefe. Que les obfervations de l'an 48 et 49 font 
contraires il fon hypothefe, et que jamais au moins on n'a vu que l'anneau paroiflbit feparè du globe 
tout a l'entour. 

Monsieur 

Mon frère eftant dernièrement a Paris ^) , je luy efcriuis ^) qu'il vous allaft faire 
mes très humbles baifemains en vous rendant une lettre î') de ma part. Mais mon 
pacquet arriva quand il eftoit défia parti, et l'on me l'a renvoyé depuis. Voicy 
maintenant ce mefme frère '°) que je vous envoyé avec pareille commiffion. Je vous 
priay dans la dite lettre de le charger du livre Italien qui traite de la Dioptrique, 
que je defire fort de veoir, fans avoir pu vous indiquer aucune voye pour me le faire 
tenir, et je fuis marry d'auoir lailTè efchaper une fi bonne occafion. Mais s'il vous 
plait a cet heure de le mettre entre fes mains et luy en laiflier le foin, je ne doute 
pas qu'il ne trouue bientoft l'une ou l'autre commodité pour me raddrefier. Je vous 
prie auflî de me faire fçavoir fi ce Hure a eflè envoyé pour moy, et par qui. 

Il y a quelques fepraaines que je vis dans une des vofl:res a Monfieur Oldenbourg, 
qui pafTa par icy, que vous faifiez mention d'une nouuelle decouuerte, en matière 
de phyfique, que vous difiez eftre d'importance et luy donnafi:es l'epithete de Luci- 
fere, fans faire connoiftre ce que c'efl:oit. S'il ne vous eft pas défendu d'en faire 
ouuerture, ayez je vous prie cette bonté pour moy. Vous n'ignorez pas combien 
j'aime d'apprendre des chofes de cette nature là; ou vous croyez peut eftre que je 
fuis devenu tout autre, par ce qu'il y a longtemps que je ne me fuis informé de 
rien. Sur quoy il faut Monfieur que je vous dife que je reconnois d'auoir mal 
fait de ce qu'en partant de Paris je n'ay pas eftabli le commerce avec quelqu'un 
de tant de perfonnes lUuftres, comme je fis en Angleterre, d'où je recois par fois 
des avis de Monfieur Moray, l'un des principaux de la nouuelle Académie. Car 
n'ayant pas eu la prévoyance de faire la mefme chofe chez vous je n'ay pas pu 
trouuer depuis. 

Je n'aurois pas efté fi longtemps fans m'enquerir de cecy et d'autres chofes qui 
fe pafl^ent dans voftre afl!emblee fi je n'avois creu vous aller veoir moy mefme par 
cette occafion du voyage de mon Père. 



"■) Lodewijk Huygens, qui, lors de son retour d'Espagne, s'arrêta à Paris. 

8) Voir la Lettre N°. 876. 

9) Voir la Lettre N°. 877. 

'") Le 7 octobre ï66\ Lodewijk Huygens partit avec Constantyn Huygens, père, pour Paris, 
où il arriva le 21 octobre [Dagboek]. 



CORRESPONDANCE. 1661. 361 

L'on m'a envoyé d'Angleterre la copie d'une lettre ' ') de Monfieur Frenicle a Mon- 
fieur Digby touchant mon fyfteme de |> qu'il croit ne point fatifFaire aux obfervati- 
ons des deux dernières années, et donne en fuite un nouveau mouuement a l'anneau 
de 15, pour y remédier. Je ne doute pas que vous ne l'ayez veu la dite lettre. Mais je 
ne fcay fi vous aurez auffi vu ce que j'ay efcrit '-) il y a long temps a Monfieur Cha- 
pelain, a fcavoir que j'avois trouuè par les obfervations de cette année, qu'il falloit 
pofer la proportion du diamètre de l'anneau a celuy du globe plus grande que je n'ay 
fait dans mon fyfl:eme, et du moins comme 17 a 6. au lieu que je l'avois définie de 9 
a 4. Or il efl: fort apparent que je me fois trompé dans la première fuppofition pour 
la raifon que je m'en vas vous dire, l'on trouve que tant que les telefcopes dont on 
obferve J) font plus longues et plus parfaites, tant fes anfes ou 
/^'y^,.,^ bras paroifient plus longs. Ainfi Riccioli 'a dépeint entre autres 
^vj.y^ comme icy dans la le et 3e '3) figure, lors qu'avec de lunettes pa- 
reilles aux mienes,on l'euftvu comme dans les figures3 et4.C'efl: 
a dire, avec des bras beaucoup plus efl:endus. Eftant donc cer- 
tain, qu'il y peut avoir de lunettes encore beaucoup plus parfai- 
tes que les nofl:res, il n'y '"t) point de doute qu'avecque de telles 
l'on verroit les bras encore un peu plus longs, et partant qu'il 
faut que l'ellipfe foit en effeél plus grande a raifon du globe que 
ne m'auoyent fait paroiftre les obfervations. Ayani donc fuppofè 
la dite raifon des diamètres environ comme de 1 7 ad 6, les appa- 
rences de cette année s'accordent très bien avec mon Syfl:eme, 
fans qu'il foit befoin du mouuement de l'anneau que Monfieur 
Frenicle luy veut donner, duquel puis que l'on fe peut pafl^er, je ne croy pas qu'il 
faille l'introduire , et d'autant moins que jamais jufqu'icy '[} n'a efté vu reprefen- 
tant la figure que Monfieur Frenicle attend en l'année 1 664. la quelle pourtant en 
1649 devroit avoir apparue fuivant fon fyfteme, mais au contraire celle qu'on a 
obfervee s'accordoit fort bien avec le mien. Je ne fcay pas au reflie quelle obferva- 
tion de l'année prefente il dit avoir veue de moy, qui confirmaft l'impoffibilitè de 
ma fuppofition. 

Je penfe que j'en ay envoyé une a Monfieur Chapelain, en luy mandant ^5^ 
ce que defius. dans la quelle je ne croy pas pourtant que l'anneau pafîè plus 
bas ou plus haut que la circonférence du globe. Ce que j'ay apporté de chan- 
gement dans mon fyfteme, ce n'a efté que pour l'accorder auec cette mefme 



") Voir la Lettre N°. 894. 

") Consultez la Lettre N°. 873. 

'3) Lisez: ae. 

"t) Ajoutez: a. 

'5) Consultez la Lettre N°. 873. 

Œuvres. T. III. 46 



302 



CORRESPONDANCE. 1661. 




obfervation , dont la figure doibt 
eftre telle que voicy. Et c'eft la 
rnefine que j'ay obfervèe toute cette 
année, car ce peu qu'il y devroit avoir 
de différence entre les premières et 
dernières obfervations ne fe peut 
point remarquer. Que fi Monfieur 
Frenicle croit que devant que Ji fe cache auprès du Soleil fon globe fera feparè ou 
peu s'en faut, de l'anneau tout au tour, cela devra efl:re encore plus remarquable 
au commencement de l'année qui vient lors qu'il commencera derechef a paroifl:re, 
et je veux bien qu'on attende ce temps la devant que de condamner abfolument fa 
nouuelle penfée. Je feray bien aife cependant d'apprendre ou l'on en efl: chez vous 
avec la fabrique de telefcopes, et la verrerie, et fi vous n'en auez pas encore 
d'afl!ez bons pour obferver la planète dont il efl: quefl:ion. 



N= 90^. 

Christiaan Huygens à M. Thevenot. 

Appendice au No. 905. 

Obfervatio Riccioli annorum 1648, 1 649 exhibet diametrum annuli ad diame- 
trum globi, ut 256 ad 143. 

Divini 1647 3^i "~ H 
1648 ut 274 — 1 19 

14 

1096 
274 



2628 3836 






3836 , 

II99P '^ 






II / 






Riccioli 1650 307 — 


158 




14 






1228 






307 




1133^1 


4298 




4298 

1588 

15 



^7~ 



CORRESPONDANCE. 1661. 363 



Riccioli 1648, 49 
Idem 1650 

Divini 1646, 47, â^ 



25 14 

275- H 

2,H H 



N= 907. 

Christiaan Huygens à N. Heinsius. 

13 OCTOBRE 1661. 

La mhiiite se trouve à Leielen, coll. Huygens. 
Elle est la rifpoiise nu No. 898. N. Heinsius y répondit par le No. 1)11. 

Viro Illuftri Nie. Heinsio Chr. Hugenius S. 

Pari jure filentium meum ac caeterorum amicorum Hagienfium taxare potuifTes, 
Heinfi Praeftanciffime, quod adhuc nihil dcdi hinc ad te literarum; atque adeo nefcio 
an nonmelius te celaturus fuerira, jam quinmra agi menfem, ex que à Gallico Bri- 
tannicoqne itinere in patriam laluus reverti. Conftitueram tamen propedicm ad te 
fcribere etiara priufquam tuae mihi redderentur, gratiafque agere de Ovidiano 
Exemplari quo me donatum voluifti, nec non parentem meum fratremque. Atque 
ego quidem non foium ob munus illud tibi debeo, fed magis etiam quod me imme- 
rito elogio ornafti ') , inter tôt eruditiiTimas emcndationes noftram qualemcunque 
conjefturam recenfens. Nimia vero elïl modeftia tua cum abortiuam vocas hanc 
Editionem in qua tantum jam praeftitifli quantum ne quidem fpcrari poterat. Non- 
dum omnes notas percurri, at quo longius progredior, eo magis fufpicio exaftum 
ac fubtile judicium tuum in difcernendis veris prauifque leftionibus, atque admiror 
in primis magnam illam locorum parallelorum copiam quam in numerato habuifti 
ad correftiones fingulas adftruendas. Voflium Walliumque officij fui admonui, qui 
polliciti funt fe fore in poftennn diligentiores; nihil autcm efTe quod ad te fcri- 
bant caufantur. hoc praetexunt nomine culpam. Edidit Voffius diiïcrtationem 
fuam -) de 70 interprctum Tralatione deque Chronologia Sacra, atque ipfani Tra- 



') Dans le Tome II, page 311 , Heinsius fait l'éloge de Chr. Huygens et donne sa conjecture 
au Metamorphoseon Lihr. XII vers 6g. Huygens la lui avait envoyée à la fin d'octobre 1660. 
"') a) Ifaaci Vofîii, De Septuaginta interpretibiis, eorumque Tralatione & Chronologia DifTer- 
tationes. Hagae-Comituni. Ex typographia Adriani Vlacq. iM.dc.l.xi. in-4°. 
Une suite à cet ouvrage est intitulée : 

i') Ifaaci Vofîii, Appendi.x ad Librvm De LXX Interpretibus, Continens Ilefponfiones 
ad Objecla aliquot Theologorura. Hagae-Coniitis, Ex Typographia Adriani Vlacq. 
M.DC.LXiii. in-4°. 



364 CORRESPONDANCE. 1661. 



lationcm emendatam fe daturum ') fpondet. Nunc vero librum de Luce 4) fub 
praelo habere dicitur, quod me clam molicur, quia nouit miras monftrofafque in 
hoc argumento opiniones fuas neutiqiiam mihi probari. Pater meus ante paucos 
dies in Galliamproteftus eft5),Araulîonenris arcisrefl;itutionem*)Principisnomine 
a Rege petiturus. Comitem habet fracrem Ludoicum qui non multo ante ex Hifpa- 
nia redierac. Rogas quid ibi rerum gelTerit; atque ego pro illo tibi refpondeo, in 
ea quidem re quam illi commendaveras aliquid egifTe, fed minus quam optaverat. 
Varias leftiones aliquot ex optimo Ovidij manufcripto ac pervetuftodefcriplit, in 
quo fréquenter eafdem quoque emendationes quae a te proditae funt fe reperiiïe 
dicebat. In ijs quas collegit nullae funt admodum magni momenti; fed nec multas 
coUigere licuit, quod res non ferebat ut diutius in Bibliotheca regia moraretur. 
Caeterum incredibilem infcitiam focordiamque tum monachorum illorum qui in 
celeberrimo Efcurialienfi Coenobio degunt, tantaque librorum optimorum copia 
potiuntur, tum omnium in univcrfura Hifpanorum, fatis praedicare non poterat; 
quippe qui non tantum literas fcientiafve non curent, fed nec quid in reliquo lite- 
rarum orbe rerum geratur aut norint aut nofle laborent. Equidem longe alios viros 
Lutetiae et Londini reperi. nihil illis doftius, humanius, politius. Sed prolixus 
nimis fim fi narrem quomodo inter eos tempus tranfegerim, quamque comiter ab 
omnibus fuerim exceptus, fcias tantum inter eos quos novifti, Monmorio Capel- 
lano Menagioque nihil non me debere. Cum inter caeteros Clariffiraum Canu- 
tum ^) adijflem, ac de Cartefio ftudijfque Phj'ficis nobis ferrao incidiflet, retulit 
mihi, extare Holmiae, in templo arci regiae proximo, pidlurara phaenomeni iftic ob- 
fervati, in quo parelia plura et irides cernantur; locum etiam exprefOus defignabat, 
in parte templi quam Chorum vocant, ad laevam. Ejus pifturae exemplum non colo- 
ribus defcriptum fed calamo quamlibet ruditer delineatum, fi mihi procurare velles, 
faceres rem longe gratiffimam, cauïïas enim hujufmodi phaenomenôn explicandas 
fufcepi, ac proinde omnia undique conquiro. Quinam in prototypo colores habean- 
tur verbis exprimere pofTis. Sed haec ubi a gravioribus negotijs tuis otium dabitur, 
atque ita ut aliquid mihi viciflîm imperes. Vale. 

Hagae Comitis 13 Oftobris 1661. 



3) Un tel ouvrage n'a jamais paru. 

4) De Lucis Natura et Proprietate. Auftore Is. Voffio. Amllelodami. Apud Ludovicmn & Da- 
iiielem Elfevirios. ciDiocLxii. in-4°. 

5) Constantyn Hnygens , père , partit pour lii France le 7 octobre. 

*) Aussitôt que, en mars 1660, le comte de Dliona eut rendu Orange àLouis XIV, celui-ci y mit 
une garnison française et, contrairement à la convention, fit raser les fortifications. En 1662, 
les bastions et une partie du château furent démolis; en 1673 tout le château avait disparu. 

^) De Chanut. Voir la Lettre N°. 217, note i. 



CORRESPONDANCE. 1661. 365 

N= 908. 

J. Chapelain à Christiaan Huygens. 
18 OCTOBRE 1661. 

La lettre se trouve à Leidcii^ coll. Huygens. 

Monsieur 

Je me preparois a accompagner de mes lettres deux Exemplaires dvn Ouurage 
Latin de Monfieur Huet De optimo Génère Interpretandi ') quil me prioit par fes 
dernières de vous enuoyer pour vous et pour Monfieur Voffius, et j'auois ménagé 
loccafion du retour de Monfieur noftre Ambafl^adeur -) en Hollande pour vous 
les faire tenir prefque auffi pronteraent que fi je les auois fait aller par la poflie. 
Mais la nouuelle de ce qui efl: arriué en Angleterre entre nofi:re Ambafl'adeur s) et 
celuy d'Efpagne*) fur la precedence 5) des deux Roys et la defenfe qui a efl:e faitte 
par le Roy a fes Gouuerneurs de la Frontière de laifl^er paflèr le Marquis de Cara- 
cene '^) en France pour fen aller a Madrid jufqu'a ce que fon Roy ait fait raifon 
au nollre dvn outrage pareil a celuy la, ayant rompu les mefures de Monfieur de 
Thou qui fen vouloit retourner par la Flandre , les miennes fe font trouuées courtes 
et jufques a vne nouuelle commodité qui foit auflî feure je fuis réduit a vous donner 
feulement auis et par vous a Monfieur Vofllus du prefent que vous veut faire 
Monfieur Huet. Je n'oferois vous dire combien ce prefent efl: exquis ni auec 
quelle folidite de doftrine et auec quelle delicatefl^e de ftile cet Ouurage efl: 
efcrit, de peur de vous donner vne trop grande impatience de le voir. Il n'y 
a pas pourtant moyen de vous celer qu'on n'a encore rien veu de fi beau ni de fi 
bon en ce genre et que ce Trauail ne fera pas moins agréable qu'utile au Public. 
Le pis qui puifl^e arriuer pour vous le faire auoir c'eft que Meflleurs vos Am- 



') De optimo génère interpretandi Libri II. Aiift. P. D. Huet. Parifiis. 1661. in-4°. 

=) De Thou. 

3) Godefroi, comte d'Estrades, naquit en 1607 à Agen et mourut le 26 février i686à Paris. 
En 1675 il devint maréclial de France; dès l'âge de 19 ans il fut agent de la France, d'abord 
auprès des Etats-Généraux, et remplit diverses missions diplomatiques, en 1637 et en 1661 
en Angleterre, en Savoie et souvent aux Provinces-Unies, la dernière fois de 1662 à 1668. 

'^) Charles, baron de Watteville , frère de l'abbé Jean de Watteville, naquit vers 1610 à Besan- 
çon et mourut en 1668 à Lisbonne. Il était au service du Roi d'Espagne et fut envoyé en 
1657 en France, en 1661 à Londres, puis en Portugal. Chevalier de la Toison d'Or, il fut 
nommé depuis vice-roi de Biscaye. 

5) Ce fut à l'occasion de l'entrée officielle d'un envoyé de Suède, qu'il y eut, entre les escortes 
des deux ambassadeurs, une rixe préméditée dans laquelle plusieurs gens furent tués; la po- 
pulace de Londres ayant pris le parti des Espagnols, la voiture de l'ambassadeur de France 
fut mise en pièces. 

'') Don Louis de Benavides. Voir la Lettre N°. 823 , note 8. 



366 CORRESPONDANCE. 1661. 



bafladeurs vous le porteront quand ils auront vuidé les affaires qui les retien- 
nent icy; dans quel temps je ne vous le fcaurois dire a caufe de leur eloignement 
de Paris. Vous aurés receu par Monfieur voftre Frère la refponfe '') que je fis a la 
vollre ^) que vous m'efcriuiiles de la Haye peu de temps après eftre reuenu d'An- 
gleterre ches vous. A toutes fins neantmoins je vous diray que je vous y afiln'ois de 
la reconnoifl^ance de Monfieur de Monmor pour le fouuenir que vous me teftnoig- 
niés de fon mérite et du bon accueil que vous auiés receu de luy et de toute la ver- 
tueufe et fi:auante trouppe qui s'aïïembloit en fa Maifon. Je vous mandois auflî ce 
me femble qu'il eftoit dans vne aifliftion la plus grande quil eftoit polTible pour la 
mort de l'vn de fes Enfans et la maladie defefperée de Madame fa Femme 9), ce 
qui auoit fufpendu les Exercices Académiques que Ion n'a pas encore repris. Car 
encore que depuis Madame fa Femme le foit guérie Madame la Marefchale d'Ef- 
trée '°} fa Soeur eft morte et la douleur ne fort point de ches luy. Il me demanda ces 
jours païïes fi je n'auois point de voye par laquelle il vous peuil enuoyer vn liure 
de vers latins excellens ") que luy a dédies le Père Mambrun ") leur Autheur. Je 
luy fis la mefme refponfe qu'à Monfieur Theuenot qui vous veut donner vn liure de 
Mathématique important '3) et y adjoufi:er les Obferuations "*} qu'il a oblige Mon- 
fieur Frenicle de faire fur voftre Syfteme de Saturne pour vous donner lieu de l'af- 
fermir en remédiant aux jnconueniens qu'il s'imagine y auoir trouués; Et ma ref- 
ponfe fut que j'eftois après a defcouurir cette voye mais fans beaucoup defperance 
de la trouuer bientoft, veu les difficultés ordinaires. Il me promit d'y veiller de fon 
cofté et de m'auertir de ce qu'il rencontreroit fil eftoit plus heureux que moy. Quoy 
que vous jugiés de ces Obferuations de Monfieur Frenicle, vous deués croire au 
moins qu'il les a faittes fans jaloufie et fans venin eftant vn des plus candides et des 
moins chicaneurs hommes du monde. Monfieur Huet auoit defiré de moy que je 
fifîe tenir a la Reyne Chriftine et a Monfieur Lambecius ^5) a Hamburgvn Exem- 



7) Voir la Lettre N°. 875. 

S) Voir la Lettre N°. 873. 

') De Monmor avait, épousé Mlle de Manicamp. 

'■°) Mlle de Manicamp, sœur de la précédente, avait épousé en 1656: 

François Annibal, duc d'Estrées, frère de la fameuse Gabrielle d'Estrées; il naquit en 1573 
et mourut le 5 mai 1670. D'abord évéque de Noyon en 1594, il choisit plus tard la carrière 
militaire, remplit diverses missions diplomatiques et devint maréchal de France. 

") Pétri Marabruni Soc. Jefu Opéra Poetica. Acceffit Differtatio de Epico Carminé. Fixae 
Andegavorum. Ex ofBcina Gervafii Laboe. mdclxi. Cum Privilegio Régis, in-folio. 

") Pierre Mambrun naquit en 1600 à Clermont-Ferrand, et mourut à la Flèche le 31 octobre 
1661. Il était jésuite et professa la théologie et la philosophie à Paris, à Caen, et depuis 1653 
à la Flèche. Il avait la réputation d'être un des plus parfaits imitateurs de Virgile. 

^3) Il s'agit ici de l'ouvrage décrit dans la Lettre N°. 858 , note 2. 

'4) Voir la Lettre N°. 901. 

'5) Pctrus Lambeck, fils du professeur Heino Lambeck, naquit le 13 avril 1628 à Hambourg et 
mourut à Vienne le 30 avril 1680. Ses études faites à Amsterdam, il voyagea beaucoup, 



CORRESPOND'ÇiNCE. 1661. 367 



plaire de fon liure a chacun. Je vous prie de fcauoir de Monfieur Voffius fi je les 
luy puis addreiïer pour cela et s'il a conferué afTcs d'habitude auec cette Princeïïe 
et auec cet excellent Perfonnage pour fe vouloir bien charger de cette commiflion. 
Si cela eft je ne voy point de meilleure entremife pour cet office que la fienne. Car 
pour vous, Monfieur, je ne fâche point que vous ayés de correfpondance de ce 
codé la. Vous ni'efclaircires s'il vous plaift de tout cela a vofl:re commodité et 
mapprendrés quelles font vos eftudes prefentes. Si vofi:re Traitte du Pendule 
amplifié verra bientofi: le jour, et fi vous n'aués point quelque autre Matière 
de cette nature fur le meftier pour voftre gloire et pour l'vtilicé publique. Il n'y a 
rien de rare et de nouueau qu'on ne fe doiue promettre d'vn Génie comme le vof- 
tre, qui efl: né pour tout ce que les Spéculations Mathématiques et Agronomiques 
peuuent produire de plus grand et de plus merueilleux. Le Monde auflî vous de- 
mandera conte de ce beau talent et il ne falloitpas luy donner de fi fortes prennes 
de ce que vous efi:es capable de faire pour en demeurer a ce que vous aués fait. Le 
pas le plus difficile efl: forcé, vous vous efl:es ouuert le champ heureufement, l'ap- 
probation vous efl: feure et vous trauailleres a l'auenir fans crainte de perdre vofl:re 
huile et vofl:re trauail, faute defl:re connu pour ce que vous efl:es et que vous valés. 
Je vous fupplie d'enuoyer ma lettre '*) a Monfieur Heinfius s'il efl: pofllble fous 
lenueloppe de la defpefche de Mcflîeurs les Eftats a luy, finon par quelque voye 
qui ne puifl^e manquer et elles ne manqueront pas en Hollande. Il importe a fon 
feruice quil la reçoiue. Vous m'obligerés infiniment d'afliu'er Monfieur voftre 
Père et Monfieur voftre Frère de mon trefhumble feruice et de me faire la mefme 
grâce auprès de Meflîeurs Vofllus, Gronouius et Viquefort. C'eft 

Monsieur 

Voftre trefhumble et trefobeiffant feruiteur 

Chapelain. 

De Paris ce i8. Oélobre 1661. 

A Monfieur 
Monfieur Christianus Huygens 
Gentilhomme Hollandois 

A La Haye. 



et devint professeur d'histoire à Hambourg en 1652. En 1662, deux semaines après son ma- 
riage, il se fit catholique , et en 1663 il devint conservateur de la bibliothèque impériale à 
Vienne. 
"^) Dans les „Lettres de J. Chapelain", éditées par Th. Tamizey de Larroque, on ne trouve, 
Tome II, page 159, qu'un extrait de cette lettre de Chapelain à Heinsius. 



368 correspone/ance. 1661. 



N= 909. 

R. MoRAY à Christiaan Huygens. 

19 OCTOBRE 1661. 

La lettre se trouve à Leiden , coll. Huygens. 
Chr. Huygens y répondit par le No. 916. 

A Whitehall ce 9. d'Oftobre 1661. 

Monsieur 

Les 3 liures ') que vous m'auez envoyez, m'eftoyent rendus, il y a 3. iours. Je 
vous en rends grâces. J'en auois auparauant trouué quelques copies d'une autre 
impreffîon in Oélauo -). et ainfi j'ay diftribué les voftres à Monfieur le Mylord 
Brunker, a Monfieur Boyle, & à Monfieur le Cheualier Neile. Sur ce que vous me 
dites dans voftre dernière du 30 Septembre 3) J'ay plufieurs chofes a refpondre. lors 
que Monfieur Digby nous prefenta la lettre de Monfieur Frenicle Monfieur Wren, 
(qui eft maintenant fait Dofteur en droit ^^ ,) efl:oit prefent. Et entre autres chofes 
qui eflioyent dites , des uns et des autres , touchant fes apprehenfions de la figure , 
et du mouuement de Saturne , Monfieur Wren auouâ , ce que Monfieur Neile 
auoit dit de luy en fa prefence ; qu'il auoit eu la mefrae penfee de la figure de |} , il 
y a 5. ou 6. ans , mais qu'auflî toft qu'il auoit veu voflire fyfl:eme de ce planète , il 
quitta tout a fait cette penfee là, et embrafl^a les voftres comme eftant beaucoup 
plus raifonables , et conforms tant aux apparences, qu'aux autres fyfl:emes celeftes, 
qui font maintenant receus par tous les fçauans. fur quoy Monfieur Digby l'ayant 
prié de luy faire voir quelque cbofe qu'il auoit efcrit, des ce temps là, de I5, qu'il 
difioit auoir encore conferué parmy fes papiers, il l'a mis entre les mains de 
Monfieur Neile, n'y ayant qu'une fueille de papier, et J'en doibs enuoyer une 
copie s) a Monfieur Digby ; (qui efl: party depuis deux iours , à ce qu'on me dit , 
pour Paris , auec Monfieur 1' Ambafl"adeur de France *) , quoy que fans le confen- 
tement de Monfieur le Doftor Wren. Monfieur Digby le monftrera fans doubte 
à Monfieur Frenicle , qui verra par là qu'il n'a pas efl:é le premier qui a fongé a 
cette figure de l'anneau de jj. qu'il s'eft imaginé, au refte Je ne doubte plus que 
Monfieur Frenicle ne foyt bientoft d'une autre opinion en cela , comme aux au- 
tres particularitez dont fon fentiment a efté différent du voftre quand il aura veu 



') Ce sont trois exemplaires de la „Brevis Assertio"; voir la Lettre N°. 864. 
-') Moray parle ici de l'édition de la „Brevis Assertio" publiée à Florence. Consultez la Lettre 
N°.833. 

3) Nous n'avons point trouvé cette lettre dans nos collections. 

4) Wren avait été créé Doctor of Civil Law le 12 septembre 1661. 

5) Moray envoya une autre copie à Huygens le 23 décembre 1661. 
'') Le comte d'Estrades. Voir la Lettre N°. 907 , note 3, 



CORRESPONDANCE. ï66l. 369 



ce que vous auez efcrit a Monfieur Chapelain, entendu ce que les autres en difent , 
et mieux penfé à la chofe. Quant a la proportion de l'Anneau , au globe de "l^. il 
eft fans contredit , que les meilleurs Telefcopes la rendront toufiours plus grande , 
comme vous dites. 

Je ne doubte point que vous n'ayiez maintenant receu les Hures que Monfieur 
le Chevalier Swan vous apporte. Je vous enuoyeray par le moyen du secrétaire^) 
de l'ArabafTadeur d'Hollande ou bien par celuy de Monfieur Odijk ^) le Chy- 
mifte Sceptique 9) de Monfieur Boyle qui eft une des plus iollie , et des plus har- 
dies pièces qu'il a encore publiées. Si vous voulez Je vous enuoyeray aufll une 
autre pièce '°) qu'il a publié depuis peu, touchant le ftile de la Sainte Efcriture. 

Je feray fcauoir a Monfieur Boile ce que vous dites de fon prefent. Je fi-iis rauy 
que vous ayiez fait une Machine comme la fienne. Nous nous fommes propofé de 
reformer un peu celle qu'il a donné a la Société principalement en ce qui touche 
l'exclufion de l'Air du Cylindre. Mais puifque vous eftes après la conftrudion 
d'une a vofl:re mode. Je crois que nous difererons la reformation de la noftre iuf- 
qu'a ce que vous aurez fait la vofi:re. C'eft pour quoy vous nous deuez faire fca- 
uoir tout ce qui touche la façon de celle que vous allez faire. 

Monfieur Oldenbourg a leu voftre lettre. My lord Brunker et Monfieur Neile 
vous baifent les mains. Monfieur Boyle eft a prefent a 'Oxford, ou Je crois qu'il 
trauaille a quelque refponce ") a Monfieur Hobbes '") qui eft mal traitté de tous 
coftez. Je ne fçay fi Je vous a dit dans quelquune de mes précédentes qu'après que 
Mylord Brunker luy auoit demonftre fon paralogifme, il efcriuitune lettre a Mon- 
fieur Bennet '^^ (qu'il auoit auparauant employé pour prenfer '*) fa propofition 



') Van Hills. Voir la Lettre N°. 855 , note 2. 

^) Willem Adrianus van Nassau, second fils de Lodewijk van Nassau et d'Elisabeth, comtesse 
de Hornes: il était seis;neur d'Odijk. Il accompagna son père en Angleterre. 

'■') L'ouvrage cité dans la Lettre N°. 886, note 6. 

^°) La traduction latine fut publiée plus tard sous le titre: 

Cogitationes de S. Scriptvrae Stylo. Ab Honoratiflîmo Roberto Boyle, Nobili Anglo, 
& Societatis Regiae Membre digniflimo. Genevae Apud Samuelem de Tournes m.dc.lxxx 
in-4°. 

") An examination of Mr. T. Hobbes his Dialogus Phyficus de Natura Aeris. As far as it con- 
cerns Mr. R. Boyle's Book of New Experiments touching the Spring of the Air, &c. With 
an Appendix touching Mr. Hobbe's Doélrine of Fluidity and Firmness. By the Author ot 
thofe Experiments. London. Printed by E. G. for Thomas Robinfon. Bookfeller in 
Oxon. 1662. in-4°. 

") Sur Hobbes, Dialogus Physicus, voir la Lettre N°. 884, note 5. 

'3) Henry Bennet, comte d'Arlington , second fils de l'avocat Sir John Bennet et de Dorothy 
Croft, naquit à Harlington (Middllesex) en 1618 et mourut le 28 juillet i685àEuston 
(Suffolk). Il était diplomate, devint Keeper of the private purfe, manager of the royal mis- 
tresses et secrétaire d'état. 

'+) Lisez: préfenter. 

Œuvres. T. III. 47 



370 CORRESPONDANCE. 1661. 



au Roy) dans laquelle il luy auoua qu'il feftoit apperceu de fon erreur bientoft 
après qu'il luy auoit enuoyé fon papier; mais le bonne homme y a perdu une partie 
du peu de la réputation qui luy reftoit à la Cour. Vous voyez que Je vous efcris de 
longues lettres, qui ne fignifîe que bien peu, et fans apologie, mais c'eft parceque 
Je fcay que vous auez de lamitie pour 

Monsieur 

Vollre trefhumble et trefobeifTant feruiteur 

R. MORAY. 

J'ay enuoyé Le Chymifte Sceptique au Secrétaire de Meflîeurs les Ambaffà- 
deurs d'Hollande qui a entrepris de vous le faire tenir. 

A Monfieur 

Monfieur Christian Hugens de Zulichem. 

XII. A la Haye. 

N= 910. 

Christiaan Huygens à Constantyn Huygens, frère. 
22 octobre 1661. 

La lettre et la copie se troiivenl à Leiden^ coll. Huygens. 

Hage den a a Oétober 1661. 
Ick laet VE weten mids defen datje te Bruijloft genoijt bent tôt Ryckarts ') tegen 
toekomende donderdagh dat is op den aden dagh mette jonghe luy. daer fuUen wefen 
JufFrouvvr van der NilTe^), Tibaut^) Bartelotti^) en veel andere uytgelefene, daer- 
om eer dat je 't daer klaer maeckc foo komt en fiet of er onder defe niet en is dat 
je beter aen ftaet. De pomp en gaet noch niet. de buijs w^as fo ongelijck van wijdte 
dat men geen of weynich lucht uyt de fles koft Virerken. Het is nu wreer 4 dagen 



') A propos du mariage de Margaretha Ryckaert et d'Adriaan Pauw, le 26 octobre 1661 ; con- 
sultez la Lettre N°. 820, note 14. 

°) La famille noble van der Nisse demeurait à Goes , en Zélande. 

3) Probablement une fille du bourgmestre de Middelbourg, Hendrik Thibaut, et de Maria van 
Gogh ; elle avait deux frères : 

a) Jean Thibault, qui épousa Mademoiselle Bartelotti. 

b~) Christiaan Thibault, qui épousa Constantia Bartelotti. Il était membre du Conseil et 
secrétaire à Middelbourg. 

''') Les demoiselles Bartelotti, des notes précédentes, étaient les filles de Guillelmo Bartelotti, 
un des plus riches marchands d'Amsterdam , et de Jacoba van Erp. Elles eurent un frère : 
W. Bartelotti van den Heuvell (voir la Lettre N°. 829, note 5). 



CORRESPONDANCE. 1661. 37 1 



dat den inftrument maecker die onderhanden heeft, maer cm dat fijnbroerge- 
ftorven is, foo kan ick niet van hem gedaen krijgen , noch feluer hem oyt r.' huijs 
vinden. 

Ick heb a brieven van Pater gehadt s), den eerften van Bruffel *) den anderen 
van Mons van den 15. foo dat hij nu al een dagh of 2 te Parijs^) moet geweeil: fijn. 
Hier mede &c. 

MiJN Heer 

MijN Heer van Zeelhem, ten huijfe van de 

Ht. ontfanger Zuerius 

Tôt 

s' Hertogen Bofch. 



N= 911. 

J. Chapelain à [Christiaan Huygens]. 

22 OCTOBRE 1661. 

La lettre se trouve à Leiden, coll. Huygens. 

De Paris ce 22. Oftobre 1661. 
Monsieur 

je VOUS efcriuis il y a trois jours ^) fort amplement par l'occafion du paquet de 
Monfieur de Thou a Madame fa Femme , et je ne doute point que la lettre ne vous 
ait efté rendue. Il y en auoit vne auec la voftre pour Monfieur Heinfius et je vous 
priois de faire quil la puft receuoir feurement. Vous nous aymés trop tous deux 
pour n'auoir pas pris ce foin la et j'en efpere la refponfe par voftre voye fi ce neft 
qu'il prenne celle de Monfieur de Thou , comme il me le mandoit quand il partit. 
C'eft vne chofe eftrange que ni moy ni aucun de fes autres Amis de deçà n'ayons 
eu aucune nouuelle de luy depuis, la plufpart murmurent de fon filence furtout 
ceux qui luy auoient enuoye par mes foins des fecours pour l'Edition de fon Ouide 



3) Ces deux lettres manquent dans nos collections. 

't) Constantyn Huygens, père, était à Bruxelles le 13 octobre et à Mons le 15 octobre 

[Dagboek]. 
5) Le 21 octobre Constantyn Huygens, père, arriva à Paris [Dagboeli]. 



') C'est la Lettre N°. 908. 



372 CORRESPONDANCE. 1661. 



auec beaucoup de couft et de trauail. Pour moy je ne me plains point de luy , je le 
plains feulement de fon eloignement dans la crainte que ce climat la ne foit fatal a 
la vie et qu'il ne fe taife que par ce qu'il n'eft pas en ellat de parler. 

Quant à ce qui vous regarde j'ay obtenu de Monfieur de Thou quil vouluft bien 
faire mettre auec fa toilette le paquet *) de Hures que vous receures auec cel- 
lecy. Il y a deux Exemplaires de celuy de Monfieur Huet s), Ivn pour vous et 
l'autre pour Monfieur Voffius que l'Autheur vous prie d'auoir agréable. Si vous 
l'en remerciés tous deux par quelque voye d'Ami je penfe qu'il en fera digne. 
Vous y trouueres encor vn nouueau Hure Italien pour la fabrique des Telefcopes'^) 
que Monfieur Theuenot a fait venir de Boulogne pour vous. Cefl: celuy dont je 
vous parlois dans ma dernière et qui eftant de vos matières ne peut que vous plaire 
quand ce ne feroit quen vous faifant lauantage que vous aués en ce genre fur 
les plus eftimes dentre eux. Jl femble par le portrait de De Diuîms que j'y ay veu 
que l'Autheur ait fait cet ouurage pour en authorifer lart. Vous le verres et exami- 
neres et vous nous en manderés vofi:re fentiment furtout a Monfieur Theuenot 
lorfque vous luy en rendrés grâce. Il le mérite fans douce par ce foin obligeant et 
par l'eftime et l'amitié qu'il a pour vous. Je nay pu fcauoir pourquoy il ne m'a pas 
cnuoye les Obferuations de Monfieur Frenicle fur vofi:re Saturne. Je le verray la 
deiïlis , et cela fe fera vne autre fois. Vous trouueres auec ce mot cy vne lettre ^^ 
latine de Monfieur de Neuré quil ma prie inftamment de vous enuoyer. Elle vous 
expliquera ce quil fouhaite de voflre courtoifie : c'efl vn des principaux difciples 
de Monfieur GafTendi grand Mathématicien et grand Philofbphe, mon Ami et 
voflre feruiteur. Je fuis 

Monsieur 



Le Voftre trefliumble et trefobeiffant 
Chapelain. 



-) Vers la mi-décembre. Chapelain fit retirer ce paquet chez de Thou , pour l'envoyer par l'en- 
tremise de J. de Wicquefort. Consultez la Lettre N°. 930. 
3) Voir sur cet ouvrage la Lettre N°. 908 , note i . 

'^) Consultez sur cet ouvrage , de C. A. Mancini, la Lettre N°. 774, note 9. 
5) Voir l'Appendice II, N°. 914. 



CORRESPONDANCE. 1661. 373 



N= 912. 

J. Chapelain à [Christiaan Huygens]. 
Appendice I au No. 911. 

23 OCTOBRE [1661.J 

La pièce se trouve à Leiden, coll. Huygens. 

23. Oftobre. 

Quand ie vous ay efcrit cette lettre je penfois que ces Obferuations de Monfieui* 
Frenicle fufTent encore a enuo^^er Mais ayant veu aprefdifne Monfieur Theuenot 
qui m'a dit quelles vous auoient elle enuoyees ') il y a cinq ou fix feraaines par la 
porte et quil craignoit faute de refponfe que vous ne les euffiés point receues. 11 m'a 
dit auffi quon luy auoit mande que Monfieur voftre Père pourroit bien venir icy 
pour Orange et vous par confequent ce qui m'a donne vue extreme.joye de lefpe- 
rance feulement 



N= 913. 

M. A. Nel'raeus ') h Christiaan Huygens. 

4 AOiÎT 1661. 

Appendice II au No. 9x1. 

La lettre se trouve à Leîden., coll. Hiiygciis. 

Eximio praecellentique Viro Christiano Hugenio à Zvilcum 
Marcus Antonius Neuraeus s. P. D. 

Meine memineris aut faltem nominis mei vix fperare aufim Vir praeclariffime : 
Parifijs enim cum non ita pridera verfabaris identidem obuiam habuifti tantùm 
quem jndiuiduum afieclam experiri poteras meo fi mihi per forenfes Rabulas vti 



') Voir l'Appendice N°. 901. 



'") Lawrence Mesme, fils d'un gargotier de Londres, entra à Bordeaux dans l'ordre des Char- 
treux; ayant quitté le froc, il s'enfuit aux environs de Paris, et se déguisa en prenant le nom 
de Michel Neuré, quelquefois celui de Marcus Antonius jSîeuraeus. Protégé par Gassendi, 
il devint en 1642 précepteur des enfants de l'intendant de CLampigny, puis de ceux du 
comte de Longuevi'le, qui lui alloua une pension considérable. C'était un savant univer- 
sel, mais très satirique, de sorte qu'il s'aliéna ses meilleurs amis et protecteurs. 11 mourut 
à Paris en 1677. 



374 CORRESPONDANCE. 1661. 



licuifTet ingénie. Heu quocies , fed fruftra , optaui te parue Lare humilique cugurio 
excipere teque de Magnatum iplendidis aedibus ad agreftem cafam deducere, que 
te celé tue interdum redderera , puraque Sydera propinarem ! Illeic multa tecum 
de tuis circa celeftia obfervatis: non qualia fane audire folebas in colloquijs tet 
fulgentium jngeniorum a quibus diligentia colebaris. Mis enim in rébus quarum fata- 
gebant quam fit neftra curtior fupellex et agnefco et fateor. Tamen nennulla forte 
excidiiïent quae forte etiam non prorfus afpernanda pro candore tue cenfuiiïes. Sed 
enim cum plura fint jam tibi ebijci coepta quae femper te magne contemptu parui 
penfurum reputaui praefertim quifquilias illas aut ijs fimiles quae adverfus tua Sa- 
turni phaenomena prodiere : quafue fie exfpeftaui vt non paucis ante menfibus jn- 
clyto Capellano ^) futuras praedixerim s), et nauci faciendas; nihilominus hoc 
vnum femper in vêtis fuit vt mirabilium tuorum folus tandem fpeftater efl"e define- 
res Et veri a te reperti oculatos etiam teftes adornares Et fie fidem erganerum 
tuorum compluribus dubiam liberares. quod tandem alTequi fi tibi pronum efle 
cupias , nil tibi potieri curae eiïe cenfeo quam vt caueas ne quod ipfe fumraa jnduf- 
triae laude, miraque laboris felicitate opérande concinnafti coeteris, vfitato jn- 
ventorum more, inuidere videaris, jmmo patiaris quamplurimis efi"e commune; 
faltem ijs quibus cordi efi:, fpretis vulgi erroribus arcana rerum afpeftabilium nulle 
alio quam veritatis apifcendae fludio rimari. Quorum in albo efTe me cum fentiam 
haud cunftanter quidem pronuncio; eoque nomine te adiré non vereer , vt fi qua 
poflls vefi:igijs tuis infiftendi cupidum et autheritati tuae pro virili fuffragaturum 
juuare , ne detredtes. 

Itaque cum heic nemo habeat quod obtreftatoribus obferuatienum tuarum eb- 
tendere pofllt, ijs praefertim qui fe magis fenfuum experimentis quam rationum 
penderibus duci profitentur, haftenus prope jnnumera adhibita funt organa, quibus 
incredulitatem eerum tandem reuincere fpes fuerat. Sed incafTum , cum nulla rem 
vt ipfe refers eculis ne perfpicacifllmorum quidem adumbrare valuerint , quae cum 
artificum nofl:rorum foli jmperitiae tribuerem , ad te vnum tanti artificij facile prin- 
cipem confugiendum efle decreui ; qui rogatus erganum fue fimillimum flagitan- 
tibus fuppeditaret Amicis , nullifque fumptibus parcituris. Te igitur Vir praeftan- 
tifllme etiam atque etiam roge vt fi tibi fuppetant ejufmodi nitoris et fidei optica 
vitra , aut opificum vefl:rorum ofiicinis prellent venalia. precio ea nobis addicere 
ne recufes. jme fi meliora etiam fieri contigerit ne inuideas. vt petius ab Hel- 
landia vnde prius hoc artis miraculum ad alias gentes emanauit quam ab Jtalia huic 
vltimam a fe manum additam jaftare folita, eximium comparafTe vobis nebifque 
gloriae fit. Pecunia quam ipfe indixeris ad diem fumma fide reprefentabitur eaque 
lege vt mercatori , fi ita vifum fuerit , ante numeretur quam merx pênes ipfum aut 
fues elTe defierit ; quae fyncera tuoque deleftu probata tum demum reputabitur , fi 



°) J. Chapelain. 

3) Voir l'Appendice III, N°. 914, 



CORRESPONDANCE. 1661. 375 



tuo munira figillo apparuerit ad nofque illibata peruenerit. Nofti enim quam 
forniidolofa fit in his tam propolarum quam geruloram diligentia. Tua autem fi 
nobis igitur taie organimi confequi liceat fcito quamplurimos te hoc ofiicio opti- 
mae notae vires haud m.ediocri cum gloria aeternum tibi efle deuindlurura. Vale. 
Bilencurij apud Parifios pridie Non. Textiles cioioclxi. 

A Monfieur Monfieur Christianus Huggens 



A la Haye. 



N= 914. 

M. A. Neuraeus à J. Chapelain. 

15 MAI 1660. 

Appendice III au No. 911. 

La lett.e se trouve à Leiden, coll. Hiiygens. 

Inclyto Capellano Neuraeus S. P. D. 

Eorum nemo eft Vir Sapientifiime, quibus caelefl:ia curae fi.int, qui tibi immor- 
tales non habiturus fit gratias; vbi cognouerit tuo potiflimum hortatu nunc eflfe 
retefta, quae in Caelo haétenus ita latebant miracula, vt vel Aflronomorum peritiffi- 
mis vix humanae veftigationi peruia crederentur. Tibi autem immcnfas referre fi 
cuipiam Mortalium conandum fit , mihi quidem imprimis id vni incumbere fine 
piaculo diflimulare non polRim : cum hoc ipfi.im tibi debeam. Saltem nomine 
Amici nofl:ri m MazoLpira Gaffèndi. Quicum fibi non fatis aeui fiiperefie lentiret , 
nobis omnibus qui fiii eramus , et praecipue tibi , velut luprema dabat mandata , 
vt quia igitur ob vitae angufl:iam fibi negatum effet eam abfoluere, quam Galileus 
tam aufpicato inchoauerat phaenomenôn Saturnalium theoriam , promouerat ipfe , 
hanc aut nos ipfî quoque perfequeremur , aut id praefl:arent alii , indefeflis follicita- 
tionibus authores efiemus. Quod vero tibi omnium primo féliciter et quafi pro voto 
cefl^erit non gratulor magis quam laetor; fed maxime te talem naétum efl!e virum, 
qui quo vocabas vitro contendebat , quique tuum tandem prono fie impetu rtudium 
anteuertifie videtur , vt nihil nifi currenti calcar addidifl^e videri quoque poflls , fed 
tanta oportunitate quidem vt fi:udium quod non nifi longo plurimorum annorum 
curriculo emenfurus erat, intra paucifllmos tamen confecerit, et ad ejus nouifll- 
mam vfque metam peruenifie longe pluribus fpeciem dederit aut fidem. 

At non omnibus tamen , vt audio , vtque ipfe vides ex nuper ad te fcripta ejus 
epifi:ola, in qua exceptum alterius docet quam multi jam fint, qui belia parent ad- 
uerfus nouum ejus illud Syfl:hema, quae quidem femper expeétare debuit recorda- 



37^ CORRESPONDANCE. 1661. 



tus qnam magna olim et afpera fuftinuerit primiis earum reriim fpeculator et nnn- 
tius Galilaeus. Cui cum haec primaria laus nuUis inuidiae nec viribus, nec artibus 
aufferri poflet, libertas vitaque ipfa pêne ademptae funt , adeo formidolofum erat 
huic lagaci Pronietheo fie e Caelo noues in terras deduxifîè ignés. Sed a tuo procul 
ifl:a funt pericula Eugenio'), Homini apud liberum Populum nato , vbi nimirum 
liuor et fi.iperl^itio libère philolbphancibus non obfirepunt. Vnum illi tamen haud 
cunétanter fufpicarer efîe adhuc metuendum , ne videlicet quemadmodum aliis ira- 
poiuifTe dioptrica organa caufatus eft, quod haftenus fuerint minus acurata, fie 
aliquando fuis praefi:antiora euincant ipfum quoque rem acu necdum tetigifîe. Ve- 
rumtamen fi quid taie etiam contingeret, conilaretque tandem penitus cum non 
eïïe afl"equutum omnia quae lufl:rari ac perfpici liquidius in pofi:erum queant, Nemi- 
nem fane tam obnoxii animi quandoque fore arbitrer qui eximium adeo conatum 
vitilitigaturus fit, longe tamen plures emicaturos mihi facile perfuadeo qui hanc illi 
palmam vt debitam fibi dctrahere conabuntur, dum fe multo ante illum obferuafTe 
illa quae retulit vel jurejurando affirmabunt, eademque fe efferre noluiïïè quod 
nondum efl"ent ab omni hallucinatione vacua, exfpeftafîè vero donec fibi forent ex 
affe perfpicua , foleque ipfo clariora , qualia fe tune exhibere profitebuntur. Tune 
in lucem erumpent noua et ingentia volumina, quibus tantumdem Eugeniano 
detrahi eorum tumidi cupient Authores, quantum aut mole, aut titulorum majeftate 
eum thiorematum =) problematum lemmatum ac fchematum farragine fuperabunt. 

Heine profefto nec illud poftremum eft, quod in edito Eugenii .Syfthemate 
maxime probb , plurimique facio , modico fcilicet fuilTe libelle cenclufum ; multi- 
plicibufque illis figurarum tricis carere , quae , vt plurimum , ad artificis efl:entatio- 
nem verius quam ad arcis demenfl:rationem fêlent adornari, nec etiam parum laudo 
quod obferuatus circulus ille vt immortalitatis cerona Principum nulli ambitiofa 
nuncupatione dicatus fit, vt nec lunula vllo mortaliimi nomine indigitata, haec 
enim friuola cum nihil ad rem faciant, ipfi tamen ac fi indigeret pefl^unt videri 
expetita patrocinia mendicafl^e; tum fi aliter fe habere temporum lapfu aut organo- 
rum emendatione patefiat , mirura eft quantum fit vana haec ambitie cauillatienibus 
anfara praebitura. 

At felicibus aufpiciis caeptum hoc negetium longe feliciore fuccefiii augurer in 
dies progrefli:rum , nuUofque deinceps futures melioris notae Aftronomos, qui 
Saturnum talem non reperiant et agnefcant, qualis ab Eugénie inuentus nuper 
defcribitur : qui obferuationis ab eodem traditae excogitatas et vfurpatas méthodes 
non laudent ac fequantur, qui opticas rationes quibus ejufdem fideris motus et 
eorum quae circumvoluuntur ipfi afieritur , non admittant et ampledlantur ; tum 
fi quid in iis exponendis obfcurius aut intricatius exciderit fummo ac fincero fliudio 



') Neuré désigne ici Clir. Hiiygens. 
°) Lisez : cheorematum. 



CORRESPONDANCE. 1661. 377 



elucidare fimul ac enodare non geftianc. Sed enim non ignoro quam plurimos fem- 
per efle quos non aemulationis modo, fed obftreftationis 3) affeftus tranfuerfos agac, 
quique non alia ratione fe intelligere ea quae legunt probare pofle arbitrantur , 
quam carpendo vel illa quae non intelligunt ; verum quem admodum illi non nifi 
cum laruis pugnare foliti hortile femper aliquid fpirare folent, quodmagnoperequi- 
dem non fit metuendum , fie nihil non amicum ab iis quoque fperandum efl: qui fe 
candidius ambigere candide proficentur. Etfi quid aduerfiis aliéna opéra moliri 
parant folo fe veritatis, quam quaerunt, amore, fatis fuperque duci ofliendunt, cum 
dubitationum fuarum fcrupulos , quos excutere quo modocumque nituntur , inge- 
nuis ac modefl:is objeélionum quaefl:ionibus proponunt. 

In eorum vero cenfu me pofitum quamuis tacerem te vitro tertaturum facile mihi 
pollicerer, cum te faepius expertum latere non poflît quo animo de rébus ejufmodi 
foleamus difputare. Itaque fi alicubi me quoque in tam praeclara obferuationum 
hifloria non nihil haefitaïïe jnnuerem, nolim fl:atim videri locos vllos fugillare 
velle, ac fi aliqua aut ambage aut obfcuritate laborarent; mihi namque pofllmt effe 
quidem perplexi et falebrofi aliis vero expediti omnimodcque plani, quod ne aequi- 
dem aegre admodum ferre fatis mihi confcius fum : qui me deflitutum videam non 
ingenii fagacitate modo fed iis etiam adminiculis quorum ope omnis ea res clara et 
aperta elfe pofllt vel oculos tantum habentibus. non enim alia telefcopia nobis funt 
quam modica; aut a modicis perquam modice difcrepantia. Tum fi mihi velim 
comparare optima illa, et quibus vtitur Eugenius fimilia, qua ratione id faciam 
nec habeo, et ne quidem me habere pofi"e fatis confido. Cum vt jnnuere iple videtur, 
nulli haftenus praeter ipfum artifices extitere qui elaborare talia valuerint et forte 
vt ego metuo nulli futuri funt qui valeant , nifi quo padlo nianus operae fit admo- 
uenda ipfe clarius edoceat. Porro cum non pauca jam nec obfcura folertiae fingu- 
laris dederit fpecimina , quibus quantus fit in mechanicis nulli non appareat , nulli 
quoque dubitandum efie reor, quin plurimum in condendis dioptricis profecerit, 
non nullaque tantae perfeflionis etiam confl:ruxerit quantae nec antea fieri potue- 
rint, quorum auxilio , quidquid igitur vidit , dico illum perquam optime vidifie ; vt 
et optime quoque icripfifl^e; quidquid tandem percepit, dico infuper non pauca 
etiam demonfi:rafl"e , omnia taraen figillatim non vfque adeo penetrafle vt longe 
plura non fuperfint inobferuata futuris faeculis obferuanda, exigui momenti qui- 
dem , fi cum fuis non fint pugnatura. 

Conftantiffimum autem nec non fempiternum ipero fore quid quid de Saturnia 
Lunula promulgauit , tantam enim diligentiam inuefligandis ejus motibus , tantam 
ày.pifisia,v in allruenda eorumdem theoria adhibuit , ut quorfum de ipia non idem 
ac de Jouialibus , efle pofiît judicium , non videam. Verumtamen cum lente adeo 
fuam Saturnus abfoluat periodum huic vt obleruandae hominis jam obferuationibus 



3) Lisez: obtreftationis. 
Œuvres. T. III. 



3/8 CORRESPONDANCE. 1661. 



maturi, aéras reliqna vix fufficiat, fufpicioni lociis efTe poteft, in illo Lunulae motu 
plurima latere, et quidem variationibus obnoxia; quae non nifi longiffimo tem- 
poris et annorum traélii definiri valeant. Quod fane intelligendura eft non magis 
de ejus circonuolutionum tcmpore , qnam de orbitae fitu , excentricitate , inclina- 
tione , incerfeftione , deflexione &c. 

Circulum vero quod attinet cum ejus tota et certa confideratio ex perfpicilioriim 
dioptrica virtute ac praeftantia pendeat dico iterum , talia Eugenium elaborafle , 
quae cunftis aliis magno quidem perfpicuitatis momento praeponderent, fupremo 
tamen atque infuperabili nemo dixerit , nifi qui velit fimul exhaufl:as humanae fo- 
lertiae vires in vno Eugenii vitro affirmare , fterilemque adeo ipfani reputare Natu- 
ram, vt nihil vitra fuppeditare poffit, cui non femper vitri materia praepolleat. 
Secus vero fi fentire fas eft fpcrare quoque , nec erit forte incongruum , adeo lyn- 
cea ejufmodi fubfidia efle quandoquc proditura , vt eorum ope humanus oculus ab 
illa quae nunc laborat, hallucination e liber penitus euadat eaque acutiflîme dif- 
tinftiflimeque tandem percipiat . quae non nifi confufo nunc obtutu , et ambigua 
luilratione fpeculatur, Et forfitan ille tune circulas alius atque alius videri pote- 
rit, nec vfquaque ■*) qualis ab Eugenio vifus creditus atque demonfl:ratus eft, quae 
quidem cum mihi verofimillima videantur, nil tamen prohibet quin praeconcep- 
tae mihi illo de circulo opinioni femper infiftam , priorifque fententiae tanquam 
fecurus eumdem fperem fimilem perpetuo appariturum fibi , et qualem fe Eugenio 
reprefentandum exhibuit. Vnum dumtaxat maxime optarem; in eo craflltudinem 
obferuari potuiflè aliquanto ampliorem vt peculiari cuidam conjedturae, quae 
menti meae obuerfatur faceret quomodocunque fatis. 

Cura enim aliquando mecum reputarem quid tandem hoc velut in Natura por- 
tenrum efle pofl^et, in memoriam venit quam diu, crebroque miratus quondam fue- 
ram , qui fieri pofl~et , et quibus Naturae viribus adjutus fol ex adeo immani diftan- 
tia Saturnum fie illufl:raret, vt reuibrata inde lux ad nos vfque végéta, vt apparet, 
perueniret. Quibus etiam fubfidiis Globus ille quem neque noftro huic abfimilem , 
neque errantibus aliis, femper duxi, tanta mole preditus , tam procul ab ipfo lu- 
minis fonte remotus, ac velut in confinio folarium radiorum exulans, ex luce tamen 
perfunderetur quae ipfi ejufque incolis fufficeret , et quae forte illa nihilo debilior 
efl"et , qua noftram heic tellurem, fed et propiora foli corpora tam valide afflari con- 
fpicimus. Libentifljme quidem admittebam in ipfius immenfae Naturae penetrali- 
bus, concinnum illud inane quo Mundi vaftiffima profunditas diftentitur, vt in 
liberis et vacuis ejufmodi receflibus liberrime commeare pofllt vnica illa lucis ma- 
teria quae in ipfis ita manifefl:o difFunditur vt nihil hominura oculis euidentius efl"e 
poflit , nam de illa fubtili , et ideo commentitia, quia fola mente percipitur , num- 
quam adeo follicitus fui, aut laboraui , cum abfque illius figmento fatis mihi femper 



"*) Lisez: ufquequaque. 



CORRESPONDANCE. 1661. 379 



videre vifus fum quo pafto circumpofira Solari MdSpio corpora in defecatiffi s^ 
illo fufpenfu vacuo agitarencur aut impellerentiir, foloque Imninis adflatu, ceu 
quodam verbere in gi'rum fie raperentur, vr quae Soli affiduafe vertigine rotanti 
viciniora elTent, confercioribufque proinde impafta radiis concitatius torquerentur, 
quae remotiora vero tanto fegnius ac languidius , quanto fcilicec a rariffimis et im- 
becillioribus quaterentur. Cum que haec omnia mihi quidem non maie congruere 
viderentur, liqueretque fatis horum mobilium corporum periodus celeres ac lentas 
fore, pro vt alia cominus, eminus alia Solares radii percellerent ac corriperent. In eo 
folo haerebam femper, quod remotiflima videbantur mihi non nifi fatifcenti luce ac 
praemortuo veluti calore exiliter adfricari aut perilringi , in illifque proinde cunfta 
vigere , torpere , cunéla caligare , nihil efTe apricum, nihil vegetum, plurimaque aut 
opacis aut inertibus tenebris obruta aut malignae tantum et ambiguae luci obnoxia, 
quae mihi profeéto cum non fine ingenti, aduerfi.is prouidam Naturae prouidentiam, 
contumelia dici aut cogitari viderentur, ecce per opportune tandem fuccurrit ambi- 
genti Eugenii tui mirabilis in Saturno circulus, quem velim itaque ex ingenio Na- 
turae Saturnio fie eiïe circumduélum orbi vt quaecurnque ipfi deefi^e ob nimiam Solis 
dirtantiam paulo ante querebamur vberrime fuppleret et copiofiffime refunderet; 
nam ex ejufdem acuratiffimo typo , quem Eugenius adeo luculenter expreffit fi.ibiit 
illic concretum aliquid fi.ifpicari, non quidem vaporum aut exhalationum identidem 
diffluentium ac euanefcentium vt Robervallio placuit, fed alterius cujufdam mate- 
riae confiantioris quae jam pridem induruit, ac veluti noftrati chriftallo aut vitro 
analoga, idem prorlus apud Saturnum efficiat quod hic apud nos ifta facere obuia 
paffim et vulgo nota expérimenta vocent. Sicut enim incuruae, conuexaeque 
Chryftalli aut vitri objedta, varicantes Solis radii, fparfique hinc et inde ita denfe 
colliguntur, vt quô loci vna redufti concurrunt , eo lux et calor intenfiffime vige- 
ant, feruoreque tanto inualefcant, vt exacfiiuans fulgor non raro ad incendium 
vfque prorumpat, nifi fubinde loco moueatur, fie fieri pofl"e quoque cogitabam, vt 
glacialis ille fine chryfl:allinus circulus qui médium Saturni orbem tanquam cingu- 
lum abitu fuo compleftitur , pencilis tamen , fornicifiie in modum circumflexus , a 
Natura ita comparatus effet, vt pellucidorum ritii incidentes feque ipfum péné- 
trantes folis radios refringendo congregaret , exiles , raros , palantes ac diffitos co- 
gendo roboraret, eofque hoc modo confiiipatos , confertos ac denique validiflîmos 
in fibi fubjeftam Zonam efFunderet: quae quidem faéta inde lucidior, callidiorque, 
torrida illeic cenleri poffit noftrarum mediae confimiles , et quam fie aemuletur , vt 
quemadmodum flagrans haec in noftro, fie illa in Saturni globo caeteras difcriminet 
pofituque ac temperamento diflbciet, denique fiao interjeélu fingulas ita diftinguat 
vt quae illi heinc et inde citimae lunt temperatis noftris refpondeant, frigidis vero 
ac rigentibus-quae procul extimae ac vltimae recefi^erunt, quid porro vetat in rerao- 



5) Lisez: defecatiflimo. 



380 CORRESPONDANCE. 1661. 



tis aliis fimile quid fimilicer etiam furpicari; idque ex obferuatis in iifdem taeniis 
quae fruftra illeic eiïe credibile non eft, nam quidquid in Saturno circulus ille 
quidquid in aliis illae fafciae eïïe poïïlinc , parum eft oculis noftris objjci tandem 
illa omnia potuifTe nifi aliquando eorumdem quoque vfus et officia mente faltem in- 
tueri ac percipere concedatur. 

Et haec iunt, vir praeftantiffime, quae circa illuni amici tui circulum , forte fom- 
niando , phyfice tantum meditabar, multa quidem fuppeterent Aftronomice quoque 
dicenda, fi vacaret, eaque anguftis epiftolae cancellis ac limitibus circumfcribere 
liceret, dicam folinn optaflTe me vt ab adeo fcriipulofis Aftrorum dimentionibus 
abftinuiflet Eugenius, alioqui operam vbicumque locauerit nunquam lufurus, etenim 
vereor ne vtcumque lufifle nonnullis videri poffit , cum tantam impenderit circa 
rem adeo incertam , et quam nemo forte quibufiais laboribus fafturus fit aliquando 
certiorem; et fapientioribus enim philofophis immenfus fruftra ftatueretur Mundus, 
fi vel ipfum totum vel ingentifllmas eius partes ad menfuram reuocare liceret, /z^ror 
e/?, inquit notus Auchor, menfuram ejus animo quofdam agitajj'e atque prodere 
aufos, minufne infanire crederet aulbs etiam aliquid de partium ejus et magnitudi- 
nibus et interftitiis decernere? viderint illi qui audent, viderit ipfe Eugenius qui 
in affignandis fydereorum corporum amplitudinibus, eorumque inter fe diftantiis 
apparet haud multo minus quam caeteri anxius , et nefcio an femper et vbique fui 
fimilis, lubrica et infida agnofcit, nec non afpernatur, vt opinor, trita illa fundamenta 
quae haftenus vfurparunt Aftronomi vt calculos fuos in ejufmodi computationibus 
aftruerent. Putatne defuturos qui repudiatis nihilo firmiora inducere illum cauf- 
fabuntur? Qui non praeafllimptam in ejus, vt in aliorum praxi, quantitatem defi- 
derent et certam et exploratam? Nam fi quis ceu ex fuppofita diftantia, molis 
magnitudinem , feu ex attributa moli magnitudine fperet indagare pofl"e et afl"equi 
diftantiam, Sifyphi faxum femper voluet, nec in ea Ixionis rota vfquam inueniet 
vbi pedem figere atque ftare liceat aliquando. 

Refcrt Eugenius Copernicum docuifi^e qua proportione diftarent a Sole errantia fy- 
dera, fed cum haec Maeftlinus *) ex fufpenfa potius Copernici mente, et non obfcure 
innuit , eruere ac tradere aggrefllis eft , magno argumento efie débet , ifta Corpe- 
nico ') non magnopere curae fuifle ; et nefcio num haec eadem minutiis illis annume- 
rare deceret "), quas Rheticus ^) fiammum hune Aftronomum vitro neglexiffe recen- 



*) Michael Moestlinus (Maestlinus) naquit à Goppingen le 30 septembre 1550 et mourut le 
20 décembre 1631 à Tubingen. En 1576 diacre à Baknang (Wurtemberg), il devint en 1580 
professeur de mathématiques à Heidelberg et en 1583 à Tubingen. Il était partisan de Koper- 
nik, et fut le précepteur et l'ami de Kepler. 

7) Lisez: Copernico. 

8) Georg Joacbim (Rhaeticus) naquit à Feldkirch (Rhaetia) le 15 février 1514 et mourut à 
Kascbau le 4 décembre 1576. Il devint professeur de mathématiques à Wittenberg en 1536, 
travailla de 1539 jusqu'à 1541 avec Kopernik, et fut appelé en 1 542 comme professeur à 
Leipzig : à partir de 1 555 il voyagea beaucoup. 



CORRESPONDANCE. 1661. 38 1 



fec»). Cerdffimum eft enim peritum illum, fi alius vnquam, ardficem vix quicquam 
olim circa motus aut fitus Aflrorum fuifle machinatum, quod ipfi geometricis cano- 
nibus optime conftare non liqueret. Cumque hanc Aftronomiae partem fluftuanti- 
bus conjefturis potius quam firmis et inconcuflîs demonftrationum rationibus niti 
fapiendflime judicaret, illum fane mihi audire videor ipfi Rhetico ob id expoftu- 
lanti refpondentem , fe qiiidem malle in iis acquiefcere quorum veritatem prof,- 
teri pojjet^ quam in amhiguarum duhia [uhtilitate oflentare ingenii acrimoniam. 
Heine itaque judicet Eugenius quid certi tandem ex tam incerta proportionum tra- 
ditione haurire , proferre ac ftatuere pofllc , quid fubinde ex obferuatis in telefcopio 
apparentium difcorum diametris elicere et affirmare , fi femper ad ancipitem illam 
interuallorum notitiam, fit neceffario recurrendum? Quae cum haélenus nulla 
humanae artis folertia doceri, nedum obtineri potuit, et ne quidem a fagacibus 
illis , mireque fedulis Aftronomorum Heroibus Tychonc , Keplero et Lanf bergio , 
quid fupcr efi: quod ab aliis fperandum fit ? Dicat igitur Eugenius fe pofl: alios in 
iis rébus hariolando periculum quoque facere voluiffe , et intérim nihilo fecius 
quam illis fibi femper aquam haerere : quod nemo illi vitio verterit vnquam , cum 
force non fit humanarum virium, harum rerum inquificio, multoque minus per- 
ceptio , nec non femper metuendum fit ne toto caelo aberretur quoties de Caelo tôt 
inexhaufl:is profundiflîmorum locorum fpatiis diffufo, tôt vafl:is interraundlis longe 
lateque differto aliquid ejufraodi affirmate pronunciabitur. 

Hoc autcm non efle faétum ab Eugenio nemo quam ego libentius fatebitur , cum 
videam illum vbique moderatum et fie inter affirmationem et negationem fufpen- 
fum , vt nemo his de rébus modefl:ius fententiam vnquam tulerit nemoque forte 
ipfius Naturae ordinj aecommodadus , fi vero ad demonfl:rationis amufllm, nec 
multo ad modum congruentius , non ideo tamen ea fruftrandus eft laude quae folet 
aegregios fequi et comitari aufus. Imo vel fi manifefl:iflimum eflet eum quam longe 
a fcopo aberrafll;, illa faltem, fi non majore, commendatione dignum cenferem qua 
celebrandum quoque vult Cartefium Illufiriflimus nofl:er Mommorius, vir, non 
generis claritate , non dignitatum amplitudine quam omnium fcicntiarum Ency- 
clopaedia commendatior , qui cum in praeclaro illo , fibique chariffimo philofopho 
deofculetur plurima, plurimique faciat phyficas praefertim ejus meditationes, 
cette metaphyficas quod maie cohaereant fie non admittit aut etiam fafi:idit, vt ni- 
hilominus audaeem tanti viri conatum mukis eife laudibus remunerandum arbitre- 
tur ac fanciat , fie et ego arbitrer immortales illas quibus ornari meruit Eugenius , 



9) Voir l'ouvrage: 

[Georgii Joaebimi Rhetici] Ad Clariiïîmiim vinim D. Jo. Schonerum de Libris Reuolutio- 
mim, atqiie admirandis de numéro, ordine, & diftantiis Sphaerarum Mundi hypothefibiis, 
eruditifîimi viri et Matliematici reverandi Doftoris Nicolai Copernici, To runnaei, Cano- 
nici Vamnienfis per qiicmdam juvenem matliematicae ftudiofum. Narratio prima. Ge- 
dani 1540. in-4°. 



382 CORRESPONDANCE. 1661. 



nullatenus effe deterendas quamuis in aperto foret illum nihil magis quam caeteri 
profeciffe nihiloque feliciore fcrutinio Vranometriam fuam inftaurafle, fat enim 
jam illi gloriae aliunde partam, nec folum ex illo nuper circa Saturnum detefto , 
expofitoque circulo , fed etiam ex novo illo Chronometro quod niilla rétro faecula 
non inuideant nulla poft futura tanquam caelefte donum non fufpiciant ac veneren- 
tur. Cujus quidem munere volucres tandem illas fugientis temporis partes quae 
nullo antea potuerunt artificio dicerni ac feorfum annotari, nunc adeo praecife 
diftinguere ac defignare licet, vt alias aliis aequales aut pro data ratione inaequales 
afflimere in hoc fluxo ac inftabili quantitatis génère , haud minus quam in conflan- 
tiffimis procliue fit , vel citra vllum erroris periculum. In eo namque Natura et ars 
adeo concordes obeunt , reciprocantque vices vt nullus omnino effe polTit quan- 
tumuis minimae vacillationi locus , Naturalis et enim motus inuiolata aequabilitas , 
motus qui ab arte viget ineluétabilem olim, jam nunc anomaliam fie emendat ac 
tempérât denique, fie viciflîm Phyficus ille ab hoc technico excitatur et quafi ani- 
matur vt aequatis ambo vtrimque viribus ad infinuandam organo illam quae hafte- 
nus defiderabatur hêsÀs^siav certatim confpirare videantur adeo vt non facile 
dignofcas vter vtri hoc in vno automate praepolleat , dum ille fcilicet ne fiât vlla 
variatio , hic ne vlla ceffatio jugiter fuificiunt. 

Quod autem nonnulli obtrudunt Galileum olim taie quid fuiffe meditatimi ; non 
efl: cur aliquis putet inde vel minimum inuentoris nuperi gloriae effe deceffurum. 
Certum efl: enim praeclarum hoc MviX'^vmj.a. fuiffe verius a Galileo optatum quam 
fperatum. Cumque idem prorfus de Saturni Phaenomeno dici poffit, dici quoque 
jure poteft, reuera Eugenium in numerato habuiffe quae maximus ille Philofophus 
in votis tantum habuerit , hune igitur tam faelici genio preditum , tôt raris animi 
dotibus , tôt mentis virtutibus infiruftum , vt hortari nunquam defineres , te hortari 
nunquam definerem nifi jam dudum compertiffimum effet quam in ejufinodi rébus 
jncentiuo non egeas cujus diuinum peftus follicita opcimarum artium cura femper 
exagitat adigitque non pati ferlantes , heinc affiduus ille feruor quo te perpétue 
flagrantem fentiunt ij quorum virtutem torpere non finis , et quos praecipue littera- 
rum fl:udio ad immortalitatis gloriam , quo vocare non ceffas , fibi poffe viam fl:er- 
nere auguraris ; et haec eadem eft qua tu caelefti paffu vadis quamque tu idem non 
vt immotus Hermès ipfam affeftantibus monftrare foies, fed potius vt emicans 
praeuia gnaraque locorum Sibylla qua nimirum duce ad beatas inclytorum fedes 
nunquam non tuto et jucunde peruenire licebit. Vale. 



Eid. Maji Anni cidioclx. 



*) Imo ifl:ae difl:antiarum proportiones et certilfimae funt in Copernicano Syfl:emate 
et praecipue fufpiciendae [Chr. Huygens]. 



CORRESPONDANCE. 1661. 383 



N= 915. 

Christiaan Huygens à [M. Thevenot]. 

[2 NOVEMBRE 1661.] 

La minute se trouve à Leîden , coll. Huygens. 
Thevenot y répondit par le No. 918. 

Si mon frère avoic fuivy les ordres et mémoires que je Iny donnay lors qu'il 
partit d'icy, il y a long temps qu'il vous auroit eftè prefenter mes trefhumbles 
refpefts. C'eftoit des premières chofes que je luy recommanday , mais ellant at- 
taché auprès de mon Père il ne peut pas s'acquiter de mes commiffions comme 
je voudrois. Il ne manquera pas pourtant de vous porter cellecy , qui n'eft que la 
deuxième ') après que j'ay quitté Paris que je me fois donné l'honneur de vous 
efcrire. Cela eft honteux je le confelTe et je ne fcaurois que dire finon que j'ay 
trouuè après eftre Ibrti de France que j'eftois beaucoup plus mauvais efcrivain que 
je ne croiois eftre. Monfieur Chapelain fans doute vous l'aura défia appris , qui par 
fa dernière °) me dit que vous m'aviez fait la faveur de me donner de vosnouuelles 
pendant que j'eftois en Angleterre, les quelles ne font jamais parvenues a moy, 
et ont couru la mefme fortune a ce que je voy qiie le pacquet que je vous en- 
voyay ^^ de Londres. 



N^ 916. 

Christiaan Huygens à R. Moray. 
4 novembre 1661. 

La lettre se trouve à Londres, Royal Society, 
fille est la réponse au No. 909. R. Moray y répondit par le No. 934. 

A la Haye, ce 4 Novembre 1661. 
^ Monsieur 

J'ay receu les a liures ') qu'il vous a plu m'envoier par Monfieur S wan, et je com- 
mence d'auoir une bibliothèque entière de ceux que vous me donnez. Dans le Dialo- 



') L'autre est la Lettre N°. 905. Consultez aussi la Lettre N°. 880, qui, probablement , n'a 

pas été achevée. 
-) Consultez la Lettre N°. 907. 
3) Consultez la Lettre N°. 861. 



') Voir la Lettre N°. 88 



384 CORRESPONDANCE. 1661. 



gue de Monfieur Hobbes') je ne trouue rien de folide, mais feulement de pures vi- 
fions. C'ert par faute d'efprit ou par ce qu'il fe plait à contredire qu'il ne reçoit pas 
les véritables raifons des effefts du vuide, qui font dans le liure de Monfieur Boile. 
Quand a ce qu'il adjoufte de la duplication du cube, je ne l'ay pas voulu regarder 
par ce que je fcay demonftratiuement que la chofe eft impoffible. Et d'ailleurs il y 
a long temps qu'en matière de Géométrie Monfieur Hobbes a perdu tout crédit 
auprès de moy. Le difcours de la végétation -') eft dofte éloquent et plaifant a lire, 
a caufe des exemples que l'autheur raconte. Il pénètre pourtant moins profonde- 
ment dans le fecret de la nature, que l'on fe promet d'abord. Car on croit qu'on va 
tout fcavoir, jufqu'aux moindres particularitez. Dans l'hiftoire de la febue, je 
m'eftonne qu'il n'a pas remarqué qu'il n'y a qu'un petit bouton ou germe d'oii naifl: 
toute la plante , et que le refte du corps ne poufl"e rien en dehors , mais s'ouure feu- 
lement en deux, et pourrit peu a peu, quoyque apparemment il contribue aulTi a 
la végétation ce que l'on pourroit expérimenter, fi devant que de mettre la febue 
en terre, on en couppoit quelque partie. Il ne parle pas aufli de la manière dont 
les plantes et les arbres attirent l'humeur de la terre, et comment en cela leur fert 
le froid de la nuiél, qui en cette matière eft une confideration de confequence. 

Le différent entre Monfieur Frenicle et moy n'eft pas touchant la forme de Saturne, 
car il tient la mefme que moy, mais touchant le mouuement. Et partant je ne com- 
prens pas ce que vous dites que Monfieur Wrenauroit eu cydeuant la mefme opinion 
que luy, car fi je m'en fouuiens bien ce n'eftoit pas l'hypothefe de Monfieur Wren que 
Saturne eftoit entouré d'un anneau mais qu'il auoit deux anfes attachées des deux 
coftez. mais quant au mouuement de balancement il fe l'eftoit imaginé de mefme 
que fait l'autre maintenant. Moniieur Frenicle m'a efcrit depuis une longue lettre 3^ 
ou il déduit fon prétendu fyfteme, et je luy ay fait refponfe , mais mon frère , à 
qui j'ay donné la lettre 4^ eftant allé a Fontaineblau avec mon père , fans s'arrefter 
a Paris , ne la luy aura pas encore deliurée. Ma machine n'eft pas encore en eftat , 
la cavité du cylindre n'ayant pas efté faite afl"ez exaélement, ce que je fais corriger 
maintenant. Faute de bons ouuriers et entendus , l'on rencontre cà et là quelques 
difficultez, mais je me fuis propofè fermement d'en venir à bout. Demandez je 
vous prie a Monfieur Boile fi la pièce 44 dans fa figure eft feulement de bois , et 
s'il ne trouueroit pas mieux qu'elle fut de cuivre , parce que le bois eft fujeél a 
fe retirer et devenir tantoft plus gros , tantofl moins : Puis que vous voulez profiter 
de mes eflàis en ce que j'apporteray de changement dans ma conftruftion il eft 
juile que je profite auffi des voftres , et que vous ne me cachiez pas les fautes et in- 
conveniens qui pourroient eftre en la machine de Monfieur Boile, et qu'il croit 



^) Voir l'ouvrage cité dans la Lettre N°. 884, note 5. 

°) Ce mémoire est de K. Digby. Voir la Lettre N°. 864, note 4. 

3) Voir la Lettre N°. 901. 

*) Lettre que nous ne possédons pas. 



CORRESPONDANCE. 1661. 385 



eftre corrigibles. Quoy qu'il pourroic dire que je luy ay défia affez d'obligation de 
ce qu'il en a voulu donner une defcripcion fi pertinence. L'on a réimprimé icy la ver- 
fion latine s) de fon liure*) en 1 2°. J'attends auec impatience le Chymille fccptique 
du quel vous dites tant de bien, et je ne m'en promettrois pas moins, quand vous 
ne me le diriez point. Quelle autre impreflîon eftoit-ce que vous auez trouuée de 
mon petit liure ? Neft-ce pas l'édition Romaine de la Diflîertation de Divini ^) que 
vous voulez dire , ou ma refponfe n'efi: pas adjoufiiée ? Ou feroit-ce celle ^) qu'on a 
fait a Florence , car on y a réimprimé ma dite refponfe , mais après y auoir changé 
quelque chofe. 

Je vous prie de me le faire fcauoir , et de croire que je fuis 
Monsieur 

Voftre très obeiffant ferviteur 
Chr. Hugens de Zulichem. 



N= 917. / 

J. Hevelius à Christiaan Huygens. 

9 NOVEMBRE 1661. 

La lettre se trouve à Leiden, coll. Huygens. 
Chr. Huygens y répondit par le Nu. 921. 

Nobiliffimo ac Clariffimo Viro Domino Christiano Hugenio 
JoHANNES Hevelius S. 

Refponfum ad meas 21 Septembris datas"), nec non ipfam Ç in © ade5 fponté 
mihi promiflîim -) obfervationem, hucufque quideni avidifllmé exfpeftavi, fed 
fruftrà. Quare hàc fchedulâ Te denu6 compellare, ac rogare volui, ut primo Ta- 
bellario, tribus tantiim fignifices, quid hàc in parte decreveris , an obiervatio illa 
adhuc exfpeclanda, nec ne? Siquidem typographus urget Mercurij nofliri im- 
preffionem; nec profefto, res diutius procraftinari poterit. 



5) Noua Expérimenta Phyfico-Mechanica de Vi Aeris Elaftica & ejufdem EiFeftibus. Amftel. 

Dan. Elfevirii. 1661. in-i2°. 
'^) Voir l'ouvrage cité dans la Lettre N°. 873 , note 4. 
^) Il s'agit de l'ouvrage cité dans la Lettre N°. 765, note i. 
^) Consultez la Lettre N°. 782, note 3. Sur cette édition Florentine consultez la Lettre N°. 833. 



') Voir la Lettre N°. 892. 

^) Consultez la Lettre N°. 885 , note 6. 

Œuvres. T. III. 49 



386 CORRESPONDANCE. 1661. 



Dominum Bullialdum amicum noftrum communem, qui fine dubio Hagam 
Comitis iam profpere redijc, meo nomine, plurimùm falvebis, eique fignificabis, 
me brevi, ad ternas fuas mihi longé gratiffimas, refponfurum. 

Vale, et porro, quod facis, nos ama. 



Dantifci Anno i66i 
die 9 Novembris. 



Nobiliffimo ac Clariffimo Viro 
Domino Christiano Hugenio 
amico honorando 

Hagam 
Comitis. 



N= 918. 

M. Thevenot à Christiaan Huygens. 
[13 novembre 1661.] 



La lettre se trouve à Leiden, coll. Huygens. 
Elle est la réponse au No. 915. 



Monsieur 



Jatcens auec jmpatience le retour de Monfieur de Zwilicom ') et la lettre que 
vous aues donnée a Monfieur vofl:re Frère, cependant Je me donne Ihonneur de 
vous écrire ces lignes pour vous donner auis que Monfieur Wren a écrit vn dif- 
cours ^) fur le fifliheme de "5 ou il efl: parlé de vous. Jen ay receue vne copie s) 
que Je vous enuoiray fi vous aues curiofité de la veoir. 

Monfieur le Prince Leopold ma fait Ihonneur de m'enuoier 8 copies de l'Apollo- 
nius de florence +). Je m'imagine que vous en Q encores plufliôt que nous par la 



') Thevenot désigne Constantyn Huygens , père , seigneur de Zuylichem. 

-) Christopher Wren écrivit à Sir Paul Neile, au sujet d'une hypothèse qu" il avait faite sur 

le système de Saturne, une lettre datée „Oxford ler octobre 1661." On en trouve un extrait 

dans l'ouvrage: 

The Hiftory of the Royal Society by Th. Birch , Vol. I , page 47. 

3) Moray l'envoya à Huygens le 23 décembre 1661. 

4) Voir l'ouvrage cité dans la Lettre ]M°. 536, note 2. 

5) Ajoutez: aurez reçu. 



CORRESPONDANCE. l66l. 387 



voie de la mer. Je vous prie Monfieur de preuenir Monfieur de Zuelhem *) voftre 
père et Monfieur voftre frère en ma faueur et de les afieurer que Je fuis 
Monsieur 

Voftre trefhumble et très obeiffant feruiteur 
Theuenot. 

Lon a^) attend icy la refponce d'Efpagne ^) pour fe refoudre a demeurer en paix 
ou a rentrer en guerre. 

A Monfieur Monfieur Hugeens 
^ A la Haye. 




N= 919. 

Christiaan Huygens à Lodewijk Huygens. 

16 NOVEMBRE 1661. 

La lettre se trouve à Leiden , coll. Huygens. 

A la Haye le i6 Novembre 1661. 

Je fuis marry qu'eftant a Paris vous n'ayez pas pu trouuer le temps pour diftri- 
buer mes lettres. Monfieur Thevenot a qui j'ay encore efcrit depuis '), me man- 
de ^) qu'il attend voftre retour avec impatience, tant a caufe de la lettre qu'il fcait 
que vous luy gardez, que pour prefenter a mon Père et a vous fon fervice, ainfi 
qu'il m'efcrit et veut que je vous faffe fes baifemains par avance. Je vous prie, puis 
que vous ne le verrez pas encore fi toft, de luy envoyer ma lettre par le moyen de 
quelqu'un de voftre connoiiïance a Paris. Pour les autres il fera mieux que vous 
les portiez vous mefme, et j'ay deflein de vous en envoyer encore quelques unes. 

Fay fait un petit voyage a Amfterdam avec le frère de S. Anneland et Monfieur 
van Leeuwen. Cettuicy nous donna a déjeuner a Leiden, en allant, et nous y ra- 
mena d' Amfterdam avec Ion carofle. l'ay compris par fes difcours que d'icy en 2 ou 



"5) Le titre de seigneur de Zeelhem n'était plus donné au père Constantyn Huygens , mais à son 

fils aîné , de même nom. 
7) BifFez le mot: a. 
^) Voir sur le différend entre l'Espagne et la France la Lettre N°. 908 , note 5. Le roi d'Espagne 

Philippe IV, ne voulant pas replonger son royaume dans la guerre, fit déclarer, le 24 mars 

1661, par le comte de Fuentes, que les Ambassadeurs Espagnols ne rivaliseraient plus avec 

ceux de France. 



') Consultez la Lettre N°. 915. 
°) Consultez la Lettre N°. 918. 



388 CORRESPONDANCE. 1661. 



3 mois il pourroit bien entrer dans le Vroetfchap s), ou l'on a gardé une place va- 
quante "•). Il eft incommodé d'une fluxion fur un pied, qu'il n'ofe pas appeller par 
ion vray nom, et qui cependant afFoiblit fort fa vertu caminante. l'efpere qu'il ne 
nous donnera pas fubjeft de dire quelque jour de luy ce que noftre bon Refident s) 
à Cologne manda l'autre jour a Meflîeurs les Etats d'un feigneur") du pais de Liège 
que les Chanoines avoient eleu a je ne fcay quelle charge ''), dewelcke ick U Hoogh 
moghende verfeeckere dat den podagreuften heer is die men foude moghen Jien ^). 
C'eftoit fes termes et comme vous voyez une nouuelle fort importante pour les 
Hogens mogens ?). 

Miralinde '°) eft a Delf chez fa tante ") d'où le frère ") a receu défia une lettre, 
mais a caufe de fon mal de dents dont il a le vifage enflé et un peu irregulier, il n'a 
pu encore l'aller veoir. De la elle pafl!era a Leiden chez fon coufin '^^ dont je viens 
de parler, et peut eftre puis après a la Haye; fa tante Catherine "*) cependant et 
autres vielles dames n'approvant aucunement cette humeur vagabonde et pro- 
menades hors de faifon. Voila qu'on m'apporte la nouvelle qu'elle eft arrivée a la 
Haye avec fon frère Jac. Ferdinand ^^') et qu'ils ont pris des chambres a une mai- 
fon ou 1 du baigneur au Scheelhol. C'eft aïïlirement avec delTein d'y refider quel- 
que temps. le fus veoir a Amfterdam Monfieur Bartelotti '*}, ou je trouvay leur 
frère Henry '''), de qui les affaires tendent a la conclufion. Adieu, et n'oubliez 
pas de faire mes baifemains a Monfieur Chaife. 

Pour mon frère Louis. 



"') C'est-à-dire le conseil municipal. 

'^) Diderik van Leyden van Leeuwen (voir la Lettre N°. 237, note ï) n'entra que le 4 mai 1663 

dans le Collège des quarante, en remplacement de Mouringh Cornelis van der Aa, décédé. 

C'était la cinquième nomination depuis novembre 1661. La mère de van Leeuwen était de 

la famille- de Moucheron, riches marchands de Middelbourg. 
5) Gérard Hamel Bruyninx, qui a représenté les Provinces-Unies dans plusieurs pays. Il épousa 

Sara Suerius. Voir la Lettre N°. 78 , note 2. 
*) Leopold Wilhelm, comte de Kônigsegg, qui épousa Maria Polyxena, comtesse de Scherf- 

fenberg. 

7) Celle de prévôt au chapitre de la cathédrale de Cologne. 

8) Traduction : qui je VOUS afl"ure eft le monfieur le plus podagre que l'oupuifi^e voir. 
') HoogMogende (Hautes Puissances) était le titre des membres des Etats-Généraux aux Pays-Bas, 
'°) Miralinde Suerius était la fille cadette de Jacob Suerius et dejohanna Lopez, dont Sara 

(voir la note 5) fut l'aînée. 
") Catharina Vredenburg. 
'°) Il s'agit ici de Constantyn Huygens. 
'3") D. van Leyden van Leeuwen. 
"*") Catharina Suerius. Voir la Lettre N°. 7, note 2. 
'5) Sur Jacob Ferdinand Suerius consultez la Lettre N°. 78, note 3. 
"î) Sur Willem Bartelotti, voir la Lettre N°. 829, note 5. 
'7) Hendrik Suerius, fils de Jacob Suerins et de Johanna Lopes; il épousa Mlle Raesfeldt. Il était 

militaire. 



CORRESPONDANCE. 1661. 389 



N= 920. 

Christiaan Huygens à Lodewijk Huygens. 

23 NOVEMBRE 1661. 

La lettre et la copie se trouvent à Leiden^ coll. Huygens. 

A la Haye ce 23 Nov. 1661. 

Je vous ay l'obligation toute entière de ce que vous me mandez ') touchant ma 
perfonne, car mon Père ne m'en efcrit mot. Voila mon Horologe dans un employ 
auffi illuflre que jamais machine de fa forte a eftè. La Lunette a ce qui me femble 
court grand rifque, s'il faut que Sire Louis la voie; car il fera tenu de dire qu'elle 
ell fort bonne et mon Père qu'elle eft a Sa Majefté fi elle l'agrée, en cas de quoy 
je pretens que ce fera pour le fervice de noflre Prince ") et qu'il m'en devra recom- 
penfe. Pour ce qui eft de l'horofcope Monfieur Bouillant eft juftement arrivé icy 
depuis 3 jours et je ne manqueray pas de luy faire part de ce que vous m'efcrivez 
du moment de la nativité. Je penfe qu'il y a du plaifir a travailler pour les aftrolo- 
gues, quand ils fcavent fi precifement le temps qu'il ne s'en faille pas une féconde. 

Saluez réciproquement de ma part le Sieur Martinet ^') l'un des plus grands 
hâbleurs du monde , au refte aftez fcavant en fon meftier, et dites luy que ce qu'il 
raconte d'avoir obfervè de l'inégalité des jours, à fcauoir 8 ou 10 minutes de diffé- 
rence en 15 jours entre fon horologe et le foleil, cela fe doit rencontrer quelque- 
fois necelTairement. Que je fuis maintenant après a faire tous les jours des obfer- 
vations exactes au foleil, pour efprouuer fi l'inégalité ainfi obfervee s'accorde avec 
la table que j'en ay drcfTée par le calcul, et que depuis 5 femaines que j'ay com- 
mencé je la trouue juftement telle qu'il falloit. Que pour l'inftruftion qu'il de- 
mande, j'y penferay, quand j'auray un peu plus de loifir, car je ne fcay pas bien 
encore comment je la luy pourois rendre intelligible. 

L'expérience de la petite efcrevifTe eft remarquable et mérite qu'on en examine 
la caufe, ce que je feray avec le premier garnaet 4), que je mangeray. 

La pompe pour le vuide ne va pas encore, mais je croy que demain elle fera 
en eftat, après beaucoup de difîicukez furpafTees: car ce premier tuyau ne valoit 
rien, et il a fallu en faire jetter un de cuivre mafïïf. Le bon frère de Zeelhem avec 
qui j'eftois de moitié du commencement me quitta bientoft ayant peur des frais: 
de forte que fi je veux il ne verra de mes expériences que pour de l'argent. 



') Nous ne possédons pas cette lettre de Lodewijk Huygens. 

' ) Huygens désigne ici le Prince d'Orange. 

3) Martinet était horloger à Paris et travaillait pour Chr. Huygens. 

4) Traduction : crevette. 



39° 



CORRESPONDANCE. 1661. 



Je n'ay jamais connu Monfieur de la Chambre ') que par réputation dont il m'a 
toufjours femblè qu'il en a d'avantage qu'il ne mérite. C'ell: dans fon traite (de 
la lumière *) fi je ne me trompe) que je trouuay dernièrement cette belle compa- 
raifon des couleurs aux confonnances, comme que le bleu joint au vert fait une 
feptieme qui eft une diflbnnance , et ainfi du refte. 

Voicy une lettre de van Gendren ") qui vient d'arriver. Faites mes baifemains a 
Monfieur de Gentillot ^) à Monfieur Chaife et a tous ceux que vous rencontrerez 
de ma connoiïïance. l'on va allumer icy les feux de joye 5) et dans quelques jours 
Madame l'AmbalTadrice '°) noftre voifine en fera de trefinagnifiques "), qui n'ont 
pas encore pu eftre preft. Adieu. 

A Monfieur Monfieur Louis Hugens de Zulichem, 

A Fontainebleau. 



53 Marin Cuzeau de la Chambre naquit à Mars en 1594, et mourut le 29 novembre 1669. 
D'abord médecin du chancelier Seguier, il devint conseiller et médecin du Roi; c'était un 
polygraphe érudit, éloquent, mais paradoxal. En 163511 entri à l'Académie française; en 1666 
à l'Académie des sciences. 

") La Lymiere. A Monfeigneur l'Eminentiffime Cardinal Mazarin. Par Le Sieur De la Cham- 
bre, Confeiller du Roy en fes Confeils & fon Médecin ordinaire. A Paris. Chez P. Rocolet, 
Imp. & Lib. ord. du Roy; Au Palais , en la Gallerie des Prifonniers, aux Armes du Roy et de 
la Ville. MDc.Lvii. Avec Privilège dv Roy. in-4°. 

'') Jan Van Genderen était le fils de Jan van Genderen et de Huibertje Boshuis. Son père était 
depuis 1630 administrateur de Zuylichem etmourut en 1638. La mère se remaria en 1645 a 
Matthijs Huybertsz. van Andel. C'est à celle-ci, et ensuite à son second mari, que cette admi- 
nistration fut confiée: mais van Andel étant mort^^en 1657, elle échut à Jan van Genderen, 
le fils, qui s'y voua de longues années. 

^) Le Sieur de Gentillot était né à Bordeaux et servit comme lieutenant-colonel dans l'armée 
des Pays-Bas. Il était agent non-officiel de Mazarin et on lui confia souvent des missions 
diplomatiques. 

*) A cause de la réconciliation survenue entre l'Espagne et la France. Consultez la Lettre 
N°. 918, note 8. 

'°) Renée de la Marzelière, Madame de Thou. 

"~) Voir la Lettre N°. 923. 



CORRESPONDANCE. 1661. 39 1 



N= 921. 

Christiaan Huygens à J. Hevelius. 
24 novembre 1661. 

La lettre se trouve à Paris, Bibliothèque Nationale. 
Elle est la réponse au No. 917. J. Hevelius y répondit le 11 janvier \66i. 

Ampliffimo et Clariffimo Viro Domino J. Hevelio 
Chr. Hugenius s. 

Libellnm Horroxij ') ante très circiter hebdomades -) ad te mifi, commendavique 
Domino Pels 3) qui civitatis veftrae hic negotia gerit, fed quoniani major erat fafci- 
culus quam qui videretur tabellario committi pofle, dixit fe prima quaque occafione 
nautae alicui cômmendaturum, et fecit jam pridem. Acceptis enim poftremis hifce 
literis tuis quaefivi ex ipfo qui fieret ut nondum noftrae ad te perlatae eflènt. Ille 
vero non dubitare fe refpondit paulo poft tibi redditas effe quam tuas exarafles, at 
quia memini alias quoque maritimo itinere quaedam ad te mifiiïe, quae valde diu 
obheferint, hifce paucis tibi refcribendum ratus fum, ut faltem fciresper me non 
ftare quo minus Mercurium tuum Venus invifat. Quod ni aliter vifum fuiflet Pelfio 
ego illam per tabularium mifiiïem, ac profefto doleo moram injeélam eiïè editioni 
eorum quae fub prelio habes. Dominum BuUialdum uti jubés tuo nomine falutabo 
a quo nifi fallor jam literas acceperis, ex hac urbe datas priufquam hae ad te per- 
veniant. Magna cum voluptate narrantem audivi de ijs quae nupera ifla peregrina- 
tione vidit didicitque, ac praecipue cum ad te ventum erat; cujus mihi machina- 
tiones, fludia, vitam denique omnem tam accurate edoftus fum, utpluradehis 
citurus non fuerim fi te ipfe adijfiem. Quantis vero laudibus omnia profequatur 
nihil attinet hic referre, fcis enim quanti te faciat, nec dubitas, ut fpero, quin ego 
libentifïïme illas audiam. Vale. 

Hagae Comitum 24 Novembris 
1661. 



') Consultez la Lettre N°. 885, note 8. 

-) Nous n'avons pas trouvé dans nos collections cette lettre de Chr. Huygens à Hevelius en 

réponse à la Lettre N°. 892. 
3) Philippe Pels, résident des Provinces-Unies à Dantzig: on le trouve déjà dans cet emploi en 

1656 et encore en 1681. 



392 



CORRESPONDANCE. 1661. 



N= 922. 

N. Heinsius à Christiaan Huygens. 

16 NOVEMBRE 1661. 

La lettre se trouve à Leiden, coll. Huygens, 
Elle est la réponse au No. 907. 

NicoLAus Heinsius Christiano Hugenio Viro Nobiliffimo 

S. P. D. " 

Quod curandum mihi mandafti de phaenomenis a Cartefio obfervatis ac in ta- 
bula defcriptis, in eo tibi fedulicatem meam probare nifus fum, Vir Nobiliffime. Nc- 
gotij omnis curam in fe recepit amicus meus Munnickhovius, piftor magniin hac 
civitate nominis. Sed cum is ex podagrâ nunc decumbat , metuo ne alienam opem 
ad hoc officium tibi praeftandum cogatur implorare , aut rem diutius , quam velim , 
trahat, valetudinem adverfam caufaturus. Hominem tamen non urgebo tantum 
identidem aut interpellabo , fed obtundam quoque , dum voti compotem te reddat. 
Certiora, quam nunc poiïlim , de re tota fortaffis indicabo fub finem huius epifto- 
lae: fuper promiffis enim convenir! illum ab amanuenfi meo curabo hodie, aut 
conveniam ipfe ; fi fuburbium iftud , in quo fedem fixit , per fi.idam tempeftatem 
hodierno die licebit accedere. Pro Nafone meo quod grates tam diligenter agis , 
nimium officiofus es : cum talis fit libelli eius editio , ut longe melior fieri poffit. 
Ludlandum mihi fuit in altifllmo lufo difcrepantis fcripturae , ut iple arbitrari po- 
tes , ex diverfis leftionibus , quas notis meis inferui : quae ut numéro infinitae , ita 
minima pars fiint earum, quas in adverfaria conieci. Sic faftum efi:, dum cogitatio- 
nes in locis minimi momenti intentius occupantur, ut multa me fugerint atque 
praeterierint , quae manum medicam unice requirebant. Spero fore, ut curae 
fecundae, quibus iam me coepi accingere, exaftiores fint, ac tibi iure majori ap- 
probentur. lis quaefo in bibliothecâ tua fervetur locus ifte , quem nullo iure vin- 
dicavit nupera editio, quod nec elegans fit nec fatis cafl:igata. De itineris fuccefîli , 
féliciter ut fcribis a te confedti plurimum mihi gratulor. Galliam abundare viris 
doélrinâ et comitate confpicuis non meis oculis magis credo , quam tuae narrationi. 
In Britannia florem bonarum artium omnem inteftinis motibus ac bello diuturno 
radicitus evulfum efl"e certo opinabar. Praeter mathematicos infignes , fi qui iftic 
terrarum a te inventi fint , qui literis Graecis ac Latinis , quas humaniores dicunt , 
deleftentur , fac quaefo ut id aliquando ex te intelligam. Ad amicos Gallos bis iam- 
pridem pofl: meum in hafce regiones adventum fcripferam , miflx» utroque ad II- 
lufl:riflîmum Thuanum ') fafciculo , fed cum nec ille refcribat quicquam et amiciffi- 



') L'ambassadeur de Thon. Voir la Lettre N°. 366, note 3. 



CORRESPONDANCE. 1661. 393 



mus Capellanus de percinaci filentio mec graviter conqueratur , facile colligo , li- 
teras perperam curatas elTe. Herois igitur Beuningij operam bis iani in hoc officio 
imploravi , per quem tiitius fore curandas epiftolas , quam Thuanea opéra curatae 
font , mihi promitto. Fratrem muni Ludovicum in oculis fero. ita enim et virtutes 
eius merentur egregiae , et fingularis quo me compledtitur affeftus. Rogaveram il- 
lum in Hifpanias difcefTurum, ut in Efcuriaca Régis bibliotheca membranas veteres 
Nafonis perveftigaret , fi quae fortaiTis inter illas praefl:antis notae apparerent. Non 
quod damnatum illum vellem moleftiae pervolvendorum codicum , quem fcirem 
longe utilius in alijs occupari folere , fed ut ex amicis meis alios maie feriatos ad 
hoc ofFicium mihi praeftandum impellerem , fi peregrinationis fi:udio in illos terra- 
rum traftus forfan excurrerent invitati. Caeterum mcmbranae illae , quas optimus 
Ludovicus te telle praedicat pervetuftas efle, quamnara Nafonianorum operum 
compleftantur partem , ni moleflum e(l , verbo vel unico me doce. Extat Lutetiae 
in bibliotheca Régis Chriftianifllmi Ars Amatoria =) , Julij Firmici Aftronomicis 3) 
annexa, quo nuUum vetufl:ius Ovidij exemplar alibi in manus meas incidit. Exftat 
ibidem ex legato Puteanorum fratrum "*) Epiftolarum et Amorum exemplar non 
multo recentius, notae itidem pracAiantiffimae. Hos codices fi fibi exhibendos a 
cuftode bibliothecae curabit, facile poterit arbitrari, an membranae Hifpanicae 
horum vetuftatem aut fuperent aut aequent. Fruilra Voflius Walliufque caufantur 
nihil eflTe quod fcribant , cum hoc ipfum poflint perfcribere. De Wallio tamen non 
queror, quem a fcriptione quod fcirem alienum, hadlenus compellare per literas 
non fulHnui. Voflius iam bis terve fuper rébus varijs a me conlliltus quod tacet , 
aliquem querelae locum videtur dedifi^e. Nimis profedto fplendide patitur fibi imponi 
ab ifta Luce s), quam tenebris involvi fatius eflTec , quando tibi eani, perfpicaciflimo 
horiun iludiorum cenfori ac arbitro aequifllmo, minus probari exploratum iani 
habet. Si aut tu , aut alius quicunque mathematices exadlâ cognitione inftruétus 
hominem errorum convincatis, et ab hifce devijs ambagibus in femitam Geogra- 
phiae veteris*) reducatis, quam féliciter trivit, optime profedlo de re literariâ me- 
reamini. Ego fecundam Claudiani editionem') nunc paro. Salveant plurimura cum 



-) Ce codex se trouve à Paris, Bibliothèque Nationale, Codices Latini N°. 7?3i- 

3) Cet ouvrage de Firmicus a été publié , avec quelques autres , sous le titre : 

Ivlij Firmici Matenii Jvnioris Sicvli V. C. ad Mavortivm LoUianum Aflronomicwn 
Lib. VIII, per Nicolavm Prvcknervm Aflrologum nuper ab innumeris mendis uindicati. 
Bafileae ex Officina Joaunis Hervagii, iVIenfe Martio, Anno m.d.xxxiii. in-folio. 

4) Les deux frères Pierre et Jacques Dupuy ; voir la Lettre N°. 230 , note 9. 

') Ici Heinsius indique l'ouvrage de Is. Vossius, De luna Natura et Proprietate. Voir la Lettre 

N°. 907, note 4. 
'î) Heinsius fait allusion à l'édition de Pomponius Mêla, publiée par Is. Vossius. Voir l'ouvrage 

décrit dans la Lettre N°. 596, note 17. 
'') Cl. Claudiani quae exilant. Nie. Heinfius Dan. Fil. recenfuit ac notas addidit, poil primam 

editionem altéra fere parte nunc auftiores. Accedunt Seledla Variorum Commentaria accu- 

rante C. S. M. D. Amftelodami, Ex Oflicina Elzeviriana, An°. i665-in-8°. 

Œuvres. T. III. , 50 



394 CORRESPONDANCE. 1661. 



amici omnes, tum Illuflirifllmus Friquetns ^); fi apnd vos etiamnum moratur. Id fi 
certo fcirem, iam pridem illum liceris meis convenifiem. Vale , vir Eximie , mag- 
num patriae nofi:rae decus. 

Dabam Holmiae Snecorum. Anno cioioclxi , a.d. xxvi Novembris. 

De Jano Vlitio totus iam fere annus efl:, quod nihil audio. Si ad fi.ios ex 
Britamiia redijc, cum occurrec tibi, meis quaefo verbis falvear. 

In Mmiickhovio aegrotante cum param mihi praefidij eflït, ac difcipulus eius, 
cui phaenomeni defcribendi partes demandarat, negaret ut, quod pofiulabam , a fe 
inveniri pollè , adij ipfe ecclefiam , et tandem , quod defideram , non tamen fine la- 
bore multo, offendi. Non tamen a Cartefio phaenomenon iftud obfervatum efl: , 
fed anno huius faeculi tricefimo fepto , hoc efl: totis tredecim annis antequam hue 
veniret Cartefius , a nefcio quo obfervatum. Proxime id te fperare iubeo. Has in- 
erim ad Capellanum et Gronovium cures rogo. 



N= 923. 

Christiaan Huygens à Lodewijk Huygens. 

30 NOVEMBRE 1661. 

La lettre et la copie se trouvent à Leiden, coll. Huygens. 

le 30 Novembre 1661. 

Cellecy vous trouuera a Paris. Je vous recommande donc les vifites aux Per- 
fonnes a qui s'adreïïent mes lettres fans oublier Monfieur Petit , quoy que vous 
les luy ayez défia envoyées. Mais fur tout voyez Monfieur Thevenot qui vous 
donnera quelques livres pour moy, les quels ayant, j'efpere que vous trouuerez 
bientofl: quelque occafion pour me les faire tenir, et vous prie d'y fonger. Mon- 
fieur de Montmor avoit auffi un livre de poefies qu'il me deftinoit , mais je ne fcay 
s'il n'efl: pas défia en chemin. 

On fait icy des préparatifs pour les feux d'artifice que Madame l'Ambaflà- 
drice ') fera allumer ce foir , touchant lefquels Monfieur d'Armainvillers ^') 



S) Voir la Lettre N°. jj6, note 16. 



') Madame de Thou. Consultez la Lettre N°. 920. 

-) Johan Maximilien de Berringau, chevalier d'Armenvilliers. Consultez la Lettre N°. 744, 
note 17. 



CORRESPONDANCE. 1661. 395 



parfois m'eft venu confulter et demander mon avis. Je voy 7 ou 8 tonneaux de 
vin touts prêts dans fa cour , que l'on laifTera couler aprefdifner , dont il y aura 
beau bruift dans la rue, qui n'eft pas fort large, les tonnes pour brufler fe- 
ront fur la plaine, et les fufees &c. feront allumées fur un efchaffaut drelFè au 
milieu de noflre longue muraille du jardin; ce qu'il a falu permettre puis que 
la dite Dame nous en a prié. Vous pouuez bien croire que nous ne manquerons 
pas de fpeftateurs et fpeélatrices icy dedans , parmy les quels les Confines Dorp ^) 
avec l'amie nomen profitentur fuura. 

Ma pompe pneumatique a commencé d'aller depuis hier, et toute cette nuiél 
une veflie y eft demeurée enflée , (fans que pourtant il y eufl: auparavant prefque 
aucun air dedans) ce que jamais Monfieur Boile n'a pu eifeftuer. Demain il en 
coufl:era la vie a quelque moineaux et fouris dont j'ay défia fait provifion. Une 
des premières chofes aufll fera d'y faire cafFer un des petits verres a quoy je croy 
trouuer moyen fans faire autre ouverture que celle d'